Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Réagir - Blog militant de joseph coutant
  • Réagir - Blog militant de joseph coutant
  • : Réagir : S'opposer activement à l'action de qqch, résister. La devise issue de la révolution française "Liberté, Egalité, Fraternité" étant de plus en plus mise à mal, ce blog est un moyen pour moi de faire partager mes réactions sur l'actualité politique, sociale, etc.
  • Contact

Rechercher

Tags

1 août 2017 2 01 /08 /août /2017 22:33

Alors que beaucoup d'élus socialistes ont été balayés lors des dernières élections législatives, payant les politiques de trahison et d'austérité pratiqués par le pouvoir en place, il se trouve que M. Valls a été élu. Paradoxal quand on sait qu'il a été l'un des premiers responsables de cette politique, puisqu'il aura été premier ministre durant les trois dernières années du quinquennat Hollande. La versatilité des électeurs est parfois très surprenante.

 

Bien entendu il ne siège pas avec les socialistes, car comme la trahison est une seconde nature chez ce personnage, il a largué les socialistes pour rejoindre les députés de la république en marche (arrière).

 

Lors de l’examen du texte sur la moralisation de la vie publique à l’Assemblée nationale, a resurgi le débat de la rémunération des parlementaires. Et en terme de moralisation, Valls n'a rien trouvé de mieux que de mettre sur la table de la commission des lois la question de l’augmentation de l’indemnité des élus, quitte à le faire « contre l’opinion ». Aujourd’hui, les députés touchent une indemnité de base de 7 209,74 euros brut mensuels, à laquelle s’ajoute l’indemnité représentative des frais de mandat (IRFM, 5 840 euros brut), non fiscalisée, et qui, historiquement, servait de complément de rémunération.

 

Mais si j'en parle, c'est avant tout parce que ce même Valls, chef de gouvernement, avait toujours refusé le moindre coup de pouce au SMIC pour ne pas introduire « un risque de déstabilisation » dans un contexte économique « encore fragile ».

 

Voilà ce qui se passe quand les électeurs ont la mémoire courte.

Partager cet article

Repost 0
27 juillet 2017 4 27 /07 /juillet /2017 18:10

Muriel Pénicaud, la ministre du travail, est complètement discréditée pour poursuivre la réforme du code du travail. L'Humanité vient de révéler ce jour qu'en 2013, elle a réalisé une plus-value boursière de 1,13 million d’euros sur ses stock-options en tant que dirigeante de Danone, profitant de la flambée en Bourse qui a suivi l’annonce de 900 suppressions d’emplois du groupe en Europe.

 

Et c'est cette même Pénicaud qui dans la nouvelle loi travail XXL, destinée à satisfaire les appétits du patronat, veut entre autres mesures plafonner les indemnités prud'homales.

 

Il parait que Macron était à cheval sur la morale, la transparence et l'éthique. Si Muriel Pénicaud entre dans ces cases, les clés de la Banque de France peuvent être confiées au plus grand des escrocs.

 

Pour savoir comment elle a réalisé cette plus-value, Voir l'article de l'Humanité.

Partager cet article

Repost 0
27 juillet 2017 4 27 /07 /juillet /2017 17:15
Déclaration des député(e)s communistes et républicains suite aux révélations du journal L'Humanité sur Muriel Pénicaud

Partager cet article

Repost 0
12 juillet 2017 3 12 /07 /juillet /2017 08:31

Avant le second tour des législatives, je publiais un billet où j'écrivais : « On peut penser qu'il suffit d'avoir l'étiquette En Marche pour recueillir les suffrages. Mais ça fait quand même peur ». C'est vraiment le cas, et en voilà un nouvel exemple. Et alors que le gouvernement au service du monarque Macron est en train de casser le droit du travail conformément aux désirs du Medef, voilà ce que déclare dans une courte vidéo la députée d'en marche Mireille ROBERT.

 

« Depuis que je suis députée et que je vais à l’Assemblée nationale, je suis allée à des cocktails et des cocktails et des cocktails, chez des ministres, des secrétaires d’État, dans de beaux endroits. Ce que j’apprécie particulièrement, c’est qu’on nous sert essentiellement du vin et du champagne. Je regrette bien évidemment qu’on nous serve pas de la blanquette, mais j’apprécie qu’ils servent des produits français et de bonne qualité", lâche-t-elle à propos de la blanquette de Limoux. »

 

Voilà une triste image de cette majorité de laquais, capable de tels propos, mais silencieuse dans l'assemblée quand les amendements des députés communistes et de la France insoumise sont refusés les uns après les autres avec mépris.

 

Préparons nous à poursuivre les luttes, sinon, ce sera "en marche arrière" dans beaucoup de domaines.

Partager cet article

Repost 0
9 juillet 2017 7 09 /07 /juillet /2017 21:48
Pour un Code du Travail protecteur des salarié(e)s, non à la loi travail XXL

Cliquez sur ce lien pour signer la pétition

 

 

Des alternatives existent à la casse du Code du travail, des services publics, de la sécurité sociale et plus largement des protections sociales. Des alternatives existent au manque de démocratie et à l'état d'urgence permanent.

Nous, militant-es associatifs, syndicalistes, politiques, intellectuel-le.s, salarié.e.s de toutes catégories avec ou sans-emploi, jeunes, retraité.e.s, appelons à construire la mobilisation pour faire échec à ces projets et construire une alternative au service du progrès social.

Pour un Code du Travail protecteur des salarié(e)s, non à la loi travail XXL

Partager cet article

Repost 0
22 juin 2017 4 22 /06 /juin /2017 17:56
Des gens ont faim et soif, laissez les crever, message décodé de la SNCF

Partager cet article

Repost 0
21 juin 2017 3 21 /06 /juin /2017 07:20
Macron et ses députés "godillots" n'auront pas les mains libres pour tout casser

Partager cet article

Repost 0
8 juin 2017 4 08 /06 /juin /2017 22:43

Après une longue phase tactique durant laquelle les intentions étaient secrètement gardées, le gouvernement vient d’annoncer, à quelques jours du 1er tour des législatives, sa feuille de route concernant les réformes sur le droit du travail, et ce, parce que un média a dévoilé un document préparé par la direction générale du travail mais tenu secret.

 

Une piètre stratégie a été démasquée, alors que l'objectif de Macron n’est autre que le démantèlement du Code du travail, un des piliers essentiels de notre modèle social, construit pas à pas depuis des décennies et qui rythme, au bas mot, la vie de millions de salariés.

 

Depuis des semaines, le chef de l’État et son gouvernement affirment qu’ils consulteront les syndicats, en vantant les mérites d’une méthode qui ressemble plus, à ce jour à de l’enfumage qu’à de véritables intentions de négocier.

 

Aujourd’hui encore, aucun texte ne précise les mesures concrètes qui seront avancées.

 

Répéter sans cesse que 50 réunions sont d’ores et déjà programmées avec les syndicats sans, toutefois, préciser que pris séparément chacun bénéficiera en tout et pour tout de 3 réunions de 2 heures sur les 3 thèmes décidés, c’est tout bonnement scandaleux.

 

Dissimuler les véritables objectifs, attendre les résultats des législatives, jouer du nombre de rencontres avec les syndicats puis promulguer par ordonnances une reconfiguration d’un Code du travail aux services du patronat, voilà ce qui pourrait nous attendre.

 

Le gouvernement a beau avancer masqué, cela ne laisse guère de doutes sur les mesures envisagées dans la droite ligne de la loi travail ; mesures qui pourraient se révéler beaucoup plus dangereuses que les intentions affichées : en renforçant principalement le lien de subordination des employeurs, en vidant de sa substance les contrats de travail et en ouvrant la possibilité de pouvoir licencier sans ménagement.


La méthode est donc révélatrice de la nocivité du projet.

 

Une possibilité nous est donnée les 11 et 18 juin d'empêcher la violence en préparation contre le droit du travail. Pour cela, il faut empêcher Macron d'avoir une majorité à l'Assemblée nationale et faire élire le plus grand nombre possible de députés communistes et insoumis qui refuseront de voter les habilitations pour les ordonnances et qui porteront des propositions alternatives et de progrès.

 

Après il ne faudra pas se plaindre.

 

Partager cet article

Repost 0
31 mai 2017 3 31 /05 /mai /2017 00:58

Le patronat, à qui Myriam El Khomri avait donné satisfaction avec la casse du Code du Travail, doit être satisfait de la nomination de Muriel Penicaud comme nouvelle ministre du Travail chargée de mettre en œuvre le programme du candidat Macron et sa Loi Travail XXL.

 

Directrice générale de Business France, elle a le parcours d'un pur produit du système, enchaînant les postes à responsabilités dans les entreprises cotées en Bourse comme Dassault Systèmes ou chez Danone où elle dirigea les ressources humaines de 2008 à 2013. Elle a également siégé dans les conseils d'adminisrtration à Aéroports de Paris, Orange ou encore la SNCF. Elle déclarait en mars dernier à l'AFP savoir murmurer à l'oreille des dirigeants : « Je parle le même langage qu'eux. Je parle stratégie business avant de parler France ». Si cela rassure le patronat, ça n'a pas de quoi rassurer les salariés.

 

Et son directeur de cabinet, c'est Antoine Foucher, ancien cadre dirigeant du Medef, déjà passé par le cabinet du ministre du travail Xavier Bertrand. Un ancien secrétaire confédéral de FO chargé de l'emploi et de la formation professionnelle pendant 9 ans devient directeur adjoint du cabinet. Stéphane Lardy avait quitté ses responsabilités syndicales pour intégrer l'inspection générale des affaires sociales mi 2016. Prise stratégique que cette nomination d'un syndicaliste ? Il est décrit comme « un réformiste convaincu » et est membre du PS, ceci explique celà. Il y a également l'économiste Marc Ferraci, nommé conseiller spécial auprès de la ministre du Travail. C'est un ami de longue date de Macron, témoin à son mariage.

 

Pierre-André Imbert, l'ancien directeur de cabinet de Rebsamen et concepteur de la loi travail, a été nommé conseiller social à l’Élysée. S'ajoutent Franck Morel, un ancien du cabinet de Xavier Bertrand ainsi que Thomas Fatome, ancien collaborateur de Wauquiez et à présent directeur de cabinet du 1er ministre. Cette équipe de choc a donc pour mission de démanteler le Code du Travail, ou ce qu'il en reste, pour parachever "l'oeuvre" de Myriam El Khomri.

 

Il faut agir contre la monarchie présidentielle, contre un Président qui veut bâillonner le Parlement. Pour cela, nous devons faire élire le plus grand nombre de députés communistes et insoumis qui refuseront de voter les habilitations pour les ordonnances et qui porteront des propositions alternatives et de progrès.

 

Partager cet article

Repost 0
1 mai 2017 1 01 /05 /mai /2017 00:15
1er mai 2017, pour le progrès social, la solidarité et la paix

Partager cet article

Repost 0