Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Réagir - Blog militant de joseph coutant
  • : Réagir : S'opposer activement à l'action de qqch, résister. La devise issue de la révolution française "Liberté, Egalité, Fraternité" étant de plus en plus mise à mal, ce blog est un moyen pour moi de faire partager mes réactions sur l'actualité politique, sociale, etc.
  • Contact

Rechercher

Tags

6 février 2012 1 06 /02 /février /2012 22:22

Après la découverte samedi des corps de deux SDF morts de froid, le président du collectif «Les morts de la Rue», a réagi sur la situation des sans-abris.

 

Pour l’instant, au 34e jour de l’année, nous en sommes à 37 décès. Ils ne sont pas seulement liés à l’hypothermie, mais le froid nous rappelle juste que le manque d’hébergement est constant tout au long de l’année. 37, ce sont les personnes mortes dans la rue depuis le début de l’année.

 

Il ajoutait, une année sans mort pourrait être possible si on avait assez d’ambition politique.

 

Ambition pour son pays, mais pas pour soi-même. Le candidat Sarkozy s’était engagé dans un discours tenu à Charleville-Mézières le 18 décembre 2006. Il a été élu, il avait la majorité au parlement et au Sénat, donc les coudées franches.

 

 

 

 

Mais comme le dit cette maxime de l'UMP, « les promesses n’engagent que ceux qui y croient ». A ne pas oublier le 22 avril 2012.


Partager cet article
Repost0
6 février 2012 1 06 /02 /février /2012 17:19

Après la découverte par Europe 1 que l'Elysée avait fait venir des figurants pour faire le nombre autour du chef de l'Etat, voir article précédent, à l’instar de Brice Hortefeux lors d’un échange en septembre 2009 avec un militant UMP d’origine Maghrébine, Nicolas Sarkozy y est allé de son petit couplet, déclarant à un ouvrier à la peau noire : « Ça change du pays, quand il fait moins 8° ".

 

Le chef de l’état était-il en mesure d’assurer que cet ouvrier n’était pas né en France ?

 

Je pense que ses propos s’apparentaient plus à des propos raciste et imbécile qu’à de la compassion eu égard au climat glacial. L'UMP laboure de plus en plus les terres du Front National.


 

chantier-essonne.jpg

Partager cet article
Repost0
3 février 2012 5 03 /02 /février /2012 16:49

Mais non, Sarkozy n’est pas en campagne électorale. Il n’y a bien que les mauvaises langues pour imaginer le contraire.

 

Pour défendre son plan logement, il visitait hier un chantier de construction de 130 logements sociaux dans l’Essonne. Selon les propos d’un cadre du chantier, des personnes ont joué les ouvriers lors de cette visite du candidat UMP, pardon, du président. L'Elysée avait organisé dans les moindres détails ce déplacement, allant jusqu'à demander de doubler les effectifs le temps du passage du président. Le comble, c’est qu’avec la température glaciale qui sévissait hier, il leur était pourtant impossible de travailler. Mais pour respecter les consignes, y compris patronales, les ouvriers et les faux ouvriers auraient été priés de faire semblant de travailler devant la presse et les caméras. D'ailleurs, dès la fin de la visite, tous les ouvriers sont rentrés chez eux.

 

Il y avait déjà eu les visites d’usine avec des ouvriers amenés en bus d’autres sites ( chez Faurecia en Normandie en 2009), dont ceux sélectionnés pour leur taille afin de ne pas être plus grand que le président.

 

Dans un premier temps, l'Elysée a admis : « Nous avons simplement voulu donner la possibilité d'être présents, à tous ceux qui ont, par le passé, ou auraient à l'avenir à travailler sur ce chantier », a expliqué le service communication de la présidence à Europe 1. Sauf que 24 heures plus tard, le même service de communication dément. Ah oui, ça fait mauvais effet. Mais personne n’est dupe. Ceaucescu procédait de la même manière …


Partager cet article
Repost0
1 février 2012 3 01 /02 /février /2012 23:33

En France, l'abus de biens sociaux est le délit qui réprime le fait pour tout dirigeant d'avoir utilisé en connaissance de cause les biens, le crédit, les pouvoirs ou les voix de la société à des fins personnelles directes ou indirectes. N’est-ce pas ce qui vient de se passer avec le rapatriement de Pierre Sarkozy ?

 

En tournée en Ukraine où il devait animer une soirée en tant que DJ, Pierre Sarkozy, le fils aîné du monarque, a été victime d'un intoxication alimentaire. Hospitalisé à Odessa, cité balnéaire de la mer Noire, selon un porte-parole du maire de cette ville « Il ne se sent pas mal, sa vie n'est pas en danger. »

 

Cela n’a pas empêché qu’il a été rapatrié à Paris le même jour, mais pas par une compagnie d’assistance comme c’est communément le cas dans ce genre de situation. Selon le Canard Enchaîné, à 9h17 le mercredi 25 janvier, un plan de vol est déposé à la base 107 de l'armée de l'air, en toute urgence puisque le départ est prévu à 9h30. Finalement c’est à 10h04 qu’un Falcon 50 de l'Etec (l'escadron chargé de transporter les ministres et le Président) décolle de Villacoublay. Après trois heures trente de vol, le Falcon se pose à Odessa, d'où il repart, deux heures plus tard, chargé du fils du monarque.

 

Interrogée par Le Canard, la présidence de la République a assuré que Nicolas Sarkozy  avait «payé par chèque sur ses deniers personnels la somme de 7 632 euros ». Mais le compte n’y est pas puisque l'heure de vol en Falcon coûte 5 600 euros, soit pour un vol aller-retour de 7 heures un coût de 39 200 euros.

 

Cela fait donc près de 32 000 euros qui restent à la charge de l’Etat, donc du contribuable.

 

Cela s’apparente clairement à de l’abus de biens sociaux. Il est temps de mettre fin à ce règne.  


Partager cet article
Repost0
31 janvier 2012 2 31 /01 /janvier /2012 23:12

 

TVA sociale ? «Ce mot na aucun sens», «Vous ne mavez jamais entendu le prononcer».

 

 

 

 

 

A propos de la hausse de la TVA de 1,6%, il a répété plusieurs fois que la hausse de 1,6 point de TVA n’aura pas d’impact sur les prix. Ah bon ? Ce n'est pas ce qu'il disait le 27 octobre 2011 !

 

 

 

 

Et bien entendu, à l'évocation des ouvrières de "Lejaby", il répond « Je ne laisserai pas tomber les gens de Lejaby ».

 

On peut le croire sur parole. Il y a quatre ans, Nicolas Sarkozy s’était précipité, avec les mêmes accents, au chevet d’un site industriel aujourd’hui rayé de la carte, c'était celui des salariés de l’aciérie de Gandrange. Il avait fait la même promesse, s'engageant même à y retourner, mais il n'a pas dû retrouver le chemin.

 

« Faut pas prendre les Français pour des imbéciles » disait-il dans l'interview de dimanche dernier. 

 

A chacun de juger et d'en tirer les conséquences le 22 avril.


 

 

Partager cet article
Repost0
27 janvier 2012 5 27 /01 /janvier /2012 23:41

Utiliser une citation au détour d’un discours permet de mettre en valeur ses références culturelles. C’est ce à quoi s’est employé François Hollande dans son discours du Bourget en disant « Je me permettrai de citer Shakespeare, qui rappelait cette loi pourtant universelle : " ils ont échoué parce qu'ils n'ont pas commencé par le rêve". »

 

Bravo, formidable. Sauf que des spécialistes se sont plongés dans l’œuvre, et le journal anglais « The Telegraph » a vendu la mèche. Cette phrase est bien d’un nommé Shakespeare, mais pas William. Elle est de Nicholas Shakespeare, auteur anglais contemporain, qui la fait dire à un guérillero marxiste-léniniste du Sentier lumineux péruvien dans son roman « The vision of Elena Silves ».

 

Si l’intention de F. Hollande était de réenchanter le rêve d'une politique plus juste pour tous, il aurait mieux fait de s'abstenir de citation, et de donner des réponses concrètes aux préoccupations sociales : la revalorisation du SMIC à 1700 euros, le rétablissement de la retraite à 60 ans etc.

 

Pour trouver ces réponses, c’est vers le programme du Front de Gauche, « L’humain d’abord » qu'il faut regarder.

 

 

 

Partager cet article
Repost0
20 janvier 2012 5 20 /01 /janvier /2012 12:15

«Je ne sais pas pourquoi ils me laissent tout seul. Alors que c'est ici que cela se passe.» Ce sont les propos tenus jeudi matin par Nicolas Sarkozy à l'usine Seb de Pont-Evêque, avant qu’il ne présente ses vœux aux forces économiques. Il dit s'étonner que ses concurrents à la présidentielle le «laissent tout seul» aller dans les usines. Mais non Sarkozy, pas tout seul, puisque traînent autour de vous caméras et journalistes pour votre opération de communication. Là vous faites le malin, mais pourquoi n’allez vous pas faire la même chose là où les patrons voyous ferment les usines ?

 

Pourquoi n’êtes vous pas retourné à Gandrange ? Vous l’aviez pourtant promis. Mais c’est vrai que vos promesses … Sarkozy c’est, courage fuyons !

 

Avez vous rencontré les 104 ex-salariés de l’entreprise de lingerie Aubade de St Savin dans la Vienne, victimes de licenciements boursiers ?

 

Avez vous rencontré les 182 salariés de Fralib à Gémenos qui proposent une solution alternative à la délocalisation de leur usine en Pologne décidée par le groupe Unilever ? NON ! Entreprise en difficulté ? Pas du tout, car en 2010, année durant laquelle la fermeture du site de Gémenos a été décidée, Unilever France (Lipton, Miko, Amora, Knorr, Alsa, Sun, Dove…) a versé au groupe Unilever 1,3 milliard d’euros de dividendes.

 

Et les 184 d’Amora-Maille à Dijon, et les 77, toujours d’Amora-Maille, à Appoigny dans l’Yonne ? Et les 1100 salariés de Freescale à Toulouse, les 283 salariés de Molex à Villemur sur Tarn, les 366 salariés de New-Fabris à Chatellerault, les 1120 Conti à Clairoix, les 600 de Caterpillar à Grenoble et Echirolles, les 350 de Celanese à Pardies, les 330 de chez Delphi à Strasbourg, les 290 de Faurecia à St Nicolas de Redon, les 450 de Plysorol à Lisieux, etc. etc. Et ce sont des centaines d’entreprises comme ça, la dernière étant l’entreprise de lingerie Lejaby dont on a pu entendre les cris de colère et voir les pleurs d’ouvrières dont le groupe vient d’être cédé pour l’euro symbolique à un fond de pension italien qui a décidé l’arrêt des productions en France. Trente ans de leur vie pour ça ! Tout ça s’est passé ou se passe pendant votre mandat Monsieur Sarkozy ! Vous n'êtes capable que de sauver les financiers.

 

Malheureusement, sur ces milliers de salariés jetés à la rue, certains ne sont plus là pour vous demander des comptes. Cette semaine c’est un nouveau suicide parmi les anciens salariés de Conti à Clairoix, et combien de drames familiaux ! Chez les Conti, c’est 140 divorces.

 

Que faisiez-vous Monsieur le Président Sarkozy ? Personne ne vous a vu dans les usines au moment où tous ces salariés étaient en lutte. Il est plus facile de pavaner devant un parterre trié sur le volet, dans des lieux protégés par les forces de l'ordre, à vouloir faire croire que vous êtes seul à vous intéresser aux usines. Non Monsieur Sarkozy, vous êtes l’homme du Fouquet’s mais certainement pas celui des usines.

 


 

Partager cet article
Repost0
19 janvier 2012 4 19 /01 /janvier /2012 21:52

Un comité départemental de soutien à François Hollande a été lancé dans les Deux-Sèvres. C'est le président du conseil général qui en a pris la tête, et pour lui, « Le combat sera rude, il va falloir mobiliser pour aller vers le débat d’idées » (source Nouvelle République du Centre Ouest du 13 janvier).

 

Débat d’idées ? Encore faudrait-il que François Hollande accepte de débattre, notamment avec ceux qui se situent à sa gauche. Candidat du Front de Gauche, Jean-Luc Mélenchon a fait une offre publique de débat sur le contenu des projets, allant du NPA au PS. Jusqu’à ce jour F. Hollande a refusé, répondant même sur France-Inter « Je ne vais pas aller sur une estrade faire un duel avec (…) le candidat du Front de gauche ». Il ne s’agit pas d’un duel mais d’un débat d’idées et de projets afin que les citoyens puissent faire ensuite un choix en toute connaissance de cause.

 

Dans ce même article de la NR sur le comité mis en place, il apparaît que le 1er secrétaire fédéral du PS des Deux-Sèvres (Rodolphe Challet) est mandataire de F. Hollande pour le département. Il parle de ce comité qui « réunit les forces de gauche, le parti socialiste et le parti radical ». Quelle prétention de considérer que le parti socialiste et le parti radical constituent les forces de gauche ! A moins qu’il n’ait voulu parler d’autres forces de gauche (mais lesquelles ? ) qui s’ajouteraient au PS et au PRG. Tout cela n’est pas très clair, à l’image des propositions du PS dans un certain nombre de domaines.

 

D’ailleurs, en août 2011, au moment de l’université d’été du PS de La Rochelle, à un journaliste lui faisant remarquer que Ségolène Royal n’était pas la moins acerbe à l’égard de ses camarades candidats aux primaires, le même Rodolphe Challet répondait : « Quand on entend Aubry et Hollande, on peut avoir le sentiment qu’ils sont sur le même modèle économique et politique et on cherche même parfois la différence avec le gouvernement actuel … » article NR du 26/08/2011

 

C'est bien pour cela qu’un débat entre F. Hollande et les candidats qui sont à sa gauche sur l’échiquier politique est indispensable pour éclairer les électeurs sur la politique que compte mettre en place le candidat Hollande.

 

L'appel de Jean-Luc Mélenchon aux socialistes

 

 


Partager cet article
Repost0
17 janvier 2012 2 17 /01 /janvier /2012 23:14

J’ai déjà eu l’occasion sur mon blog de dire tout le bien que je pensais de Manuel Valls, (un petit aperçu dans ces billets 15/09/2011, 03/01/2011, 30/05/2010). Il semblerait qu’il n’ait pas de limites. Il vient de se positionner en concurrent sérieux du ministre de l’intérieur Claude Guéant. Ce dernier s’est vanté il y a quelques jours d'avoir expulsé de France un nombre jamais atteint d'immigrés avec 35 000 reconduites à la frontière et la baisse du nombre de titres de séjour accordés. Avec Valls, il a un concurrent sérieux, je ne dirai pas sur sa gauche, mais sur ses talons.

 

Suite à un arrêté pris par Manuel Valls, maire d’Évry, le vendredi 13 janvier au petit matin, cent cinquante Roms ont été priés de quitter les lieux qu’ils occupaient. En effet, deux bidonvilles Roms situés sur le territoire d’Évry ont été évacués par les forces de l’ordre. Le préfet et son directeur de cabinet avaient plusieurs fois promis de ne pas ordonner d’expulsion de familles Roms sans solutions d’hébergement de rechange. C’est pourtant ce qui s’est produit vendredi dernier. Une cinquantaine d’entre eux étaient désemparés et sans solution d’hébergement, les autres rejoignant d’autres squats en attendant de trouver pour chacun un point de chute

 

Cette situation a été traitée de façon inadmissible. Comment peut-on prendre la décision d’expulser en plein hiver des êtres humains ? Cela n’a semble t-il pas poser de cas de conscience à Manuel Valls, porte-parole par ailleurs du candidat socialiste François Hollande. Cela confirme que pour un véritable vote à gauche, mieux vaut faire le choix du programme « L’humain d’abord » avec le candidat du Front de Gauche.

 


Partager cet article
Repost0
13 janvier 2012 5 13 /01 /janvier /2012 19:01

Hier soir, les candidats du Front de Gauche de la 1ère circonscription des Deux-Sèvres pour les élections législatives 2012 tenaient une conférence de presse. En présence d’un certain nombre de militants et sympathisants du Front de Gauche, c’était l’occasion pour eux de se présenter et de préciser les axes de leur campagne.

 

P1170400

 

Nathalie Seguin, médiatrice familiale dans le secteur social depuis 2002 est adjointe à la mairie de Niort depuis 2008, chargée de la lutte contre les exclusions, de la médiation sociale et du logement d’urgence. Elle assure également la vice-présidence du Centre communale d’action sociale où elle fait face à des problématiques sociales de plus en plus dégradées et complexes à traiter. Elle est engagée politiquement au sein du PCF depuis 1998.

 

Son suppléant, Gérard Epoulet, est salarié d’une mutuelle d’assurance, militant syndical au sein de son entreprise, il s’est ensuite engagé politiquement au PCF. En 2008, il a intégré une liste fortement ancrée à gauche pour briguer la municipalité de Germond-Rouvre dont il est devenu maire. Candidat pour le Front de gauche aux élections cantonales en 2010, il a obtenu près de 11% des voix.

 

P1170404

 

Ils ont annoncé une campagne collective dans la forme, ambitieuse sur le fond, se proposant d'articuler au mieux les élections législatives avec les présidentielles, l'urbain et le rural, l'actualité locale avec les enjeux nationaux.

 

En intervenant sur la dette, sur l'emploi, sur les questions écologiques et démocratiques, ils chercheront à prendre appui sur l'exacerbation actuelle des contradictions du capitalisme libéral pour poser sur la table d'authentiques propositions alternatives.

 

Parfaitement conscients que le seul antisarkozysme ne saurait constituer une réponse crédible à la crise financière et politique du moment, pour eux, la responsabilité politique passe aujourd'hui par le retour de l'Etat, par une maîtrise publique et citoyenne de notre avenir, par un partage des avoirs, des savoirs et des pouvoirs susceptibles de créer les conditions de l'émancipation du plus grand nombre.


P1170417 

Les mois à venir vont leur donner l’occasion de défendre des propositions de rupture avec l’ordre capitaliste établi. Elles seules permettront de changer radicalement de société. « Combattre ce système libéral qui écrase les peuples, c’est refuser de démissionner face aux marchés financiers. Les bénéfices d'un côté, les sacrifices de l'autre, il faut dire stop, la richesse doit être partagée. Ce ne sont pas les marchés qui doivent gouverner. C'est aux politiques et aux citoyens de décider de leur avenir »

 

Ce n’est donc pas d’une alternance dont nous avons besoin, mais d’une véritable alternative. Dans cette élection, ils représentent la gauche de combat.


P1170421


 

 

Partager cet article
Repost0