Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Réagir - Blog militant de joseph coutant
  • Réagir - Blog militant de joseph coutant
  • : Réagir : S'opposer activement à l'action de qqch, résister. La devise issue de la révolution française "Liberté, Egalité, Fraternité" étant de plus en plus mise à mal, ce blog est un moyen pour moi de faire partager mes réactions sur l'actualité politique, sociale, etc.
  • Contact

Rechercher

Tags

15 février 2017 3 15 /02 /février /2017 08:59

Quand le mardi 14 février, devant l'Assemblée nationale, le ministre de l'Intérieur Bruno Le Roux parle de « tragique accident » à propos du viol dont a été victime le jeune Théo à Aulnay sous Bois, c'est inacceptable. Car même si l'entourage du ministre a dit ensuite que "c'est une maladresse qui ne reflète absolument pas sa pensée" et que le ministre lui-même a regretté un terme "inapproprié", la première réaction tend à démontrer qu'il y aurait plus d'indulgence avec les violences policières.

 

Il y a pourtant ce troublant passé du commissaire d'Aulnay sous Bois. Vient s'ajouter le témoignage d'un jeune, victime des mêmes policiers quelques jours plutôt. Comme le déclarait la sociologue Marie-Hélène Bacqué au journal L'Humanité, ce qui se passe à Aulnay n’est pas un épiphénomène et montre la permanence des tensions avec la police. Il y a eu les morts de Zyed et Bouna il y a une dizaine d'années, celle d'Adama Traoré l'été dernier dans un commissariat. Aujourd'hui, les quatre policiers accusés dans l'affaire Théo sont en liberté quand deux jeunes qui ont lancé des pierres sont eux emprisonnés. Il y a quand même un décalage dans la façon dont est rendue la justice.

 

En 2012, le candidat Hollande avait promis la mise en place d'un récépissé de contrôle d'identité pour lutter contre le contrôle au faciès. Autre promesse non tenue.

 

Les habitants des quartiers populaires sont des citoyens à part entière et doivent être considérés et traités comme tels.

 

Partager cet article

Repost 0
14 février 2017 2 14 /02 /février /2017 06:54

A ceux qui s'interrogent sur le rôle de certains éléments dans la police, merci à L'Humanité de rappeler certains faits. Mais pourquoi n'en a t-on pas entendu parler dans les revues de presse ? Ah oui, j'oubliais qu'elle est aux mains des puissances d'argent.

 

Le troublant passé judiciaire du commissaire d'Aulnay-sous-Bois

 

Cet ancien chef adjoint de la brigade anticriminalité de nuit à Paris a été condamné, en 2008, pour «non-empêchement d'un délit» dans une sordide affaire de violences policières.

Les quatre policiers mis en examen, l'un pour viol et les autres pour violences volontaires en réunion après la violente interpellation de Théo, appartiennent à une brigade de sécurité de terrain (BST), rattachée au commissariat d'Aulnay-sous-Bois. Coïncidence troublante, l'actuel commissaire divisionnaire, qui règne aussi sur tout le district nord-est de la Seine-Saint-Denis, a déjà été mis en cause dans un scandale de violences policières. L'affaire remonte au 19 février 2004. Le commissaire Vincent Lafon est alors chef adjoint de la brigade anticriminalité de nuit à Paris (BAC 75N). Au petit matin, à Barbès, ses hommes repèrent un conducteur en état d'ébriété qui brutalise la jeune femme assise à ses côtés dans une Opel Corsa qui file à toute allure. Débute alors une «chasse», comme on dit dans le jargon policier, avec des pointes à 150 km/h. Des renforts sont appelés. La coursepoursuite se termine 30 kilomètres plus loin, lorsque le chauffard heurte le muret d'une bretelle d'autoroute, à hauteur de Créteil. Il refuse toujours d'obtempérer, redémarre, renverse et blesse des policiers. Finalement extrait de l'habitacle et tabassé, il finit sur le goudron, pantalon et slip baissés, un cerceau d'enjoliveur entre les fesses. Bilan : un nez cassé, sept jours d'ITT. Les policiers, accuse-t-il, l'ont « menacé de sodomie ». La scène a bien été filmée, mais l'inspection générale des services (IGS), immédiatement saisie, ne parvient pas à mettre la main sur les images, détruites.

Un an de prison avec sursis et un an d'interdiction professionnelle

L'affaire fait grand bruit. Une information judiciaire est ouverte pour « violences aggravées ». Le ministre de l'Intérieur, Nicolas Sarkozy, qui fustige « les brebis galeuses dans la police », n'exclut pas la révocation des fonctionnaires mis en cause. Un capitaine et deux gardiens de la paix sont mis en examen pour «violences volontaires par dépositaire de l'autorité publique». Présent sur les lieux, le commissaire Vincent Lafon, lui, est mis en examen pour «non-empêchement d'un délit». Il est suspendu pour « faute de commandement ». Quatre ans plus tard, dans son réquisitoire, le parquet qualifie l'affaire de «honte de la BAC parisienne ».

Les condamnations tombent. Le gardien de la paix qui a reconnu, à l'audience, avoir placé l'enjoliveur «entre les cuisses» du conducteur interpellé est condamné à un an de prison avec sursis et trois ans d'interdiction professionnelle. Le capitaine reconnu coupable de « destruction de documents pour faire obstacle à la manifestation de la vérité » prend dix-huit mois d'emprisonnement avec sursis et trois ans d'interdiction professionnelle. Le commissaire Vincent Lafon, écope, lui, d'un an de prison avec sursis et d'un an d'interdiction professionnelle pour «abstention volontaire d'empêcher un crime ou un délit ». Devant la 17e chambre du tribunal correctionnel de Paris, cet homme sec, ancien boxeur, amateur de rock metal, avait attribué les violences à un contexte d'« extrême agitation ». « Il n'a jamais cherché à dissimuler son implication dans cette affaire », témoigne un élu parisien. Ce sordide épisode est resté dans les mémoires, à la BAC, comme l'« affaire de l'enjoliveur ». « Qu'une interpellation soit rugueuse, c'est une chose. Mais là, il s'agissait d'un sérieux dérapage, pour ne pas dire plus », commente un policier de la BAC parisienne. Vincent Lafon est arrivé à Aulnay-sous-Bois au début de l'année 2014, quelques mois seulement avant l'élection de Bruno Beschizza. Venu du 13e arrondissement de Paris, le commissaire divisionnaire regrette, dans une vidéo tournée par le site AulnayCap, l'« hostilité » des habitants des cités. Mais il ne tarit pas d'éloges sur la politique sécurité de l'ancien secrétaire général du syndicat policier Synergie officiers.

 

Rosa Moussaoui journaliste à L'Humanité

Partager cet article

Repost 0
13 février 2017 1 13 /02 /février /2017 09:31

Dès le soir de l'élection de Hamon à la primaire socialiste, les intentions de vote pour ce dernier sont étrangement passées de 9 à 15%, alors que celles en faveur de Jean-Luc Mélenchon passaient de 15% à 10%. Même si l'opinion peut être versatile, cela paraît quand même gros. Suffirait-il d'avoir des incantations socialement progressistes pour que Hamon gomme son label social-démocrate ? D'ailleurs aussitôt élu, il a rendu visite au 1er ministre Cazeneuve et au président de la république F Hollande. Parmi les porte-parole de son équipe de campagne figurent deux proches de F. Hollande et dans son équipe de campagne un sénateur proche de Valls, en finalité on retrouvera les sensibilités du PS.

 

Alors y aurait-il eu un réel changement de l'opinion ? Ce que ne disent pas les instituts, c'est que dès le soir de l’élection de Hamon à la primaire des socialistes, les intentions de vote en faveur de celui-ci ont été corrigées. Et contrairement à ce que tentent de faire croire les sondages « corrigés » des instituts traditionnels, le candidat de la France Insoumise n’a pas reculé dans les intentions de vote comme le souligne la société « Filteris Euromédiations (1)» .

 

Mais certainement que les instituts de sondage ont intérêt à satisfaire leurs commanditaires ou donneurs d'ordres qui préfèrent un Hamon au candidat de la France insoumise et de ses soutiens, et tentent par là-même d'influencer l'opinion en orientant vers un vote utile.

 

Voilà pourquoi les sondages "traditionnels" estiment que Jean-Luc Mélenchon stagne autour de 10 % d'estimations de vote au premier tour de la Présidentielle. Or, selon la société Filteris EuroMediations, l'analyse des perceptions et des valeurs qui sont associées à chacun des dix candidats déclarés aujourd'hui indique que Jean-Luc Mélenchon se situe bien plus haut : (18%).

 

(1) « Ce sont des millions de données exprimées qui sont récoltées et analysées par Filteris-Euromédiations grâce à une méthode axiologique qui a fait ses preuves depuis maintenant dix ans. Il s’agit d’une expertise scientifique développée à l’Université Laval de Québec, basée sur des calculs différents de ceux qu'utilisent habituellement les sondeurs. »

Ci-dessous :

1 - la mesure selon Filteris EuroMediations

2 - le résultat en données brutes Ifop et les données diffusées après correction.

 

Présidentielle 2017 - Quand les sondages veulent influencer l'opinion
Présidentielle 2017 - Quand les sondages veulent influencer l'opinion

Partager cet article

Repost 0
2 février 2017 4 02 /02 /février /2017 07:47

Pour cause d'absence, pas de publication de billet pendant une semaine.

Suivi possible compte twitter @jmreagir

 

Il est fort possible que durant ce temps-là, la situation du "chevalier blanc" connaisse quelque rebondissement. Celui qui pourfendait régulièrement l'assistanat et promettait une cure d'austérité aura t-il été contraint de jeter l'éponge  dans la course à l'Elysée ?

 

En attendant, un petit jeu proposé par le dessinateur Babouse, un autre par les auteurs du film La Sociale et des tweets récents de F Fillon qui se voulaient sans aucun doute humoristiques.

 

A bientôt.

Maxime Fillonesque : "Charité bien ordonnée commence par soi-même"
Maxime Fillonesque : "Charité bien ordonnée commence par soi-même"
Maxime Fillonesque : "Charité bien ordonnée commence par soi-même"

Partager cet article

Repost 0
31 janvier 2017 2 31 /01 /janvier /2017 19:09

Dans la perspective de l'élection présidentielle, Marine Le Pen peaufine son image. Comme la nièce ainsi que d'autres élus et membres du FN sont présents dans les meetings de « la manif pour tous » ou de « sens commun », Marine Le Pen semble faire évoluer son discours.

 

Dans un entretien à Causeur , voici ce qu'elle dit par rapport à l'IVG :

« Nous ne sommes plus en 2012 ! À l’époque, je venais d’être élue à la tête du Front national, après quarante ans de présidence de Jean-Marie Le Pen ! Certes, j’avais obtenu 68 % des suffrages mais un tiers du FN avait néanmoins voté pour Bruno Gollnisch. C’est pourquoi j’avais démarré ma campagne présidentielle en me tournant vers le Front national, dans une démarche de légitimité dans le mouvement qui venait de m’élire. C’est dans ce contexte que j’ai proposé de dérembourser certaines IVG, tout en rappelant la nécessité d’aides aux jeunes femmes qui souhaitent garder leur enfant. Mais j’ai vite réalisé que cette proposition créait de l’incompréhension et une grande inquiétude chez les femmes. Dès qu’on touche à ce sujet, certaines ont le sentiment qu’on menace l’accès au droit. J’ai donc décidé de renoncer à cette mesure anxiogène, et je l’ai fait d’autant plus tranquillement que ma situation n’a plus rien à voir avec ce qu’elle était en 2011-2012. Aujourd’hui, je suis complètement libre de mon projet présidentiel. A fortiori depuis qu’un sondage effectué en plein milieu du débat Florian-Marion atteste que 75 % des sympathisants du FN sont d’accord pour rembourser l’IVG. »

 

Je disais bien en introduction "semble faire évoluer son discours", car les actes eux sont là pour témoigner de l'inverse. Elle dit que nous ne sommes plus en 2012, mais alors, que signifient ces votes au parlement européen en mars 2015 qui sont à l'inverse de ses propos ? Il ne suffit pas de dire « Je ferai campagne sur la défense des droits des femmes contre ceux qui menacent ces droits. » Car c'est bien le FN et ses amis qui les menacent. Voir dans le tableau ci-dessous les votes FN sur les droits des femmes.

 

Ne vous laisser pas duper par ses discours.

Au FN, c'est le grand écart entre les paroles et les actes

Partager cet article

Repost 0
30 janvier 2017 1 30 /01 /janvier /2017 18:04

Dans son meeting de la Villette hier, Fillon a déclaré « avec tous les français qui veulent réussir, je fonce pour une France du plein emploi ». Pour lui « La meilleure politique sociale, c'est celle qui donne du boulot ».

 

Il est clair que socialement, avoir un travail peut être un gage d'une vie plus sereine ; encore faut-il que ce travail ne soit pas précaire, que ce ne soit pas un temps partiel imposé, et plus encore qu'il soit correctement rémunéré.  

 

Dans ce domaine, F Fillon a fait preuve d'efficacité quant au job de son épouse Pénélope, au moins en ce qui concerne sa rémunération. Celle-ci aurait en effet perçu 500.000 euros comme attachée parlementaire de son mari pendant huit ans pour un montant de 6.900 à 7.900 euros mensuels selon Le Canard. Tâches minimes ou fictives ? De gros doutes pèsent. C'est le même Fillon qui déclarait en septembre 2012 « qu'il y a injustice sociale entre ceux qui travaillent dur pour peu et ceux qui ne travaillent pas et reçoivent de l'argent public ». Parlait-il de son épouse ?

 

« La meilleure politique sociale, c'est celle qui donne du boulot ». Mais F Fillon a quand même été 1er ministre du 17 mai 2007 au 10 mai 2012. Sur ces cinq années où il a été aux manettes, Pôle Emploi a enregistré 747.000 chômeurs de plus en métropole, un chiffre en  hausse de 35%. Si on cumule les catégories A, B et C, le nombre de chômeurs supplémentaires est monté à 1,078 million.

 

Mais alors, sa politique sociale qui donne du boulot, pourquoi ne l'a t-il pas mise en œuvre quand il était chef du gouvernement ?

 

Partager cet article

Repost 0
27 janvier 2017 5 27 /01 /janvier /2017 06:59

De toutes les personnalités politiques françaises, la seule qui ait publiquement salué avec enthousiasme l’élection Donald Trump à la Maison-Blanche est Marine Le Pen. 

 

Les électeurs tentés par le Front national devraient s’interroger. Comment expliquer que celle qui prétend dans notre pays défendre la Sécurité sociale, soutienne Trump dont le premier acte, à peine installé à la Maison blanche, a été de s’attaquer à l’Obamacare, la sécurité sociale difficilement mise en place par Obama pour 20 millions d’Américains ?

 

Et concernant les bas salaires, la candidate du Front national à l'élection présidentielle n'est pas pour une augmentation du SMIC car "cela entraîne une charge supplémentaire pour les entreprises."

 

Ne vous laissez pas abuser. Marine Le Pen avance masquée, mais quand le masque tombe, c’est bien à Trump qu’elle ressemble.

Partager cet article

Repost 0
25 janvier 2017 3 25 /01 /janvier /2017 18:09

Dans son édition du mercredi 25 janvier, le Canard enchaîné accuse Pénélope Fillon, femme de François Fillon, d’avoir touché en huit ans près de 500 000 euros en tant qu’assistante parlementaire de son mari, puis du suppléant de celui-ci. Le Canard enchaîné affirme que Pénélope Fillon n’a laissé aucune trace de son passage à ces postes.

 

Finalement, François Fillon a inventé un revenu universel à usage unique pour Pénélope. Chapeau pour celui qui reproche aux chômeurs de chômer et qui embauche sa femme à ne rien faire (pour 5000 euros mensuels avec l'argent public)...

 

C'est tellement clair cette histoire que même ses amis du Figaro s'emmêlent les pinceaux à deux mois d'intervalle.

Fillon, l'homme "intègre" qui voulait donner des leçons de respectabilité

 

 

Quant à ces quelques tweets émanant de Fillon lui-même, je vous laisse juges

 

 

Fillon, l'homme "intègre" qui voulait donner des leçons de respectabilité

Partager cet article

Repost 0
23 janvier 2017 1 23 /01 /janvier /2017 15:56

Pour ma part, le choix pour le 1er tour de la présidentielle de 2017 est fait depuis longtemps. En tant que militant communiste, dès le mois de juin 2016, j'ai appuyé la candidature de JLM2017 , considérant qu'ayant été notre candidat lors de la présidentielle de 2012, avec le programme l'Humain d'abord qui est la base pour 2017, il avait toute légitimité à porter à nouveau cette candidature. Et le changement radical qui prend notamment en compte les grandes questions sociales et environnementales, J-L Mélenchon le porte dans son programme.

 

Au crépuscule de ce quinquennat qui aura vu un président et son gouvernement trahir le peuple de gauche qui les a mis au pouvoir, le PS ne peut pas prétendre à présent rassembler cet électorat de gauche.

 

C'est donc en spectateur que j'ai suivi cette primaire. J'ai regardé deux des trois débats pour voir ce qui allait être dit par les uns et les autres. Mais je n'avais nullement l'intention d'aller voter à cette primaire, pas plus qu'à celle de 2011.

 

Alors, certains lecteurs peuvent par conséquent se demander pourquoi je fais un billet sur ce sujet. Tout simplement parce que j'ai une interrogation par rapport au nombre de votants. J-C Cambadelis avait répété dans les médias que pour que ce scrutin soit un succès, il fallait au minimum un million et demi" de votants.

 

On avait constaté que le PS au gouvernement avait été capable de faire croître la courbe du chômage, croître les sommes (des milliards) versés aux entreprises, mais pas le coup de pouce attendu par les smicards par contre. Pour les primaires, il a manifestement été capable de faire croître le nombre de votants. Les chiffres communiqués par leur haute autorité ont en effet varié à la hausse de 350.000 ce lundi entre 00h45 et 10h00. A ceux qui pensent qu'il n'y a rien d'anormal, c'est qu'en intégrant ces 350.000 votants de plus, les pourcentages des candidats n'ont pas bougé d'une virgule (voir tableau ci-dessous).

 

Comme l'a dit A Montebourg lors du dernier débat sur un autre sujet, reprenant la phrase de M Aubry à la primaire de 2011, "Si c'est flou, c'est qu'il y a un loup". Il semblerait, d'autant que les bureaux fermaient à 19 heures. 

Primaire socialiste : La fermeture des bureaux n'était pas prévue à 19 heures ?

Partager cet article

Repost 0
19 janvier 2017 4 19 /01 /janvier /2017 17:38

J'ai eu maintes fois l'occasion de rédiger des billets sur la justice de classe à l’œuvre dans notre pays. Que ce soit pour délit de solidarité, que ce soit à l'encontre de syndicalistes, que ce soit à l'encontre de personnes ayant volé de la nourriture pour se nourrir etc.

 

Mais la justice sait aussi être expéditive. Mais, pas pour tout le monde. Ce n'est pas la famille Balkany qui me contredira. Leurs affaires s'accumulent, mais pour l'instant pas la moindre condamnation et ils dirigent toujours la mairie de Levallois, lui comme maire, elle en tant que 1ère adjointe.

 

Mais par contre, la justice n'a pas traîné pour condamner le jeune breton qui a voulu gifler Manuel Valls. En déplacement à Lamballe dans le cadre de la primaire du PS, c'est en sortant de la mairie accompagné de plusieurs personnes, dont Jean-Yves Le Drian, qu'un jeune homme mêlé à un groupe a porté la main au visage de l'ancien premier ministre. Les images diffusées par les médias ne sont pas violentes, moins que le placage qu'a subi le jeune homme par les forces de sécurité.

 

Son avocate a rapporté qu'au départ il voulait interpeller Manuel Valls sur la jeunesse, le 49-3. Mais dans ces cas-là, donner une gifle ne résout pas les problèmes, la preuve avec ce qui a suivi. Même si l'envie de gifler ce gouvernement ne manque pas à beaucoup d'entre nous.

 

Le jeune homme a été placé 24 heures en garde en vue et est passé en jugement sur reconnaissance préalable de culpabilité (CRPC). Il a été condamné à trois mois de prison avec sursis auxquels s’ajoutent 105h de travaux d’intérêt général et un euro de dommages et intérêt à Manuel Valls qui s’était constitué partie civile. Cette indemnisation symbolique a été demandée par l'ancien Premier ministre. Le jeune breton a accepté les conditions proposées par le parquet plutôt que d’attendre son procès en détention. D'autres ont fraudé ou détourné des millions, mais sont toujours libres.

 

Tout cela semble bien disproportionné ! Il n'y a pas eu d'incapacité de travail pour Valls. Mais la justice sait se montrer expéditive pour les faibles.

 

Dessin Placide

Dessin de Placide

Dessin de Placide

Partager cet article

Repost 0