Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Réagir - Blog militant de joseph coutant
  • : Réagir : S'opposer activement à l'action de qqch, résister. La devise issue de la révolution française "Liberté, Egalité, Fraternité" étant de plus en plus mise à mal, ce blog est un moyen pour moi de faire partager mes réactions sur l'actualité politique, sociale, etc.
  • Contact

Rechercher

Tags

4 janvier 2018 4 04 /01 /janvier /2018 21:18

Quand ce sont les parlementaires communistes ou de la France insoumise qui dénoncent cette politique en faveur des riches, ils sont vilipendés.

Là, c'est Pierre Lemaître, prix Goncourt en 2013 pour " Au revoir là-haut " qui le dit de façon humoristique. Alors, êtes-vous toujours en faveur de la politique menée par Macron ?

 

Partager cet article
Repost0
2 janvier 2018 2 02 /01 /janvier /2018 17:29

Voilà 10 ans, que j'ai démarré ce blog avec pour intitulé Réagir. Comme je l'écrivais sur mon premier billet, c'était le recul social en cours qui m'avait inspiré ce titre. J'ajoutais " Car si nous ne réagissons pas, la devise « Liberté, Égalité, Fraternité » inscrite dans notre constitution n’aura jamais autant perdu de sa signification. " Malheureusement, 10 ans plus tard et après quelques 2460 billets publiés, je constate que le recul s'est poursuivi et que la devise républicaine est plus que jamais galvaudée. Je continuerai à réagir, même si ce ne sera peut-être pas toujours aussi régulièrement, et je serai aussi présent que possible dans les luttes. Je ne peux imaginer que mes petits-enfants connaissent un monde plus dégradé que celui que j'aurai connu.

Peut-on accepter que s’accroissent les inégalités, que se répande la pauvreté, alors que les plus riches de la planète viennent d’engranger mille milliards de dollars supplémentaires en une seule année. Et plutôt que de s'attaquer à l'évasion et à la fraude fiscale qui représentent un manque pour la France de dizaines de milliards par an, le gouvernement fait le choix de s'attaquer aux chômeurs, de brader les services publics, de s'attaquer à la Sécurité sociale et à notre système de santé etc.

Cette situation n'est pas une fatalité. Je souhaite par conséquent les Meilleurs voeux pour 2018 à tous ceux qui luttent contre les tenants de ce monde de la finance et ce système capitaliste si néfaste pour notre planète et ses populations. C'est d'un changement profond de société dont nous avons besoin.

Réagir, 10 ans à réagir et le recul social se poursuit. Meilleurs voeux 2018 à ceux qui luttent !
Partager cet article
Repost0
31 décembre 2017 7 31 /12 /décembre /2017 15:42

« La France ne se réforme pas parce qu'on se cabre, on résiste, on contourne... ». Ces propos d'Emmanuel Macron étaient suivis d'une autre tirade qui en disait long sur la réforme du Code du travail qu'il entendait bien poursuivre. « Je serai d'une détermination absolue et je ne céderai rien, ni aux fainéants, ni aux cyniques, ni aux extrêmes ».

 

C'est bien connu, pour le monde libéral, les chômeurs seraient des profiteurs. Selon Gattaz, le chômage est en partie la faute des chômeurs. Il n'est pas contredit par Laurent Wauquiez qui dénonce les « chômeurs qui profitent de la vie », ou Christophe Castaner insistant sur le fait que « la liberté, ce n'est pas bénéficier des allocations chômage pour partir deux ans en vacances », en passant par le député LREM Damien Adam déclarant dans un quotidien régional « Quand vous êtes salarié et que vous voyez certaines personnes qui partent en vacances aux Bahamas grâce à l'assurance chômage, il est légitime de se dire que ce système marche sur la tête ! ». Pour ma part, je ne connais pas de chômeurs partis en vacances aux Bahamas. Peut-être qu'il y en a parmi ceux qui pratiquent l'évasion fiscale.

 

Fin novembre, Pôle emploi a dressé le premier bilan du contrôle des chômeurs entamé fin 2015 : 269 000 contrôles ont eu lieu, aboutissant à 14% de sanctions, et parmi les sanctionnés, 60% ne touchaient déjà plus d'allocations chômage. Cela signifie que 86% des chômeurs se conforment à leurs obligations. En 2015, selon le dernier rapport disponible, la Délégation nationale à la lutte contre la fraude (DNLF) estime que cette fraude fait perdre 111,2 millions d'euros à Pôle emploi. Un chiffre bien moins élevé que la fraude fiscale, qui atteignait, en 2015, 7,84 milliards d'euros, pénalités comprises. Quant à l'évasion fiscale, elle représente chaque année pour l'Etat un manque à gagner estimé entre 60 et 80 milliards d'euros selon le ministère de l'Economie.

 

Macron disait tout récemment « Les quelques-uns qui abusent des règles, il est normal qu’ils soient contrôlés ». Parlait-il de l'évasion fiscale ? Que nenni ! Il parlait des chômeurs.

 

Pas plus de contrôle sur les sommes versés aux entreprises dans le cadre du CICE. 20 milliards par an, et quand le Medef parlait de la création d'1 million d'emplois, il n'y en aura eu de créés ou de sauvegardés 100 000 ! Ça fait cher l'emploi.

 

Et que dire du nouveau dispositif issu des ordonnances Travail moins contraignant qu'auparavant. Censée faciliter les embauches, la réforme commence donc par simplifier les licenciements. PSA se prépare à utiliser la nouvelle rupture conventionnelle collective pour lancer un plan de licenciements dès la rentrée. Le groupe PSA a déjà effectué 3.000 suppressions d'emplois en 2017 et 25.000 depuis 2013.

 

L'enseigne de prêt-à-porter Pimkie, propriété de la famille Mulliez fondateurs d'Auchan qui pointe au 4ème rang des fortunes de France, a convoqué les syndicats cinq jours avant le réveillon de Noël pour une réunion prévue le 8 janvier afin de présenter son propre projet de rupture conventionnelle collective.

 

Ces futurs chômeurs n'ont pas souhaité perdre leur emploi. Je ne vois pas ce qu'il y a de nouveau dans la politique menée par Macron et sa bande. Il paraît que la France matraquait les plus fortunés. A un point tel que ...l'Hexagone arrive en seconde position (en Europe) pour le niveau de vie des plus riches, juste après la Norvège !

 

Dans le monde, les 500 plus grosses fortunes ont gagné 1000 milliards de plus en 2017. Et chez nous, Macron supprime l'ISF car ça empêchait nos riches d'investir ! Grâce à lui, l'Etat signera un chèque de 1,26 millions d'€ aux cent premiers d'entre eux.

 

L'injustice selon Macron est en marche.

Partager cet article
Repost0
19 décembre 2017 2 19 /12 /décembre /2017 16:24

En même temps que le monarque Macron fêtait ses 40 ans au château de Chambord, la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique publiait les déclarations de patrimoine des ministres. Pas moins de douze millionnaires dans l'équipe du 1er ministre Edouard Philippe, dont lui-même. En tête la ministre du travail avec une fortune estimée à plus de 7,5 millions d'euros dont les 1,3 millions de plus-value réalisés suite à l'annonce de 900 suppressions d'emplois chez Danone alors qu'elle était DRH.

 

Avec la suppression de l'ISF qu'ils viennent de faire voter par les députés macronistes avec le soutien de la droite, on imagine le bénéfice qu'ils vont empocher. Cette suppression de l'ISF, c'est un manque à gagner de 3,2 milliards pour l’État.

 

Mais leur cynisme ne s'arrête pas là. C'est ce même gouvernement qui parallèlement refuse tout coup de pouce au Smic, alors que les marges des entreprises atteignent des sommets et que 2017 battra le record de dividendes servis aux actionnaires. Sans même attendre de recueillir l’avis obligatoire des organisations syndicales, le gouvernement vient de décider d’augmenter du strict minimum le Smic au 1er janvier 2018, soit 1,24% ou concrètement quelques 50 centimes par jour.

 

Bel acte de mépris à la fois pour près de deux millions de salariés et pour les organisations syndicales qui, pour la première fois, sont mises devant le fait accompli. À quoi bon réunir la commission nationale de la négociation collective si la discussion est close avant de s’exprimer ? Comme le rappelle la CGT, « le Smic n’est pas un minimum de subsistance mais le premier niveau de rémunération d’un salarié sans qualification, pour un emploi en début de carrière. Il est le seuil de référence à partir duquel sont construites les échelles de salaire. Limiter sa réévaluation, c’est tirer toutes les grilles de salaires vers le bas ! »

Ce gouvernement agit bien pour les riches. Il fallait oser voter la baisse des aides au logement et le refus d'un « coup de pouce » au SMIC en même temps qu'était publié le riche patrimoine des ministres.

Partager cet article
Repost0
6 décembre 2017 3 06 /12 /décembre /2017 08:29

« La liste des paradis fiscaux publiée hier par l'UE serait une plaisanterie si elle n'était pas une insulte aux peuples et à la démocratie!!. » C'est par ces mots sur son compte twitter que le sénateur communiste Eric Bocquet réagit à la liste promise par l'UE sur les paradis fiscaux. C'est un sujet qu'il connait, puisqu'il a été rapporteur de deux commissions d’enquête du Sénat, en 2012 et 2013, sur l’évasion des capitaux, puis sur le rôle des banques dans l’évasion des ressources financières. Avec son frère Alain, qui a été corapporteur, en octobre 2013, d'une mission d'information de la commission des affaires étrangères de l'Assemblée nationale sur les paradis fiscaux, ils ont publié l'ouvrage "Sans domicile fisc" faisant le décryptage et le démontage des paradis fiscaux. Ils analysent les mécanismes de spéculation et préconisent des mesures directes concrètes pour la France, pour l'Europe, pour le monde.

 

Malheureusement, après le scandale des Panama Papers et des Paradise Papers, ce n'est pas la voie prise par l'UE. Pour Pierre Moscovici, commissaire européen aux Affaires économiques et monétaires, à la Fiscalité et à l'Union douanière, "il n'y a pas de paradis fiscal à l'intérieur de l'Union européenne". L'ancien ministre socialiste de l'Économie et des Finances ajoute, « on ne peut pas qualifier tel ou tel pays de l'Union européenne de paradis fiscal au même titre que les pays qui sont sur la liste et qui ont refusé de prendre tout engagement. »

 

Les 17 désignés sont dans les Caraïbes : Sainte-Lucie, Grenade, la Barbade, Trinidad et Tobago. En Amérique centrale, Panama. Dans le Pacifique, plusieurs îles et archipels, souvent de très petits territoires. Épinglés aussi : la Corée du Sud, la Mongolie, Macao, les Émirats arabes unis, Bahreïn, mais aussi la Tunisie et la Namibie.

 

Mais sont exclus de cette liste des pays comme l'Irlande, le Luxembourg, Malte, les Pays-Bas, la Suisse, les Iles Caïman, Hong-Kong, l'île de Man, les Bermudes, Bahamas, Gibraltar, Taiwan, Singapour, Delaware, Albanie, Jersey etc.

 

Et pas de sanctions, elles restent à définir, aucune pénalité n'est décidée.

 

L'UE et l'évasion fiscale, c'est du genre « Attention à vous, on va faire un malheur ». Quoi ? Non, rien ! On ne sait ni quand ni comment, et on voudrait nous faire croire qu'il y a une lutte de menée contre l'évasion fiscale ... Je sais bien qu'on approche de la période, mais vous croyez encore au père Noël ?

 

Partager cet article
Repost0
30 novembre 2017 4 30 /11 /novembre /2017 16:27

Aujourd'hui 30 novembre, cela fait 100 jours que Salah Hamouri, avocat franco-palestinien, est embastillé par Israël, en vertu d’un ordre de détention administrative.

 

Salah Hamouri avait été accueilli à Niort en avril 2012 par l'association France-Palestine Solidarité Deux-Sèvres. Il venait de passer 7 ans dans les geôles israéliennes pour délit d'opinion. Vous trouverez sur ce lien un billet relatant son témoignage lors de cette venue à Niort.

 

Cette liberté n'aura pas duré. Salah Hamouri a été arrêté dans la nuit du 22 au 23 août 2017 par les forces d'occupation israéliennes, dans l'arbitraire le plus total. Salah Hamouri est de nouveau victime de cette arme inique utilisée illégalement de façon massive par le pouvoir israélien : la détention administrative. Après avoir déjà été emprisonné 7 ans pour des accusations fantaisistes, il est condamné à 6 mois de détention administrative sans qu’aucune charge ne pèse sur lui et sans avoir eu droit à aucun procès. La détention administrative permet à un pouvoir autoritaire de maintenir en prison sans aucun motif un opposant - ou supposé tel - sans avoir à avancer le moindre commencement d’un début de preuve. De plus cette condamnation est renouvelable à l’infini sans plus de justification.

 

Cela fait 70 ans que le peuple Palestinien attend un État. Il est temps que l’impunité d’Israël cesse. Il ne s’agit pas d’antisémitisme mais de droit international. Et en même temps, on apprend que Benyamin Netanyahou sera reçu à l'Elysée le 10 décembre par Emmanuel Macron. Une invitation tachée par la politique de colonisation du peuple palestinien par Israël au mépris des résolutions de l'ONU.

 

À nous tous d’amplifier la mobilisation et de faire connaitre partout l’injustice qui frappe Salah Hamouri et les milliers (6300 prisonniers voir chiffres ici) de détenus palestiniens dans les prisons israéliennes, dont des parlementaires.  Ils doivent sortir des geôles israéliennes.

 

Libérez Salah Hamouri, avocat franco-palestinien embastillé par Israël
Partager cet article
Repost0
22 novembre 2017 3 22 /11 /novembre /2017 16:52

Les dividendes versés aux actionnaires dans le monde ont bondi de 14,5% au troisième trimestre 2017 pour atteindre 328,1 milliards de dollars, représentant un record en termes de paiements.

 

Dans le même temps, même si l'extrême pauvreté recule, selon ATD Quart Monde, 2,8 milliards de personnes, soit près de la moitié de la population mondiale, vivent avec moins de 2 dollars par jour.

 

Est-ce pour autant que les gouvernements prennent une autre orientation ? En France, le ministre de l'économie Bruno Le Maire concédait : "Nous disons : 'l'économie française a besoin de capital', eh bien, on taxe moins le capital. Nous disons 'l'économie française doit investir', nous lui donnons les moyens d'investir.". Même s'il ne prononce pas le mot ruissellement, c'est bien l'idée qu'il défend. Cette expression était apparue avec Thatcher et Reagan : "Donner les réductions d'impôts aux tranches supérieures, aux individus les plus riches et aux plus grandes entreprises, et laisser les bons effets 'ruisseler' à travers l'économie pour atteindre tout le monde." Cette fable des années 1980, même le FMI n'y croit plus. Et pourtant c'est l'orientation prise par le gouvernement Macron.

 

Les entreprises optimisent leurs bénéfices, notamment en allégeant le plus possible leur charge fiscale, privant ainsi les États des ressources essentielles pour financer les politiques et les services nécessaires pour réduire les inégalités. Et ce n'est pas le dernier scandale des Paradise Papers qui peut me contredire.

 

Mais tant que les gens voteront pour les candidats qui mènent ces politiques économiques centrées sur la finance et non sur l'humain, la seule théorie du ruissellement qui vaudra pour nous, sera celle illustrée par le dessin ci-dessous.

Vous croyez à la théorie du ruissellement ?
Partager cet article
Repost0
13 novembre 2017 1 13 /11 /novembre /2017 08:34

Le Consortium international des journalistes d’investigation (ICIJ) a contribué à révéler le scandale des "Paradise Papers", l'utilisation de sociétés écrans par des personnalités, pour mettre leur fortune dans des paradis fiscaux, via des pratiques d'optimisation fiscale. En France, le journal Le Monde est un partenaire de l'ICIJ.

 

Alors n'est-il pas paradoxal que le journal Le Monde qui contribue à ces révélations et dénonce comme une faute morale ces pratiques, propose parallèlement dans ses pages un dossier pour échapper au maximum à l'impôt sur la fortune.

 

C'est ce qu'on peut appeler un langage de Tartuffe ?

Evasion fiscale, le double langage
Partager cet article
Repost0
7 novembre 2017 2 07 /11 /novembre /2017 16:10

Cela fait 1 an que les frères Bocquet, deux élus communistes du Nord l'un député l'autre sénateur, sortaient le livre "Sans domicile fisc". Évasion, optimisation et fraude fiscale font perdre chaque année entre 60 et 100 milliards d'euros au budget de la France et plus de 1 000 milliards en Europe.

Ce sont à présent les révélations sur les Paradise Papers. Il est plus que temps d'en finir avec l'indécence de l'évasion fiscale.

Il y a eu HSBC, UBS, les Offshore Leaks, les LuxLeaks, les SwissLeaks, les Panama Papers et aujourd'hui les Paradise Papers ...

Comme le demandent les députés communistes, le gouvernement doit prendre ses responsabilités, et rapidement. La réponse n'est pas en supprimant 3000 postes au contrôle fiscal comme l'ont fait les gouvernements successifs depuis 2010. Où est la volonté politique à lutter contre l'évasion fiscale ?  Ça suffit !

Le gouvernement va t-il se décider à agir contre la finance ?
Le gouvernement va t-il se décider à agir contre la finance ?
Partager cet article
Repost0
6 novembre 2017 1 06 /11 /novembre /2017 07:28

A l’issue d’une réunion intersyndicale le 24 octobre, les syndicats de salariés CGT, FO, Solidaires, et pour les lycéens et les étudiants UNEF, UNL, FIDL, ont appelé  à une nouvelle journée nationale d’action interprofessionnelle le 16 novembre contre « la politique libérale visant à accroître les inégalités au profit d'une minorité » menée par Emmanuel Macron.

Il s'agit entre autres :


- de nombreuses dispositions inacceptables des ordonnances limitant les droits des salariés ;
- des risques qui pèsent sur les droits des salariés et demandeurs d’emploi en matière d’assurance chômage ou de formation professionnelle ;
- de mesures précarisant toujours un peu plus l’emploi et l’insertion des jeunes sur le marché du travail ;
- de la remise en cause des droits à l’avenir des jeunes par l’instauration d’une sélection à l’entrée de l’enseignement supérieur ;
- de la modération salariale et de l’augmentation de la CSG ;
- des atteintes au service public et à la protection sociale.

Les organisations signataires s’adressent solennellement au gouvernement afin qu’il prenne en considération les attentes sociales multiples qui s’expriment dans le public et le privé, par les actifs, les jeunes, les demandeurs d’emploi et les retraités.

Compte tenu de la gravité de la situation, ces organisations décident de faire du 16 novembre 2017 une journée de mobilisation interprofessionnelle, étudiante et lycéenne, par des grèves et manifestations.

 

Après la casse du code du travail, c'est à une attaque sans précédent contre le système de protection sociale que se livre actuellement le gouvernement Macron. Et ce sera ensuite la réforme de l'assurance chômage où l'objectif sera là encore de diminuer les droits des privés d'emploi. Puis ce sera le tour de la formation professionnelle et puis et puis …

A chacun de prendre conscience de ce qui est en train de se passer. Ce sont les luttes de nos aînés qui ont permis toutes les conquêtes sociales au cours de l'histoire. Macron poursuit aujourd'hui à vitesse grand V la destruction de ces droits commencée sous les gouvernements précédents.

Allons nous le laisser faire sans réagir ? Permettrons nous que l'histoire retienne que nous serons ceux qui auront laissé détruire ces conquêtes sociales de nos aînés sans réagir ?

Le 16 novembre, posez-vous bien cette question.

Partager cet article
Repost0