Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Réagir - Blog militant de joseph coutant
  • : Réagir : S'opposer activement à l'action de qqch, résister. La devise issue de la révolution française "Liberté, Egalité, Fraternité" étant de plus en plus mise à mal, ce blog est un moyen pour moi de faire partager mes réactions sur l'actualité politique, sociale, etc.
  • Contact

Rechercher

Tags

17 avril 2014 4 17 /04 /avril /2014 16:17

Tout le monde n'a pas la même notion de ce que sont des mesures austéritaires. A entendre ce matin Marisol Touraine, invitée d’Alexandra Bensaid sur France Inter, le plan annoncé par Manuel Valls, ce n'est pas de l'austérité; selon ses propos, l'austérité c'est la baisse des salaires, la baisse des ressources, alors que là, c'est seulement un effort collectif qui est demandé.

 

Quand il n'y a pas de revalorisation des retraites, du point d'indice pour les fonctionnaires, des salaires dans le privé, du RSA etc. pour moi, c'est une perte de pouvoir d'achat quand parallèlement les prix augmentent, que la TVA augmente etc.

 

Il s'agit bien par conséquent de mesures d'austérité qui vont grever le pouvoir d'achat des plus modestes et des classes moyennes.

 

Mais pour Michel Sapin, nouveau ministre de l'Économie et des Finances et Marisol Touraine, ministre des Affaires sociales et de la Santé qui faisaient partie du quarteron encadrant Manuel Valls lors de la présentation de ces mesures, il est plus difficile de comprendre ce que signifie le terme « austérité » puisque tous deux sont assujettis à l'ISF. Quant à Christian Eckert, nouveau secrétaire d'Etat au Budget, autre membre présent avec également Marylise Lebranchu, je ne sais pas s'il était très à l'aise puisqu'il fait partie des députés ayant réclamé « un nouveau contrat de majorité » et un changement de cap politique. On voit quelle orientation a pris le changement ! Certains avalent leur chapeau sans problème.

 

Mais puisque ce gouvernement cherche 50 milliards, il est bon de lui rappeler que la fuite vers les paradis fiscaux provoque chaque année un manque à gagner d'au moins 40, voire 50 milliards pour le budget de la France selon un rapport sénatorial. Alors, comme le demande le Front de Gauche, ce gouvernement libéral doit cesser de chercher les milliards qui manquent sur les retraites, sur les allocations familiales, sur les services publics, sur les taxes, il doit cesser de ponctionner toujours plus ceux qui n'ont que leur travail pour vivre.

 

Les milliards qui lui manquent, il y a en a plus qu'il lui en faut dans cette fraude. Alors qu'il mette tout en œuvre pour les récupérer. Il est temps de changer de politique !

 

Quand Valls défend son plan d'austérité entouré par des imposables à l'ISF
Partager cet article
Repost0
17 avril 2014 4 17 /04 /avril /2014 00:31

Le gouvernement n'est pas de gauche, s'il en fallait encore une preuve, Valls vient de la donner

 

En 2009, après la débâcle du PS aux européennes, le député socialiste de l'Essonne Manuel Valls préconisait de « transformer de fond en comble le fonctionnement du PS, de tout changer, le nom, parce que le mot socialisme est sans doute dépassé; il renvoie à des conceptions du XIX° siècle ».

 

Eh bien les mesures que compte prendre le 1er ministre Manuel Valls pour son plan d'économies de 50 milliards sont tout sauf des mesures sociales. Même sous Sarkozy le gouvernement Fillon n'était pas allé aussi loin.

 

Les fonctionnaires dont le point d'indice était gelé depuis 2010 verront ce gel prolongé jusqu'en 2017. C'est une véritable dégradation du pouvoir d'achat. Il y aura également le gel des prestations sociales jusqu'en octobre 2015. Cela concerne les pensions du régime de retraite de base, mais pourra concerner aussi les retraites complémentaires. Le niveau des autres prestations sociales ne sera pas non plus revalorisé jusqu’en octobre 2015, à l’exception des minimas sociaux qui continueront d’augmenter au rythme de l’inflation.

 

Ces mesures seront très défavorables pour le pouvoir d’achat des classes modestes et populaires. Deux milliards de non revalorisation des retraites, c'est moins que ce que va toucher la grande distribution avec le CICE (Crédit impôt compétitivité emploi) dont elle n'a pas besoin.

 

Les collectivités territoriales subiront une baisse des dotations de 11 milliards d'euros d'ici 2017. Pour la santé et la sécurité sociale les dépenses seront amputées de 21 milliards d'euros, c'est sans précédent.

 

Le cap de Manuel Valls est celui de l'austérité pour satisfaire l'Europe des marchés. Il est à la tête d'un gouvernement libéral, voire ultralibéral. Hollande et le gouvernement Valls veulent ignorer le message envoyé par les français lors des municipales. La colère va encore s'amplifier.

 

Pour les Européennes à venir, le seul vote à gauche sera le vote Front de Gauche.

Partager cet article
Repost0
15 avril 2014 2 15 /04 /avril /2014 23:09

Non content des milliards que Hollande et Valls donnent au Medef sans contrepartie dans le cadre du pacte de responsabilité (?), Pierre Gattaz le patron du Medef plaide à présent pour l’instauration d’un salaire «transitoire» inférieur au Smic pour permettre notamment aux jeunes d’entrer sur le marché du travail.

 

Lors de son discours de politique générale, Manuel Valls avait pourtant ajouté dans la corbeille de mariage du gouvernement PS avec le Medef une exonération totale des cotisations sociales patronales pour les salaires au niveau du Smic. Manifestement, ce n'est pas encore assez puisque même sans les cotisations, Gattaz trouve le SMIC encore trop élevé. Mais puisque ce gouvernement cède aux demandes du Medef à la vitesse grand V, Gattaz devrait aller plus loin encore dans ses demandes. Pourquoi pas le rétablissement de l'esclavage ?

 

N'est ce pas le socialiste Pascal Lamy qui prône d'« aller vers plus de flexibilité et vers des boulots qui ne sont pas forcément payés au Smic ». Car « un petit boulot, c’est mieux que pas de boulot ». Pendant les huit années qu'il a passé à la tête de l'OMC, il a fait les louanges de la mondialisation capitaliste et avait même osé en 2009 en pleine crise financière mondiale, demander une augmentation de 32 % de son salaire (316 000 euros), qui lui sera finalement refusée. Et c'est cet homme-là qui trouve le SMIC trop élevé ! Cela n'a pas empêché François Hollande de lui remettre en 2013 les insignes de commandeur de la Légion d'honneur.

 

Si c'est Lamy du Président, pas plus que Gattaz il ne sera Lamy des smicards.

Partager cet article
Repost0
14 avril 2014 1 14 /04 /avril /2014 22:11

Quarante points d'écart de popularité selon le baromètre Ifop-JDD. C'est parait-il le résultat du sondage Ifop pour le JDD réalisé du 4 au 12 avril. La question était de savoir si les personnes étaient satisfaites ou mécontentes d'une part de F Hollande en tant que Président de la République et d'autre part de M Valls comme premier ministre.

 

Les médias aiment les sondages. Ils en demandent et redemandent au point que lors des dernières élections municipales, ils se sont lamentablement plantés, au moins autant que le PS. C'est une étude de l’Observatoire de la vie politique et parlementaire qui le dit. Il souligne que les enquêtes d’opinion réalisées avant le premier tour des élections municipales ont sous-estimé le Front national et surestimé le PS par exemple. Ces enquêtes ont pourtant été abondamment commentées dans les médias. Grands consommateurs d’enquêtes d’opinion pendant les campagnes, télés, radios, presse écrite et même certains sites internet commentent le moindre point gagné, la moindre inversion de courbes. Ils n'hésitent pas à commenter le second tour alors que le premier n'a pas encore eu lieu. Il en a été de même tout le week-end au sujet de cet écart de popularité entre Hollande et Valls.

 

Nommé depuis à peine une semaine, son gouvernement depuis un peu moins encore, son discours de politique générale prononcé seulement le 9 avril, je ne vois pas comment on peut se dire satisfait ou insatisfait de Valls en tant que 1er ministre. Qu'on se prononce sur la personne, passe, mais pas sur son action de 1er ministre. Et puis là aussi, les médias stimulent l'opinion, depuis combien de temps nous parlait-on de remaniement ? Valls était déjà présenté comme le sauveur, plus jeune, plus dynamique que son prédécesseur. Oublié son score minable aux primaires socialistes.

 

Et puis, quelle stupidité de juger la popularité. Est-ce ça qui intéresse les français ? Le seul changement qui se fait jour avec Valls, c'est une inflexion encore plus à droite. Que les personnes interrogées ne soient pas satisfaites de Hollande en tant que président se justifie par le non respect de ses engagements de campagne. Mais puisque Valls va mettre en œuvre la même ligne politique droitière tracée par Hollande dans sa conférence de presse de janvier, je ne vois pas la différence.

 

Mais pendant qu'on nous parle de l'impopularité de l'un et de la popularité de l'autre, on évite de parler des conséquences de leur politique, services publics démantelés, acquis sociaux mis à mal, un chômage dont la courbe ne s'inverse pas, la précarité qui s’étend, les jeunes qui galèrent, les salaires et les retraites en berne...

 

Alors populaires ou pas, c'est bien Hollande ET Valls qui vont nous faire les poches pour satisfaire le Medef.

 

 

 

Partager cet article
Repost0
10 avril 2014 4 10 /04 /avril /2014 22:11

Geneviève Gaillard, la députée PS de la 1ère circonscription des Deux-Sèvres, qui vient de perdre la mairie de Niort, faisait partie des députés menaçant de ne pas voter la confiance au gouvernement Valls. On sait ce qu'il en a été au final.

 

Mais qui pouvait croire un instant que ces députés ne voteraient pas la confiance, au risque de faire chuter le gouvernement à peine mis en place. Le député Falorni, ancien secrétaire fédéral du PS de Charente-Maritime, lui qui avait battu Royal à la Rochelle après avoir été exclu du PS, a dit clairement pourquoi : « Je vote la confiance car si ce gouvernement échoue, il n'y aura pas de session de rattrapage. Nous devrons retourner devant les électeurs et on sait comment ça se finira. ». En effet, si tout ce monde devait retourner devant les électeurs, il y aurait en effet de fortes probabilités pour que beaucoup d'entre eux soient renvoyés à leurs études.

 

Et pourquoi ? Parce que ces députés socialistes ont depuis le début de la législature voté des textes de lois désastreux pour les français. Sur les retraites, sur la casse du droit du travail au travers de l'ANI, sur l'augmentation de la TVA sans contrepartie pour les ménages, et plus récemment avec le CICE, le pacte de responsabilité ; des cadeaux au patronat sans contreparties. Les classes populaires et moyennes se sentent trahies.

 

Alors, il n'y avait bien que les naïfs pour croire que ces 88 députés mettraient leur menace à exécution. Ils réclamaient un changement de cap politique alors qu'eux-mêmes ont voté les lois qui tournaient le dos aux engagements pris. Et aujourd'hui, Valls s'inscrit complètement dans la ligne droitière fixée par Hollande et … les députés de sa majorité ont voté la confiance et approuvé les 50 milliards d’euros qui vont être ponctionnés sur notre économie, sur la sécurité sociale, les collectivités, les salaires des fonctionnaires, bloqués depuis 4 ans déjà, tout ça pour ne pas risquer la dissolution et la perte de leur siège.

 

Ce n'est pas cela qu'attendaient les électeurs de gauche en leur apportant leur suffrage en 2012.

 

Raison de plus pour être nombreux le samedi 12 avril à 14 heures à marcher de République à Nation contre l'austérité, pour l'égalité et le partage des richesses, et dire « Maintenant, ça suffit ! ». On y retrouvera les députés du Front de Gauche, mais pas sûr du tout qu'on y voit beaucoup de ces députés soit-disant ″frondeurs″.

 

 

Partager cet article
Repost0
8 avril 2014 2 08 /04 /avril /2014 23:42

Ils étaient plus de 80 députés du PS réclamant « un nouveau contrat de majorité » et un changement de cap politique, menaçant sinon de ne pas voter la confiance au gouvernement Valls.

 

On allait voir ce qu'on allait voir … et on a vu 279 députés socialistes accorder leur confiance pour 11 abstentions. Les Verts qui avaient refusé de faire partie du gouvernement Valls parce qu'ils ne lui faisaient pas confiance ont accordé eux aussi leur confiance par 10 voix pour, 1 contre et 6 abstentions.

 

Finalement, la débâcle électorale des élections municipales sanctionnant un rejet de la politique gouvernementale menée depuis le début du quinquennat a obtenu pour toute réponse de Manuel Valls la poursuite de la politique qui vient d’être sanctionnée. Le patronat peut se frotter les mains. Avec le pacte de responsabilité et l'évolution sur la fiscalité des entreprises sans la moindre contre-partie, avec l’exonération totale des charges pour un SMIC, ses revendications sont reprises. Par contre pas de détail sur les 50 milliards d'euros prélevés dans les caisses de l'Etat, de la sécurité sociale et des collectivités territoriales.

 

Mais puisque la ligne politique n'a pas changé, pourquoi les députés frondeurs n'en sont restés qu'au stade de la menace, à l'exception de quelques uns ? Parce que le PS restera toujours le PS, un parti social démocrate qui a choisi le libéralisme. Il ne s'agissait que d'une manœuvre visant à faire croire que l'aile « gauche » est à gauche. Dès que Hollande et Valls ont sifflé la fin de la partie, ces frondeurs sont rentrés dans le rang.

 

Leur menace a tourné court, comme les promesses de campagne de Hollande ! 

Partager cet article
Repost0
3 mars 2014 1 03 /03 /mars /2014 23:13

Ce qui est arrivé à un militant d'Ensemble (une des composantes du Front de gauche), également militant de la CGT Educ’action 95 et aussi militant de longue date pour la cause palestinienne, porte à le croire.

 

La semaine passée, alors qu'il venait de se stationner devant son domicile, deux policiers sont venus l'arrêter, il est menotté sans en connaître les raisons. Il aura été placé en garde à vue pendant 8 heures et une perquisition de son véhicule sera effectuée à la demande du Procureur de la République.

 

Mais quel crime a donc commis ce militant pour être ainsi interpellé ?

 

Il lui est reproché d’avoir apposé des affichettes sur des panneaux d’affichage libre, dénonçant la politique de l’État israélien à l'égard du peuple palestinien. Il apprendra durant sa garde à vue que le candidat PS à Montmagny (95) et accessoirement responsable du CRIF (Conseil représentatif des institutions juives de France) du département, a déposé plainte pour dégradation de ses affiches, sur les panneaux dédiés à la libre expression publique.

 

La liberté d'affichage est une liberté fondamentale, qui plus est sur des panneaux de libre expression publique.

Partager cet article
Repost0
11 février 2014 2 11 /02 /février /2014 00:07

Au fil des lois votées, les deux premières années du quinquennat Hollande témoignent d'une dérive libérale après avoir affiché une posture de gauche durant sa campagne électorale.

 

La liste est longue. Il a renié son engagement de renégocier le traité austéritaire Sarkozy-Merkel. Alors que le PS s'était prononcé pour la retraite à 60 ans quand Sarkozy la remettait en cause en 2010, son gouvernement a porté l'allongement de la durée de cotisation à 43 ans. Pour les Banques, il devait y avoir séparation de l'activité de dépôt de celle du financement; il n'y a qu'une loi minimale qui permet aux banques de continuer comme avant selon l'aveu même de ses dirigeants. Le PS s'était prononcé contre la TVA sociale de Sarkozy et le gouvernement vient de la faire passer à 20% pour participer au financement des 20 milliards de crédit d'impôt aux entreprises. S'ajoute le vote de la loi sur la sécurisation de l'emploi qui remet en cause le droit du travail; il y a le refus malgré son engagement de faire voter une loi d'amnistie pour des salariés sanctionnés sous Sarkozy pour avoir défendu leurs usines et leurs emplois. Il y a aussi le report sine die du droit de vote des étrangers non communautaires aux élections locales. La dernière reculade en date concerne le report de l'ensemble du projet de loi sur la famille suite à la manifestation d'intégristes et de réactionnaires.

 

Et cette liste n'est  pas exhaustive.

 

Mais pourquoi ce gouvernement PS-Verts-Radicaux va t-il de renoncement en renoncement ? Parce qu'il ne semble entendre que le patronat et la droite et surtout pas son électorat de gauche.

 

Alors pour les élections à venir, municipales puis européennes, le vote clairement à gauche sera le vote Front de Gauche. Une manière de vous faire entendre !

 

Pourquoi Hollande va t-il de renoncement en renoncement ?
Partager cet article
Repost0
5 février 2014 3 05 /02 /février /2014 22:42

J'ai déjà eu l'occasion de parler de ce cadeau fait par le gouvernement socialiste aux entreprises et sans contrepartie, le CICE. Voir cet article du 8 janvier 2014 : Le gouvernement socialiste fait la poche des français pour financer y compris des entreprises qui licencient

 

C'est une entreprise de la grande distribution, le groupe Auchan, qui à son tour supprime des emplois tout en percevant des aides de l'état au travers du CICE, ce qui prouve une fois de plus toute la nocivité de ce dispositif d'aides publiques. Sur le montant total des interventions économiques en faveur des entreprises, 14 % seulement des sommes sont réservées au secteur industriel alors que l’objectif de la ré-industrialisation devrait être prioritaire.

 

Dans le cas d'Auchan, le groupe va supprimer 800 postes de cadres alors que sur 2013-2014 il va toucher 120 millions d’euros d’aides de l’Etat. Le groupe se défend en annonçant la création de 500 postes d’«employés commerciaux», n'empêche qu'au final, il y a bien un solde négatif en terme d'emplois.

 

Voilà à quoi mènent ces aides sans contreparties. Ce n'est pas ainsi que ce gouvernement résoudra la question de l'emploi.

 

Et puis il est bon de rappeler que Auchan n'est pas un groupe en difficulté, d'ailleurs ses patrons, la famille Mulliez, figurent au 3ème rang des grandes fortunes françaises selon le classement de Challenges.fr. La holding du groupe (CA : 60 milliards) chapeaute entre autres les enseignes Auchan, Leroy Merlin, Décathlon, Saint Maclou, Kiloutou, Kiabi, Norauto.

 

Non seulement Auchan, comme toutes les enseignes de la grande distribution, continue à faire des profits, mais en plus, ils vont empocher des millions d'aides publiques. Merci le gouvernement socialiste.

Partager cet article
Repost0
24 janvier 2014 5 24 /01 /janvier /2014 18:47

À une majorité absolue, les élus de l’Assemblée nationale ont enfin adopté la loi sur le non-cumul des mandats par 313 voix pour (PS, Verts, PCF) et 225 contre (UMP, UDI, PRG). Mais cette loi ne sera applicable qu'en 2017. Pourtant,  pendant la campagne de la primaire PS, le candidat François Hollande avait fait la promesse d’une interdiction du cumul dès 2012. Mais on sait ce que sont les promesses du « socialiste » Hollande. Par exemple la promesse du droit de vote des étrangers aux élections locales, enterrée.

 

Toujours est-il que les cumulards ont un sursis de trois ans. Cela représente tout de même pas moins de 240 députés et 123 sénateurs. Parmi ceux-ci, la députée-maire de Niort, Geneviève Gaillard, a fait la déclaration suivante selon un quotidien local (Nouvelle République du Centre-Ouest):
 
«   L'Assemblée Nationale a fait un nouveau pas pour la vitalité démocratique de notre République en adoptant définitivement la fin du cumul des mandats... » « Depuis le début de ce débat, j'ai soutenu et voté cette loi (contrairement à d'autres élus) qui me semble moderniser pour tous les pratiques politiques et contribue au renouvellement du monde politique, ajoute la parlementaire. J'ai toujours défendu un changement de système par la loi et c'est donc une grande fierté pour moi que la représentation nationale ait eu le courage de voter ce texte. J'ai d'ailleurs anticipé ce mouvement de modernisation en renonçant à la présidence de l'agglomération dès cette année 2014 pour aller vers le mandat unique en 2017. »

 

Il n'est pas inutile de rappeler à Geneviève Gaillard qu'elle s'était engagée à mettre fin à son cumul dès septembre 2012, sans attendre le vote d'une loi. (cf. article sur ce même blog). Elle a été réélue député en 2012 mais postule à un nouveau mandat de maire en 2014.

 

Puisqu'elle était selon ses déclarations si impatiente de voir cette loi entrer en application pour notamment contribuer au renouvellement politique, eh bien aidons là à soulager sa mauvaise conscience en participant à ce renouvellement dès 2014 en ne votant pas pour la liste PS menée par Geneviève Gaillard lors des prochaines municipales à Niort, mais en votant pour la liste Front de Gauche menée par Nathalie Seguin qui elle n'aura aucun autre mandat.

Partager cet article
Repost0