Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Réagir - Blog militant de joseph coutant
  • : Réagir : S'opposer activement à l'action de qqch, résister. La devise issue de la révolution française "Liberté, Egalité, Fraternité" étant de plus en plus mise à mal, ce blog est un moyen pour moi de faire partager mes réactions sur l'actualité politique, sociale, etc.
  • Contact

Rechercher

Tags

9 mars 2015 1 09 /03 /mars /2015 21:25

Le PS ayant légiféré tout l'été

Se trouva fort dépourvu

Quand le vote fut venu

Pas un seul petit rogaton

De mairie ou de canton

Il alla crier famine

A la gauche de gauche sa voisine

La priant de lui prêter

Quelques voix pour subsister

Jusqu'à l'élection nouvelle

Je vous paierai lui dit-il

Avant 2017, foi de néolibéral

Intérêt et principal

La gauche de gauche n'est pas prêteuse

C'est là son moindre défaut

Que faisiez vous au temps chaud

Dit-elle à cet emprunteur

Nuit et jour à tout venant

Je libéralisais ne vous déplaise

Ah vous libéralisiez, j'en suis fort aise,

Eh bien ramez maintenant.

 

 

Reçu par tweet, rédacteur inconnu

Partager cet article
Repost0
24 février 2015 2 24 /02 /février /2015 18:33

Il est des sujets qui ne font pas les titres dans les médias, mais qui méritent d'être portés à la connaissance des citoyens. C'est une information dont j'ai pris connaissance par le biais d'un tweet de la sénatrice communiste Eliane Assassi, confirmé par un autre émanant de France Libertés, la fondation créée par Danielle Mitterrand.

 

Dans le cadre du projet de loi sur la transaction énergétique, un sénateur UMP a déposé un amendement pour modifier la loi Brottes, notamment l'article L115-3 du code social et des familles, pour autoriser de nouveau les coupures d'eau dans une résidence principale pour raison d'impayés.

 

Le groupe PS et l'ensemble des partis de gauche au Sénat ont été désavoués par le gouvernement représenté dans l'hémicycle par la ministre de l'Ecologie Ségolène Royal. Celle-ci a eu une attitude très surprenante puisqu'elle a soutenu l'amendement. Les sénateurs UMP en sous-nombre ont eu recours au vote public et c'est donc par un vote des groupes entiers dans une salle vide que cet amendement a été retenu.


 

Comme le souligne France Libertés, le gouvernement soutient une position des sénateurs UMP au profit des distributeurs privés du service public de l'eau. Non-contents d'être hors la loi puisqu'ils continuaient de procéder à des coupures depuis près de deux années et l'entrée en vigueur de la loi Brottes, ils se félicitent de cet amendement qui les renforcent dans des pratiques illégales à tout point de vue.

 

Le Sénateur UMP Cambon auteur de l'amendement est un émissaire influent des multinationales de l'eau au Sénat. Vice-Président du Sedif dont le délégataire est Veolia, Gouverneur du Conseil Mondial de l'Eau dont l'ancien président n'était autre que Loïc Fauchon, PDG de Veolia Marseille, le Sénateur est aussi Maire de Saint Maurice dans le Val de Marne et son second adjoint à qui la place de Maire est promise d'ici 2016, n'est autre que Monsieur Igor Semo, lobbyiste en chef de la Lyonnaise des Eaux, filiale de Suez Environnement. La boucle est bouclée !


 

Comme le souligne le directeur de France Libertés, le combat continue pour qu'une loi votée au profit de tous soit respectée par tous et non réécrite au profit de quelques-uns.

 

Le combat devra se poursuivre à l'Asemblée nationale.

Partager cet article
Repost0
21 février 2015 6 21 /02 /février /2015 22:23

Non, vous ne rêvez pas ! Ce titre est mot pour mot celui d'un tract édité par le PS en 2008. Tous les arguments utilisés par le gouvernement Valls pour justifier l'article sur le travail du dimanche dans la loi Macron sont ceux que le PS dénonçait au moment où Sarkozy était au pouvoir.

 

Et qu'a fait Valls avec l'article 49-3 sinon qu'un passage en force, exactement ce qu'il reprochait à Sarkozy de vouloir faire. Si les écrits du PS de l'époque étaient des écrits de gauche, c'est bien la preuve qu'aujourd'hui le PS n'est plus un parti de gauche.

 

Et ce ne sont pas les déclarations de François Hollande en visite au salon de l'agriculture, à l'égard de ceux qu'on appelle les députés frondeurs, qui donneront plus de crédit à ce gouvernement : " Si les parlementaires ne font pas ce que veut le pays, il y a une forme de défiance qui s'installe".

 

Mais quand un président ne met pas en place la politique pour laquelle il a été élu, il ne fait pas ce que voulait le pays, il défie le peuple. Alors basta !

 

Et puisque arrivent prochainement des échéances électorales, départementales en mars puis régionales en fin d'année, une alternative existe à la gauche du PS avec le Front de Gauche. En effet, ça suffit les trahisons.

 

 

Mon dimanche j'en ai besoin, mon dimanche j'y tiens
Partager cet article
Repost0
20 février 2015 5 20 /02 /février /2015 16:06

Avec le 49-3, Manuel Valls a imposé aux députés de choisir entre sa personne et les valeurs démocratiques de la République. Il a demandé ni plus ni moins que les pleins pouvoirs.

 

Cette 5ème république est vraiment à bout. Nous aussi on l'est.

La conception de Valls de la démocratie
Partager cet article
Repost0
19 février 2015 4 19 /02 /février /2015 22:18

Oui, un mépris de classe ! En septembre dernier, parlant des licenciements aux abattoirs Gad en Bretagne, il disait, « il y a dans cette société une majorité de femmes, pour beaucoup illettrées ». Il s'est ensuite excusé pour ces propos. Mais cet ancien banquier de chez Rothschild ne peut s'empêcher de culpabiliser ceux qui connaissent des difficultés. Il vient de faire une nouvelle sortie ce mercredi 18 février 2015. Invité dans la matinale de BFMTV et RMC , le ministre de l’Economie Emmanuel Macron a déclaré que « s’il était chômeur, il n’attendrait pas tout de l’autre. Il essaierait de se battre d’abord ».

 

Les 5 millions de chômeurs et précaires attendraient trop des autres ? En tous cas pas ce genre de déclaration ! Ils attendaient par contre autre chose de ce gouvernement qui donne au Medef sans contrepartie. Les milliards du CICE sont allés aux entreprises mais le million d'emplois promis par Gattaz, on n'en a rien vu. Et pour les salariés qui se battent pour sauver leurs emplois, la loi Macron va rendre encore plus facile leurs licenciements.

 

Le ministre de l'économie était banquier chez Rothschild. A ce titre, de 2009 à 2012 (années fiscales), M. Macron a gagné 2,884 millions d'euros selon le calcul de l'AFP à partir de la déclaration d'intérêt et de patrimoine faite lors de son entrée au gouvernement. Il indique posséder un appartement parisien de 83 mètres carrés estimé à 935.000 euros. Il déclare un prêt de 350 000 euros concernant des « travaux résidence secondaire » alors qu'aucune résidence secondaire n'est mentionnée dans ses biens immobiliers. C'est peut-être pour la propriété de madame au Touquet. Toujours est-il qu'il n'est pas redevable de l'ISF...

 

Comment ce personnage ose t-il vilipender les privés d'emploi ? Il vit dans un autre monde et fait à nouveau preuve d'un mépris de classe, comme ce gouvernement socialiste qui méprise ceux qui l'ont élu en trahissant les engagements pris en 2012.

 

Partager cet article
Repost0
17 février 2015 2 17 /02 /février /2015 22:08

La méthode que vient d'utiliser Manuel Valls en engageant la responsabilité de son gouvernement sur le texte de la loi Macron est un aveu de faiblesse. Le pouvoir avoue qu’il n’a plus de majorité au Parlement, comme il n’en a plus d'ailleurs dans le pays.

 

En recourant à cet article, le projet de loi est considéré comme adopté, sauf si une motion de censure déposée dans les 24 heures est votée par l’Assemblée. Si la motion de censure est votée, le gouvernement doit démissionner.

 

L’article 49-3 qui permet l’adoption de loi sans l’assentiment des députés est certainement le plus anti-démocratique de la Constitution. François Hollande s’était engagé à le supprimer. Ecouter ce qu'il en disait. Non seulement il ne l’a pas fait, mais il l’utilise contre le droit social hérité des luttes syndicales, sociales et politiques portées par la gauche depuis le XIXème siècle. Comme l'a souligné la députée Front de Gauche Jacqueline Fraysse, « le gouvernement amplifie son programme ultralibéral de recul considérable des droits sociaux, de désengagement de l’État et de privatisation massive (...) ; ce texte n’apportera ni croissance ni activité ».

 

Avec la loi Macron, la mise en pièces du droit du travail se poursuit. La seule solution reste qu'une majorité de députés vote la motion de censure, sinon le projet de loi serait adopté. 

 

 

Partager cet article
Repost0
17 février 2015 2 17 /02 /février /2015 21:43

L'amnésie ne doit pas être une règle. Rappeler les promesses non tenues est un devoir citoyen.

Partager cet article
Repost0
16 février 2015 1 16 /02 /février /2015 23:00

« Imaginer créer de l'emploi en faisant travailler dans tous les secteurs le dimanche » c'est « une mauvaise idée », et « obliger de sacrifier sa vie de famille pour avoir un peu plus de pouvoir d'achat », ce n'est pas « un bon système de rémunération ». C'est un député nommé François Hollande qui déclarait ceci en 2009 au moment de la bagarre contre la loi Mallié autorisant le travail dominical. Il était dans l'opposition à l 'époque.

 

Le porte -parole du groupe socialiste de l'époque, André Vallini, à présent membre du gouvernement, estimait lui aussi que permettre le repos dominical revenait à défendre « le patrimoine social de la nation ». Ou bien l'actuel secrétaire d'état chargé du budget, Christian Eckert, qui disait « il y a en réalité une certaine perversité à, parler de volontariat, et même à demander aux salariés de se déclarer volontaires pour travailler le dimanche », que c'était faire « peu de cas du lien de subordination entre l'employeur et le salarié ». Perspicace, il ajoutait à juste titre que « si le travail dominical se généralise, les salaires ne seront plus majorés » et « le coût induit par le travail du dimanche », mais aussi « la garde des enfants, quand elle existe, est plus onéreuse ce jour-là », sans oublier « les transports moins nombreux ». Le constat est identique aujourd'hui, alors pourquoi ce nouveau reniement ?

 

Chacun jugera, mais comment est-il possible que les élus socialistes piétinent aujourd'hui leurs engagements d'hier. Tout simplement parce qu'ils ne sont plus à gauche; ils sont au service de la finance et du patronat plutôt que des salariés. La vraie gauche, c'est ceux que le pouvoir ou la droite qualifient d'extrême gauche, à savoir ceux qui se situent à la gauche du PS, la gauche radicale comme Syriza en Grèce. La vraie gauche ne brade pas ses valeurs.

 

Partager cet article
Repost0
3 février 2015 2 03 /02 /février /2015 08:47

Dans un pays qui n'a pas grand chose à voir avec le communisme, Manuel Valls a tenu des propos dignes d'un dirigeant libéral, et qui n'ont pas grand chose à voir avec ce qu'on est en droit d'attendre d'un socialiste.

 

Terminant le 31 janvier sa visite de trois jours en Chine, dans un discours prononcé à Shangaï, le premier ministre a fait des déclarations propres à rassurer les investisseurs chinois. Ses propos étaient dans la droite ligne du tournant libéral de ce gouvernement. On sait que Valls « aime l'entreprise », il l'a suffisamment déclaré au Medef, et là-bas, devant des chefs d'entreprises, il a répété que la France ouvrait grand les bras aux investisseurs chinois.

 

Dans son allocution, il a prononcé ces quelques mots en Chinois : « Bienvenue en France », puis il leur a dit « Nous investissons beaucoup en Chine, venez faire de même en France ».

 

Et au cas où ces dirigeants chinois exploiteurs seraient effrayés par le modèle social français, Manuel Valls a tout fait pour les rassurer en leur présentant notre système de la façon dont il rêve de le mettre en place. A vous de juger.

 

« La France dispose de multiples atouts.  Les entreprises chinoises sont les bienvenues en France. L'image selon laquelle nous ne réformons pas notre marché du travail, et qu'il est impossible de licencier en France est une image fausse. La France est compétitive, c'est l'OCDE qui le dit. La protection de l'emploi est plus élevée en Allemagne qu'en France. On parle aussi beaucoup des 35 heures mais ce n'est qu'une durée de référence. Et on travaille en moyenne davantage en France qu'en Allemagne. » 

 

Et il n'y a pas que les entreprises qu'il souhaite attirer, mais aussi les touristes, pourtant déjà nombreux, en leur promettant l'ouverture des magasins le dimanche.

 

« Comme vous le savez peut-être, pour répondre à ce flux de touristes, nous sommes en train de faire voter au Parlement l'assouplissement de la réglementation concernant le travail du dimanche, afin que les touristes, notamment chinois, puissent faire leurs achats également ce jour-là. Le samedi, [ils] iront à Versailles et au Louvre, et le dimanche, ils feront leurs courses non plus à Londres mais à Paris. »

 

Ah j'oubliais, Manuel Valls avait ajouté, « je crois que le message est clair ». En effet, tous les jours le Code du travail fait l'objet d'une véritable tentative de démantèlement de la part du Medef et de ses représentants qui le juge trop contraignant. Eh bien Manuel Valls le "socialiste" décomplexé valide ce démantèlement en Chine. Le message est clair en effet.

 

A bon entendeur ...

 

Capture écran

Capture écran

Partager cet article
Repost0
27 janvier 2015 2 27 /01 /janvier /2015 23:31

Mon billet d'hier portait sur les premières déclarations du PS suite aux élections législatives en Grèce. D'autres responsables du PS ont joué également les tartufes depuis.

 

C'est Claude Bartolone, le président de l'Assemblée Nationale qui déclare : « Si j'avais été grec, j'aurais voté Syriza ».

 

Bruno Le Roux, président du groupe socialiste à l'Assemblée nationale y va aussi de son couplet  : « Nous partageons beaucoup de choses en commun [avec Syriza]. » Lui aussi évoque la volonté partagée « de réorienter la construction européenne, de sortir des politiques d’austérité ». Ah bon ? Mais que font alors les députés PS à soutenir une politique d'austérité ?

 

Et c'est aussi Julien Dray, qui pour être à l'heure, fustige les « politiques d’austérité qui ne donnent pas de résultats ». Et il ajoute, « une partie de la gauche de la gauche risque d’avoir des désillusions parce que le programme de Tsipras est plus un programme de social-démocratie que proche de Jean-Luc Mélenchon. »

 

Et pour emballer le tout Stéphane le Foll, porte-parole du gouvernement déclare sans détour : « Je sais une chose : il n’y aura pas d’alternative à gauche (en France), la gauche c’est celle qui gouverne aujourd’hui. »

 

Plus à gauche qu'eux, tu meurs.

 

On n'attend plus qu'un revirement du commissaire européen Moscovici, qui déclarait avant les élections « un tel travail a été fait par les autorités grecques, tant d’efforts, tant de choses accomplies que ce serait dommage de ne pas continuer ». Ces derniers jours, il avait déclaré « une dette n’est pas faite pour être effacée, elle existe, elle doit être remboursée ».

 

Leur allié en Grèce c'était le PASOK qui allié à la Nouvelle Démocratie a appliqué avec rigueur le programme d'austérité dicté par la Troika. Et c'est avec un projet de gouvernement contre cette politique là que Syriza l'a emporté ; leur projet est le contraire de ce que fait le PS en France.

 

Un exemple : Alors que chez nous le gouvernement est en train de privatiser l'aéroport de Toulouse, avec l'objectif de poursuivre avec Lyon et Nice, eh bien à peine nommé, le nouveau ministre grec de la marine marchande vient de déclarer « La privatisation du port du Pirée s'arrête dès maintenant ».

 

On juge aux actes, pas sur les paroles.

 

Partager cet article
Repost0