Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Réagir - Blog militant de joseph coutant
  • : Réagir : S'opposer activement à l'action de qqch, résister. La devise issue de la révolution française "Liberté, Egalité, Fraternité" étant de plus en plus mise à mal, ce blog est un moyen pour moi de faire partager mes réactions sur l'actualité politique, sociale, etc.
  • Contact

Rechercher

Tags

18 décembre 2008 4 18 /12 /décembre /2008 17:31

Pour justifier le cadeau du gouvernement à TF1 (ou de Sarko à son ami Bouygues), à savoir une seconde coupure de pub lors de la diffusion de films et de téléfilms, la ministre de la culture Christine Albanel a fait cette sortie magistrale : « Si nous pouvons regarder un Visconti ou un Fellini sur TF1 à 20h30, fût-ce au prix d’une deuxième coupure publicitaire, il y aura tout lieu de s’en réjouir. »


Téléspectateurs de TF1, pas d’inquiétudes, c'était pour rire, vous aurez les mêmes bêtises que d’habitude, des festivals Clavier, des tartes à la creme, des jeux débiles et des séries américaines. On ne va pas vous demander de réfléchir quand même.


Par contre Christine Albanel va devenir la ministre de la Culture Pub.


Dessin de Placide

Partager cet article
Repost0
18 décembre 2008 4 18 /12 /décembre /2008 00:30

Dans l’article « La France, un état policier et sécuritaire », deux faits concernaient des journalistes. C’est un nouveau cas d’atteinte à la liberté d’information dont viennent d’être victimes deux photographes de l’AFP mardi dernier à Lyon.


Deux photographes qui couvraient une manifestation de lycéens, mardi à Lyon, ont été, selon leur récit, empêchés de prendre des photos par des CRS et des policiers qui ont saisi l'appareil de l'un d'eux pour effacer les prises de vue déjà effectuées.


Il s'agit d'un « acte de censure intolérable dans une démocratie et d'une atteinte grave à notre mission et au droit à l'information pour tous les citoyens », dénonce l'intersyndicale (CFDT, CGC, FO, SAJ-Unsa, SNJ, CGT et Sud) de l'AFP qui ajoute :« Le comportement des policiers (...) n'est que le reflet d'une volonté, au plus haut niveau, d'étouffer les mouvements sociaux et leur retransmission dans les médias ».


Dans un communiqué séparé, la SDJ « s'inquiète de ces énièmes entraves à la liberté de la presse, à un moment où s'accumulent les pressions de responsables politiques de tous bords envers les journalistes ».


Après la mise sous tutelle de l’audiovisuel public, cela commence à rappeler sérieusement des méthodes dictatoriales. Quand la presse ne peut plus travailler, notre liberté à tous est en danger.



Voir les faits relatés dans LibéLyon : Quand la police censure deux photographes de l'AFP

 


Partager cet article
Repost0
17 décembre 2008 3 17 /12 /décembre /2008 15:52


Dans un article du 26 juin, ORTS – La nouvelle télévision, je soulignais combien la ministre de la culture nous prenait pour des imbéciles en contestant la prise de contrôle du pouvoir sur la télévision.


C’est chose faite aujourd’hui et de quelle manière !


Au prétexte que la discussion à l’Assemblée nationale a traîné en longueur, le pouvoir a donc décidé d’y mettre fin, sans attendre le vote du Parlement. Après avoir pensé agir par décret pour supprimer la publicité sur les chaînes publiques à partir du 5 janvier, mais craignant un recours devant le conseil constitutionnel, le pouvoir a sommé Patrick de Carolis d’exécuter la sentence. Celui-ci, à la demande de son actionnaire principal – L’Etat - a donc soumis à son conseil d’administration la demande de suppression de la publicité (après 20h) sur la télé publique, dès le 5 janvier. Son conseil d'administration a voté une résolution en ce sens, par 9 voix pour et 2 contre.


Les télés privées (1) et les amitiés Sarkozystes n’attendent pas ! L’Assemblée nationale est donc dessaisie de fait (2), et le Sénat doit débattre de ce projet à compter du 7 janvier alors que la mise sous tutelle de l’audiovisuel public est déjà prononcée …


Dès que quelque chose ne plaira pas à Sarko, le conseil d’administration de France-Télévision se soumettra aux ordres de l’actionnaire majoritaire, comme il vient de le faire. C’est ce qu’on appelle une télévision à la botte du pouvoir.



(1) Télé Bouygues, pardon TF1, avait plaidé fin 2007 auprès des pouvoirs publics pour la suppression de la publicité sur les chaînes publiques. Cette demande figurait dans un "livre blanc" que le groupe a remis entre mi-décembre 2007 et début janvier 2008 aux conseillers de l'Elysée et de ministères.


(2) La réforme constitutionnelle avait été « vendue » en insistant sur le fait que cette révision marquait la volonté présidentielle de renforcer et de donner des droits nouveaux au Parlement. On voit de quelle manière, le doit de la fermer !



 

Merci à Placide

 


Partager cet article
Repost0
16 décembre 2008 2 16 /12 /décembre /2008 18:58

Un de mes récents articles avait pour titre, Sénat, la droite au service des plus riches. Eh bien en cette période crise, cette institution (ou du moins son nouveau président) vient d’octroyer un privilège à quelqu’un qui n’en manque pourtant pas. En effet, cela concerne l’avionneur milliardaire, patron du Figaro.


Serge Dassault, 83 ans et sénateur UMP de l'Essonne, dispose donc depuis peu d'un "salon de réception" pour son usage personnel au "petit Luxembourg", réservé en principe à la présidence du Sénat. Il peut ainsi y accueillir ses visiteurs à loisir : ils y sont reçus avec huissiers, majordomes, rafraîchissements et friandises. C'est le nouveau maître des lieux, Gérard Larcher, qui le lui a octroyé.


A en croire un des collaborateurs du président de la Haute Assemblée, ce privilège est une façon d' "honorer le doyen d'âge du Sénat et de redonner du lustre à sa fonction (sic !)". L'avionneur milliardaire, patron du "Figaro" et maire de Corbeil-Essonnes, conserve, en outre, bien évidemment, son bureau de sénateur.


Le Sénat, une maison de retraite pour privilégiés.

 


Le "Petit Luxembourg"

Partager cet article
Repost0
10 décembre 2008 3 10 /12 /décembre /2008 18:36

Jeudi Noir présente le premier remaniement ministériel en musique !


Après le concours «A quoi sert Boutin ?» (annulé faute de réponses convaincantes), retrouvez le nouveau clip de Jeudi-Noir Boutin, quand est-ce que tu pars en vacances ?



Partager cet article
Repost0
9 décembre 2008 2 09 /12 /décembre /2008 22:09

Le sénateur UMP Philippe Marini, rapporteur du budget,  considérait avec la complicité d’Eric Woerth qu’il fallait montrer « un peu de considération » à l’égard des boursicoteurs en leur permettant de déduire leurs pertes, voir l’article publié le 7 décembre. Cet amendement inique a heureusement été retoqué.


Mais cet homme "épris de justice" a plus d'un amendement dans son sac.

 

Les parents isolés vont à présent voir leur déduction fiscale supprimée dès lors que leur progéniture aura pris son envol. Jusqu’ici, ils conservaient en effet une demi-part supplémentaire sur leur déclaration d'impôt à vie. La perte sera en moyenne de 400 euros pour les 4,3 millions de personnes concernées, des femmes célibataires, veuves ou divorcées le plus souvent. L'économie réalisée s'élève ainsi à 1,7 milliard d'euros. La dégressivité de la mesure amènera la disparition complète de cet avantage en 2018. Et cette fois le ministre du budget Eric Woerth y voit une "mesure du justice".


La perte moyenne est évaluée à 400 euros. Si la déduction à vie peut se discuter, le plus choquant dans tout ça, c'est que Marini et Woerth justifient la suppression de cette 1/2 part, et que d'un autre côté, les mêmes proposaient une déduction de 10 700 euros pour les contribuables assez aisés pour jouer leurs économies en bourse ?


Tout ça devient insupportable et à trop tirer sur la corde, elle finit par se rompre. 



Partager cet article
Repost0
7 décembre 2008 7 07 /12 /décembre /2008 21:14
Le sénateur UMP Philippe Marini a confirmé avoir déposé un amendement au projet de budget 2009 permettant aux particuliers de déduire les pertes enregistrées en Bourse en 2008 de leurs revenus imposables. Le rapporteur général de la commission des Finances du Sénat a précisé à l'AFP (Agence France Presse) que cet amendement avait été élaboré "en concertation" avec le ministère de l'Economie et des finances.

Les particuliers ayant subi des pertes boursières en 2008 pourront les déduire de leurs revenus imposables 2009, dans la limite de 10.700 euros.

Alors que des millions de français connaissent une stagnation et plus souvent une baisse de leur pouvoir d’achat, que des milliers d’autres vont vivre une fin d’année difficile avec des pertes de salaires liées au chômage technique, une fois de plus, ce n’est pas à eux qu’a pensé ce gouvernement.
C’est tout simplement scandaleux. Les boursicoteurs doivent assumer leurs choix. Trop facile que d’engranger les plus-values et d’être exonérés sur les pertes.
C’est ce que Sarkozy et les siens appellent moraliser le capitalisme !!!
Partager cet article
Repost0
6 décembre 2008 6 06 /12 /décembre /2008 17:47
Après les banques qui étaient déjà passées au guichet, c'est au tour des employeurs de passer à la caisse. Mais pour les salaires, il faudra repasser.

Le comble, c'est que les salaires risquent même de tirer encore plus vers le bas. On sait déjà que c'est la pratique des employeurs, mais Sarkozy, le chantre du pouvoir d'achat, vient de les encourager  à faire moins encore. Dans le cadre des mesures pour l'emploi, pour tout salarié embauché, les entreprises de moins de 10 salariés verront leurs charges sociales patronales compensées par l'état à 100% au niveau du SMIC et de façon dégressive jusqu'à 1,6 SMIC.

Autant dire que c'est un encouragement à embaucher au plus bas. Merci Sarko. Et pour les autres salariés pour qui rien n'est prévu, vous n'avez qu'à changer de voiture, et si elle a plus de 10 ans vous toucherez une prime à la casse de 1000 euros. Vous n'avez pas les moyens d'en acheter une neuve, tant pis pour vous, falllait pas être embauché au SMIC. Si en plus il faut s'occuper des pauvres. Merci Sarko.



   
Partager cet article
Repost0
1 décembre 2008 1 01 /12 /décembre /2008 11:49

Il ne faudrait pas avoir la mémoire courte, ce serait dommage, car ceux de sa famille politique qui se présenteront à vos suffrages en 2009 et ensuite sont des soutiens sans faille de ce petit personnage. Merci à Plume au vent grâce à qui j'ai découvert cette vidéo instructive.


Je me prends à rêver qu'Arlette Chabot dans son émission "A vous de juger" diffuse ces images (on pourrait en ajouter, car il y a d'autres sujets où ses promesses ont été oubliées ou contredites) et demande ensuite des explications à Sarkozy.


Ce n'est qu'un rêve, dommage. Bon alors, avant de sonder les français sur la popularité de Sarko, obligation de faire visionner ces 4'12, car certains ne doivent pas être au courant de sa politique !





Partager cet article
Repost0
30 novembre 2008 7 30 /11 /novembre /2008 21:58

Le Sénat continue de se distinguer. Je faisais état dernièrement du vote des sénateurs de droite supprimant l'amendement qui soumettait à imposition les indemnités généreusement accordées à Tapie.


Ils poursuivent honteusement dans la même lignée. En effet, à l’instigation de Jean-Jacques JEGOU, Sénateur UDF du Val de Marne, un amendement rendant imposables les indemnités journalières accident du travail a été adopté. Cette mesure, consiste à prendre 520 millions d’euros dans la poche des salariés victimes d’accidents du travail, sans préjuger de leur incapacité future à exercer une activité professionnelle.  Dans ce cas, ils devront par une pénible voie de recours demander le remboursement des impôts indûment payés.


Dans la foulée, les mêmes ont voté la taxation du produit des intérêts placés sur les plans épargne logement, qui constituent pourtant un des éléments de l’épargne des ménages salariés.


Ils sont vraiment pourris ces sénateurs, car dans le même temps, cette droite sénatoriale s’est distinguée pour la défense des gros patrimoines, réclamant encore et toujours un allègement de l’impôt de solidarité sur la fortune et des droits de transmission.


Bravo à ces vaillants sénateurs de droite, les très gros contribuables leur disent Merci ! Pendant ce temps, les contribuables modestes et moyens sont taxés encore une fois.

Partager cet article
Repost0