Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Réagir - Blog militant de joseph coutant
  • : Réagir : S'opposer activement à l'action de qqch, résister. La devise issue de la révolution française "Liberté, Egalité, Fraternité" étant de plus en plus mise à mal, ce blog est un moyen pour moi de faire partager mes réactions sur l'actualité politique, sociale, etc.
  • Contact

Rechercher

Tags

2 octobre 2009 5 02 /10 /octobre /2009 22:57

A l’heure où j’écris ce billet, j’ignore le résultat du vote Irlandais. Comme une majorité de français, ils avaient dit NON au traité constitutionnel. En France, Sarkozy a réuni le Congrès pour balayer le vote des français, en Irlande, ils repassent par les urnes avec des pressions incroyables.

José-Manuel Barroso s’est déplacé personnellement la semaine dernière pour faire part aux salariés de l’usine Dell de Limerick, cité défavorisée du centre de l’Irlande, de la solidarité de l’Union européenne. Il a annoncé le déblocage d’une aide de 14,8 millions d’euros pour les 2400 ex-employés irlandais du fabricant américain d’ordinateurs Dell, afin de les aider à retrouver un emploi. Vous voyez braves Irlandais , vous n’allez pas rejeter ceux qui vous tendent la main.


Il faut cependant savoir que si Dell quitte l’Irlande, c’est avec la bénédiction de ce même Barroso qui vient de donner un gros coup de pouce à l’installation de Dell en Pologne. En effet, Dell compte transférer à Lodz la production qui était effectuée à Limerick. Il ne s’agit de rien d’autre que d’une délocalisation ! Et Barroso et sa commission européenne ont donné leur feu vert au versement d’une aide publique de 54,5 millions d’euros pour aider au développement du site polonais qui fabrique des ordinateurs de bureau et des portables ainsi que des serveurs.


L’Europe du traité de Lisbonne c’est cela, la soumission aux diktats des multinationales !


Partager cet article
Repost0
2 octobre 2009 5 02 /10 /octobre /2009 15:23
C'est demain le dernier jour. Malgré les obstacles mis parfois en place pour empêcher le déroulement de cette consultation, il est important que nous soyons nombreux à nous prononcer.

Ce vote dérangerait-il ? Dans la presse locale, aucune liste des lieux où il est possible d'aller voter.

Quelques précisions pour ceux qui ne seraient pas au courant.

Et pour ce qui concerne les Deux-Sèvres, quelques lieux supplémentaires pour voter.

Aubigné - Mairie
Chef-Boutonne - place du marché Samedi
Celles sur Belles:  mairie et Maison de la Presse  Vendredi et Samedi
Bessines - mairie Samedi
La Chapelle Bâton - Mairie




Partager cet article
Repost0
1 octobre 2009 4 01 /10 /octobre /2009 09:35
75% des français disent : "Touche pas à ma Poste". Si les citoyens étaient consultés par référendum, ils voteraient NON au changement de statut. Face à la perspective de privatisation, des syndicats, des associations, des partis politiques de gauche ont créé un comité national contre la privatisation de la poste. La semaine du 27 septembre au 3 octobre va être l'occasion d'une votation citoyenne qui, si elle n'a pas de valeur légale, sera un moyen de pression sur les parlementaires qui examineront la loi. Faites le savoir autour de vous, diffusez cette information et pour savoir où vous pouvez voter, consulter le site un comité national contre la privatisation de la poste ou vous avez les coordonnées pour chaque département.

Pour ce qui concerne mon département des Deux-Sèvres, voir la liste ci-dessous.

Liste des lieux et informations pratiques en Deux-Sèvres :


En principe pour tous,  l'urne et le matériel de vote sera accessible le samedi matin 3 Octobre sauf pour les marchés (où dans chaque endroit c'est le jour normal du marché évidemment). Dans plusieurs mairies il y aura  aussi possibilité de voter pendant les jours la semaine du 28 Sept. au 3 Oct.



Nouveaux lieux (mise à jour 1er octobre)
La Crèche- au marché - Vendredi matin
François - Mairie - Vendredi
Vouillé - Mairie
Sansais - Mairie
Exoudun - Mairie
Brioux-sur-Boutonne - Mairie - Jeudi 1 Oct.
Azay-le-Brulé - Mairie
Sauzé-Vaussais - Mairie
Oiron - Samedi matin - Place des Marroniers
Neuil-les-Aubiers - Vendredi après midi devant la poste
Mauléon - bureau de poste itinérant Samedi)
Courlay : devant la poste Samedi matin
Moncoutant - place de la mairie Samedi de 13h30 à 18h






Thouars - Samedi 3 Oct à la mairie, au marché le Vendredi matin et devant le bureau de poste Mercredi, Jeudi et Vendredi entre 15h et 18h.
Cerizay - mairie
Aiffres - mairie
Juillé- mairie
Lezay - mairie
La Mothe-St-Heray - Samedi mairie + Jeudi bureau poste
Loubillé - mairie
Niort - à la mairie, Samedi au marché et devant les  bureaux de postes Niort orangerie, Niort St Florent, Niort Angélique. Dimanche 27 Sept., l'association ATTAC tient un bureau de vote  au Forum des Association niortaises. Pendant la semaine  aux Mairies de Quartier
Pamproux - mairie
Sainte néomaye - mairie
Airvault au marché Samedi
Usseau - mairie
Couture d'Argenton - mairie
Saint Martin de Bernegoue - mairie
Saint André -sur-Sèvres - mairie
Saint Pompain - mairie
Chatillon-sur-Thouet -  Mercredi matin au marché - Samedi Mairie
Saint Remy - mairie
Frontenay Rohan Rohan - mairie
Vitré - Mairie
Bressuire - Samedi salle des fêtes, marché couvert et le bureau de poste - probablement Mardi au Marché
Tauché Sainte Blandine - mairie
Germond-Rouvre - mairie
Le Retail - Mairie
Vallans - mairie
Saint-Léger-de-la-Martinière Mairie
Saint-Maixent - au marché et devant le principal bureau de poste + Jeudi bureau de poste.
Parthenay - au marché (le Mercredi 30 Septembre) devant les Halles ou sur la place du Drapeau - probablement  Samedi devant le bureau de poste de la galerie du Centre Leclerc
Fors - mairie
Melle - Vendredi au marché  et de 17h à 19h devant la poste


Vote lors de la manifestation des postiers du Mardi 22 Septembre - photo AVG                            


Partager cet article
Repost0
24 septembre 2009 4 24 /09 /septembre /2009 23:44
Suite à deux précédents articles intitulés  "Privatisation de la poste, où sont les menteurs ?" et "Disons NON à le privatisation de la Poste" un lecteur québéquois m'a laissé ce commentaire très judicieux : "Supplique pour la poste. N’allez pas vous laisser fourguer un de ces monstres hybrides à bien vous pomper votre oseille. Danger, arnaque, danger, arnaque, danger, arnaque." en ajoutant un lien sur un article traitant de la relation public-privé publié sur son blog.

Si certains ne voient pas où est le danger de ce qu'on nous prépare pour la Poste je vous invite à lire cet article que je reprends ci-dessous.

Publié sur le  blog Le Carnet d'Ysengrimus

Essayons de comprendre la logique qui anime les jovialistes promoteurs du fameux partenariat public privé. Aussi sidérant et sidéral que cela puisse paraître, certains d’entre eux croient de bonne foi à leur propagande et ne sont pas exclusivement des marionnettes des groupes de pression qui les engraissent… «en privé». Que disent-ils donc tant? Fondamentalement deux choses fausse qui peignent le monde en rose:


Le privé c’est efficace. On donne le secteur privé comme faisant aller les choses rondement en roulant dans l’efficace et la rentabilité bien rodés. Autant le secteur public a une réputation de bureaucratisme, de syndicalisme (le mal absolu!), de lenteur et d’incurie apathique, autant le secteur privé est censé avoir aplani ces difficultés et trouvé la clef du moteur entrepreneurial qui tourne rond. Dans le privé, ça se passerait pas comme ça est devenu une sorte de dicton populaire, mythique et mythifiant comme bien des dictons. Car n’importe qui de minimalement sérieux ou honnête qui a un poste dans le privé vous dira qu’il y a autant de gabegie, d’incurie, de réunionnite aiguë et de managérite chronique dans le privé que dans le public. Ce qui perpétue le mythe de l’efficacité du privé est bien moins glorieux et bien plus mécanique qu’autre chose. C’est simplement qu’une entreprise privée qui roule à perte jette impunément ses employés à la rue, se protège légalement contre ses créanciers, devient subitement invisible et repart sévir ailleurs sous un autre nom jusqu’à temps de péter définitivement ou de se mettre à marcher. Un hôpital ou une université ne peuvent évidemment pas faire cela et doivent assumer de front leurs difficultés financières et leurs responsabilités sociales en restant debout et visibles contre vents et marées, ce qui a l’air plus bête à l’observateur superficiel que le perpétuel fourmillement d’affaire du privé. Avoir l’air efficace quand on dispose de l’incroyable impunité sociale que nos législations allouent au privé, ce n’est pas en soi si difficile vu que, finalement, ne flottent au dessus du cloaque-spectacle que les entreprises qui paraissent bien.


Le privé c’est le Père Noël. Le privé c’est une vieux mon oncle des États avec un chapeau de cow-boy et un air ahuri qui va fourguer plein de sacs d’argent dans notre projet. Faux, archi faux. Le privé a peut-être de l’argent, mais il n’est pas pour la société civile… Le privé, dans le développement global de l’exercice de partenariat public privé, n’injectera pas d’argent à terme, il en extorquera. Le privé ne s’associera qu’à un projet lui permettant de lever du profit, c’est une loi de fer qui transcende les volontés des uns et des autres. On occulte constamment le fait clair et net que le secteur privé s’associe à un projet de nature sociale non pour le rendre plus efficace ou plus performant financièrement, mais exclusivement pour s’enrichir à son détriment. Alors soudain, vlan, à la surprise générale de tous nos petits tartuffes du rentable et de l’efficace, le partenariat public privé rencontre une augmentation imprévue des coûts qui transforme le projet initial en gouffre financier dont il est toujours bien difficile de décrire la teneur exacte. L’éléphant rose se transforme graduellement en éléphant blanc… Le privé révèle finalement, par son action insidieuse, pourquoi il endure de s’associer au public dans ces aventures aventureuses. C’est que le public, c’est la planque parfaite pour tes combines d’extorsion. Tu pompes l’oseille en douce, quand les coûts augmentent il y a toujours de l’argent public pour colmater, et, surtout, si l’affaire tombe à terre, ce sera un jeu d’enfant d’accuser l’inefficacité, l’incurie, le «manque de sens des affaires» du partenaire public. Celui-ci sert de masque, de niche, de planque. C’est le secteur public qui sert de Père Noël au secteur privé, pas le contraire.


Le partenariat public privé c’est gaver d’argent public l’accapareur privé. C’est, de la part de gouvernants qui ont tant servi la soupe au privé, de miser sur un retour d’ascenseur volontariste et philanthropique… qui ne viendra jamais de leurs ci-devant “partenaires” du monde des affaires. Rien d’utile ne sortira de ce type de manoeuvre pour la société civile. Seuls les parasites en profiteront. Le plus écoeurant dans cette dynamique est ceci: relisez ce billet, ce sera pour vous aviser du fait que je ne vous y apprend finalement pas grand chose. Comme chez un boulimique ou un alcoolique, ce problème est un de ceux où notre civilisation se ment le plus à elle-même, se voile la face, se nie la dureté du réel. C’est qu’il met en cause sa définition même de soi et cela, c’est faisable, mais toujours difficile.


Partager cet article
Repost0
23 septembre 2009 3 23 /09 /septembre /2009 22:41

Dans le Puy de Dôme, la famille Tang-Zhou vit cachée depuis plus de quinze jours pour ne pas être expulsée. Chen, leur garçon de  quatre ans, né en France, devait faire sa rentrée scolaire, mais la famille a dû se cacher. Le mari, en France depuis 1999, a été débouté du droit d’asile, il est sans papiers. Et le nouveau préfet du Puy-de-Dôme, Patrick Stefanini, ancien secrétaire général de Brice Hortefeux (1) ironise, « Ils sont tellement intégrés qu’il faut encore leur parler en chinois !». En plus de la procédure d’expulsion, ce préfet n’envisage pas moins que de leur demander d’abandonner leurs enfants en France, l’un d’eux n’ayant pas de passeport chinois. Oui vous avez bien lu, abandonner. Lorsque le 2 septembre des policiers se présentent chez eux, outre la convocation pour leur expulsion, ils leur demandent de signer une « délégation d’autorité parentale » visant à déléguer leur autorité parentale à l’aide sociale à l’enfance. Comme le précise la défenseure des enfants Dominique Versini (2), « Quand on délègue son autorité parentale, on la perd, on n’est plus le parent de l’enfant … C’est une atteinte à la convention internationale des droits de l’enfant » dont la France est pourtant signataire.

 

Ces faits se déroulant en Auvergne, comment ne pas penser au régime de Vichy avec la séparation des familles ?

 

(1) Hortefeux, l’homme a qui l’on doit des petites phrases teintées de racisme. En novembre 2007, il soulève une polémique en sous-entendant, lors de l'émission Capital sur M6, que les  sans-papiers n'étaient pas des « citoyens honnêtes, propres » ; récemment lors de l’université d’été de l’UMP, à propos d’un militant d'origine Arabe, il dit : "Quand il y a en a un, ça va... C'est quand il y en a beaucoup qu'il y a des problèmes!"

 

(2) Dominique Versini avait été nommée Défenseure des enfants par décret du Président de la République le 29 juin 2006 (Journal officiel du 30 juin) pour un mandat de 6 ans. Dominique Versini est la deuxième Défenseure des enfants depuis la création de cette autorité indépendante. Cette autorité vient d’être remise en cause puisque vient d’être annoncée la suppression de sa fonction. « L'Élysée, qui est pourtant mon seul interlocuteur (le Défenseur des enfants étant nommé par décret présidentiel) ne m'a toujours pas contactée. »

 


 


Partager cet article
Repost0
22 septembre 2009 2 22 /09 /septembre /2009 22:10

Un projet de loi prévoit de transformer La Poste en société anonyme, autant dire un  grand pas vers la privatisation. « Pas question de privatiser La Poste », a déclaré ce matin la ministre de l'Economie Christine Lagarde, sur les ondes de France Inter. « Aucun risque de privatisation » avait auparavant affirmé Frédéric Lefebvre. « La Poste restera dans le giron de l'Etat » selon le ministre de l'Industrie, Christian Estrosi... Toutes ces déclarations font suite à l'appel à la grève de cinq syndicats (CGT-SUD-FO-CFTC-CFDT) contre la privatisation. Dominique Paillé, le binôme de Lefebvre, autre porte-parole de l’UMP, d’ajouter « Le Mouvement Populaire et nos militants sont comme tous les Français attachés au statut public de La Poste, la privatisation n'est absolument pas l'intention du gouvernement et de la majorité », « il n'y a aucun, aucun risque de privatisation », a-t-il répété, « ceux qui disent cela sont des menteurs ».

L’on nous parle de statut de "société anonyme" dans le but d’affronter la "concurrence" dans les meilleures conditions. Mais, promis, il n'y aura pas de privatisation, seuls des capitaux publics entreront au capital. Ça ne vous rappelle pas quelque chose ? Il y avait déjà eu le précédent avec France Télécom, il y a eu EDF …

Dans un discours de Nicolas Sarkozy au Sénat, alors ministre de l’intérieur, le 27 avril 2004, voilà ce qu'il disait :

« Il n'y aura pas de privatisation d'EDF ni de GDF, et ce pour une raison simple : EDF et GDF ne sont pas des entreprises comme les autres. »

Et pourtant, quelques mois plus tard, on assistait à  la privatisation d’EDF.

Alors présentement, qui sont les menteurs ?


Partager cet article
Repost0
22 septembre 2009 2 22 /09 /septembre /2009 22:00

Entre 400 et 500 policiers ont pénétré à l'aube dans cette vaste zone et le principal campement de la ville du Pas-de-Calais a été démantelé. Résultat : 276 arrestations, dont une moitié de mineurs.

 

A la fermeture de Sangatte, l'Etat avait dit « le problème est réglé », nous savions que non : aujourd'hui, on rase ce campement et le problème n'est toujours pas réglé, a dit Vincent Lenoir de l’association Salam.

 

Mais que dire de Besson, ce transfuge passé du PS à l’UMP (c’était peut-être un national-socialiste), qui arrive dans sa grosse voiture une fois évacuée la  jungle, quand les tronçonneuses, bulldozers et autres pelleteuses sont à l’ouvrage. Entouré de journalistes, le ministre de l’Immigration ne cache pas que la question du retour forcé vers l’Afghanistan est à l’étude : « Pour ceux qui continuent de refuser ces propositions, nous envisageons une procédure de retour contraint dans le pays d’origine. » Peu importe que ce soit l’Afghanistan, pays en guerre. Je croyais qu’on n’expulsait pas les ressortissants de pays en guerre …

 

La France patrie des Droits de l’Homme ?

 

Dossier dans l'Humanité du 23 septembre

 

 


Partager cet article
Repost0
21 septembre 2009 1 21 /09 /septembre /2009 22:00

C'est une affluence énorme qui s'est pressée tout le week-end dans les allées de la fête de l'huma. 600 000 personnes rassemblées sur les 3 jours dans une ambiance chaleureuse. Et quand c'est terminé, on a envie de dire, vivement l'année prochaine, avec l'espoir que d'ici là, la résistance se développera pour s'opposer à la violence de la politique de la droite et à tous les mauvais coups concoctés par le patronat au service des actionnaires.


Pour de nombreux médias, le compte-rendu de la fête de l’Humanité s’est résumé à l’accueil hostile reçu par le ministre de la culture Frédéric Mitterrand, venu de sa propre initiative. Même accueil hostile pour Eric Woerth, invité lui à venir débattre sur le thème « Comment sortir de la crise ? », mais le débat n’a pas eu lieu. Comment pouvait-il en être autrement alors que la fête battait au rythme des mobilisations sociales ? La fête de l’Huma, ce n’est pas l’université d’été de l’UMP. Ce fut une fête de solidarité, de fraternité, de débats, de spectacles, de détente.


La jeunesse était au rendez-vous

Direction le camping ...



Ici, la promiscuité n'est pas un problème




Et ça déambulait dans les allées de la fête







La grande scène a été prise d'assaut, et même inaccessible quand elle s'est remplie de 80 000 personnes ou plus pour le concert de Manu Chao ou de Deep Purple. Ce ne sont pas les photos ci-dessous, je n'ai pas pu y accéder.


Mais voici une vidéo de Manu Chao

                           

Manu Chao Fete Huma 2009

envoyé par HumaWebTV. - L'info video en direct.


Le concert de "Café Vista Alegre"





Grand rassemblement de solidarité internationale,

Avec le peuple palestinien et sa représentante en France Hind Khoury,


Avec Fadwa Barghouti dont le mari Marouane Barghouti est injustement emprisonné à vie en Isarël, Avec Denise Hamouri dont le fils Salah est emprisonné illégalement en Israël, avec des femmes des camps de réfugiés et des pacifistes israéliennes.




Solidarité avec les salariés en lutte,

Les Conti avec 4 des 6 condamnés,


Sur la grande scène, le délégué CGT de chez Molex, Elie Domota du LKP, un représentant de l'USTKE de Nouvelle-Calédonie dont le leader Gérard Jodar a été injustement condamné à de la prison ferme, ceux de Caterpillar ...


Les agents EDF et GDF de Toulouse qui connaissent une vague de procédures disciplinaires


Ceux de Goodyear




Les slogans étaient aussi au rendez-vous

















Les débats,

Ici avec Elie Domota


Là aux Amis de l'Huma


Ici lors de la présentation du film "L'armée du crime" par Robert Guediguian et Ariane Ascaride



Ici au forum social où B Thibault était interrogé par 3 journalistes sur l'actualité sociale de la rentrée



Les spectacles,

Sur la scéne Zebrock, Merlot


Allain Leprest


Sur la grande scène, l'orchestre français des jeunes de Radio France




Bien sûr, le village du livre




Le meeting du dimanche après-midi,




Une fête dans la diversité







Mais qui n'est pas de tout repos


  A l'année prochaine.

Partager cet article
Repost0
19 septembre 2009 6 19 /09 /septembre /2009 11:20

En 2007, pour satisfaire son fidèle compagnon Nicolas Sarkozy, Brice Hortefeux proposait une loi instaurant des tests ADN pour les futurs aspirants à l’immigration en France. Et le jeudi 20 septembre 2007, le projet de loi sur l’immigration était adopté par l’UMP et le Nouveau Centre, rejeté par le PS, le PCF et les Verts.


Au cours d'une interview télévisée accordée à Arlette Chabot et Patrick Poivre d'Arvor le 20 septembre 2007, voici les propos tenait le chef de l’état :


Patrick Poivre d'Arvor : "Les test ADN, ça vous choque comme Fadela Amara ?"


Nicolas Sarkozy : "Le test ADN, d'abord, est sur la base du volontariat. Il est destiné, pour une famille qui vient d'un pays où l'état civil n'existe pas, à prouver que les enfants sont bien les siens et donc à pouvoir les regrouper en France. Vous savez que ce test existe dans onze pays en Europe, dont certains sont socialistes comme la Grande-Bretagne (NDLR – socialiste la Grande-Bretagne ? A mourir de rire) ? Comment se fait-il que cela ne pose aucun problème dans ces pays et que ça fasse débat chez nous ?"


Arlette Chabot : "Parce que chez nous on dit que c'est réservé pour des raisons médicales, aux Français par exemple, ou quand il y a des problèmes avec la justice. Et là, du coup, certains sont choqués. On cite des membres de votre gouvernement qui viennent de la gauche, y compris dans la majorité, qui trouvent ça choquant."


Nicolas Sarkozy: "Je respecte parfaitement cette opinion. Si vous me posez la question de savoir si ça me choque, la réponse est non !"


Et suite à l’annonce par le ministre de l’immigration Besson, du report du décret d’application de cette loi, le chef de l’Etat a tenu des propos complètement différents disant que « Les tests ADN, ça ne sert à rien. C’est stupide ».


Il aurait été mieux de tenir ce propos en 2007. Mais il reste toujours des Copé pour défendre ces tests ADN pour immigrés.

 

 

 

Partager cet article
Repost0
18 septembre 2009 5 18 /09 /septembre /2009 21:43

Appel des fédérations et des associations des élu/es

 

Socialistes et Républicains

Communistes et Républicains

 Verts et Ecologistes

de la Gauche Radicale et Républicaine

 du Mouvement Républicain et Citoyen

 

 

Le changement de statut de « La Poste » d’établissement public en société anonyme ouvre la voie à sa privatisation et fait peser de lourdes menaces sur le devenir de ce service public.

 

Le service public postal remplit des missions indispensables en matière d’aménagement du territoire et de lien social. Elles dépassent le cadre universel du courrier et de la presse, de l’accessibilité bancaire et de la présence postale territoriale dans les zones rurales comme dans les quartiers populaires.

 

D’ores et déjà, en France, 6 100 bureaux de poste sur 17 000 ont été transformés en « partenariats » et plusieurs milliers  d’emplois ont été supprimés depuis 2002, au détriment de la qualité d’accueil des usagers, du service de distribution de courrier et des conditions de travail des salarié/es. En Europe, les privatisations postales ont engendré la baisse de qualité de service, une augmentation des tarifs et de nombreuses destructions d’emplois.

 

Le gouvernement et la direction de La Poste invoquent une directive européenne pour justifier leur projet. Cet argument est faux. En aucun cas l’Union européenne n’impose de modifier le statut de l’opérateur ni sa privatisation. Du point de vue financier, La Poste dispose d’autres moyens que l’ouverture du capital et la privatisation pour faire face à ses besoins de financement.

Nous, élu/es socialistes, communistes, Verts et écologistes, radicaux de gauche et du Mouvement républicain et citoyen estimons que rien ne justifie ce changement de statut. Le service public postal doit être maintenu, modernisé et rénové afin de répondre aux besoins de la population sur l’ensemble du territoire.

 

Nous soutenons la journée de grève et de manifestations des postières et postiers qui aura lieu le mardi  22 septembre 2009, à l’appel de l’ensemble des organisations syndicales de La Poste. (A NIORT, rassemblement à 10h30 devant la préfecture)

 

Nous affirmons que le devenir de La Poste est l’affaire de chaque citoyen/ne. Face à l’obstination du Président Sarkozy et du gouvernement à refuser l’organisation d’une consultation nationale sur un sujet aussi important, nous sommes partie prenante de la mobilisation engagée par le Comité national contre la privatisation de La Poste. Une campagne de votation citoyenne aura lieu du 27 septembre au 03 octobre prochain -point d’orgue de cette mobilisation-, organisée partout en France par des comités locaux regroupant syndicats, associations, usagers, élu/es et collectivités territoriales partenaires. 

 

Nous appelons l’ensemble de la population à venir s’exprimer lors de cette consultation populaire qui se tiendra dans les mairies, devant les bureaux de poste, sur les marchés, dans les entreprises… Aux côtés de nos député/es, sénatrices et sénateurs, nos fédérations et associations pèseront de tout leur poids lors du prochain débat parlementaire pour faire barrage au projet gouvernemental.

 


 

 

Partager cet article
Repost0