Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Réagir - Blog militant de joseph coutant
  • : Réagir : S'opposer activement à l'action de qqch, résister. La devise issue de la révolution française "Liberté, Egalité, Fraternité" étant de plus en plus mise à mal, ce blog est un moyen pour moi de faire partager mes réactions sur l'actualité politique, sociale, etc.
  • Contact

Rechercher

Tags

14 février 2014 5 14 /02 /février /2014 23:09

En voyage aux Etats-Unis cette semaine, François Hollande était accompagné d'une délégation avec la présence du patron du Medef, Pierre Gattaz. Je ne sais pas si dernier arborait toujours son pin's annonçant 1 million d'emplois, toujours est-il que ce voyage aux frais de la République ne l'a pas freiné dans ses déclarations. Le patron des patrons a déclaré à la presse qu'il rejetait toute idée de contreparties aux 30 milliards d'euros d'allègements de charges proposés dans le cadre du pacte de responsabilité. Pierre Gattaz a ensuite précisé ses propos, indiquant qu'il pourrait accepter des objectifs chiffrés à la condition qu'ils ne soient pas contraignants. Des cadeaux , des cadeaux, mais surtout pas de contraintes. Et il sait qu'il peut compter sur le social-libéral Hollande. Pourquoi dis-je social d'ailleurs, je pourrais me contenter de libéral.

 

Durant ce déplacement, Hollande a fait les yeux doux aux entrepreneurs. N'a t-il pas fait une accolade affectueuse à Carlos Diaz, le fondateur du mouvement des pigeons en France qui avait fait reculer le gouvernement sur l'application d'une taxe sur les revenus de cession des actifs. A présent implanté dans la Silicon Valley, ce patron de start-up a délivré un message tout ce qu'il y a de plus libéral, vantant la flexibilité. « Le jour où les français comprendront qu'être capable de débaucher les gens ça permet de les embaucher très très vite … Ici je peux embaucher 15 personnes demain parce que je peux les débaucher le lendemain. » Tout ça méritait bien une accolade.

 

Comme l'écrivait un lecteur dans le courrier de Télérama, « Financiers, entrepreneurs, libéraux … vous qui désirez tant " faire baisser le coût du travail ", la solution existe et elle a fait ses preuves : au diable la timidité, osez l'esclavage ! »

 

Partager cet article
Repost0
13 février 2014 4 13 /02 /février /2014 17:13

Voici l’intégralité de la lettre de cette femme de 48 ans qui interpelle sur l’enfer quotidien de la pauvreté et décrit les extrémités auxquelles elle est poussée pour subvenir à ses besoins. Une existence intenable qu’elle raconte dans une lettre adressée aux médias et aux élus, lettre publiée dans l'Humanité du 11 février. C'est aussi cela la France d'aujourd'hui !!! Une France où les inégalités sont chaque jour plus criantes. Je publiais il y a quelques jours un billet sur cette France en tête du classement des millionnaires et où les actionnaires du CAC40 ont empoché 42,6 milliards d'euros en 2013.

 

OBJET : DÉSESPOIR

Mesdames, Messieurs,

Je suis âgée de 48 ans. Je vis seule. Je suis en recherche d’emploi depuis janvier 2013. Je bénéficie d’une reconnaissance de travailleur handicapé.

Depuis le début de mon indemnisation Assedic, je perçois environ 680 euros mensuels, ainsi que 110 euros d’APL pour mon loyer. (Une vraie richesse, vous allez me dire.) Je me fais aider ponctuellement par les services sociaux de Guéret pour les factures. Pour l’alimentaire, c’est plus compliqué : je suis au-dessus des minima sociaux, donc ne peux bénéficier d’aucune aide alimentaire.

Mon ARE a pris fin le 9 janvier dernier. J’ai fait une demande d’ASS, mon dossier est en examen à Pôle emploi. Je vais percevoir pour janvier 201 euros d’Assedic. En attendant la décision de me l’octroyer ou pas. Si c’est positif, je percevrai environ 450 euros mensuels – si c’est négatif, je devrai faire une demande de RSA auprès de la CAF. Donc refaire un nouveau dossier et patienter pour l’examen de celui-ci. Donc pour le mois de février, je vais devoir vivre avec 201 euros ?

QUESTIONS :

Comment je paye mon loyer ce mois-ci ? Loyer de 230 euros.

Comment je paye mon EDF ? J’ai déjà un retard de facture avec menaces de coupure. Environ 350 euros.

Comment je paye mes assurances voiture et maison ? 48 euros.

Je vais juste être dans l’incapacité à régler l’ensemble de mes factures, une fois de plus, et me retrouver, une fois de plus, dans le rouge auprès de mes créanciers. J’ai subi une expulsion en août 2012, je pense que je vais de nouveau droit dans le mur…

Je suis diabétique sous insuline, je dois avoir une alimentation dite équilibrée, ça sera dans une autre vie car maintenant c’est complètement impossible.

Il y a déjà bien longtemps que je ne mange pratiquement plus de viande, poisson – on s’y fait.

5 légumes et fruits par jour – bon là, je suis obligée de rigoler, les fruits et légumes s’éloignent eux aussi de mon alimentation.

Faites le compte de ce qu’il reste pour la nourriture et de ce qu’il faut que je mange pour avoir une ration normale à la vue de mon diabète et vous allez faire vite le tour.

Je suis résignée, je ne fais qu’un repas par jour, en général le soir, et puis voilà, on en meurt pas – je mets juste ma santé en jeu par ce mode de fonctionnement alimentaire, mais comment faire autrement ?

Je ne bois pas, je ne fume pas, je n’ai aucune activité extérieure payante, je ne fais pas le shopping toutes les semaines, je ne pars pas en vacances, j’ai tout réduit au minimum syndical.

Je suis une femme de mon temps, un brin féministe, et j’ai dû cette année utiliser une action qui porte le nom de Prostitution. Pas pour aller boire un coup ou au restaurant. Non, juste pour remplir mon frigo car je crevais de faim. Laisser sa fierté dehors, ne plus se sentir humaine, juste un objet, et après réussir à se regarder en face sans vomir. Mais cet argent difficilement acquis m’a redonné souvent de la joie en voyant mon frigo de nouveau plein. Pas vraiment le choix…

Malgré la maladie, je suis une personne courageuse, très motivée, je ne veux simplement, comme 5 millions de chômeurs, je crois, qu’un emploi. Un salaire de 1 200 euros net mensuels m’irait très bien. Pas de contrats aidés – véritable fumisterie et escroquerie – non, juste un job pour me sentir une humaine digne – pour vivre comme beaucoup, simplement. J’ai une formation de secrétaire et de multiples expériences dans d’autres emplois. J’accepterai n’importe quel emploi en adéquation avec ma maladie. À 48 ans, célibataire, sans enfant à charge, possédant le permis et un vieux véhicule, je me sens totalement prête à reprendre une activité…

Voici le résumé de ma vie et j’espère que vous aurez pris le temps de me lire entièrement.

Ce qui me rend encore plus triste, c’est qu’en Creuse, je ne dois pas être la seule, combien de personnes qui souffrent ?

QU’EST-CE QUE JE DOIS FAIRE ?
 

Je vous prie d’agréer, Mesdames, Messieurs, l’expression de mes sincères salutations.

 

 

Partager cet article
Repost0
6 janvier 2014 1 06 /01 /janvier /2014 01:15
Retraites : La ministre Marisol Touraine voit un progrès là où il y a recul

C'est en toute discrétion médiatique qu'un vote important pour l’avenir des travailleurs a eu lieu mi-décembre à l’Assemblée nationale. Il s’agissait de voter, ou pas, la réforme des retraites proposée par le gouvernement Hollande - Ayrault. Réforme qui prévoit l'allongement de la durée de cotisations à 43 ans.

Durant tous les débats parlementaires, les députés communistes et du Front de gauche se sont opposés à cette réforme comme ils s'y étaient opposés au côté de certains syndicats de salariés dans la rue. Ce que le PCF refusait sous Sarkozy et Fillon, il le refuse également sous Hollande – Ayrault.

« Quand on vit plus longtemps, on peut travailler plus longtemps ! » C’est ce qu'a déclaré la ministre des Affaires sociales, Marisol Touraine. Mais si on vit plus longtemps, c’est grâce à la retraite à 60 ans, et si on travaille plus longtemps, on vivra moins longtemps.

L'espérance de vie sans incapacité, ou espérance de vie en bonne santé, stagne, voire recule selon une enquête de l’Inserm publiée au printemps. Les meilleures années de la retraite sont celles entre 60 et 65 ans quand on est censé se trouver en meilleure santé. Les années au travail les plus dures sont celles entre 60 à 65 ans. Alors où serait le progrès ? 

Que penser des partis, PS et EELV, qui manifestaient contre la réforme Sarkozy de recul de l’âge de départ en retraite et qui, aujourd’hui, aggravent cette réforme ? Hypocrisie et jeu politicien !

Il existe des financements pour revenir à la retraite à 60 ans à taux plein pour 37,5 annuités. Pour cela, c’est du côté du capital, de la spéculation et des gros actionnaires qu’il faut regarder et arrêter de considérer les travailleurs et les retraités comme des "coûts" qu’il faudrait absolument réduire !

C'est à un recul de civilisation que nous entraînent les députés qui ont voté cette réforme des retraites. NON, ce n'est pas une réforme de progrès comme le tweete Marisol Touraine. Il est vrai que cette ministre socialiste assujettie à l'impôt sur la fortune ne vit pas dans la même sphère ! Il est plus facile de s'en prendre aux acquis sociaux que de s'attaquer au coût du capital.

Partager cet article
Repost0
19 décembre 2013 4 19 /12 /décembre /2013 00:26

Les 3 millions de smicards vont être ravis de la nouvelle. En début de semaine, le gouvernement a annoncé qu'il n'y aurait pas de coup de pouce supplémentaire au SMIC au 1er janvier 2014. Celui-ci ne connaîtra que la revalorisation automatique liée aux mécanismes légaux. Cela fera 10 centimes de l'heure, et pas un de plus. Cela représentera pour un salarié travaillant à temps plein environ 12 euros nets par mois. De quoi faire des folies … à en juger aux propos du gouvernement.

 

N'est ce pas François Hollande en personne qui a souligné au Conseil des ministres de ce mercredi que « compte tenu du faible niveau de l'inflation constatée sur l'année, cette progression du Smic paraît relativement importante ». Et le ministre Michel Sapin avait déclaré quelques jours auparavant que « cette revalorisation de +1,1% permet d'assurer une progression du pouvoir d'achat des salariés dont les rémunérations sont les plus faibles ».

 

L'inflation constatée est déjà de +0,7% pour les 11 premiers mois de l'année. Et ce même gouvernement a prévu une hausse de la TVA au 1er janvier qui selon l'INSEE aurait un impact en cas de répercussion intégrale de 0,5%. Où est la progression du pouvoir d'achat ?

 

Non, les smicards ne vont pas se goinfrer, contrairement aux patrons du CAC40 dont la rémunération moyenne est établie pour 2013 à 3,48 millions d'euros. La " progression relativement importante" du SMIC de 10 centimes doit les faire rigoler.
 

Partager cet article
Repost0
16 décembre 2013 1 16 /12 /décembre /2013 23:57

« Alléger le coût du travail au-delà du CICE (Crédit impôt compétitivité emploi), voilà une des revendications posée par cinq des principaux responsables d'organisation patronale dans un courrier adressé au chef de l’État en date du 18 novembre, suite à l'augmentation de la cotisation retraite décidée fin août par le gouvernement. C'est clair, il s'agit pour eux de réduire les charges sociales.

 

Parmi les principaux signataires de cette missive : Pierre Gattaz le président du Medef, Philippe Varin le futur ex-PDG de PSA, Geoffroy Roux de Bézieux vice-président du Medef.

 

Franchement, c'est insupportable pour ce pauvre patronat de devoir subir cette augmentation de cotisation retraite de 0,15% en 2014 puis trois années à 0,05%. A les entendre, cette charge met en difficulté la compétitivité des entreprises. Les 20 milliards d'allègement au titre du CICE sont vite oubliés.

 

Mais qu'ont à dire ces patrons pourfendeurs des charges sociales sur la retraite chapeau qui avait été prévue comme cadeau de départ pour Philippe Varin ? Comme le soulignait Le Canard Enchaîné, en triturant leur calculette, les experts du patronat ont constaté que cette obole aurait été égale à 0,5% de la masse salariale du groupe Peugeot-Citroën en France, soit beaucoup plus que la cotisation retraite décidée. Il faut savoir que Roux de Bézieux a siégé au comité des rémunérations du groupe PSA qui avait entériné ce cadeau.

 

Manifestement, la compétitivité ne semble pas inquiéter le patronat quand il s'agit d'arroser les siens.

 

 

Partager cet article
Repost0
5 décembre 2013 4 05 /12 /décembre /2013 18:00

Dans le cadre de la loi de finance de la sécurité sociale (PLFSS) le gouvernement a repoussé d'avril à octobre la revalorisation annuelle des retraites. Il en coûtera une perte de pouvoir d'achat pour des millions de retraités. La ministre qui a défendu ce projet de loi (Marisol Touraine) doit ignorer ce que sont des fins de mois difficiles puisqu'elle est soumise à l'ISF !

 

Dans ce projet de loi, le gouvernement a choisi le camp du patronat contre celui des salarié(e)s. Les efforts demandés pour le rétablissement des comptes de la Sécurité sociale ne pèseront pas sur les entreprises. Aucune mesure ne mettra à contribution les entreprises de manière effective. Aucune mesure ne mettra à contribution les coûts du capital (intérêts et dividendes) qui prélèvent aujourd'hui plus de 300 Milliards d'euros sur la richesse produite, sans aucun retour sur l'investissement matériel, l'emploi, les salaires ou la qualification qui sont pourtant les garants de recettes futures pour la Sécurité sociale et l’État.

 

Les parlementaires communistes se sont opposés à ce projet avec des propositions alternatives, obligeant à une seconde lecture, ce que ne voulait pas initialement le gouvernement, mais il s'est trouvé une majorité de parlementaires socialistes pour voter ce projet.

 

Après la réforme régressive de la retraite, voici donc le financement de la sécurité sociale au service du capital. Bâti pour répondre aux exigences obsessionnelles de réduction stricto sensu de la dépense sociale et réduire le déficit de 3,4 Mds d'euros, ce PLFSS prévoit 8,5 Mds d'euros d'efforts en 2014, dont 4 Mds par une réduction de la dépense socialisée.

 

Encore une loi au service de la finance et du profit !

 

Partager cet article
Repost0
28 novembre 2013 4 28 /11 /novembre /2013 23:41

Philippe Varin, le futur ex-PDG de Peugeot, a annoncé mercredi qu’il renonçait « aux dispositions actuelles de ses droits à retraite ». Pour Hollande, « c'est une sage décision ». Le président du Medef, Pierre Gattaz, estime quant à lui que le renoncement de Philippe Varin à sa retraite chapeau montre que le patronat français sait s'autoréguler et demande de ne surtout pas légiférer sur cette question.

 

En quoi le patronat s'autorégule ? La somme de 21 millions avait bien été provisionnée par le conseil d'administration de Peugeot. Et même plus puisque c'est 70 millions d’euros qui ont été provisionnés pour les retraites de 6 membres du directoire, selon le document rendu publique par la CGT de Peugeot à Sochaux.

 

Des membres du gouvernement ont exprimé leur désapprobation, mais malheureusement, les retraites-chapeaux sont un dispositif légal. Il avait été question de les encadrer mais les pouvoirs publics se sont contentés d'un « code de bonne conduite » du Medef. C'est comme faire garder les frontières par des contrebandiers.

 

C'est bien parce que la CGT de Peugeot-Sochaux a rendu publique cette information et que cela a suscité un tollé général que Varin a reculé. Pour désamorcer le scandale, il affirme qu'il renonce "aux dispositions actuelles", mais il laisse la porte ouverte à la fixation de "nouvelles dispositions" en accord avec la famille Peugeot.

 

La CGT a raison de demander que ces 21 millions qui étaient mis de côté servent à débloquer le gel des salaires en vigueur dans l'entreprise. Ce ne serait que justice. La lutte des classes est bien toujours d'actualité.

 

 

Partager cet article
Repost0
8 novembre 2013 5 08 /11 /novembre /2013 23:00

Le collectif «Vivre, travailler et décider en Bretagne!» à l'initiative de la manifestation de Quimper, a repris le symbole de la révolte de 1675, celle des bonnets rouges.

 

Il s'est avéré que les bonnets rouges distribués et vendus aux manifestants n'ont pas été confectionnés en France. La société Armor Lux, dont la marinière avait été mise en valeur par le ministre du Redressement productif Arnaud Montebourg, s'est contentée d'apposée sa marque. Pour Christian Troadec, le maire de Carhaix très impliqué dans le mouvement, cela ne pose pas de problème. « La Bretagne, l'Ecosse, le Pays de Galle, c'est un peu le même pays », explique-t-il, en assurant que l'industriel Armor-Lux fait beaucoup pour l'emploi en Bretagne.

 

Au-delà de l'écotaxe, les bonnets rouges dénoncent les importations de marchandises de l’étranger et les subventions accordées à des boîtes étrangères tout en fustigeant l’Europe. Par contre, le Made in Scotland, ça passe.

Partager cet article
Repost0
7 novembre 2013 4 07 /11 /novembre /2013 18:29

Ce jeudi 7 novembre, les salariés de Projet Atlantique étaient rassemblés devant les locaux désormais bouclés de leur agence de communication. Pour la vingtaine de salariés dont la moyenne de présence dans l'entreprise oscille autour de 12-13 ans, on sentait beaucoup d'amertume et de colère face à une situation où ils se trouvent être victimes d'un naufrage stratégique. Non payés depuis trois mois, ils sont aujourd'hui privés d'emploi. Beaucoup de questions se posent par rapport à cette liquidation qui laisse à penser que les salariés sont victimes d'un patron voyou. Y a t-il eu abus de biens sociaux ou banqueroute frauduleuse ? Le mandataire chargé de la liquidation saisira t-il le procureur ?

Si les salariés et leurs représentants avaient eu un droit de regard et d'intervention sur la gestion de leur entreprise, ils n'en seraient certainement pas là aujourd'hui. Mais il n'y a toujours pas de loi votée en ce sens. Ce n'est pas le programme du Front de Gauche "L'humain d'abord" qui est appliqué par le gouvernement Hollande, loin s'en faut, puisque ce dernier poursuit la politique libérale de son prédécesseur.

Pour mieux comprendre ce gâchis, voici la déclaration faite par les salariés, ainsi que l'historique de cette agence de communication, un des fleurons en la matière sur le plan régional.

 

 

PROJET ATLANTIQUE

NAUFRAGE STRATÉGIQUE

Bientôt 3 mois sans salaire, c’est très long !
Surtout après une année de tension permanente, avec au quotidien le ballet des fournisseurs qui réclament leur dû...
Nous avons besoin que la vérité soit entendue, par respect pour notre activité, pour notre équipe, pour nos clients et pour nos fournisseurs.

La coupe est pleine, et les raisons de la liquidation de Projet Atlantique sonnent terriblement faux aux oreilles de ses salariés. En dépit des circonstances, depuis plus d’un an, nous sommes restés mobilisés jusqu’au bout pour continuer chaque jour à assurer l’activité malgré ce que nous appellons un « abandon » de notre direction au cœur de la tempête.

Projet Atlantique était devenue un fleuron régional, une vraie référence et l’ambiance de travail y est res- tée longtemps un exemple pour tous, côté client comme côté salariés. C’était ce qu’on peut encore appeler « une entreprise humaine » : un savoir-faire, des compétences créatives et commerciales, une relation de confiance avec ses clients et ses fournisseurs. Sa différence était de créer une communication sur-mesure, mettant en valeur chaque entreprise dans ce qu’elle a d’unique. Le modèle économique marchait. De l’infographie à la stratégie, de la maquette à la direction artistique, de la conception à l’accueil, chaque métier y avait sa place, en toute complémentarité.

Alors comment les choses ont-elles pu malgré tout basculer ?

La crise ? La concurrence ? Deux arguments qui ont un dos assez large pour porter toutes les excuses...

Il ne s’agit pas d’une fermeture subie mais d’une mort programmée depuis longtemps...

Nous sommes un exemple parmi tant d’autres d’un modèle économique qui a privilégié l’enrichissement d’une holding et de ses filiales au détriment de la pérennité de Projet Atlantique et de ses partenaires.

Quel est le scénario ?

La création d’une holding avec des filiales alimentées par Projet Atlantique. La liste des preuves est longue. Les faits se sont enchaînés avec une grande cohérence cynique, creusant une dette irrécupérable. Malgré nos alertes répétées, face à l’hémorragie volontaire, la direction est restée sourde entraînant la «liquidation nette et définitive» de Projet Atlantique.

Ce que nous regrettons aujourd’hui, c’est que nos emplois et nos partenaires aient été noyés par une stratégie suicidaire sur laquelle nous n’avions aucune prise. C’est un peu comme si nous avions fait naufrage à la suite d’un mauvais cap du commandant. Pendant que le navire coulait, rien n’avait été prévu pour sauver l’équipage et les passagers. Le capitaine avait préféré rejoindre la côte tout seul.

Nous sommes donc aujourd’hui 20 personnes expérimentées, passionnées par nos métiers qui se voient privées de leur emploi. Rétablir la vérité est pour nous une façon de revaloriser nos compétences, malmenées pendant cette opération de sabotage. Nous souhaitons être reconnus comme une équipe qui a gardé sa valeur malgré cette issue, dont nous ne portons pas la responsabilité.

 

Les salariés de Projet Atlantique

 

 

 

 

Les salariés de Projet Atlantique devant l'entrée de l'agence

Les salariés de Projet Atlantique devant l'entrée de l'agence

CHRONOLOGIE

 

1980 : Création de Projet Atlantique par Pierre Gris

 

2000 : Reprise de Projet Atlantique par Thierry Mathieu et création de la holding TMH

2004 : Ouverture de l’agence de Nantes

Février 2005 : Ouverture d’une antenne à Paris

Juillet 2008 : Départ du directeur financier, remplacé par une comptable.

Novembre 2008 : Création de Projet Développement, filiale de la holding

Septembre 2009 : Achat par la holding de l’agence Richet, agence concurrente en liquidation. Fermeture de l’antenne de Paris, licenciement d’un salarié entraînant une procédure prud’hommale perdue par Projet Atlantique.

Décembre 2010 : Création de la SARL Société Immobilière de Géneteau, construction d’un bâtiment loué à Projet Atlantique.

Jusqu’en 2010 : Les comptes sont positifs.

Mars 2011 : Départ du directeur de clientèle de Projet Atlantique sans remplacement.

Février 2012 : Fermeture de l’agence de Nantes (départ du second directeur de clientèle). Licenciement de deux salariés entraînant une procédure prud’hommale toujours en cours.

Février 2012 : Liquidation de l’agence Richet après des licenciements successifs. Décembre 2012 : Démission de la comptable de la holding TMH.

Février 2013 : Journée de grève pour deux raisons :

- licenciement et réduction des acquis sociaux ayant pour but l’embauche d’un Directeur Général Adjoint (consultant extérieur à notre métier).

- méthodes de management engendrant des souffrances au travail.

Mars 2013 : Embauche dans la holding du Directeur Général Adjoint. Licenciement d’un salarié Projet Atlantique.

Juin 2013 : Projet Développement sort de la holding. Intervention de la DIRECTTE et de la médecine du travail à propos de la souffrance au travail.
Tentative de licenciement pour faute grave du salarié ayant le plus d’ancienneté mise en échec par une procédure prud’hommale.

Juillet 2013 : Licenciement d’un salarié entraînant une procédure Prud’hommale toujours en cours.

Depuis septembre 2013 : Non paiement des salaires, mais règlement de créances de quelques fournisseurs privilégiés.

23 octobre 2013 : Dépôt au tribunal de commerce de la cessation de paiement

28 octobre 2013 : Jugement en référé pour non paiement des salaires, procédure perdue par Projet Atlantique.

30 octobre 2013 : Liquidation nette et définitive de Projet Atlantique

7 novembre 2013 : Thierry Mathieu participe à l’Assemblée Générale du Syndicat des Laiteries du Beurre AOP Charentes-Poitou pour présenter la stratégie de communication 2014 avec Projet Atlantique, société dissoute !!!

Partager cet article
Repost0
6 novembre 2013 3 06 /11 /novembre /2013 22:15

Communiqué des salariés de l'entreprise Projet Atlantique à Chauray (79)

Après plus de 30 ans d’existence, l’agence PROJET ATLANTIQUE vient de subir une liquidation nette et définitive le mercredi 30 octobre 2013. Ce même jour, les salariés ont été sommés de quitter leur poste de travail.

La fermeture d’une structure peut arriver, l’échec aussi. Ce que nous n’acceptons pas, c’est la mort programmée de notre entreprise.

Nous sommes un exemple parmi tant d’autres d’un modèle économique qui a privilégié l’enrichissement d’une holding et de ses filiales au détriment de la pérennité de Projet Atlantique et de ses partenaires.

Face à la violence de cet événement, les salariés de Projet Atlantique souhaitent s’exprimer et vous convient à la conférence de presse le jeudi 7 novembre à 14h30 devant l’entreprise (32 rue Champs Cartier - 79180 Chauray - Derrière Point S et le nouveau garage Ford)
 
Les salariés Projet Atlantique soutenus par la GCT 79
Partager cet article
Repost0