Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Réagir - Blog militant de joseph coutant
  • : Réagir : S'opposer activement à l'action de qqch, résister. La devise issue de la révolution française "Liberté, Egalité, Fraternité" étant de plus en plus mise à mal, ce blog est un moyen pour moi de faire partager mes réactions sur l'actualité politique, sociale, etc.
  • Contact

Rechercher

Tags

28 janvier 2010 4 28 /01 /janvier /2010 23:38

Un médecin urgentiste algérien de 31 ans, exerçant au centre hospitalier de Lens (Pas-de-Calais) est sous le coup d'un arrêté préfectoral de reconduite à la frontière.

 

Mounir Dehak a fait ses études de médecine en Algérie, et est venu en France pour se spécialiser en médecine d'urgence. Il a fait cinq ans d'études supplémentaires pour obtenir l'équivalence de diplôme et a passé sa thèse de médecine en France. Il est ici avec sa femme, et ils ont eu une petite fille qui a 7 mois.

 

Il n'a   jamais été en situation irrégulière jusqu'à cette année où la préfecture refuse de lui renouveler son  titre de séjour annuel  alors que toutes les conditions sont égales aux années précédentes. Le coup de massue est survenu avec un courrier de la préfecture du Nord. « Le 25 septembre, vous avez sollicité auprès de mes services la délivrance d'un certificat de résidence algérien. Par arrêté de ce jour, j'ai refusé votre demande (...) vous êtes dans l'obligation de quitter la France dans un délai d'un mois. Passé ce délai, cette obligation peut être exercée d'office par l'administration. »

 

Lors de son arrivée à Lens, il manquait 50% des personnels médicaux, Il a fait des gardes de médecin senior au Smur. Faute de médecins, une équipe du Smur de Lens a dû fermer. « Nous avons effectué un certain nombre de démarches pour conserver M. Dehak, qui est praticien d'origine étrangère travaillant dans nos services » , affirme la direction de l'hôpital.

 

Dans un communiqué, l'Amuf (Association des médecins urgentistes de France) a demandé l'arrêt de l'expulsion de M. Dehak, et dénoncé « l'exploitation de médecins étrangers dans les hôpitaux publics français ».

 

Mais de tout cela, Besson n’en a cure, ce qui compte pour lui, c’est  de remplir les objectifs fixés par Sarkozy. Au fait, Besson, il était né au Maroc …

Partager cet article
Repost0
26 janvier 2010 2 26 /01 /janvier /2010 18:36

Prochain cercle de silence à Niort

Mercredi 27 janvier 2010, à 18h00, esplanade de la place de la Brèche.

 

Mercredi prochain sera le dernier mercredi du mois. Cela signifie que ce jour là à 18 heures, des femmes et des hommes se placeront en forme de cercle sur l’esplanade de la place de la Brèche. Ils entendent ainsi protester contre le traitement souvent inhumain qui est infligé aux "sans-papiers" dans notre pays. A Niort, cette manifestation silencieuse est organisée par l’association ARDDI (Association pour la Reconnaissance et la Défense des Droits des Immigrés). Elle dure une heure (chacun est libre d’y participer le temps qu’il veut). Depuis le premier cercle de silence en mars dernier, on a pu constater une participation en augmentation. On a aussi constaté que les passants sont nombreux à s’arrêter pour s’informer en lisant les panneaux et en prenant des tracts qui sont en libre service. Nous donnons donc rendez-vous à tous ceux qui le peuvent mercredi prochain 27 janvier entre 18h et 19h sur l’esplanade de la Brèche au coin de la rue Ricard.


Pour en savoir plus sur les cercles de silence :


www.cercledesilence.info/les_cercles_de_Silence/accueil.html

Partager cet article
Repost0
25 janvier 2010 1 25 /01 /janvier /2010 17:42

« Je ne vous mentirai pas ». Sarkozy qui répète à l’envi ce propos le redira-t-il ce soir sur la chaîne de son ami Bouygues ? Si c’était le cas, il n’a rien à craindre des zélés serviteurs de TF1 qui ne prendront pas le risque de mettre sa majesté face à ses contradictions, pourtant la liste est longue des promesses non tenues.

Mais il fait des émules dans sa basse cour. Le traître Besson s’était fendu d’une circulaire le 14 janvier donnant « instruction à ses services de suspendre immédiatement toutes procédures de reconduite dans leur pays d’origine des ressortissants haïtiens en situation irrégulière ».

Etait-ce un trait d’humanisme, ou bien pour se donner bonne conscience ? Toujours est-il qu’il n’a pas tenu parole, prenant exemple sur son chef suprême.

Vendredi dernier, un couple d’Haïtiens s’est présenté muni d’un passeport à la douane d’Orly sud. Les deux ressortissants Haïtiens ont été interpellés à la suite de soupçons sur l’authenticité de leur passeport. Le parquet de Créteil a renvoyé l’affaire vers la Police aux Frontières et c’est finalement le préfet du Val de Marne qui a signé l’arrêté de reconduite à la frontière.

France, terre d’écueil !

Partager cet article
Repost0
17 janvier 2010 7 17 /01 /janvier /2010 14:14

Le mouvement Emmaüs dénonce l’arrestation en l’espace d’une semaine de quatre compagnons sans papiers. L’un d'entre eux a été expulsé, indique le mouvement dans un communiqué, en se disant « profondément choqué et indigné par cet état de fait ».

 

« Les cas d'arrestations de compagnons Emmaüs se multiplient en ce début d'année : en l'espace d'une semaine, pas moins de quatre compagnons, dont un père de famille, ont été arrêtés à travers toute la France », indique le mouvement. Ainsi, un membre de la communauté de Bourg-en-Bresse, originaire du Kosovo, a été interpellé par les gendarmes, a-t-il détaillé. L'homme, ses deux enfants de 5 et 7 ans, sa femme enceinte et soignée pour des troubles psychiques ont été expulsés.

 

Les trois autres compagnons ont été placés en centre de rétention. Ils sont originaires de l'Angola, du Congo et de Sierra Leone. « Emmaüs demande l'abandon d'une politique aveugle qui ne prend pas en compte la situation particulière de chaque personne, chaque famille sans papiers et qui privilégie les chiffres de reconduction au détriment du respect de la personne humaine », selon le communiqué.

 

Ces interpellations rappellent une sinistre période de notre histoire. Besson rime avec Papon, chaque jour cela se confirme.

 


 

Partager cet article
Repost0
16 janvier 2010 6 16 /01 /janvier /2010 19:50

mur des expulsés

Deux mains qui s’entrelacent, et puis les mots « liberté », « égalité », « fraternité », « solidarité », mais aussi « citoyen », « engagement », « terre d’accueil », « justice » etc. Cette fresque a été inauguré le 5 septembre 2009 dans la ville de Billère (Pyrénées-Atlantiques). Le maire socialiste, Jean-Yves Lalanne, avait décidé de faire réaliser cette peinture sur un mur municipal, en hommage aux familles de sans-papiers expulsés du territoire français. Cette fresque a été réalisée sur un mur voué à être démoli dans quelques années. Une œuvre éphémère donc, mais d’une grande portée symbolique, puisqu’un commissariat de la police aux frontières est installé sur la commune.

Mais pour Philippe Rey, préfet des Pyrénées-Atlantiques, c’est trop. Il a porté l’affaire devant le justice, reprochant au maire de Billère d’être « sorti de son “devoir de neutralité” vis-à-vis de la politique gouvernementale ». Le tribunal administratif de Pau a demandé le 12 janvier l’effacement de cette fresque. Le maire a décidé de faire appel. Il s’apprête également à saisir la Cour européenne des droits de l’homme.

Mais que penser du comportement de ce haut fonctionnaire qui a été capable d’organiser un débat sur l’identité nationale, mais qui ne supporte pas que soit affiché le sort fait aux sans-papiers. Il avait déjà poursuivi pour outrage des citoyens qui dénonçaient les rafles de sans-papiers ; il n’aime pas qu’on lui rappelle Vichy. Et pourtant, les signes qui sont venus polluer cette fresque rappellent tristement cette période.

 

 

Mur prefet.jpg

 






Ce qui fait honte à notre pays, c’est le comportement de ce préfet et le jugement qui demande l’effacement de cette fresque avec ces mots « Liberté, Egalité, Fraternité ». La France, pays des Droits de l’Homme ? De moins en moins avec un tel gouvernement.

 


 



Partager cet article
Repost0
14 janvier 2010 4 14 /01 /janvier /2010 17:54

"Eric Besson, ministre de l'Immigration, de l'Intégration, de l'Identité nationale et du Développement solidaire, a donné, mercredi 13 janvier 2010, instruction à ses services de suspendre immédiatement toutes procédures de reconduite dans leur pays d'origine des ressortissants haïtiens en situation irrégulière sur le territoire national."


Vous ne rêvez pas, c’est bien le communiqué publié sur le site du ministère de l’immigration, copie ci-dessous.


Besson-Haiti-copie-2.jpg

Après avoir renvoyé des Afghans dans leur pays en guerre, après avoir procédé à 29000 expulsions en 2009 alors que la feuille de route de Sarkozy lui en demandait 27000, encore heureux qu’il ne procède pas à l’expulsion d’Haïtiens vers un pays dévasté et meurtri. Il n’aurait plus manqué que l’aéroport de Port-au-Prince, dont la tour de contrôle a été endommagée, soit en plus encombré par un charter comme sait les remplir ce ministre de la honte.

 

Cette mesure n’est pas celle d’un homme au grand cœur, cela aurait pu se faire sans publicité. Peut-être veut-il redorer son blason ? Il est déjà bien terni. Dès qu’il le pourra, il recommencera, et sans publicité.

      

Partager cet article
Repost0
19 décembre 2009 6 19 /12 /décembre /2009 23:09

L’organisateur zélé des basses besognes d’une République piétinée, allant des expulsions d’Afghans dans leur pays en guerre à l’ordonnancement scrupuleux de l’odieux débat sur « l’identité nationale », est décidément prêt à tout. Bousculé par les attaques verbales d’adversaires révulsés, à juste titre, par ses pratiques nauséeuse,

M Eric Besson a décidé de porter plainte contre le socialiste Jean Christophe Cambadelis et l’écrivain et cinéaste Gérard Mordillat. L’un comme l’autre avait évoqué à son endroit des références vichystes. Laval pour le premier. Brasillach pour le second. Besson a donc fait savoir qu’il poursuivrait « systématiquement tout propos similaire ». Attitude pour le moins schizophrénique : ne s’était-il pas personnellement comparé à Marcel Déat, l’un des proches de Pétain ? Portera-t-il plainte contre lui-même ? Besson donnant  des leçons de morale, on aura tout vu sous le sarkozysme ! Lui comme d’autres feraient mieux de se demander pourquoi de semblables parallèles avec les heures sombres de notre histoire sont ainsi quotidiennement évoqués par des hommes politiques  ou des intellectuels , Et pourquoi tant de citoyens réclament haut et fort l’arrêt immédiat des activités de cet indigne ministère de l’immigration et de l’identité nationale, qui laisse libre cours aux opires excès xénophobes ? Chacun connaît la réponse .


Chronique de Jean-Emmanuel Ducoin parue dans l’Humanité du 19 décembre 2009

 

Interrogé sur ces poursuites, voici la réponse de Gérard Mordillat :


« Il porte plainte -pour diffamation je suppose car je n'ai pas encore été averti officiellement- contre des propos que j'ai tenus dans une interview à Canal +, où je disais que l'ignoble phrase de Brasillach ''il faut se séparer des juifs en bloc et ne pas oublier les petits'' pourrait servir d'exergue à son ministère du racisme et de la xénophobie : il suffirait de remplacer ''juifs'' par Afghans, Tchétchènes, Roms, maghrébins, africains, Chinois, etc.


C'est une question morale : la politique menée à l'égard des étrangers est ignoble, il faut la combattre d'un point de vue moral. Il n'est pas question de tout amalgamer, mais on peut dire qu'il y a certains parallèles.


Je vois d'ailleurs qu'il attaque également Cambadélis, parce que ceux qui critiquent sa politique ont à l'esprit ce genre de parallèles. On va voir ce qui va se passer avec ce procès, mais en attendant, on arrête des gens qui font la queue aux Restos du cœur ou à la soupe populaire, on traque des enfants dans les écoles, et on renvoie des Afghans dans un pays en guerre.»

 

 

Si M Eric Besson doit porter plainte contre toute personne tenant des propos similaires, la liste risque d’être longue et les tribunaux encombrés. Je plaide coupable suite à mon article publié le 16 octobre « Je déteste les chasses à l'homme » et celui publié le 21 octobre « Les charters de la honte, d’étranges ressemblances ».

  

 

 

Partager cet article
Repost0
25 novembre 2009 3 25 /11 /novembre /2009 22:59

Malgré la pluie qui n’a pas cessé de la soirée, nous étions entre quarante et cinquante personnes à participer en ce dernier mercredi de novembre à ce cercle de silence à Niort.

Comme à chaque fois, ce cercle interpelle les passants. Ceux-ci regardent, se posent des questions, et lisent les panneaux d'informations disposés à proximité : « Traqués, enfermés, expulsés… Notre silence dit non ».

Le cercle de silence est une action non-violente de protestation qui rassemble des femmes et des hommes de divers horizons et convictions philosophiques, politiques ou religieuses. Mais parce que la machine d’État avec son ministre de l’identité nationale brise des vies chaque jour, elle ne se grippera que si chacun y apporte son grain de sable. Que toutes celles et ceux qui souhaitent s'associer à cette protestation de façon non violente et silencieuse viennent le dernier mercredi de chaque mois composer ce cercle de silence entre 18 heures et 19 heures.

Partager cet article
Repost0
21 novembre 2009 6 21 /11 /novembre /2009 22:29

Mercredi 25 novembre à 18 heures, des femmes et des hommes se placeront en cercle sur l'esplanade de la place de la Brèche. Ils entendent ainsi protester contre le traitement souvent inhumain qui est infligé aux "sans-papiers" dans notre pays. A Niort, cette manifestation silencieuse est organisée le dernier mercredi de chaque mois à l’appel de l'association ARDDI (Association pour la Reconnaissance et la Défense des Droits des Immigrés). Elle dure une heure (chacun est libre d'y participer le temps qu'il veut). Depuis le premier cercle de silence en mars dernier, la participation est en augmentation. Les passants sont également nombreux à s'arrêter pour s'informer et lire les panneaux, tout en prenant les tracts qui sont en libre service.


Rendez-vous à tous ceux qui le peuvent mercredi prochain 25 novembre entre 18h et 19h sur l'esplanade de la Brèche à Niort.

 


 

Pour en savoir plus sur les cercles de silence :

www.cercledesilence.info/les_cercles_de_Silence/accueil.html



Partager cet article
Repost0
7 novembre 2009 6 07 /11 /novembre /2009 22:32

Le 11 août 2009, Mehmet Comut , militant du TKP-ML, Parti communiste marxiste-léniniste de Turquie, attendait impatiemment un courrier de l’OFPRA concernant sa demande de droit d’asile au titre de réfugié politique. La missive, déposée sur le comptoir de l’épicerie turque située au-dessous de son logement, contenait malheureusement une notification de refus. Et quelques minutes après le passage du facteur, un contrôle inopiné était effectué dans l’épicerie. Les agents administratifs de l’URSSAF relèvent les identités de tous les présents et prennent rapidement connaissance du contenu de la lettre de l’OFPRA. S’ensuit un coup de fil à la police de l’air et des frontières, et Mehmet Comut est arrêté quelques minutes plus tard et placé en garde à vue.

Suite à cela, le Tribunal Correctionnel de Mulhouse a condamné vendredi dernier Mme Sona CELEBI à 1 mois de prison avec sursis et 5 ans de mise à l’épreuve, pour « avoir facilité, par aide directe ou indirecte, le séjour irrégulier sur le territoire national » et pour « travail dissimulé » de M. Mehmet COMÜT.

Eric Besson avait pourtant promis qu'il n'y aurait jamais de poursuites pour délit de solidarité. Une fois de plus, des paroles en l’air.

Depuis M. COMÜT a obtenu un titre de séjour provisoire, et est domicilié chez la famille CELEBI, ce qui montre bien que les services préfectoraux ne le considéraient nullement en situation irrégulière du point de vue de son hébergement.

Cette condamnation vient au moment où Mr Besson « invite » la population au débat sur l’identité nationale. Un jugement qui ne correspond pas aux fondamentaux de la République estime le comité de soutien à Sona Celebi et Mehmet Comüt.

Partager cet article
Repost0