Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Réagir - Blog militant de joseph coutant
  • : Réagir : S'opposer activement à l'action de qqch, résister. La devise issue de la révolution française "Liberté, Egalité, Fraternité" étant de plus en plus mise à mal, ce blog est un moyen pour moi de faire partager mes réactions sur l'actualité politique, sociale, etc.
  • Contact

Rechercher

Tags

25 novembre 2014 2 25 /11 /novembre /2014 14:22

D'après l’Élysée, « grâce à l'engagement de toutes les parties prenantes, le site de Florange est désormais très compétitif ». Étrange propos alors que les hauts-fourneaux sont fermés et que 630 salariés victimes de cette fermeture, ont été reclassés ou sont partis en retraite. Mais tous les sous-traitants et intérimaires ont eux été laissés pour compte. Oublié que l'engagement du candidat Hollande était de sauver les hauts-fourneaux.

 

Mais le chef de l'Etat a évité soigneusement de croiser la centaine de personnes rassemblées devant les grilles du site industriel, parmi lesquels des élus et des syndicalistes CGT et FO. Il est entré par une porte à l'arrière du site. Quel courage ! C'est vrai qu'il y a un an, il avait été hué. Il a eu ensuite une entrevue avec des salariés triés sur le volet pour éviter toute contestation et des syndicalistes de la CFDT et CGC, pour conclure sa visite avec les propos suivants « Il y a eu un conflit, il y a eu du dialogue social, il y a des résultats, Florange est un bel exemple pour la France ». C'est vrai, avant la venue du président, Mittal avait annoncé trente embauches, dont la moitié était déjà en CDD dans l'entreprise. C'est énorme 30 recrutements alors que Mittal a touché 7 millions de crédit d'impôt recherche (CIR) et 6,5 millions de crédit compétitivité emploi (CICE).

 

Il fallait oser !

Dessin de Babouse dans l'Humanité du 25 novembre 2014

Dessin de Babouse dans l'Humanité du 25 novembre 2014

Partager cet article
Repost0
6 novembre 2014 4 06 /11 /novembre /2014 22:07

Il y a quelques jours, à Vausseroux, petite commune des Deux-Sèvres, un homme de 40 ans est décédé et son épouse et leurs quatre enfants ont été hospitalisés, tous victimes d'une intoxication au monoxyde de carbone.

 

Selon ce qui est rapporté dans le quotidien local la Nouvelle République, c'est l'utilisation d'un groupe électrogène dans la maison qui est la cause des émanations de monoxyde. Mais l'utilisation de ce groupe électrogène était liée au fait que cette famille était privée d'électricité depuis le mois d'août, suite à une décision de coupure prise par le fournisseur Séolis après le non-paiement de deux factures.

 

Le maire de la commune vient d'adresser un courrier aux responsables de l'entreprise de distribution où il dit : « Je suis frustré de ne pas avoir été avisé par vos services de cette coupure. Vous dites m'avoir averti par mail le 18 juillet, or il s'avère que l'adresse mail de notre mairie n'est pas celle qu'avait votre responsable. […] Devant l'importance que revêt la conséquence d'une coupure d'électricité, je ne comprends vraiment pas que vous n'exigez pas au minimum une confirmation de lecture de vos mails. Personnellement, je demande à être avisé par un courrier de ces avis de coupures. Si vous en décidez autrement, ce qui est votre droit, je prendrai acte que votre logique est plus économique qu'humaine. »

 

Fin 2011, les députés communistes faisaient une proposition de loi pour interdire de couper l’électricité à toute personne connaissant des difficultés économiques et sociales, soulignant que la plupart des personnes ne payant pas leurs factures énergétiques sont de bonne foi. La politique de bas salaires, la hausse continue des loyers et des prix à la consommation contraignent de nombreuses familles à choisir entre le paiement des courses, du loyer, ou des factures d’eau et d’électricité. Aussi, il est injuste de les faire passer pour fraudeurs malintentionnés et de leur rendre la vie impossible en leur coupant l’électricité. Mais si une loi a été votée, l'interdiction n 'est applicable que pour la période hivernale, du 1er novembre de chaque année au 15 mars de l’année suivante.

 

Ce drame pouvait être évité, car c'est bien la coupure d'électricité qui est la cause première du décès. En novembre 2011, à Orléans, un chômeur de cinquante-quatre ans auquel on venait tout juste de couper l’électricité, avait péri dans l’incendie de son appartement. La France compte plus de trois millions de foyers en difficulté énergétique. Mais, souvent par méconnaissance des procédures, une partie des aides financières existantes n’est pas utilisée. Ce drame est une nouvelle preuve que la logique de notre société est malheureusement plus économique qu'humaine.

 

Cela doit nous interpeller !

Partager cet article
Repost0
30 octobre 2014 4 30 /10 /octobre /2014 08:13

Les inégalités économiques atteignent des sommets. Du Ghana à l’Allemagne, de l’Afrique du Sud à la France, le fossé entre les riches et les pauvres se creuse. En 2013, sept personnes sur dix vivaient dans un pays dans lequel l’écart entre les riches et les pauvres est plus grand qu’il y a 30 ans, et en 2014, 85 personnes dans le monde détiennent autant que la moitié la plus pauvre de l’humanité.

 

Le dernier rapport de l'association Oxfam met en évidence que le fossé entre riches et pauvres se creuse encore davantage et nuit à l'éradication de la pauvreté.

 

Ce rapport s'intéresse aux causes de la crise des inégalités et envisage des solutions concrètes pour y remédier. S'inspirant d'études de cas du monde entier, il démontre les répercussions des inégalités croissantes sur les pays riches comme sur les pays pauvres, et s'intéresse aux différentes façons dont les citoyens et citoyennes ainsi que les gouvernements y répondent.

 

Si l’Inde mettait un terme à l’augmentation des inégalités, elle pourrait mettre fin à l’extrême pauvreté de 90 millions de personnes d'ici 2019.

 

En France, les 1% les plus riches possèdent autant que les 70% les moins aisés de la population, soit 46 millions de personnes ! Les fortunes cumulées des familles Bettencourt et Arnault représentent presque autant que ce que possèdent les 20 millions de Français les plus pauvres, soit un tiers de la population. Et ces inégalités s’aggravent, menaçant le pacte social mais aussi la croissance elle-même.

 

Si l’on instaurait aujourd’hui un impôt de 1,5% sur les fortunes des milliardaires du monde, les recettes annuelles pourraient permettre de scolariser tous les enfants sur cette planète et d’offrir une couverture santé universelle dans les pays les plus pauvres.

 

Comme le dit le Professeur Joseph Stiglitz, de l'université de Columbia, lauréat du prix Nobel de sciences économiques, « Les inégalités extrêmes de revenus et d’actifs que nous constatons dans le monde d’aujourd’hui nuisent à nos économies, nos sociétés et diminuent l’impact de nos politiques. Le rapport d’Oxfam tombe à pic pour nous rappeler que tout effort visant véritablement à mettre un terme à la pauvreté doit se confronter aux choix politiques publics qui créent et entretiennent les inégalités. »

 

Oui, tout est bien question de choix politiques !

 

Le tout dernier rapport d'Oxfam "À égalité ! Il est temps de mettre fin aux inégalités extrêmes"

 

Les inégalités économiques atteignent des sommets. Du Ghana à l’Allemagne, de l’Afrique du Sud à la France, le fossé entre les riches et les pauvres se creuse. En 2013, sept personnes sur dix vivaient dans un pays dans lequel l’écart entre les riches et les pauvres est plus grand qu’il y a 30 ans, et en 2014, nous avons calculé que seulement 85 personnes dans le monde détenaient autant que la moitié la plus pauvre de l’humanité. - See more at: http://www.oxfamfrance.org/actualites/inegalites-ont-explose-30-dernieres-annees#sthash.eYZSKUca.dpuf
Quand les inégalités se font de plus en plus criantes
Partager cet article
Repost0
24 octobre 2014 5 24 /10 /octobre /2014 17:38

Un homme de 39 ans vient d'être condamné à trois mois de prison avec sursis par le tribunal correctionnel de Nantes après avoir été surpris en train de prendre de la nourriture périmée dans les poubelles d'un supermarché.

 

Cette personne avait été interpellée puis placée en garde à vue pour avoir tenté, avec deux amis, de dérober quelques aliments dans une benne du Super U de Ligné en Loire-Atlantique.

 

Et alors qu'il refusait de décliner sa véritable identité, ( cette personnee était interdite de présence en Loire-Atlantique suite à une condamnation suite à une manifestation en rapport avec le projet d'aéroport de Notre-Dames-des-Landes ) les gendarmes ont employé une méthode assez radicale pour le démasquer à partir d'une expertise ADN réalisée en urgence à partir d'un de ses mégots de cigarette !

 

«D'un point de vue social et humain, on marche sur la tête! s'indigne son avocat, Me Stéphane Vallée, interrogé par Ouest-France. C'est la pénalisation de la misère. La société est à ce point déréglée que ce qui disparaît à la benne, si on le prend, c'est du vol ?».

 

Mieux vaut frauder le fisc comme savent si bien le faire un certain nombre de députés, avec en premier le président UMP de la commission des finances qui ignorait certains aspect de la loi.

 

Nous prendrait-on pour des cons ?

 

Partager cet article
Repost0
22 octobre 2014 3 22 /10 /octobre /2014 15:20

Dans notre société, le pouvoir est capable de faire des milliards de cadeaux au patronat sans contrepartie pour les emplois, d'exonérer de cotisations sociales (et non pas de "charges" patronales comme ceux-ci aiment le dire) les entreprises, de toucher à l'universalité des allocations familiales ou de supprimer la part des cotisations familiales versées par les entreprises, mais il n'est pas capable de permettre à chaque citoyen de bénéficier d'un travail et d'un toit. Pire, il en permet l'expulsion.

 

C'est ce qui est arrivé à une jeune locataire d'Habitat Sud Deux-Sèvres. Cette jeune femme au chômage avec un enfant avait des loyers impayés. Elle avait récemment entrepris des démarches pour trouver des solutions à son endettement. Toujours est-il que jeudi dernier, elle quitte son logement le matin pour conduire son fils de 6 ans à l'école, et à son retour, c'est une situation scandaleuse qui se présente à ses yeux. La serrure de son appartement a été changée,  un avis d'huissiers de justice placardé sur la porte, avec en gros "Expulsion" et la mention « Défense de pénétrer sous peine de poursuites pénales » avec dessous le nom de l'occupante expulsée. Quelle violence ! Quel mépris pour ces personnes dans la précarité qu'on jette à la rue avant le 1er novembre parce qu'avec la période hivernale, les expulsions seront ensuite momentanément interdites. Ces personnes qui ont déjà la tête sous l'eau, on ne fait que leur enfoncer un peu plus. Eh oui, cette société n'a aucun scrupule à mettre à la rue une maman avec son fils de 6 ans.

 

Par contre, un Thévenoud qui ne payait ni ne faisait sa déclaration de revenus siège toujours à l'Assemblée Nationale. Et le Canard Enchaîné révèle aujourd'hui qu'une soixantaine de députés et de sénateurs seraient potentiellement « en délicatesse avec le fisc ». Et que dire de la fraude aux cotisations sociales des employeurs qui atteind près de 25 milliards.  Mais pour les pauvres, pas de sentiments !

 

Une trentaine de personnes dont des résidents et des militants du Front de Gauche sont venus apporter leur soutien à cette jeune femme à qui le bailleur à ouvert mardi l'appartement pour quelques heures afin qu'elle puisse récupérer ses vêtements et autres affaires personnelles.

 

Il est clair que la défense des plus fragiles n'est pas une préoccupation du gouvernement. Mais nous citoyens ne devons pas accepter l'idée qui voudrait nous faire croire que les plus précaires et les plus pauvres sont responsables de leur situation. "Chacun a le devoir de travailler et le droit d’obtenir un emploi", ce droit est inscrit dans notre constitution. S'il était mis en oeuvre, les familles connaîtraient déjà un peu moins de difficultés.

 

Ci-dessous, l'article paru dans le quotidien local le Courrier de l'Ouest. Par contre, pas une ligne dans l'autre quotidien la Nouvelle République

 

A Niort, une mère et son enfant expulsés de leur logement
Des militants venus témoigner leur solidarité

Des militants venus témoigner leur solidarité

Partager cet article
Repost0
21 octobre 2014 2 21 /10 /octobre /2014 18:10

« Les dizaines de milliers d’employés de Total sont orphelins de leur président... La France perd un grand capitaine d’industrie... Christophe de Margerie était un ami et un grand chef d’entreprise... » Ce sont quelques unes des phrases prononcées par le 1er ministre Manuel Valls suite au décès du PDG de Total.

 

J'allais oublier, il a également dit que Gérard Filoche ne mérite pas d’être au PS. Pourquoi ? A cause de son tweet. « De Margerie est mort. famille Taittinger en deuil. Les grands féodaux sont touchés. Ils sont fragiles. Le successeur nous volera t il moins ». Il a aussi complété par un autre tweet « Un hommage à l’humain ? Oui ! Au suceur de sang ? Non. »  

 

« Les morts sont tous des braves types », chantait Brassens. Mais on n'est pas obligé de pleurer pour autant sur le décès d'un grand patron payé 1140 années de smic sur les 5 dernières années.

 

Les 541 morts et les 39 000 handicapés à vie à cause d'accidents du travail en 2013, qui en a parlé ???

Mardi noir pour le CAC 40  -  larevuedessinee.fr

Mardi noir pour le CAC 40 - larevuedessinee.fr

Partager cet article
Repost0
13 octobre 2014 1 13 /10 /octobre /2014 22:59

Pour diminuer le déficit de la Sécu, le député de l'Ardèche Pascal Terrasse, membre du « pôle des réformateurs » du PS, vient de plaider la semaine passée pour une prise en charge du « petit soin » par les complémentaires santé plutôt que par l'assurance maladie. 

 

Voilà une sacrée bonne idée pour le monde des assurances privées. Ils doivent se frotter les mains.

 

Par contre, les 3,5 millions de personnes qui sont exclues des assurances complémentaires, faute de moyens, ont des soucis -de santé- à se faire. Quand on sait qu'un tiers de la population renonce à des soins, la situation ne peut que s'aggraver.

 

Il a tenu ces propos devant le congrès international des assureurs vie et de personnes . Ils ont dû applaudir des deux mains. C'est peut-être même les lobbyistes des assurances qui lui ont suggéré cette prise de position ?

 

En 2002, Jacques Barrot, ancien ministre des Affaires sociales et alors chef de file de l’UMP à l’Assemblée nationale, avait déjà fait une telle proposition.

 

C'est grave de voir un député "socialiste" remettre en cause le principe d'universalité de la protection sociale. Mais il est vrai que le mauvais exemple vient d'en haut. Il est certain que ce M. Terrasse ne participera pas à la journée de mobilisation nationale pour la reconquête de la protection sociale

 

Partager cet article
Repost0
11 octobre 2014 6 11 /10 /octobre /2014 00:13

En France la protection sociale et son pilier fondamental la Sécurité Sociale ont permis des progrès sociaux considérables en espérance de vie, en qualité et en sécurité de vie. Les Français perçoivent à juste titre la Sécurité Sociale comme leur premier acquis social.


Or aujourd’hui, nous sommes à un tournant de l’histoire de notre système. En effet, les droits les plus élémentaires ne sont aujourd’hui plus accessibles à un grand nombre de nos concitoyens :


- un tiers de la population renonce à des soins,
- la moitié des jeunes pense qu’ils n’auront pas de retraites,
- 4,5 millions de personnes sont sans emploi et parmi elles seulement 2,8 millions perçoivent des indemnités chômage,
- 8 millions de salariés sont pauvres,
- 8,5 millions de personnes vivent en dessous du seuil de pauvreté,
- 3,6 millions de personnes sont non ou mal logées dont 600 000 enfants,
- 75% des personnes pauvres. ont moins de 25 ans….

 

Face à ces situations et pour toutes ces raisons, la CGT entend mener une reconquête de la protection sociale pour transmettre aux générations futures une Sécurité sociale qui reste toujours une référence pour les salariés des pays qui ne la possèdent pas.

 

La carte des mobilisations du 16 octobre

 

Jeudi 16 octobre, journée de mobilisation nationale pour la reconquête de la protection sociale

Communiqué d’organisations membres de Notre Santé en Danger

pour la journée d’action du 16 octobre 2014

 

Les organisations signataires, membres de Notre Santé en Danger apportent leur soutien à la journée d’action du 16 Octobre « Pour dire non aux politiques d’austérité, au pacte de responsabilité et exiger des mesures immédiates pour le progrès social, défendre et améliorer notre protection sociale ».

 

Elles appellent à s’inscrire dans une dynamique unitaire et dans toutes les mobilisations à venir contre le plan d’Hôstérité dans la santé, le médico-social et le social.

 

Cela passe en tout premier lieu par des actions s’opposant au projet de loi de financement de la sécurité sociale qui viendra en discussion dans les prochaines semaines.

 

 

 

Le 10 octobre 2014

Communiqué signé par : Act Up-sud ouest, Cadac, Collectif « La santé n'est pas une marchandise », Convergence Service Public, Coordination Nationale des Comités de Défense des Hôpitaux et Maternités de proximité, Ensemble, Résistance sociale, Mutuelles du Vaucluse et UNGMS, USP, Union syndicale des médecins de centres de santé, Sud santé sociaux, NPA, PCF.

 

Partager cet article
Repost0
16 septembre 2014 2 16 /09 /septembre /2014 00:54

Puisque le gouvernement fait des cadeaux au patronat sans contrepartie, celui-ci poursuit dans la surenchère. Souvenez-vous de Gattaz arborant un pin's annonçant 1 million d'emplois, mais rejetant toute contrepartie aux milliards d'allègement de charges du pacte de responsabilité. Dans un document de travail du Medef publié dans le quotidien Les Echos, le Medef en réclame toujours plus. Ce document contient des propositions qu'il doit soumettre au gouvernement le 24 septembre prochain.

 

Cette fois, il suggère la suppression de deux jours fériés sur onze, ce qui permettrait la création de 100.000 emplois. Aussi crédible que le million d'emplois dont on n'a pas vu le moindre début. Et puisque le Medef est complètement décomplexé face à Valls qui a dit tout son amour pour l'entreprise, il demande une plus grande permissivité du travail de nuit et du dimanche, ainsi qu'un détricotage de la loi sur les 35 heures. Et ça ne s'arrête pas là. Il faudrait instituer un salaire inférieur au SMIC pour les chômeurs de longue durée trop éloignés de l'emploi.

 

Autant dire on supprime le code du travail et peut-être même qu'on pourrait faire travailler les enfants !

 

Le Medef n'en a jamais assez
Partager cet article
Repost0
28 août 2014 4 28 /08 /août /2014 08:17

Alors que le chômage est en forte hausse pour le 9ème mois consécutif, alors que le montant des dividendes versés à leurs actionnaires par les grands groupes français au deuxième trimestre est en augmentation de 30% pour un montant versé de 40 milliards de dollars, Hollande et Valls ont décidé de poursuivre les cadeaux au patronat sans contreparties et même d'accentuer le cap de leur politique libérale, trahissant toujours plus les électeurs qui avaient voté pour un changement en 2012.

 

Valls a réservé son premier discours d'après remaniement aux participants de l'université d'été du Medef. Il est le deuxième premier ministre en exercice à s'y rendre, le précédent ayant été J.M Ayrault, un autre 1er ministre de Hollande. Valls y a été ovationné, livrant un parfait discours libéral, on ne peut même pas dire social-libéral, car dites-moi ce qu'il y a de social dans la politique de Valls. Selon lui, « il est absurde de parler de « cadeaux fait aux patrons ». « Ce langage n’a pas de sens. »...« Nous allons accroître la concurrence, alléger certaines règles, je pense à celles relatives au travail du dimanche ou à l’urbanisme commercial. » « Notre droit du travail est perçu comme contraignant, nos prélèvements comme trop lourds, et nos dépenses comme trop élevées ». En conséquence il va leur donner satisfaction en engageant par « la négociation » (on connaît la chanson) une simplification du code du travail, incluant « la question des seuils » sociaux qui est, a-t-il dit, « légitime ». Cette simplification touchera aussi les conventions collectives

 

Il reprend parfois mot pour mot les propos du patron du Medef, Pierre Gattaz. Ce dernier a salué un discours « de grande clairvoyance », de « pragmatisme », de « grande vérité », de « lucidité ». Le patron des patrons en a quand même rajouté en réclamant trois fois plus d’exonérations de cotisations sociales. Vu comment Valls est à son écoute, il peut avoir de l'espoir. Même Kessler le patron du réassureur Scor, qui en 2007 réclamait que « le programme du Conseil national de la résistance » soit « méthodiquement détricoté» déclare que le moment est même « assez historique » « Les mots sont nouveaux, la grammaire change. Il nous dit "j’aime l’entreprise", alors qu’au Bourget François Hollande désignait la finance comme son ennemi » Pour d'autres délégués du Medef, conquis. « Ça va dans le bon sens, sur tout »

 

N'en jetez plus, la cour des hommages est pleine.

 

Un socialiste historique, l'Allemand August Bebel, avait coutume de dire « chaque fois que mes adversaires de classe m'applaudissent, je me demande quelle bêtise j'ai pu dire »

 

Partager cet article
Repost0