Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Réagir - Blog militant de joseph coutant
  • : Réagir : S'opposer activement à l'action de qqch, résister. La devise issue de la révolution française "Liberté, Egalité, Fraternité" étant de plus en plus mise à mal, ce blog est un moyen pour moi de faire partager mes réactions sur l'actualité politique, sociale, etc.
  • Contact

Rechercher

Tags

1 mars 2012 4 01 /03 /mars /2012 06:39

A cette question que je posais dans un précédent article, les sénateurs socialistes viennent d’apporter une réponse.

 

En se réfugiant dans l’abstention, la quasi totalité des sénateurs socialistes (seuls 3 d’entre eux ont voté contre, Marie-Noëlle Lienemann, Jean-Pierre Godefroy et Daniel Percheron), a accepté la tutelle des marchés financiers et a permis à la droite d’adopter le mécanisme européen de stabilité.

 

La nouvelle majorité de gauche du Sénat aurait pu donner un signal clair en bloquant la ratification de ce traité qui institutionnalise la Troïka (Commission européenne, BCE, FMI) et ses plans d’austérité et avalise le mécanisme du « pacte budgétaire ». Le PS dit vouloir « renégocier » ce traité Sarkozy-Merkel, mais refuse que le peuple soit consulté par référendum.

 

La véritable question , c’est celle de la tutelle des marchés financiers en France et dans le monde. Il faut s’attaquer de front à ce pouvoir que les politiques libérales abandonnent à la finance. Soit on considère qu’on ne peut rien y faire et on amende à la marge, soit on s’attaque à cette domination. C’est cette dernière option qu’a choisi le Front de Gauche.

 

Tous ceux qui veulent dégager la troïka, qui s’opposent à une Europe austéritaire et qui veulent construire une Europe basée sur l’égalité, la démocratie, le respect et la solidarité entre les peuples, tous ceux-là n’ont qu’un seul vote pour défendre leurs idées et leur futur : le vote Front de Gauche et le bulletin « Jean-Luc Mélenchon » le 22 avril.

 


 

Partager cet article
Repost0
25 février 2012 6 25 /02 /février /2012 23:50

La semaine passée, François Hollande avait déjà donné des gages au monde de la finance, dans une interview au quotidien britannique The Guardian. Peu de temps après, il a cherché à rattraper le coup en tentant d’expliquer qu’il avait été mal compris.

 

Mal compris ? Pas sûr du tout. Cette semaine à l’Assemblée Nationale, lors du vote du texte sur le mécanisme de stabilité financière européen (MES), alors que les députés du Front de Gauche et ceux d’EELV votaient contre, la grande majorité des députés socialistes s’est abstenue. C'est une preuve que le parti socialiste refuse de s’opposer au traité d’austérité européen. En effet, ce texte prévoit qu’un État ne peut recevoir de l’aide, qu’à la condition d’avoir ratifié l’autre traité Sarkozy-Merkel. Et dans ce cas, c’est la Commission de Bruxelles qui élabore le budget des États en lieu et place des parlements nationaux, et qui oblige à réduire les dépenses sociales et publiques jusqu’à l’équilibre des budgets, baptisé « règle d’or », allant même jusqu’à prévoir des sanctions et de déférer un État ne respectant pas l’austérité devant la Cour de justice européenne.

 

J’ai constaté que les trois députés socialistes des Deux-Sèvres, dont Delphine Batho, porte-parole du candidat F. Hollande,  étaient de ceux qui se sont abstenus. Ils se sont même fendus d’un communiqué dans la presse locale, où ils déclarent que « le mécanisme européen de stabilité est un progrès par rapport au fonds européen de stabilité ». Où va se nicher le progrès ? 

 

Cela prouve malheureusement que sur le plan économique, l’écart est faible entre la ligne Sarkozy-Merkel et celle des sociaux démocrates.

 

Aucune politique de gauche ne sera possible avec ces traités. Nicolas Sarkozy a déjà bafoué le « non » au traité constitutionnel de 2005, ( où là encore les socialistes s'étaient majoritairement prononcés pour le oui ) et il prétend aujourd'hui que « la parole de 
la France est engagée ». La voix la plus solennelle, la plus forte et incontestable de la France est celle du peuple. Il faut que le peuple ait la parole ! Puisque Sarkozy veut des référendums, qu'il en fasse un sur les deux traités. 

 


 

Partager cet article
Repost0
22 février 2012 3 22 /02 /février /2012 23:18

Les candidats du Front de Gauche pour les législatives de la 1ère circonscription des Deux-Sèvres avaient donné rendez-vous le mardi 21 février à la salle des fêtes de Germond-Rouvre, petite localité rurale des Deux-Sèvres. Cette réunion publique leur a permis de développer un des thèmes du programme du Front de Gauche, celui de la transition écologique.

 

Comment libérer l’agriculture du capitalisme et promouvoir une nouvelle organisation de l’agriculture, basée sur la coopération entre les peuples et sur le droit à la souveraineté alimentaire, c’est-à-dire le droit des pays et des peuples à soutenir et protéger leur agriculture.

 

L’épuisement rapide de la biodiversité et des ressources  naturelles (eau, sols, énergie…) est le produit du système capitaliste. La planification écologique, dans le cadre de la sortie du capitalisme, vise à redéfinir nos modes de production, de consommation et d’échanges en fonction de l’intérêt général et de la préservation des écosystèmes.

 

Au cours de cette soirée, c'est entre autres sur ces questions que les participants ont pu débattre.

 

Si vous voulez en savoir plus sur le programme du Front de Gauche, vous le retrouverez dans   "L'humain d'abord" qu'il est vous est possible de télécharger. Nous en appelons au Front de Gauche à une révolution citoyenne.


 

P1170468

 

 

P1170467.JPG

 

P1170466

Partager cet article
Repost0
21 février 2012 2 21 /02 /février /2012 17:03
Parlementaires, votez NON au mécanisme européen de stabilité !

Editorial du 21 février de Patrick Le Hyaric directeur de l'Humanité 

 

L’Assemblée nationale est appelée 
à se prononcer cet après-midi 
sur l’un des traités Sarkozy-Merkel, baptisé « mécanisme européen de stabilité ». Il ne s’agit pas d’une caisse 
de secours pour venir en aide aux pays européens 
en difficulté dans le cadre d’une solidarité bien comprise. C’est un « FMI européen », au sein duquel siégera 
le FMI de Washington. C’est une camisole de force. 
Le même talon de fer austéritaire, antisocial et inefficace qui s’applique en ce moment au peuple grec.


En effet, cette nouvelle mécanique européenne consiste à imposer aux États qui ont besoin d’argent « une stricte conditionnalité, sous la forme notamment de programme d’ajustement macroéconomique ». Autrement dit, au lieu d’activer la Banque centrale européenne pour racheter la dette par création monétaire, ce traité conditionne l’octroi d’une aide à l’application de l’austérité à perpétuité, au pompage des ressources du pays par les marchés financiers.

 

Et pour que cela soit clair et bien verrouillé, un État ne peut recevoir de l’aide qu’à la condition d’avoir ratifié l’autre traité Sarkozy-Merkel. Celui qui fait que c’est la Commission de Bruxelles qui élabore le budget des États en lieu et place des parlements nationaux, qui oblige à réduire les dépenses sociales et publiques jusqu’à l’équilibre des budgets, baptisé « règle d’or », celui qui permet des sanctions et de déférer un État ne respectant pas l’austérité devant la Cour de justice européenne.

 

Enchaîner la France au totalitarisme européen de l'austérité

 

Le texte édicte qu’« il est convenu que l’action d’une assistance financière dans le cadre des nouveaux programmes, en vertu du mécanisme européen de stabilité, sera conditionnée… par la ratification du traité sur 
la stabilité, la coordination et la gouvernance ». Voter 
ce texte ou le laisser passer en s’abstenant revient 
donc à enchaîner la France au totalitarisme européen 
de l’austérité. Ajoutons que notre pays va devoir débourser en plusieurs tranches, « de manière irrévocable et inconditionnelle », 142 milliards d’euros, soit plus 
de la moitié du budget de l’État, pour un fonds dont 
les statuts interdisent au gouvernement et au Parlement d’en contrôler l’utilisation. Aucun parlementaire 
ne devrait être prêt à une telle abdication !

 

François Hollande a déclaré vouloir renégocier le deuxième traité. Il ne pourra le faire sans s’opposer à celui soumis ce soir à l’Assemblée nationale. L’abstention n’est donc pas la bonne méthode. 
D’autant qu’avec la majorité de gauche au Sénat, 
il est possible, le 28 février, de bloquer cet inique processus. Nous avons la conviction qu’un très grand nombre d’électrices et d’électeurs socialistes, communistes, écologistes et au-delà se retrouvent 
dans l’appel unitaire à le rejeter ensemble, lancé par 
le Front de gauche et Jean-Luc Mélenchon.

 

Coup de force contre la démocratie

 

Qu’ils soient entendus pour que soit conjuré 
un coup de force contre la démocratie et préservées 
les chances de mise en œuvre et de réussite d’une politique de gauche. Au nom de la souveraineté 
du peuple, parlementaires, votez non !

 

À M. Sarkozy qui a bafoué le « non » au traité constitutionnel et qui prétend que « la parole de 
la France est engagée », répondez avec nous que la voix la plus solennelle, la plus forte et incontestable de la France est celle du peuple. Donnons-lui donc la parole ! Dites avec nous : il faut un référendum sur les deux traités.

 



Partager cet article
Repost0
20 février 2012 1 20 /02 /février /2012 23:22

Sarkozy vient de se rendre compte que beaucoup de Français ont le sentiment d'être dépossédés de leur pouvoir par les élites, les syndicats, les partis politiques. Il aurait pu ajouter « et du Président en personne ». Si bien qu’il a émis l'idée d'organiser des référendums pour leur redonner la parole, et en premier sur la formation des demandeurs d'emploi et l'immigration.

 

Sarkozy se moque vraiment du monde. Organiser un référendum par rapport aux chômeurs pour grosso-modo les contraindre à accepter n’importe quel travail en fonction d’une formation même pas choisie. Mais qui les a viré de leur travail ? Quelle politique a mené Sarkozy pour favoriser l’emploi ? Il a exonéré les entreprises de cotisations sociales pour favoriser l’emploi. On a vu le résultat. Bilan de son quinquennat en matière d’emploi : 1 million de chômeurs supplémentaires. Il porte une très lourde responsabilité, et c’est un peu trop facile de prendre les chômeurs ou les immigrés en boucs émissaires. Les 22 avril et 6 mai, ce sera l’occasion d’un référendum grandeur nature. Vous pourrez dire si vous voulez encore de ce petit personnage pour maltraiter la France et les Français.

 

D’ailleurs, lui qui prétend vouloir donner la parole aux français, qu’a t’il fait du résultat du référendum sur le traité constitutionnel européen rejeté par 55% des français en 2005 ?  Dès qu’il a été élu, il n’en a pas tenu compte puisqu’il a fait voter le traité de Lisbonne par les parlements réunis en congrès à Versailles. Joli respect de la parole du peuple !  Et pourquoi n’a t-il pas fait un référendum sur les retraites ? Et lorsque la Grèce a voulu organiser un référendum pour demander aux Grecs s'ils étaient d'accord avec les décisions prises lors du sommet européen, Sarkozy et Merkel ont fait pression pour qu’il n’ait pas lieu.

 

Ce ne sont que quelques exemples, mais cela montre bien tout le mépris de Sarkozy pour la voix du peuple. Il ne veut surtout pas l’entendre quand la réponse ne va pas dans son sens, celui de l’économie ultra-libérale.

 

Ne nous laissons pas abuser par Sarkozy. Il dit aimer la France, la France des riches c’est sûr, et par contre, il nous a suffisamment montrer son mépris du peuple français. Pour lui, n’ayons qu’un mot : DégAAAge !


 

Partager cet article
Repost0
17 février 2012 5 17 /02 /février /2012 22:35

bandeau-transition-ecologique-copie-1.jpg

 

Mardi 21 février à 20h15 à la salle des fêtes de Germond-Rouvre

 

 

POUR UN NOUVEAU MODELE AGRICOLE

 

Une agriculture écologique et créatrice d'emplois, des campagnes vivantes, une alimentation de qualité pour tous.

 

 

En France et en Europe, des campagnes dévastées par le libéralisme et le productivisme 

 

Depuis les années 1960, le nombre d’exploitations agricoles s’est effondré du fait d’une concentration de l’agriculture au profit des plus grandes. Une majorité des paysans peinent à défendre leur revenu, vivent une grande précarité et voient leurs conditions de travail se détériorer. La libéralisation de l’agriculture a engendré une baisse des prix pour les paysans et une dépendance accrue vis-à-vis de l’industrie agro-alimentaire et de la grande distribution. L’Europe a sacrifié la préférence communautaire et abandonné la régulation des marchés, au nom de la compétitivité sur le marché mondial.

 

Elle a ainsi favorisé la concentration de la production et de la propriété, rendu très difficile l’accès des jeunes au métier de paysan, généré la perte de savoir-faire traditionnels et une expansion du modèle productiviste, de l’environnement et de la santé publique.

 

Le Front de Gauche refuse l’abandon de notre agriculture et de notre alimentation à l’agro-industrie et à la «concurrence libre et non faussée» qui favorise le moins disant social et environnemental. Il défendra le principe de protection de l’agriculture et mettra en oeuvre une politique stoppant et inversant la concentration de l’agriculture et permettant l’existence de paysans nombreux sur tous les territoires.

 

Dans le monde entier, une agriculture en crise, malade du capitalisme

 

Alors que l’agriculture a la capacité de nourrir le monde, une personne sur sept souffre de la faim ! Dans les pays du Sud, les paysans n’arrivent pas à vivre de leur travail, du fait de la concurrence de l’agriculture capitaliste et des importations à bas prix. Libéralisation des marchés, expansion des monocultures, accaparement de terres, destruction de l’environnement et déstabilisation des cultures vivrières sont monnaie courante. Il en résulte désespoir, exode rural vers les bidonvilles, chômage de masse et développement de la faim. Avec les défis de la croissance démographique et de l’évolution des modes de consommation, l’impasse écologique du modèle agricole dominant et la concurrence des agro-carburants, continuer sur cette voie accroîtrait encore l’insécurité alimentaire dans le monde.

 

LE FRONT DE GAUCHE APPELLE À UNE RUPTURE !

 

Nous voulons libérer l’agriculture du capitalisme et promouvoir une nouvelle organisation mondiale de l’agriculture, basée sur la coopération entre les peuples et sur le droit à la souveraineté alimentaire, c'est-à-dire le droit des pays et des peuples à soutenir et protéger leur agriculture.

Le Front de Gauche appelle à une rupture ! Créons 300 000 emplois dans l’agriculture !

Avec le Front de Gauche, la politique agricole sera au service de l’intérêt général, c’est-à-dire :

L’accès de tous à une alimentation saine et de qualité

Le droit au revenu, grâce à un meilleur partage de la valeur ajoutée et des aides, pour une agriculture riche en travail humain et justement rémunérée 

La transition vers une agriculture écologique, relocalisée, économe en énergie et en produits chimiques, sans danger pour la santé et l’environnement

Des campagnes vivantes, avec des paysans nombreux et une vraie politique de développement rural

Pour un nouveau modèle agricole, le Front de Gauche propose :

En France :

Des prix minimums garantis aux producteurs et l’encadrement des marges de la grande distribution

Une politique foncière visant une taille maximale d’exploitation qui permettra l’installation de nouveaux paysans

Un plan national de transition écologique de l’agriculture, avec des objectifs et un calendrier précis, et un vrai soutien à l’agriculture biologique

La révision du code des marchés publics : la restauration collective s’approvisionnera en produits de qualité auprès de circuits de proximité

L’abandon des subventions aux agro-carburants, et le maintien du moratoire sur les OGM ;

 

A l’international :

L’opposition de la France aux accords de libre-échange qui mettent en concurrence inégale les paysans du monde

Une nouvelle PAC basée sur la souveraineté alimentaire, la protection et le soutien des marchés agricoles, avec des aides qui réduisent les inégalités de revenu entre paysans

 

Pour un nouveau modèle agricole au service de l’intérêt général L’agriculture est l’affaire de tous !

 

Pour un nouveau modèle agricole au service de l’intérêt général, soutenons Jean-Luc Mélenchon à l’élection présidentielle et les candidats du Front de Gauche aux élections législatives, Nathalie Seguin et Gérard Epoulet pour la 1ère circonscription des Deux-Sèvres !

 

recto-tract-transition.jpg

Partager cet article
Repost0
16 février 2012 4 16 /02 /février /2012 18:25
Partager cet article
Repost0
14 février 2012 2 14 /02 /février /2012 23:11

Avant sa visite de la semaine prochaine à Londres, dans une interview au quotidien britannique The Guardian, François Hollande a tenu des propos choquants à l’égard des communistes.

 

« C'était la guerre froide et Mitterrand a nommé des communistes au gouvernement. Aujourd'hui, il n'y a pas de communistes en France... La gauche a gouverné pendant quinze ans pendant lesquels elle a libéralisé l'économie et ouvert les marchés à la finance et à la privatisation. Il n'y a pas de crainte à avoir » a t’il déclaré à la journaliste anglaise.

 

Il a raison sur un point Hollande, lorsqu’il dit à l’adresse de la finance « Il n'y a pas de crainte à avoir ». En effet, que ce soit chez les Grecs, les Portugais, les Espagnols, on a pu voir que les sociaux-démocrates au pouvoir ont bien servi la finance en imposant l’austérité à leurs peuples.

 

Hollande avait snobé la fête de l’Huma, c’est idiot, il aurait pu voir que les communistes existaient encore. Et avec le Front de Gauche pour l’élection présidentielle et les élections législatives, les 130 000 adhérents du PCF se rappelleront au bon souvenir du social-démocrate Hollande.

 

UN SEUL VOTE UTILE A GAUCHE le 22 avril, c’est le vote Front de Gauche avec son candidat J.L Mélenchon. Avec Hollande, « There is no alternative » puisque Hollande confirme dans cette interview que la finance n’a pas de crainte à avoir. 


 

Partager cet article
Repost0
8 février 2012 3 08 /02 /février /2012 22:59

Le ministre de l'Intérieur est un habitué des petites phrases xénophobes.

 

Le 17 mars 2011, il déclarait :  « Les Français, à force d'immigration incontrôlée, ont parfois le sentiment de ne plus être chez eux, ou bien ils ont le sentiment de voir des pratiques qui s'imposent à eux et qui ne correspondent pas aux règles de notre vie sociale. »

 

Puis le 4 avril 2011 : « Cet accroissement du nombre de fidèles (musulmans) et un certain nombre de comportements posent problème »

 

Invité sur Europe 1 le 22 mai 2011, il aborde le thème de l'échec scolaire des enfants d'immigrés en France sous un jour très personnel. Il se laisse aller à une démonstration sans étayer ses idées par le détail et moins encore par des données établies. Il déclare : « Contrairement à ce qu'on dit, l'intégration ne va pas si bien que ça. Le quart des étrangers qui ne sont pas d'origine européenne sont au chômage, les deux tiers des échecs scolaires, c'est l'échec d'enfants d'immigrés ».

 

Et  le 26 novembre 2011, il continue « Notre système d'asile est en danger parce que le dispositif est utilisé pour pénétrer et se maintenir dans notre pays »

 

Jusqu'à cette saillie ce week-end devant un parterre qui lui était tout acquis. C'était lors d'un colloque de l'organisation universitaire UNI qui se revendique de droite (très à droite) et antigrèves,  avec cette phrase : « toutes les civilisations ne se valent pas ».

 

 

J’approuve la réaction du député martiniquais, apparenté PS, Serge Letchimy au Parlement. Les propos de Guéant cités précédemment justifient sa question.

 

 

« Monsieur le Premier ministre,

Nous savions que pour M. Guéant, la distance entre « immigration » et « invasion » est totalement inexistante, et qu’il peut savamment entretenir la confusion entre civilisation et régime politique.
Ce n’est pas un dérapage !
C’est une constante parfaitement volontaire !
En clair : c’est un état d’esprit  et c’est presque une croisade!
Mr guéant, vous déclarez, du fond de votre abîme, sans remords ni regrets, que «toutes les civilisations ne se valent pas ». Que certaines seraient plus « avancées » ou « supérieures » à d’autres.

Non, monsieur Guéant, ce n est pas du bon sens» !
C’est simplement une injure faite à l’homme !
C’est une négation de la richesse des aventures humaines !
Et c’est un attentat contre le concert des peuples, des cultures et des civilisations !

Aucune civilisation ne détient l’apanage des ténèbres ou de l’auguste éclat !
Aucun peuple n’a le monopole de la beauté, de la science, du progrès, et de l’intelligence !

Montaigne disait que « Chaque homme porte la forme entière de l’humaine condition ».
J’y souscris.
Mais vous Mr Guéant, vous privilégiez l’ombre !
Vous nous ramenez, jour après jour, à ces idéologies européennes qui ont donné naissance aux camps de concentration, au bout du long chapelet esclavagiste et colonial.
Monsieur Guéant le régime nazi, si soucieux de purification, si hostile à toutes les différences, était-ce une civilisation ? La barbarie de l’esclavage et de la colonisation, était-ce une mission civilisatrice ?
Il existe, M. le Premier Ministre, une France obscure qui cultive la nostalgie de cette époque que vous tentez de récupérer sur les terrains du front national.

C’est un jeu dangereux et une démagogie inacceptable.
Mais, il en existe une autre vision : celle de Montaigne, de Montesquieu, de Condorcet, de Voltaire, de Schœlcher, de Hugo, de Césaire, de Fanon, et de bien d’autres encore !
Une France qui nous invite à la reconnaissance que chaque homme, dans son identité et dans sa différence, porte l’humaine condition, et que c’est dans la différence que nous devons chercher le grand moteur de nos alliances !

Alors monsieur le premier ministre : Quand, mais quand donc votre ministre de l’intérieur cessera t-il de porter outrageusement atteinte à l’image de votre gouvernement et à l’honneur de la France ?

 

Serge LETCHIMY
Député de la Martinique. »

 


 

gueant-delucq.jpg

 


Partager cet article
Repost0
7 février 2012 2 07 /02 /février /2012 07:56

Dans un billet publié hier, je rappelais l'engagement de Sarkozy lors de sa campagne présidentielle par rapport aux sans-abris. Triste constat, c'est que depuis cet engagement de campagne, il y a eu plusieurs centaines de morts dans la rue. 

 

Mais que dire des recommandations face au froid publiées par la secrétaire d'Etat chargée da la Santé ! Elles figurent sur son blog.

 

Blog-Berra.jpg

 

Sans-abris, SDF, vous avez compris la secrétaire d'Etat ?

 

Vous êtes sans-abri, restez chez vous !

 

Nora Berra concurrence Marie-Antoinette.  Alors qu'on lui faisait part que le peuple n'avait plus de pain à manger, elle aurait répondu « Ils n'ont pas de pain ? Qu'ils mangent de la brioche ! »

 


Partager cet article
Repost0