Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Réagir - Blog militant de joseph coutant
  • Réagir - Blog militant de joseph coutant
  • : Réagir : S'opposer activement à l'action de qqch, résister. La devise issue de la révolution française "Liberté, Egalité, Fraternité" étant de plus en plus mise à mal, ce blog est un moyen pour moi de faire partager mes réactions sur l'actualité politique, sociale, etc.
  • Contact

Rechercher

Tags

26 avril 2017 3 26 /04 /avril /2017 22:15

Malgré un résultat très honorable, le candidat de la France Insoumise Jean Luc Mélenchon se trouve écarté du second tour de l'élection présidentielle. On se retrouve donc avec l'extrême droite Le Pen et le libéral antisocial Macron.

Pour moi, c'est clair. Hors de question de voter Le Pen, candidate de la haine, de la division, des discriminations, du rejet de celui qui est différent et du mépris pour la République. 

Alors disent certains, pour faire barrage à Le Pen, il faut voter Macron. Ce serait la réplique du 21 avril 2002 et le vote Chirac contre Le Pen père. Mais pourquoi puisqu'aucune leçon n'en a été tirée par ceux qui ont détenu les rennes du pouvoir. Car ce sont bien les politiques antisociales qui ont entraîné leurs victimes vers le vote Le Pen. 

Et en matière de politique antisociale, Macron en connaît un rayon. Il a été conseiller à L'Elysée auprès de Hollande avant d'être nommé au ministère de l'économie et des finances. C'est contre l'injustice sociale de la loi qui porte son nom que nous sommes allés manifester dans la rue plusieurs fois ainsi que contre la loi travail qu'il a enfantée. 

Macron est un ancien associé de la banque Rothschild. Ce n'est pas un hasard si au lendemain du 1er tour de l'élection présidentielle,  les bourses étaient à la hausse. Il est le candidat choisi par les milieux financiers. 

Bernard Arnault, Pdg de LVMH et également première fortune de France a adoubé le candidat d'En Marche!, le plus à même selon lui, de "motiver les entrepreneurs". Gattaz avait déjà jugé le programme de Macron intéressant. 

Selon L'Express le conseiller économique de Macron a rassuré une quinzaine de grands patrons en leur annonçant une réforme du travail dès cet été. Macron a par ailleurs annoncé son intention de gouverner par ordonnances au début de son mandat pour aller vite. Après les lois passées en force avec le 49-3, les ordonnances ! Peu lui importe la démocratie parlementaire.

Il faudrait donc choisir entre le fascisme et le capitalisme ? Le fascisme se nourrit du capitalisme. Je combats les deux.

Pour moi,  ce sera un vote BLANC le 7 mai. Et le combat se poursuivra en élisant un maximum de députés qui s'opposeront aux politiques nefastes et antisociales que le gouvernement voudrait mettre en oeuvre.  

Je ne choisirai pas entre la peste fasciste et le choléra capitaliste

Partager cet article

Repost 0
24 avril 2017 1 24 /04 /avril /2017 08:13

Je connais tous les lieux où la colombe loge
Et le plus naturel est la tête de l'homme.

L'amour de la justice et de la liberté
A produit un fruit merveilleux
Un fruit qui ne se gâte point
Car il a le goût du bonheur

Que la terre produise
Que la terre fleurisse
Que la chair et le sang vivants
Ne soient jamais sacrifiés

Nous fuirons le repos nous fuirons le sommeil
Nous prendrons de vitesse l'aube et le printemps
Et nous préparerons des jours et des saisons
A la mesure de nos rêves

Comme un oiseau volant a confiance en ses ailes
Nous savons où nous mène notre main tendue
Vers notre frère

Nos chansons appellent la paix
Et nos réponses sont des actes pour la paix

Paul Eluard, 1952

Nous garderons l'espoir et poursuivrons le chemin tracé

Partager cet article

Repost 0
21 avril 2017 5 21 /04 /avril /2017 18:36

Que ce soit Fillon, Le Pen ou Macron, aucun de ces candidats ne remet en cause le pouvoir de la finance, bien au contraire. Pour eux, c'est la religion du marché qui prime. Leur justice sociale, c'est la suppression de l'ISF ou sa modification comme celle envisagée par Macron qui est de ne pas y soumettre les revenus financiers.

Pour moi c'est en pensant au futur de mes petits-enfants que je glisserai un bulletin de vote Jean-Luc Mélenchon dimanche 23 avril. C'est l'espoir d'une société plus fraternelle, de plus de justice sociale où l'humain est pris en compte.

 

Et concernant les grands sujets, il est le seul à répondre aux quatre urgences qui se présentent aujourd'hui face à nous :

- l’urgence démocratique, en proposant la convocation d’une Assemblée constituante pour passer à la 6e République et en finir avec la monarchie présidentielle ;

- l’urgence sociale, grâce à l’augmentation des salaires (hausse du smic et du point d'indice des fonctionnaires) et à la répartition des richesses. Il permettra à tou·te·s de se soigner et privilégiera le progrès humain, par la culture, l'éducation et la recherche ;

- l’urgence écologique, en tenant compte de la crise climatique pour appliquer la règle verte et effectuer les transitions énergétique (100 % renouvelables et sortie du nucléaire) et agricole qui s’imposent ;

- l’urgence géopolitique enfin, pour faire de la France une Nation indépendante et engagée au service de la paix grâce au renforcement de l’ONU et à la sortie de l’Otan.

 

Alors dimanche, votons pour la France insoumise et son candidat Jean-Luc Mélenchon.

 

Je ne veux plus d'une société où c'est la finance qui détient tous les pouvoirs

Partager cet article

Repost 0
21 avril 2017 5 21 /04 /avril /2017 18:29

Partager cet article

Repost 0
20 avril 2017 4 20 /04 /avril /2017 15:37

Il paraît que Macron, c'est un homme neuf, ni de droite, ni de gauche, hors système, en dehors des partis. Peut-être un extra-terrestre alors ? Si l'enjeu n'était pas si important, ce serait bien risible.

 

Il ne faudrait pas oublier qu'il a été de tout le quinquennat de Hollande, jusqu'en août 2016, préparant alors l'annonce de sa candidature. Cet énarque a d'abord été secrétaire général adjoint de l’Élysée (mai 2012- juin 2014) avant d'être nommé ministre Ministre de l'Économie, de l'Industrie et du Numérique en 2014. Il se proclame en dehors des partis et parle de renouvellement de la classe politique. Renouvellement ? Regardez cette brochette d'hommes tout nouveaux en politique qui lui apporte son soutien.

 

Macron, le candidat de la finance, du patronat et d'une classe politique qui défend ses intérêts

Et ce n'est qu'un aperçu. On y trouve d'anciens ministres des gouvernements de Balladur, de Juppé, de Raffarin, de Villepin (devenu soutien lui aussi), de Fillon.  Pas de droite hein ! Mais également des gouvernements de Beregovoy (ça ne rajeunit pas , il s'agit de Kouchner qui a été également ministre sous Sarkozy) de Rocard, de Jospin, de Ayrault et de Valls. Parmi les politiques on trouve aussi la famille Tiberi, Cohn-Bendit, mais aussi l'ancien directeur de cabinet de Copé à l'UMP, et un soutien tel que Wolfgang Schauble , le ministre des finances de Merkel, celui qui n'a eu cesse d'exiger toujours plus d'austérité pour le peuple grec. Prémonition de ce qui pourrait nous attendre ? Et puis il y a également ceux dits de la société civile ; parmi ceux-ci, un ancien conseiller de Mitterrand -Attali-, un ancien conseiller à la communication de Hollande -Zarader-, un ancien conseiller politique de Sarkozy -Minc-, un ancien conseiller de Strauss-Kahn (lui-même soutien) -Pisany-, et il y a bien sûr l'inénarrable BHL, et même la femme au chapeau G de Fontenay etc. Vous pouvez trouver sur le site franceinfo : cette liste de soutiens très hétéroclites.

 

Au-delà de son passage au sein de la banque Rothschild et de certains soutiens milliardaires, l’itinéraire d’Emmanuel Macron pendant le quinquennat Hollande, d'abord comme secrétaire général adjoint de l’Élysée puis comme ministre de l’économie, révèle son ostensible positionnement du côté de la finance. Que déclarait Macron, ministre de l'économie dans une tribune du Monde en mai 2015 : « Nous avons les moyens de façonner un capitalisme à l’image de nos ambitions. », « Retrouver l’esprit industriel du capitalisme », la France a besoin « d’un capitalisme de long terme, qui accompagne nos entreprises dans leurs investissements», de la « création de valeur actionnariale» pour « faire émerger de nouveaux champions du CAC 40 ». Le capitalisme se porte bien puisque en 2016, les profits des entreprises du CAC40 se montent à 76 milliards d'euros. Alors que l'impôt sur les sociétés est en moyenne de 30% pour les PME, il est de 13% pour les entreprises de plus de 2000 salariés et seulement de 7% pour les entreprises du CAC40.

 

Le même, mais cette fois-ci candidat à l'élection présidentielle, est capable de déplorer dans un meeting l’échec du combat mené depuis trente ans contre « l’ultralibéralisme que personne n’a pu contrôler » … avant de vanter la « flexibilité du travail ». Mais qu'a fait E Macron le ministre des finances ?

 

C'est lui qui veut « renforcer les effectifs de contrôle des demandeurs d'emplois » et qui prévoit la suspension des allocations chômages si le chômeur refuse deux emplois décents ou que la recherche d’emploi est insuffisante. Par contre il n'a pas parlé de renforcer les effectifs pour traquer la fraude fiscale, au contraire, il envisage la suppression de 120 000 fonctionnaires. C'est vrai, la fraude sociale est de 0,15 milliard d'euros par an, la fraude fiscale est de 60 milliards d'euros par an. Macron a été aux commandes pour la mise en place du CICE et du Pacte de responsabilité qui ont permis d'accorder durant le quinquennat 204 milliards d'euros aux entreprises sans contrepartie avec pour résultat 837 000 chômeurs supplémentaires.

 

Le président du Medef n'est d'ailleurs pas effrayé par le candidat Macron. Il a jugé son programme globalement positif nuançant toutefois sur plusieurs points et notamment en affirmant espérer une plus grande réduction de la dépense publique. Il a dit se sentir plus proche des 500 000 suppressions de postes de fonctionnaires prévues par Fillon que des 120 000 prévues par Macron. Rien d'étonnant. C'est Estrosi, soutien de Fillon qui déclare « Lorsque je regarde le projet de monsieur Macron sur la suppression du CICE et les baisses de charge en contrepartie, et que je compare à des initiatives économiques du projet de monsieur Fillon, je n’y vois pas de différences fondamentales ».

 

Cela suffit à prouver que le programme de Macron est clairement de défendre le système capitaliste en place, au service de la finance, au service des plus puissants. N'est-ce pas Bayrou qui déclarait en septembre 2016 « Macron est le candidat des forces de l'argent »; il est devenu depuis un de ses soutiens, peut-être pour un strapontin. Quant à imaginer la rupture dans le programme Macron avec la politique si contestée de Hollande durant ce quinquennat, c'est Hollande lui-même qui a répondu : « Je ne vais pas afficher officiellement mon soutien à Macron, ça ne serait pas lui rendre service ».

 

Non Macron n'est pas le candidat des salariés quels qu'ils soient, il est le candidat de la finance, des milliardaires qui possèdent déjà les médias et qui n'ont qu'un souhait, porter un banquier d'affaires à la présidence de la République.

 

Alors dimanche prochain, voter Jean-Luc Mélenchon, c'est voter pour le programme qui répond le mieux aux aspirations des Français en termes de justice sociale, de paix, d’écologie, et de respect des droits.

Partager cet article

Repost 0
19 avril 2017 3 19 /04 /avril /2017 14:24

Quand on ne pense pas comme ces éditocrates et qu'on veut voter pour Jean-Luc Mélenchon, c'est qu'on serait incultes, émotifs, ignorants, et pourquoi pas illettrés comme l'avait dit Macron à propos d'ouvrières d'une entreprise bretonne qui allait licencier. Et si au contraire c'était justement l'intelligence et la volonté de faire revivre cette belle devise de la République "Liberté, Egalité, Fraternité".

 

Je vous invite à lire à ce propos la merveilleuse chronique " Ma vie au poste, le blog télé de Samuel Gontier " sur Télérama.fr :

 

Les éditorialistes, des tuteurs de choix pour le lierre rampant des mélenchonistes

 

 

Partager cet article

Repost 0
18 avril 2017 2 18 /04 /avril /2017 15:11

On est en droit de se demander à quoi sert le CSA ( Conseil supérieur de l'audiovisuel ) qui depuis le 1er février devait veiller au  principe d’équité entre les candidats à l'élection présidentielle et à l'égalité de traitement durant les deux semaines précédant le 1er tour de l'élection. 

Eh bien, à 6 jours du premier tour, l'équité des temps de parole cumulés TV/radio des candidats et de leurs soutiens depuis le 1er février (via @lemondefr) semble tenir de la recette du pâté d'alouette (un cheval et une alouette) pour le candidat de la France insoumise.

Est-il nécessaire de préciser que le CSA est  composé d’un Collège qui comprend sept membres nommés par décret du Président de la République. Le président du CSA est désigné par le Président de la République, trois membres sont désignés par le président du Sénat et trois autres par le président de l'Assemblée nationale.

A voir le récapitulatif des temps de parole, on peut se demander à quoi sert cette instance de régulation. Avec une indemnité supérieure à 15000 € mensuel pour le président et un peu moins pour les membres, on pourrait attendre un minimum d'efficacité. Il faut vraiment en finir avec cette Vème République et ces instances.

Le 23 avril, votons pour le candidat de la France insoumise Jean-Luc Mélenchon.

 

 

A quoi sert le CSA ? On peut se le demander

Partager cet article

Repost 0
18 avril 2017 2 18 /04 /avril /2017 08:10

Le premier promet 50 milliards de baisses d’impôts. Le second, 20 milliards. Mais ils se gardent bien de dire qui va payer la note. Quant au FN, il refuse obstinément de taxer les plus riches.

 

«Cessons d’utiliser la fiscalité comme arme punitive », a une nouvelle fois clamé, mercredi, à Lyon, François Fillon. Celui-ci promet une offrande de 40 milliards d’euros aux entreprises et aux détenteurs du capital, via notamment la baisse de l’impôt sur les sociétés (à 25 %), la suppression de l’impôt sur la fortune (ISF). Aux ménages, il vend 10 milliards de baisse de « charges salariales ». Mais il se garde bien de souligner par quoi tout cela sera compensé. Cette « rupture fiscale » sera d’abord financée « par l’indispensable réduction des dépenses publiques », écrit-il dans son programme.

 

Les baisses d’impôts seront aussi amorties par une hausse de la TVA, qui va passer de 20 % à 22 %. « Personne n’a le sentiment de payer cette taxe, soulignent les économistes Henri Sterdyniak et Dany Lang. Mais la TVA est un impôt injuste puisqu’il frappe davantage les plus pauvres (qui consomment tout leur revenu) que les plus riches (qui épargnent). » Précisément, les 10 % les plus pauvres voient 12,5 % de leurs revenus engloutis par cet impôt indirect. Le matraquage fiscal, avec Fillon, ce sera tous les jours, dans les rayons du supermarché ! Le candidat de la droite « va prendre 300 euros par an dans la poche de chaque salarié payé au Smic, a aussi dénoncé Jean-Luc Mélenchon. Et que va-t-il faire ? Il va commencer par rendre 15 000 euros par an à chaque millionnaire de France ! » Comme si cela ne suffisait pas, les plus aisés vont bénéficier d’une ristourne de 2,5 milliards d’euros sur leur impôt sur le revenu grâce au « relèvement du plafond du quotient familial ».

 

Fillon et Macron aux bons soins des nantis

Emmanuel Macron, lui non plus, n’a pas oublié de soigner les nantis. À première vue, son programme fiscal est moins saignant. Et il n’a pas voulu toucher à la TVA, mais il dorlote les actionnaires. Ceux-ci se verront dorénavant exonérer de l’ISF, impôt qui ne s’appliquera plus qu’au patrimoine immobilier (hors résidence principale). Ce n’est pas tout. Il invente un nouveau type de bouclier fiscal pour les revenus provenant d’intérêts bancaires, de dividendes, de plus-values et de tous les revenus tirés du capital mobilier. Ceux-ci seraient donc taxés à un taux uniforme de 30 %, en incluant les prélèvements sociaux et l’impôt sur le revenu. Ce principe de « flat tax », que l’on retrouve aussi dans le programme de François Fillon, constituerait une offrande de 3 milliards aux plus riches. Pour se faire plus proche du peuple, l’ex-banquier a certes promis une diminution de la taxe d’habitation (10 milliards d’euros) pour les ménages des classes populaires et moyennes. Sauf qu’en réalité, 40 % des ménages bénéficient déjà d’une exonération de cette taxe. Pas sûr, au final, que les ménages y gagnent…

 

Quant au FN, il surfe aussi sur les ambiguïtés. S’il propose de maintenir l’ISF, le programme de Marine Le Pen prévoit toutefois de supprimer « les impôts à faible rendement ». Une catégorie à laquelle l’ISF pourrait appartenir au vu de ce qu’il rapporte… Et si Le Pen dit refuser « toute hausse » de la TVA et « baisser de 10 % l’impôt sur le revenu pour les trois premières tranches », elle se garde d’évoquer une baisse de la première ou de défendre, comme Jean-Luc Mélenchon, une meilleure progressivité de l’impôt sur le revenu… Au FN, on ne s’en prend jamais aux plus riches ! En matière fiscale, les seules mesures clairement lisibles sont en leur faveur : au prétexte de « renforcer la solidarité intergénérationnelle », Le Pen permettrait ainsi de « transmettre sans taxation 100 000 euros à chaque enfant tous les cinq ans (au lieu de quinze ans actuellement) en augmentant le plafond des donations sans taxation aux petits-enfants à 50 000 euros, également tous les cinq ans ».

L'Humanité Pierre Duquesne et Gregory Marin

Partager cet article

Repost 0
16 avril 2017 7 16 /04 /avril /2017 09:02

Une cabale a été déclenchée dans les médias à propos de l'Alliance bolivarienne dont il est question dans le programme de la France insoumise porté par Jean-Luc Mélenchon.

On ne peut pas tout savoir et parfois même les journalistes n'en savent pas plus que nous, mais face à un candidat qui monte et qui lui va déranger ce système bien en place, il est habituel pour eux de déclencher des peurs.

J'ai trouvé très intéressant cet article paru dans le blog de Mediapart et signé de Olivier Tonneau, enseignant-chercheur à l'Université de Cambridge - Royaume Uni. C'est un spécialiste des Lumières françaises de Pascal à Robespierre en passant par Diderot, enseignant en Angleterre depuis 10 ans.

Je pense que son point de vue est très instructif, en tous cas bien davantage que celui de ces éditocrates qui manipulent l'opinion.

Article en accès libre sur les blogs de Mediapart (lien ci-dessous).

 

L’Affaire Bolivar ou Les Insoumis face aux éditorialistes

La cabale orchestrée contre Jean-Luc Mélenchon à propos de l'Alliance bolivarienne pourrait bien être décisive pour l'élection présidentielle. Mais qui en sortira discrédité? Celui qu'elle vise ou ceux qui l'ont lancée? ...

 

Partager cet article

Repost 0
14 avril 2017 5 14 /04 /avril /2017 23:08
La caravane de la France Insoumise est passée par Niort

 

Des associations, ONG et spécialistes ont évalué le programme de la France Insoumise. De tous côtés, nous recevons d'excellentes notes et commentaires.

 

 

La caravane de la France Insoumise est passée par Niort

Partager cet article

Repost 0