Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Réagir - Blog militant de joseph coutant
  • : Réagir : S'opposer activement à l'action de qqch, résister. La devise issue de la révolution française "Liberté, Egalité, Fraternité" étant de plus en plus mise à mal, ce blog est un moyen pour moi de faire partager mes réactions sur l'actualité politique, sociale, etc.
  • Contact

Rechercher

Tags

29 décembre 2009 2 29 /12 /décembre /2009 15:14
Extrait de :  "Le travail de l'image, une série de Gérard-Paris Clavel" pour l'Humanité


lingot-pave.jpg


Question de l’image : Plaisir d’offrir ou joie de recevoir ?


Elle n’est pas périmée, archaïque, caduque, antédiluvienne ou obsolète. Les manœuvres sont en cours, le moteur de l’Histoire rugit encore. Deuxième fortune mondiale selon le classement annuel de Forbes, le multimilliardaire spéculateur américain Warren Buffett nous le dit très platement : « Il y a une guerre des classes, c’est un fait, mais c’est ma classe, la classe des riches, qui mène cette guerre et nous sommes en train de la gagner. » Et pendant ce temps, de notre côté, on chuchote et on pétoche : alors que le capitalisme se camoufle en néo-libéralisme pour mieux masquer, derrière la pseudo-liberté qu’il affiche, le conflit social, toutes les tactiques d’évitement mènent à notre perte. Il faut reformuler la lutte des classes.



Partager cet article
Repost0
17 décembre 2009 4 17 /12 /décembre /2009 22:54

Les conditions climatiques ont fait exploser les demandes de logement d'urgence adressées aux associations de secours et aux sans-abris.

 

Il y aurait toujours des sans-abris dans notre beau pays ? Pourtant, un candidat à l’élection présidentielle en campagne à Charleville-Mézières le 18 décembre 2006, voulait s’il était élu, que plus personne ne soit obligé de dormir sur le trottoir et d'y mourir de froid.

 


Sarko: plus de SDF dans deux ans!

 


Je ne rêve pas, il a bien été élu président. Mais alors, les 360 décès de SDF de 2008, et les 327 morts recensés cette année, ça passe au bilan pertes et profits ? Emmaüs estime à plus de trois millions le nombre de mal-logés et à 100.000 celui des sans-abri en France.

 

A la décharge de notre président, il ne peut pas subvenir à tous les nécessiteux. Il a déjà fait beaucoup pour certains d’entre eux depuis son élection :

 


 

C’est ça l’identité nationale ?


Partager cet article
Repost0
15 décembre 2009 2 15 /12 /décembre /2009 21:24

Le rapport établi par le cabinet d'expertise Technologia, auquel ont répondu 80 000 des 102 000 salariés français montre "une photographie très noire" du groupe selon les syndicats. le rapport déplore un "ressenti global très dégradé", une "fragilisation de la santé physique et mentale de certains salariés" et pointe une "ambiance de travail tendue, voire violente".

Le PDG du groupe Didier Lombard et le numéro deux Stéphane Richard n'étaient pas présents à la remise du rapport. Ils ont toutefois réagi en fin de journée, reconnaissant "une photo sans concession, mais sans surprise qui confirme les constats" établis par la direction.

La direction accuse le coup, et sa représentante Carole Froucht, présidente du comité de pilotage paritaire chargé de l'audit sur le stress, déclarait sur France-Inter accepter ces conclusions : « Ce constat est un constat qui est très fidèle à la réalité et qui correspond exactement à ce que l’on pouvait anticiper c’est un audit qui est sans concession, qui est pertinent et qui nous permettra d’avancer dans les solutions à cette crise que notre entreprise connaît. »

« Constat qui correspond exactement à ce que l’on pouvait anticiper » dit cette représentante de la direction. « Photo sans surprise » selon Didier Lombard qui avait osé parler de « mode du suicide » il y a quelques temps. Eh bien si c'était si évident, tous ces suicides de chez Orange France Télécom leur sont imputables pour non assistance à personnes en danger.


Et pourtant, Didier Lombard est toujours en place avec en plus le soutien du ministre du travail Xavier Darcos !

 

 

Partager cet article
Repost0
1 novembre 2009 7 01 /11 /novembre /2009 17:18
Un coup de gueule qui fait du bien, celui de Xavier Mathieu le délégué CGT de Continental dont j'ai déjà eu l'occasion de parler sur mon blog, lors de la scandaleuse condamnation des Conti et lors de leur rencontre à la fête de l’huma 2009.

Invité dans l'émission de France Olivier Gisbert vendredi dernier, il a parlé en représentant de la classe ouvrière. Oui je dis bien classe, car comme il le souligne, de quoi parlait les autres, les Attali, Baverez etc. De fric, de bourse, d'actions, quand Xavier Mathieu parlait d’humanité, de fraternité, de partage. Ce qui l’anime aujourd’hui, c’est quelque chose qu’il n’avait pas au fond de lui-même il y a sept mois, c’est l’esprit révolutionnaire. Oui c'est bien d'un problème de  lutte de classes dont il s'agit. L'être humain qui ne demande qu'à vivre simplement de son travail, où qu'il soit sur notre planète, face à des êtres qui n'ont que l'idée de toujours plus de profits, même si c'est en détruisant l'être humain.


Partager cet article
Repost0
8 octobre 2009 4 08 /10 /octobre /2009 11:24

Selon un sondage BVA publié pour la Tribune et BFM, 70% des français trouvent « justifiée » cette journée d’actions du 7 octobre 2009 sur le thème de la lutte « pour le travail décent ».

Parler de « travail décent », c’est parler salaires, emploi, conditions de travail.

Les drames que subissent les salariés de France-Télécom (entre autres) sont le symbole de ce monde capitaliste inacceptable, que les pressions aboutissent à ce que des salariés « perdent leur vie à la gagner ».

Le diaporama de la manifestation niortaise.

 


Partager cet article
Repost0
7 octobre 2009 3 07 /10 /octobre /2009 22:11

La Confédération Syndicale Internationale avait décidé de faire du 7 octobre une journée d'action mondiale pour le travail décent. Ce sont plus de 312 syndicats regroupés dans 157 pays qui se sont mobilisés ce mercredi, des salariés, retraités et exclus qui affrontent la même crise et veulent construire un avenir plus sûr, plus solidaire, plus respectueux.

 

A Niort au moins 500 manifestants avaient répondu à l’appel de l’ensemble des organisations syndicales à l’exception de FO. Le défilé a emprunté un parcours inhabituel mais oh combien symbolique. Parti peu après 12 h de la place de la Brèche, le défilé a fait cinq étapes avec une prise de parole à chaque fois, en lien avec les lieux de ces arrêts. Premier arrêt devant une agence bancaire (BNP Paribas), puis devant La Poste centrale de Niort, ensuite devant le siège du Medef, avant dernière étape devant l’agence France Telecom et pour terminer devant la DDASS.

 

Si le droit à un travail décent pour tous était à l’ordre du jour, l’augmentation des salaires, des retraites et des minimas sociaux faisait aussi partie des revendications. Les licenciements se poursuivent, les pressions sur les salariés sont de plus en plus fortes pour satisfaire les exigences des actionnaires, les jeunes ne trouvent pas d’emploi mais le gouvernement s’apprête à remettre en cause l’âge de la retraite, le mal-être au travail se généralise. Continuerons nous longtemps d’accepter le mépris de ce gouvernement à l’égard des salariés ? Les dirigeants nationaux des confédérations syndicales vont-ils arrêter de se prêter à ces mascarades qui constituent les rencontres avec Sarkozy à l’Elysée, et pour quel résultat ?

 

Seul un durcissement des actions permettra d’obtenir des avancées et de bousculer le règne de l’argent roi. Dans le contexte économique et social difficile, nous étions aujourd’hui 500 manifestants a relever la tête à Niort, il faudra être bien plus nombreux, à moins de considérer que tout va bien.

 

Quelques photos de la manifestation avant la publication très prochaine du diaporama de cette manif.

 

Devant La Poste centrale, NON à la privatisation

 

 

Devant le siège du MEDEF

 

 

 

 

Devant l'agence France Télécom où les manifestants ont observé une minute de silence à la mémoire des salariés qui se sont suicidés. Lombard, démission !

 

 

 

 

Devant la DDASS

 


Fin de manif avec l'Internationale

 

 

 

Partager cet article
Repost0
6 octobre 2009 2 06 /10 /octobre /2009 11:07
Les organisations syndicales CGT, SUD, FSU, CFDT, UNSA, CFTC et CGC, appellent les salariés, retraités et privés d’emploi, à participer massivement à la journée d’actions et de manifestations du 7 octobre.


Contrairement à ce qu’affirme le gouvernement, la crise n’est pas finie. Si la spéculation financière est repartie à la hausse notamment sous la houlette des banques, le chômage continue d'augmenter. Si les carnets de commandes des entreprises sont vides, c’est parce que la consommation des ménages ne repart pas. La consommation ne repartira pas tant que les salaires, pensions et minima sociaux ne seront pas augmentés.

 

 

Augmenter les salaires, retraites et

Minima sociaux pour relancer l’emploi


Améliorer les conditions de travail

 

Cette journée se déroule  dans le cadre de la journée mondiale pour un travail décent.

 

Alors n’hésitez pas : rejoignez le camp de ceux qui relèvent la tête, le camp de ceux qui ne veulent pas payer la crise, qui veulent une société plus juste.

 

 

Tableau des initiatives et manifestations recensées au niveau des départements

 

 

Partager cet article
Repost0
20 septembre 2009 7 20 /09 /septembre /2009 22:02

Suite à mon article 23ème suicide chez France Télécom, une fidèle lectrice m'invitait à "mettre un lien pour permettre à ceux que ça intéresse, de lire ce magnifique article en entier sur mon blog"

Il s'agit d'un article de Claude Tedguy, philosophe et psychanalyste, animateur de l’Université libre et populaire des lettres, des sciences et des arts. Cet article est paru dans une tribune libre de l'Humanité du 18 septembre.


 

Le suicide... maladie contagieuse ?


Les temps se suivent et parfois se ressemblent, parce que l’indifférence au malheur et au désespoir est un ingrédient qu’on ne peut et qu’on ne veut pas éradiquer. On n’aime pas parler de suicide, de mort et encore moins de la manière et des moyens d’y arriver… Sentiment de gêne, sensation d’être dérangé par des mots qui frappent, peut-être… Mais cela va plus loin que les mots. Car derrière les mots se cachent des histoires vraies. Laissons les notions philosophiques du suicide comme « seul problème philosophique sérieux », d’après Camus. Ou encore « Amour de vivre… qui n’existe pas sans désespoir de vivre. » Ou le fait, d’après Landsberg, que « l’homme est l’être qui peut se tuer, mais qui ne doit pas le faire ». Et tenons-nous en à ce qui de toujours a été une des causes irréfutables du suicide : le sentiment d’inutilité et l’incapacité à surmonter des difficultés qui sont cliniquement et scientifiquement parlant un prélude à la dépression : baisse du tonus physicopsychique qui se manifeste par la lassitude, un sentiment d’impuissance et de mélancolie… menant à l’ultime moment : « Je ne suis pas capable, j’abandonne, je baisse les bras »… et le passage à l’acte. Ce n’est pas un hasard si la société dite de consommation a multiplié par deux cents les suicides, chez les jeunes en particulier. Ce n’est pas un hasard si, à force de vouloir être performant, on en devient malade… à force de repousser les limites du possible. L’ouvrier stakhanoviste de la défunte Union soviétique n’existe pas et n’a peut-être jamais existé. Ce n’est pas un hasard si on laisse planer une épée de Damoclès sur la tête des travailleurs en disant sans le dire que seuls « les meilleurs » seront sauvés… En fait il n’y a ni pires ni meilleurs, mais une exploitation de la peur de se retrouver « au placard », qui donne les résultats que l’on connaît. Ce n’est pas un hasard que de vouloir générer compétition, envie, jalousie… pour obtenir plus de rentabilité, jusqu’à ce que mort s’ensuive !

Et ce n’est pas un hasard non plus si, une fois déclenchée, la contagion suicidaire se répand comme une tache d’huile… Souvenons-nous de Jan Palach le 18 janvier 1969, et de la vague de suicides que sa mort entraîna chez les jeunes à travers le monde : Jan Palach se suicide par le feu à Prague, et un étudiant du lycée Faidherbe se suicide à Lille… « en protestation contre la violence », dira-t-il. Un autre étudiant écrira qu’il se suicide « en raison des guerres et de la folie des hommes »… Une petite lycéenne se suicide rue Agar à Paris (16e), un ouvrier à Sochaux… et le Monde rapporte ainsi à cette époque, par des communiqués laconiques et discrets, des morts qui n’en finissent pas de nous interpeller aujourd’hui comme hier… comme nous interpellent les suicides de France Télécom. Mais nous n’aimons pas être interpellés. Les pouvoirs politiques n’aiment pas qu’on leur rappelle qu’un homme n’est pas une machine, ni à produire, ni à consommer, ni à concourir. Les structures même de notre société sont mises en cause dans tous les domaines. Et des hommes, des femmes et des enfants meurent, que nous avons poussés à la mort par notre indifférence et notre silence complice. Tristes individus que nous sommes, préoccupés de sauver notre tête. Tristes et pauvres individus que nous sommes, de ne pas comprendre que ce sont nos enfants d’aujourd’hui et de demain que nous envoyons à la mort. Sommes-nous tous des assassins ?… Il ne faut pas croire que le suicide est simplement une protestation désespérée. C’est parfois, comme aujourd’hui, un crime perpétré indirectement par ceux qui ont décidé de manipuler l’être humain à outrance en l’isolant dans son travail afin que sa solitude soit plus grande, et plus faible sa force de résistance, grâce à la dissolution des structures collectives. Car c’est un fait qui ne date pas d’aujourd’hui : on abat mieux ceux qu’on a isolés que ceux qui sont en groupe ou en meute. Il faut le dire et réveiller les consciences. Car la mort ne purifie rien. C’est l’échec de la vie. Et la victoire hypocrite de ceux qui, comme l’autre, s’en lavent les mains. Mais tout cela a une odeur de sang.

Claude Tedguy

 


Partager cet article
Repost0
15 septembre 2009 2 15 /09 /septembre /2009 18:15

A l’heure où l’on nous parle de la privatisation du service postal, on peut constater les dégâts humains qu’entraînent ces privatisations. Après avoir longtemps ignoré, minimisé, colmaté à peu de frais les dégâts provoqués dans le personnel par les restructurations permanentes, la direction de France Télécom est rattrapée par la réalité.

Au titre de la performance, de la rentabilité (dans le système capitaliste, il n’y a que ce mot à la bouche), ce sont des restructurations à n’en plus finir. En moyenne, les agents de France Télécom subissent un changement de métier ou de lieu de travail tous les six mois. Ces changements permanents sont délibérés, pour inciter le personnel, en majorité fonctionnaire et non licenciable, à partir « volontairement ». Voilà aussi où mène la privatisation sans compter la dégradation du service à la clientèle. Car oui, c’est aussi de cela qu’il s’agit, la privatisation mène toujours a la rentabilité pour les actionnaires, quand bien même c’est au prix de la dégradation du service à la clientèle.

Vendredi à Paris, une jeune femme cadre de trente-deux ans, employée au service recouvrement d’Orange, dans le 17e arrondissement, est décédée après s’être défenestrée, au sortir d’une réunion portant sur la réorganisation de son service. Elle venait d’apprendre qu’elle changeait de chef, après avoir déjà subi, en juin, une mutation de Courbevoie à Paris. C’est le 23ème suicide chez France Telecom en 18 mois.

Il n’y a pas grand-chose à attendre, car côté direction, l’heure est aux condoléances, mais pas au changement de cap. Sur les mesures à prendre, le DRH s’en tient aux annonces de la semaine dernière : l’entreprise va chercher à détecter les « salariés fragiles » avec l’idée de faire repérer par les managers, à savoir les mêmes qui appliquent les décisions de la direction. Quant à stopper les réorganisations « C’est inenvisageable, ou alors la concurrence doit être gelée et la technologie cesser d’évoluer », assène le DRH, qui ose affirmer que « la mobilité s’est faite, pour l’immense majorité des salariés concernés, sur la base du volontariat ». Mais quelle est la marge de manoeuvre d’un agent dont le service ferme ou dont le poste est supprimé ?

Il n'est pas supportable d'imaginer qu'au 21ème siècle, on puisse perdre sa vie à la gagner.



Partager cet article
Repost0
14 septembre 2009 1 14 /09 /septembre /2009 17:25
N'étant pas encore rentré de la fête de l'Huma, il faudra attendre un peu pour en avoir mon résumé. Mais il y a eu des moments forts, notamment la rencontre avec des salariés de Continental, dont quatre parmi les six condamnés, avec à leur tête Xavier Mathieu.

Sa prise de parole a été remarquable, et j'ai aimé le parallèle qu'a fait
Robert Guediguian, réalisateur du film qui va sortir mercredi "L'Armée du Crime" en parlant des héros qu'étaient les Manouchian et ses camarades et considérant que Xavier Mathieu était aussi en quelque sorte un héros dans cette lutte des Continental.

Quelques photos des Conti lors de la rencontre au stand des amis de l'huma.

 





A la gauche sur la photo, l'avocate des Conti.




Le délégué CGT Xavier Mathieu


Rendez-vous pour une manifestation le 17 septembre devant la Bourse à Paris.

Partager cet article
Repost0