Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Réagir - Blog militant de joseph coutant
  • Réagir - Blog militant de joseph coutant
  • : Réagir : S'opposer activement à l'action de qqch, résister. La devise issue de la révolution française "Liberté, Egalité, Fraternité" étant de plus en plus mise à mal, ce blog est un moyen pour moi de faire partager mes réactions sur l'actualité politique, sociale, etc.
  • Contact

Rechercher

Tags

19 avril 2017 3 19 /04 /avril /2017 14:24

Quand on ne pense pas comme ces éditocrates et qu'on veut voter pour Jean-Luc Mélenchon, c'est qu'on serait incultes, émotifs, ignorants, et pourquoi pas illettrés comme l'avait dit Macron à propos d'ouvrières d'une entreprise bretonne qui allait licencier. Et si au contraire c'était justement l'intelligence et la volonté de faire revivre cette belle devise de la République "Liberté, Egalité, Fraternité".

 

Je vous invite à lire à ce propos la merveilleuse chronique " Ma vie au poste, le blog télé de Samuel Gontier " sur Télérama.fr :

 

Les éditorialistes, des tuteurs de choix pour le lierre rampant des mélenchonistes

 

 

Partager cet article

Repost 0
18 avril 2017 2 18 /04 /avril /2017 15:11

On est en droit de se demander à quoi sert le CSA ( Conseil supérieur de l'audiovisuel ) qui depuis le 1er février devait veiller au  principe d’équité entre les candidats à l'élection présidentielle et à l'égalité de traitement durant les deux semaines précédant le 1er tour de l'élection. 

Eh bien, à 6 jours du premier tour, l'équité des temps de parole cumulés TV/radio des candidats et de leurs soutiens depuis le 1er février (via @lemondefr) semble tenir de la recette du pâté d'alouette (un cheval et une alouette) pour le candidat de la France insoumise.

Est-il nécessaire de préciser que le CSA est  composé d’un Collège qui comprend sept membres nommés par décret du Président de la République. Le président du CSA est désigné par le Président de la République, trois membres sont désignés par le président du Sénat et trois autres par le président de l'Assemblée nationale.

A voir le récapitulatif des temps de parole, on peut se demander à quoi sert cette instance de régulation. Avec une indemnité supérieure à 15000 € mensuel pour le président et un peu moins pour les membres, on pourrait attendre un minimum d'efficacité. Il faut vraiment en finir avec cette Vème République et ces instances.

Le 23 avril, votons pour le candidat de la France insoumise Jean-Luc Mélenchon.

 

 

A quoi sert le CSA ? On peut se le demander

Partager cet article

Repost 0
16 avril 2017 7 16 /04 /avril /2017 09:02

Une cabale a été déclenchée dans les médias à propos de l'Alliance bolivarienne dont il est question dans le programme de la France insoumise porté par Jean-Luc Mélenchon.

On ne peut pas tout savoir et parfois même les journalistes n'en savent pas plus que nous, mais face à un candidat qui monte et qui lui va déranger ce système bien en place, il est habituel pour eux de déclencher des peurs.

J'ai trouvé très intéressant cet article paru dans le blog de Mediapart et signé de Olivier Tonneau, enseignant-chercheur à l'Université de Cambridge - Royaume Uni. C'est un spécialiste des Lumières françaises de Pascal à Robespierre en passant par Diderot, enseignant en Angleterre depuis 10 ans.

Je pense que son point de vue est très instructif, en tous cas bien davantage que celui de ces éditocrates qui manipulent l'opinion.

Article en accès libre sur les blogs de Mediapart (lien ci-dessous).

 

L’Affaire Bolivar ou Les Insoumis face aux éditorialistes

La cabale orchestrée contre Jean-Luc Mélenchon à propos de l'Alliance bolivarienne pourrait bien être décisive pour l'élection présidentielle. Mais qui en sortira discrédité? Celui qu'elle vise ou ceux qui l'ont lancée? ...

 

Partager cet article

Repost 0
12 avril 2017 3 12 /04 /avril /2017 15:28

Ce matin, le Figaro sonne la charge contre le candidat J-L Mélenchon avec pas moins de trois pages où ça pillonne et des titres à faire peur. Non je vous rassure, je n'ai pas acheté Le Figaro. Donner de l'argent au milliardaire Dassault, condamné pour achats de voix en 2014, condamné en janvier pour blanchiment de fraude fiscale mais toujours sénateur, ça non !  A propos, il est soutien de Fillon, rien d'étonnant entre escrocs ! Le dossier qui paraissait ce jour était en ligne sur internet. Les titres des articles étaient pensés pour effrayer les bourgeois nantis ou autres classes possédantes. De l'artillerie lourde.

 

Aucune ambiguïté déjà dans le titre du dossier : " Jean-Luc Mélenchon, un projet dévastateur pour la France ".

Et les titres des articles à suivre sont de la même teneur :

"Maximilien Ilitch Mélenchon"

"Mélenchon, un projet à… 270 milliards d'euros"

"Le programme de Mélenchon, un big bang social d'un autre temps"

"Mélenchon veut faire voler en éclats l'Europe «libérale»"

"Le coup de massue fiscal sans précédent de Jean-Luc Mélenchon"

"Mélenchon, l'apôtre des dictateurs révolutionnaires"

"L'immigration vue par Jean-Luc Mélenchon: des mesures à la gauche de la gauche"

 

Ne manque plus que le titre "Mélenchon mangeur d'enfants". Ce n'est pas sans rappeler juin 1936 et le Front Populaire avec l'affolement général des patrons. La semaine tombe à quarante heures. Les maîtres des Forges tonnent contre la « loi de fainéantise » : « Nos entreprises sont perdues. C’est la mort industrielle qui nous guette. Comment relever le pays si nos ouvriers habitués à la tache et fiers de l’accomplir travaillent deux fois moins ? La France va à sa ruine. Ça rappelle des propos actuels. Va t-on voir refleurir des affiches de l'époque (voir ci-dessous).

 

Pas étonnant que ceux qui vilipendent le programme de Jean-Luc Mélenchon soient les mêmes qui veulent faire disparaitre les acquis du Conseil National de la Résistance, dignes héritiers de ceux qui n'avaient pas supporté les accords de Matignon de 1936, augmentation des salaires, congés payés, semaine de 40 heures, conventions collectives, reconnaissance de la liberté syndicale et création des délégués d'entreprises.

 

Face à la désinformation de l'oligarchie qui sent la menace pointer avec la montée dans les sondages de Jean-Luc Mélenchon, vous trouverez les réponses aux mensonges colportés dans  la rubrique Pas de question sans réponse ! , page de désintox du site du candidat de la France insoumise.

 

 

Quand l'oligarchie use de la désinformation, les réponses avec #JLMDesintox
Quand l'oligarchie use de la désinformation, les réponses avec #JLMDesintox

Partager cet article

Repost 0
10 avril 2017 1 10 /04 /avril /2017 18:19

La campagne officielle qui démarre aujourd'hui, prévoit pour les 15 prochains jours l'égalité de traitement pour les 11 candidats à l’Élysée. La première règle est le respect scrupuleux de l'égalité des commentaires sous le contrôle du Conseil supérieur de l'audiovisuel, parmi d'autres règles telles que le même temps de parole pour tous dans les médias etc.

 

Le CSA entend par égalité des commentaires « Les éditoriaux et les commentaires politiques, les revues de presse, les débats réunissant des journalistes, des experts ou d’autres personnes, les analyses et les présentations de sondages d’opinion sont pris en compte dans le temps d’antenne lorsque, pour l’essentiel de leur durée, ils concernent un seul candidat et ne lui sont pas explicitement défavorables. »

 

Tout se joue sur le mot "explicitement".

 

Les auditeurs de France-Inter savent que le seul et unique chroniqueur et éditorialiste économique de la matinale se nomme Dominique Seux. Ce dernier est également directeur délégué de la rédaction d’un quotidien ouvertement libéral, Les Échos, propriété entre autres journaux, de LVMH dont le PDG est Bernard Arnault, le milliardaire le plus riche de France. Fut une époque où une fois par semaine (c'était déjà peu !), Dominique Seux avait un contradicteur des Économistes atterrés. Mais à présent, il peut tranquillement asséner ses options libérales sur une radio du service public sans contradicteur.

 

C'est déjà insupportable, mais ça l'est encore plus quand ce personnage intervient au premier jour de la campagne officielle dans une chronique à charge sur le programme de J-L Mélenchon. Et cela pendant 2' 22" sans réplique possible, puisque l’idéologue libéral est seul devant son micro ; ce serviteur du capitalisme a qualifié le programme de « projet lunaire » en travestissant même le programme pour justifier son analyse. C'est inacceptable !!!

 

Compte-tenu de l'orientation de cet économiste, comment une radio du service public peut-elle permettre à un chroniqueur avec tel parti-pris de poursuivre ses chroniques durant la campagne officielle ? Son temps d'intervention sera t-il décompté du temps de Macron, Fillon ou Le Pen, les chantres du libéralisme ? France-Inter va t-il accorder un droit de réponse à J-L Mélenchon ? Ou va t-il permettre à un économiste de la France insoumise de corriger les contre-vérités du chien de garde libéral Dominique Seux ?

 

France-Inter radio de service public ? Mon œil ! Non seulement les grands groupes financiers aux mains des milliardaires forment une galaxie géante qui règne sur l’information de ce pays (voir infographie), mais le pluralisme qui devrait prévaloir sur le service public est monopolisé par les-mêmes.

 

Le système est vraiment malade, il est nécessaire d'en changer. L'espoir est à portée de voix. Bientôt le pouvoir peut être redonné au Peuple avec la France Insoumise et son candidat J-L Mélenchon ! C'est ce que craignent les milliardaires et leurs serviteurs zélés.

Partager cet article

Repost 0
21 mars 2017 2 21 /03 /mars /2017 15:39

La chronique d'Audrey Vernon du vendredi 17 mars n'est pas disponible à la réécoute sur le site de France-Inter. On ne la retrouve pas non plus en pod-cast. Serait-elle dérangeante ?

 

Elle parlait du suicide d'un cheminot. Il était âgé de 42 ans, et « s’est jeté sous un train » gare Saint-Lazare à Paris. Le cheminot prénommé Edouard était délégué du personnel Sud-Rail. Il avait par ailleurs un statut de travailleur handicapé lié à des « problèmes psychologiques ». Selon Sud-Rail, ce cheminot aurait subi durant « plusieurs années » des attaques de la part d’ « une direction qui ne supportait pas son engagement syndical ». Selon le syndicat, « un conseil de discipline l’avait condamné à un dernier avertissement avant licenciement, avec 12 jours de mise à pied et à un déplacement disciplinaire pour avoir eu un "regard menaçant" envers son directeur » précise le syndicat.

 

A la suite de la page France-Inter indiquant l'indisponibilité à la réécoute, voir le verbatim de la chronique d'Audrey Vernon censurée par France Inter et reprise sur le site de Sud-Rail.

La page France-Inter

La page France-Inter

Le billet d’Audrey Vernon du 17 mars 2017

 

Je suis bien embêtée Eric, je pars en tournée, tout à l’heure en train… et la direction de la SNCF fait rien qu’à tuer des cheminots… ça va pas la tête… 
2 la semaine dernière, un accident du travail et un suicide… Bravo, moi je vous le dis tout net, je sais pas conduire les trains alors comme ce soir je dois être à Thionville à 20h30… ce serait bien que vous fassiez un peu gaffe aux gens … Vous savez les gens c’est… Les trucs dont s’occupe la DRH.

Les dirigeants des entreprises publiques en ce moment, ils font pas gaffe aux travailleurs… 

Leur objectif à la SNCF, La Poste ou l’Hopital, c’est plus de faire rouler les trains, envoyer des lettres ou soigner des gens… 

Non leur objectif c’est d’être rentables comme une entreprise privée … moi je les comprends, j’adore l’argent… Et les services c’est pas rentable… C’est un truc de scouts… 

Aider une vieille chinoise à la poste à remplir son recommandé, on a beau retourner le truc dans tous les sens, c’est pas rentable… (quand je dis « le truc », je parle du problème, c’est pas la vieille chinoise qu’on retourne).
Nettoyer un vieux à l’hôpital pour la troisième fois de la journée, c’est pas rentable… permettre aux gens de se déplacer, c’est définitivement pas rentable…

Du coup ils essaient de presser les travailleurs pour voir ce qui sort.. Peut être de l’or !

La semaine dernière un cheminot qui s’appelait Edouard s’est suicidé en se mettant la tête sur les rails. Il avait 42 ans… Il était syndicaliste… et harcelé par sa direction.
Il n’avait plus de poste, allait être muté et sanctionné, il avait fait un truc très grave, il avait « soutenu le regard »

Alors ses chefs messieurs Théboul, Huteau et Dérousseaux (c’est leur noms, pas une contrepèterie) l’ont convoqué en conseil de discipline. 

Je savais pas qu’adulte on pouvait passer en conseil de discipline… 
J’espère qu’on va pas revenir au bonnet d’âne et aux coups de règles sur les doigts

Vous allez me dire peut être qu’il abusait aussi qu’il se battait pour un jet, une piscine à bulle et un salaire de pdg… 
Même pas !! Il se battait juste pour que les temps d’habillage et de déshabillage soient comptés dans le temps de travail… comme les strip teaseuses.

J’étais gare st Lazare assister au rassemblement en hommage à Edouard, là où il travaillait, là où il s’est tué, C’était beau et triste, mercredi dernier, quai numéro un, tout le monde est allé jeter une fleur sur les rails à l’endroit même où il avait posé sa tête. 

Un rayon de soleil a éclairé ce matin gris, des trains sont passés, faisant hurler leurs sifflets… 

Sa fille qui est infirmière en gériatrie a écrit un texte dans lequel elle dit qu’elle avait été heureuse d’avoir un papa si jeune parce qu’elle pensait pouvoir en profiter longtemps. 

Je voudrais dire aux infirmières, aux cheminots et aux postiers… que Je ne sais ni conduire un train, ni faire un garrot, que je suis nulle en vélo… 

C’est vous qui faites tourner le monde… s’il vous plait, continuez… arrêtez de vous suicider…

Partager cet article

Repost 0
20 mars 2017 1 20 /03 /mars /2017 13:50

Ce titre à propos du pluralisme ne vaut hélas pas que pour le JDD. Alors que samedi la marche pour une VIème République organisée par J-L Mélenchon, le candidat de la France Insoumise, avait rassemblé 130 000 participants, la Une du JDD trouvait le moyen de ne pas en parler, même pas avec un bandeau réservé là à Valls. Par contre, cette Une affiche le portrait du candidat Macron tout en lui consacrant les pages 2 à 5. Ce rassemblement de la France Insoumise était pourtant un des événements du week-end. Il fallait se rendre en page 9 pour trouver un article titré " Mélenchon passe la VIè ", sans qu'on y voit de photo de cette foule rassemblée place de la République.

 

Le candidat Macron qui ne serait ni de droite, ni de gauche (ça c'est certain, comme le gouvernement qu'il a récemment quitté), ni du système (il en est pourtant un pur produit), est bien en cour auprès des médias. A partir du moment où il a fait circuler son départ du gouvernement il y a 6 mois,  le JDD lui a réservé sa première page le 4 septembre 2016, puis 3 fois en 10 semaines, le 4 décembre 2016 ainsi que le 15 janvier et le 12 février 2017, et donc une cinquième fois ce dimanche 19 mars. On dit merci monsieur Lagardère. Il s'est aussi affiché en Une de de Paris-Match les 11 août 2016, 1er septembre 2016, 24 novembre 2016 et 9 février 2017.

 

Point commun aux deux publications ? Leur propriétaire, Arnaud Lagardère. Mais toute relation d’affaire qu’il aurait pu y avoir entre Macron l'ex banquier de chez Rothschild désormais candidat et le groupe Lagardère Active serait bien évidemment fortuite…

 

Sans doute faut-il avoir un esprit malveillant pour imaginer une sorte de favoritisme vis à vis d'un candidat hors système, sans lien avec les pouvoirs médiatico-politico-financiers.

 

La Une du JDD du 19 mars 2016

La Une du JDD du 19 mars 2016

La foule rassemblée à l'arrivée de la marche Bastille - République

La foule rassemblée à l'arrivée de la marche Bastille - République

Partager cet article

Repost 0
7 mars 2017 2 07 /03 /mars /2017 22:04

Concernant les campagnes électorales, le CSA fixe les règles que doivent respecter les médias audiovisuels dans le domaine du pluralisme politique.

 

Concernant l’élection présidentielle, le principe d’équité remplace désormais celui d’égalité du temps de parole durant la période allant de la publication de la liste des candidats jusqu’à la veille de la campagne « officielle ». Seules les deux dernières semaines avant l’élection sont donc encore soumises à l’égalité du temps de parole dans les médias télé et radios.

 

Si l'origine du mot équité vient du latin "aequitas", de "aequus", égal, l'équité est donc un état d'esprit qui prend en considération l'esprit de la loi plutôt que la lettre. L'équité ne correspond donc pas à l'égalité au sens strict, mais serait une "juste mesure", un équilibre.

 

J'ai utilisé le conditionnel pour parler de la juste mesure. Car si le CSA prévoit pour la période allant du 1er février au 20 mars une équité du temps de parole pour les candidats déclarés ou présumés et leurs soutiens, la réalité est toute autre. Voir tableau ci-dessous. Cela ne semble pourtant pas soulever les foudres du CSA.

 

C'est ça le pluralisme des chiens de garde, ah pardon, des médias !

Temps de parole février

Temps de parole février

Partager cet article

Repost 0
16 décembre 2016 5 16 /12 /décembre /2016 17:19

Désinformation sur France Inter

 

Hélène Jouan n'aime pas l'Humanité. Cela s'entend (ou pas …) tous les jours dans sa revue de presse sur France Inter. C'est son droit. Qu'elle déforme le contenu de notre journal pour le discréditer, c'est tout autre chose. Ainsi, hier matin, a-t-elle affirmé que notre éditorial jugeait que « quasi seule » la France était responsable de la situation syrienne alors que nous y soulignons « l'échec des grands pays occidentaux qui avaient choisi le conflit à outrance, donné carte blanche aux sponsors de Daech, l'Aravie Saoudite et le Qatar, laissé la Turquie ouvrir ses frontières aux djihadistes, fourni des armes et des instructeurs ». H Jouan a poursuivi en prétendant que nous ne disions rien de la responsabilité russe et donc de Poutine alors que nous y soulignons une intervention « sanglante » à Alep, déplorons que la politique française et occidentale ait « permis l'intervention russe » qui rajoute « des inconnues à l'équation » . La position de l'Humanité pourrait être résumée en un mot, « la paix », sa recherche obstinée et urgente. Ce mot n'a pas été prononcé dans cette revue de presse qui relève de la désinformation. Hélas, c'est sur le service public, qui devrait garantir le pluralisme. Mais il est vrai que sur France Inter, tous les quotidiens et les magazines disposent de chroniqueurs et de débatteurs attitrés sur les sujets politiques, économiques et internationaux … Sauf l'Humanité depuis une quinzaine d'années.

 

Patrick Apel-Muller Directeur de la rédaction de L'Humanité

 

NDLR – Encore un exemple du pluralisme sur France Inter. A 7h50 chaque matin du lundi au vendredi, il y a l'interview de cinq minutes avec Léa Salamé. A la date du 15 décembre, il y a eu 497 interviews. Léa Salamé a réussi l'exploit de ne pas inviter une seule fois le PCF. Il paraît que France Inter est la radio publique généraliste de Radio France, mais pas pluraliste !

Partager cet article

Repost 0
23 novembre 2016 3 23 /11 /novembre /2016 18:04

Mardi 22 novembre, un sujet du 20 heures de France 2 traitait de la suppression d'emplois de fonctionnaires (500 000 prévues dans le projet de Fillon). David Pujadas interrogeait J-P Chapel, journaliste sur France 2 et éditorialiste en économie, sur cette mesure du programme de F Fillon, notamment en comparant à la Suède, au Canada et au Royaume Uni, pays cités régulièrement par F Fillon.

 

J-P Chapel explique que la Suède a supprimé le statut de fonctionnaire, a licencié 20% des effectifs, une cure 2 fois plus sévère que celle proposée par F Fillon. Au Royaume Uni ce sont 15% des effectifs qui ont été supprimés par David Cameron, au Canada ce sont 20% des effectifs qui ont été supprimés.

 

Quelles sont les conséquences sur les services rendus demande D Pujadas.

 

Réponse de J-P Chapel, au Canada les urgences ont connu des dysfonctionnements en raison des fermetures d'hôpitaux, au Royaume Uni le nombre d'élèves par classe a augmenté et le ramassage des poubelles ne se fait plus qu'une semaine sur deux au lieu de chaque semaine. Et concernant la dette, si elle a diminué au Canada et en Suède, au Royaume Uni , elle a continué d'augmenter.

 

Fermer le ban ! Voilà l'information donnée sur le service public au 20 heures de France 2 par rapport à la suppression de 500 000 emplois de fonctionnaires préconisées par F Fillon. Pour J-P Chapel répondant aux questions de D Pujadas, rien de dramatique puisque d'autres y sont arrivés. Voilà comment Pujadas et J-P Chapel avec son air patelin trompent le téléspectateur.

 

Quelle partialité dans les éléments apportés. Pour ne prendre que l'exemple du Royaume-Uni, comment peut-on parler dans les conséquences du ramassage des poubelles qui n'a plus lieu qu'une semaine sur deux, et ne rien dire sur la privatisation de la santé et les coupes budgétaires dans les hôpitaux. Le gouvernement avait fixé comme objectif de réduire de 20 milliards de £ les dépenses dans le secteur de la santé d'ici 2015. La conséquence directe : c'est la fermeture d'une trentaine de services d'urgence, de soins pour enfants, les projets de fusion des hôpitaux menacés de faillite, la suppression de 20% du personnel de santé. En 2013, selon une enquête limitée pour l'instant à un dixième des hôpitaux britanniques, près de 20 000 morts seraient imputables sur les dix dernières années à la politique du chiffre.

 

Est-ce ce que veut la majorité de nos concitoyens ? Moins de services de santé, moins de moyens pour l'éducation, etc ?

 

Le but des services publics est de satisfaire les besoins fondamentaux de chacun et de retisser les liens pour faire société. C'est le rôle premier du service public local ou national. Et ce n'est pas en les supprimant ou en privatisant ces services que nous y parviendrons.

 

Partager cet article

Repost 0