Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Réagir - Blog militant de joseph coutant
  • : Réagir : S'opposer activement à l'action de qqch, résister. La devise issue de la révolution française "Liberté, Egalité, Fraternité" étant de plus en plus mise à mal, ce blog est un moyen pour moi de faire partager mes réactions sur l'actualité politique, sociale, etc.
  • Contact

Rechercher

Tags

29 mai 2009 5 29 /05 /mai /2009 23:15




Demain, la rétention des étrangers
envoyé par cetaitpiredemain. - L'info video en direct.

La réforme de la rétention, engagée par le ministère de l’Immigration et qui sera effective le 2 juin prochain, va non seulement réduire les moyens de défense des étrangers retenus mais aussi priver chaque citoyen de son droit de regard dans ces lieux d’humiliation.

Au mois d’août 2008, le ministère de l’Immigration a, coup sur coup, publié un décret et un appel d’offres visant à modifier en profondeur l’intervention associative dans les centres de rétention. Désormais cette mission, exercée jusque là au niveau national, est éclatée en huit « lots » et partagée par six « prestataires ».

Ce morcellement géographique, en supprimant toute possibilité de vision globale pour la société civile, porte atteinte à son droit de savoir et de réagir. De plus, la mise en concurrence d’associations dont les principes de défense des droits des étrangers et du devoir de témoignage s’opposent parfois radicalement, ainsi que la dépendance financière des associations, risquent de diminuer davantage la vigilance citoyenne.

Mais le plus préoccupant reste encore la transformation de la mission d’aide à l’exercice des droits des étrangers en simple mission d’information.

Dès lors, on peut se demander pourquoi la présence d’un véritable contre-pouvoir dans ces zones sensibles, dont le rôle et l’intérêt ont été admis par l’ensemble des gouvernements depuis vingt-cinq ans, est remise en cause si ce n’est pour atteindre plus facilement des objectifs chiffrés.

Tous les citoyens qui le peuvent sont invités à participer aux rassemblements prévus le 2 juin 
Partager cet article
Repost0
28 mai 2009 4 28 /05 /mai /2009 17:42

Il ne suffit pas de saluer les manifestants sur le bord des cortèges, ou de marquer sa compassion pour les salariés victimes de plans sociaux. Les forces politiques ont le devoir d’ouvrir des alternatives et d’agir dans l’urgence. Profitant de la « niche » parlementaire permettant à un groupe d’inscrire des propositions de loi à l’ordre du jour de l’Assemblée, les députés communistes et du Parti de gauche ont décidé d’utiliser la journée du 28 mai pour provoquer un débat sur trois textes qui répondent à l’urgence sociale.

Le premier texte vise en effet à interdire les licenciements dans les entreprises qui font des profits et versent des dividendes à leurs actionnaires, ou bénéficient d’aides publiques. La loi que proposent les communistes prévoit la reconnaissance de droits nouveaux aux salariés et à leurs élus.

Le second texte préconise une augmentation des salaires à commencer par le SMIC qui serait porté à 1 600 euros. À l’autre bout de la chaîne, l’équité tout comme l’efficacité économique commandent d’augmenter les impôts des foyers fiscaux les plus opulents. La création d’un pôle bancaire public figure également dans le projet PCF/PG.

Le troisième texte est un projet de résolution s’opposant à la position de la Commission européenne qui soumet les services sociaux d’intérêt général (SSIG) aux règles de la concurrence en vertu du traité de Lisbonne, lequel, rappelons-le, est caduc en droit international en raison du vote négatif du peuple irlandais en juin 2008.

Les députés sont au pied du mur. Les citoyens dans leurs circonscriptions, le monde du travail sauront au lendemain du 28 mai qui a voté pour ou contre la justice sociale et des mesures anticrise.

Ce sera un éclairage sur l’impérieuse nécessité d’élus combatifs pour contrer les tenants du capitalisme aussi bien en France qu’en Europe, afin que le monde du travail soit défendu à Paris comme à Bruxelles.

Partager cet article
Repost0
26 mai 2009 2 26 /05 /mai /2009 23:49
Mercredi 27 mai, à 18h00, esplanade de la place de la Brèche.

En septembre 2007, les Franciscains de Toulouse lançaient le premier Cercle de Silence pour faire part de leur inquiétude et de leur désapprobation devant la manière dont sont traités les demandeurs d’asile et les sans-papiers en France. Chaque mois, pendant une heure, les participants se mettent en cercle, en silence.

 


Depuis, dans plus de 130 villes françaises, d’autres Cercles de Silence sont apparus. Par leur présence à cette manifestation silencieuse, les participants dénoncent :


- la politique du chiffre en matière d’expulsion,

- les contrôles d’identité au faciès,

- les complications administratives qui obligent des familles entières à vivre dans la peur, la précarité et la clandestinité,

- l’enfermement, dans des conditions inhumaines et pour des durées de plus en plus longues, de ces personnes, même âgées, malades, y compris des enfants ; leur enfermement pour le seul fait d’être entrées en France pour sauver leur vie ou vivre mieux.

Le silence des participants veut rejoindre les sans-papiers, mais aussi ceux qui font la loi et ceux qui la font appliquer, ainsi que tous les citoyens.


ARDDI (Association pour la Reconnaissance et la Défense des Droits des Immigrés) propose cette action et appelle donc tous ceux qui veulent s’associer à cette protestation à se retrouver le dernier mercredi de chaque mois.


Pour en savoir plus sur les cercles de silence :


www.cercledesilence.info/les_cercles_de_Silence/accueil.html

Partager cet article
Repost0
21 mai 2009 4 21 /05 /mai /2009 12:10

Alors que le mouvement universitaire se poursuit, la ministre de l'Enseignement supérieur Valérie Pécresse rappelait début mai que les enseignants qui retiennent les notes, bloquent les rattrapages ou refusent de tenir les examens auront «une retenue sur salaires» pour «service non fait, conformément à la loi».

Le 12 mai, un certain Sarkozy se déplaçait à Nancy. Il était venu vendre sa réforme très contestée celle-là aussi de l’hôpital public. Et comme pour tous les déplacements de « sa majesté », le déploiement policier était impressionnant, pas moins d’un millier de policiers et CRS mobilisés pour l'occasion.

Mais ce jour-là, les étudiants de 2ème année en chirurgie dentaire à Nancy devaient passer des examens. Ils ont été interdits d’accès, les rues alentours de l’hôpital où devaient se dérouler les épreuves étant bloquées. La réponse a été, vous serez reconvoqués à une date ultérieure.

On attend les protestations de Pécresse, ainsi que du député UMP qui avait annoncé le dépôt d'une proposition de loi pour «sanctionner de 1.000 euros» d'amende tout étudiant ou toute personne extérieure à l'université qui «entrave, même partiellement, l'accès aux enseignements et aux bâtiments».

Et quand c’est Sarkozy qui entrave, qu’est-ce qui se passe ?

Partager cet article
Repost0
18 mai 2009 1 18 /05 /mai /2009 16:25

Mardi 19 mai 2009, un prof de philo de 47 ans sera jugé à Marseille. Lors d’un attroupement autour d’un contrôle d’identité de deux gamins au beau milieu de la gare Saint-Charles à Marseille le 27 février 2008, il s’était exclamé à deux reprises « Sarkozy, je te vois », entraînant un contrôle le concernant, et à présent sa citation au tribunal pour « tapage injurieux diurne ».

 

Prenant le métro ce week-end pour rejoindre la gare Montparnasse, je pensais  à la remarque de ce professeur en voyant trois policiers effectuer un contrôle d’identité d’un couple, noir bien entendu, sur le quai d’en face. L’homme poussé contre le mur, contrôle des papiers, ouverture du sac à dos, policier prenant la carte d’identité et téléphonant, puis au final, les trois cow-boy poursuivant leur chemin,  laissant le couple attendre la rame de métro suivante. Probablement quelque chose de très banal, mais insupportable, car ce sont avant tout les gens de couleur, ou à l’allure considérée comme différente de la normale (mais c’est quoi la normale ? l’allure bling-bling des amis du président ?) qui sont interpellés et contrôlés. Voilà où mène la politique sécuritaire voulue par Sarkozy du temps où il était ministre de l’intérieur et qu’il poursuit.

 

Et pour en revenir à ce « Sarkozy je te vois » je ne sais pas où est l’injure.  A moins que ce soit à l’instar du judaisme où il était interdit de prononcer le nom divin ?  Sarkozy serait-il considéré comme un nom divin ?

 

Brandir un écrit « Casse-toi pov'con » est une offense, crier « Sarkozy je te vois » est injurieux, bientôt, avoir une pensée désobligeante sera considéré comme une atteinte à l’autorité de l’Etat ?



Partager cet article
Repost0
13 mai 2009 3 13 /05 /mai /2009 22:13

Invité le mardi 12 mai sur le plateau des 4 Vérités de France 2, Frédéric Lefebvre, porte-parole de l’UMP est interrogé sur la réforme des hôpitaux. Il lui est demandé si le changement envisagé est un recul, à savoir que ce ne sera pas le directeur seul qui décidera comme cela était envisagé, mais une direction collective.


La réponse de Frédéric Lefebvre : « D’abord, le parti socialiste voulait qu’on retire la réforme. Franchement, y a qu'eux qui n'ont pas compris qu'il fallait une réforme de l'hôpital. Je voyais d'ailleurs, il y a un sondage qui dit que 74% des Français l'attendent »...


Ah bon ? Curieuse lecture de ce sondage réalisé par l’institut BVA les 5 et 6 mai pour Les Echos-France Info-BPI.


Celui-ci indique que les français « semblent plus critiques vis-à-vis à vis de la réforme des hôpitaux à venir et soutiennent massivement le mouvement de mobilisation des personnels hospitaliers. Ainsi 74% des Français leur donnent raison en considérant que le pouvoir accru concédé aux directeurs d’hôpitaux «risque de privilégier la logique comptable au détriment de la logique de santé» contre 17% seulement qui voient dans la nouvelle loi un moyen d’améliorer l’efficacité des hôpitaux. »


« Politiquement, 86% des personnes de sensibilité de gauche soutiennent le mouvement mais c’est aussi le cas de 60% des sympathisants de droite et même d’une majorité de sympathisants UMP (52%). »


De deux choses l’une, ou bien Frédéric Lefebvre ne sait pas lire (il avait déjà montré ses lacunes en orthographe) ou bien il ment sciemment.


Mais n’a-t-il pas un «grand » maître en la matière ?

 


Partager cet article
Repost0
12 mai 2009 2 12 /05 /mai /2009 23:50
L'épisode est passé inaperçu. Il n'en illustre pas moins les méthodes autoritaires à l'oeuvre.

A l'occasion du déplacement du président au CHU de Nancy prévu ce jour, les médecins de l'établissement voulaient organiser la veille une conférence de presse pour affirmer leur volonté de défendre l'hôpital public.  Une initiative pas du goût de Nicolas Sarkozy, qui a averti le directeur du CHU qu'il annulerait son déplacement si la conférence était maintenue. Un chantage qui a eu un effet immédiat : la conférence a été annulée.

« On ne pensait pas qu’une simple conférence de presse pouvait avoir un tel impact » a réagi le professeur Athanase Bénétos, chef de service de gériatrie du CHU de Nancy, avant de rappeler, non sans ironie, que « nous vivons dans le pays de la démocratie » .

Certes, mais on pourrait ajouter, « mais dirigé par un dictateur ».

 


Partager cet article
Repost0
9 mai 2009 6 09 /05 /mai /2009 16:42

Après le moment épique de Rachida DATI devant les jeunes de l'UMP (voir article précédent), le site Bellaciao rapporte un nouvel "exploit" de Rachida Dati, invitée mercredi dernier de  Bourdin sur RMC.


"Mme Dati où se trouve la Cour de Justice des Communautés Européennes ?"


Réponse de Dati :


"Et bien, euh...à La Haye"


Bourdin manifestement très emmerdé :


"Euh.. hmmm...non....à Luxembourg"


Dati, avec une tête de lapin pris dans les phares option "au secours, au secours" :


"Ah... oui pardon.... la CJCE !!!! Bien sûr,nan, mais, je pensais que vous me parliez du Conseil de l’Europe".....


(NB : Pas de bol non plus pour Madame la Garde des Sceaux, le conseil de l’Europe est à Strasbourg. - sauf glissement de terrain dont on n’aurait pas eu connaissance - C’est la Cour Internationale de Justice qui est à La Haye...)


Source Bellaciao


Encore heureux qu’il n’était question que de la Cour de Justice, un sujet sur lequel on aurait pu penser que notre ministre de la Justice était un peu informée …

Partager cet article
Repost0
5 mai 2009 2 05 /05 /mai /2009 22:14

L’observatoire international des prisons (OIP) avait déjà eu l’occasion de dénoncer « l'incompétence » de la ministre de la Justice Rachida Dati à propos du pourcentage de prisons surpeuplées.


Aujourd’hui, la seule réponse apportée au mouvement des surveillants de prison qui luttent entre autres contre cette surpopulation est l’intervention musclée des gendarmes mobiles.

Qu’elle soit amenée à quitter le ministère de la justice ne sera pas une grande perte. Mais au vu  de sa prestation devant les jeunes de son parti (vidéo ci-dessous), on est en droit de s’inquiéter de voir cette personne siéger à l’assemblée européenne. Cela ne grandirait pas l’image de la France, d’autant que Rachida Dati a déjà un passif au vu de son comportement dans une assemblée d’élus.



Partager cet article
Repost0
28 avril 2009 2 28 /04 /avril /2009 15:35
Mercredi 29 avril, à 18h00, en bas de la place de la Brèche.

Une soixantaine de personnes se sont retrouvées le 25 mars dernier pour le premier Cercle de Silence proposé aux habitants de Niort.


POURQUOI continuer cette démarche?


En septembre 2007, les Franciscains de Toulouse lançaient le premier Cercle de Silence pour faire part de leur inquiétude et de leur désapprobation devant la manière dont sont traités les demandeurs d’asile et les sans-papiers en France. Chaque mois, pendant une heure, les participants se mettent en cercle, en silence.


Depuis, dans plus de 130 villes françaises, d’autres Cercles de Silence sont apparus. Par leur présence à cette manifestation silencieuse, les participants dénoncent :


- la politique du chiffre en matière d’expulsion,

- les contrôles d’identité au faciès,

- les complications administratives qui obligent des familles entières à vivre dans la peur, la précarité et la clandestinité,

- l’enfermement, dans des conditions inhumaines et pour des durées de plus en plus longues, de ces personnes, même âgées, malades, y compris des enfants ; leur enfermement pour le seul fait d’être entrées en France pour sauver leur vie ou vivre mieux.

Le silence des participants veut rejoindre les sans-papiers, mais aussi ceux qui font la loi et ceux qui la font appliquer, ainsi que tous les citoyens.

ARDDI (Association pour la Reconnaissance et la Défense des Droits des Immigrés) propose cette action et appelle donc tous ceux qui veulent s’associer à cette protestation à se retrouver le dernier mercredi de chaque mois.

Pour en savoir plus sur les cercles de silence :

www.cercledesilence.info/les_cercles_de_Silence/accueil.html

Partager cet article
Repost0