Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Réagir - Blog militant de joseph coutant
  • Réagir - Blog militant de joseph coutant
  • : Réagir : S'opposer activement à l'action de qqch, résister. La devise issue de la révolution française "Liberté, Egalité, Fraternité" étant de plus en plus mise à mal, ce blog est un moyen pour moi de faire partager mes réactions sur l'actualité politique, sociale, etc.
  • Contact

Rechercher

Tags

10 juillet 2017 1 10 /07 /juillet /2017 08:17

 

Communiqué d'Alain Bruneel, député communiste du Nord

 

De l'enfer de « ceux qui ne sont rien » est fait le paradis de « ceux qui réussissent » !

Partager cet article

Repost 0
12 janvier 2017 4 12 /01 /janvier /2017 17:34

Le groupe CRC ( Communiste Républicain et Citoyen ) au Sénat avait déposé une proposition d'abrogation de la loi Travail. La présidente du groupe a rappelé que cette proposition est un appel à refuser la résignation, à poursuivre la lutte pour placer la question de l'abrogation au cœur des élections présidentielle et législatives. En effet, cette loi imposée par le 49-3 comporte des mesures régressives concernant par exemple les règles du licenciement économique.

 

« Quel sens y aurait-il à abroger aujourd’hui une loi qui vient tout juste d’entrer en vigueur ? » a demandé dans son intervention la ministre El Khomry. Elle a rappelé que le gouvernement « croyait plus que jamais au bien-fondé et à l’utilité de cette loi ». « Ce texte renforcera nos syndicats, ce texte renforcera les protections des salariés et ce texte renforcera nos entreprises », martèle-t-elle, avant de conclure, droite dans ses bottes : « C’est un choix que le gouvernement assume pleinement : celui d’avancées sociales réelles, inscrites dans le temps long, plutôt que la défense du statu quo et le vacarme parfois vain du temps présent ».

 

Bel exemple d'avancées avec le quotidien La Voix du Nord : son plan social retoqué l'an dernier, est désormais autorisé. La Voix du Nord a annoncé la mise en place d'un plan social prévoyant la suppression de 178 postes, soit 25% des effectifs, qui devait être présenté le 10 janvier lors d'un comité d'entreprise extraordinaire. Pourtant, l'entreprise est bénéficiaire, avec 5 millions d'euros de résultats net d'exploitation en 2016. L'entreprise utilise donc la réforme des plans sociaux prévue dans la loi Travail, qui permet désormais de licencier en cas de baisse du chiffre d'affaire, même si l'entreprise est bénéficiaire. Merci El Khomry, Macron, Valls qui ont porté cette loi Travail.

 

Le vote du Sénat, malheureusement pas surprenant, n'a pas adopté cette abrogation de loi proposée par les communistes. Voir ci-dessous le détail des votes. La droite n'a pas participé au scrutin, à l'exception du milliardaire Dassault qui a apporté son soutien à El Khomry en votant contre l'abrogation. Les élus FN qui prétendent défendre les salariés étaient absents. Les écologistes se sont abstenus. Quant au groupe PS, à l'exception de 4 d'entre eux, ils ont été 99 à voter contre la proposition communiste.

 

Le vote à gauche pour la présidentielle, c'est le vote Jean-Luc Mélenchon qui s'est engagé à abroger la loi Travail. Et pour les législatives, plus il y aura d'élus communistes au parlement, plus les intérêts des salariés seront défendus.


 

Abrogation de la Loi travail –  Quels élus étaient favorables à l'abrogation ?
Abrogation de la Loi travail –  Quels élus étaient favorables à l'abrogation ?

Partager cet article

Repost 0
16 décembre 2015 3 16 /12 /décembre /2015 11:29

Après la lourde défaite aux élections municipales de 2014, un signal fort envoyé par les français à la gauche, le « je vous ai compris » de Hollande a été d'installer Valls à Matignon le 31 mars 2014, un des plus à droite au PS. Deux jours après après cette nomination, je titrais dans ce blog « Maintenant, ça suffit ! », rappelant que « Nous n’en pouvons plus de voir la droite et l’extrême-droite battre le pavé avec leurs cortèges de haine de l’autre, d’intolérance, de racisme, de sexisme, d’homophobie et d’intégrisme. En France, comme dans toute l’Europe, la rigueur budgétaire et l’austérité imposées par la Commission européenne, François Hollande et le gouvernement pour satisfaire les marchés financiers nourrissent ce climat malsain. Les conséquences sont là : services publics démantelés, acquis sociaux mis à mal… Le chômage monte, la précarité s’étend, les jeunes galèrent, les salaires et les retraites sont en berne. Les inégalités se creusent tandis que les grandes entreprises versent aux actionnaires des dividendes insolents. Partout ces politiques provoquent indignations, colères et désespoirs. Elles nous révoltent. »

 

Ont suivi les élections départementales de mars 2015 qui se sont traduites par une nouvelle Berezina. Sourd au message des électeurs, indifférent à l’abstention massive de l’électorat de gauche, Manuel Valls et son gouvernement se sont enferrés à poursuivre leur politique libérale effrénée. Casse des services publics, libéralisation du marché du travail, refus de toute augmentation des salaires etc.

 

Le résultat des élections régionales, nouvelle séquence politique catastrophique, est la suite des signaux envoyés précédemment.

 

Au lendemain de ces élections, la 1ère réponse envoyée par le gouvernement est un refus de tout coup de pouce au SMIC comme c'est le cas depuis 2008. Ce n'est pourtant pas une fuite en avant des salaires qui est responsable des 600 000 chômeurs de plus depuis l'élection de Hollande. Pour tous ceux qui attendaient une inflexion à la colère sortie des urnes, voilà la première réponse du gouvernement :Tout continue comme avant.

 

Avant qu'il ne soit trop tard, il est urgent que toutes les forces citoyennes, sociales et politiques qui ont envie de changement dans notre société, puissent se retrouver pour redonner de l'espoir en construisant un nouveau projet politique à gauche.

Partager cet article

Repost 0
2 septembre 2015 3 02 /09 /septembre /2015 07:20

L'an passé, le 1er ministre Manuel Valls avait été ovationné après son discours à l'université du Medef. Comment pouvait-il en être autrement puisqu'il promettait : « Nous allons accroître la concurrence, alléger certaines règles, je pense à celles relatives au travail du dimanche ou à l’urbanisme commercial. » « Notre droit du travail est perçu comme contraignant, nos prélèvements comme trop lourds, et nos dépenses comme trop élevées ». Ces mesures ont été mises en oeuvre sans résultat sur l'emploi.

 

Cette année, c'est le ministre libéral Emmanuel Macron qui s'y est attelé (difficile de parler de social-libéral tant il faut chercher le côté social chez lui). Il s'en est pris aux 35 heures, « de fausses bonnes idées » selon l'ancien banquier pour qui « la gauche a pu croire que la France pourrait aller mieux, en travaillant moins ». De quoi ravir un patronat qui veut la suppression des 35 heures depuis longtemps. Et face à un Pierre Gattaz qui a renié sa promesse de créer "1 million d'emplois" signée avec le gouvernement en mars 2014, E. Macron a déclaré que le gouvernement est responsable d'une partie de la faiblesse économique du pays.

 

Les 41 milliards de mesures de réduction du coût du travail consentis aux entreprises avaient pour contrepartie la création de ce million d'emplois. Résultat, le chômage a poursuivi sa hausse. Gattaz n'arbore plus le pin's. Et malgré les résultats catastrophiques, la prochaine étape de ce gouvernement en faveur du patronat, c'est l'allègement du Code du travail, son détricotage, ce Code du travail considéré par Gattaz comme « le fléau numéro un des patrons français ».

 

Les requins du Medef n'en ont jamais assez. Et Valls annonce pourtant qu'il ne va pas changer de cap !

 

A ceux qui n'acceptent pas cette situation, c'est à la construction d'une politique contre l'austérité que l'on doit s'atteler et au soutien des luttes contre l'austérité.

Partager cet article

Repost 0
18 mai 2015 1 18 /05 /mai /2015 22:08

La conséquence directe et dramatique de la politique menée par les gouvernements d’alternance depuis 2002 (paupérisation, compression des salaires et des retraites, chômage, cadeaux fiscaux au grand patronat...) est la montée du FN, qui prône la haine de l’autre et la chasse aux pauvres sans jamais s’attaquer au MEDEF. L’UMP et les dirigeants socialistes en sont entièrement responsables.

Nous appelons donc tous les militants de gauche déboussolés (socialistes, écologistes...), tous les citoyens, tous les partis politiques de gauche à rejoindre le combat contre l’austérité et à construire ensemble une véritable alternative politique ayant pour objectif de redistribuer les richesses et d’être en phase avec les aspirations du peuple.

 

Assemblée citoyenne
Jeudi 21 mai 2015 à 20 h
Salle de la place du Port à NIORT (79)

Qu'est ce qu'être de gauche ? Assemblée citoyenne Jeudi 21 mai à Niort

Partager cet article

Repost 0
19 avril 2015 7 19 /04 /avril /2015 23:48

« Madame Le Pen parle comme un tract du Parti Communiste des années 1970 ». Voilà la dernière insulte de Hollande à l'égard des communistes lors de l'émission Le Supplément sur Canal+ où il était invité ce dimanche.

 

Même s'il a tenté de se rattraper en ajoutant que le Parti communiste « ne demandait pas qu'on chasse les étrangers, qu'on fasse la chasse aux pauvres », ses propos sont une insulte à l'égard des militantes et militants communistes. Hollande aurait-il oublié que dans les années 1970, le parti communiste c'était le programme commun avec le parti socialiste, une candidature commune en 1974, et qu'il avait largement contribué à la victoire de F Mitterrand en 1981.

 

Mais Hollande a oublié cela, comme il semble avoir oublié que s'il a été élu en 2012, c'est aussi avec les voix des communistes, tout comme il a oublié ses engagements de campagne que lui et son gouvernement renient continuellement.

 

Si un parti a lutté et lutte sans relâche contre les idées du Front national, c'est bien le Parti communiste. On ne peut en dire autant du Parti socialiste qui par la voix de Pierre Beregovoy avait dit au début des années 1980 « On a tout intérêt à pousser le Front national, il rend la droite inéligible. Plus il sera fort, plus on sera imbattables. C'est la chance historique des socialistes ».

 

Récemment c'était un député PS qui mettait sur le même plan FN et Front de Gauche voir ici. C'est à présent Hollande qui insulte les communistes. Drôle de façon de faire oublier l'échec de leur politique dont les dégâts contribuent justement à la montée du FN.

Le rappel de cette citation dans l'émission C Politique

Le rappel de cette citation dans l'émission C Politique

Partager cet article

Repost 0
21 mars 2015 6 21 /03 /mars /2015 07:26
Patrick Pelloux soutient les candidats du Front de Gauche

L'urgentiste et chroniqueur à Charlie Hebdo, explique son soutien aux candidats du Front de gauche. Entretien réalisé par Clotilde Mathieu dans L'Humanité du 20 mars 2015

 

Pourquoi soutenez-vous les candidats du Front de gauche aux départementales à Lille ?

Patrick Pelloux Ce sont des amis qui se battent sur le terrain depuis longtemps. Même s’ils ne changeront pas le monde, dimanche, le changement commence aussi en partant de l’échelon local. Les événements terroristes qui ont touché la France, puis le Danemark et maintenant la Tunisie nous poussent à faire bouger les choses, à nous battre et à soutenir ceux qui défendent les valeurs de gauche, la culture et donc la laïcité. Ceux qui luttent contre la crise sociale. Depuis combien d’années nous parle-t-on de la crise ? Les économistes nous servent à chaque fois les mêmes recettes avec toujours les mêmes conséquences, en mettant en accusation le monde du travail, les salariés. À l’image d’un médecin qui reprocherait à son patient d’être responsable de sa maladie.

Une abstention annoncée record, un FN mis en avant qui se sent pousser des ailes, deux mois après les attentats et la mobilisation républicaine du 11 janvier, comment vivez-vous cette situation ?

Patrick Pelloux Il faut arrêter de se leurrer sur le FN. Le dernier scandale au Parlement européen (où vingt assistants parlementaires sont accusés de travailler principalement pour le parti de Marine Le Pen aux frais du Parlement, sans traiter de problématiques européennes – NDLR) montre à quel point il fait partie du système. Le FN est une imposture : partout où il a des élus, il déverse une vision étriquée et punitive de la société, surtout vis-à-vis des classes populaires qu’il promet de défendre. Une vision éloignée de l’égalité de la République. L’abstention est un danger pour la démocratie et la République. Il y a une forme de prétention de la part de ceux qui ne votent pas ; sans doute pensent-ils que le droit de vote est inéluctable, garanti ? Sans doute ont-ils le sentiment que la société n’est jamais menacée ? Or, cette vague terroriste mondiale est une attaque contre les démocraties. Je suis pour le vote obligatoire, mais il faut prendre en compte le vote blanc.

Patrick Pelloux soutient les candidats du Front de Gauche

Partager cet article

Repost 0
20 mars 2015 5 20 /03 /mars /2015 23:04
Le 22 mars, je vote Front de Gauche

Face à la droite et l'extrême-droite, face aux renoncements gouvernementaux
 

Dimanche 22 mars, faisons entendre notre voix, une autre voix, nous sommes en colère mais nous ne nous résignons pas. Nous voulons un nouvel élan progressiste pour notre département et pour notre pays !

Le 22 mars, je vote Front de Gauche

Partager cet article

Repost 0
20 mars 2015 5 20 /03 /mars /2015 18:33

Le ministère de l’Intérieur a décidé d’étiqueter les binômes des élections départementales selon les intérêts politiques conjoncturels du gouvernement. Les binômes composés de titulaires issus du Parti communiste français-Front de gauche et d’Europe écologie les verts seraient étiquetés « divers gauche », alors que tous les binômes alliant un candidat du PS à un titulaire d’une autre formation de gauche, se verraient qualifiés « d’union de la gauche ». Ainsi le ministère de l’intérieur se permet de recomposer la vie politique française par voie administrative.

 

Cela aussi pose un problème de respect de la loi électorale. En effet les élections départementales ont été définies par le législateur comme un scrutin où les deux candidats titulaires sont à égalité de droit et de devoir. Il ne s’agit en aucune manière d’un scrutin de liste comme aux municipales ou aux régionales. Il n’y a donc aucune raison d’effacer l’appartenance politique d’un des membres du binôme au profit de l’autre, ni d’inventer des étiquettes politiques complètement décalées ou inexactes par rapport à la réalité des rassemblements noués au travers des binômes de candidats. Chaque membre du binôme avec sa formation politique peut légitimement se revendiquer de l’intégralité des voix qui se portent sur leur binôme.

 

C’est pourquoi le PCF demande au ministère de l’Intérieur d’arrêter de se mêler de politique. Il doit attribuer les voix de chaque candidat à sa formation ou au rassemblement politique auquel il se réfère. Toute autre solution produirait une comptabilité nationale faussée des voix qui profiterait notamment aux binômes 100% FN dont le score serait ainsi survalorisé.

 

Le PCF veut croire que le ministère de l’Intérieur renoncera à cette tentation étiquetage arbitraire des binômes pour retrouver le chemin de l’impartialité et de la rigueur au service de l’État. C’est pourquoi le PCF publiera ses propres totalisations nationales des forces politiques au lendemain du 1er tour.

Partager cet article

Repost 0
18 mars 2015 3 18 /03 /mars /2015 23:24

Dans un tweet posté le 17 mars (voir ci-dessous) le député d'Indre et Loire J-P Gille met sur le même plan le Front de gauche et le Front national, en les taxant de "frontamentalisme politique". Pire encore, il les assimile aux auteurs des attentats qui ont touché la France début janvier en assassinant lâchement des journalistes de Charlie-Hebdo ainsi que des innocents.

 

Honte à ce député PS qui ose mettre un signe égal entre les convictions et valeurs des gens du Front de Gauche (dont je suis) et  l'extrême droite. Et comme si cela ne suffisait pas, il établit un parallèle au barrage à faire au Front de Gauche (et au FN) pour les élections départementales et celui qui a eu lieu lors des rassemblements du 11 janvier contre les attentats.

 

Devant l'émoi qu'a suscité ce tweet au sein des organisations composant le Front de Gauche, il a cherché à apaiser la situation en déclarant : « Je pense que le FDG est sincèrement contre le FN, et je ne dis pas que les communistes sont des djihadistes, mais il y a une forme de fondamentalisme dans ces deux fronts politiques ». Ce n'est donc pas un dérapage.

 

Si face aux trahisons multiples de Hollande (entre autres "socialistes" ) voter PS à un second tour ou mettre un bulletin nul était devenu pour moi un dilemme, par son comportement, ce député PS apporte pour le futur la réponse à mon interrogation.

Le député socialiste Jean-Patrick Gille a t-il dérapé ?

Partager cet article

Repost 0