Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Réagir - Blog militant de joseph coutant
  • : Réagir : S'opposer activement à l'action de qqch, résister. La devise issue de la révolution française "Liberté, Egalité, Fraternité" étant de plus en plus mise à mal, ce blog est un moyen pour moi de faire partager mes réactions sur l'actualité politique, sociale, etc.
  • Contact

Rechercher

Tags

18 mai 2009 1 18 /05 /mai /2009 16:25

Mardi 19 mai 2009, un prof de philo de 47 ans sera jugé à Marseille. Lors d’un attroupement autour d’un contrôle d’identité de deux gamins au beau milieu de la gare Saint-Charles à Marseille le 27 février 2008, il s’était exclamé à deux reprises « Sarkozy, je te vois », entraînant un contrôle le concernant, et à présent sa citation au tribunal pour « tapage injurieux diurne ».

 

Prenant le métro ce week-end pour rejoindre la gare Montparnasse, je pensais  à la remarque de ce professeur en voyant trois policiers effectuer un contrôle d’identité d’un couple, noir bien entendu, sur le quai d’en face. L’homme poussé contre le mur, contrôle des papiers, ouverture du sac à dos, policier prenant la carte d’identité et téléphonant, puis au final, les trois cow-boy poursuivant leur chemin,  laissant le couple attendre la rame de métro suivante. Probablement quelque chose de très banal, mais insupportable, car ce sont avant tout les gens de couleur, ou à l’allure considérée comme différente de la normale (mais c’est quoi la normale ? l’allure bling-bling des amis du président ?) qui sont interpellés et contrôlés. Voilà où mène la politique sécuritaire voulue par Sarkozy du temps où il était ministre de l’intérieur et qu’il poursuit.

 

Et pour en revenir à ce « Sarkozy je te vois » je ne sais pas où est l’injure.  A moins que ce soit à l’instar du judaisme où il était interdit de prononcer le nom divin ?  Sarkozy serait-il considéré comme un nom divin ?

 

Brandir un écrit « Casse-toi pov'con » est une offense, crier « Sarkozy je te vois » est injurieux, bientôt, avoir une pensée désobligeante sera considéré comme une atteinte à l’autorité de l’Etat ?



Partager cet article
Repost0
13 mai 2009 3 13 /05 /mai /2009 22:13

Invité le mardi 12 mai sur le plateau des 4 Vérités de France 2, Frédéric Lefebvre, porte-parole de l’UMP est interrogé sur la réforme des hôpitaux. Il lui est demandé si le changement envisagé est un recul, à savoir que ce ne sera pas le directeur seul qui décidera comme cela était envisagé, mais une direction collective.


La réponse de Frédéric Lefebvre : « D’abord, le parti socialiste voulait qu’on retire la réforme. Franchement, y a qu'eux qui n'ont pas compris qu'il fallait une réforme de l'hôpital. Je voyais d'ailleurs, il y a un sondage qui dit que 74% des Français l'attendent »...


Ah bon ? Curieuse lecture de ce sondage réalisé par l’institut BVA les 5 et 6 mai pour Les Echos-France Info-BPI.


Celui-ci indique que les français « semblent plus critiques vis-à-vis à vis de la réforme des hôpitaux à venir et soutiennent massivement le mouvement de mobilisation des personnels hospitaliers. Ainsi 74% des Français leur donnent raison en considérant que le pouvoir accru concédé aux directeurs d’hôpitaux «risque de privilégier la logique comptable au détriment de la logique de santé» contre 17% seulement qui voient dans la nouvelle loi un moyen d’améliorer l’efficacité des hôpitaux. »


« Politiquement, 86% des personnes de sensibilité de gauche soutiennent le mouvement mais c’est aussi le cas de 60% des sympathisants de droite et même d’une majorité de sympathisants UMP (52%). »


De deux choses l’une, ou bien Frédéric Lefebvre ne sait pas lire (il avait déjà montré ses lacunes en orthographe) ou bien il ment sciemment.


Mais n’a-t-il pas un «grand » maître en la matière ?

 


Partager cet article
Repost0
12 mai 2009 2 12 /05 /mai /2009 23:50
L'épisode est passé inaperçu. Il n'en illustre pas moins les méthodes autoritaires à l'oeuvre.

A l'occasion du déplacement du président au CHU de Nancy prévu ce jour, les médecins de l'établissement voulaient organiser la veille une conférence de presse pour affirmer leur volonté de défendre l'hôpital public.  Une initiative pas du goût de Nicolas Sarkozy, qui a averti le directeur du CHU qu'il annulerait son déplacement si la conférence était maintenue. Un chantage qui a eu un effet immédiat : la conférence a été annulée.

« On ne pensait pas qu’une simple conférence de presse pouvait avoir un tel impact » a réagi le professeur Athanase Bénétos, chef de service de gériatrie du CHU de Nancy, avant de rappeler, non sans ironie, que « nous vivons dans le pays de la démocratie » .

Certes, mais on pourrait ajouter, « mais dirigé par un dictateur ».

 


Partager cet article
Repost0
9 mai 2009 6 09 /05 /mai /2009 16:42

Après le moment épique de Rachida DATI devant les jeunes de l'UMP (voir article précédent), le site Bellaciao rapporte un nouvel "exploit" de Rachida Dati, invitée mercredi dernier de  Bourdin sur RMC.


"Mme Dati où se trouve la Cour de Justice des Communautés Européennes ?"


Réponse de Dati :


"Et bien, euh...à La Haye"


Bourdin manifestement très emmerdé :


"Euh.. hmmm...non....à Luxembourg"


Dati, avec une tête de lapin pris dans les phares option "au secours, au secours" :


"Ah... oui pardon.... la CJCE !!!! Bien sûr,nan, mais, je pensais que vous me parliez du Conseil de l’Europe".....


(NB : Pas de bol non plus pour Madame la Garde des Sceaux, le conseil de l’Europe est à Strasbourg. - sauf glissement de terrain dont on n’aurait pas eu connaissance - C’est la Cour Internationale de Justice qui est à La Haye...)


Source Bellaciao


Encore heureux qu’il n’était question que de la Cour de Justice, un sujet sur lequel on aurait pu penser que notre ministre de la Justice était un peu informée …

Partager cet article
Repost0
5 mai 2009 2 05 /05 /mai /2009 22:14

L’observatoire international des prisons (OIP) avait déjà eu l’occasion de dénoncer « l'incompétence » de la ministre de la Justice Rachida Dati à propos du pourcentage de prisons surpeuplées.


Aujourd’hui, la seule réponse apportée au mouvement des surveillants de prison qui luttent entre autres contre cette surpopulation est l’intervention musclée des gendarmes mobiles.

Qu’elle soit amenée à quitter le ministère de la justice ne sera pas une grande perte. Mais au vu  de sa prestation devant les jeunes de son parti (vidéo ci-dessous), on est en droit de s’inquiéter de voir cette personne siéger à l’assemblée européenne. Cela ne grandirait pas l’image de la France, d’autant que Rachida Dati a déjà un passif au vu de son comportement dans une assemblée d’élus.



Partager cet article
Repost0
28 avril 2009 2 28 /04 /avril /2009 15:35
Mercredi 29 avril, à 18h00, en bas de la place de la Brèche.

Une soixantaine de personnes se sont retrouvées le 25 mars dernier pour le premier Cercle de Silence proposé aux habitants de Niort.


POURQUOI continuer cette démarche?


En septembre 2007, les Franciscains de Toulouse lançaient le premier Cercle de Silence pour faire part de leur inquiétude et de leur désapprobation devant la manière dont sont traités les demandeurs d’asile et les sans-papiers en France. Chaque mois, pendant une heure, les participants se mettent en cercle, en silence.


Depuis, dans plus de 130 villes françaises, d’autres Cercles de Silence sont apparus. Par leur présence à cette manifestation silencieuse, les participants dénoncent :


- la politique du chiffre en matière d’expulsion,

- les contrôles d’identité au faciès,

- les complications administratives qui obligent des familles entières à vivre dans la peur, la précarité et la clandestinité,

- l’enfermement, dans des conditions inhumaines et pour des durées de plus en plus longues, de ces personnes, même âgées, malades, y compris des enfants ; leur enfermement pour le seul fait d’être entrées en France pour sauver leur vie ou vivre mieux.

Le silence des participants veut rejoindre les sans-papiers, mais aussi ceux qui font la loi et ceux qui la font appliquer, ainsi que tous les citoyens.

ARDDI (Association pour la Reconnaissance et la Défense des Droits des Immigrés) propose cette action et appelle donc tous ceux qui veulent s’associer à cette protestation à se retrouver le dernier mercredi de chaque mois.

Pour en savoir plus sur les cercles de silence :

www.cercledesilence.info/les_cercles_de_Silence/accueil.html

Partager cet article
Repost0
27 avril 2009 1 27 /04 /avril /2009 22:22

Alors que des vagues de licenciements ne cessent d’être annoncées, voilà que le gouvernement remet  sur le tapis le travail du dimanche. Ce sujet avait déjà fait débat durant l’année 2008  (retrouvez  quelques articles sur ce sujet – article du 12 octobrearticle du 4 décembre ) avant que le projet de loi soit mis en échec, du fait de la mobilisation des députés de gauche, mais aussi d'hésitations au sein même de l'UMP.

Mais voilà qu’à quelques jours de la manifestation unitaire du 1er mai, le gouvernement a exprimé sa volonté de remettre en chantier une proposition de loi sur ce sujet. C’est le ministre du Travail Brice Hortefeux qui l’a annoncé dimanche dernier, propos confirmés lundi par le Premier ministre François Fillon.

Sans surprise, le bulldog et porte-parole de l'UMP Frédéric Lefebvre s'est félicité de la persévérance gouvernementale, jugeant que la future législation permettrait de répondre à "l'attente des Français qui veulent travailler".

C’est une véritable provocation à l’égard des Continental, des Caterpillar, des Molex, et des milliers de salariés licenciés. Ce Lefebvre mérite d’être séquestré. 

Quand il n’y a plus de justice, on se révolte contre les lois de l’injustice.


 

 

 

Partager cet article
Repost0
18 avril 2009 6 18 /04 /avril /2009 16:42

Chaque semaine apporte son lot de fermetures d’entreprises, de délocalisations et de « plans sociaux ». Les agences d’intérim tournent au ralenti. Les employeurs se séparent en priorité des CDD et autres contrats précaires. Si le mouvement ouvrier ne met pas un coup d’arrêt à cette hémorragie d’emplois, c’est près d’un million de travailleurs qui risquent d’être jetés sur le pavé, en 2009.

La classe ouvrière ne peut tolérer le développement du chômage de masse, qui menace la société de désintégration. Le droit au travail est un droit fondamental. Contre le fléau du chômage, nous exigeons la mise en place d’un programme de grands travaux publics. La société a besoin d’écoles, d’hôpitaux, de transports publics, de routes et de logements ? Les chômeurs doivent être embauchés pour les construire !

Les capitalistes et leur gouvernement nous répondront : « les caisses sont vides ! » Mais nous le voyons bien, les caisses ne sont vides que pour la grande majorité de la population : les travailleurs, les jeunes, les retraités et les chômeurs. En France comme ailleurs, il n’y a pas d’argent pour la santé, l’éducation et les retraites, mais les gouvernements trouvent des milliards d’euros lorsque cela répond aux intérêts de cette minorité richissime qui possède et contrôle les banques et l’industrie.

Les syndicats doivent veiller à ce que les chômeurs et les travailleurs soient liés par une solidarité et une responsabilité mutuelles. Par une réduction de la semaine de travail, sans perte de salaire, il faut partager le travail disponible entre tous les travailleurs. Les patrons protesteront en expliquant que cela réduira leurs profits et ne les incitera pas à investir. A quoi nous répondrons que si les intérêts vitaux de la majorité ne sont pas compatibles avec les exigences du système capitaliste – alors ce système peut aller au diable !

Contre les fermetures, les délocalisations et les plans de licenciements, on ne doit pas se contenter d’attendre un « repreneur » capitaliste (qui imposera des conditions drastiques aux salariés), ou de lutter pour des primes de licenciement décentes. Il faut une stratégie plus offensive. La seule réponse aux fermetures et plans sociaux, c’est l’occupation de l’entreprise par les salariés. « Usine fermée, usine occupée ! » : voilà comment riposter au vandalisme industriel de la classe dirigeante.

Ceci dit, l’occupation n’est pas une fin en soi. Elle pose la question de la propriété. Elle pose la question : qui est le maître des lieux ? Soit une occupation mène à la nationalisation de l’entreprise, soit elle n’est qu’un épisode éphémère. Le mouvement syndical doit renouer avec le mot d’ordre de nationalisation sous le contrôle démocratique des salariés.

La solution définitive au cancer du chômage, c’est une rupture avec le système capitaliste. Ce système a échoué. Il est devenu un obstacle monstrueux sur la voie du progrès social. En même temps, le salariat est une force potentielle colossale. Pas une roue ne tourne, pas une lumière ne brille, pas un téléphone ne sonne sans l’aimable permission des salariés. Ils peuvent, ils doivent prendre en main la direction de l’ordre économique et social ! La crise du capitalisme remet à l’ordre du jour la transformation socialiste de la société. La seule alternative au chaos du « libre marché », c’est une économie socialiste planifiée, reposant sur la nationalisation des banques et des principales industries, sous le contrôle démocratique des travailleurs.

Contact La Riposte

 

Partager cet article
Repost0
13 avril 2009 1 13 /04 /avril /2009 07:43


Réunion Publique

 

Jeudi 16 avril à 20 heures

 

Amphitéâtre n° 3

Centre Duguesclin Place Chanzy à NIORT

 


Avec la tête de liste pour les Elections Européennes Circonscription Ouest

 

Jacques Généreux du Parti de Gauche

Gérard Lahellec du Parti Communiste français

Bruno Levéder de la  Gauche Unitaire

 


 

 

Partager cet article
Repost0
9 avril 2009 4 09 /04 /avril /2009 23:21

Comme dans de nombreuses villes de France, à l’occasion de la journée nationale de solidarité aux sans-papiers et à ceux qui les soutiennent, nous étions hier une soixantaine à être rassemblés devant le palais de justice de Niort, venant ainsi nous livrer symboliquement à la justice en scandant « nous sommes tous des délinquants ». A l’unisson du slogan repris nationalement :  « Si la solidarité devient un délit, nous demandons à être poursuivis pour ce délit ! »

 

Besson avait beau affirmer le matin sur France-Inter que les manifestants allaient manifester contre un « mythe », puisque « tous ceux qui aident de bonne foi un étranger en situation irrégulière doivent savoir qu’il ne risque rien ». Un mensonge de plus dans la bouche d’un membre du gouvernement. Vous me direz, ils sont à bonne école avec Sarkozy.

 

Le président d’Agir ensemble pour les droits de l’homme a été condamné récemment à 1500 euros d’amende pour s’être opposé à une expulsion dans un avion, Pierre Lauret est l’un des trois philosophes poursuivis pour entrave à la circulation d’un aéronef. Ou cette femme qui a passé une journée en garde à vue, pour avoir aidé des réfugiés, et la liste est logue de ces interpellations.

 

Peut-être que Besson ne sait pas que la commission des lois de l’Assemblée Nationale a rejeté la proposition de loi socialiste visant à dépénaliser l’aide aux clandestins.

 

Et comme le dit la metteur en scène Ariane Mnouchkine, « Aujourd’hui, l’hospitalité, la solidarité deviendraient illégales, la délation exemplaire. Répondons non –obstinément- citoyens oui, indics jamais. »


Partager cet article
Repost0