Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Réagir - Blog militant de joseph coutant
  • : Réagir : S'opposer activement à l'action de qqch, résister. La devise issue de la révolution française "Liberté, Egalité, Fraternité" étant de plus en plus mise à mal, ce blog est un moyen pour moi de faire partager mes réactions sur l'actualité politique, sociale, etc.
  • Contact

Rechercher

Tags

29 octobre 2009 4 29 /10 /octobre /2009 17:33

Après J.F Lamour qui s’était soit-disant trompé lors de son vote sur la surtaxe des bénéfices des banques, c’est au tour de Pierre Méhaignerie (président UMP de la commission des Affaires sociales de l'Assemblée nationale) qui s’est abstenu  sur le volet recettes du projet de budget pour 2010.


« Il s'agit d'une erreur. Je voulais en fait voter pour le texte », a-t-il déclaré à l'AFP.

Si ces députés sont incapables de différencier les touches « Pour », « Contre », « Abstention » ils n’ont rien à faire dans l’hémicycle.

Mais puisque ce pouvoir a été capable de faire revoter suite à « l’erreur » de Jean François Lamour, je crois que vu le pourcentage d’opinions défavorables que recueille Sarkozy  dans l’opinion (54 %), c’est que beaucoup de français se sont trompés en 2007.


Et si on recommençait le vote ?

Partager cet article
Repost0
29 octobre 2009 4 29 /10 /octobre /2009 08:12
En visite dans le Jura mardi dernier, Nicolas Sarkozy a prononcé un discours ayant de fortes similitudes avec un discours prononcé le 19 février 2009 dans le Maine et Loire. Merci au petit journal de Yann Barthès sur Canal + d'avoir fait ce parallèle.

Est-ce un manque d'inspiration de la part du conseiller de Nicolas Sarkozy ?

Pourtant le chef de l'Etat commençait son allocution par le propos suivant : "Je ne suis pas venu vous tenir un discours que vous avez déjà entendu ".  Et pourtant si !!!




Partager cet article
Repost0
28 octobre 2009 3 28 /10 /octobre /2009 15:25

Le commissaire européen chargé du développement et de l'aide humanitaire, a réclamé des poursuites contre la junte en Guinée et son chef le capitaine Moussa Dadis Camara, accroissant un peu plus les pressions sur son régime. Il souhaite que le capitaine Moussa Dadis Camara, soit jugé "pour crime contre l'humanité", à la suite de cette répression sanglante.

 

Que vient faire Patrick Balkany là-dedans me direz-vous ? Et bien, le député maire UMP de Levallois-Perret, ami d'enfance et invité personnel du président Nicolas Sarkozy dans tous ses voyages africains, se trouvait sans raisons apparentes ni officielles sur place, onze jours avant le massacre du stade de Conakry où une manifestation pacifique a été réprimée dans le sang par Moussa Dadis Camara.

 

Et malgré cette répression, Patrick Balkany dénonçait la fermeté du quai d'Orsay vis-à-vis de ce capitaine putschiste, estimant que la position du quai d’Orsay était "à côté de la plaque". Il jugeait le capitaine Dadis Camara comme quelqu’un de  "pittoresque et sympa". Quant à sa candidature à l'élection présidentielle Guinéenne en 2010, le maire de Levallois-Perret trouve encore maintenant qu'elle "ne pose pas de problème, l'intéressé étant un citoyen guinéen comme les autres".

 

Il ne faut pas oublier que cet ignoble personnage de Balkany (voir articles le concernant  novembre 2008 - juillet 2009 ) est un ami intime de Nicolas Sarkozy. On a les amis qu’on mérite !

Partager cet article
Repost0
25 octobre 2009 7 25 /10 /octobre /2009 23:36

Laurence Parisot, présidente du MEDEF, se dit « résolument engagée dans le lobbying parlementaire et politique ». Elle considère que l’objectif des lobbies ne se limite pas à s’emparer de la totalité des initiatives du monde économique. Il s’agit aussi de communiquer et d’influencer les pouvoirs publics et les élus en cherchant à orienter tout projet ou toute proposition de loi en faveur des intérêts financiers des lobbyistes.

Elle vient d’en apporter la preuve en faisant pression sur les députés UMP, aidée en cela par le gouvernement. Concernant l'assiette de la future cotisation complémentaire sur la valeur ajoutée des entreprises appelée à se substituer à la taxe professionnelle, un amendement voté en commission des finances prévoyait d'assujettir les entreprises dès 152 500 euros de chiffre d'affaires. Finalement, après une suspension de séance, Copé, président du groupe UMP à l’Assemblée, annonçait qu'un «accord» était intervenu avec le gouvernement, l'amendement  était retiré, aboutissant à l'exonération de toutes les entreprises réalisant moins de 500 000 euros de chiffre d'affaires.

Dans la foulée, Laurence Parisot s’est fendue d’un communiqué de presse disant :  « Les députés ont entendu le message envoyé depuis 48 heures par les Medef territoriaux et les fédérations professionnelles. Nous en sommes heureux pour nos TPE, PME et PMI. »

La suppression de la taxe professionnelle, les impôts locaux vont exploser. Avant c'était 51% pour les entreprises et 49% pour les particuliers, maintenant ce sera 70% pour les particuliers et le reste par les entreprises!!!

Les contribuables seront certainement moins heureux que le MEDEF. Merci l’UMP et Laurence Parisot !!!


 

Partager cet article
Repost0
24 octobre 2009 6 24 /10 /octobre /2009 22:02

Vendredi, les députés ont adopté un amendement imposant une surtaxe de 10% sur les bénéfices des banques en 2010, contre l'avis du gouvernement.

 

Avant le vote, Christine Lagarde mettait le holà : « Pas question de plomber le système bancaire français qui s’est bien comporté pendant la crise ». L'État a injecté 10,5 milliards d'euros dans les six plus grandes banques privées. Cela n’empêche pas que les traders vont continuer de recevoir les bonus, malgré les déclarations de Sarkozy. D’ailleurs, depuis son bureau à La Défense, un financier dit . "On comprend que Nicolas Sarkozy soit obligé d'avoir un discours dur, l'opinion publique serait choquée du contraire. Mais on n'est pas dupe. C'est du marketing. La "chasse aux sorcières" ne peut pas se faire seulement à Paris".

 

 

Boîtier individuel de vote devant le pupitre d'un député

Le vote ne s’est pas déroulé comme prévu. L'amendement 48, auquel s'oppose la ministre de l'Economie Christine Lagarde, a en effet été adopté par 44 voix pour et 40 contre. Mais le député UMP Jean-François Lamour, qui votait pour deux, a ensuite indiqué s'être trompé de bouton. Un comble pour le double champion olympique d’escrime, de ne pas être capable d’appuyer sur la bonne touche.

 

Mais dans la France Sarkozyste, on fait fi de la démocratie. Souvenez vous comment a été balayé le NON au traité constitutionnel de 2005. Comme le vote pour cette surtaxe ne convient pas au monarque, plaidant « l'erreur technique », le gouvernement a indiqué qu'il demandera lundi à l'Assemblée nationale d'annuler cet amendement par un nouveau vote.

 

Voilà la démocratie sauce UMP. Les pauvres peuvent crever, l'important pour cette droite est que les banques aient aujourd'hui, le beurre, l'argent du beurre, et le sourire de Christine Lagarde.


 

Partager cet article
Repost0
20 octobre 2009 2 20 /10 /octobre /2009 19:00

Hortefeux a profité de la Sainte Edwige (16 octobre) pour promulguer deux décrets créant deux nouvelles « bases de données » destinées à renforcer les moyens d’enquête de la police.

 

Le ministre avait pris la spécieuse précaution de dire il y a peu qu’il n’avait pas l’intention de déterrer le fichier Edvige, victime de la mobilisation citoyenne à l’automne 2008. En fait, les bases de données d’Hortefeux sont les jumelles d’Edvige et de son double mal cloné Edvirsp.

 

Le premier fichier comporte les « signes physiques particuliers et objectifs », recense, à titre dérogatoire, l’« origine géographique ou appartenance à un même quartier »,et les « activités politiques, philosophiques, religieuses, syndicales ».

 

Les deux décrets ont été promulgués alors qu’à l’Assemblée nationale, depuis des mois, une proposition de loi garantissant les libertés individuelles, issue de travaux parlementaires, est prête à l’emploi. Le parlement ne sera pas consulté.

 

Lorsque Sarkozy a fait réviser la constitution en juillet 2008, c’était soit-disant pour donner plus de droits au parlement. Ah bon ? Les faits sont têtus.

 

Voilà ce que Sarkozy et ses sbires appellent démocratie. Attention, DANGER !

 

Partager cet article
Repost0
19 octobre 2009 1 19 /10 /octobre /2009 16:53

Le 4 février 2008, Nicolas Sarkozy tenait les propos suivants devant les ouvriers d’Arcelor Mittal à Gandrange. « Je reverrai vos syndicats fin-mars, début avril. Et je viendrai moi-même dans l’usine, je reviendrai pour annoncer la solution qu’on aura trouvée. Voilà. Et je vous dis une chose, je ne peux pas annoncer une solution que je n’ai pas. Mais on va se battre pour en trouver une et de toute manière, il faut bien se serrer les coudes parce que vous avez besoin de votre propriétaire MITTAL, vous avez besoin de l’Etat, et nous on a besoin du savoir-faire qui est le votre. Voilà le message que je voulais vous dire ce matin. Vous n’êtes pas seuls, on ne laissera pas tomber. »

Depuis, 600 emplois ont été supprimés, et le 8 octobre 2009, il est revenu en Moselle, à quelques dizaines de kilomètres, mais pas à Gandrange. Il avait soigneusement évité de se rendre sur le site de l'usine ArcelorMittal.

Et la semaine dernière, pour redorer son blason, ses conseillers ont mis en place une opération de communication. Il est venu 3 heures à Gandrange car il s’est trouvé à avoir un trou dans son calendrier. Quel heureux hasard ! Et pour annoncer quoi ?

Le président est venu annoncer la signature d’un contrat de 300 millions d’euros entre Réseau ferré de France et le sidérurgiste néerlandais Corus pour la construction de rails. Un contrat d’une durée de six ans d’une valeur de 300 millions d’euros. Une bonne nouvelle certes, mais la négociation était sur les rails depuis deux ans. Autre annonce, cinq millions d'euros consacrés à un centre d'apprentissage, qui devrait être installé à Gandrange et où l'on formerait 120 jeunes aux métiers de la métallurgie. Intéressant de former des jeunes à la métallurgie, pour quel emploi demain puisque dans la région de la Moselle aux Ardennes, ce sont des centaines d’emplois de sidérurgistes et métallurgistes qui disparaissent.

Oui opération de communication, car son déplacement en Moselle 10 jours auparavant en évitant Gandrange avaient entraîné la colère des salariés. Il dit avoir « mesuré la déception » des salariés d’ArcelorMittal après ses promesses non tenues. Mais il faut savoir, et nos médias à la solde de ce pouvoir prennent bien garde de ne pas le dire,  c’est que ces annonce ne font que confirmer des engagements pris par…Luc Chatel en février 2008 dans le cadre d’un plan de revitalisation de la région. Seule la ventilation est différente.

Alors franchement, pourquoi ce déplacement qui n’apporte rien de plus, sinon vouloir redorer son image. Et pour ce qui concerne la taxe carbone, manifestement il s’en fout, car pourquoi tant de Kilomètres et de Co2 rejeté le 15 octobre alors qu’il était aux portes de l'aciérie 10 jours auparavant et que les ouvriers attendaient sa venue ?


Partager cet article
Repost0
13 octobre 2009 2 13 /10 /octobre /2009 23:42

En présentant sa réforme pour les lycées, Nicolas Sarkozy a dit s’appuyer pour sa réforme sur les principes ayant régi selon lui la création du lycée en 1802 par Napoléon Bonaparte. « C’est le geste fondateur de notre éducation nationale. C’est un geste qui signifiait très concrètement la fin des privilèges de la naissance », a affirmé Nicolas Sarkozy.  « Cela voulait dire que désormais, en France, c’est de l’école que sortiront les élites et pas de la naissance. Cela voulait dire que désormais ce qui compte en France pour réussir ce n’est plus d’être bien né, c’est d’avoir travaillé dur et d’avoir fait la preuve par ses études, par son travail, de sa valeur », a-t-il ajouté. « Principe de justice mais aussi, en même temps, principe d’efficacité, car quel meilleur critère que celui du savoir et de la compétence pour désigner ceux qui doivent exercer des responsabilités ? », a-t-il demandé.

 

Peut-être que Nicolas Sarkozy n’avait pas lu auparavant le discours qu’on lui avait préparé, car les propos tombent vraiment mal au moment où son fils se voit offrir la présidence de l'EPAD (Établissement public d'aménagement de La Défense) le plus gros quartier d'affaires européen.


Ce n’est donc pas Devedjan qui a écrit le discours car à propos du fils Sarkozy, il a déclaré « qu’aux âmes bien nées la valeur n'attend point le nombre des années ».

 


Ce n’est pas Balkany non plus, le truand de Levallois, lui maire, son épouse adjointe  « Moi qui ai connu Nicolas Sarkozy à 22 ans, il avait déjà beaucoup de talent. Et je peux vous dire que Jean Sarkozy, à 23 ans, a peut-être encore plus de talent que n'en avait son père à son âge ».


Et tous les bien-pensants du système capitaliste s'y mettent. La patronne des patrons vient au secours du fils Sarkozy. « Je trouve absolument incroyable la polémique sur Jean Sarkozy. Je trouve formidable que quelqu'un de jeune, d'engagé, puisse avoir l'envie, l'ambition de diriger un établissement public de cette nature », a lancé Mme Parisot, lors d'une conférence de presse au Medef. Il y a beaucoup de jeunes qui ont aussi l’ambition de travailler mais à qui les entreprises ne donnent pas leur chance, et là on entend moins Parisot.


« Pour autant que je sache, Jean Sarkozy a été élu au suffrage universel, et à ce titre, il peut postuler à être administrateur voire président de l'Epad », a-t-elle souligné. Elu au suffrage universel, soit, mais à Neuilly, là où il n’existe pas de logements sociaux et où les mômes naissent avec une petite cuiller en or dans la  bouche. Que ne se présente t’il à Gandrange par exemple, là où son père avait promis de revenir chez Arcelor-Mittal et où bien sûr il n’est pas retourné. Probablement que le monde du travail lui botterait le cul. Quant à postuler pour être administrateur de l’Epad, cela n’a été possible que par la démission d’Hervé Marseille qui détenait l'un des deux postes du Conseil général des Hauts-de-Seine au conseil d'administration. Et comme par hasard, pour ce dernier, il y a eu compensation par sa nomination comme membre du conseil économique, social (...) par un décret, signé Nicolas Sarkozy, le 15 juillet. Les copains des coquins.


Et Parisot ajoute encore en ardente défenseuse « Je n'ai pas aimé certaines réflexions très ironiques sur son niveau de diplôme et sa jeunesse. Avec des principes comme ça, je ne suis pas sûre qu'on favorise le brassage et le renouvellement ». Eh bien madame Parisot, que ne vilipendez vous pas les employeurs qui laissent sur la touche des diplômés supérieurs (NDLR – Je dis bien diplômé, ce que n’est même pas Jean Sarkozy) au prétexte qu’ils n’ont pas d’expérience. Quant au brassage, ce n’est pas celui de la diversité ni celui du monde du travail.


Sur ce sujet, il y a entre l'ironie comme le conseiller municipal Vert à la mairie de Paris, Denis Baupin « Il y a trois Pays où on hérite du pouvoir de père en fils : le Gabon, la Corée du Nord et les Hauts de Seine ! » ou la colère. 

 


Cette dictature Sarkozy est à vomir !


La droite qui a la mainmise sur l’EPAD va pouvoir continuer ses coups tordus. Voir le dossier de Rue 89.


Partager cet article
Repost0
10 octobre 2009 6 10 /10 /octobre /2009 07:12

A l’UMP, ils sont tous montés au front à propos de la votation citoyenne organisée sur l’avenir de La Poste.  Le porte-parole de l'UMP, Frédéric Lefebvre, n’était pas le dernier, lui l’aboyeur de service. Il a considéré que tout ça avait été une vaste manipulation, avec une question truquée puisque chacun sait que le gouvernement veut que la Poste reste à 100% publique, qu'il n'est absolument pas envisagé de privatisation. Chacun sait dit-il ?

 

Oui, chacun sait que ce gouvernement abuse l’opinion avec des promesses non tenues. Alors qu’est ce que c’est sinon des mensonges ?

 

Concernant EDF-GDF, autre service public aujourd’hui privatisé que disait un certain Nicolas Sarkozy, pas encore président de la République, mais ministre de l’Economie et des Finances ?

 

Le 6 avril 2004, à Chinon

 

« Il n’y aura pas de privatisation d’EDF et de Gaz de France, c’est clair, c’est simple et c’est net ! »

 

Le 8 avril 2004, à l’Assemblée Nationale :

 

« EDF-GDF ne sera pas privatisé, ni aujourd’hui ni demain, pour une raision simple : le gouvernement de la France veut que l’Etat conserve la majorité du capital de cette grande entreprise. »

 

Le 27 mai 2004, sur France 2 :

 

« Par la loi, je vais donner la garantie que l’Etat ne descendra pas en dessous de 70% du capital d’EDF-GDF. »

 

Le 15 juin 2004, à l’Assemblée Nationale :

 

« Il est en effet clair qu’EDF et Gaz de France doivent pouvoir lutter à armes égales avec la concurrence. (…) Pour cela, nous devons les transformer d’établissements publics en sociétés anonymes. »

 

Eh bien qu’en est-il aujourd’hui ? L’Etat ne détient plus que 35% de GDF qui a fusionné avec Suez, pour donner naissance, le 28 juillet 2008, à la société anonyme GDF-Suez.

 

Sarkozy, c’est : la vérité si je mens.

 

 

Partager cet article
Repost0
5 octobre 2009 1 05 /10 /octobre /2009 18:02

La semaine dernière, une courte majorité UMP-PS a rejeté au Conseil de Paris la proposition de Georges Sarre (MRC), soutenue par les communistes, de baptiser une rue de la capitale du nom de Robespierre.


Quelques extraits de l’intervention de Georges Sarre :


« … J’ai observé qu’aucune rue de Paris ne porte le nom de Robespierre. Ce n’est pas un oubli. C’est un choix. Mais pourquoi ?
Qui est Robespierre ? La caricature du bourreau sanguinaire à laquelle seuls les piètres connaisseurs de la Révolution peuvent encore croire ?
Non ! Robespierre, c’est d’abord un révolutionnaire pétri des idéaux de la philosophie des Lumières.
Robespierre, c’est un député du Tiers Etat, qui se bat pour le suffrage universel, le droit de vote des juifs et des gens de couleur, l’abolition de l’esclavage !
Robespierre, c’est l’un des principaux rédacteurs de la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen !
Alors que lui reproche-t-on ? D’avoir agi face à la contre-révolution, d’avoir encouragé l’insurrection populaire ?
D’avoir soutenu des mesures d’exception quand la République était menacée, en particulier par le soulèvement de Vendée ou de Lyon ?
...

... Jean Jaurès, dans son Histoire Socialiste de la Révolution française, écrit , devant le tribunal de l'Histoire : "je suis avec Robespierre et je vais m'asseoir avec les Jacobins"… »


Mais pour la droite au Conseil de Paris, le chef de la Montagne serait un « criminel ».


Ian Brossat, le président du groupe PCF-PG rappelle que son groupe « se bat depuis très longtemps pour une place Robespierre à Paris », comme ce fut le cas entre 1946 et 1949, avant que la droite ne la débaptise. « Robespierre est une figure de l’histoire de Paris, il incarne la Révolution dans une période, certes difficile, sur laquelle il est insensé de porter un jugement complètement décalé » a t-il rappelé.


Au terme d’un débat vif, le maire de Paris, Bertrand Delanoë, a demandé un avis négatif. Et dire que ce même Delanoé avait repris en 2006 la proposition de l’UMP de baptiser le parvis de Notre Dame du nom de Jean Paul II, proposition qui avait recueilli la majorité des voix du PS,  de l'UMP et UDF.


Mais pour Robespierre, seuls les élus MRC, PCF ainsi que quelques verts et socialistes ont voté pour, mais se sont retrouvés en minorité face à l’UMP et au PS.


Par contre j’ai vu qu’il existait une Rue Thiers à Paris (dans le 16ème arrondissement) comme dans de nombreuses villes de France. Thiers qui fut un des chefs historiques de la droite monarchique, et notamment responsable de l’écrasement de la Commune de Paris au cours de la Semaine Sanglante (1871) avec près de 20 000 fusillés et le double d’arrestations.


Au fait, Thiers se prénommait Adolphe !!!

 

Partager cet article
Repost0