Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Réagir - Blog militant de joseph coutant
  • : Réagir : S'opposer activement à l'action de qqch, résister. La devise issue de la révolution française "Liberté, Egalité, Fraternité" étant de plus en plus mise à mal, ce blog est un moyen pour moi de faire partager mes réactions sur l'actualité politique, sociale, etc.
  • Contact

Rechercher

Tags

21 juin 2017 3 21 /06 /juin /2017 07:20
Macron et ses députés "godillots" n'auront pas les mains libres pour tout casser
Partager cet article
Repost0
8 juin 2017 4 08 /06 /juin /2017 22:43

Après une longue phase tactique durant laquelle les intentions étaient secrètement gardées, le gouvernement vient d’annoncer, à quelques jours du 1er tour des législatives, sa feuille de route concernant les réformes sur le droit du travail, et ce, parce que un média a dévoilé un document préparé par la direction générale du travail mais tenu secret.

 

Une piètre stratégie a été démasquée, alors que l'objectif de Macron n’est autre que le démantèlement du Code du travail, un des piliers essentiels de notre modèle social, construit pas à pas depuis des décennies et qui rythme, au bas mot, la vie de millions de salariés.

 

Depuis des semaines, le chef de l’État et son gouvernement affirment qu’ils consulteront les syndicats, en vantant les mérites d’une méthode qui ressemble plus, à ce jour à de l’enfumage qu’à de véritables intentions de négocier.

 

Aujourd’hui encore, aucun texte ne précise les mesures concrètes qui seront avancées.

 

Répéter sans cesse que 50 réunions sont d’ores et déjà programmées avec les syndicats sans, toutefois, préciser que pris séparément chacun bénéficiera en tout et pour tout de 3 réunions de 2 heures sur les 3 thèmes décidés, c’est tout bonnement scandaleux.

 

Dissimuler les véritables objectifs, attendre les résultats des législatives, jouer du nombre de rencontres avec les syndicats puis promulguer par ordonnances une reconfiguration d’un Code du travail aux services du patronat, voilà ce qui pourrait nous attendre.

 

Le gouvernement a beau avancer masqué, cela ne laisse guère de doutes sur les mesures envisagées dans la droite ligne de la loi travail ; mesures qui pourraient se révéler beaucoup plus dangereuses que les intentions affichées : en renforçant principalement le lien de subordination des employeurs, en vidant de sa substance les contrats de travail et en ouvrant la possibilité de pouvoir licencier sans ménagement.


La méthode est donc révélatrice de la nocivité du projet.

 

Une possibilité nous est donnée les 11 et 18 juin d'empêcher la violence en préparation contre le droit du travail. Pour cela, il faut empêcher Macron d'avoir une majorité à l'Assemblée nationale et faire élire le plus grand nombre possible de députés communistes et insoumis qui refuseront de voter les habilitations pour les ordonnances et qui porteront des propositions alternatives et de progrès.

 

Après il ne faudra pas se plaindre.

 

Partager cet article
Repost0
31 mai 2017 3 31 /05 /mai /2017 00:58

Le patronat, à qui Myriam El Khomri avait donné satisfaction avec la casse du Code du Travail, doit être satisfait de la nomination de Muriel Penicaud comme nouvelle ministre du Travail chargée de mettre en œuvre le programme du candidat Macron et sa Loi Travail XXL.

 

Directrice générale de Business France, elle a le parcours d'un pur produit du système, enchaînant les postes à responsabilités dans les entreprises cotées en Bourse comme Dassault Systèmes ou chez Danone où elle dirigea les ressources humaines de 2008 à 2013. Elle a également siégé dans les conseils d'adminisrtration à Aéroports de Paris, Orange ou encore la SNCF. Elle déclarait en mars dernier à l'AFP savoir murmurer à l'oreille des dirigeants : « Je parle le même langage qu'eux. Je parle stratégie business avant de parler France ». Si cela rassure le patronat, ça n'a pas de quoi rassurer les salariés.

 

Et son directeur de cabinet, c'est Antoine Foucher, ancien cadre dirigeant du Medef, déjà passé par le cabinet du ministre du travail Xavier Bertrand. Un ancien secrétaire confédéral de FO chargé de l'emploi et de la formation professionnelle pendant 9 ans devient directeur adjoint du cabinet. Stéphane Lardy avait quitté ses responsabilités syndicales pour intégrer l'inspection générale des affaires sociales mi 2016. Prise stratégique que cette nomination d'un syndicaliste ? Il est décrit comme « un réformiste convaincu » et est membre du PS, ceci explique celà. Il y a également l'économiste Marc Ferraci, nommé conseiller spécial auprès de la ministre du Travail. C'est un ami de longue date de Macron, témoin à son mariage.

 

Pierre-André Imbert, l'ancien directeur de cabinet de Rebsamen et concepteur de la loi travail, a été nommé conseiller social à l’Élysée. S'ajoutent Franck Morel, un ancien du cabinet de Xavier Bertrand ainsi que Thomas Fatome, ancien collaborateur de Wauquiez et à présent directeur de cabinet du 1er ministre. Cette équipe de choc a donc pour mission de démanteler le Code du Travail, ou ce qu'il en reste, pour parachever "l'oeuvre" de Myriam El Khomri.

 

Il faut agir contre la monarchie présidentielle, contre un Président qui veut bâillonner le Parlement. Pour cela, nous devons faire élire le plus grand nombre de députés communistes et insoumis qui refuseront de voter les habilitations pour les ordonnances et qui porteront des propositions alternatives et de progrès.

 

Partager cet article
Repost0
1 mai 2017 1 01 /05 /mai /2017 00:15
1er mai 2017, pour le progrès social, la solidarité et la paix
Partager cet article
Repost0
7 avril 2017 5 07 /04 /avril /2017 17:45

 

 

Urgence humanitaire à NIORT, 8 familles immigrées à la rue
Partager cet article
Repost0
1 avril 2017 6 01 /04 /avril /2017 01:02
URGENCE à Niort - Familles immigrées à la rue, manifestation lundi 3 avril à 18 heures Place de la Brèche
Partager cet article
Repost0
29 mars 2017 3 29 /03 /mars /2017 23:17

«On nous raconte que les caisses de l’État sont vides, qu’il y a une dérive insupportable des dépenses publiques. C’est une contre-vérité ». Voilà les propos que tenait l’économiste Dominique Plihon, lors de la présentation du rapport « Rendez l’argent ! », réalisé par Attac. Ce rapport présente six propositions pour « récupérer » plus de 200 milliards d’euros d’argent public en France et par an.

 

Oxfam, association de solidarité internationale, rappelle qu'en France, la perte due à l’évasion fiscale des entreprises et des particuliers est estimée entre 60 et 80 milliards d’euros, soit plus que le budget de l’Éducation nationale. Pour les pays en développement, l’évasion fiscale des multinationales se chiffre à plus de 100 milliards de dollars par an. En refusant de payer leur juste part d’impôt, les grandes entreprises, dont les banques, privent les États de recettes fiscales nécessaires aux financements des services publics.

 

Faut-il rappeler qu'en France, 9 millions de personnes vivent sous le seuil de pauvreté ! Qu'il y a plus de 140 000 SDF dont plus de 30 000 enfants ! Qu'il y a plus de 6 millions de chômeurs ! Le journal La Croix publiait il y a un peu plus d'une semaine les noms des personnes, adultes ou enfants, morts dans les rues de France en 2016. Ils sont au nombre de 501, et probablement bien plus nombreux assure le journal. La liste comprend 46 femmes et 11 mineurs (6 avaient moins de 5 ans).

 

La même semaine le magazine économique américain Forbes publiait le classement des milliardaires français en 2017, au sein d’un palmarès mondial qui recense précisément 2 043 personnalités. La richesse nette totale de l’ensemble des « heureux élus » s’élève à 7 670 milliards de dollars, soit une progression conséquente de l’ordre de 18 % par rapport au palmarès 2016.

 

Pour les entreprises du CAC 40, les résultats sont exceptionnels. Le CAC 40 a généré un profit de 75,8 milliards d'euros en 2016. Les grands groupes français retrouvent leur niveau de 2012. Au fait, le taux réel d'impôt sur les sociétés du CAC 40 n'est que de 7% alors qu'il est de 30% pour les PME.

 

Alors disons NON aux Fillon, Macron ou Le Pen qui s'en prennent aux dépenses publiques et disent qu'il y a  trop de dépenses en solidarité (eux emploient le mot assistanat). Utilisons lors de la présidentielle le bulletin Jean-Luc Mélenchon qui veut redonner le pouvoir au Peuple et s'attaquer résolument à cette finance qui dicte ses lois dans notre économie. OUI à une autre répartition des richesses. 

 

 

NON il n'y a pas trop de dépense publique, l'argent il y en a, à condition de le prendre où il se trouve
Partager cet article
Repost0
27 mars 2017 1 27 /03 /mars /2017 09:52

Comment ne pas se souvenir de la catastrophe du Rana Plaza en 2013 au Bangladesh, cet immeuble abritant plusieurs milliers de travailleurs du textile qui s'était effondré, entraînant la mort de 1135 ouvriers et ouvrières.

 

Cette catastrophe avait alerté l'opinion publique internationale sur les conditions de travail qui sévissent dans ces usines textiles, où majoritairement de très jeunes femmes fabriquent les vêtements commercialisés en Europe et en Amérique du Nord. Du côté des donneurs d’ordres, plus de 150 marques ont depuis signé l’Accord sur la sécurité des usines textiles au Bangladesh, en association avec les syndicats nationaux et internationaux, et sous l’égide de l’Organisation internationale du travail (OIT). Malgré l'Accord (prévoyant l'indemnisation des victimes entre autre), des grands groupes français refusent encore catégoriquement de participer à la compensation des victimes, et les fondements du système d'exploitation sont toujours intacts (des prix bas, des gros volumes, des délais très courts ).

 

Un texte de loi adopté par l’Assemblée nationale le 21 février, au terme d’un marathon législatif de quatre ans, enjoignait les entreprises françaises ou installées en France d’au moins 5 000 salariés (10 000 pour les filiales de groupes étrangers) à établir un plan de vigilance pour « prévenir les atteintes graves » de leurs filiales, sous-traitants et fournisseurs, aux droits de l’homme et à l’environnement. Dans le cas contraire, elles encouraient jusqu’à 10 millions d’euros d’amende, voire 30 millions si l’absence de plan débouchait sur un préjudice (pollution d’un cours d’eau, accidents du travail…), avec publication possible de la sanction.

 

Mais, car il y a un mais, et c'est une déception pour les ONG qui militaient depuis des années pour la mise en œuvre du texte, le Conseil constitutionnel a largement retoqué jeudi 23 mars cette loi « relative au devoir de vigilance des sociétés mères et des entreprises donneuses d’ordre ». Le Conseil constitutionnel a « déclaré contraires à la Constitution les dispositions de la loi prévoyant des amendes ». Les entreprises – 150 à 200 d’entre elles devaient être concernées – étaient farouchement opposées au texte. Une soixantaine de députés Les Républicains (LR) et autant de sénateurs LR avait saisi le Conseil constitutionnel, estimant, comme le Medef, que cette loi allait « nuire à la compétitivité ».

 

La loi mentionnait « les atteintes graves envers les droits humains et les libertés fondamentales ». Une formulation jugée trop vague par le Conseil constitutionnel. « Le principe d’égalité des délits et des peines impose de délimiter une infraction en termes suffisamment clairs et précis ». Il a donc « censuré les dispositions relatives à l’amende civile ».


 

C'est bien pourtant en les touchant au portefeuille que ces grands groupes seraient un peu plus respectueux des conditions de travail. Dans le cas présent, le Conseil constitutionnel a plus écouté le Medef que les ONG défendant les ouvrier(e)s victimes de l'exploitation capitaliste.

Partager cet article
Repost0
23 mars 2017 4 23 /03 /mars /2017 16:38

C'est un cas qui représente un manque à gagner pour l'Urssaf de 10 à 12 millions d'euros. Qui se cache derrière ce cas ?

 

Ce sont des tricheurs, mais ce ne sont pas ceux que la droite et l'extrême droite qualifient de « cancer de la société française », au point de vouloir éradiquer la fraude en élaguant les droits sociaux des bénéficiaires de la solidarité nationale.

 

La triche dont je parle ici concerne Bouygues TP, filiale de travaux publics du géant français de la construction. Entre 2009 et 2011 Bouygues TP a employé 163 travailleurs polonais sur le chantier du réacteur nucléaire EPR de Flamanville sans les avoir dûment déclarés. Bouygues n'était pas la seule société concernée puisque en juillet 2015, cinq entreprises dont deux filiales de Bouygues avaient été condamnées pour du travail dissimulé concernant quelque 500 salariés originaires de Pologne et surtout de Roumanie.

 

Bouygues TP avait fait appel de sa condamnation pourtant faible en première instance (25 000 euros). Lundi dernier, la cour d'appel de Caen a confirmé la condamnation prononcée en juillet  2015, à l’encontre de Bouygues, aggravant la sanction de 25 000 à 29 950 euros. OUAAAAAAAAH !!!

 

Non seulement l'Urssaf ( qui ne s'était pas portée partie civile ) est spoliée, mais comment ne pas être sidéré devant la clémence d'un tel jugement. Avec des montants d’amendes aussi dérisoires envers un groupe qui déclare des centaines de millions d’euros de résultat net, ce n'est certainement pas dissuasif.

 

L'explication ? Que Bouygues puisse toujours soumissionner aux appels d'offres des marchés publics, ce qui est impossible en cas de condamnation supérieure à 30 000 euros.

 

Selon que vous soyez puissant ou misérable, les jugements de cour vous rendront blanc ou noir.

 

Partager cet article
Repost0
21 mars 2017 2 21 /03 /mars /2017 15:39

La chronique d'Audrey Vernon du vendredi 17 mars n'est pas disponible à la réécoute sur le site de France-Inter. On ne la retrouve pas non plus en pod-cast. Serait-elle dérangeante ?

 

Elle parlait du suicide d'un cheminot. Il était âgé de 42 ans, et « s’est jeté sous un train » gare Saint-Lazare à Paris. Le cheminot prénommé Edouard était délégué du personnel Sud-Rail. Il avait par ailleurs un statut de travailleur handicapé lié à des « problèmes psychologiques ». Selon Sud-Rail, ce cheminot aurait subi durant « plusieurs années » des attaques de la part d’ « une direction qui ne supportait pas son engagement syndical ». Selon le syndicat, « un conseil de discipline l’avait condamné à un dernier avertissement avant licenciement, avec 12 jours de mise à pied et à un déplacement disciplinaire pour avoir eu un "regard menaçant" envers son directeur » précise le syndicat.

 

A la suite de la page France-Inter indiquant l'indisponibilité à la réécoute, voir le verbatim de la chronique d'Audrey Vernon censurée par France Inter et reprise sur le site de Sud-Rail.

La page France-Inter

La page France-Inter

Le billet d’Audrey Vernon du 17 mars 2017

 

Je suis bien embêtée Eric, je pars en tournée, tout à l’heure en train… et la direction de la SNCF fait rien qu’à tuer des cheminots… ça va pas la tête… 
2 la semaine dernière, un accident du travail et un suicide… Bravo, moi je vous le dis tout net, je sais pas conduire les trains alors comme ce soir je dois être à Thionville à 20h30… ce serait bien que vous fassiez un peu gaffe aux gens … Vous savez les gens c’est… Les trucs dont s’occupe la DRH.

Les dirigeants des entreprises publiques en ce moment, ils font pas gaffe aux travailleurs… 

Leur objectif à la SNCF, La Poste ou l’Hopital, c’est plus de faire rouler les trains, envoyer des lettres ou soigner des gens… 

Non leur objectif c’est d’être rentables comme une entreprise privée … moi je les comprends, j’adore l’argent… Et les services c’est pas rentable… C’est un truc de scouts… 

Aider une vieille chinoise à la poste à remplir son recommandé, on a beau retourner le truc dans tous les sens, c’est pas rentable… (quand je dis « le truc », je parle du problème, c’est pas la vieille chinoise qu’on retourne).
Nettoyer un vieux à l’hôpital pour la troisième fois de la journée, c’est pas rentable… permettre aux gens de se déplacer, c’est définitivement pas rentable…

Du coup ils essaient de presser les travailleurs pour voir ce qui sort.. Peut être de l’or !

La semaine dernière un cheminot qui s’appelait Edouard s’est suicidé en se mettant la tête sur les rails. Il avait 42 ans… Il était syndicaliste… et harcelé par sa direction.
Il n’avait plus de poste, allait être muté et sanctionné, il avait fait un truc très grave, il avait « soutenu le regard »

Alors ses chefs messieurs Théboul, Huteau et Dérousseaux (c’est leur noms, pas une contrepèterie) l’ont convoqué en conseil de discipline. 

Je savais pas qu’adulte on pouvait passer en conseil de discipline… 
J’espère qu’on va pas revenir au bonnet d’âne et aux coups de règles sur les doigts

Vous allez me dire peut être qu’il abusait aussi qu’il se battait pour un jet, une piscine à bulle et un salaire de pdg… 
Même pas !! Il se battait juste pour que les temps d’habillage et de déshabillage soient comptés dans le temps de travail… comme les strip teaseuses.

J’étais gare st Lazare assister au rassemblement en hommage à Edouard, là où il travaillait, là où il s’est tué, C’était beau et triste, mercredi dernier, quai numéro un, tout le monde est allé jeter une fleur sur les rails à l’endroit même où il avait posé sa tête. 

Un rayon de soleil a éclairé ce matin gris, des trains sont passés, faisant hurler leurs sifflets… 

Sa fille qui est infirmière en gériatrie a écrit un texte dans lequel elle dit qu’elle avait été heureuse d’avoir un papa si jeune parce qu’elle pensait pouvoir en profiter longtemps. 

Je voudrais dire aux infirmières, aux cheminots et aux postiers… que Je ne sais ni conduire un train, ni faire un garrot, que je suis nulle en vélo… 

C’est vous qui faites tourner le monde… s’il vous plait, continuez… arrêtez de vous suicider…

Partager cet article
Repost0