Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Réagir - Blog militant de joseph coutant
  • Réagir - Blog militant de joseph coutant
  • : Réagir : S'opposer activement à l'action de qqch, résister. La devise issue de la révolution française "Liberté, Egalité, Fraternité" étant de plus en plus mise à mal, ce blog est un moyen pour moi de faire partager mes réactions sur l'actualité politique, sociale, etc.
  • Contact

Rechercher

Tags

21 septembre 2017 4 21 /09 /septembre /2017 18:11

Concernant ses réformes, Macron affirmait récemment sa détermination absolue et sa volonté de ne rien céder aux « fainéants, cyniques et extrêmes ». En déplacement à l'étranger, il en a rajouté en proclamant que « la rue ce n'est pas la démocratie ». Jupiter se prend-il pour le Roi-Soleil qui proclamait « l’État, c'est moi » ?

 

Eh bien non! La démocratie ce n'est pas Macron qui agit comme un monarque. Comme le souligne Maurice Ulrich dans l'éditorial de l'Humanité de ce jour, ce sont « la rue et le peuple qui ont pu à maintes reprises imposer les plus grandes avancées sociales et démocratiques. 1936, mai 1968 comptent parmi les plus belles dates de l'histoire de France... C'est seulement en mai 68 qu'ont pu exister les sections syndicales d'entreprise, entre autres acquis d'un mouvement de grève porté par 10 millions de salariés et marqué par des manifestations monstres... »

 

Macron ne devrait pas oublier que l'Assemblée qui lui est dévouée ne représente que 15% du corps électoral. L'élection de Macron ne légitime pas la casse du code du travail. Dans un sondage Viavoice pour Libération, 55% des français jugent que le Code du travail n'est pas assez protecteur. Dans un autre sondage de l'Ifop pour L'Humanité publié vendredi dernier, 81% des français considèrent que le réforme du Code du travail va donner plus de pouvoirs aux chefs d'entreprise.

 

Voilà pourquoi nous étions encore nombreux à manifester aujourd'hui pour dire non à la régression sociale en marche avec Macron et ses ordonnances.

 

Le Code du travail doit être un bouclier de protection pour les salariés.

Deuxième journée de manifestation ce 21 septembre à Niort contre la Loi travail et les ordonnances Macron
Deuxième journée de manifestation ce 21 septembre à Niort contre la Loi travail et les ordonnances Macron
Deuxième journée de manifestation ce 21 septembre à Niort contre la Loi travail et les ordonnances Macron
Deuxième journée de manifestation ce 21 septembre à Niort contre la Loi travail et les ordonnances Macron

Partager cet article

Repost 0
20 septembre 2017 3 20 /09 /septembre /2017 17:07

 

La Loi Travail XXL n’est en rien une loi pour l’emploi mais bien pour le profit des grandes entreprises.

 

La Loi Travail XXL, c’est :

   • la précarité à tous les étages,

   • le permis de licencier à tout-va,

   • les questions de santé et de conditions de travail passées à la trappe,

   • le retour de la loi de la jungle avec un Code du travail par entreprise,

   • l’aggravation des inégalités professionnelles entre les femmes et les hommes.

 

Pour en finir avec ces politiques au service de la seule finance, pour la défense et la conquête de droits nouveaux, pour le progrès social, pour que le cauchemar ne devienne pas réalité,

 

Mobilisons-nous par la grève et les manifestations jeudi 21 septembre 2017

 

A NIORT, rassemblement à 11 heures place de la Brèche

 

Carte des actions et mobilisations

le 21 septembre

 

Partager cet article

Repost 0
Published by jco
commenter cet article
19 septembre 2017 2 19 /09 /septembre /2017 08:35

Certains médias ont réduit la fête de l'Huma a une petite phrase sur une absence. Cela leur évite de parler des dizaines de débats de la fête, de la dénonciation du libéralisme macronien, des rencontres de salariés en lutte, des spectacles ...

Quelques images de la fête.

 

Quelle belle fête de l'Humanité 2017
Il fallait parfois jouer des coudes dans les allées

Il fallait parfois jouer des coudes dans les allées

Un public nombreux pour assister au procès des ordonnances Macron sur la Loi travail

Un public nombreux pour assister au procès des ordonnances Macron sur la Loi travail

Que de monde sur l'espace de la grande scène

Que de monde sur l'espace de la grande scène

Partager cet article

Repost 0
14 septembre 2017 4 14 /09 /septembre /2017 06:44
Et n'oubliez pas  la fête de l'huma les 15-16-17 septembre 2017

Partager cet article

Repost 0
12 septembre 2017 2 12 /09 /septembre /2017 22:07

Il n'y a pas que les militants syndicaux qui contestent cette loi travail. De nombreux économistes s’accordent à dire que cette réforme, comme les précédentes, ne fera pas baisser le chômage mais augmentera encore la précarité et aggravera la pauvreté, comme c’est déjà le cas en Allemagne ou en Angleterre. Partout où ces politiques ont été menées, des millions de salariés sont passés sous le seuil de pauvreté et aucun emploi n'a été créé.

Dans un quotidien local de matin, suite à la visite d'Edouard Philippe dans une entreprise des Deux-Sèvres, un employeur présent réagissait ainsi aux mesures du gouvernement : " La diminution de l'impôt sur les sociétés va nous permettre d'augmenter nos capitaux propres et notre possibilité d'endettement." Et l'emploi dans tout ça ???

 

Contre la loi travail XXL, première mobilisation réussie à Niort ce 12 septembre
Contre la loi travail XXL, première mobilisation réussie à Niort ce 12 septembre
Contre la loi travail XXL, première mobilisation réussie à Niort ce 12 septembre
Contre la loi travail XXL, première mobilisation réussie à Niort ce 12 septembre

Partager cet article

Repost 0
11 septembre 2017 1 11 /09 /septembre /2017 16:39

Depuis l'entrée de Macron dans la sphère politique comme conseiller de Hollande à l’Élysée puis comme ministre, il avait déjà montré son mépris et sa haine de classe :

 

« Il y a la société Gad. Vous savez ? Cet abattoir. Il y a dans cette société une majorité de femmes. Il y en a qui sont, pour beaucoup, illettrées. » E. Macron en septembre 2014.

 

En mai 2016, s'adressant à un militant qui manifestait contre la loi travail et lui disait « vous, avec votre pognon vous achetez des costards », Macron répondait « Vous n'allez me faire pleurer avec votre t-shirt, la meilleure façon de se payer un costard c'est de travailler ».

 

Et depuis qu'il est président, il fait toujours usage de propos polémiques à l'égard des français qui ne pensent pas comme lui :

 

Lors de l’inauguration fin juin du grand incubateur de start-up, Station F, installé dans la Halle Freyssinet à Paris, une ancienne gare il déclare : « Une gare, c'est un lieu où on croise les gens qui réussissent et des gens qui ne sont rien, parce que c'est un lieu où on passe, un lieu que l'on partage ».

 

Et il vient de récidiver ces derniers jours à propos des réformes qu'il entreprend. « Je serai d'une détermination absolue et je ne cèderai rien ni aux fainéants, ni aux cyniques, ni aux extrêmes. »

 

Eh bien les cyniques, les fainéants ne sont pas ceux qui dénoncent la casse de leurs droits dans le monde du travail. Ils sont plutôt à chercher du côté du Medef, de la finance et des actionnaires du CAC40. Avec 52 milliards d’euros engrangés depuis janvier, en hausse de 26,5 % par rapport au premier semestre de l’année dernière, les bénéfices des 40 principales sociétés cotées ne se sont jamais mieux portés. Ce ne sont pas le « coût du travail » et les « rigidités » du marché du travail qui sont la cause du chômage en France.

 

Alors soyons nombreux mardi 12 septembre à dire NON aux ordonnances Macron sur la casse du code du travail.

 

A NIORT, rassemblement à 14 heures place de la Brèche

 

Lien sur les rassemblements et manifestations partout en France

 

Partager cet article

Repost 0
3 août 2017 4 03 /08 /août /2017 08:47

 

 

Période de vacances avec les petits-enfants, blog en stand-by momentanément

Partager cet article

Repost 0
1 août 2017 2 01 /08 /août /2017 22:33

Alors que beaucoup d'élus socialistes ont été balayés lors des dernières élections législatives, payant les politiques de trahison et d'austérité pratiqués par le pouvoir en place, il se trouve que M. Valls a été élu. Paradoxal quand on sait qu'il a été l'un des premiers responsables de cette politique, puisqu'il aura été premier ministre durant les trois dernières années du quinquennat Hollande. La versatilité des électeurs est parfois très surprenante.

 

Bien entendu il ne siège pas avec les socialistes, car comme la trahison est une seconde nature chez ce personnage, il a largué les socialistes pour rejoindre les députés de la république en marche (arrière).

 

Lors de l’examen du texte sur la moralisation de la vie publique à l’Assemblée nationale, a resurgi le débat de la rémunération des parlementaires. Et en terme de moralisation, Valls n'a rien trouvé de mieux que de mettre sur la table de la commission des lois la question de l’augmentation de l’indemnité des élus, quitte à le faire « contre l’opinion ». Aujourd’hui, les députés touchent une indemnité de base de 7 209,74 euros brut mensuels, à laquelle s’ajoute l’indemnité représentative des frais de mandat (IRFM, 5 840 euros brut), non fiscalisée, et qui, historiquement, servait de complément de rémunération.

 

Mais si j'en parle, c'est avant tout parce que ce même Valls, chef de gouvernement, avait toujours refusé le moindre coup de pouce au SMIC pour ne pas introduire « un risque de déstabilisation » dans un contexte économique « encore fragile ».

 

Voilà ce qui se passe quand les électeurs ont la mémoire courte.

Partager cet article

Repost 0
29 juillet 2017 6 29 /07 /juillet /2017 21:08

Dans quelques heures le Venezuela peut être plongé dans un bain de sang par ceux qui, nationalement et internationalement, ne supportent pas que les pauvres refusent de le rester, et qui voudraient faire main basse sur les énormes réserves en hydrocarbures du pays.

L’enjeu géopolitique dépasse Caracas.
 
Les secteurs majoritaires et d’extrême droite de l’opposition connue comme « Table d’union démocratique » (MUD en espagnol) tentent de bloquer le pays pour empêcher les élections à l’Assemblée constituante et en appeler à l’intervention de Washington. Le président TRUMP et la CIA ont prévenu : s’il y a vote, « l’empire » prendra des sanctions immédiates contre le droit à l’auto-détermination d’un peuple.
 
Ce qui se joue au Venezuela aujourd’hui, quelles que soient les erreurs qu’ait pu commettre le président Maduro, a et aura des répercussions continentales et internationales lourdes. Washington (soutenu en sous-main par l’Union européenne) s’apprête à violer la souveraineté du Venezuela. Ils tentent de provoquer une rupture dans l’armée. Pour les États-Unis, le Venezuela bolivarien constitue « une menace pour la (sa) sécurité ». La formule est de ce « bon » président Obama.
 
Le Venezuela redevient le cœur de la stratégie impérialiste. Il doit plus que jamais faire battre le cœur de tous les démocrates. Le Haut commissariat des Nations Unies pour les Droits de l’homme vient d’appeler à « garantir la paix » afin que le vote de l’Assemblée constituante, le 30 juillet, se déroule en toute normalité. Les médias vénézuéliens, qui appartiennent très majoritairement à l’oligarchie, et leurs clones français, soufflent sur le feu au lieu de calmer le jeu, hurlent à « la dictature » parce que le gouvernement Maduro a interdit les manifestations pour que le vote ait lieu en toute tranquillité, et éviter que le sang coule davantage.
 
L’opposition, nous serions tenté d’écrire la « subversion », refuse de participer à la consultation. Elle a préalablement et illégalement organisé, un vote parallèle et bidon où elle aurait obtenu plus de 7 millions de suffrages. Aucune vérification, aucun comptage sérieux n’ont pu avoir lieu. Listes électorales « maison » et bulletins de vote ont été monopolisés, puis brûlés.
Les principaux chefs de l’opposition veulent aujourd’hui, après trois mois et demi d’insurrections localisées, surtout dans les quartiers riches, en découdre, quel qu’en soit le prix. Les opposants sont devenus des émeutiers. Depuis l’élection, avec une courte majorité, du président Maduro, en 2013, l’opposition se refuse à reconnaître la légitimité du président. Cette attitude putschiste rappelle et dépasse le « golpe » contre Chavez de 2002. Et pourtant ...
 
L’élection d’une Constituante, l’élargissement de la démocratie, la consultation de l’ensemble de la population, dans un processus de fond, constituent bien l’un des derniers atouts, sans doute, pour le vivre ensemble, dans un pays aujourd’hui déchiré, au bord du gouffre. La révolution veut modifier la Constitution de 1999, y ajouter les acquis sociaux reconnus par les institutions internationales. Malgré l’effondrement économique, la révolution est parvenue à maintenir les grandes « Missions » sociales. Peu en parlent. La pénurie sur des produits ciblés, sur des médicaments, certes cruelle, organisée essentiellement par le patronat, est sur-médiatisée. Et pourtant les chiffres, eux, parlent... L’indice de développement humain du Venezuela était en 2015 de 0.767, 71e rang sur un ensemble de 188 pays. De 1990 à 2015, l’espérance de vie à la naissance a augmenté de 4,6 années. La santé et l’éducation (gratuites) restent des priorités, malgré la profonde crise économique et politique.
 
Le Venezuela ne doit pas être le Chili. L’expérience a prouvé que tout blocus affecte surtout les populations civiles et se retourne finalement contre ses promoteurs. Cuba a plus que prouvé et éprouvé les voies de la résistance pratique, concrète, au quotidien.
 
Les niveaux atteints par la désinformation ne sauraient nous détourner de notre devoir d’internationalisme. L’internationalisme, disait le Che, c’est la solidarité de classe des exploités.
 
 

Partager cet article

Repost 0
27 juillet 2017 4 27 /07 /juillet /2017 18:10

Muriel Pénicaud, la ministre du travail, est complètement discréditée pour poursuivre la réforme du code du travail. L'Humanité vient de révéler ce jour qu'en 2013, elle a réalisé une plus-value boursière de 1,13 million d’euros sur ses stock-options en tant que dirigeante de Danone, profitant de la flambée en Bourse qui a suivi l’annonce de 900 suppressions d’emplois du groupe en Europe.

 

Et c'est cette même Pénicaud qui dans la nouvelle loi travail XXL, destinée à satisfaire les appétits du patronat, veut entre autres mesures plafonner les indemnités prud'homales.

 

Il parait que Macron était à cheval sur la morale, la transparence et l'éthique. Si Muriel Pénicaud entre dans ces cases, les clés de la Banque de France peuvent être confiées au plus grand des escrocs.

 

Pour savoir comment elle a réalisé cette plus-value, Voir l'article de l'Humanité.

Partager cet article

Repost 0