Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Réagir - Blog militant de joseph coutant
  • Réagir - Blog militant de joseph coutant
  • : Réagir : S'opposer activement à l'action de qqch, résister. La devise issue de la révolution française "Liberté, Egalité, Fraternité" étant de plus en plus mise à mal, ce blog est un moyen pour moi de faire partager mes réactions sur l'actualité politique, sociale, etc.
  • Contact

Rechercher

Tags

28 février 2009 6 28 /02 /février /2009 22:35


Les cons, ça ose tout, c’est même à ça qu’on les reconnaît.


Pas de doute, Frédéric Lefebvre le porte-parole de l’UMP (souvenez-vous, ce champion de l’orthographe) entre dans cette catégorie. Après avoir fustigé les syndicalistes en demandant de sanctionner les représentants syndicaux pour les abus du recours au droit de grève, après avoir dit il y a quelques semaines que la dénonciation était "un devoir républicain" en rapport aux sans-papiers appelés à dénoncer leurs passeurs, il ose encore l’ouvrir par rapport aux chiffres du chômage et voyez de quelle manière :


"Les chiffres du chômage et les chiffres de la consommation sont à la hausse. Ces deux chiffres à la hausse, ils viennent faire quoi ? Ils viennent valider la politique du gouvernement".


Il fallait oser !


Le résultat de cette politique vient pourtant de produire une augmentation du chômage de 4,1% sur un mois et de 15,4% sur un an. Si l’on comptabilise l’ensemble des catégories de chômeurs sauf la 5 (voir détail) la note se monte à 3 506 600 demandeurs d’emploi en métropole. Et ils veulent continuer leur même politique ?


Le mouvement du 19 mars devra être puissant pour peser en faveur d’un changement de cap absolument nécessaire.






Partager cet article

Repost 0
Published by jco - dans Notes social
commenter cet article
27 février 2009 5 27 /02 /février /2009 21:52

Un témoignage de plus qui interpelle.


Bonjour,


Ma fille, étudiante de 21 ans, m’a raconté le fait suivant :  Le samedi 7 février, ellle passait la soirée à Angers avec des amis.  Vers 23h30 elle marchait dans la rue avec ses amis pour récupérer sa  voiture. Ils ont alors réalisé qu’ils étaient suivis par une voiture  (banalisée) qui roulait en première. Tout à coup les 3 occupants du  véhicule (en civil, arme à la ceinture, la BAC ?) sont sortis et ont  "plaqué" contre un mur un des jeunes du groupe - arabe, le seul en survêtement, les autres jeunes étaient tous en tenue de ville - sur un  ton agressif ils se sont adressés à lui : "Tu sais pourquoi on  t’arrête ?" "Non" "Parce que t’es un bouffon, t’es un guignol". Ils lui  ont demandé ses papiers d’identité ce que le jeune homme a fait sans  résistance. En utilisant toujours ce même genre de vocabulaire et un  ton très agressif, ils lui ont demandé de vider ses poches ce qu’il a  fait (il n’avait que de la monnaie, ses clés et son portable). Ils  l’ont fouillé en répétant "t’es sûr qu’t’as rien, t’es sûr qu’t’as  rien ?". S’apercevant que le jeune n’avait finalement rien, ils lui  ont rendu sa carte d’identité et l’ont laissé en lui disant "T’es une  fausse racaille toi, t’es une fausse racaille". Les autres jeunes du  groupe tous très surpris s’attendaient à subir le même sort mais il  n’en a rien été. Ce jeune ne souhaite pas porter plainte (il dit avoir  l’habitude de se faire contrôler).

La question de ce père : que faire devant  une situation comme celle-ci ? Quel recours pour  une personne victime de  ce genre de discrimination, d’humiliation ?

La France, pays des droits de l'homme ? C'était ...

Partager cet article

Repost 0
26 février 2009 4 26 /02 /février /2009 23:11

Au salon de l'agriculture se tenait un pot du club du cochon. Dans le petit journal, Yann Barthès ne précise pas si les propos du député Jean Lassalle (Modem) ont été tenus à l'issue de ce pot. En tant qu'homme public, il ne se grandit pas. Après ses problèmes avec l'ours des Pyrénées, il pourrait en avoir d'autres avec son épouse ...

Partager cet article

Repost 0
26 février 2009 4 26 /02 /février /2009 18:46

Pour ceux qui s'interrogent sur la crise en Guadeloupe et en Martinique, il s'agit de ne pas se contenter des informations véhiculées par les médias et des propos empreints de racisme diffusés par certaines personnes… Propos transmis par un Guadeloupéen.


" Les DOM-TOM (520 euros/hab/an) coûtent moins chers que la Corse (2400 euros/hab/an) ou la métropole (1200 euros/hab/an). Alors renseignez vous et lisez le rapport du délégué interministériel à l'égalité des chances des français d'Outre mer (Patrick Karam) !!! Par ailleurs sans les DOM-TOM la France ne possèderait pas la 3eme zone maritime mondiale ni aucun droit sur les droits de douane et passage pour le Canal du Panama (grâce aux Antilles) et du Canal de Suez (La Réunion). Renseignez vous, Bernard Pons disait lui même en 1986 que les DOM-TOM rapportaient à la France "largement plus que ce qu'ils lui coûtent". Par ailleurs les Antillais sont français et cotisent et paient des impôts comme n'importe quel français, ils sont en réalité plus taxés que les métropolitains (en plus de la TVA, on paie ici 3 taxes d'octroi de mer sur tout produit importé) et paient des impôts locaux aussi élevés qu'en Région Parisienne. Alors par pitié cessez de dire n'importe quoi, les Antillais ne vivent pas grassement sur les impôts de leurs compatriotes de métropole !!! ...


1- les manifestants ne demandent rien à l' Etat : Ni argent, ni RSA, ni monnaies sonnantes et trébuchantes. Ce sont les patrons (Béké, medef) qui ont sollicités de l'Etat, ces derniers ont voulu tirer partie de la grève en demandant une énième aide en échange d'augmentation des salaires les plus bas. Ils bénéficient déjà d'exonérations de charge, de la défiscalisation, de nombreuses aides qui proviennent de l'Etat et de l'Europe- (la liste n'est pas exhaustive).


2- Les manifestants n'ont pas et jamais demandé l'indépendance : Vous ne trouverez nulle part une demande d'indépendance de la part des manifestants. Le choix d'être français a été tranché à maintes reprises (Referendum de 1946, de 1962 et 2003). Les Guadeloupéens ne demandent qu'une chose, l'EGALITE DES DROITS pour tous les français de Métropole et d'Outre Mer. Par ailleurs, l'indépendance ne se donne pas, elle se prend et se conquiert par les peuples, la Guadeloupe elle est française depuis 1635 !!!...


3- Les Guadeloupéens ne sont ni xénophobes, ni racistes : Ce sont les békés qui vivent entre eux, se marient entre eux, travaillent entre eux en excluant les antillais. D'ailleurs les antillais sont tous plus ou moins métissés ! Vous ne trouverez aucun cadre de direction dans les entreprises tenus par eux, les annonces d'emplois ne paraissent même pas en Guadeloupe, mais directement en France, via des cabinets de recrutement. Nous vivons et cotoyons les descendants d'esclavagistes et à ce jour les antillais n'ont jamais eu l'attitude que eux ont envers nous.


4 - Les manifestants demandent 200 euros d'augmentions pour les bas salaires : Cette revendication est légitime, comme je l'ai expliqué plus haut les patrons antillais bénéficient de nombreuses aides qui leur permettent d'empocher de substantiels bénéfices. Ces aides venant de l'Etat ce sont vous, nous qui les payons pour enrichir des patrons qui exploitent les antillais !!!... Le salaire d'un Antillais est de 20% à 30% voir 50% inférieur à ceux proposés (à compétence égale) en métropole. Quand on sait que la bas tout coûte plus cher de 20% à 30% comment voulez vous que les gens s'en sorte ???... Comment peut-on croire qu'avec un coût de production moins élevé et de telles majorations de prix les patrons Antillais prétendent ne pas pouvoir augmenter les salaires ???... Que vous ayez fait des études ou non, on vous proposera le smic, les emplois sont rares les patrons en profitent pour sous payer leurs employés.


En conclusion:


La fin du système néocolonial (exclusivité de la Métropole et application stricte des lois de la République) et de l'exploitation, voila ce que les Guadeloupéens demandent, qu'on leur donne les moyens de travailler et de vivre de leur travail et non du RSA ou autre RMI. Qu'on arrête de donner des sommes exorbitantes, sans contrepartie, sans aucun contrôle a des patrons qui ne font que s'enrichir en exploitant le côté insulaire de la Guadeloupe et leurs habitants. Que ces dites sommes servent à développer l'économie, a payer décemment les salariés pour qu'enfin l'économie de la Guadeloupe ne repose pas uniquement sur le tourisme. Que les abus soient réprimandés : fin du monopole de certaines familles qui empêchent la concurrence, veille des prix, contrôles serrés des sommes envoyées par l'Etat et l'Europe, etc... L'Etat aurait tout à gagner à développer des partenariats avec les autres iles des Caraïbes (Puerto Rico, St Domingue, Trinidad) avec les autres continents, la Guadeloupe est à 4 heures de l'Amérique du Sud et à 2 h des USA.


Nous sommes des français à part entière alors de grâce cessez de nous comparer aux habitants des pays voisins (Haïti, Cuba, République Dominicaine, etc?) !!! Aucun métropolitain n'aimerait qu'on lui balance à la figure qu'il doit être heureux et la fermer parce qu'il gagne plus et vit mieux qu'un Roumain ou qu'un Polonais. Nous ne sommes pas cubain ni haïtien mais français comme vous et même depuis plus longtemps que certains d'entre vous !!!  En espérant que certains comprendront un peu mieux leurs compatriotes des Antilles et leur apporteront
leur soutien dans cette lutte."


Partager cet article

Repost 0
Published by jco - dans Notes Crise
commenter cet article
25 février 2009 3 25 /02 /février /2009 22:12

 A la suite de son arrestation en Palestine en mars 2005, Salah Hamouri, franco-palestinien qui aura 24 ans en avril prochain, va entamer sa 5e année d'emprisonnement en Israël. Condamné à 7 ans de prison par un tribunal militaire israélien le 17 avril 2008, il a été jugé et condamné sans preuves ni aveux, et sans que sa défense puisse être assurée selon les règles fondamentales du droit de la défense.

 

Son arrestation, comme sa condamnation et son emprisonnement, sont illégaux au regard du droit international (car réalisés en territoire occupé par une puissance occupante).   

 

Notre président Sarkozy ne cesse d'intervenir, à tous niveaux, pour la libération de Guilad Shalit (franco-israélien, caporal dans l'armée israélienne et capturé par une faction palestinienne à Gaza en juin 2006).

Il a reçu la famille Shalit à plusieurs reprises, et notamment le 27 janvier dernier. Lors d'une réunion à l'Élysée le 30 janvier dernier avec le CRIF, il a déclaré : "Je considère Guilad Shalit comme un Français. Toucher à lui, c'est toucher à la France".

 

Notre président Sarkozy n'a toutefois jamais accepté de recevoir la famille Hamouri, et a rejeté les demandes d'audience de Denise Hamouri, la mère de Salah, qui est française, originaire de Bourg-en-Bresse. Il a refusé toute rencontre avec des membres éminents (parlementaires, intellectuels, universitaires, journalistes, ...) du "Comité national de soutien pour la libération de Salah".

 

Il y a donc deux poids-deux mesures dans notre République, selon les origines des uns ou des autres, et selon que l'on appartienne à l'armée israélienne ou à la population palestinienne sous occupation.  

 

Nous ne pouvons laisser cela perdurer plus longtemps !



Envoyez des courriels, et sans délai, via un copier-coller du texte ci-dessous à

jean-david.levitte@elysee.fr  ou/et à claude.gueant@elysee.fr (Respectivement conseiller diplomatique et secrétaire général de l'Elysée).

 

Texte proposé 

Monsieur le Président de la République,

 

Je vous écris pour vous demander d'intervenir enfin pour obtenir sans plus de délai la libération de Salah Hamouri, citoyen français et parfait francophone, qui a été arrêté par les autorités israéliennes en Palestine occupée en mars 2005. Il a ensuite été illégalement condamné (sans preuves ni aveux, après plus de 20 renvois de son procès, et au vu d'une procédure de "plaider-coupable" expéditrice s'apparentant à un chantage, pur et simple) en avril 2008 à 7 ans de prison par le tribunal militaire israélien d'Ofer illégalement situé en Palestine occupée.

 

Je note que vous avez reçu par trois fois à l'Élysée la famille du soldat franco-israélien Guilad Shalit, fait prisonnier à Gaza en juin 2006, mais que vous n'avez jamais dénié recevoir la famille de Salah Hamouri (dont la mère est originaire de Bourg-en-Bresse) ni les membres éminents (parlementaires, universitaires, intellectuels, journalistes, etc.) du « Comité national de soutien » pour sa libération. Je note aussi que, dans le même temps, lors d'une réunion à l'Élysée avec le CRIF le 30 janvier dernier, vous avez déclaré : "Je considère Guilad Shalit comme un Français. Toucher à lui, c'est toucher à la France".

Je vous demande donc d'étendre ce même principe à notre compatriote Salah Hamouri.

 

A Jérusalem, le 18 janvier dernier, vous avez déclaré : "Prenons les risques pour la paix. Un mot, vraiment, enfin. Nous voulons que le caporal Shalit soit libéré. Pas simplement, Monsieur le Premier Ministre, parce qu’il est moitié Français, parce qu’il le faut. Parce qu’il y a eu trop de souffrance. Et nous souhaitons qu’Israël soit prêt aussi à libérer des prisonniers. Pour que, là aussi, on en finisse avec la douleur de centaines de familles qui maintenant doivent aspirer à la paix".

 

Je vous demande donc de prendre ces mêmes "risques" pour que notre compatriote Salah Hamouri, Français prisonnier des autorités israéliennes, soit enfin libéré.

 

Avec mes remerciements anticipés et ma considération distinguée,

 

Prénom Nom

Ville

 

Partager cet article

Repost 0
24 février 2009 2 24 /02 /février /2009 17:23

Cela s’est passé en Allemagne, mais nous n’avons hélas pas de leçons à donner. Souvenez-vous de cette caissière aux fins de mois difficiles. Ou bien de ces treize caissières d’Auchan dont je parlais dans un autre article, licenciées pour avoir utilisé des bons d’achat abandonnés par des clients.


C’est un peu la même chose qui vient de se produire outre-Rhin. Après 31 ans de service, une caissière de supermarché a été licenciée sans préavis parce qu’elle aurait détourné 1,30 euro. La chaîne de supermarchés allemande Kaiser's assure, témoignage et relevé de caisse à l'appui, que la caissière avait en janvier 2008 utilisé deux bons d'un montant de 48 et 82 centimes d'euros, obtenus en échange de bouteilles consignées et oubliées par un client dans le supermarché de l'est berlinois où elle travaillait.


La Confédération allemande des syndicats (DGB) a eu beau dénoncer une décision qui "tire au canon sur des moineaux", le tribunal du travail de Berlin-Brandebourg a jugé en deuxième instance que le licenciement en début d'année dernière de cette Berlinoise de 50 ans était fondé, considérant qu’ une caissière doit se montrer "absolument honnête même pour de petits montants".


La caissière, qui travaille depuis 31 ans pour la même chaîne de supermarchés, propriété d'Etat pendant la RDA et rachetée par l'enseigne Kaiser's après la réunification, ne serait-elle pas « punie pour s’être engagée comme syndicaliste », a relevé la Confédération DGB.


Selon que tu sois pauvre ou riche, la justice te fera faible ou puissant. Le système capitaliste ne s’aménage pas, il est à combattre.


Partager cet article

Repost 0
Published by jco - dans Notes social
commenter cet article
24 février 2009 2 24 /02 /février /2009 16:23
Appel des organisations syndicales CFTC, CFDT, CFE-CGC, CGT, FO, FSU, Solidaires, UNSA

La forte mobilisation du 29 janvier a conduit le président de la République à annoncer à l’occasion de la rencontre avec les partenaires sociaux, le 18 février, une légère inflexion sociale à son plan de relance. En réponse à une partie des revendications avancées par les organisations syndicales, des mesures sont annoncées, des processus de concertation sont proposés sur le partage de la valeur ajoutée et des profits, un fonds d’investissement social est programmé.


Les organisations syndicales CFTC, CFDT, CFE-CGC, CGT, FO, FSU, Solidaires, UNSA considèrent que les mesures sont trop parcellaires pour modifier le cap économique de la politique gouvernementale. Par ailleurs le Président a refusé catégoriquement d’augmenter le Smic, de modifier sa politique d’emploi dans les fonctions publiques et de revenir sur la défiscalisation des heures supplémentaires… A cela s’ajoutent l’attitude dogmatique du patronat et son refus d’assumer ses responsabilités.


La crise nécessite des réponses d’une toute autre portée. Les effets de la crise économique et financière s’accentuent et accroissent les inquiétudes des salariés. La recrudescence des suppressions d’emploi, d’utilisation du chômage partiel, contribuent à amplifier la récession et pèsent lourd sur le pouvoir d’achat qui se dégrade.


Tout ceci conduit les organisations syndicales à poursuivre la mobilisation. Elles appellent à poursuivre les actions engagées dans les secteurs professionnels.


Elles confirment la journée de mobilisation interprofessionnelle du 19 mars 2009 qui donnera lieu à des grèves et des manifestations dans tout le pays.


En prolongement de leur déclaration commune du 5 janvier 2009, elles appellent leurs syndicats et les salariés, les demandeurs d’emploi, les retraités, à faire entendre au gouvernement comme aux responsables patronaux et employeurs leurs revendications :


Défendre l’emploi privé et public ;

Lutter contre la précarité et les déréglementations économiques et sociales ;

Exiger des politiques de rémunération qui assurent le maintien du pouvoir   d’achat des salariés, des chômeurs et des retraités et réduisent les inégalités ;

Défendre le cadre collectif et solidaire de la protection sociale, des services publics de qualité.


Elles expriment leur solidarité et leur soutien aux salariés des DOM et à leurs organisations syndicales et appellent gouvernement et patronat à répondre positivement aux revendications posées.


Partager cet article

Repost 0
Published by jco - dans Notes social
commenter cet article
23 février 2009 1 23 /02 /février /2009 23:04
Pour le traître Besson, ministre de l’identité nationale, le problème de la Guadeloupe est un très classique « malaise économique et social ». Il disait sur France-Culture samedi dernier « qu’accepter un débat sur le fait que nous serions dans une situation coloniale est un débat suicidaire ». « Les Antilles françaises, c’est la France. (…) L’immense majorité des Guadeloupéens et des Martiniquais se sentent pleinement français. Vouloir ouvrir un débat sur le fait que nous serions en situation post coloniale est absurde, dangereux pour notre unité nationale » a-t-il répété.

 


En disant cela, Eric Besson veut éluder tout questionnement sur les rapports entre la France et ses ex-colonies. Car qui contrôle encore aujourd’hui l’économie des ces départements d’outremer ?


Le reportage diffusé par Canal + sur un de ces départements est significatif à ce sujet. Ecoutez en début de reportage les propos tenus par ces Békés ... 






Partager cet article

Repost 0
Published by jco - dans Notes Crise
commenter cet article
23 février 2009 1 23 /02 /février /2009 21:50

Relevé par le Parisien, un lapsus révélateur de Nicolas Sarkozy lors du sommet social de jeudi dernier.  A  la présidente du Medef qui lui reprochait son manque de pédagogie, NIcolas Sarkozy a tout bonnement répondu : "Mais je fais de la démago...euh...de la pédagogie!"


Partager cet article

Repost 0
Published by jco - dans Brèves
commenter cet article
22 février 2009 7 22 /02 /février /2009 22:31

« C’est parce que nous sommes nombreux à souffrir votre règne, Sire, que j’ai entrepris de le raconter, afin qu’en demeurent les péripéties et, oserais-je le dire, une manière de trace. La plume m’en tremble entre les doigts, mais Votre Compulsive Grandeur doit comprendre que, selon les lois de la nature et celles de la politique, la pluie succède au beau temps. Voici venue pour Votre Omnipotence la saison des orages. »   Patrick Rambaud


Sa première chronique avait fait parler d'elle, la deuxième est une excellente suite sur ce bien triste sire et sa basse cour. Cela débute avec le Bédouin "Mouammar le Cruel", puis l’arrivée de la comtesse Bruni, et l’on retrouve les personnages de la 1ère chronique tels le cardinal de Guéant, le chevalier d’Arcos, la baronne d’Ati, le grossier du Bigard etc. durant l’année écoulée.


Un moment de plaisir, cela tranche avec  la servitude affichée par les médias envers Sa Sérénissime Toute-Puissance.





Partager cet article

Repost 0