Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Réagir - Blog militant de joseph coutant
  • : Réagir : S'opposer activement à l'action de qqch, résister. La devise issue de la révolution française "Liberté, Egalité, Fraternité" étant de plus en plus mise à mal, ce blog est un moyen pour moi de faire partager mes réactions sur l'actualité politique, sociale, etc.
  • Contact

Rechercher

Tags

10 mai 2008 6 10 /05 /mai /2008 14:46

Merci à Placide :  http://www.leplacide.com/
Sarkozy vient de mettre un coup d'arrêt au plan de suppression de postes imaginé par Darcos pour l'éducation nationale.
Vous vous souvenez de la foire d'empoigne des candidats de droite lors des municipales de Neuilly avec un certain Arnaud Teullé, candidat soutenu puis désavoué par l'UMP, ancien conseiller de Sarkozy à l'Elysée etc. etc. Eh bien, Darcos va devoir prendre en compte la création d'un poste imposée par Sarkozy.
Eh oui, par décret du Président de la République en date du 2 mai 2008, Arnaud Teullé est nommé inspecteur de l'éducation nationale à l'académie de Paris.
Le salaire de ce poste est de 3800 euros mensuels, sans compter les primes et avantages. Pour ce gars là, pas de concours sur dossier, son pote Sarko s'est occupé de lui. Pas de couac, on n'entendra pas Darcos, il a fort à s'occuper avec les manifs d'élèves, de parents d'élèves et d'enseigants protestant contre les suppressions de postes, entre autres. N'oubliez pas le prochain rendez-vous du 15 mai.
Quant à Sarkozy, le "je ne vous laisserai pas tomber" prononcé devant les ouvriers de Gandrange n'était qu'un message subliminal à l'adresse de ses potes de Neuilly, Martinon et Teullé. C'est la république des copains et des coquins.



Partager cet article
Repost0

commentaires

O
merci de laisser passer cet appel de simples salariés.
-----------
Appel aux organisations syndicales sur la “réforme” des retraites.

Nous salariés du public et du privé, demandons que soit en préalable régularisées ces importantes questions, avant toute nouvelle réforme équitable des retraites.

1/ Sur les recettes exonérées, visées par la Cour des Comptes :

- La taxation immédiate des stock-options, qui, selon les termes du dernier rapport constituent "bien un revenu lié au travail, donc normalement taxable", qui ont ainsi entraîné une "perte de recette aux alentours de 3 milliards d'euros" ( année 2005).
Ce rapport de la Cour des Comptes précise que : les 100 premiers bénéficiaires devaient toucher chacun une plus-value de plus de 500.000 euros et les 50 premiers de plus de 10 millions d'euros.

2/ Sur les dettes de l"Etat :

- Apurement de ses dettes, supérieures à 10 milliards d'euros, qu'il a cumulées à l'égard de la "Sécu" en ne compensant pas systématiquement les exonérations de charges (rapport Cour des Comptes).

3/ Sur les recettes de privatisations :

- Transfert des sommes non versées depuis 2002 vers le fond de réserve des retraites, comme la loi le prévoyait.

A savoir que ce fond était abondé à hauteur de 30 milliards d'euros en 2002. Il aurait dù étre à hauteur de 300 milliards en 2007, or 3% seulement des recettes de privatisations effectuées depuis ont alimenté ce fond de réserve.

4/ Sur les gains de la VAB, détournées des bénéfices du travail, vers les profits :

- 8,4 points de valeur ajoutée depuis 25 ans (référence INSEE), représentant pour la seule année 2006, 134 milliards d'euro, au détriment des bénéfices du travail.


Nous demandons avec force et en préalable également, pour des raisons de simple justice et d'égalité des citoyens devant la loi, de morale républicaine, que le régime spécial de retraite des parlementaires soit réformé, pour l'aligner sur les critères que ces derniers décident, votent et font appliquer aux autres régimes de retraites des citoyens.

A savoir :

1/ passage à 40 années de cotisations au lieu de 37,5 années pour les parlementaires.

2/ abandon du scandaleux privilége de la double cotisation qui ne se justifie en aucun cas, permettant aux parlementaires de bénéficier d'une retraite à taux plein au bout de 22,5 années seulement de cotisations.

Nous appellons pour toutes ces raisons, les organisations syndicales du public et du privé, à s'emparer avec force et résolution de ces questions, pour les faire valoir au nom des salariés.


Merci de bien vouloir signer, divulguer et faites connaitre cet appel SVP.
N'oubliez pas de valider votre signature dans le mail de confirmation qui vous sera adressé.


Pour signer l'appel : http://www.ohfr-redir.com/1434
Répondre