Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Réagir - Blog militant de joseph coutant
  • : Réagir : S'opposer activement à l'action de qqch, résister. La devise issue de la révolution française "Liberté, Egalité, Fraternité" étant de plus en plus mise à mal, ce blog est un moyen pour moi de faire partager mes réactions sur l'actualité politique, sociale, etc.
  • Contact

Rechercher

Tags

23 septembre 2019 1 23 /09 /septembre /2019 15:43
Réforme des retraites, on laisse faire ou on manifeste le 24 septembre ?
Partager cet article
Repost0
23 septembre 2019 1 23 /09 /septembre /2019 15:14

Pour un système de retraite entièrement par répartition et totalement solidaire

Mobilisons nous le 24 septembre

 

Rassemblements en Deux-Sèvres

 

Bressuire 10h30 rue de la cave (permanence du député)

Niort 11h Place de la Brèche

Thouars 11h Place Flandre Dunkerque

Parthenay 17h Place du Drapeau

 

Manifestations le 24 septembre en Deux-Sèvres pour dire non au projet de régression sociale
Manifestations le 24 septembre en Deux-Sèvres pour dire non au projet de régression sociale
Partager cet article
Repost0
10 avril 2019 3 10 /04 /avril /2019 15:59
Niort - Jeudi 11 avril 2019, on manifeste pour le pouvoir d'achat des retraités
Partager cet article
Repost0
15 juin 2018 5 15 /06 /juin /2018 14:46

A Niort, à l'appel de la CGT, FO, FSU et Solidaires, nous étions un peu plus de 200 retraités rassemblés pour dire à Macron, le président des riches, notre refus de la hausse de la CSG et du blocage des pensions de retraite.

Gonflé ce président qui ose ces ponctions alors qu'il a, entre autres, supprimé l'ISF pour les riches. Et il ose en appeler à la solidarité. Lui comme ses députés godillots n'ont pas de leçon de solidarité à donner. Nous ne l'avons pas attendu pour cela. Et il est fort mal placé lui qui vient de passer commande pour l’Élysée pour 500 000 euros de vaisselle, aux frais de l’État, c'est à dire à nos frais, nous les contribuables. Il n'y a pas d'autres priorités ? Honteux. La politique du monarque Macron, c'est les riches d'abord et les miettes pour les pauvres. Il ne faut pas oublier qu'il vient de chez Rothschild.

Nous n'abandonnerons pas. Rendez-vous est pris pour le 28 juin pour une journée de lutte interprofessionnelle.

" Ceux qui luttent, ne sont pas sûrs de gagner, mais ceux qui ne luttent pas ont déjà perdu " (Berthold Brecht)

 

 

 

 

A Niort, des retraités en colère contre la hausse de la CSG et la baisse du pouvoir d'achat
A Niort, des retraités en colère contre la hausse de la CSG et la baisse du pouvoir d'achatA Niort, des retraités en colère contre la hausse de la CSG et la baisse du pouvoir d'achat
A Niort, des retraités en colère contre la hausse de la CSG et la baisse du pouvoir d'achat
Partager cet article
Repost0
13 juin 2018 3 13 /06 /juin /2018 15:09

Le 14 juin est une journée de manifestation nationale des retraités à l'appel de neuf organisations syndicales de retraités pour exiger :

- l'annulation de la hausse de la CSG

- la fin du gel des pensions

 

 

Jeudi 14 juin 2018

Dans les Deux-Sèvres

A NIORT rassemblement à 11 heures

Place de la Brèche

 

A THOUARS rassemblement à 10h30

Place du théâtre

 

 

14 juin - Manifestation des retraités à Niort
Partager cet article
Repost0
6 janvier 2014 1 06 /01 /janvier /2014 01:15
Retraites : La ministre Marisol Touraine voit un progrès là où il y a recul

C'est en toute discrétion médiatique qu'un vote important pour l’avenir des travailleurs a eu lieu mi-décembre à l’Assemblée nationale. Il s’agissait de voter, ou pas, la réforme des retraites proposée par le gouvernement Hollande - Ayrault. Réforme qui prévoit l'allongement de la durée de cotisations à 43 ans.

Durant tous les débats parlementaires, les députés communistes et du Front de gauche se sont opposés à cette réforme comme ils s'y étaient opposés au côté de certains syndicats de salariés dans la rue. Ce que le PCF refusait sous Sarkozy et Fillon, il le refuse également sous Hollande – Ayrault.

« Quand on vit plus longtemps, on peut travailler plus longtemps ! » C’est ce qu'a déclaré la ministre des Affaires sociales, Marisol Touraine. Mais si on vit plus longtemps, c’est grâce à la retraite à 60 ans, et si on travaille plus longtemps, on vivra moins longtemps.

L'espérance de vie sans incapacité, ou espérance de vie en bonne santé, stagne, voire recule selon une enquête de l’Inserm publiée au printemps. Les meilleures années de la retraite sont celles entre 60 et 65 ans quand on est censé se trouver en meilleure santé. Les années au travail les plus dures sont celles entre 60 à 65 ans. Alors où serait le progrès ? 

Que penser des partis, PS et EELV, qui manifestaient contre la réforme Sarkozy de recul de l’âge de départ en retraite et qui, aujourd’hui, aggravent cette réforme ? Hypocrisie et jeu politicien !

Il existe des financements pour revenir à la retraite à 60 ans à taux plein pour 37,5 annuités. Pour cela, c’est du côté du capital, de la spéculation et des gros actionnaires qu’il faut regarder et arrêter de considérer les travailleurs et les retraités comme des "coûts" qu’il faudrait absolument réduire !

C'est à un recul de civilisation que nous entraînent les députés qui ont voté cette réforme des retraites. NON, ce n'est pas une réforme de progrès comme le tweete Marisol Touraine. Il est vrai que cette ministre socialiste assujettie à l'impôt sur la fortune ne vit pas dans la même sphère ! Il est plus facile de s'en prendre aux acquis sociaux que de s'attaquer au coût du capital.

Partager cet article
Repost0
5 décembre 2013 4 05 /12 /décembre /2013 18:00

Dans le cadre de la loi de finance de la sécurité sociale (PLFSS) le gouvernement a repoussé d'avril à octobre la revalorisation annuelle des retraites. Il en coûtera une perte de pouvoir d'achat pour des millions de retraités. La ministre qui a défendu ce projet de loi (Marisol Touraine) doit ignorer ce que sont des fins de mois difficiles puisqu'elle est soumise à l'ISF !

 

Dans ce projet de loi, le gouvernement a choisi le camp du patronat contre celui des salarié(e)s. Les efforts demandés pour le rétablissement des comptes de la Sécurité sociale ne pèseront pas sur les entreprises. Aucune mesure ne mettra à contribution les entreprises de manière effective. Aucune mesure ne mettra à contribution les coûts du capital (intérêts et dividendes) qui prélèvent aujourd'hui plus de 300 Milliards d'euros sur la richesse produite, sans aucun retour sur l'investissement matériel, l'emploi, les salaires ou la qualification qui sont pourtant les garants de recettes futures pour la Sécurité sociale et l’État.

 

Les parlementaires communistes se sont opposés à ce projet avec des propositions alternatives, obligeant à une seconde lecture, ce que ne voulait pas initialement le gouvernement, mais il s'est trouvé une majorité de parlementaires socialistes pour voter ce projet.

 

Après la réforme régressive de la retraite, voici donc le financement de la sécurité sociale au service du capital. Bâti pour répondre aux exigences obsessionnelles de réduction stricto sensu de la dépense sociale et réduire le déficit de 3,4 Mds d'euros, ce PLFSS prévoit 8,5 Mds d'euros d'efforts en 2014, dont 4 Mds par une réduction de la dépense socialisée.

 

Encore une loi au service de la finance et du profit !

 

Partager cet article
Repost0
28 novembre 2013 4 28 /11 /novembre /2013 00:10

Dans un billet en date de mars 2013, Gérard Mordillat (écrivain et cinéaste) posait la question suivante : les socialistes (les dirigeants socialistes passés et présents, ceux qui occupent des postes gouvernementaux, pas les militants bien entendu) trahissent-ils en fonction des circonstances ou trahissent-ils par nature ?

 

Pour ma part, au cas où j'aurais eu encore un doute, la réponse est très claire aujourd'hui. C'est par nature !

 

Pas une semaine pratiquement sans que des engagements de campagne soient trahis ou que des orientations condamnées du temps de Sarkozy soient reprises à présent par le pouvoir socialiste sans aucun scrupule. Dernier exemple en date, le vote bloqué mardi à l'assemblée du projet de loi sur les retraites. Et que disait le PS en octobre 2010, quand le gouvernement Fillon avait utilisé ce procédé pour museler l’opposition à sa réforme des... retraites ? Voici l'intégralité de son communiqué.

-------------------------------------------------------------------------------------------------

 

Le vote bloqué déshonore et discrédite le gouvernement et le Président
M. Sarkozy vient de décider d’imposer le vote bloqué au Sénat sur le débat des retraites.
Après avoir braqué le pays en voulant lui imposer une réforme injuste, après l’avoir bloqué en refusant de reprendre les négociations, le Président méprise le Sénat et la démocratie en coupant court aux débats.
Avec M. Sarkozy, c’est le coup de force permanent.
Après le débat amputé à l’Assemblée nationale, ce nouveau contournement du Parlement est scandaleux. Comment accepter que sur un sujet essentiel, qui engage le pacte social et républicain, on refuse aux élus de la nation le temps nécessaire au débat ? Cette décision déshonore et discrédite le gouvernement et le Président.
Face aux Français qui sont dans la rue pour manifester, le gouvernement brandit le respect du vote du Parlement. Mais quand le Parlement fait son travail, il n’a qu’une obsession : l’en empêcher !
Chacun comprend que ce qui gène le gouvernement, c’est le débat. Parce que plus on débat, et plus la vérité apparaît : le projet du gouvernement est profondément injuste et ne règle rien.

 

Les socialistes reprennent à leur compte ce qu'ils condamnaient hier. Ils trahissent les électeurs de gauche qui les ont porté au pouvoir pour le changement. Ce vote bloqué fait que les sous-amendements déposés par les groupes parlementaires de gauche ne sont pas examinés, PS mis à part.

 

Les députés PS qui ont voté cette loi vont laisser leur nom dans l'histoire. ( Seuls 11 députés PS se sont abstenus, et la députée PS de ma circonscription, Geneviève Gaillard, ne figure pas parmi ceux-ci ). Depuis Léon Blum, ce sont les premiers élus de gauche à voter une loi qui allonge la durée de travail des salariés en portant à 43 ans le nombre d'annuités. L'âge de la retraite se trouve repousser à 66 ans pour la grande majorité de ceux qui sont nés après 1973. De même, en repoussant la date de revalorisation des pensions, c'est une perte de pouvoir d'achat pour les retraités. C'est un nouveau recul social. Le vote à gauche, ce n'est surtout pas un vote PS.  A bon entendeur ...

 

Résultat du scrutin 

Partager cet article
Repost0
19 octobre 2013 6 19 /10 /octobre /2013 16:50

En lisant l'éditorial de Jean-Paul Piérot dans l'Humanité du 16 octobre, je me suis fait cette remarque : « Et ils osent se dire de gauche ! » Je parle bien entendu de ce gouvernement et de cette majorité de députés socialistes qui le 15 octobre a voté une loi de régression sociale.

 

« La date du 15 octobre 2013 est à marquer d’une pierre noire dans l’histoire sociale de la France. C’est ce jour-là qu’une majorité parlementaire se réclamant de la gauche aura entériné une loi de régression de civilisation, une de celles qui figuraient jusqu’alors dans le domaine réservé de la droite. S’inscrivant dans une désespérante continuité avec toutes les mesures prises contre les retraites depuis vingt ans, avec Édouard Balladur, puis François Fillon et Nicolas Sarkozy, François Hollande vient d’accoler son nom à une « contre-réforme » de plus, à l’allongement des années de cotisation à 43 ans, à un report de l’accès au droit effectif à la retraite autour de 66 ans d’ici à 2035, à une baisse des pensions pour tous ceux qui ne pourront remplir, conséquence de l’augmentation des annuités, 
les conditions d’une pension à taux plein » (éditorial complet)

 

Pourquoi ce qui n'était pas bon à leurs yeux en 2010, alors que Sarkozy était au pouvoir, le serait à présent sous prétexte que c'est le socialiste Hollande qui est à l'Elysée ? Quand je dis « pas bon à leurs yeux », c'est parce que lors des plus importantes manifestations de 2010, j'ai souvenir d'avoir vu par exemple la députée Delphine Batho manifester à Niort. Toujours est-il que les trois député(e)s socialistes des Deux-Sèvres (Mmes Batho, Gaillard et M Grellier), ont voté ce 15 octobre 2013 cette loi de régression.

 

Une majorité de gauche à l'assemblée avec un groupe Front de Gauche bien plus important aurait permis d'impulser des mesures nouvelles d'intérêt général, d'améliorer les propositions et de bloquer ce qui ne va pas dans le bon sens. Les député(e)s du Front de gauche soutiennent les mobilisations, y compris en 2013 contrairement aux députés socialistes. Ils les font entendre jusque dans l'hémicycle.

 

Après l'élection présidentielle, les socialistes n'ont cessé d'appeler au vote utile pour les législatives parlant de la nécessité d'une très large majorité pour soutenir l'action du gouvernement. On voit pour quel résultat.

 

Voilà où ça nous mène aujourd'hui. Vous aviez cru voter à gauche ???

Partager cet article
Repost0
8 octobre 2013 2 08 /10 /octobre /2013 23:12

D'autres choix sont possibles, et pourtant, tout le monde devra mettre la main à la poche, sauf le patronat.

Retraites, Hollande poursuit la politique de Sarkozy

Quant à la durée de cotisation, ce gouvernement PS-EELV tourne le dos aux grandes conquêtes sociales. Puisque on vit plus longtemps, on doit travailler plus longtemps, assène le gouvernement en forme de justification au nouvel allongement de la durée de cotisation. Or, depuis 1994, la hausse de la durée de cotisation consécutive aux diverses réformes a été de 4 ans (de 37,5 ans à 41,5 ans) alors que dans le même temps, l'espérance de vie n'a progressé que de 2,5 ans en moyenne (3 ans pour les hommes, 2,2 pour les femmes). D'autant plus injuste qu'entre 60 et 65 ans, ce sont les meilleures années de retraite et les plus dures années de travail. Allonger la durée de cotisation à 43 ans (172 trimestres) pour les générations nées en 1973 et après, sachant que l'on commence, en moyenne, à cotiser pour la retraite à 23 ans et qu'à 30 ans on comptabilise seulement 30 trimestres cotisés, cela reviendrait à porter l'âge de départ réel à 66 ans.

Retraites, Hollande poursuit la politique de Sarkozy
Partager cet article
Repost0