Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Réagir - Blog militant de joseph coutant
  • Réagir - Blog militant de joseph coutant
  • : Réagir : S'opposer activement à l'action de qqch, résister. La devise issue de la révolution française "Liberté, Egalité, Fraternité" étant de plus en plus mise à mal, ce blog est un moyen pour moi de faire partager mes réactions sur l'actualité politique, sociale, etc.
  • Contact

Rechercher

Tags

19 octobre 2017 4 19 /10 /octobre /2017 18:09

L'objectif des rassemblements et manifestations d'aujourd'hui, à l'appel de la CGT et Solidaires, et FO localement, était de marquer l'opposition aux ordonnances réformant le code du travail, mais pas seulement. La question des attaques contre la protection sociale, les réformes fiscales en cours qui voient les riches comme premiers bénéficiaires des réformes, la suppression des emplois aidés, la diminution des APL, tous ces sujets étaient au cœur du mouvement. Il est dommage qu'il n'y ait pas d'unité plus grande, car pourtant, aucune organisation syndicale n'est en accord avec le gouvernement par exemple sur la question des ordonnances, ni ne cautionne la baisse des APL etc. S'il n'y a pas d'opposition plus forte, il est à craindre que Macron, avec ses mesures libérales en faveur du capital, fasse passer à la trappe le fruit des années de conquêtes sociales.

 

Il se dit que l’Élysée réfléchirait à une commémoration de mai 1968 dont ce sera le cinquantenaire l'an prochain. Il est bon de rappeler que la longue grève de mai 1968 a débouché entre autres sur les accords de Grenelle (du nom de la rue où se situait le ministère du Travail) qui ont abouti par exemple à une hausse de 35% du SMIC.

 

Je me demande bien ce que Macron souhaite commémorer, au moment où il s'en prend à des acquis sociaux datant pour certains des accords de Matignon de 1936, suite à la victoire du Front populaire et des mouvements de grève.

 

Celles et ceux qui croyaient que les acquis sociaux étaient une victoire définitive des salariés peuvent « manger leur chapeau ». Rien n’est jamais définitivement acquis dans l’Histoire. Salaires, congés, retraites, protection sociale, service public… Tout y passe… Les serviteurs zélés du capital ne s’encombrent d’aucune valeur, d'aucune morale, d'aucune éthique. Ce sont justement celles et ceux qui bénéficient le plus de situations privilégiées - acteurs économiques et politiciens - qui oeuvrent pour la destruction des acquis sociaux de celles et ceux qui créent la richesse.

 

Alors n'oublions pas que c’est tous ensemble que nous gagnerons. Si nous laissons faire, nous perdrons ce qui a été si difficile à conquérir par nos aînés, pour laisser à nos enfants et petits-enfants une société toujours moins juste et moins solidaire.

 

Non aux lois au service de la finance et du capital !

 

Fausse manif de droite lors du rassemblement à Niort

Fausse manif de droite lors du rassemblement à Niort

Le rassemblement place des Halles à Niort

Le rassemblement place des Halles à Niort

Partager cet article

Repost 0
18 octobre 2017 3 18 /10 /octobre /2017 08:27

 

Les masques sont complètement tombés : Macron est bien le Président des riches et des patrons.

 

Sa première mesure phare, ce sont les ordonnances pour casser le Code du travail. Les effets attendus ? Une plus grande facilité pour licencier, pour baisser les salaires, pour dégrader les conditions de travail, pour empêcher les salariés de se défendre, bref pour créer du travail bon marché et jetable.

 

Macron ne compte pas s'arrêter en chemin : il veut aussi augmenter la CSG, ce qui aura pour effet notable de baisser le pouvoir d'achat des retraités. Il s'attaque également à notre droit à la retraite : il veut imposer une retraite « par points » dès 2018. Le principe ? On saura combien on cotise, on ne saura pas combien on touchera ! Il veut aussi s'en prendre à l'assurance chômage et à la formation professionnelle : pour lui, le chômeur est seul responsable de sa situation et il n'a qu'à chercher du travail au lieu de « mettre le bordel ». (cf. la petite phrase de son porte-parole Castaner : "Toucher les allocations chômage pour partir deux ans en vacances"). Dans le même temps, il veut diminuer encore les obligations patronales en matière de formation…

 

Il s'en prend aussi aux fonctionnaires, désignés comme les boucs-émissaires des déficits publics. Pourtant, ils subissent depuis plus de 15 ans une baisse constante de leur pouvoir d'achat. Macron veut réduire leur nombre de 120.000… Mais lesquels ?  Et qui fera leur travail ? Va-t-on encore fermer des hôpitaux ? Va-t-on refuser plus de bacheliers à l'Université ?

 

La baisse des aides au logement ? Les étudiants les plus pauvres seront frappés de plein fouet (60% du total de ces allocations sont versés à des personnes qui vivent en dessous du seuil de pauvreté).

 

Toutes ces mesures « doivent être prises » selon Macron, parce qu'il faut « baisser les déficits pour notre bien à tous ». Or, dans le même temps, il ne prend aucune mesure contre l'évasion fiscale. Au contraire, il annonce une baisse de l'impôt sur la fortune et sur les valeurs mobilières. Des économistes reconnus confirment que ces « réformes » vont surtout bénéficier aux 1% les plus riches !

 

Macron veut consolider, en le transformant, le CICE qui a déjà coûté beaucoup d'argent et qui va en coûter encore plus, pour « créer des emplois », alors que le patron du MEDEF lui-même est incapable de dire combien d'emplois ce dispositif a déjà créés.

 

Allons-nous laisser un libéralisme autoritaire s'installer au bénéfice des plus riches et au détriment des plus pauvres ? 

 

Ensemble, nous devons stopper cette terrible régression que Macron veut imposer. Salariés du privé, fonctionnaires, retraités, étudiants ou chômeurs : nous qui ne vivons ni de nos rentes ni de nos dividendes, nous devons nous battre ensemble.

 

C'est le seul moyen d'arrêter le rouleau compresseur qui s'apprête à écraser nos droits, au profit des plus riches. Fin novembre, le parlement devra ratifier les ordonnances sur le droit du travail. Nous devons exiger des parlementaires qu'ils refusent cette ratification.

 

La réalité de la politique Macron s'est imposée aux yeux de tous. Le front des opposants à sa politique s'élargit de jour en jour. Les manifestations organisées depuis la rentrée contre sa politique ont rencontré un large succès.

 

Soyons nombreux encore le jeudi 19 octobre !

Ensemble, on peut tout !

 

 

A NIORT, rassemblement à 11h30

Parvis des Halles

 

Partager cet article

Repost 0
12 octobre 2017 4 12 /10 /octobre /2017 22:48
 
Ce jeudi 12 octobre, les DRH des entreprises du CAC 40 tenaient leur congrès, au Pré Catelan, un restaurant trois étoiles du 16e arrondissement, afin de débattre de l’idéologie managériale. Pour mieux apprécier l’application de la nouvelle loi travail, la « DRH de l’entreprise France » Muriel Pénicaud, était leur invité d’honneur. Syndicalistes, artistes et intellectuels avaient décidé de perturber l’évènement en partant à la chasse aux DRH.

Partager cet article

Repost 0
10 octobre 2017 2 10 /10 /octobre /2017 18:40

Ils n'étaient pas moins de 2500 manifestants ce 10 octobre à Niort, répondant à l'appel national des neuf organisations syndicales de fonctionnaires pour faire front commun contre l'austérité qui mine les salaires et les services publics. Pas que des fonctionnaires parmi les manifestants, mais c'est bien normal, car la défense du service public concerne autant les usagers. La baisse des dotations qui asphyxie les communes a des conséquences sur les personnels, mais également sur les services aux usagers. C'est le cas au niveau des hôpitaux, de l'éducation nationale, des services territoriaux etc. La menace de suppression de 120 000 postes dans la fonction publique pourrait avoir des conséquences dramatiques. Voulons nous moins de personnel hospitalier, moins d'enseignants ?

 

Et que dire de la politique salariale des fonctionnaires. Le gel de leur point d'indice depuis plusieurs années est inadmissible. Si certains les considèrent comme des privilégiés, sauf mauvaise foi, le graphique ci-dessous leur fera peut-être réviser leur jugement.

 

Pour satisfaire les besoins, l'austérité budgétaire doit être remise en cause. L'argent existe à condition de s'attaquer à la finance. Pour trouver les ressources financières, le gouvernement doit s'attaquer à l'évasion fiscale. La commission européenne parle de 1000 milliards pour les 28 états de l'UE. Pour la France le chiffre serait de 80 milliards d'euros annuel. En plus le gouvernement se trompe de cible lorsqu'à cette situation s'ajoute la suppression de l'ISF sur les yachts, lingots et autres biens de luxe et que dans le même temps il ponctionne avec l'augmentation de la CSG.

 

Non, ce 10 octobre n'est pas une fin. Il n'y a pas de démocratie quand il s'agit d'imposer aux citoyens l'injustice sociale. La riposte doit s'organiser, y compris dans la rue.

 

Unité syndicale dans la rue ce 10 octobre à Niort (et ailleurs)
Unité syndicale dans la rue ce 10 octobre à Niort (et ailleurs)
Unité syndicale dans la rue ce 10 octobre à Niort (et ailleurs)
Unité syndicale dans la rue ce 10 octobre à Niort (et ailleurs)
Unité syndicale dans la rue ce 10 octobre à Niort (et ailleurs)
Unité syndicale dans la rue ce 10 octobre à Niort (et ailleurs)
Unité syndicale dans la rue ce 10 octobre à Niort (et ailleurs)

Partager cet article

Repost 0
9 octobre 2017 1 09 /10 /octobre /2017 17:29

Depuis l'arrivée du nouveau gouvernement, les mesures négatives s'accumulent pour les agents de la fonction publique (gel de la valeur du point d'indice, retour à la journée de carence, menace de 120 000 suppressions d'emploi…). Ces mesures vont dégrader le pouvoir d'achat de plus de 5,4 millions d’agents publics avec pour conséquence de fragiliser les services publics (déjà mis à mal) rendus aux usagers.

 

L'ensemble des syndicats se sont mis d'accord pour contrer ces mesures régressives.

 

A l’inverse de ce que fait le gouvernement du président Macron, il faut un service public répondant aux besoins de la population. Cela passe obligatoirement par la remise en cause de l’austérité budgétaire, le renforcement du maillage territorial et des plans d’investissement pour assurer l'ensemble des missions de service public dans les fonctions publiques d’état, territoriale et hospitalière (formation, création de postes sous statut et la titularisation des personnels précaires…)

 

Pour défendre ces revendications, salariés et usagers sont appelés à participer aux manifestations ou rassemblements qui se dérouleront le 10 octobre.

 

A Niort le départ de la manifestation est fixé

à 11 heures Place de la Brèche

 

Partager cet article

Repost 0
5 octobre 2017 4 05 /10 /octobre /2017 17:11

Une nouvelle fois, Macron a affiché son mépris de classe à l'encontre de salariés en lutte pour la défense de leur emploi, lui l'énarque, l'ancien associé de la banque Rothschild. Cela s'est passé alors qu'il était en visite hier à l’École d’Application aux métiers des Travaux Publics à Egletons en Corrèze. La veille il était allé à la rencontre des salariés de Whirlpool d’Amiens qui produiront bientôt des boites aux lettres (et pendant combien de temps?), suite à la délocalisation des sèche-linge de la firme américaine en Pologne. Il voulait leur donner à penser qu’il était pour quelque chose dans la reprise du site par un industriel local.

 

Hier à Egletons, des salariés de l'équipementier automobile GM&S à la Souterraine dans la Creuse souhaitaient pouvoir rencontrer le chef de l’État. Ils sont confrontés à la quasi fermeture de leur usine. 157 salariés sur 277 seraient licenciés, dans un territoire déjà sinistré puisque 18,5% de la population de la Creuse vit en dessous du seuil de pauvreté. Les suppressions d’emploi sont imputables à la baisse des commandes des deux donneurs d’ordres que sont Renault et Peugeot-Citroën. Ces deux firmes préfèrent importer des pièces plutôt que de les produire en France. Et pourtant, Macron a refusé de rencontrer ces salariés en lutte pour l’emploi. Les salariés espéraient le rencontrer, mais ce sont les gendarmes mobiles qui les ont accueillis. Alors que le cortège qui comprenait également des élus creusois approchait des lieux de la visite du chef de l'État, les forces de l'ordre ont fait usage de gaz lacrymogène.

 

Pendant ce temps-là, le Président de la République venu parler formation et emploi sur leur territoire discutait avec A Rousset, président de la région Nouvelle-Aquitaine, ce dernier lui faisant part d'une fonderie non loin de là (à deux heures de route de la Souterraine tout de même) qui a du mal à recruter. Et quelle a été la réponse de Macron : « Il y en a certains, au lieu de foutre le bordel, ils feraient mieux d’aller regarder s’ils ne peuvent pas avoir des postes là-bas, parce qu’il y en a qui ont les qualifications pour le faire ».

 

Encore une sortie méprisante de plus de ce président au service des riches qui vient s'ajouter à sa précédente sortie sur sa « détermination absolue à ne rien céder ni aux fainéants, ni aux cyniques, ni aux extrêmes. »

 

Quant aux salariés, et pas seulement ceux de GM&S en lutte, Macron a donné un aperçu de sa conception du dialogue social, l'envoi de CRS.

 

Petit rappel dans le billet du 11 septembre 2017 des précédentes sorties de Macron.

Partager cet article

Repost 0
28 septembre 2017 4 28 /09 /septembre /2017 19:11

Ce n'est pas parce que Macron prétendait vouloir faire de politique autrement qu'il fallait le croire sur parole. On ne doit pas oublier qu'il a fait un passage à la banque Rothschild de 2008 à 2012 et qu'il y a connu une ascension fulgurante, devenant le plus jeune banquier d’affaire nommé associé chez Rothschild à seulement 33 ans. En 18 mois, de 2011 au premier semestre de 2012, avant sa nomination comme secrétaire général adjoint de l’Élysée, il a gagné 2,4 millions d’euros chez Rothschild. C'est toujours Macron qui, ministre de l'économie en déplacement à Las Vegas, déclare : « Il faut des jeunes qui aient envie de devenir milliardaires ».

 

Un proverbe dit : « Ne mords pas la main qui te nourrit ». Et lui, c'est bien la finance qui l'a nourri.

 

 

Cela, Macron ne l'a pas oublié et depuis qu'il a été élu, il fait tout pour satisfaire sa classe, celle des riches. L'Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE), organisme indépendant déclare à propos du projet de loi de finances « Seuls les ménages appartenant au dernier centile de niveau de vie, les 1% les plus aisés, devraient voir leur niveau de vie s’accroître ». Les possédants sont à la fête. La transformation de l'ISF en simple impôt sur la fortune immobilière fera économiser 3,6 milliards d'euros aux 1% les plus riches. Et les « biens meubles » nom de camouflage des lingots d'or, yachts, diamants, chevaux de courses et autres voitures de luxes n'entrent plus dans le calcul du patrimoine.

 

Et pendant ce temps, les retraités qui touchent plus de 1200 euros nets par mois vont se voir appliquer une hausse de la CSG de 1,7 % soit 60% des retraités.

 

C'est pour cela que nous étions dans la rue à manifester, et ce n'est pas terminé. Qui peut admettre que rien ne soit fait contre l'évasion fiscale, que les grandes fortunes soient privilégiées, et que des retraités qui ont laborieusement travaillé soient taxés au nom d'un effort pour la solidarité intergénérationnelle. Certains dans ce gouvernement doivent ignorer que cette solidarité s'exerce déjà, qui par des gardes de petits-enfants, qui par des aides financières parfois pour les enfants avec des situations précaires.

 

Eh bien Macron, moi retraité, je n'ai jamais eu envie de devenir milliardaire, je n'ai jamais eu envie d'avoir une résidence au Touquet, un autre paradis de riches, ni d'avoir voitures de luxe etc. d'ailleurs mes revenus ne le permettent pas. J'aspire seulement à vivre une retraite sereine sans excès dans les dépenses. Allez cherchez l'argent chez ces milliardaires qui pratiquent l'évasion fiscale. Allez le prendre chez vos amis milliardaires, vos semblables, les Niel, Arnaud, Pinault, Dassault etc.

 

NON les retraités ne sont pas des nantis.

 

Macron, votre culte de l'argent et des milliardaires pourrait bien précipiter votre déclin !

Quand Macron exonère les riches et taxe les retraités, la colère monte. Manifestation à Niort, les manifestants quittent la permanence du député LRM G. Chiche

Quand Macron exonère les riches et taxe les retraités, la colère monte. Manifestation à Niort, les manifestants quittent la permanence du député LRM G. Chiche

Manifestation des retraités à Niort - Ici devant la préfecture

Manifestation des retraités à Niort - Ici devant la préfecture

Partager cet article

Repost 0
21 septembre 2017 4 21 /09 /septembre /2017 18:11

Concernant ses réformes, Macron affirmait récemment sa détermination absolue et sa volonté de ne rien céder aux « fainéants, cyniques et extrêmes ». En déplacement à l'étranger, il en a rajouté en proclamant que « la rue ce n'est pas la démocratie ». Jupiter se prend-il pour le Roi-Soleil qui proclamait « l’État, c'est moi » ?

 

Eh bien non! La démocratie ce n'est pas Macron qui agit comme un monarque. Comme le souligne Maurice Ulrich dans l'éditorial de l'Humanité de ce jour, ce sont « la rue et le peuple qui ont pu à maintes reprises imposer les plus grandes avancées sociales et démocratiques. 1936, mai 1968 comptent parmi les plus belles dates de l'histoire de France... C'est seulement en mai 68 qu'ont pu exister les sections syndicales d'entreprise, entre autres acquis d'un mouvement de grève porté par 10 millions de salariés et marqué par des manifestations monstres... »

 

Macron ne devrait pas oublier que l'Assemblée qui lui est dévouée ne représente que 15% du corps électoral. L'élection de Macron ne légitime pas la casse du code du travail. Dans un sondage Viavoice pour Libération, 55% des français jugent que le Code du travail n'est pas assez protecteur. Dans un autre sondage de l'Ifop pour L'Humanité publié vendredi dernier, 81% des français considèrent que le réforme du Code du travail va donner plus de pouvoirs aux chefs d'entreprise.

 

Voilà pourquoi nous étions encore nombreux à manifester aujourd'hui pour dire non à la régression sociale en marche avec Macron et ses ordonnances.

 

Le Code du travail doit être un bouclier de protection pour les salariés.

Deuxième journée de manifestation ce 21 septembre à Niort contre la Loi travail et les ordonnances Macron
Deuxième journée de manifestation ce 21 septembre à Niort contre la Loi travail et les ordonnances Macron
Deuxième journée de manifestation ce 21 septembre à Niort contre la Loi travail et les ordonnances Macron
Deuxième journée de manifestation ce 21 septembre à Niort contre la Loi travail et les ordonnances Macron

Partager cet article

Repost 0
14 septembre 2017 4 14 /09 /septembre /2017 06:44
Et n'oubliez pas  la fête de l'huma les 15-16-17 septembre 2017

Partager cet article

Repost 0
12 septembre 2017 2 12 /09 /septembre /2017 22:07

Il n'y a pas que les militants syndicaux qui contestent cette loi travail. De nombreux économistes s’accordent à dire que cette réforme, comme les précédentes, ne fera pas baisser le chômage mais augmentera encore la précarité et aggravera la pauvreté, comme c’est déjà le cas en Allemagne ou en Angleterre. Partout où ces politiques ont été menées, des millions de salariés sont passés sous le seuil de pauvreté et aucun emploi n'a été créé.

Dans un quotidien local de matin, suite à la visite d'Edouard Philippe dans une entreprise des Deux-Sèvres, un employeur présent réagissait ainsi aux mesures du gouvernement : " La diminution de l'impôt sur les sociétés va nous permettre d'augmenter nos capitaux propres et notre possibilité d'endettement." Et l'emploi dans tout ça ???

 

Contre la loi travail XXL, première mobilisation réussie à Niort ce 12 septembre
Contre la loi travail XXL, première mobilisation réussie à Niort ce 12 septembre
Contre la loi travail XXL, première mobilisation réussie à Niort ce 12 septembre
Contre la loi travail XXL, première mobilisation réussie à Niort ce 12 septembre

Partager cet article

Repost 0