Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Réagir - Blog militant de joseph coutant
  • Réagir - Blog militant de joseph coutant
  • : Réagir : S'opposer activement à l'action de qqch, résister. La devise issue de la révolution française "Liberté, Egalité, Fraternité" étant de plus en plus mise à mal, ce blog est un moyen pour moi de faire partager mes réactions sur l'actualité politique, sociale, etc.
  • Contact

Rechercher

Tags

8 avril 2013 1 08 /04 /avril /2013 22:35

Celle qui avait lancé le slogan politique TINA (there is no alternative) vient de décéder. Avec ce slogan, Margaret Thatcher signifiait que sa politique néo-libérale était la seule possible, car la plus adaptée au marché, au capitalisme et à la mondialisation. On voit les dégats que ce système a causé, ne serait-ce que dans son propre pays. Mme Thatcher au nom du libéralisme économique a cassé l’industrie britannique favorisant la finance. Des régions entières sinistrées, elle va dilapider les mines, l’industrie automobile, la métallurgie,  les services publics démantelés.


Comme le rappelle Jean-Louis Legalery sur son blog Mediapart, « Elle poussera l’ignominie jusqu’à s’opposer par tous les moyens à la libération de Nelson Mandela avant son départ du pouvoir, considérant que c’était un dangereux terroriste. On n’oubliera pas non plus les larmes versées sur son enfant gâté de fils, perdu quelque part en Afrique dans le cadre d’un rallye automobile, alors que les grévistes de la faim irlandais allaient au terme tragique de leur action dans les geôles britanniques, ni son indestructible amitié avec le très réactionnaire Reagan et l’infréquentable Pinochet. Elle avait réussi le tour de force de se faire admirer par les conservateurs français, en tête desquels Chirac » Oui il y a 32 ans, mourait Bobby Sands, au terme de soixante-six jours de grève de la faim dans la prison de Maze en Irlande du Nord. Bobby Sands avait vingt-sept ans. Après lui, dans les jours qui suivirent, moururent neuf autres prisonniers politiques qui, à son exemple, menèrent jusqu’au bout leur mouvement de protestation. Il revendiquait le statut de prisonniers politiques. La dame de fer resta inflexible et inhumaine jusqu'au bout.

 

Pas question de verser une larme sur cette mort. Le seul hommage à lui rendre est bien celui de cette chanson de Renaud.

 

 

Femme du monde ou bien putain
Qui bien souvent êtes les mêmes
Femme normale, star ou boudin,
Femelles en tout genre je vous aime
Même à la dernière des connes,
Je veux dédier ces quelques vers
Issus de mon dégoût des hommes
Et de leur morale guerrière
Car aucune femme sur la planète
N' s'ra jamais plus con que son frère
Ni plus fière, ni plus malhonnête
A part peut-être Madame Thatcher

Femme je t'aime parce que
Lorsque le sport devient la guerre
Y a pas de gonzesse ou si peu
Dans les hordes de supporters
Ces fanatiques, fous-furieux
Abreuvés de haines et de bières
Déifiant les crétins en bleu,
Insultant les salauds en vert
Y a pas de gonzesse hooligan,
Imbécile et meurtrière
Y'en a pas même en grande Bretagne
A part bien sûr Madame Thatcher

Femme je t'aime parce que
Une bagnole entre les pognes
Tu n' deviens pas aussi con que
Ces pauvres tarés qui se cognent
Pour un phare un peu amoché
Ou pour un doigt tendu bien haut
Y'en a qui vont jusqu'à flinguer
Pour sauver leur autoradio
Le bras d'honneur de ces cons-là
Aucune femme n'est assez vulgaire
Pour l'employer à tour de bras
A part peut être Madame Thatcher

Femme je t'aime parce que
Tu vas pas mourir à la guerre
Parc' que la vue d'une arme à feu
Fait pas frissonner tes ovaires
Parc' que dans les rangs des chasseurs
Qui dégomment la tourterelle
Et occasionnellement les Beurs,
J'ai jamais vu une femelle
Pas une femme n'est assez minable
Pour astiquer un revolver
Et se sentir invulnérable
A part bien sûr Madame Thatcher

C'est pas d'un cerveau féminin
Qu'est sortie la bombe atomique
Et pas une femme n'a sur les mains
Le sang des indiens d'Amérique
Palestiniens et arméniens
Témoignent du fond de leurs tombeaux
Qu'un génocide c'est masculin
Comme un SS, un torero
Dans cette putain d'humanité
Les assassins sont tous des frères
Pas une femme pour rivaliser
A part bien sûr Madame Thatcher

Femme je t'aime surtout enfin
Pour ta faiblesse et pour tes yeux
Quand la force de l'homme ne tient
Que dans son flingue ou dans sa queue
Et quand viendra l'heure dernière,
L'enfer s'ra peuplé de crétins
Jouant au foot ou à la guerre,
A celui qui pisse le plus loin
Moi je me changerai en chien si je peux rester sur la Terre
Et comme réverbère quotidien
Je m'offrirai Madame Thatcher

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires