Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Réagir - Blog militant de joseph coutant
  • Réagir - Blog militant de joseph coutant
  • : Réagir : S'opposer activement à l'action de qqch, résister. La devise issue de la révolution française "Liberté, Egalité, Fraternité" étant de plus en plus mise à mal, ce blog est un moyen pour moi de faire partager mes réactions sur l'actualité politique, sociale, etc.
  • Contact

Rechercher

Tags

10 octobre 2015 6 10 /10 /octobre /2015 14:14

Mehdi Meklat et Badroudine Saïd Abdallah, auteurs et journalistes, se promenaient sur les Champs-Elysées lorsque six policiers ont procédé à un contrôle d'identité, comme ça. Ils racontent.

Ça arrive tous les jours, ce genre de choses. Mais aujourd’hui, ça nous est arrivé à nous. Ce n’est pourtant pas la première fois et on arrive jamais à s’habituer à ça.

Six policiers errent sur les Champs Elysées à 18H49. On sort tous les deux du cinéma. Le film s’appelait « Lamb ». Un film éthiopien, plongée enivrante dans les paysages verts, les familles disloquées et un petit garçon qui court avec son mouton au bout d’une corde.

Dehors, le temps est moisi. Les Champs Elysées dégoulinent d’eau. On a chacun un sac : un sac H&M et un sac en bandoulière bleu. L’un est au téléphone, l’autre au bout de ses tweets. Six policiers nous encerclent d’un coup. Ils portent des gilets pare-balles, des casquettes, des armes et des matraques. L’un demande de raccrocher le téléphone. On demande ce qui se passe.

Pourquoi nous ? Pourquoi maintenant ? « Parce que vous portez une casquette », rigole l’un des malins. Un autre reprend : « Vous savez, vous auriez pu être des voyous qu’on recherche ». « On a pourtant rien fait », on répond.

Et puis, on demande « une réquisition qui justifie ce contrôle ». Ils n’en ont pas. « On va aller au commissariat et je vais vous la faire lire », répond un des six policiers. On est d’accord. On veut bien aller au commissariat pour lire la réquisition.

Rapidement, ils se rétractent. Ils passent à autre chose. Ils fouillent nos sacs. Dans l’un d’eux, il y a six exemplaires du roman qu’on a écrit et qu’on a donné un peu plus tôt dans la journée. « Ça, c’est notre livre ». Ils répondent pas. Allument nos téléphones. Ouvrent nos porte-feuilles. On insiste. On réclame une raison. « Tu parles trop ». On leur dit que ce contrôle est injustifié. L’un de nous deux est plaqué contre la vitrine Tiffany’s. Les passants regardent.

« Ça s’appelle un contrôle au faciès, messieurs », on dit. Et un des policiers, yeux dans les yeux, répond : « Ce n’est quand même pas de notre faute si vous faites plus de conneries que les nôtres ».

Donc il y a eux et nous ? Et par cette phrase, de qui parle-t-il vraiment ? Qui sont « les nôtres » ? Et qui sont « les siens » ? On réagit, on lui demande « qui sont les vôtres ? ». Il répond juste : « C’est parce que vous êtes arabe et noir qu’on a pas le droit de vous arrêter ? ».

Ils nous séparent l’un de l’autre. L’un commence à dire que « les méthodes sont honteuses ». Il est coupé par un « Ta gueule ».

Et puis un deuxième policier reprend, en tendant sa joue : « Tape-moi, vas-y si t’es un homme ». Réponse calme : « Je n’ai jamais tapé personne, c’est pas vous que je vais taper maintenant ». Il rigole : « Ça se voit que t’as jamais tapé personne, toi ».

Il prend le poignet et serre très fort : « Essaye de fuir le contrôle maintenant, vas-y ». Il veut que ça dérape. « On s’est pas trompés, les gars » clame l’un des six policiers. Ils rigolent ensemble.

Évidemment, ils ne trouvent rien. Ils piaffent dans nos dos quand ils nous relâchent. On leur promet qu’il y aura une suite.

 

Mehdi MEKLAT et Badroudine SAID ABDALLAH

 

Qu'en disent Valls ou son Ministre de l'Intérieur ?

Partager cet article

Repost 0