Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Réagir - Blog militant de joseph coutant
  • : Réagir : S'opposer activement à l'action de qqch, résister. La devise issue de la révolution française "Liberté, Egalité, Fraternité" étant de plus en plus mise à mal, ce blog est un moyen pour moi de faire partager mes réactions sur l'actualité politique, sociale, etc.
  • Contact

Rechercher

Tags

9 septembre 2015 3 09 /09 /septembre /2015 18:00

Gattaz peut avoir le sourire. Il y avait eu la déclaration d'amour aux entreprises de Manuel Valls l'an passé à l'université d'été du Medef, il y a eu cette année Emmanuel Macron qui a profité de cette université des patrons pour taper sur les 35 heures, et voilà Hollande qui dans sa conférence de presse de rentrée annonce la réforme du Code du travail pour bien adapter la loi « à la réalité des entreprises ».

 

Gattaz se plaignait des charges trop importantes pour les entreprises qui pénalisaient l'emploi. Les 41 milliards d'euros accordés par le gouvernement aux entreprises dans le cadre du pacte de responsabilité n'auront pas eu d'incidence sur la création d'emplois. Ils ne seront pas rendus pour autant. Comme ça n'a pas eu d'effet, il faut trouver une autre raison, et c'est la lourdeur du Code du travail qui pénaliserait l'emploi ! Et demain, ce sera quoi ?

 

Toujours est-il que Jean-Denis Combrexelle, le haut fonctionnaire chargé du projet de réforme du Code du travail a déjà montré au poste de directeur général du travail comment il envisageait de « déverrouiller » le droit du travail pour satisfaire les employeurs. Parmi ses faits d'armes, le contrat de nouvelles embauches (CNE) qui permettait de licencier sans motif pendant deux ans et qui sera invalidé en justice pour non-conformité au droit européen. Pour le secteur de la distribution non adressée (Adrexo, Mediapost), Combrexelle a concocté un décret permettant aux entreprises de « préquantifier » le temps de travail (et de voler ainsi des heures de travail aux salariés), décret qui sera annulé à deux reprises par le Conseil d’État. À la même époque, il a tenté de fermer les portes de La Poste aux agents de l’inspection du travail, par deux notes qui ont été là encore été annulées. La défiance envers ses propres services s’est manifestée de façon spectaculaire en 2010  quand un petit patron de Normandie s’était mis en grève de la faim en contestant en des termes violents le refus décidé par l’inspecteur du travail du licenciement d’un délégué. Combrexelle avait donné son autorisation en quarante-huit heures. Décision qui sera elle aussi annulée en justice !

 

C'est donc à ce personnage, qui a toujours manifesté ses options pro-patronales, qu'a été confié le projet de laminage du Code du travail.

 

Quand on veut tuer son chien, on dit qu'il a la rage. Pour le Code du travail il en est de même. En quoi serait-il « illisible » ? Alors quid du code des impôts, du code du commerce, du code des affaires maritimes, du code de la construction, du code de la sécurité sociale ?

 

Comme le dit Gérard Filoche ancien inspecteur du travail, le code du travail est le plus petit de nos codes. Il fait 675 pages de lois, pas plus. Mais il est édité par Dalloz avec 3300 pages de commentaires. C’est le plus simple de nos codes. 10 articles servent aux prud’hommes ! Et la France est un des pays européens ou il y a le moins de saisines des tribunaux.

 

Une nouvelle fois, ce n'était pas ça le changement attendu ! Et voilà que ce gouvernement qui n'a plus rien de gauche veut adapter le droit du travail aux entreprises et non plus qu'il serve à protéger égalitairement les êtres humains que sont les salariés. Quant aux négociations dans l'entreprise, on sait quel peut-être le chantage, je voulais dire le rapport de force ...

Hollande : « Il faut adapter le droit du travail à la réalité des entreprises » Et les êtres humains ?
Partager cet article
Repost0
18 juin 2015 4 18 /06 /juin /2015 15:53

Des économistes du FMI viennent de publier une étude appelant à la redistribution des richesses. Selon leur calcul, si les 20 % les plus riches augmentent leur fortune de 1 %, le PIB global lui baisse de 0,08%. « Cela semble suggérer que les bénéfices ne retombent pas » sur les plus pauvres, écrit le FMI qu’on peut croire gêné aux entournures, car depuis 1714 et la fable des abeilles de Bernard Mandeville, tous les économistes libéraux assurent que l’enrichissement des plus riches bénéficie in fine à tous, soit par le biais de leur consommation, soit par celui de l'investissement, profitant ainsi à l'activité économique générale et à l'emploi dans le reste de la société. C’est la « théorie du ruissellement » brandie depuis 3 siècles par tous les détracteurs de la redistribution et de la régulation économique.

 

A l’inverse, une hausse similaire des revenus des 20% les plus pauvres doperait la croissance de près de 0,4 point explique ainsi l’étude. Ces chercheurs du FMI ne s’arrêtent pas à ces formules mathématiques. « Des règles plus souples d'embauche et de licenciement, des salaires minimums plus bas (...) et des syndicats moins puissants sont associées à de plus grandes inégalités », explique cette étude, qui prend ainsi le contre-pied total de la politique du FMI, en particulier ses positions dans le cadre de la Grèce…

 

Il est grand temps que nos dirigeants se penchent sur cette étude. Mais la loi Macron passée en force avec le 49-3 n'est pas un signe positif. Alors, attelons nous à convaincre les citoyens qu'il est nécessaire d'en finir avec les politiques d'austérité et qu'une alternative existe à gauche, mais pas avec ceux ( la motion A du PS ) qui soutiennent la politique des Hollande, Valls et autres Macron !

 

Partager cet article
Repost0
16 juin 2015 2 16 /06 /juin /2015 14:58

Je sais que lorsque à gauche des critiques sont émises à l'encontre du PS, certain(e)s considèrent que c'est faire preuve d'un comportement sectaire. J'assume dans ce cas mon sectarisme et j'en remets une couche.

 

Aujourd'hui, Valls va de nouveau utiliser l'article 49-3 pour faire adopter la loi Macron en seconde lecture à l'Assemblée Nationale. L'article 49-3 de la Constitution permet de faire valider un projet de loi... sans vote. Elle est belle la démocratie. Pourtant, avec plusieurs députés du groupe socialiste (voir ci-dessous), Manuel Valls était porteur en 2008 d'un amendement limitant l'usage de l'article 49-3. C'est exactement comme Hollande , voir billet précédent.

 

Alors comment justifier que ce qui était mauvais hier soit devenu bien aujourd'hui ? Parce que c'est eux qui sont au pouvoir ?

 

Ils se situent sur la même ligne que le Sarkozy qu'ils dénigraient à juste titre. Mais aujourd'hui, c'est eux qui mettent en oeuvre sa politique. Ils ont même un soutien de choix avec Gattaz. Le président du Medef approuve que certaines mesures modifient le code du Travail sans avoir été discutées par les "partenaires sociaux" ou les députés. Le principal, c'est qu'elles aillent dans le sens des entreprises.  « L'utilisation du 49-3 permet d'éviter des risques, des zigs et des zags, a-t-il avoué ce mardi matin lors de sa conférence de presse mensuelle. La loi Macron va globalement dans le bon sens même si ce n'est pas le grand matin libéral (…), c'est une aurore. Je soutiens le 49-3 si ça permet d'aller dans la bonne direction ». Tant pis pour le dialogue social prôné par Hollande !

 

Mon sectarisme m'amène à dire que ce sont des sociaux-traitres. Peut-être bien que le terme social est d'ailleurs en trop.

 

 

Valls contre le 49-3, mais ça c'était avant
Partager cet article
Repost0
16 juin 2015 2 16 /06 /juin /2015 07:07

C'est un nouveau coup de force du gouvernement pour permettre l'adoption sans débat ni vote du projet de loi Macron. C'est le mépris de la démocratie et des élus parlementaires en les empêchant de débattre sur le texte en deuxième lecture, texte dans lequel de nouvelles mesures régressives ont été introduites par la droite au Sénat et par le Gouvernement.

 

Les députés Font de Gauche appellent les députés progressistes à cosigner une motion de censure. On va bien voir la sincérité des députés frondeurs.   

Partager cet article
Repost0
10 juin 2015 3 10 /06 /juin /2015 18:18

Ils viennent de faire voter la Loi Renseignement qui fera que chaque citoyen pourra être écouté sans le savoir. Comme le disait non sans humour un internaute, c'est le « Systeme de Traitement Automatisé des Systèmes d'Informations ». Eh oui, ça donne STASI, comme la police politique dans l'ex RDA. Souvenez-vous du film « La Vie des autres »

 

Les deux faits survenus en ce début de semaine que les journaux l'Humanité et Politis ont relaté sont-ils en lien avec cette nouvelle STASI ? Va t-il falloir penser comme ces ministres pour ne pas être soumis à des interpellations arbitraires ?Je vous livre les deux faits que les grands médias (au service de qui ?) n'ont bien sûr pas évoqués.

 

 

L'Humanité

 

Pierre Stambul, coprésident de l’Union Juive française 
pour la paix, a été violemment arrêté par le raid, 
tel un vulgaire 
terroriste.

Des excuses et des explications, c’est le moins que l’on puisse attendre du ministre de l’Intérieur. Bernard Cazeneuve doit clarifier les événements ahurissants survenus dans la nuit de lundi au domicile marseillais de Pierre Stambul. Le coprésident de l’Union juive française pour la paix (UJFP) a en effet été frappé à la mâchoire, puis plaqué au sol et menotté par des agents du… Raid ! Pourquoi cette intervention musclée de l’antiterrorisme à l’encontre de ce fils de déporté et survivant du groupe Manouchian, reconnu pour son engagement pacifiste en faveur de la résolution du conflit israélo-palestinien ? En attendant la réponse officielle, Pierre Stambul, que nous avons joint par téléphone, fustige  « l’incompétence » du Raid et de la police, en rappelant que c’est « la quatrième agression du même genre » subie par des militants et élus pacifistes, dont l’autre coprésident de l’UJPF, Jean-Guy Greilsamer. Le coupable présumé serait Ulcan, un hacker franco-israélien de l’extrême droite sioniste et de la LDJ, ce groupuscule violent, interdit en Israël, mais toujours actif en France, en dépit de l’annonce officielle de sa dissolution par Bernard Cazeneuve, l’été dernier ! Pierre Stambul raconte que le Raid a fait irruption avec force au prétexte qu’il serait en train de tuer sa femme ! Depuis quand l’antiterrorisme intervient-il dans ce genre de cas ? Pierre Stambul est donc violenté alors que son épouse, Sarah, se trouve pourtant à ses côtés ! La police prend le relais. Il attendra trois heures avant d’être entendu, puis trois autres longues heures pour être enfin relâché ! Pierre Stambul déclare que l’agression dont il a été victime est liée à la « campagne hystérique de l’extrême droite sioniste contre l’appel au BDS » (boycott, désinvestissement, sanctions) contre l’État d’Israël. La LDH et l’AFPS ont aussitôt dénoncé la « criminalisation d’un militant » et « un aveuglement sécuritaire ». Pierre Stambul a décidé de porter plainte. Des excuses et des explications, donc, au nom du respect des droits et des libertés de la République française !

 

Politis

 

Vingt-quatre heures après l’irruption nocturne et violente du Raid au domicile de Pierre Stambul, co-président de l’Union juive française pour la paix, c’est chez Jean-Claude Lefort, ex-président de l’association France-Palestine Solidarité, que les policiers ont débarqué.

 

Selon l’ancien député communiste du Val-de-Marne, il était 2 h 30 du matin quand une vingtaine de policiers de la Brigade anti-criminalité sont intervenus à son domicile, à Ivry-sur-Seine (94). C’est un voisin qui a averti Jean-Claude Lefort, qui se trouvait en province. Constatant son absence, les policiers n’ont pas défoncé la porte, contrairement à ce qui s’était passé la veille au domicile marseillais de Pierre Stambul.

 

Il est difficile cette fois de croire à une « bavure policière ». Beaucoup de questions se posent. De qui viennent les ordres ? Pourquoi ces interventions nocturnes chez des personnalités connues, responsables associatifs ou ancien élu de la République ? Pour l’heure, Pierre Stambul n’a toujours reçu aucune explication ni aucune excuse. Et le préfet est aux « abonnés absents » lorsque Jean-Claude Lefort tente de le joindre au téléphone. Il est grand temps que le ministre de l’Intérieur s’explique.

 

 

Partager cet article
Repost0
9 juin 2015 2 09 /06 /juin /2015 16:56

Ce mardi à l'Assemblée nationale, le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, est revenu sur la situation des migrants présents sur le territoire français. "Nous essayons de les mettre à l'abri lorsqu’ils occupent des terrains illégaux", a-t-il déclaré, avant d'ajouter : "Le gouvernement agit avec humanité et responsabilité" et il a dénoncé en même temps la démagogie et l'irresponsabilité de ceux qui critiquent sa politique. Ben voyons !

 

Il est bon de rappeler ce que disait François Hollande dans une situation relativement identique en 1996. Elle faisait suite à la décision du gouvernement de droite, de faire procéder à l'évacuation brutale de sans-papiers de l'église St Bernard le 23 août 1996; François Hollande réagissant pour le PS déclarait : « On a l'impression que le gouvernement a manqué là d'un évident savoir-vivre, qui aurait été la marque d'un savoir faire sur un dossier difficile. Et dans ces conditions, on est submergé par une vraie émotion et en même temps on se dit que cette intervention des forces ne règle rien. Que va t-il se passer maintenant, comment vont se régler les situations de ces familles ? Le gouvernement en prenant une décision choquante n'a en plus rien réglé ».  Vidéo de cette déclaration.

 

Le gouvernement Hollande-Valls en prenant cette décision choquante n'a en plus rien réglé !

 

Des élus du Front de Gauche, du PCF et d’EELV, faisait un cordon pour protéger les migrants des CRS. Les CRS ont tapé dans le tas, indistinctement.

Partager cet article
Repost0
8 juin 2015 1 08 /06 /juin /2015 18:22

Il y a une quinzaine de jours, je titrais un billet « Quand le PS se moque du monde » et au mois de janvier un autre évoquant « Les faux amis de Syriza ».

 

Finalement, les socialistes sont encore capables de faire pire. Ils tenaient ce week-end leur congrès à Poitiers et devinez qui faisait partie des invités d'honneur du dîner organisé à la mairie de Poitiers autour des dirigeants socialistes ? L'ancien premier ministre grec Georges Papandréou qui a mené dans son pays une politique d'austérité dont le peuple grec est victime aujourd'hui.

 

Comme l'a dénoncé la présidente du parlement grec Zoé Konstantopoulou, présente au Forum européen des alternatives, « la politique d'austérité tue des être humains, tue la société, et tue aussi la démocratie. C'est de notre responsabilité de mettre fin aux politiques mortelles avant qu'elles tuent l'espoir et la génération future » « Il y a un vrai problème au sein de l’Europe, où les forces dites socialistes ont finalement accepté de se soumettre à l’agenda néolibéral. Alors même que parfois les citoyens leur avaient donné un autre mandat. ».

 

Analyse fort juste qui nous concerne également. Hollande n'applique pas le mandat qui lui avait été donné par le peuple de gauche. L'invitation faite à Papandréou correspond finalement à l'ADN du PS, trahir. Voilà pourquoi Stéphane le Foll, porte-parole du gouvernement déclarait il y a peu : « Je sais une chose : il n’y aura pas d’alternative à gauche (en France), la gauche c’est celle qui gouverne aujourd’hui. »

 

Eh bien SI, il y a une autre alternative à gauche, car c'est dans une impasse que nous entraînent les socialistes.

Un des fossoyeurs de la Grèce était invité d'honneur au congrès du PS à Poitiers
Partager cet article
Repost0
6 juin 2015 6 06 /06 /juin /2015 07:07

L’ancien député européen, membre du bureau national sortant du PS, opte pour Syriza plutôt que Marceau Pivert.

 

Liêm Hoang-Ngoc invite ses camarades à rompre les rangs « pour poser les fondations d’une coalition avec les écologistes de conviction et le Front de Gauche ». Cet économiste, ancien député européen et membre sortant du bureau national du parti socialiste, a publié ce midi une tribune en ce sens sur lemonde.fr cosignée par le politologue Philippe Marlière, avec qui il avait créé l’an dernier le Club des socialistes affligés. Du point de vue de la motion B, que soutenait Liêm Hoang-Ngoc, le congrès de Poitiers est un échec, écrivent-ils :

« La fronde, a échoué. Le PS restera contrôlé par ceux qui n’entendent pas remettre en cause le virage néolibéral imposé par le chef de l’État. »

Ce congrès n’a pas non plus été le « congrès de clarification attendu », notent-ils, la direction ayant plagié les propositions économiques de son opposition pour ratisser large et éviter le débat.

« L’aile gauche du PS est désormais au pied du mur » , estiment-ils. Il lui faut choisir entre rester au Parti socialiste ou travailler à construire « une alternative attractive » avec EELV et le Front de gauche. C’est évidemment la voie pour laquelle plaident Liêm Hoang-Ngoc et Philippe Marlière. Cela serait « susceptible de remobiliser, dès les prochaines échéances électorales, le bataillon des électeurs socialistes qui s’abstiennent », écrivent-ils, et « déciderait peut-être » EELV et le Front de gauche « à dépasser leurs différends pour s’entendre, comme les 18 composantes de gauche qui forment Syriza en Grèce ».

Si l’aile gauche du PS choisit de rester dans le vieux « parti d’Epinay à bout de souffle », elle ne parviendra pas à inverser le cours de l’histoire prédisent les auteurs :

« Elle peut certes se prévaloir d’avoir exercer une influence relative dans la mesure où ses thèses ont fini par infuser le texte de la direction. Mais elle sait que la politique qu’elle recommande ne sera pas appliquée. En rentrant dans le rang, la gauche du PS est condamnée à servir de caution à une politique poussant les salariés à la déshérence électorale… et le candidat du PS à l’élimination au premier tour de la prochaine élection présidentielle. »

Il y a un an, en conclusion d’un colloque des Socialistes affligés, Liêm Hoang-Ngoc estimait que les socialistes contestant la politique du gouvernement avaient le choix entre deux stratégies :
- Celle de Marceau Pivert, le leader de historique de l’aile gauche de la SFIO, consistant à peser à l’intérieur du PS pour changer sa ligne et donc celle de la politique du gouvernement.
- Celle de Syriza qui impose de construire du neuf à côté et en confrontation avec le PS pour lui contester sa domination sur la gauche.
La stratégie de Marceau Pivert supposait qu’il soit possible de transformer le PS de l’intérieur. Une hypothèse que le congrès de Poitiers a totalement infirmée, jugent Liêm Hoang-Ngoc et Philippe Marlière.

 

Par Michel Soudais dans Politis

Partager cet article
Repost0
26 mai 2015 2 26 /05 /mai /2015 21:31

Quand le mouvement des Indignés en Espagne se révoltait contre les politiques d'austérité, que pensez vous que pouvait déclarer le PS à ce sujet ?

 

La réponse est dans le tweet ci-dessous. C'était en 2011 et Hollande était en campagne pour l'élection présidentielle. Tout était bon pour récupérer les électeurs de gauche, comme avec le discours du Bourget et son ennemi la finance.

 

C'est comme Bruno Le Roux, président du groupe des députés PS, qui fin janvier se félicitait de la belle victoire de Syriza, une « bonne chose pour l’Europe ». « Nous partageons beaucoup de choses en commun » (sic), avait-il affirmé, énumérant ce qui rapproche selon lui Syriza du PS : la sortie des politiques d’austérité, la mutualisation de la dette...

 

Le PS ose tout, trahir est dans sa nature, c'est même à ça qu'on le reconnaît. D'autres choix sont possibles, les peuples grecs et espagnols nous ont montré la voie.

Quand le PS se moque du monde
Partager cet article
Repost0
21 mai 2015 4 21 /05 /mai /2015 01:43

C’est officiel : conformément à la volonté du ministre de l’emploi (bien mal nommé), les chômeurs seront plus fliqués qu’ils ne le sont déjà. A défaut de faire baisser la courbe du chômage en proposant de véritables emplois aux chômeurs, peut-être réussira-t-il à faire baisser la courbe en en radiant davantage encore.

 

Cette fois, le gouvernement passe la vitesse supérieure en rajoutant une couche de contrôle, avec 200 agents supplémentaires pour effectuer les contrôles (embauches ou nouvelle affectation ?). Sur environ 2 800 000 demandeurs indemnisés en mars, soit même pas un chômeur sur deux, les nouveaux flics de pôle emploi vont avoir du boulot, eux.

 

Mettre la pression sur les chômeurs par ce flicage généralisé, voilà qui incitera peut-être ces salauds d’assistés à accepter des emplois toujours plus précaires et mal payés, conformément à la volonté du Medef, pour qui le marché de l’emploi n’est jamais assez souple à son goût. Dans le même temps, il a été supprimé 200 postes d’inspecteurs du travail chargés de contrôler les entreprises, ça aussi ça doit plaire à Gattaz.

 

Faute de lutter contre le chômage comme Hollande s'y était engagé, le gouvernement socialiste lutte contre les chômeurs.

Partager cet article
Repost0