Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Réagir - Blog militant de joseph coutant
  • : Réagir : S'opposer activement à l'action de qqch, résister. La devise issue de la révolution française "Liberté, Egalité, Fraternité" étant de plus en plus mise à mal, ce blog est un moyen pour moi de faire partager mes réactions sur l'actualité politique, sociale, etc.
  • Contact

Rechercher

Tags

2 janvier 2012 1 02 /01 /janvier /2012 23:13

Pour les derniers vœux de son quinquennat, N. Sarkozy a dit vouloir continuer à agir jusqu’au bout en énonçant ses priorités : la lutte contre le chômage, la protection sociale, la régulation de la finance.

 

Concernant le chômage, qu’a t’il fait durant ses 5 années de présidence ? Le 16 avril 2007 sur TF1, il promettait pourtant un taux de chômage à 5% et le plein-emploi dans les 5 ans, ajoutant même « il n’y a aucune raison qu’on n’arrive pas à ce résultat ». Aujourd’hui, le chômage atteint pourtant des niveaux record depuis 30 ans avec 4,7 millions de chômeurs toutes catégories confondues.

 

La protection sociale : plus de 20% des français renoncent ou reportent des soins médicaux, faute de moyens. Le chiffre a doublé par rapport à 2009. Et ce n’est pas le doublement de la taxe sur les contrats de santé qui va arranger la situation.

 

La régulation de la finance : Déjà en 2009 Sarkozy s’était fait le chantre de la lutte contre l'immoralité du capitalisme et de la finance. Deux ans après, on ne peut que constater l’immense écart entre les déclarations et les actes.

 

Sarkozy est bien le président du chômage de masse, le président de la casse du système de santé et de la protection sociale qu’il s’emploie à liquider depuis 5 ans, le président qui a refusé durant les 5 années de son mandat la mise en place d’une taxe sur les transactions financières.

 

Quelle dose d’hypocrisie dans les vœux de Sarkozy ! Comment ferait-il en 5 mois ce qu’il n’a pas fait en 5 ans ?

 

Il est grand temps que ça se termine.

Partager cet article
Repost0
31 décembre 2011 6 31 /12 /décembre /2011 07:03

 

blogfinvacances-copie-1

 

Bien occupé par la famille et plus particulièrement les petits enfants, mon blog était en vacances pendant cette période de fêtes.

 

Pour redémarrer en ce dernier jour de l'année 2011, je vous livre le dessin de Charb paru dans le dernier numéro 2011 de l'Humanité Dimanche.

 

Mais ne plus voir sa gueule ne suffira pas, c'est vraiment d'une autre politique dont nous avons besoin, d'une véritable ALTERNATIVE. Un large vote FRONT de GAUCHE aux élections présidentielle et législatives y contribuera.

 

 

voeux-sarko-2012.jpg

Partager cet article
Repost0
22 décembre 2011 4 22 /12 /décembre /2011 23:25

Poser la  question, c’est y répondre.

 

En effet le Sarkozy président fréquente le Fouquet’s, se fait inviter sur le yacht de Bolloré ; avec ses amis de Bruxelles il a prévu la suppression du programme européen d’aide aux plus démunis puisqu'il doit être totalement arrêté en 2013. Son gouvernement applique une augmentation générale des impôts les plus injustes (TVA, taxe sur les contrats santé des mutuelles…). Il diminue dans le même temps les allocations logements de 1,2%, et pratique une hausse vertigineuse des tarifs du gaz et de l’électricité.  Le logement social, l’hébergement d’urgence, l’accès aux soins sont dans une situation catastrophique après cinq ans de présidence Sarkozy. Pourtant, le candidat Sarkozy de 2007 s’était engagé à ce que plus un français ne dorme dans la rue d’ici 2009. Les statistiques indiquent une augmentation du nombre de français vivant en dessous du seuil de pauvreté puisque selon l’INSEE un français sur sept vivrait sous ce seuil aujourd'hui.

 

Le candidat Sarkozy a tenté une nouvelle fois de se défaire de l’image du « président des riches » en visitant aujourd’hui un centre de logistique des restos du cœur à Vitry sur Seine dans le Val de Marne. Dans ce département, le gouvernement a choisi de baisser de 35 % les crédits de l’hébergement d’urgence et de supprimer 500 nuitées hôtelières tandis que les expulsions locatives se multiplient du fait de loyers trop chers et de salaires trop bas.

 

Alors, le candidat Sarkozy peut bien visiter un centre des Restos du cœur et déclarer « Les Restos du coeur, c'est une association qui fait un travail remarquable depuis bien des années. J'ai voulu la mettre à l'honneur, la remercier, et à travers les Restos du coeur remercier tous les bénévoles, tous les associatifs qui sont auprès de nos compatriotes dans la souffrance ». Qui peut croire ces propos ? C’est bien sa politique qui mène à la misère et à l’augmentation du nombre de bénéficiaires des restos du cœur et autres associations pour les plus démunis. 

 

Cette visite ne doit donc tromper personne. Sarkozy tente de se refaire une virginité à l’approche de l’élection présidentielle de 2012. Pour croire à sa sincérité, il faut vraiment être gogo.


Partager cet article
Repost0
21 décembre 2011 3 21 /12 /décembre /2011 23:14

Le traité de Maastricht puis le traité de Lisbonne étaient bien au service du système capitaliste et non des peuples. Ces traités fixaient l'impossibilité pour la Banque centrale européenne (BCE) de prêter directement aux états. Le journal L’Humanité n’a cessé de dénoncer la capitulation du pouvoir politique face aux chantres du libéralisme. Dans un dossier du 12 décembre 2007 qui décryptait le traité de Lisbonne avant sa ratification parlementaire malgré le NON du peuple, l’Humanité écrivait ceci : « La Banque centrale européenne est une pièce de l’Europe libérale. Ses règles de fonctionnement ont été conçues comme un verrou d’une politique monétaire strictement dévouée aux marchés financiers.»

 

Eh bien ceux-ci sont comblés. La Banque centrale européenne (BCE) a lancé ce mercredi une opération inédite : un prêt sur trois ans, d'un montant illimité, et très bon marché à un taux d'intérêt de 1 %. Les banques (523) ont ainsi emprunté 489 milliards d'euros, un résultat largement supérieur aux attentes. Les analystes estimaient qu'au-delà de 200 milliards, l'opération constituerait un succès.

 

Et à présent, les états devront aller se financer auprès des banques à des taux qui pour certains atteindront les 7%, voire plus. Et parallèlement, ces mêmes états vont instaurer des plans de rigueur pour les travailleurs qui ne sont pour rien dans la crise actuelle du système capitaliste.

 

C’est véritablement honteux. C’est le résultat de la ratification du traité de Lisbonne rendue possible par la révision de la Constitution par le Congrès (Parlement –Sénat) en février 2008, et l’adoption suite à l’abstention du Parti socialiste.

 

Jusqu’à quand allons nous accepter de payer ? Pour une Europe sociale, un seul vote en 2012, le vote Front de Gauche.

 


Partager cet article
Repost0
15 décembre 2011 4 15 /12 /décembre /2011 23:24

 A propos de l'émission « C dans l'air » du 13 décembre sur le communisme, Pierre Laurent a écrit à Yves Calvi.

 

Mardi 13 décembre, France 5 diffusait un « C dans l'air » dont le thème était « le communisme 20 ans après ». Yves Calvi recevait à cette occasion, Stéphane Courtois et Alexandre Adler sur le plateau. Suite aux propos scandaleux tenus par certains sur le plateau, vous trouverez ci-dessous le courrier de Pierre Laurent, Secrétaire national du PCF, envoyé ce jour à Yves Calvi.

Depuis maintenant des mois, la discrimination à l’égard du Parti communiste français dans les émissions politiques dont vous avez la charge, et plus globalement dans celles du groupe France Télévisions, est une constante. Toutes nos demandes pour qu’il y soit mis un terme sont - plus ou moins poliment - mais systématiquement écartées.

 

Mais cette fois, trop c’est trop. Le mardi 13 décembre, l’émission « C’est dans l’air » avait pour invité Stéphane Courtois, dont la seule fonction historique reconnue est l’anticommunisme professionnel. C’est votre choix éditorial, je n’ai pas à le contester. Toutefois, au cours de cette émission, cet invité, qui ne m’a jamais rencontré de sa vie, s’est livré à une violente attaque personnelle en déclarant je cite « Pierre Laurent (…) un fils d'apparatchik qui a mis les pieds dans les chaussons de son papa et qui prend la direction du parti, quelque part ça fait presque pitié». 

Cette pitoyable déclaration est restée sans réponse. Insultante et diffamatoire, elle ne mériterait de ma part que le mépris. Elle s’inscrit dans le registre des poncifs anticommunistes dont Monsieur Stéphane Courtois s’est fait une spécialité, en lieu et place de celle d’historien dont il s’affuble à propos du Parti communiste français.

 

Je ne peux me taire car cette déclaration intervient alors que la discrimination à notre égard est un scandale qui n’a que trop duré. Élu secrétaire national du PCF en juin 2010, je n’ai été invité à aucune émission politique importante dont vous avez la responsabilité, et quasiment aucune sur l’ensemble des  antennes de France Télévisions. Ce boycott est en contradiction avec toutes les règles déontologiques en matière de pluralisme du débat d’idées, et avec toutes les règles du CSA qui invitent à respecter l’ «équité» des temps de parole des formations politiques, singulièrement celles qui  disposent d’une représentation politique parlementaire.

Cette situation devient plus insupportable encore depuis que nous sommes entrés, de fait, dans la campagne présidentielle. Le Front de gauche, dont le Parti communiste français est totalement partie prenante, et son candidat Jean-Luc Mélenchon dont je préside le conseil national de campagne, y jouent un rôle de premier plan. Pourtant, la discrimination perdure. Elle devient même chaque jour plus flagrante au fur et à mesure que des candidats, subitement touchés du jour au lendemain par la grâce sondagière, occupent aussitôt le hit-parade des apparitions médiatiques.

 

L’argument selon lequel  je ne suis moi-même pas candidat ne résiste pas une seconde à l’examen.

 

Un, notre campagne et notre candidat sont loin de bénéficier de l’égalité de traitement qu’ils méritent. Le respect des règles du CSA nécessite bel et bien  l’augmentation globale du temps de parole du Front de gauche, donc tout à la fois celle de Jean-Luc Mélenchon et celles d’autres représentants nationaux du Front de gauche.    

 

Deux, le rôle politique et parlementaire joué par le Parti communiste dans cette campagne ne peut échapper qu’à ceux qui cherchent à nier la réalité.

 

Trois, ceux qui avancent cet argument à mon égard devront m’expliquer pourquoi il ne s’applique ni au secrétaire général de l’UMP Jean-François Copé, ni à la première secrétaire du PS Martine Aubry, ni à la première responsable d’Europe Ecologie Les Verts, Cécile Duflot, sans parler des dizaines de responsables d’autres formations politiques qui sont des invités permanents de vos émissions, sans que jamais un seul responsable communiste ne puisse y trouver place.

 

Ainsi, pour ne prendre qu’un exemple récent sur lequel nous vous avons alerté avant l’émission, comment se fait-il qu’aucun parlementaire ou aucun maire de notre parti, très actif sur le droit de vote des étrangers depuis trois décennies, ne trouve place le lundi 12 décembre sur le plateau de « Mots croisés » quand Rama Yade, qui n’a plus aucun rôle politique, et l’improbable Arno Klarsfeld, sur ce sujet auquel il ne s’est jamais intéressé, y figurent en bonne place ?

 

Et pour n’en prendre qu’un seul autre un peu plus ancien, puisque l’histoire du PCF semble vous intéresser quand il s’agit d’inviter Stéphane Courtois, comment expliquer que le discours que j’ai prononcé devant plus de sept mille personnes le 23 octobre dernier dans la carrière de Châteaubriant aux côtés du secrétaire général de la CGT, Bernard Thibault, en hommage aux 27 résistants fusillés il y a soixante ans par les nazis, ait été totalement ignoré ? La mémoire de Guy Môquet et de ses camarades n’intéresse-t-elle que quand elle est instrumentalisée par un président de la République qui en trahit chaque jour les idéaux ?  

 

Aussi, je vous demande d'agir pour mettre un terme à cette mise à l’écart du PCF et de moi-même comme secrétaire national de ce parti dans vos émissions. Ainsi, sera défaite cette anomalie anti-démocratique qui, j’en suis sûr, suscite la réprobation de très nombreux journalistes de vos propres rédactions, que je sais attachés aux valeurs du pluralisme.

 

Si les propos insultants de Stéphane Courtois sur votre antenne ont été, vous l’aurez compris, la goutte d’eau qui fait déborder le vase, vous comprendrez que ma requête, au-delà de ce lamentable incident, est plus large. Elle n’a qu’un seul but : faire droit au respect du pluralisme sans lequel la démocratie n’est qu’une coquille vide.

 

Pierre Laurent, Secrétaire national du PCF

 

 

A propos de l'historien Stéphane Courtois, historien anti-communiste notoire, auteur du "Livre noir du communisme", vous trouverez  une mise au point de Gilles Perrault à votre disposition sur le site du Monde Diplomatique.


 

Partager cet article
Repost0
13 décembre 2011 2 13 /12 /décembre /2011 23:34

Dans le Bourgeois Gentilhomme de Molière, Monsieur Jourdain faisait de la prose sans le savoir. A Niort, Monsieur Jourdain, élu municipal d’Europe Ecologie les Verts, faisait lui de la spéculation sans le savoir.

 

Selon les éléments rapportés dans la presse locale, l’élu s’est porté acquéreur en 2009 d’une parcelle de 5000 m² au prix de 32€ le mètre carré, dans le but d’y construire sa maison. Bigre ! Une telle surface pour une maison d’habitation ? C’était peut-être pour réaliser un grand potager, le côté «vert» ? Pas du tout, ou du moins l’idée n’a pas résisté au temps, puisque ensuite, l’idée lui est venue, compte tenu de la surface, d’aménager un lotissement. Et dans le compromis de vente signé, après viabilisation, le mètre carré est passé à 120 €. Et l’élu a pris part à deux votes en conseil municipal concernant l’aménagement de la zone concernée.

 

Hormis le fait de participer au vote, il n’y a probablement rien d’illégal dans l’opération réalisée. Mais par contre, lorsqu’on est un élu de gauche, dont le mouvement affiche nationalement une volonté de « légiférer sur le foncier pour protéger les terrains constructibles de la spéculation immobilière », c’est très choquant. L’intéressé se défend en commentant : « On est loin du spéculateur tel qu'on veut nous le montrer » puisque le bénéfice ne serait que de 8.310 €.

 

Peut-être, mais être « foncièrement » de gauche, c’est en respecter les valeurs. Et la spéculation n’en est pas une, c’est certain, fut-elle pratiquée sans le savoir.

 

Partager cet article
Repost0
8 décembre 2011 4 08 /12 /décembre /2011 00:05

Cette assemblée a pour ambition de permettre aux citoyen(ne)s qui le souhaitent de s’organiser, de prendre la parole et d’être force de proposition pour sortir vite de cette escroquerie instruite par les traités européens qu’on appelle la crise. Il s’agit de bâtir des solutions communes en réunissant l’ensemble de la gauche de combat.


Il n’y a pas de fatalité, il n’y a que de la résignation. A nous tous de construire l’alternative pour que les peuples disposent des pouvoirs qui leur ont été confisqués.


Il est aujourd’hui plus que nécessaire de remettre sur les rails nos solidarités, de détruire les principes de rentabilité à tout prix et de surproduction. Nous avons besoin d’emplois bien rémunérés, d’un système de santé efficace et ouvert à tous et d’une retraite décente. Réapproprions-nous les richesses que les détenteurs de capitaux nous ont volées. Un combat que l’on doit mener ensemble.


Cette assemblée citoyenne se tiendra le jeudi 8 décembre à 20h30 au Petit théâtre Jean-Richard avenue St Jean d’Angély à Niort.

Partager cet article
Repost0
7 décembre 2011 3 07 /12 /décembre /2011 23:42

Le magazine suisse « Bilan » fait l'inventaire des 300 plus riches exilés fiscaux installés sur son territoire. Surprise, 44 « patriotes » français figurent au palmarès quand ils n'étaient (que) 17 il y a 10 ans. Sarkozy avait soit disant créé le bouclier fiscal et autres exemptions d’impôts pour inciter ses amis évadés fiscaux à revenir en France. Le résultat est inverse.

 

Mais que font les dirigeants UMP, grands chasseurs de fraudeurs devant l'éternel contre cet intolérable triche ? Rien, absolument rien. Pourtant Sarkozy, Copé, Chatel ou Wauquiez ne se sont-ils pas relayés plus que de raison pour dénoncer la fraude au chômage, à l'assurance sociale, aux minima sociaux avec le plus souvent des trémolos dans la voix ? C’est Sarkozy qui déclarait à Bordeaux le 15 novembre « Frauder la sécurité sociale, c'est voler ».

 

Le silence de la droite est un véritable scandale quand 30 milliards d'euros échappent au fisc français. Le gouvernement est complice. Être faible avec les forts et dur avec les faibles est l'éternel leitmotiv de la droite. La preuve en est puisque la chasse aux fraudeurs s'est arrêtée au bord du Lac Léman.

 

exilés suisse 1exiles-suisse-2.jpgexiles-suisse-3.jpg

 


 


Partager cet article
Repost0
5 décembre 2011 1 05 /12 /décembre /2011 23:09

Merkel voulait un nouveau traité, un nouveau traité sera négocié d’ici fin mars. Elle voulait des sanctions contre les peuples qui seraient rebelles aux politiques d’austérité, des sanctions automatiques seront incluses dans la constitution, mais par contre, rien n’est prévu pour faire face aux agressions des marchés. Concernant le mode de ratification de ce traité, il a été courageusement éludé, car bien évidemment, la consultation directe des peuples n'est pas envisagée.

 

Concernant la solidarité avec une mutualisation de la dette (Eurobond), Merkel n’en voulait pas, Sarkozy a dit non lui aussi.

 

Il est clair que le couple Merkel-Sarkozy veut mettre tous les pays européens au pas, et graver l'austérité dans le marbre. La consultation des peuples sera une exigence.


 

made-in-germany.jpg

Partager cet article
Repost0
3 décembre 2011 6 03 /12 /décembre /2011 00:13

Le 25 septembre 2008 à Toulon, un an après la faillite de la banque américaine Lehman-Brothers, sonnant le début de la crise financière mondiale, Nicolas Sarkozy prononçait un discours. Voici quelques propos qu’il avait tenus à cette occasion :

 

« Dans la situation où se trouve l’économie, je ne conduirai pas une politique d’austérité, parce que l’austérité aggraverait la récession. » Sauf que Sarkozy a imposé depuis deux plans d’austérité à la France.

 

« Je n’accepterai donc pas de hausses d’impôts et de taxes qui réduiraient le pouvoir d’achat des français, car notre objectif, c’est de leur rendre du pouvoir d’achat, et non de leur en prendre. Il est exclu de renchérir les prix des produits de grande consommation.» Il y aura pourtant eu la création d'une taxe pour financer le RSA, dont les plus riches sont exonérés grâce au bouclier fiscal, ou encore l'instauration de « taxes vertes » pesant davantage sur les citoyens que sur les industriels. Tout récemment, il vient de relever le taux de TVA de 5,5 à 7%.

 

« L’économie de marché, ce n’est pas la loi de la jungle, ce n’est pas des profits exorbitants pour quelques-uns et des sacrifices pour tous les autres. » Quand en 2011 le SMIC augmentait de 1,6% sans coup de pouce gouvernemental, les patrons du CAC 40 se sont augmentés de 24%. Et pas question pour lui de toucher aux 32 milliards d'euros d'exonérations de cotisations sociales consenties aux entreprises en 2008, ni aux 15 milliards que coûte annuellement le «paquet fiscal».

 

« Le laisser faire, c’est fini, le marché tout puissant qui a toujours raison, c’est fini, il faut tirer les leçons de la crise pour que la crise ne se reproduise pas. » Ah bon ? La toute-puissance des marchés financiers a sauté aux yeux de tout le monde à l'occasion de la crise de la dette dans la zone euro. D’ailleurs, quel est l’objectif déclaré de Sarko, garder le triple A des agences de notation pour rassurer les marchés financiers.

 

C’est bien connu, l’assassin retourne toujours sur les lieux de son crime. Il y a 3 ans, il avait promis la moralisation du capitalisme, la fin des paradis fiscaux et de la spéculation. De tout ça on n’a rien vu, et aujourd’hui ce serait lui ou le chaos. Eh bien NON ! C’est une alternative au capitalisme qu’il nous faut. Le programme du Front de Gauche va dans ce sens, et le chaos sera pour les milliardaires et ceux de la bande du Fouquet's.


Partager cet article
Repost0