Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Réagir - Blog militant de joseph coutant
  • : Réagir : S'opposer activement à l'action de qqch, résister. La devise issue de la révolution française "Liberté, Egalité, Fraternité" étant de plus en plus mise à mal, ce blog est un moyen pour moi de faire partager mes réactions sur l'actualité politique, sociale, etc.
  • Contact

Rechercher

Tags

14 mars 2018 3 14 /03 /mars /2018 11:34

La pension du retraité n'est pas une allocation sociale ni une variable d'ajustement, mais un droit acquis par le travail.

 

Les pensions ont été "revalorisées" seulement de 0,1% et 0,8% en 5 ans, et l'annonce a été faite qu'en 2018 elles seraient gelées. Réduire le pouvoir d'achat des retraités va non seulement plonger des millions d'entre-eux dans la pauvreté, mais va aggraver les difficultés du pays. La dette, le déficit commercial, la précarité et le chômage progressent. Macron, ce prétendu homme "nouveau", poursuit les recettes anciennes en appliquant la même politique que ses prédécesseurs.

 

Dans le même temps, son gouvernement supprime l'ISF pour les patrimoines boursiers et met en place une taxation plafonnée à 30% pour les dividendes, ce qui représente 4,5 milliards de cadeaux faits aux plus fortunés. Dans le classement annuel des plus grandes fortunes de la planète, Bernard Arnault a fait un bond spectaculaire. En un an, le patron de LVMH est passé de la 11ème à la 4ème place. Son patrimoine, estimé par Forbes à plus de 72 milliards de dollars (60 milliards d'euros), a enregistré un gain record de 71,5% sur l'année écoulée. 

 

En 2017, les entreprises du CAC40 ont enregistré des profits de 93,4 milliards d'euros. Sur les vingt dernières années , les dix plus grandes fortunes françaises ont augmenté de 950%.

 

Et Macron fait des cadeaux fiscaux à cette caste de fortunés et organise la rigueur à l'égard du plus grand nombre dont les retraités.

 

Alors, le jeudi 15 mars, manifestons pour faire entendre à Macron, son gouvernement et ses députés à sa botte que les retraité(e)s ne sont pas des privilégiés.

 

NON à la hausse de la CSG

NON à la baisse des pensions

Jeudi 15 mars 2018

Journée nationale d'actions

 

Dans les Deux-Sèvres

A NIORT rassemblement à 14 heures

14 rue du 24 février

devant la permanence du député Guillaume Chiche

Puis regroupement avec la manifestation des salariés des EHPAD

pour une manifestation en direction des Halles

 

A THOUARS

rassemblement à 10h30 devant le théâtre

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
5 mars 2018 1 05 /03 /mars /2018 22:24

Les distributions de dividendes dans le monde ont explosé de 7,7 % en un an. C’est historique, selon le cabinet de gestion d’actifs Janus Henderson, qui scrute trimestriellement les 1 200 plus grosses entreprises au monde. Celles-ci versent à elles seules 90 % du total des dividendes. Le cabinet publie chaque année un genre d’indice du bonheur des actionnaires, le JHGDI (indice Janus Henderson des dividendes mondiaux). Et il n’a jamais été aussi haut, à 171,2. « Ce qui signifie que les dividendes ont augmenté de quasiment trois quarts depuis 2009 », se réjouit Janus Henderson dans sa dernière édition parue en février.

 

Pas moins de 11 pays, parmi les plus grosses économies mondiales, ont battu leurs records historiques de distribution. « Ce qui est frappant dans cette étude, c’est le caractère assez global de la hausse des dividendes, souligne justement l’économiste Dominique Plihon, membre du conseil scientifique d’Attac. On est bien dans un capitalisme financiarisé mondialisé, dominé par le rôle de plus en plus central accordé à l’actionnaire. »

 

« Le fait que le secteur financier distribue le plus de dividendes est totalement à l’image de notre capitalisme actuel, explique Dominique Plihon. Et la France est le pays européen qui en distribue le plus (42,7 milliards d’euros), bien davantage que l’Allemagne (31,2 milliards d’euros). Ce qui est symptomatique du fait que nous avons une économie plus financiarisée, avec de très grandes banques notamment. »

 

Ces distributions spectaculaires de dividendes en 2017 sont à mettre en parallèle avec la croissance des inégalités dans le monde, En 2017 il y a eu une augmentation du nombre de milliardaires la plus importante de l’histoire contemporaine grâce aux revenus financiers, alors que 90 % de la population n’en bénéficient pas.

 

Les dirigeants parlent sans cesse des coûts salariaux, mais c'est bien le coût du capital qui est le vrai problème.

 

La France est le pays européen qui distribue le plus de dividendes
Partager cet article
Repost0
1 mars 2018 4 01 /03 /mars /2018 18:44

Par Marion d’Allard  L'Humanité

 

Régulièrement pointés du doigt, les conditions de travail et le statut des cheminots nourrissent critiques et fantasmes, accentués par un gouvernement et des partisans de la casse de l’entreprise publique prêts à tout. Décryptage.

À l’heure où le gouvernement annonce sans concertation ni possibilité de débat la fin des recrutements au statut pour les nouveaux entrants à la SNCF, les rumeurs refont surface, à grands coups de « privilèges », faux et parfois même farfelus, mais tellement ancrés qu’une majorité de l’opinion publique se dit aujourd’hui favorable à la disparition de ce statut spécifique.

Né en 1920, à l’époque des grandes compagnies privées, le statut des cheminots fixe alors, avant tout dans un souci de sécurité des circulations, l’égalité des conditions de rémunération et de recrutement, mais également les congés ou encore la couverture maladie des travailleurs du rail. Véritable « outil de protection sociale, il n’est pas surprenant que le statut dérange ceux qui veulent imposer plus de libéralisme, de concurrence et de flexibilité », analyse Maurice Samson, membre du bureau de l’Institut d’histoire sociale CGT des cheminots. Maintes fois réajusté au fil des réformes, le « statut des relations collectives entre la SNCF et son personnel » est l’ensemble des règles fixant « les conditions d’entrée dans l’entreprise, le déroulement des carrières, les sanctions, la mobilité, les congés, les conditions de cessation de fonction, l’assurance-maladie et le droit syndical », détaille la SNCF.

Mais, finalement, de quoi parle-t-on vraiment ?

Une fois de plus jeté en pâture, le statut qui encadre les conditions de travail de plus de 90 % des salariés de la SNCF ferait d’eux des « privilégiés », grassement payés et souvent en congé. « Une vieille méthode d’Emmanuel Macron (que) de considérer que celui qui a un peu est un privilégié par rapport à celui qui n’a rien du tout », fustige Philippe Martinez, qui dénonce une campagne mensongère.

1 Les cheminots sont-ils employés à vie ?

Pour devenir « agent du cadre permanent » comme dit le jargon, c’est-à-dire être embauché au statut, la nouvelle recrue de la SNCF doit au préalable remplir des conditions impératives, parmi lesquelles être âgé de moins de 30 ans, être ressortissant d’un pays européen et présenter un casier judiciaire vierge. S’ensuit une période d’essai d’un an minimum et jusqu’à deux ans et demi pour les cadres, période dite de « stage d’essai » durant lequel « le contrat de travail peut être rompu sans indemnité », précise la SNCF. Une fois embauché au cadre permanent, il n’existe que trois motifs de rupture du contrat : la démission, la retraite mais aussi la radiation. Cette garantie de l’emploi « à vie » assure dans le temps un haut niveau de formation et de qualification des personnels et demeure, dans l’articulation des autres « droits et devoirs » inhérents au statut, « un rempart à l’individualisation, à la précarisation et à la mise en concurrence entre salariés d’une même entreprise », estime la CGT.

2 les cheminots partent-ils tous à la retraite à 50 ans ?

Actuellement, tous les cheminots au statut sont automatiquement affiliés au régime de prévoyance et de retraite des agents du cadre permanent. Ce régime prévoit le départ en retraite des agents sédentaires entre 55 et 57 ans et des conducteurs de train entre 50 et 52 ans. Théoriquement. En effet, de réforme en réforme, la durée de cotisation a été allongée depuis 2008 (43 ans par exemple pour un cheminot né en 1973). Ainsi, dans les faits, seuls les cheminots sédentaires nés avant 1962 peuvent partir à 55 ans et seuls les cheminots roulants (conducteurs et contrôleurs) nés avant 1967 peuvent partir à 50 ans. Par ailleurs, les cotisations au régime spécial sont plus élevées qu’au régime général : 7,85 %, contre 7,05 %. Habilement épargnée par les ordonnances concernant « l’avenir de la SNCF », la réforme du régime spécial de retraite des cheminots (créée entre 1909 et 1911) sera intégrée à une future réforme globale des retraites.

3 les cheminots sont-ils mieux payés que les autres ?

Six cheminots sur dix touchent moins de 3 090 euros brut mensuels, rémunération moyenne des salariés de la SNCF (contre 2 900 euros brut pour les autres salariés). Leur salaire varie en fonction du poste occupé, la grille comportant huit échelons. À ce traitement mensuel s’ajoute une prime de fin d’année (PFA), versée à mi-décembre, égale à une mensualité, une prime de travail variable, une gratification de vacances (environ 400 euros annuels) et une gratification annuelle d’exploitation (8 % d’un mois de salaire) versées au mois de juin.

Pas le moindre signe d’une « prime de charbon » comme le claironnait encore Marine Le Pen hier. La dernière locomotive charbon ayant parcouru ses ultimes kilomètres en 1974, cette prime a été supprimée dans les années 1970. Il n’existe pas plus de « prime de non-prime »…

4 les cheminots ont-ils plus de vacances ?

Les cheminots sont soumis aux 35 heures. Mais, les trains circulant 24 heures sur 24 et 365 jours par an, une réglementation interne sur le temps de travail, appelée RH 0077, fixe l’organisation des congés et des repos en fonction du poste occupé. Loin des grands « privilèges » que d’aucuns décrivent, un agent de conduite bénéficie de 126 jours de repos annuels. En raison des contraintes de travail le week-end, ces jours de repos comprennent 52 « repos doubles », c’est-à-dire deux jours consécutifs, comme pour tout salarié. Les sédentaires, eux, bénéficient seulement, en dehors des 28 jours ouvrables de congés payés fixés par le Code du travail, de 10 jours de RTT « par année complète travaillée ».

5 les cheminots sont-ils nourris, logés, blanchis ?

Le mythe du logement de fonction pour les 150 000 cheminots est également à démonter. La SNCF dispose de « trois types de logements », précise l’entreprise : « environ 7 000 logements meublés (…) hébergement par nature transitoire et temporaire à disposition des nouveaux embauchés qui n’habitent pas encore leurs lieux d’affectation ou encore pour répondre à des besoins urgents ». L’entreprise dispose également d’un « parc social de 36 000 logements réservés aux cheminots en activité » et dont l’attribution est soumise aux mêmes conditions de ressources que les HLM. Et enfin, « un parc libre de 13 000 logements », à disposition des cheminots en activité sous réserve qu’ils aient les moyens d’en payer le loyer.

Quant aux facilités de circulation, chaque cheminot dispose d’une carte de libre circulation, le Pass Carmillon. Leur conjoint bénéficie de seize trajets annuels et leurs parents et grands-parents de quatre.

Après ces précisions sur les cheminots, vous rêvez d'en être. Voilà ci-dessous une fiche de paie d'un cheminot avec 18 ans d'ancienneté. Je suis certain que tous ceux qui dénoncent ce statut de cheminot vont s'empresser de se porter candidat à un emploi à la SNCF.

SNCF - Les cheminots, ces grands privilégiés... Vraiment ?
Partager cet article
Repost0
16 février 2018 5 16 /02 /février /2018 09:04

Réunis le 10 janvier 2018 à l’Assemblée nationale, nous usagers, patient-e-s, personnels soignants, personnels administratifs, ambulanciers, médecins, directeurs d’établissements de santé, membres de comité de défense des hôpitaux et maternités, élu-e-s municipaux, départementaux, régionaux, député-e-s, sénatrices et sénateurs appelons la population à amplifier la mobilisation en faveur de l’hôpital public, mis à mal par les politiques gouvernementales menées depuis des décennies.

 

Nous dénonçons les conséquences de la transformation du service public hospitalier en entreprise, la mise en place de la tarification à l’activité, la création des Groupements Hospitaliers de Territoire (GHT) qui a accéléré les regroupements et les fermetures de services et de lits.

 

Les centres de santé sont attaqués par l’introduction d’une gestion à but lucratif, les hôpitaux psychiatriques sont remis en cause avec la suppression du secteur et les réductions des budgets, de nombreuses maternités sont fermées sous prétexte d’assurer la sécurité des patientes et enfin les Ehpads publics voient leur financement diminué et leur personnel épuisé.

 

Ces politiques d’austérité entrainent pour les usagers une dégradation de l’accès aux soins de proximité, pour les patient-e-s une dégradation de la qualité et la sécurité des soins, pour les personnels hospitaliers une détérioration des conditions de travail entrainant épuisement et démotivation.

 

Nous interpellons le gouvernement Macron-Philippe pour un plan d’investissement public en faveur de l’hôpital en supprimant les taxes injustes prélevées sur les salaires et la TVA, en supprimant les exonérations de cotisations patronales, en luttant contre la fraude patronale et en mettant à contribution le capital et les dividendes pour aller vers la prise en charge des soins à 100 % par l’assurance maladie.

 

Cet argent est indispensable pour faire grandir l’hôpital public, garantir l’accès aux soins de proximité pour toutes et tous avec un maillage territorial villes – hôpital qui réponde aux besoins de la population, pour garantir la qualité des soins avec l’augmentation du nombre de personnel et l’amélioration de leurs conditions de travail, pour garantir la démocratie sanitaire avec des véritables contre-pouvoirs dans les établissements.

 

SIGNEZ cette pétition

Partager cet article
Repost0
13 février 2018 2 13 /02 /février /2018 16:52

Des années de blocage des pensions, ce n'était sans doute pas suffisant aux yeux de ce gouvernement. La hausse de 1,7 point de la CSG est entrée en application et cette augmentation qui est calculée sur le montant brut, se traduit par un recul net de 1,84% sur la retraite de base et de 1,86% sur la partie complémentaire.

 

Avec une retraite qui était légèrement supérieure à 2500 €, je ne fais pas partie des retraités les plus pauvres, mais elle est à présent amputée de 46 € chaque mois et je repasse en dessous des 2500 €. Dans le même temps, ma cotisation mutuelle complémentaire, le prix du carburant, le tarif des assurances etc. tout cela a continué d'augmenter, c'est donc une baisse du pouvoir d'achat. Je ne me considère pourtant pas comme un retraité nanti, je n'ai pas volé ma retraite, contrairement à certains qui touchent des parachutes dorés.

 

Et entendre Mme Pénicaud invoquer « la solidarité inter-générationnelle » pour justifier la hausse de la CSG me fait bondir. Cette solidarité intergénérationnelle, on n'a pas attendu le gouvernement pour aider enfants et petits-enfants. Et franchement, le mot "solidarité" est bien mal venu dans la bouche de Mme Pénicaud. On l'a moins entendu lorsque le gouvernement dont elle est membre a supprimé l'ISF. Il y avait pourtant le mot solidarité dans Impôt de Solidarité sur la Fortune.

 

C'est vrai qu'elle fait partie des ministres les plus riches du gouvernement avec 7,7 millions d'euros selon la déclaration à la HATVP (Haute autorité pour la transparence de la vie publique). Avec la suppression de l'ISF, c'est 62 000 euros qu'elle ne va plus payer.

 

Encore une preuve supplémentaire que ce gouvernement agit pour les riches. Ce sont les cadeaux fiscaux à l'égard d'une minorité et des mesures de rigueur pour le plus grand nombre, dont les retraités.

 

La pension du retraité n’est pas une allocation sociale ni une variable d’ajustement mais un droit acquis par le travail.

Nouvelle baisse du pouvoir d'achat des retraités avec la hausse de la CSG
Partager cet article
Repost0
2 février 2018 5 02 /02 /février /2018 17:41

Les études s’accumulent pour démontrer par les chiffres ce que tout le monde pressentait : la politique fiscale d’Emmanuel Macron favorise plus que jamais les contribuables les plus riches. L’association Attac jette un nouveau pavé dans la mare, pour alerter sur les risques de régression sociale et dessiner les contours d’une politique alternative.

 

Ils annoncent la couleur dès la première phrase : « Jamais un gouvernement de la Ve République n’avait osé décider d’une politique fiscale aussi clairement en faveur des riches et de la finance. » Dans leur dernier ouvrage (« Toujours plus pour les riches. Manifeste pour une fiscalité juste »), les économistes d’Attac passent à la moulinette les options économiques du pouvoir actuel, qui ne cache plus son orientation ultralibérale en la matière. Hasard du calendrier, l’OFCE (Observatoire français des conjonctures économiques) vient de sortir un nouveau rapport qui tente d’estimer l’impact de la réforme fiscale d’Emmanuel Macron sur les revenus des contribuables. Résultat des courses : tout le monde en profite, certes, mais les plus modestes en profitent un peu, et les riches beaucoup plus que les autres !

 

« En 2019, les ménages les plus aisés devraient rester les premiers bénéficiaires des réformes entamées, écrit l’OFCE. À eux seuls, les 5 % de ménages les plus aisés, et au sein d’eux, les 2 % les plus riches, capteraient 42 % des gains à attendre de la mise en place des mesures. » Dans le détail, les 5 % les plus aisés rafleraient, en 2018, 3 190 euros par ménage en moyenne, grâce à la réforme de l’imposition du capital – suppression de l’impôt sur la fortune (ISF) et introduction d’un prélèvement forfaitaire unique sur les revenus du capital. Une fois déduite la hausse de la CSG et de la fiscalité indirecte (tabac et environnement), la ristourne fiscale s’élève à environ 1 700 euros. Rappelons qu’il ne s’agit que d’une moyenne : les milliardaires empocheront beaucoup plus…

 

Les partisans de ­Macron (et les libéraux en général) invoquent souvent la « théorie du ruissellement », selon laquelle une réduction de la fiscalité pour les plus aisés finirait par profiter à tous, grâce à un regain d’investissements. Hélas, cette fable n’a jamais été démontrée. Pire, dans le cadre du capitalisme boursier, les cadeaux fiscaux faits aux plus riches risquent surtout d’alimenter les bulles financières. « La richesse ne ruisselle pas vers le bas, elle est pompée vers le haut ! » résument les économistes d’Attac.

 

Comment savoir si un système fiscal est juste ? Quand il est « composé de taxes prenant en compte la situation des différentes catégories de contribuables », écrivent-ils. Or c’est la loi inverse qui régit la fiscalité française : en 2017, la TVA (impôt le plus injuste car ne tenant pas compte de la situation financière de chacun) représentait 51 % des recettes de l’État, alors que l’impôt sur le revenu (le plus juste car progressif) ne représentait que 25 %.

 

Pour Attac, les dégâts collatéraux de cette politique fiscale ne se limitent pas au creusement – dramatique – des inégalités : par son iniquité revendiquée, elle risque aussi de miner le « consentement à l’impôt », en accréditant l’idée que ce dernier est nécessairement injuste et contraire à l’intérêt général.

 

Comment faire face au danger ? En modifiant de fond en comble le système fiscal. Dans leur livre, les économistes avancent plusieurs pistes de réformes répondant, selon eux, à un double impératif d’équité sociale et d’efficacité économique. Pas question de révolution ici, mais d’une remise à plat complète. Au programme : réforme de l’impôt sur le revenu (avec suppression de la plupart des niches et augmentation de sa progressivité) ; élargissement de l’ISF à l’ensemble des actifs (immobilier, produits financiers…) ; réforme de l’impôt sur les sociétés (avec maintien d’un taux réduit pour les PME et suppression du crédit d’impôt compétitivité) ; baisse de la TVA… Sans oublier une réforme de la fiscalité verte, qui renchérisse la tonne de CO2 (gaz carbonique) produite, tout en prévoyant des mesures compensatoires pour les plus modestes.

 

Pour que ces pistes ne se limitent pas à un catalogue de bonnes intentions, et l’exigence de justice fiscale à un vœu pieux, il reste encore à construire un rapport de forces politique, ce qui n’est pas une mince affaire. Comme le disent justement les auteurs, la fiscalité est bien l’affaire de tous…

 

Par Cyprien Boganda - Journaliste à l'Humanité Dimanche

Partager cet article
Repost0
30 janvier 2018 2 30 /01 /janvier /2018 16:58

J'ai déjà eu l'occasion de parler des frères Bocquet sur mon blog dans le cadre de leur lutte contre l'évasion fiscale. Tous deux rapporteurs de commissions d'enquêtes parlementaires sur cette question, ils ont également publié un livre  "Sans domicile fisc" où ils décryptent et démontent les mécanismes de spéculation.

 

Les élus communistes Alain et Eric Bocquet ont reçu le vendredi 26 janvier le prix Anticor de l’éthique, venant récompenser leur « combat pour l’égalité des citoyens devant l’impôt ». « Il y a eu unanimité pour vous remettre ce prix afin de saluer votre combat contre la fraude fiscale », a lancé Lionel Bretonnet, administrateur d’Anticor, association fondée en 2002 pour lutter contre la corruption. L’apport des travaux parlementaires des deux frères (Alain a été député jusqu’en 2017, Eric est toujours sénateur), et de leur ouvrage "Sans domicile fisc", pour dénoncer le fléau de la fraude fiscale a été souligné par les organisateurs.

 

« On continue notre tournée, sans paillette, partout en France autour du livre », a raconté Eric Bocquet. « Il est primordial de sonner l’alerte. La fraude fiscale coûte 80 milliards d’euros par an à la France, soit plus que son déficit, au nom duquel on nous impose une austérité qui mine partout notre société ».

 

L’action déterminée des deux élus pour supprimer le verrou de Bercy (qui place le ministre du Budget au dessus de la justice en matière de poursuites contre la fraude fiscale), leur proposition de COP de la finance mondiale et de la fiscalité, ou encore leur volonté d’ajouter des normes fiscales obligatoires dans l’attribution de marchés publics ont aussi été vivement appréciées par Anticor.

 

Si certains se demandent à quoi peuvent servir des élus communistes, en voici un élément de réponse.

 

Partager cet article
Repost0
24 janvier 2018 3 24 /01 /janvier /2018 18:09

L'Europe avait promis une liste crédible des Paradis Fiscaux. Au rythme de ses révisions, il n'y aura bientôt plus un seul pays dans la liste noire des paradis fiscaux. Ne restent plus que les Samoa, Samoa américaines, île de Guam, Bahreïn, îles Marshall, Namibie, Palaos, Ste LUcie et Trinité-et-Tobago. Ne cherchez pas, il n'y a même plus le Panama, oublié les Panama's Papers.

Les ministres européens des finances se moquent vraiment du monde.

Ci-dessous l'article de Thomas Lemahieu dans l'Humanité

Paradis fiscaux, où ça ???
Partager cet article
Repost0
15 janvier 2018 1 15 /01 /janvier /2018 08:57

Quand je dis "aurions-nous oublier", je parle de notre beau pays à l'origine de la déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen votée par l'Assemblée Constituante en 1789, ce qui a fait qu'on a toujours parlé de la France comme le pays des droits de l'homme. Malheureusement, le projet de loi sur l'asile et l'immigration va à l'encontre de ces droits : doublement de la durée de rétention, raccourcissement des délais de recours, intention affichée d'accroître le nombre d'expulsions, instauration du contrôle des migrants résidant dans les structures d'accueil, etc.

 

Ce "aurions-nous oublier" s'adresse en réalité à la France des Macron et de son gouvernement. Tout cela va à l'encontre de " la liberté de circulation est le droit pour tout individu de se déplacer librement dans un pays, de quitter celui-ci et d'y revenir " Elle est garantie par l'article 13 de la Déclaration universelle des droits de l'homme.

 

Les pires droitiers n'avaient pas osé, Macron s'y met. Lorsqu'il louait l'action de Merkel qui " a sauvé notre dignité collective en recueillant des réfugiés en détresse ", ce n'était peut-être qu'une fausse information.

Partager cet article
Repost0
9 janvier 2018 2 09 /01 /janvier /2018 09:13
Réforme sur la taxe d'habitation. Avec quels mots Rayan Nezzar va t-il l'expliquer aux maires de la 3ème circonscription des Deux-Sèvres ?

Dans l'édition Deux-Sèvres de la Nouvelle République du 8 janvier 2018, en page actualité, la rubrique la phrase (voir ci-dessus) souligne le propos du député LREM Jean-Marie Fiévet à propos de la taxe d'habitation. « J'ai rencontré la plupart des maires de ma circonscription. Il en ressort qu'ils sont inquiets. On a mal expliqué cette réforme. » Le nouveau député invite donc les maires à un colloque pour les rassurer. Parmi les deux experts conviés, Rayan Nezzar.

 

Indépendamment de leur couleur politique, tous les maires sont inquiets, et ce n'est pas semble t-il par incompréhension. Ce qui est clair, c'est que Macron veut supprimer une recette qui n’alimente pas les caisses de l’État mais celle des communes qui pourtant voient se réduire, année après année, les dotations de l’État. Les collectivités votent leurs impôts et réalisent 70% des investissements publics ! S'il est vrai que cette taxe est injuste du fait qu’elle ne tient aucun compte des ressources des assujettis, n'aurait-il pas été nécessaire de commencer par la TVA, la taxe la plus injuste qui, à elle seule, assure 52% des recettes fiscales de l’État, contre 22% pour l’impôt sur les revenus et seulement 16,9% pour l’impôt sur les sociétés et…1,5% pour l’impôt sur la fortune ! Alors que dans le programme de Macron il est écrit “l’Etat paiera la taxe d’habitation à la place des ménages et à l’euro près ”, ce qui est très simple à comprendre, le gouvernement demande aux communes de s’engager à réduire leurs dépenses de 10 milliards d’euros. C’est justement le coût estimé de la suppression des recettes de l’exonération de la taxe d’habitation pour 80% des ménages…en trois ans !!!

 

Avec quels mots Rayan Nezzar, l'éphémère porte-parole de LREM, va t-il expliquer cette réforme aux maires ? Avec ceux qu'il employait alors étudiant à l'ENA ? ( Voir ci-dessous ). L'ancien conseiller économique et social durant la campagne de Macron regrette parait-il les propos irréfléchis qu'il avait tenus. Peut-être comme Macron s'engageant à rembourser aux communes la taxe d'habitation à l'euro près ?

Réforme sur la taxe d'habitation. Avec quels mots Rayan Nezzar va t-il l'expliquer aux maires de la 3ème circonscription des Deux-Sèvres ?
Partager cet article
Repost0