Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Réagir - Blog militant de joseph coutant
  • : Réagir : S'opposer activement à l'action de qqch, résister. La devise issue de la révolution française "Liberté, Egalité, Fraternité" étant de plus en plus mise à mal, ce blog est un moyen pour moi de faire partager mes réactions sur l'actualité politique, sociale, etc.
  • Contact

Rechercher

Tags

6 juin 2016 1 06 /06 /juin /2016 09:46

 

Trouvez-vous ça normal ???

Les banques et les découverts
Partager cet article
Repost0
2 juin 2016 4 02 /06 /juin /2016 22:38

Une proposition de loi du Front de gauche (Groupe de la gauche démocrate et républicaine) visant à imposer un écart maximum de salaire de 1 à 20 a été rejetée à seulement une voix près, dans une Assemblée quasi vide. 18 députés ont refusé de légiférer malgré les scandales provoqués par les rémunérations indécentes des PDG du Cac 40.

« Comment un dirigeant d'entreprise, tel que le PDG de Renault-Nissan ou celui de SANOFI,  peut-il percevoir, quelles que soient ses qualités, une rémunération totale de 43 000 euros par jour, 365 jours par an ! Plus de 15 millions d’euros. Cela représente une échelle de salaire de 1 à 860 » expliquait mercredi à l’Assemblée Gaby Charroux, député communiste. « Tandis que le SMIC a augmenté de seulement 68 euros en 4 ans, les rémunérations des plus hauts dirigeants d'entreprises n'ont cessé de croître dans des proportions inacceptables alors qu'ils mènent souvent des politiques sociales et salariales qui ne cessent de réduire l’emploi et de contenir les salaires. »

En conséquence, le groupe front de gauche proposait au vote ce jeudi un texte de loi visant à limiter l’écart des salaires dans une même entreprise de 1 à 20. Cette proposition a été supprimée en commission et de nouveau rejetée dans un hémicycle quasiment vide, par 18 voix contre 17. Une autre version du texte proposant simplement de limiter cet écart de 1 à 100 a également été rejetée. Pourtant, quarante personnalités de gauche, dont des responsables politiques parmi lesquels le premier secrétaire du Parti socialiste Jean-Christophe Cambadélis et le président PS de l'Assemblée nationale Claude Bartolone avait signé il y a tout juste une semaine un texte allant dans ce sens…  Quand il s'agit de passer aux actes, ils ne sont plus là.

 

 

L'Assemblée nationale refuse de limiter la rémunération des grands patrons
Partager cet article
Repost0
2 juin 2016 4 02 /06 /juin /2016 07:54

 

En réponse aux propos naudéabonds de Gattaz, Giesbert (voir ci-dessous) et d'autres dont M Valls, voici deux messages en réponse. Celui du syndicat national des journalistes CGT et celui de Philippe Légé, enseignant-chercheur, membre des économistes atterrés.

 

Honte à Gattaz, Giesbert et tous leurs affidés.

 

 

La bêtise humaine, la preuve par Gattaz et Giesbert
La bêtise humaine, la preuve par Gattaz et Giesbert
La bêtise humaine, la preuve par Gattaz et Giesbert
Partager cet article
Repost0
1 juin 2016 3 01 /06 /juin /2016 22:09

Dans le cadre de la lutte contre la Loi travail, alors que le blocage des dépôts pétroliers et raffineries commençaient, la FNSEA s'est alarmée au travers d'un communiqué. « Jusqu’à maintenant, ce sont principalement les particuliers qui ont été impactés; désormais, les professionnels subissent eux aussi les conséquences de ce conflit ». « Pour des productions comme l’horticulture ou les fruits et légumes, une grosse partie du chiffre d'affaires se joue sur les semaines à venir. D'autres produits comme le lait et les viandes, ont une durée de vie très courte ». Pour eux, « la situation des producteurs de fruits et légumes, notamment à cause du beau temps qui tarde à arriver et pour eux, ce n'est pas le moment d’en rajouter en bloquant les raffineries. » Les sections légumes de la FDSEA et JA du Finistère demandent instamment de trouver une sortie de crise, ou un autre mode de mobilisation.

 

Paradoxal de voir les agriculteurs de la FNSEA contester le mode d'action utilisé par les syndicalistes en lutte contre la Loi travail. Ils semblent oublier un peu rapidement les blocages qu'eux-mêmes pratiquent pour obtenir satisfaction sur leurs revendications. Et comme le dit dans un communiqué l'union CGT des syndicats de l'agroalimentaire de Bretagne à propos de ces « agriculteurs soi-disant responsables, qui, après avoir fait brûler la MSA de Morlaix et l’hôtel des Impôts, ont généré plus de 6 Millions d’euros de dégâts lors de leurs dernières initiatives, qui seront réparés avec notamment les impôts des salariés ».

 

Une chose est claire, le gouvernement est moins prompt à envoyer les forces de l’ordre quand ce sont les agriculteurs qui bloquent la voie publique et les entreprises.

 

A tous ceux qui invectivent les syndicalistes en lutte et qui les accusent de bloquer le pays, de mettre à mal à l'économie ( je passe sur les injures proférés par certains) il est bon de rappeler ces propos d'un ancien président qui n'était pourtant pas révolutionnaire, F Mitterrand, qui écrivait : « La grève n’est un plaisir pour personne. Et elle atteint d’abord ceux qui n’ont plus que ce moyen-là pour défendre leur droit de vivre. La perte de salaire, la crainte du chômage, l’angoisse au foyer de chacun, la gêne pour tous, le danger d’être mal compris par d’autres catégories de travailleurs, tout cela il faut que les grévistes le supportent tandis que les maîtres de l’appareil de production spéculent sur la lassitude engendrée par tant de misère » ...« La grève apparait alors telle qu’elle est : un moment de la lutte des classes. […] Quand on fera les comptes, on s’apercevra que la grève a coûté plus cher que la négociation. Ce ne sera pas la première fois. A qui la faute ? Et de quel côté le chantage ? »

Partager cet article
Repost0
30 mai 2016 1 30 /05 /mai /2016 08:51

Comme souvent, on va entendre dans les médias "les usagers pris en otage" etc.

 

Mais bien entendu, aucune explication sur le pourquoi et les motifs de la grève à l'appel de plusieurs organisations, même si la CFDT vient de lâcher le mouvement avant qu'il ne commence, en retirant son préavis de grève. .

 

Ci-dessous des explications.

 

SNCF les raisons de la grève
SNCF les raisons de la grève
SNCF les raisons de la grève
SNCF les raisons de la grève
SNCF les raisons de la grève
Partager cet article
Repost0
27 mai 2016 5 27 /05 /mai /2016 00:12

Pour cette huitième journée d'action contre la loi travail, les manifestants s'étaient rassemblés encore plus nombreux à Niort, comme partout en France.

 

Les tentatives de division orchestrées par le gouvernement, qui n'a cessé ces derniers jours de fustiger la CGT, ont eu pour corollaire de renforcer la mobilisation. Comme l'a dit la secrétaire de l'union départementale FO, lors des prises de paroles à l'issue de la manifestation, son organisation soutient la CGT et ses militants face aux attaques du gouvernement, et est totalement solidaire sur l'objectif de retrait de la Loi travail. Il en est de même des autres organisations syndicales qui comme la CGT exigent le retrait.

 

Moment symbolique lors du passage de la manifestation devant le Donjon de Niort, des militants de la CGT spectacle ont déployé une banderole du haut du donjon. Qu'il était beau le monument affichant son refus du recul social : Un recul social ne se négocie pas il se combat ! Une petite prise de la Bastille.

 

Les prises de parole qui devaient avoir lieu rue Victor Hugo ont été délocalisées au pied du donjon où les manifestants sont revenus demander la libération de leurs camarades, cueillis par les forces de l'ordre, dans le donjon, et qui les ont laissé repartir non sans avoir relevé les identités. 

 

Une prochaine journée d'action nationale à Paris est d'ores et déjà planifiée pour le 14 juin.

 

La lutte continue, on ne lâche rien !

 

 

 

 

Contre la Loi travail, encore plus de manifestants le 26 mai à Niort
Contre la Loi travail, encore plus de manifestants le 26 mai à Niort
Contre la Loi travail, encore plus de manifestants le 26 mai à Niort
Contre la Loi travail, encore plus de manifestants le 26 mai à Niort
Contre la Loi travail, encore plus de manifestants le 26 mai à Niort
Partager cet article
Repost0
26 mai 2016 4 26 /05 /mai /2016 17:20

Ce billet s'adresse seulement aux salariés qui condamnent les mouvements de grève et les militants et organisations syndicales qui luttent.

 

D'abord en quelques lignes un petit cours d'histoire sociale, puis s'ils ne sont toujours pas convaincus, un formulaire à utiliser impérativement pour rétablir une certaine justice sociale.

Aux salariés qui en ont marre des grèves et des blocages
Aux salariés qui en ont marre des grèves et des blocages
Partager cet article
Repost0
24 mai 2016 2 24 /05 /mai /2016 23:30

Depuis plusieurs jours, c'est haro sur la CGT dans la plupart des médias à propos de la lutte menée contre la Loi travail. Ce  mardi soir le journal de 19h de France Inter titrait « Le bras de fer continue entre le gouvernement et la CGT à propos de la loi travail » ; sur France 2 on a eu droit en titre principal du 20 heures à « Le conflit se durcit entre la CGT et le gouvernement » après avoir entendu la veille Nathalie Saint-Cricq aux côtés de Pujadas vomir littéralement sur la CGT et ses dirigeants en dénonçant « une radicalisation tous azimuts » ajoutant « la CGT a décidé de tout faire sauter ».

 

Ces idéologues de service relaient les propos du 1er ministre qui s'en prend à la CGT, l'accusant entre autres de prendre en otage les français ou bien de F Hollande dénonçant un blocage décidé par une minorité. Ils sont plutôt mal placés pour parler de minorité, alors que, ne disposant pas d'une majorité dans ses propres rangs pour faire voter la Loi travail, ils utilisent le 49-3.

 

Mais pourquoi cette stigmatisation de la CGT alors que le mouvement contre la loi travail est un mouvement intersyndical qui regroupe outre la CGT, FO, la FSU, Sud, Solidaires concernant les syndicats de salariés. Et concernant la grève dans les raffineries, celle-ci « se vote à la majorité des salariés avec des scores sans appel » et est également un mouvement intersyndical. Ce mouvement contre la Loi travail fait tâche d'huile puisque d'autres corporations rejoignent la lutte (cheminots, RATP, syndicats de l'aviation civile).

 

En refusant d'écouter le mouvement de contestation sur la Loi travail (70% de la population est contre cette loi), en essayant d'opposer la CGT aux citoyens et d'opposer la CGT aux salariés, ce gouvernement montre une fois de plus son vrai visage. Comme l'a dit après sa palme d'or le cinéaste Ken Loach, « les sociaux-démocrates n’ont jamais été de gauche ! Pour les sociaux-démocrates, la première priorité est que le patron fasse des profits. Ils estiment qu’être de gauche, c’est se mettre au service des entreprises pour qu’ils fassent des profits. »

 

On se souvient du discours de Hollande sur la finance au Bourget, discours qu'il a oublié une fois au pouvoir. Il est d'autres propos tenus début avril 2012 alors qu'il était candidat qu'il est bon de lui rappeler ainsi qu'à son gouvernement. « Quand un président de la République attaque des syndicats qui sont représentatifs, il n’attaque pas tel ou tel dirigeant, tel ou tel permanent, il attaque l’ensemble du monde salarié », lance le candidat PS, qui regrette que les représentants syndicaux soient « méprisés, montrés du doigt ... Je souhaite qu’à partir du mois de mai, il y ait un Président qui réconcilie, qui apaise, qui rassemble »

 

Eh bien dans ce domaine également, le quinquennat de Hollande est un échec.

Partager cet article
Repost0
20 mai 2016 5 20 /05 /mai /2016 20:52

 

Communiqué CGT, FO, FSU, Solidaires, UNEF, UNL, FIDL

 

 

Toujours déterminé-es : Amplifier la mobilisation, faire respecter la démocratie !

 

Après plus de deux mois de mobilisation des salarié-es, des jeunes, des privé-es d’emploi et des retraité-es, la mobilisation se poursuit et s’amplifie comme le montre cette journée du 19 mai.

 

Cette semaine, le développement d’actions, de grèves dans de nombreux secteurs et de blocages pour obtenir le retrait du projet de loi travail et l’obtention de nouveaux droits, montre que la détermination reste intacte.

 

L’opinion publique reste massivement opposée à cette loi Travail et à l’utilisation autoritaire du 49.3 par le gouvernement.

 

Le gouvernement n’a pas d’autre issue que celle du dialogue avec les organisations qui luttent pour le retrait de ce projet de loi et pour être écoutées sur les revendications qu’elles portent. C’est pourquoi les organisations CGT, FO, FSU, Solidaires et les organisations de jeunesse, UNEF, UNL et FIDL en appellent solennellement au Président de la République.

 

Des secteurs professionnels sont engagés dans un mouvement de grève reconductible, d’autres vont entrer dans l’action. Les organisations appellent le 26 mai prochain à une journée nationale de grève, manifestations et actions.

 

Les organisations décident de renforcer l’action par une journée de grève interprofessionnelle avec manifestation nationale à Paris le 14 juin, au début des débats au Sénat. Elles appellent à multiplier d’ici là, sur tout le territoire, des mobilisations sous des formes diversifiées.

 

Elles décident également une grande votation dans les entreprises, les administrations et les lieux d’étude qui se déroulera dans les semaines à venir en parallèle au débat parlementaire afin de poursuivre avec les salarié-es et les jeunes les débats sur la loi Travail, obtenir le retrait de ce texte pour gagner de nouveaux droits permettant le développement d’emplois stables et de qualité.

 

La loi doit notamment préserver la hiérarchie des normes, élément protecteur pour tous et toutes les salarié-es.

 

Cette votation sera remise lors d’un nouveau temps fort qu’elles décideront prochainement.

 

Les organisations invitent leurs structures à poursuivre la tenue d’assemblées générales avec les salarié-es pour débattre des modalités d’actions, de la grève et de sa reconduction.

 

Elles se retrouveront rapidement pour assurer l’organisation et la réussite de ces mobilisations et initiatives.

 

Le 19 mai 2016

Loi travail Non merci. Nouvelles mobilisations le 26 mai et le 14 juin
Partager cet article
Repost0
19 mai 2016 4 19 /05 /mai /2016 17:09

Pour cette nouvelle journée d'action, la mobilisation n'a pas faibli. Plusieurs dizaines de militants avaient en tout début de journée participer au blocage du rond point du centre routier à la Crèche, avec la participation spontanée des routiers eux-mêmes. Descendus de leur camion pour venir échanger, ils ont raconté les conséquences dramatiques qu'engendrerait le projet de loi sur leur rémunération si le texte loi-travail était définitivement adopté.

 

Puis la journée d'action se poursuivait avec une manifestation en fin de matinée dans les rues de Niort. Partis à plus de 500 de la place de la Brèche, la manifestation approchait du millier de manifestants au plus fort du parcours. Les manifestants en appellent au rejet de cette loi travail taillée pour satisfaire le Medef et facteur de régression sociale. Comme l'inscrivaient entre autres sur la chaussée les jeunes du syndicat lycéen, « la précarité n'est pas un métier ». Et à l'adresse de la CFDT qui juge ce projet équilibré, on a entendu le slogan « Berger (NDLR – secrétaire de la CFDT) on n'est pas des moutons ! »

 

Une intersyndicale doit se réunir pour définir les prochaines actions. Mais la volonté est toujours présente de poursuivre jusqu'au retrait de la loi.

Bonne mobilisation contre la Loi travail à Niort ce 19 mai
Bonne mobilisation contre la Loi travail à Niort ce 19 mai
Bonne mobilisation contre la Loi travail à Niort ce 19 mai
Bonne mobilisation contre la Loi travail à Niort ce 19 mai
Bonne mobilisation contre la Loi travail à Niort ce 19 mai
Partager cet article
Repost0