Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Réagir - Blog militant de joseph coutant
  • Réagir - Blog militant de joseph coutant
  • : Réagir : S'opposer activement à l'action de qqch, résister. La devise issue de la révolution française "Liberté, Egalité, Fraternité" étant de plus en plus mise à mal, ce blog est un moyen pour moi de faire partager mes réactions sur l'actualité politique, sociale, etc.
  • Contact

Rechercher

Tags

20 novembre 2014 4 20 /11 /novembre /2014 23:19

Dans son rapport de 2014 sur le développement humain, le PNUD (Programme des Nations Unies pour le développement) souligne que 2,2 milliards de personnes sont pauvres ou vivent dans un quasi-dénuement. Parmi elles, 1,2 milliard de personnes vivent avec un revenu inférieur ou égal à 1,25 dollar par jour.

 

Et on apprend dans le même temps (source : journal économique Les Echos) que les entreprises cotées vont verser, cette année, 133 milliards de plus qu'en 2013 à leurs actionnaires. Selon une étude, 2014 sera une année record avec 1.190 milliards redistribués par 1.200 entreprises cotées. Ce serait la meilleure année depuis 2011.

 

Ces chiffres doivent nous faire réfléchir. Allons nous rester apathiques face à une telle situation, nous laisser endormir par les médias et leurs experts économiques qui fustigent les chômeurs, les plus défavorisés, les fonctionnaires … En agissant ainsi, ils servent le système, le système capitaliste conçu pour écraser l’humain pour le profit de quelques-uns.

 

Mais un autre monde est possible, un monde où l'humain serait au centre des préoccupations.

 

 

Partager cet article

Repost 0
17 novembre 2014 1 17 /11 /novembre /2014 17:40

En 2005, les concessions d'autoroutes ont été totalement privatisées par un gouvernement de droite pour financer, déjà, le remboursement de la dette publique. Ce sont les groupes Eiffage, Vinci et consorts, qui ont racheté ces concessions. Depuis, les péages n'ont eu de cesse d'augmenter. Sur 100 euros de péages versés, ce sont entre 20 et 24 euros qui vont directement dans les poches des actionnaires.

 

La cour des comptes et l'autorité de la concurrence n'ont de cesse de déplorer ce choix. Les parlementaires communistes et du front de gauche ont déposé à l'Assemblée et au Sénat une proposition de loi demandant la renationalisation des concessions d'autoroutes.

 

Le gouvernement est pour l'instant défavorable à cette proposition de loi. Lors de la discussion de cette proposition de loi au sénat le 19 juin dernier, et alors que la gauche était majoritaire au sénat, cette proposition de loi n'a pas été votée par les sénateurs socialistes et radicaux de gauche.

 

Si le gouvernement est capable de donner 50 milliards pour satisfaire aux appétits du Medef, il doit être capable d'investir pour les autoroutes, investissement qui, selon plusieurs études, serait vite rentabilisé.

 

L'argent des péages, plutôt que d'aller dans les poches des actionnaires, doit servir à financer la transition écologique pour améliorer les transports pour tous.

 

Les autoroutes dont la construction a été financée en grande partie par les contribuables doit revenir à l’État et donc au peuple. Cela permettrait de faire baisser des péages honteusement élevés. Tellement élevés qu'ils ont permis depuis la privatisation de réaliser 15 milliards de dividendes alors que l'on demande tous les sacrifices aux ménages, pour récupérer trois sous. Les usagers des autoroutes ne sont pas là pour satisfaire aux appétits financiers du CAC 40.

 

Le PCF lance une campagne pour la renationalisation des autoroutes

Partager cet article

Repost 0
14 novembre 2014 5 14 /11 /novembre /2014 15:16

COLLECTIF 3A       Alternative A l'Austérité

 

La coupe est pleine ! Le pays s’enfonce dans la crise avec son cortège de misère, de chômage, de précarité, de violentes divisions. Depuis des années la droite et, depuis 2012, François Hollande, les gouvernements Ayrault et Valls poursuivent le même but dans le cadre des traités européens et en accord avec les dirigeants de l’Europe libérale : austérité, compétitivité par la baisse du coût du travail, reculs sociaux, coupes claires dans les dépenses publiques. Ces politiques ont échoué partout comme elles échouent en France : elles nourrissent la crise, creusent tout à la fois les inégalités et les déficits.

 

Dans son immense majorité le peuple rejette cette politique imposée sans débat et avec autoritarisme. Cette situation crée une grave crise politique dont la droite et l’extrême-droite porteuses de graves projets de régression tentent de tirer profit.

 

Il est temps d’arrêter cet engrenage. Il faut dire non à la loi de finances 2015 présentée par Manuel Valls qui, pour satisfaire les cadeaux faits au CAC 40, dans le cadre du pacte de responsabilité, coupe massivement dans les dépenses publiques. Il se traduirait par le recul des services publics et de ses missions, un étranglement financier des collectivités locales et de leur capacité d’investir. Il faut aussi empêcher les reculs budgétaires de la protection sociale qui remettent en cause les acquis pour la santé, la retraite, la famille, les chômeurs.

 

D’autres choix sont pourtant possibles. Nous ne sommes pas condamnés à l’austérité permanente et à l’insécurité sociale. Il faut mettre en œuvre une politique qui parte des besoins sociaux, s’attaque aux inégalités. Une réforme fiscale d’ampleur permettrait une redistribution des richesses et une relance des investissements productifs au bénéfice de la grande masse de la population, s’inscrivant dans la transition écologique.

 

Il faut redonner du pouvoir d’achat, augmenter les salaires, créer des emplois. Il faut créer les conditions d’une véritable reconquête industrielle. Il faut s’attaquer au  capital, à la finance, à la rente des actionnaires qui est supportée par les salarié-es, les chômeurs, les précaires, les retraités et la jeunesse.

 

Il existe dans le pays une majorité de femmes et d’hommes disponibles pour cette alternative sociale et politique, des forces syndicales, sociales, associatives, politiques que nous voulons rassembler.

 

Mettre un coup d’arrêt aux politiques en cours, imposer d’autres choix, cela ne peut se faire sans la mobilisation des salarié-es, sans l’intervention citoyenne.

 

  • Pour dire non au budget d’austérité du gouvernement VALLS et appeler à ce qu’il soit rejeté !
  • Pour dire non aux exigences du Medef !
  • Pour rassembler et construire une alternative à la politique actuelle !

Partager cet article

Repost 0
12 novembre 2014 3 12 /11 /novembre /2014 14:28

Vous en avez marre de cette monarchie présidentielle, de la corruption de certains élus, qui, bien que mis en examen voire condamnés, reviennent quelques temps plus tard solliciter vos suffrages. Vous en avez assez de voir la finance imposer sa loi. Vous voulez que les citoyens aient réellement la parole et le pouvoir.

 

SIGNEZ pour la 6ème République

 

12 Novembre 2014, Manif en ligne pour la 6ème République

Partager cet article

Repost 0
10 novembre 2014 1 10 /11 /novembre /2014 21:47

Il y a cinq ans, le 8 novembre 2009, je publiais un billet intitulé « Le mur de la honte » au moment où les médias n’en finissaient pas de célébrer le 20ème anniversaire de la chute du mur de Berlin. Puis le 10 novembre un autre article « Quand le capitalisme fête la chute du mur de Berlin ». Cinq ans plus tard, ces écrits restent d'actualité. L' Allemagne vient de célébrer le 25 ème anniversaire, nos médias s'y sont largement associés, parlant tout au long du week-end de la célébration de la chute du « mur de la honte ».

 

Mais des murs de la honte, il y en a bien d'autres dans le monde, et ce qui est paradoxal, c'est que leur construction s'est accélérée depuis la chute du mur de Berlin. Mais là, ces mêmes médias se font très discrets si ce n'est silencieux. Car bien souvent, ces nouveaux murs sont édifiés par ceux-là mêmes qui prônent la libre circulation des capitaux mais sont contre la libre circulation des êtres humains.

 

Selon Courrier international « en 1989, il y avait environ onze murs, barrières ou clôtures dressés », aujourd'hui, on en compte une cinquantaine, ce qui correspond à 8 000 kilomètres de murs bâtis en vingt-cinq ans. Mais à l'heure où les médias se complaisent dans la célébration de la chute du Mur de Berlin, leur silence reste assourdissant concernant ces autres murs pourtant encore très présents.

 

Comme ces murs électrifiés avec haut voltage dans les territoires espagnols de Ceuta et Melilla en Espagne.

Comme ces murs électrifiés avec haut voltage dans les territoires espagnols de Ceuta et Melilla en Espagne.

Comme ce mur construit par Israël pour encerclé les territoires palestiniens

Comme ce mur construit par Israël pour encerclé les territoires palestiniens

Comme ce mur le long de la frontière entre le Mexique et les Etats-Unis, afin de tenter de contenir l'immigration mexicaine vers les USA et dont la construction a été décidée par Bush en 2006

Comme ce mur le long de la frontière entre le Mexique et les Etats-Unis, afin de tenter de contenir l'immigration mexicaine vers les USA et dont la construction a été décidée par Bush en 2006

Et sans compter les barrières maritimes du Sud de l'Europe avec Lampedusa ou Gibraltar où meurent noyés ces migrants fuyant les guerres ou la misère. Oui le monde capitaliste n'a pas lieu d'être fier, il porte la responsabilité de ces murs de la honte.

 

A voir : Israël: une brèche symbolique dans le "mur de la honte" pour les 25 ans de la chute du mur de Berlin

Partager cet article

Repost 0
7 novembre 2014 5 07 /11 /novembre /2014 18:04

Quand je dis trop c'est trop, je parle des trahisons. Alors je n'ai pas eu le courage d'écouter ce traître eu égard à ses engagements électoraux. Je devrais être guéri, car avec les socialistes, c'est une habitude. Au travers d'une sélection dans la presse écrite et numérique, j'ai quand même pu me faire une idée de ce qu'avait été l'émission.

 

Je ne sais pas quel était l'objectif de Hollande, mais dans le journal de 13h de ce jour sur France Inter, la journaliste disait qu'il pouvait être satisfait, car il avait fait un record d'audience. Record d'impopularité, mais record d'audience.

 

Ce que j'ai retenu, c'est qu'il suffisait d'avoir vu la séquence où le chef de l'Etat s'adresse à une chômeuse âgée de Drancy pour mesurer le naufrage de la politique élyséenne. Avec Lionel Jospin, l'Etat ne pouvait « pas tout », avec François Hollande, l'Etat ne peut plus rien. Du moins pour les victimes d'une politique toujours plus dure aux plus modestes.

 

Nulle question piégée de la part de l'ex-employée de bureau, mais cette interpellation simple : comment faire pour avoir droit à une retraite quand l'âge de départ est sans cesse repoussé et le nombre d'annuités allongé, et que l'on survit au chômage à soixante ans avec un minima social de moins de 500 euros par mois ?

 

Face à la pudeur de cette personne qui ne demandait qu'à travailler et avoir droit à une retraite, le chef de l'Etat n'a rien proposé, sinon le refrain usé d'un énième contrat aidé « qui s'ajoutera à votre ASS » (allocation spécifique de solidarité) pour les personnes qui n'ont pas acquis toutes leurs annuités. Et si les entreprises ne les embauchent toujours pas, eh bien, le chef de l'Etat les y « incite » fermement... C'est vrai qu'avec 40 milliards de cadeaux au patronat sans contrepartie, c'est bien le moins qu'on puisse attendre. Les inciter !

 

Car pour le reste, il a été contraint d'admettre que « les résultats ne sont pas encore là », et il a martelé aux journalistes qui l'interrogeaient « un cap inchangé ». Putain, encore 2 ans et demi, ça va être long !

Partager cet article

Repost 0
3 novembre 2014 1 03 /11 /novembre /2014 17:04

La situation du pays est telle que Manuel Valls a suffisamment à faire pour ne pas perdre son temps en de vaines polémiques.

 

Enfin, pas tout à fait puisqu'il a réagi à l'article paru dans le Canard Enchaîné à propos du coût de la rénovation de l'appartement loué par la CGT pour loger son secrétaire général Thierry Lepaon. En cette période difficile pour le monde du travail, avec un chômage qui ne cesse d'augmenter, avec la volonté du gouvernement d'imposer des réductions des droits des salariés, Manuel Valls a sauté sur l'occasion pour parler d'exemplarité.

 

« Je ne veux pas accabler un homme qui, je crois, n'a pas eu encore l'occasion de s'exprimer et de répondre directement. A lui de s'expliquer. Mais quand on traverse une telle crise économique, une telle crise de confiance entre les responsables publics et les concitoyens, une crise d'identité pour notre pays qui a pourtant, je veux le dire, beaucoup d'atouts pour affronter les grands défis de l'avenir, l'exemplarité à tous les niveaux est nécessaire » (...)

 

Quand on s'exprime de cette façon, il faut être exemplaire soi-même. Mais alors que Manuel Valls impose à tout le pays, à commencer par les salariés les plus modestes, une forte rigueur salariale, il a consenti pour ses conseillers de Matignon une explosion de leurs rémunérations. Au 1er août 2014, cela représente une rémunération brute moyenne par mois par personne de 10 712 euros.

 

C'est le site Mediapart qui le révèle. Selon leurs évaluations, sur la base des documents annexés au budget pour 2015, Manuel Valls a majoré en moyenne de 1 019 euros par mois les rémunérations de ses conseillers, soit une hausse de plus de 10 % par rapport à 2012. Preuve que, pour le premier ministre, l'austérité salariale est la règle sauf... à Matignon !

 

Alors qu’il impose aux fonctionnaires une austérité salariale sans précédent, avec un gel des traitements de base qui a commencé en 2010 sous Nicolas Sarkozy et qui est confirmé pour les prochaines années; alors qu’il impose aux salariés du privé une austérité salariale tout aussi spectaculaire, avec le refus de tout « coup de pouce » en faveur du Smic, comment peut-il justifier que ses plus proches conseillers puissent être exonérés de l’effort demandé à tous les Français ?

 

C'est ça qu'il appelle « l'exemplarité à tous les niveaux » ?

 

Partager cet article

Repost 0
31 octobre 2014 5 31 /10 /octobre /2014 11:45

Xavier Beulin le président de la FNSEA a déclaré que l’opposition au barrage de Sivens avait généré « des djihadistes verts », et que « si le gouvernement cède et n'assume pas ses responsabilités, il y aura une mobilisation ».Le président de la FNSEA invite les élus locaux à soutenir les agriculteurs. « Nous voulons que ce projet soit construit », martèle-t-il. « J'encourage le conseil général du Tarn à ne pas suspendre les travaux ».Et d'ajouter « quand une décision a été prise, elle doit être respectée ? Sinon, on ne croit plus dans la démocratie ». « Si le gouvernement cède, il y aura une mobilisation ».

 

Il est d'autres décisions prises qui ont été contestées parfois avec violence sans que le président de la FNSEA s'en émeuve. Il est vrai qu'il y avait des adhérents de sa fédération parmi les manifestants, casseurs parfois et je suis gentil en utilisant « parfois ». Je ne rappellerai que la question de l'écotaxe avec la mise à feu de portiques par les « bonnets rouges » et la demande de Xavier Belin faite au 1er ministre, quel que soit l’avenir de cette écotaxe, « d’annoncer une exonération pour toute la filière agricole : agroalimentaire, production, agrofourniture. » Et plus récemment encore les bâtiments incendiés du centre des impôts et de la MSA de Morlaix par des manifestants de la FNSEA. Le même n'y voit qu' « une violence certaine qui traduit malheureusement une exaspération, une détresse très forte dans le monde agricole ».

 

Sur le projet de Sivens, le conseil national de la protection de la nature (CNPN) avait pourtant rendu un avis négatif. Mais les pouvoirs nationaux et locaux sont loin d'être indépendants de certains lobbies, de l'agriculture productiviste, des semenciers et aussi du lobby de l'eau. Et la compagnie qui a conclu à la nécessité de l'ouvrage est partie prenante dans sa construction et son exploitation. Quant à porter le débat sur la place publique, tous les décideurs s'en sont bien gardés.

 

Alors que Rémy Fraisse, jeune opposant à cet ouvrage, est mort tué par une grenade offensive, Xavier Beulin ose parler de « djihadistes verts » pour qualifier ces opposants.

 

Honteux !

 

 

Partager cet article

Repost 0
24 octobre 2014 5 24 /10 /octobre /2014 17:38

Un homme de 39 ans vient d'être condamné à trois mois de prison avec sursis par le tribunal correctionnel de Nantes après avoir été surpris en train de prendre de la nourriture périmée dans les poubelles d'un supermarché.

 

Cette personne avait été interpellée puis placée en garde à vue pour avoir tenté, avec deux amis, de dérober quelques aliments dans une benne du Super U de Ligné en Loire-Atlantique.

 

Et alors qu'il refusait de décliner sa véritable identité, ( cette personnee était interdite de présence en Loire-Atlantique suite à une condamnation suite à une manifestation en rapport avec le projet d'aéroport de Notre-Dames-des-Landes ) les gendarmes ont employé une méthode assez radicale pour le démasquer à partir d'une expertise ADN réalisée en urgence à partir d'un de ses mégots de cigarette !

 

«D'un point de vue social et humain, on marche sur la tête! s'indigne son avocat, Me Stéphane Vallée, interrogé par Ouest-France. C'est la pénalisation de la misère. La société est à ce point déréglée que ce qui disparaît à la benne, si on le prend, c'est du vol ?».

 

Mieux vaut frauder le fisc comme savent si bien le faire un certain nombre de députés, avec en premier le président UMP de la commission des finances qui ignorait certains aspect de la loi.

 

Nous prendrait-on pour des cons ?

 

Partager cet article

Repost 0
20 octobre 2014 1 20 /10 /octobre /2014 08:12

De deux choses l'une, ou bien leur mouvement n'est pas au courant des renoncements du PS par rapport aux promesses de campagne de François Hollande en 2012, ou bien c'est du cynisme en considérant que le changement, c'est ce virage libéral pris par Hollande et le gouvernement Valls.

 

En effet, la photo ci-dessous, je l'ai prise à Niort hier après-midi. Il faut oser placarder une affiche dont le slogan est « Donnez de la force au changement »  à la fin de la semaine où le gouvernement annonce qu'il veut légaliser le travail du dimanche, revenir sur les 35 heures, s'attaquer à des prestations sociales, et alors qu'il stigmatise les précaires quand jamais autant de cadeaux n'auront été faits au patronat sans contrepartie concernant les emplois.

 

Alors, ignorance, cynisme, ou peut-être que pour s'afficher les jeunes ont fait les fonds de placard ? A quand l'affiche de la période Mitterrand " Le Socialisme une idée qui fait son chemin " ?

 

Photo prise le 19 octobre, panneau libre expression avenue de Paris à Niort

Photo prise le 19 octobre, panneau libre expression avenue de Paris à Niort

Partager cet article

Repost 0