Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Réagir - Blog militant de joseph coutant
  • : Réagir : S'opposer activement à l'action de qqch, résister. La devise issue de la révolution française "Liberté, Egalité, Fraternité" étant de plus en plus mise à mal, ce blog est un moyen pour moi de faire partager mes réactions sur l'actualité politique, sociale, etc.
  • Contact

Rechercher

Tags

31 octobre 2011 1 31 /10 /octobre /2011 16:11

Cela paraît évident. Frédéric Lefebvre, Secrétaire d'État au Commerce, Artisanat, PME, Tourisme et Consommation vient de retirer l’agrément « d’association de consommateurs » à la CNL, agrément qui lui était octroyé depuis 1980. Le retrait de l’agrément entraîne également la suppression de la subvention d’Etat de 270 000 euros qui lui était attribuée.

 

Cette mesure est lourde d’implication pour cette association et les dizaines de milliers de locataires et de demandeurs de logements qu’elle représente. Les conséquences pour les consommateurs sont graves : non seulement la CNL ne peut plus les défendre en justice mais ce sont également ses moyens financiers et sa crédibilité qui sont remis en cause. Pour la CNL, il s’agit d’une volonté délibérée de lui nuire et, au-delà, de s’attaquer à toutes les organisations un peu trop revendicatives au goût du gouvernement.

 

A la tête de ce Secrétariat d'État, Hervé Novelli puis Frédéric Lefebvre ont inventé tous les prétextes pour tenter de justifier cette décision, prétendant par exemple que la CNL n’avait pas les 10.000 membres cotisants indispensables. Pas de chance, l’association en compte 70000. Le temps passe. Le dossier n'avance pas. Aujourd'hui, avec Frédéric Lefebvre, l'Etat prétend que la CNL a «des partenariats avec les entreprises privées. Cela remet en cause son indépendance, donc son agrément». La CNL a un journal, dans lequel la MACIF, Véolia, SFR ou des filiales de GDF-Suez, passent des pub. Ceci existe depuis de nombreuses années et d'autres associations sont dans le même cas, sans se voir retirer leur agrément.

 

   Il ne fait aucun doute que cette décision est une mesure de rétorsion politique contre une des principales associations de défense des locataires. En effet, l’association n’a jamais hésité à rappeler le gouvernement à l’ordre : elle chahute des ministres et dénonce régulièrement la politique gouvernementale du logement. Tout ce qu’il faut, comme le souligne le président de l’association, Serge Incerti-Formentini, pour être considéré « comme des adversaires politiques ».

 

La CNL demande en effet :

Le gel des loyers dans tous les secteurs locatifs.

La revalorisation de 25 % des aides personnelles et la prise en compte dans le calcul de la totalité du coût des charges locatives.

Un véritable service public de l’Energie.

L’arrêt de toutes les saisies, coupures d’eau, de gaz et d’électricité, expulsions.

La construction annuelle de 180 000 logements locatifs véritablement sociaux.

La garantie et l’amélioration du statut d’occupation des locataires.

La mise en œuvre d’un Service public national et décentralisé du logement et de l'habitat.

 

 logo-cnl-copie-1.jpgAlors que les abus sont nombreux de la part de bailleurs indélicats, cette association est plus que jamais nécessaire. Avec ses permanences juridiques pour assister les locataires victimes de hausses de loyers non réglementaires, de congés pour ventes contestables, de non restitution de leurs dépôts de garantie, la CNL est une association indispensable.

 

Il est vrai que ce gouvernement, qui n’a déjà que faire du logement social, n’aime pas ceux qui se mettent en travers et s’opposent aux hausses de loyers et de charges, aux expulsions des locataires en difficulté financière, etc.

 

Soutenons le combat de la CNL.


Partager cet article
Repost0

commentaires

F


Nous sommes bien là aussi dans un combat de classe. Ce pouvoir préfère être au service des siens, les propriétaires immobiliers par exemple, plutôt que de permettre à une association de défense
des locataires de pouvoir exercer sa solidarité.



Répondre