Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Réagir - Blog militant de joseph coutant
  • : Réagir : S'opposer activement à l'action de qqch, résister. La devise issue de la révolution française "Liberté, Egalité, Fraternité" étant de plus en plus mise à mal, ce blog est un moyen pour moi de faire partager mes réactions sur l'actualité politique, sociale, etc.
  • Contact

Rechercher

Tags

28 novembre 2014 5 28 /11 /novembre /2014 11:53
Partager cet article
Repost0
17 novembre 2014 1 17 /11 /novembre /2014 17:40

En 2005, les concessions d'autoroutes ont été totalement privatisées par un gouvernement de droite pour financer, déjà, le remboursement de la dette publique. Ce sont les groupes Eiffage, Vinci et consorts, qui ont racheté ces concessions. Depuis, les péages n'ont eu de cesse d'augmenter. Sur 100 euros de péages versés, ce sont entre 20 et 24 euros qui vont directement dans les poches des actionnaires.

 

La cour des comptes et l'autorité de la concurrence n'ont de cesse de déplorer ce choix. Les parlementaires communistes et du front de gauche ont déposé à l'Assemblée et au Sénat une proposition de loi demandant la renationalisation des concessions d'autoroutes.

 

Le gouvernement est pour l'instant défavorable à cette proposition de loi. Lors de la discussion de cette proposition de loi au sénat le 19 juin dernier, et alors que la gauche était majoritaire au sénat, cette proposition de loi n'a pas été votée par les sénateurs socialistes et radicaux de gauche.

 

Si le gouvernement est capable de donner 50 milliards pour satisfaire aux appétits du Medef, il doit être capable d'investir pour les autoroutes, investissement qui, selon plusieurs études, serait vite rentabilisé.

 

L'argent des péages, plutôt que d'aller dans les poches des actionnaires, doit servir à financer la transition écologique pour améliorer les transports pour tous.

 

Les autoroutes dont la construction a été financée en grande partie par les contribuables doit revenir à l’État et donc au peuple. Cela permettrait de faire baisser des péages honteusement élevés. Tellement élevés qu'ils ont permis depuis la privatisation de réaliser 15 milliards de dividendes alors que l'on demande tous les sacrifices aux ménages, pour récupérer trois sous. Les usagers des autoroutes ne sont pas là pour satisfaire aux appétits financiers du CAC 40.

 

Le PCF lance une campagne pour la renationalisation des autoroutes
Partager cet article
Repost0
13 septembre 2014 6 13 /09 /septembre /2014 22:55

Des images de la fête au travers des objectifs des étudiants en BTS 2 de l'école de photographie et des techniques de l'image CE3P

 

Déjà des centaines de photos ... Cliquez ICI.

Partager cet article
Repost0
10 septembre 2014 3 10 /09 /septembre /2014 17:46

« Ils étaient plus de 80 députés du PS réclamant « un nouveau contrat de majorité » et un changement de cap politique, menaçant sinon de ne pas voter la confiance au gouvernement Valls. » C'est ainsi que débutait mon billet du 8 avril dernier et on connaît le résultat.

 

Face à une situation encore plus catastrophique, les « frondeurs » ont déjà annoncé qu'ils s'abstiendraient collectivement lors du vote de confiance au gouvernement Valls 2 qui interviendra mardi 16 septembre. Comme à l’Assemblée nationale la majorité se définit en fonction du nombre de suffrages exprimés, l'abstention abaisse automatiquement le seuil majoritaire Cela signifie que d'ores et déjà, Valls recueillera la confiance de l'Assemblée.

 

Ainsi, les soi-disant frondeurs vont laisser les mains libres au gouvernement pour poursuivre sa politique d'austérité, de baisse de la dépense publique et sociale. Car il y a déjà eu des annonces, sur une augmentation de la TVA de deux points, sur l'ouverture des magasins le dimanche, sur la remise en cause des seuils sociaux dans les entreprises, sur la réduction du congé parental et de la prime de naissance … Le gouvernement a déjà annoncé que le cap serait maintenu. Eh bien, mesdames et messieurs les député(e)s frondeurs, votre abstention va permettre à ce gouvernement libéral de mettre en place ses mesures anti-sociales.

 

Dans une tribune dans Politis, à propos de la politique menée par le gouvernement, une de ces députés déclare : « ce n’est pas la politique pour laquelle nous avons été élus » et à propos de l'abstention au lieu du vote contre la confiance au gouvernement, elle déclare : « Notre objectif n’est pas la rupture avec un parti qui, même s’il a parfois déçu, a porté les plus grandes conquêtes sociales de notre pays quand il était fidèle à ses valeurs, ses soutiens. Alors que la confiance entre les citoyens et le pouvoir est rompue, nous essayons de tenir une position qui permette l’union la plus large possible des socialistes, de la gauche, des citoyens... Par notre abstention, nous voulons dire à la fois notre rejet de cette politique qui a renoncé, et aussi notre ouverture et notre volonté de négocier pour avancer collectivement et faire cesser cette politique. »

 

En s'abstenant, ils permettront au gouvernement de poursuivre sa politique néfaste, celle justement de recul sur des conquêtes sociales. Et contrairement à ce que l'on peut entendre, si le gouvernement Valls2 n'obtient pas la confiance, Hollande n'est nullement obligé de dissoudre l'Assemblée. Il lui faut alors nommer un nouveau premier ministre pour composer un nouveau gouvernement, pour mettre en œuvre une politique conforme aux promesses de changement claironnées en 2012 et qui ne sont pas tenues.

 

Reste à voir si ces députés auto-proclamés frondeurs vont préférer la rupture avec les citoyens qui les ont élus ou la rupture avec ce gouvernement.

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
7 septembre 2014 7 07 /09 /septembre /2014 22:53

Intervention de Jacques Nikonoff

Réponse de Jacques NIKONOFF à la première série de questions

Réponse de Jacques NIKONOFF à la deuxième série de questions

Partager cet article
Repost0
4 septembre 2014 4 04 /09 /septembre /2014 15:56
Programme fête de rentrée du PCF - Front de Gauche à Niort (Deux-Sèvres) des 6 et 7 septembre 2014
Partager cet article
Repost0
20 juin 2014 5 20 /06 /juin /2014 18:50

Lorsque Valls déclare, « la gauche peut mourir », je me demande de quelle gauche il parle. Si c'est du PS dont il veut parler, il faut appeler un chat un chat et dire dans ce cas « le PS peut mourir ». Car, si certains considèrent que le PS est de gauche, il ne représente pas toute la gauche. Quant à ses responsables et à l'ensemble du gouvernement, impossible de les considérer de gauche par rapport à la politique qu'ils mettent en œuvre. Alors, le PS peut mourir, ce n'est pas pour autant la gauche qui meure. Et en tous cas, on connaît les assassins, ce sont les carriéristes de la politique qui sont en fonction à l'Elysée, à Matignon ou rue de Solférino.

La politique de Hollande que met en œuvre Valls n'a rien à voir avec une politique de gauche. Le gouvernement poursuit, voire accentue les basses œuvres de Sarkozy. Si certains avaient des doutes, on comprend très bien pourquoi celui-ci voulait recruter Valls dans son gouvernement.


 

A tous ceux qui ont contribué à virer Sarkozy dans l'espoir d'un changement politique, quelle déception, quelle trahison. Et jusqu'à présent, il en a été de même à l'assemblée nationale. (Voir billet Mais où sont passés les frondeurs ?) Si à l'assemblée nationale il y avait eu plus de députés PCF - Front de Gauche (15 actuellement) et moins de députés socialistes (274 actuellement), cela aurait contraint le gouvernement à orienter sa politique à gauche.

 

D'ailleurs, c'est à vomir quand on voit avec quel mépris sont traités les cheminots grévistes ou les salariés du spectacle qui défendent par leur action notre bien commun à tous. Ils tiennent le discours et l’engagement que devraient tenir tous ceux qui se réclament de la gauche. Au lieu de ça, le gouvernement répond par le mépris, l’intransigeance, la haine de classe.

 

Pour être entendu de ce gouvernement, il est à penser qu'il faut être membre du Medef, ou bien se réclamer du mouvement des pigeons, ou bien porter un bonnet rouge et mettre le feu à des portiques écotaxe ?

 

Alors cette gauche là peut bien mourir, elle n'a rien à voir avec la gauche.


 

Partager cet article
Repost0
25 mai 2014 7 25 /05 /mai /2014 23:22

Communiqué 25 mai à 22 heures

Les estimations connues à cette heure, marquées par le maintien à un très haut niveau de l'abstention et le niveau historique du Front national, confirment que la crise politique et démocratique que traverse notre pays atteint un seuil critique. C'est une nouvelle alerte. La France s'enfonce dans un malaise démocratique inquiétant. Les causes de cette situation sont claires : le rejet massif du modèle libéral de l'Union européenne et le mépris que les tenants de ce modèle ont opposé depuis dix ans à tous ceux qui le contestaient ; l'enfermement de François Hollande et de Manuel Valls dans une politique d'austérité désavouée par le pays ; le profond désarroi dans lequel cette situation plonge les classes populaires et l'ensemble des électeurs de gauche.

 

La victoire du Front national, portée par une forte appropriation du mécontentement et une captation des voix de la droite, est un événement grave au plan national comme européen.

 

Si la droite et l'extrême droite sont en tête, c'est surtout que la majorité gouvernementale est ce soir sanctionnée et isolée. La gauche sort très affaiblie de ce scrutin.

 

Dans ce contexte, les résultats du Front de gauche, équivalents à ce qu'ils étaient en 2009, ne permettent pas de relever le défi d'une voix alternative majoritaire à gauche. Un vaste chantier est devant nous.

 

Ce soir, le Parti communiste français lance un appel solennel. De cette crise politique doit émerger une perspective réelle et crédible à gauche sur fond de rupture avec ce système rompu aux thèses libérales. La gauche s'est trop éloignée de ses valeurs. Elle ne pourra retrouver le peuple que dans un mouvement social et politique de l'ampleur d'un Front populaire du XXIème siècle. Nous appelons tous ceux qui, ce soir, se sentent malheureux à gauche, toutes les forces vives du pays, la jeunesse et les salariés à s'unir sans attendre. Nous mettons le Front de gauche à leur service.

 

Dans cette visée, les résultats de nos partenaires européens du groupe de la GUE-NGL et la progression de l'idée d'une alternative à gauche en Europe sont des signes encourageants.

 

Parti communiste français, 25 mai 2014.

Partager cet article
Repost0
23 mai 2014 5 23 /05 /mai /2014 17:24

Ce matin j'ai trouvé dans ma boîte à lettres un document de 8 pages intitulé « Choisir notre Europe ». On lit en couverture de ce tract de 8 pages « Stop au dumping social ! »; en page 2 : « L'austérité est une erreur »; en page 3, « Refuser l’austérité » ; page 4, « Economie sociale et solidaire Défendre notre modèle» ; en page 5, « Les banques doivent payer pour les banques, pas les contribuables » ainsi que « Taxer la finance » ; en page 6 il est question d’évasion fiscale, de 1000 milliards d'euros par an, que cette fraude est intolérable.

 

Mais de qui est ce document ? Je vous le donne en mille, c'est un document du Parti Socialiste. Dites moi, c'est eux qui sont au pouvoir en France ? Mais alors, pourquoi n'appliquent-ils pas ces préconisations ?

 

J'ai envie de dire, le PS se fout de la gueule du peuple de gauche. Les auteurs de cette brochure sont-ils des menteurs de première, ou bien ignorent-ils que la ligne Hollande-Valls ou Elysée-Solférino si vous préférez a changé depuis que Hollande a été élu. Non, ce sont tout simplement des cyniques qui préconisent un certain nombre de choses dans le cadre des élections, et qui une fois la chasse aux voix effectuée retournent leur veste.

 

Là, ils nous refont le coup du Bourget avec Hollande et « Mon ennemi c'est la finance ! ».

 

Moi, le 25 mai, je suis de gauche, alors je vote Front de Gauche !

Partager cet article
Repost0
22 mai 2014 4 22 /05 /mai /2014 15:20
Partager cet article
Repost0