Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Réagir - Blog militant de joseph coutant
  • : Réagir : S'opposer activement à l'action de qqch, résister. La devise issue de la révolution française "Liberté, Egalité, Fraternité" étant de plus en plus mise à mal, ce blog est un moyen pour moi de faire partager mes réactions sur l'actualité politique, sociale, etc.
  • Contact

Rechercher

Tags

11 septembre 2013 3 11 /09 /septembre /2013 00:27

Ce matin, je participais à la manifestation contre cette énième réforme des retraites. J'avais l'impression d'être revenu en 2010 où nous luttions contre une même réforme décidée par Sarkozy. Hélas, le gouvernement Hollande poursuit par une réforme qui va exactement dans le même sens. On nous serine que ces réformes sont indispensables pour combler le déficit des caisses de retraite et sauvegarder notre système. D'autres solutions sont possibles.

 

Avant de rédiger ce billet ce soir, j'ai regardé sur Arte le documentaire « Evasion fiscale, le hold-up du siècle ». Cette évasion représente 30 000 milliards de dollars, soit les deux tiers de la dette mondiale qui sont planqués dans les paradis fiscaux. Pour la France, le montant serait de 600 milliards d'euros. En voyant cela, on supporte encore moins l'injustice de ces réformes.

 

Ce matin, nous étions environ 1500 à manifester à Niort. La bataille n'est pas finie. Le débat va se poursuivre à l'Assemblée nationale. On verra bien la position de chacun des groupes parlementaires sur cette question. Ci-dessous le lien vers un texte du Front de Gauche sur les choix que ferait un vrai gouvernement de gauche concernant les retraites, ainsi que quelques photos de la manifestation Niortaise.

Retraites : ce que ferait un vrai gouvernement de gauche !

 

Diaporama photos, cliquez sur la photo pour faire défiler.

 

Contre la réforme des retraites, la manifestation du 10 septembre 2013 à Niort
Contre la réforme des retraites, la manifestation du 10 septembre 2013 à Niort
Contre la réforme des retraites, la manifestation du 10 septembre 2013 à Niort
Contre la réforme des retraites, la manifestation du 10 septembre 2013 à Niort
Contre la réforme des retraites, la manifestation du 10 septembre 2013 à Niort
Contre la réforme des retraites, la manifestation du 10 septembre 2013 à Niort
Contre la réforme des retraites, la manifestation du 10 septembre 2013 à Niort
Contre la réforme des retraites, la manifestation du 10 septembre 2013 à Niort
Contre la réforme des retraites, la manifestation du 10 septembre 2013 à Niort
Contre la réforme des retraites, la manifestation du 10 septembre 2013 à Niort
Contre la réforme des retraites, la manifestation du 10 septembre 2013 à Niort
Partager cet article
Repost0
9 septembre 2013 1 09 /09 /septembre /2013 11:49

181 rassemblements sont prévus demain à travers le pays à l'appel de quatre organisations syndicales (CGT, FO, FSU, Solidaires) pour manifester contre la réforme des retraites. Ce que nous n'acceptions pas sous Sarkozy n'est pas plus acceptable sous Hollande.

Il faudrait cotiser 43 ans pour avoir une retraite complète alors que l’âge moyen d’accès à un emploi est de 23,5 ans aujourd’hui….. Le calcul est simple, pour la plupart, pas de retraite avant 67 ans ….

Il faudra cotiser plus (0,30%) et cela alors que les salaires sont gelés dans de nombreux secteurs. Cela va encore aggraver la dégradation du pouvoir d’achat !!!!

D'un autre côté, le patronat serait exonéré de 32 milliards de cotisations famille et maladie reportées sur la CSG ou la TVA ! ...

Faisons connaître notre mécontentement.

A NIORT, rassemblement mardi 10 septembre  2013 à 11 heures, place de la Brèche.

Ailleurs en France, consultez la carte des rassemblements.

 

Où manifester le 10 septembre ?

Retraites, salaires, mardi 10 septembre 2013, journée de mobilisation
Partager cet article
Repost0
14 août 2013 3 14 /08 /août /2013 09:07

Les retraités le disent : « je n’ai jamais autant travaillé », « je n’ai jamais été aussi heureux de travailler ». Cela veut-il dire qu’ils sont utiles, ou qu’ils sont productifs ? Leurs pensions sont elles un salaire exprimant leur contribution à la production de valeur économique, ou un revenu différé de leur participation passée à cette production ?

Qu’est ce que travailler ? Est ce avoir un emploi sur un marché du travail et produire de la valeur pour un actionnaire dans une entreprise dont on n’est pas propriétaire, ou est ce, comme ces retraités heureux au travail, avoir un salaire à vie et travailler dans des collectifs (une association, une mairie) où l’on décide et dont on ne tire aucun revenu ? L’enjeu du conflit sur la retraite, c’est le devenir du travail : exploité par des propriétaires lucratifs, ou émancipé du marché du travail par le salaire à vie, et des actionnaires par la copropriété d’usage de l’entreprise ? Contre les réformateurs, la démonstration faite à grande échelle par les retraités que nous travaillons mieux sans actionnaire et sans employeur, en étant dotés d’un salaire à vie et de la copropriété d’usage des outils de travail, doit être dite, confirmée et généralisée.

Premièrement, il faut dire que les retraités travaillent.

Trop souvent, nous disons que les retraités sont utiles mais ne travaillent pas, c’est à-dire ne produisent pas de valeur économique. Nous disons que les pensions sont de la solidarité intergénérationnelle, un thème qui a été mis sur la table par Rocard dans son calamiteux Livre blanc de 1991. « Les retraités ont cotisé pour les inactifs quand ils produisaient, ils ont le droit de retrouver dans leur pension, grâce aux cotisations actuelles des actifs, l’équivalent de leurs cotisations d’hier, maintenant qu’ils ne produisent plus » : c’est le fonds de commerce réformateur, qui conduit à faire dépendre les pensions de la durée et du montant des cotisations.

Or cette propagande lit à l’envers ce qu’ont impulsé Croizat et les militants de la CGT : la pension n’est pas la contrepartie des cotisations passées, c’est la continuation à vie du meilleur salaire (75% du brut, soit 100% du net) obtenue à un âge légal le plus bas possible : 55 ans et 50 ans pour les travaux pénibles. Autrement dit : à 55 ans (mais demain à 50 ans, puis à 45 ans…), nous devons être payés à vie, débarrassés de l’obligation de quémander un emploi à un actionnaire. Alors seulement nous pouvons travailler efficacement, produire de la valeur économique sans être empêchés par des managers qui nous contraignent à un mauvais boulot, sans être mis au chômage par des actionnaires qui veulent 15 à 40% de taux de retour.

Deuxièmement, il faut confirmer le salaire à vie des retraités.

D’abord la pension doit être un vrai salaire : chacun doit avoir 100% de son meilleur salaire net (porté au Smic s’il est inférieur) quelle que soit sa durée dans l’emploi. Les pensions ne sont pas la contrepartie du travail passé des retraités, mais la contrepartie de leur travail actuel : donc les annuités et les points doivent disparaître du calcul, ainsi que toute condition de durée de carrière.

Ensuite le salaire à vie doit être garanti le plus tôt possible : le retour à la revendication traditionnelle de 55 ans est un minimum.

Enfin le travail des retraités doit être soutenu : contre la propagande qui raconte qu’on ne produit plus en retraite (et donc qu’il faut prolonger l’emploi avec l’espérance de vie), les retraités doivent obtenir les moyens de travailler, de fonder des entreprises dont ils sont les copropriétaires d’usage (où ils décident de tout sans en tirer de revenu : ils n’en ont pas besoin puisqu’ils sont payés à vie), d’inventer. Non pas en plus de leur pension, comme le veulent les réformateurs avec le pernicieux droit au cumul, mais en tant que pensionnés, montrant ainsi que le salaire à vie est une matrice légitime du travail.

Troisièmement, il faut généraliser la production faite par les titulaires d’un salaire à vie, copropriétaires d’usage de leur entreprise

Les retraités ne sont pas les seuls à travailler avec un salaire à vie : il y a aussi les fonctionnaires, qui sont payés pour leur grade et non pas pour leur emploi. Leur grade est attaché à leur personne, et c’est donc leur personne, et non pas leur poste, qui est payée. Il faut passer à l’offensive en généralisant cette situation à toute la production. Il s’agit d’enrichir la majorité politique d’un droit nouveau : la qualification universelle. A 18 ans, chacun doit être doté :

• du premier niveau de qualification et du salaire à vie qui va avec (par ex. 1500 euros net) et d’un droit à carrière salariale, sanctionnée par des épreuves de qualification, dans une échelle par ex. de 1 à 4 (soit pas de salaires supérieurs à 6000 euros par mois) ;

• de la copropriété d’usage de son outil de travail : c’est à-dire du droit de décider de l’investissement, de la hiérarchie, de ce qui est produit, sans tirer de la copropriété aucun revenu. Généraliser la propriété d’usage suppose la suppression de toute propriété lucrative, avec expropriation de ses actuels titulaires ;

• de la délibération dans les caisses de salaire et les caisses d’investissement qui, sur le modèle si réussi de la sécurité sociale, collecteront les cotisations des entreprises et mutualiseront ainsi la valeur ajoutée tout en créant la monnaie, pour une politique économique maîtrisée par les citoyens.

 

Bernard Friot dans l'Humanité des débats du 5 juillet 2013

 

Bernard Friot est invité au débat de la Fête de rentrée du PCF le dimanche 8 septembre 2013 à Niort.

 

Partager cet article
Repost0
7 août 2013 3 07 /08 /août /2013 21:38

Chargée de présenter un projet sur la réforme des retraites, la ministre des affaires sociales, Marisol Touraine, a estimé qu'un financement des retraites avec une hausse de la CSG était « une option qui, assurément, a une forte cohérence. Elle permet de financer les régimes sociaux de façon très claire. ». La CSG est payée par les actifs, mais aussi les retraités pour lesquels est envisagée un alignement sur le taux des actifs soit 7,5% contre 6,6% aujourd'hui.

 

Ce qui est très clair, c'est que les revenus financiers seront épargnés, la CSG étant payée à 70% par les salariés. Les profits continuent de flamber comme je l'évoquais dans un précédent billet, mais pour ce qui est de la solidarité, le gouvernement socialiste préfère adopter le refrain prôné par l'UMP et le Medef lors de la réforme de 2010 : « Touche pas à mon capital.».

 

Il sera nécessaire d'être nombreux dans la rue pour la journée d'action du 10 septembre, pour rappeler à ce gouvernement que s'il a été porté au pouvoir, c'est aussi parce que Sarkozy avait refusé d'écouter les opposants à la précédente réforme.

 

 

Réforme des retraites : le capital épargné
Partager cet article
Repost0
25 juillet 2013 4 25 /07 /juillet /2013 23:07

Par la voix de la ministre des affaires sociales Marisol Touraine, le gouvernement a déjà fait savoir que dans le cadre de la réforme des retraites « un effort sera nécessaire, auquel devront participer tous les Français ».

 

De qui se moque le gouvernement socialiste ? Du peuple de gauche qui lui a permis d'accéder au pouvoir et à qui aujourd'hui il demande des sacrifices tout en lui imposant une politique de rigueur. C'est inacceptable de demander un effort à tous les français alors que notre pays n'a jamais été aussi inégalitaire. C'est le très officiel INSEE qui le dit.

 

Et si cet effort demandé à tous est la seule réponse du gouvernement, il faut lui rappeler que ce n'est pas la crise pour tout le monde et que ce n'est pas à la majorité des français qui n'y est pour rien d'en subir de nouvelles conséquences.

 

Alors que le pouvoir d'achat des Français a reculé de 0,9% en 2012, que le taux de chômage crève les plafonds, que les smicards n'ont eu droit à aucun coup de pouce en 2013, le magazine Challenges révèle que dans la même année, les plus riches ont tiré d'énormes profits de la crise. En effet, les 500 plus grandes fortunes de France ont vu leur montant grimper de 25% durant la même période. Jamais depuis 1996, année où Challenges a lancé son classement des 500, leur fortune globale n'avait atteint de tels sommets. Celle-ci représente désormais l'équivalent du budget de l’État. La seule augmentation des 10 plus grandes fortunes suffirait à éponger le déficit du régime des retraites à l'horizon 2020.

 

Il est inacceptable de vouloir nous imposer de nous serrer la ceinture, de bloquer les salaires et d'exiger toujours plus de sacrifices pour la majorité des salariés, des retraités. Alors stop ! C'est d'une véritable politique sociale, et non pas libérale dont nous avons besoin.

 

 

Partager cet article
Repost0
22 juillet 2013 1 22 /07 /juillet /2013 22:59

Personne n'a oublié les préconisations de celui qui fut président de la République, « Travailler plus pour gagner plus », un de ses slogans de la campagne 2007. Sauf qu'à l'arrivée c'est plutôt devenu « travailler plus pour gagner moins », sauf pour lui. En effet, il perçoit au minimum 6.000 euros bruts par mois, l'allocation "de base" actuellement versée aux anciens chefs de l’État français. A cela s'ajoute une rémunération supplémentaire de… 11.500 euros nets par mois en tant que membre de droit et à vie du Conseil Constitutionnel. Et comme les temps sont durs, l'ancien président de la République a rejoint le rang des conférenciers anciens chefs d'État pour des tarifs allant de 120 000 à 200 000 euros.

 

Et dans le JDD du 21juillet, on apprend qu'il vient de terminer ses vacances au Canada, qu'il va faire un passage par la Nouvelle-Écosse pour donner une conférence (il n'y a pas de petits profits), et qu'il va ensuite rejoindre le Cap Nègre où il séjournera tout le mois d'août. Ça en fait des vacances pour quelqu'un qui préconisait l'allongement de la durée du travail, pour les autres bien entendu.

 

« Pour l'instant, je fais président, mais un jour j'irai faire du fric », philosophait-il en son palais de l'Elysée au début de l'année 2008. Mais entre-temps, il nous a mis dans la merde, et son successeur, hélas, n'a pas rompu avec cette politique libérale qui privilégie les intérêts particuliers du capitalissme.

 

 

Partager cet article
Repost0
24 juin 2013 1 24 /06 /juin /2013 23:17

Lors de l'ouverture de la conférence sociale, François Hollande a plaidé pour un allongement de la durée de cotisation. La mesure « la plus juste » selon lui. Pourtant, les conditions d'accès à la retraite à taux plein à 62 ans s'en trouveront durcies.

« Relever l'âge légal des retraites ne règlerait qu'une petite partie des problèmes » expliquait pourtant le PS en 2010. Il entendait mettre à contribution les revenus du capital, les bonus, les stock-options et les plus-values. François Hollande ne l'a pas pris en compte alors que la seule taxation des revenus financiers des entreprises, au même niveau que la cotisation salariale, rapporterait quelque 20 milliards d'euros, l'équivalent du déficit prévu du système.

On a changé de président et de gouvernement, mais sur les retraites, Hollande marche dans les pas de son prédécesseur. Ce n'est pourtant pas pour cela qu'il a été élu. On attend autre chose et on le lui fera savoir.

Dessin de Charb dans l'Huma

Dessin de Charb dans l'Huma

Partager cet article
Repost0
18 juin 2013 2 18 /06 /juin /2013 22:57

Parfois le service public de la radio nous donne à entendre un autre son de cloche que celui du sempiternel discours néo-libéral. Mais ce n'est pas sur France-Inter dirigé par Philippe Val que l'on entend cette différence. Ce ne sont pas en effet les journalistes du Figaro, de l'Express, des Echos ou de Libération qui vont apporter cette différence. Étrange qu'il n'y ait jamais un journaliste de l'Humanité d'invité pour une chronique  ! C'est sur France-Culture grâce au billet politique d'Hubert Huertas du 14 juin que la radio publique a donné une leçon sur l'équité aux chantres du libéralisme.

 

 

Enfin le retour de la morale ! De la vraie ! De la rigoureuse ! Quasiment du jansénisme ! Le débat sur la réforme des retraites apporte une bouffée de pureté. Le discours officiel n’y parle pas seulement d’économie. Il met en avant une valeur immatérielle. Il réclame « l’Équité ». Tous les mêmes ! Tous pareils ! Aucune tête ne doit plus dépasser. Et aussi surprenant soit ce constat, quand on réfléchit aux retraites, plus on est libéral, plus on est communiste !

Ce matin, d’ailleurs, le Figaro est communiste. Le journal de Serge Dassault en a marre des inégalités, et il y consacre sa Une. L’édito est à deux doigts du collectivisme. Il explique que « L’Équité doit commencer par loger tout le monde à la même enseigne », le public et le privé. Sur la manchette, en haut et à gauche, on trouve un sondage qui souligne l’aspiration française à une société égalitaire.

Et sur la droite, on découvre la Une du Figaro Magazine. Elle pourfend les privilèges, en dénonçant « ceux qui bloquent la France » à savoir, assurément, les bourgeois d’aujourd’hui, entendez les syndicats, les lobbies, les intermittents, les corporations, en clair tout ce maillage d’égoïsmes qui empêcherait l’avènement de la société nouvelle, où aucun homme ne pourra plus prétendre à posséder davantage que son voisin.

Une société où toute tension, toute envie, toute jalousie aura disparu parce que chaque citoyen, quasiment chaque camarade, aura le même sort que son prochain.

C’est beau comme du Lénine et ça ne date pas d’hier. Le premier à avoir constaté ce type d’inégalité dans la société française est le bon Raymond Barre, à la fin des années 70, quand il avait fait du fonctionnaire, jadis envié, un privilégié de mauvaise réputation. Une espèce de patron du « Cac- camping » avec son bungalow là où les autres dormaient sous des toiles de tentes.

Par la suite, à partir des années 80, la métaphore du nabab allait s’imposer dans le discours politique. Nabab celui qui avait un treizième mois, il devait s’aligner sur celui qui en avait douze. Nabab celui qui en avait douze, il devait s’adapter aux CDD. Nabab celui qui vivait dans sa région, il devait être mobile. Nabab celui qui se croyait à l’abri dans ses frontières, il devait s’adapter à la mondialisation.

Tous ceux qui disposaient d’un avantage particulier, retraites, convention collective, tarif du gaz et de l’électricité, vacances, trente cinq heures, comités d’entreprises, allaient être dénoncés au nom de l’Équité.

Quarante ans plus tard la réforme sur les retraites va ajouter sa pierre à cette conquête morale.

Avec une petite contrariété, quand même. Dans les années 70, donc à l’époque des privilèges qu’on veut éradiquer, l’écart entre les revenus oscillait de 1 à 20. Désormais que pas une tête ne dépasse, les puissants sont cinq cent fois plus riches.

 

 

Partager cet article
Repost0
13 mai 2013 1 13 /05 /mai /2013 23:26

Le changement, ce n'est certainement pas maintenant. Le slogan de campagne de Hollande n'était donc qu'un attrape naifs. Hormis un changement de gouvernement, sur le plan économique et social, la politique reste la même, quand ce n'est pas pire. Alors que la durée de cotisations est déjà passée à 41,5 années, il est quand même extraordinaire de voir le Medef proposer une durée de cotisations de 43 ans et de voir que le gouvernement dirigé par des socialistes pense à porter cette durée de cotisations à 44 années. Cela fait que quelqu'un qui rentre dans le monde du travail à 26 ans ne partirait pas avant 70 ans s'il veut toucher sa retraite à taux plein. Mais ce gouvernement grand seigneur penserait à ne pas toucher à l'âge de départ actuellement à 62 ans. Pour cela, il y aura décote et le gouvernement envisage même de désindexer les pensions, y compris pour ceux qui sont actuellement à la retraite. Encore une perte de pouvoir d'achat supplémentaire.

A l'heure actuelle, rien n'est encore ficelé, mais ce qui n’était pas acceptable en 2010, sous la présidence de Sarkozy, ne l’est pas plus en 2013, sous la présidence de Hollande. Il me semble avoir vu des drapeaux socialistes agités par leurs militants lors des grandes manifestations en 2010. Ce n'était que par opportunisme électoral ? Pas impossible. Alors, à tous ceux qui veulent vraiment une politique de gauche, quelles que soient le type d'élection, la solution est de mettre un bulletin Front de Gauche dans l'urne. Si cela entraîne la dégringolade du PS, tant mieux, c’est probablement la seule façon pour les inciter à mener une politique de gauche.

 

 

Partager cet article
Repost0