Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Réagir - Blog militant de joseph coutant
  • Réagir - Blog militant de joseph coutant
  • : Réagir : S'opposer activement à l'action de qqch, résister. La devise issue de la révolution française "Liberté, Egalité, Fraternité" étant de plus en plus mise à mal, ce blog est un moyen pour moi de faire partager mes réactions sur l'actualité politique, sociale, etc.
  • Contact

Rechercher

Tags

23 septembre 2009 3 23 /09 /septembre /2009 22:41

Dans le Puy de Dôme, la famille Tang-Zhou vit cachée depuis plus de quinze jours pour ne pas être expulsée. Chen, leur garçon de  quatre ans, né en France, devait faire sa rentrée scolaire, mais la famille a dû se cacher. Le mari, en France depuis 1999, a été débouté du droit d’asile, il est sans papiers. Et le nouveau préfet du Puy-de-Dôme, Patrick Stefanini, ancien secrétaire général de Brice Hortefeux (1) ironise, « Ils sont tellement intégrés qu’il faut encore leur parler en chinois !». En plus de la procédure d’expulsion, ce préfet n’envisage pas moins que de leur demander d’abandonner leurs enfants en France, l’un d’eux n’ayant pas de passeport chinois. Oui vous avez bien lu, abandonner. Lorsque le 2 septembre des policiers se présentent chez eux, outre la convocation pour leur expulsion, ils leur demandent de signer une « délégation d’autorité parentale » visant à déléguer leur autorité parentale à l’aide sociale à l’enfance. Comme le précise la défenseure des enfants Dominique Versini (2), « Quand on délègue son autorité parentale, on la perd, on n’est plus le parent de l’enfant … C’est une atteinte à la convention internationale des droits de l’enfant » dont la France est pourtant signataire.

 

Ces faits se déroulant en Auvergne, comment ne pas penser au régime de Vichy avec la séparation des familles ?

 

(1) Hortefeux, l’homme a qui l’on doit des petites phrases teintées de racisme. En novembre 2007, il soulève une polémique en sous-entendant, lors de l'émission Capital sur M6, que les  sans-papiers n'étaient pas des « citoyens honnêtes, propres » ; récemment lors de l’université d’été de l’UMP, à propos d’un militant d'origine Arabe, il dit : "Quand il y a en a un, ça va... C'est quand il y en a beaucoup qu'il y a des problèmes!"

 

(2) Dominique Versini avait été nommée Défenseure des enfants par décret du Président de la République le 29 juin 2006 (Journal officiel du 30 juin) pour un mandat de 6 ans. Dominique Versini est la deuxième Défenseure des enfants depuis la création de cette autorité indépendante. Cette autorité vient d’être remise en cause puisque vient d’être annoncée la suppression de sa fonction. « L'Élysée, qui est pourtant mon seul interlocuteur (le Défenseur des enfants étant nommé par décret présidentiel) ne m'a toujours pas contactée. »

 


 


Partager cet article

Repost 0
22 septembre 2009 2 22 /09 /septembre /2009 22:10

Un projet de loi prévoit de transformer La Poste en société anonyme, autant dire un  grand pas vers la privatisation. « Pas question de privatiser La Poste », a déclaré ce matin la ministre de l'Economie Christine Lagarde, sur les ondes de France Inter. « Aucun risque de privatisation » avait auparavant affirmé Frédéric Lefebvre. « La Poste restera dans le giron de l'Etat » selon le ministre de l'Industrie, Christian Estrosi... Toutes ces déclarations font suite à l'appel à la grève de cinq syndicats (CGT-SUD-FO-CFTC-CFDT) contre la privatisation. Dominique Paillé, le binôme de Lefebvre, autre porte-parole de l’UMP, d’ajouter « Le Mouvement Populaire et nos militants sont comme tous les Français attachés au statut public de La Poste, la privatisation n'est absolument pas l'intention du gouvernement et de la majorité », « il n'y a aucun, aucun risque de privatisation », a-t-il répété, « ceux qui disent cela sont des menteurs ».

L’on nous parle de statut de "société anonyme" dans le but d’affronter la "concurrence" dans les meilleures conditions. Mais, promis, il n'y aura pas de privatisation, seuls des capitaux publics entreront au capital. Ça ne vous rappelle pas quelque chose ? Il y avait déjà eu le précédent avec France Télécom, il y a eu EDF …

Dans un discours de Nicolas Sarkozy au Sénat, alors ministre de l’intérieur, le 27 avril 2004, voilà ce qu'il disait :

« Il n'y aura pas de privatisation d'EDF ni de GDF, et ce pour une raison simple : EDF et GDF ne sont pas des entreprises comme les autres. »

Et pourtant, quelques mois plus tard, on assistait à  la privatisation d’EDF.

Alors présentement, qui sont les menteurs ?


Partager cet article

Repost 0
22 septembre 2009 2 22 /09 /septembre /2009 22:00

Entre 400 et 500 policiers ont pénétré à l'aube dans cette vaste zone et le principal campement de la ville du Pas-de-Calais a été démantelé. Résultat : 276 arrestations, dont une moitié de mineurs.

 

A la fermeture de Sangatte, l'Etat avait dit « le problème est réglé », nous savions que non : aujourd'hui, on rase ce campement et le problème n'est toujours pas réglé, a dit Vincent Lenoir de l’association Salam.

 

Mais que dire de Besson, ce transfuge passé du PS à l’UMP (c’était peut-être un national-socialiste), qui arrive dans sa grosse voiture une fois évacuée la  jungle, quand les tronçonneuses, bulldozers et autres pelleteuses sont à l’ouvrage. Entouré de journalistes, le ministre de l’Immigration ne cache pas que la question du retour forcé vers l’Afghanistan est à l’étude : « Pour ceux qui continuent de refuser ces propositions, nous envisageons une procédure de retour contraint dans le pays d’origine. » Peu importe que ce soit l’Afghanistan, pays en guerre. Je croyais qu’on n’expulsait pas les ressortissants de pays en guerre …

 

La France patrie des Droits de l’Homme ?

 

Dossier dans l'Humanité du 23 septembre

 

 


Partager cet article

Repost 0
21 septembre 2009 1 21 /09 /septembre /2009 22:00

C'est une affluence énorme qui s'est pressée tout le week-end dans les allées de la fête de l'huma. 600 000 personnes rassemblées sur les 3 jours dans une ambiance chaleureuse. Et quand c'est terminé, on a envie de dire, vivement l'année prochaine, avec l'espoir que d'ici là, la résistance se développera pour s'opposer à la violence de la politique de la droite et à tous les mauvais coups concoctés par le patronat au service des actionnaires.


Pour de nombreux médias, le compte-rendu de la fête de l’Humanité s’est résumé à l’accueil hostile reçu par le ministre de la culture Frédéric Mitterrand, venu de sa propre initiative. Même accueil hostile pour Eric Woerth, invité lui à venir débattre sur le thème « Comment sortir de la crise ? », mais le débat n’a pas eu lieu. Comment pouvait-il en être autrement alors que la fête battait au rythme des mobilisations sociales ? La fête de l’Huma, ce n’est pas l’université d’été de l’UMP. Ce fut une fête de solidarité, de fraternité, de débats, de spectacles, de détente.


La jeunesse était au rendez-vous

Direction le camping ...



Ici, la promiscuité n'est pas un problème




Et ça déambulait dans les allées de la fête







La grande scène a été prise d'assaut, et même inaccessible quand elle s'est remplie de 80 000 personnes ou plus pour le concert de Manu Chao ou de Deep Purple. Ce ne sont pas les photos ci-dessous, je n'ai pas pu y accéder.


Mais voici une vidéo de Manu Chao

                           

Manu Chao Fete Huma 2009

envoyé par HumaWebTV. - L'info video en direct.


Le concert de "Café Vista Alegre"





Grand rassemblement de solidarité internationale,

Avec le peuple palestinien et sa représentante en France Hind Khoury,


Avec Fadwa Barghouti dont le mari Marouane Barghouti est injustement emprisonné à vie en Isarël, Avec Denise Hamouri dont le fils Salah est emprisonné illégalement en Israël, avec des femmes des camps de réfugiés et des pacifistes israéliennes.




Solidarité avec les salariés en lutte,

Les Conti avec 4 des 6 condamnés,


Sur la grande scène, le délégué CGT de chez Molex, Elie Domota du LKP, un représentant de l'USTKE de Nouvelle-Calédonie dont le leader Gérard Jodar a été injustement condamné à de la prison ferme, ceux de Caterpillar ...


Les agents EDF et GDF de Toulouse qui connaissent une vague de procédures disciplinaires


Ceux de Goodyear




Les slogans étaient aussi au rendez-vous

















Les débats,

Ici avec Elie Domota


Là aux Amis de l'Huma


Ici lors de la présentation du film "L'armée du crime" par Robert Guediguian et Ariane Ascaride



Ici au forum social où B Thibault était interrogé par 3 journalistes sur l'actualité sociale de la rentrée



Les spectacles,

Sur la scéne Zebrock, Merlot


Allain Leprest


Sur la grande scène, l'orchestre français des jeunes de Radio France




Bien sûr, le village du livre




Le meeting du dimanche après-midi,




Une fête dans la diversité







Mais qui n'est pas de tout repos


  A l'année prochaine.

Partager cet article

Repost 0
19 septembre 2009 6 19 /09 /septembre /2009 11:20

En 2007, pour satisfaire son fidèle compagnon Nicolas Sarkozy, Brice Hortefeux proposait une loi instaurant des tests ADN pour les futurs aspirants à l’immigration en France. Et le jeudi 20 septembre 2007, le projet de loi sur l’immigration était adopté par l’UMP et le Nouveau Centre, rejeté par le PS, le PCF et les Verts.


Au cours d'une interview télévisée accordée à Arlette Chabot et Patrick Poivre d'Arvor le 20 septembre 2007, voici les propos tenait le chef de l’état :


Patrick Poivre d'Arvor : "Les test ADN, ça vous choque comme Fadela Amara ?"


Nicolas Sarkozy : "Le test ADN, d'abord, est sur la base du volontariat. Il est destiné, pour une famille qui vient d'un pays où l'état civil n'existe pas, à prouver que les enfants sont bien les siens et donc à pouvoir les regrouper en France. Vous savez que ce test existe dans onze pays en Europe, dont certains sont socialistes comme la Grande-Bretagne (NDLR – socialiste la Grande-Bretagne ? A mourir de rire) ? Comment se fait-il que cela ne pose aucun problème dans ces pays et que ça fasse débat chez nous ?"


Arlette Chabot : "Parce que chez nous on dit que c'est réservé pour des raisons médicales, aux Français par exemple, ou quand il y a des problèmes avec la justice. Et là, du coup, certains sont choqués. On cite des membres de votre gouvernement qui viennent de la gauche, y compris dans la majorité, qui trouvent ça choquant."


Nicolas Sarkozy: "Je respecte parfaitement cette opinion. Si vous me posez la question de savoir si ça me choque, la réponse est non !"


Et suite à l’annonce par le ministre de l’immigration Besson, du report du décret d’application de cette loi, le chef de l’Etat a tenu des propos complètement différents disant que « Les tests ADN, ça ne sert à rien. C’est stupide ».


Il aurait été mieux de tenir ce propos en 2007. Mais il reste toujours des Copé pour défendre ces tests ADN pour immigrés.

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
18 septembre 2009 5 18 /09 /septembre /2009 21:43

Appel des fédérations et des associations des élu/es

 

Socialistes et Républicains

Communistes et Républicains

 Verts et Ecologistes

de la Gauche Radicale et Républicaine

 du Mouvement Républicain et Citoyen

 

 

Le changement de statut de « La Poste » d’établissement public en société anonyme ouvre la voie à sa privatisation et fait peser de lourdes menaces sur le devenir de ce service public.

 

Le service public postal remplit des missions indispensables en matière d’aménagement du territoire et de lien social. Elles dépassent le cadre universel du courrier et de la presse, de l’accessibilité bancaire et de la présence postale territoriale dans les zones rurales comme dans les quartiers populaires.

 

D’ores et déjà, en France, 6 100 bureaux de poste sur 17 000 ont été transformés en « partenariats » et plusieurs milliers  d’emplois ont été supprimés depuis 2002, au détriment de la qualité d’accueil des usagers, du service de distribution de courrier et des conditions de travail des salarié/es. En Europe, les privatisations postales ont engendré la baisse de qualité de service, une augmentation des tarifs et de nombreuses destructions d’emplois.

 

Le gouvernement et la direction de La Poste invoquent une directive européenne pour justifier leur projet. Cet argument est faux. En aucun cas l’Union européenne n’impose de modifier le statut de l’opérateur ni sa privatisation. Du point de vue financier, La Poste dispose d’autres moyens que l’ouverture du capital et la privatisation pour faire face à ses besoins de financement.

Nous, élu/es socialistes, communistes, Verts et écologistes, radicaux de gauche et du Mouvement républicain et citoyen estimons que rien ne justifie ce changement de statut. Le service public postal doit être maintenu, modernisé et rénové afin de répondre aux besoins de la population sur l’ensemble du territoire.

 

Nous soutenons la journée de grève et de manifestations des postières et postiers qui aura lieu le mardi  22 septembre 2009, à l’appel de l’ensemble des organisations syndicales de La Poste. (A NIORT, rassemblement à 10h30 devant la préfecture)

 

Nous affirmons que le devenir de La Poste est l’affaire de chaque citoyen/ne. Face à l’obstination du Président Sarkozy et du gouvernement à refuser l’organisation d’une consultation nationale sur un sujet aussi important, nous sommes partie prenante de la mobilisation engagée par le Comité national contre la privatisation de La Poste. Une campagne de votation citoyenne aura lieu du 27 septembre au 03 octobre prochain -point d’orgue de cette mobilisation-, organisée partout en France par des comités locaux regroupant syndicats, associations, usagers, élu/es et collectivités territoriales partenaires. 

 

Nous appelons l’ensemble de la population à venir s’exprimer lors de cette consultation populaire qui se tiendra dans les mairies, devant les bureaux de poste, sur les marchés, dans les entreprises… Aux côtés de nos député/es, sénatrices et sénateurs, nos fédérations et associations pèseront de tout leur poids lors du prochain débat parlementaire pour faire barrage au projet gouvernemental.

 


 

 

Partager cet article

Repost 0
4 septembre 2009 5 04 /09 /septembre /2009 23:55
Communiqué de RESF

Les déclarations d’Eric Besson lors de sa conférence de presse du 3 septembre appellent quelques commentaires.


Il assure que « les parents [emprisonnés en CRA] sont libres de choisir d’amener ou pas leur enfants dans un centre de rétention ou de les confier à l’extérieur » et qu’il « ne suffit pas que l'on entre en France, que l'on inscrive son enfant à l'école pour qu'il y ait protection (ndlr: régularisation) des parents ». Arrogance, vulgarité, démagogie, M. Besson a vite appris de ses nouveaux amis. On dirait du Frédéric Lefèbvre !


Sur le fond, son discours oscille entre inconsistance et monstruosité. Il est stupéfiant d’entendre un ministre tenir des propos d’une telle légèreté sur les questions dont il a la charge. Ramener la véritable odyssée qu’est le parcours de nombre d’immigrés à de vagues formules simplistes (« Il ne suffit pas que l’on entre en France ») témoigne d’une inculture inquiétante. Ce sont des vies entières, des enfants, mais aussi un travail, un logement, des années de présence, une famille souvent que le ministre traite avec tant de désinvolture.


La « liberté » qu’accorde M. Besson aux parents de faire enfermer leurs enfants avec eux ou de les « confier à l’extérieur » (à qui ? A l’assistance publique ?) est une imbécillité ou une monstruosité. Probablement les deux. M. Besson s’imagine-t-il que c’est quand la police débarque à 7 h du matin, arrache les enfants du lit, menotte les parents, qu’on a la « liberté » d’abandonner ses enfants ?


En d’autres temps, les possédants, les bien-pensants et les parvenus soupçonnaient les milieux populaires de faire des enfants pour vivre des allocations familiales. M. Besson renouvelle le genre en les accusant d’utiliser leurs enfants pour obtenir des papiers. Le style, c’est l’homme. Il ne suffit pas d’énoncer des platitudes pour justifier des infamies.


Partager cet article

Repost 0
3 septembre 2009 4 03 /09 /septembre /2009 14:06
Le rendez-vous de la gauche sociale et politique

Dans un contexte de crise, face à un pouvoir de droite sourd aux aspirations populaires et qui organise méthodiquement  la destruction des droits sociaux et des libertés, la Fête de l’Humanité sera utile pour hausser le ton, se rassembler et défricher les voies unitaires d’un projet progressiste. Elle sera utile à toute femme et tout homme se réclamant de la gauche sociale et politique, au-delà de ses engagements et de ses votes.


Le lien sur le programme de la fête



Partager cet article

Repost 0
3 septembre 2009 4 03 /09 /septembre /2009 13:20

Moi, Chama, cinq ans, sans-papiers et sans père

Chama, petit garçon angolais, est rentré seul au CP hier. Le tribunal administratif de Cergy-Pontoise a rejeté, hier, le recours contre la procédure d’expulsion de son père, Joao Abel Gabriel, arrêté mercredi dernier et placé en centre de rétention. Depuis, Chama est livré à lui-même.


« Écoeurement », « stupeur », les amis et soutiens du petit Chama et de son père étaient sous le choc, hier soir, après la décision du tribunal administratif de Cergy-Pontoise de maintenir en rétention Joao Abel Gabriel. « Il est expulsable à tout moment, sans son fils, qui reste en France et devrait être placé à la DDASS », explique son avocate Me Herrero. « Comment un magistrat peut-il considérer comme légal de séparer un fils de son père ? » s’emporte Jean-Michel Delabre, du Réseau Éducation sans frontières.


Le matin pourtant, chemise blanche, médaille de foot autour du cou et baskets neuves, Chama s’était fait beau pour plaire au juge du tribunal administratif de Cergy-Pontoise, qui devait statuer sur l’arrêté préfectoral de reconduite à la frontière (APRF) pris à l’encontre de Joao Abel Gabriel. Du haut de ses cinq ans, le petit garçon a compris que cette journée est décisive pour sa vie future. Vivra-t-il avec son père en France ? En Angola, pays où il n’a jamais mis les pieds ? Ou sera-t-il placé et son père, lui, ramené de force en Afrique ?


Interpellé le 26 août dernier à Roissy alors qu’il allait y chercher du travail, cet Angolais de quarante-quatre ans sans papiers a été mis en rétention. L’oeil rivé sur leurs quotas, les forces de l’ordre ont oublié son petit garçon, Chama Dieumerci, né en France il y a cinq ans et scolarisé à Saint-Denis. La mère ayant été déchue de ses droits, Joao élève seul l’enfant. Depuis une semaine, c’est la petite amie de Joao, âgée de vingt-deux ans, qui s’occupe de Chama.



« L’audience a été très dure, raconte l’avocate Catherine Herrero. Le papa de Chama a pris la parole pour dire que son fils allait entrer en CP et qu’il aimerait bien l’accompagner. » Visiblement prête à tout pour expulser ce père de famille, la préfecture avait commis un mémo dénonçant « l’éducation déliquescente de l’enfant ». L’avocate s’emporte : « C’est tout bonnement scandaleux ! Ils font référence à une mesure d’assistance éducative qui concerne principalement la mère et indique, au contraire, que le père s’occupe très bien de son fils. Obsédés par la politique du chiffre, ils oublient toute considération humaine. » Car cet APRF viole des conventions internationales signées par la France qui garantissent le droit à la vie familiale et prône l’intérêt supérieur de l’enfant. À plusieurs reprises, le père a essayé de régulariser sa situation. En 2002, il était débouté du droit d’asile et, en 2006, de la circulaire Sarkozy, qui promet pourtant la régularisation aux parents d’enfants scolarisés.


Au tribunal, la directrice de l’école maternelle Puy-Pensot, où était scolarisé Chama ces dernières années, avait pourtant apporté son soutien et celui de l’équipe pédagogique, certifiant, lettres à l’appui, la participation et l’investissement du père dans la scolarité de son enfant. Ce matin, Chama aurait sans doute voulu, comme tous les enfants de France, tenir la main de son papa, pour entrer au CP.


Marie Barbier pour L'Humanité


Le ministre de l’Immigration, Eric Besson, s’est engagé jeudi à réexaminer le dossier de Chama, après la campagne menée par RESF, relayée par l’Humanité, ainsi qu’une lettre du député socialiste Jack Lang. Tout en disant refuser de commenter un cas particulier, Eric Besson a déclaré jeudi lors d’une conférence de presse qu’il allait réexaminer le dossier. Le ministre a cependant indiqué que l’enfant pouvait, parmi d’autres possibilités, être reconduit avec son père dans le pays d’origine de ce dernier, bien qu’il soit né en France.


Partager cet article

Repost 0
2 septembre 2009 3 02 /09 /septembre /2009 23:43
On avait déjà entendu Michèle Alliot Marie prétendre qu'il n'y avait pas d'objectifs de fixer dans les commissariats.

Eh bien concernant les sans-papiers, le Canard Enchaîné révèle au travers d'une note signée du capitaine de police Estelle Tafanelli, que le commissariat de Sèvres dans les Hauts de Seine avait montré un certain relâchement. Et voilà un petit rappel à l'ordre du capitaine (document ci-dessous).


Voilà de quoi certainement satisfaire le ministre de l'intérieur (un certain B Hortefeux) et le ministre de l'immigration, le dénommé E Besson, dont l'objectif est de 26 000 reconduites à la frontière en 2009. Les préfets les plus zélés ne sont-ils pas réunis le 10 septembre pour recevoir les félicitations du ministre Hortefeux !
 

Il est beau le pays des Droits de l'Homme !


Partager cet article

Repost 0