Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Réagir - Blog militant de joseph coutant
  • : Réagir : S'opposer activement à l'action de qqch, résister. La devise issue de la révolution française "Liberté, Egalité, Fraternité" étant de plus en plus mise à mal, ce blog est un moyen pour moi de faire partager mes réactions sur l'actualité politique, sociale, etc.
  • Contact

Rechercher

Tags

18 septembre 2012 2 18 /09 /septembre /2012 18:02

Lors du débat qui chaque année rassemble les principaux responsables des forces de gauche à la fête de L'Humanité, pour cette édition 2012, la chaise du Parti Socialiste est restée vide.

 

L'année dernière, les candidats en campagne pour la primaire PS avaient défilé pendant le week-end, à l'exception de François Hollande et Manuel Valls. Le moins que l'on puisse dire, c'est qu'en 2012, pour cette 77ème fête de l'Humanité, la première du quinquennat Hollande, les représentants du  PS ne se sont pas bousculés pour venir jusqu'à La Courneuve. Il est vrai que des sujets essentiels divisent. C'est d'abord le traité européen et la régle d'or budgétaire, ensuite le virage de l'austérité amorcé par le chef de l'Etat

 

Seules Dominique Bertinotti, ministre déléguée chargée de la famille, Yamina Benguigui, ministre déléguée chargée de la francophonie, George Pau-Langevin, ministre déléguée chargée de la réussite éducative, et Najat Vallaud-Belkacem, ministre du droit des femmes, étaient présentes. Mais pas de ministre de l'économie ou du redressement productif. Pourtant, les licenciements se poursuivent mais l'engagement pris par François Hollande pendant sa campagne de faire voter une loi empêchant les licenciements boursiers n'a toujours pas vu le jour. Le futur 1er secrétaire du PS était absent lui aussi.

 

Que penser de ces absences alors que le 1er ministre Jean-Marc Ayrault était allé ouvrir l'université d'été du Medef et que pas moins de 11 ministres s'étaient succédés pendant trois jours sur le campus d'HEC ?

 

Quelle conclusion doit-on tirer de cette absence des ténors du PS et des ministres qui ont boudé ce grand rendez-vous annuel ? 

 

L’an dernier, des porte-parole de différentes 
forces politiques disaient, "Quand on est de gauche, on est à la Fête de l’Huma ".

 

Partager cet article
Repost0
17 septembre 2012 1 17 /09 /septembre /2012 21:56

Comme je l'indiquais dans un précédent article , un problème technique m'avait empêché de publier les photos de la fête. Mais tout vient à point à qui sait attendre.

 

Changement de décor cette année puisque la fête a établi ses quartiers dans le parc de Pré-Leroy; elle a quitté Comporté mais reste toujours en bord de Sèvre.

 

Le montage, un travail de militants bénévoles


repertoire-5-3096_3.JPG   repertoire-5-3098_3.JPG

 

repertoire-5-3099_3.JPG   P1190211.JPG

 

 

Débat " Vite la 6ème République "

 

P1190212.JPG   

 

 

Défilé de mode décalé ... avec les vêtements de travail

 

                        P1190216.JPG    P1190226.JPG   

 

                       P1190228.JPG     P1190229.JPG

 

                       P1190240.JPG     P1190233.JPG

 

P1190244.JPG

 

 

Le concert du samedi soir avec El Comunero qui reprend, revisite et fait revivre des chants de lutte et des chants révolutionnaires de la guerre d'Espagne.

 

P1190267.JPG

 

 

Le repas citoyen du dimanche

 

P1190270.JPG

 

Claudio et les crieurs de rue


P1190277.JPG

 

Suivi du débat sur  "Le Travail dans tous ses états"

 

P1190284.JPG

 

La météo fut belle pour cette fête de rentrée du PCF qui avait invité à cette occasion ses partenaires du Front de Gauche. La campagne pour un référendum sur le traité européen a été dans les discussions sans oublier l'appel à la mobilisation pour la manifestation du 30 septembre à Paris.

 


Partager cet article
Repost0
13 septembre 2012 4 13 /09 /septembre /2012 08:16

Elle est loin cette grande déclaration dans son discours du Bourget un certain 22 janvier : "Il n'a pas de nom, pas de visage, pas de parti, il ne présentera jamais sa candidature, il ne sera donc pas élu et pourtant il gouverne: cet adversaire, c'est le monde de la finance. Sous nos yeux, en vingt ans, la finance a pris le contrôle de l’économie, de la société et même de nos vies."

 

Puis parmi les promesses du candidat Hollande :

 

"J'interdirai aux banques françaises d'exercer dans les paradis fiscaux"

 

"Il sera mis fin aux produits financiers toxiques qui enrichissent les spéculateurs et menacent l'économie"

 

"Je supprimerai les stocks-options, sauf pour les entreprises naissantes, j'encadrerai les bonus"

 

"Je taxerai les bénéfices des banques en augmentant leur imposition de 15% "

 

De tout cela, on n'a rien vu pour l'instant. La finance gouverne toujours. Le gouvernement fait le choix d'une politique de rigueur qui ne permettra pas de répondre aux urgences sociales, et ne permettra pas davantage de redresser la France.

 

Le changement promis, c'est pour quand ?

Partager cet article
Repost0
11 septembre 2012 2 11 /09 /septembre /2012 08:09

NB - Un problème technique m'empêchant momentanément d'intégrer des photos sur mon blog, j'espère être en mesure d'en faire le compte-rendu photographique à la fin de la semaine ou au début de la suivante. Désolé pour ce contre-temps. Je vous joins pour l''instant le compte-rendu fait par la NR, journal local.

 

 

Le Parti communiste revisite les défilés de mode

 

 

Entre les débats et les concerts, la fête du Parti communiste et ses alliés donnait hier à voir une curiosité : un défilé de mode sur les vêtements de travail.

Il fallait une bonne dose de provocation. Mais à cet exercice, les camarades ne manquent pas d'audace. Placée sous le signe de la liberté et du travail, la Fête du Parti communiste et ses alliées du Front de gauche, recentrée à Pré-Leroy – l'an passé, c'était à Comporté – s'est offert hier soir une belle tranche de défoulement dans la rubrique tendance. La thématique du travail, revisitée façon Lacroix et Labannière. Une première de l'industrie textile à faire frémir les lectrices des magazines de mode : un défilé sur les vêtements de travail. Sur une idée de Fabienne Marsault et Corinne Douville, militantes du collectif HP : « L'idée de départ consistait à préparer une exposition. De fil en aiguille, avec le marquage des vêtements, est apparue la notion d'appartenance et de culture d'entreprise ». Parallèlement à une installation artistique, une démonstration dynamique sur le mode « créatif et engagé ».

Basse ou haute couture, c'est selon. Endossant fièrement les couleurs de multinationales ou grandes entreprises publiques, les camarades mannequins ne boudent pas le caractéristique déhanchement sur le podium. Salopettes couleur orange ou verte, avec ou sans casque, très conventionnelles blouses blanches ou bleues encore bradées à 70 % – finalement prêtées par Emmaüs –, ou carrément le très caricatural costard-cravate-attaché-case, le défilé passe en revue la diversité de l'univers laborieux, rythmé par des percussions assorties d'impertinences servies par le comédien Laurent Baudouin. A chaque passage, le slogan adéquat aisément identifiable : « A nous de vous faire préférer le train », « L'avenir est radian », « Nous vous devons plus que la lumière », « L'assureur militant ». Sur le mode parodique, mieux qu'un long exposé sur l'un des aspects du quotidien de la vie des travailleuses et travailleurs auquel nul ne prête plus attention. Enfin, la couronne de la mariée à qui, fatalement, il ne reste plus qu'à « épouser la cause ».

 

Parti communiste et Front de gauche, même combat, ce week-end à la Fête de la liberté organisée au Pré-Leroy. Près de cent cinquante personnes au repas citoyen, ce dimanche midi, pour entendre les différentes prises de parole avec une double cible. Le gouvernement qui déçoit d'abord : « Les orientations politiques ne permettent pas de répondre à l'attente de millions de gens qui ont fait le choix du fameux changement », dénonce Jean-Pierre Gelot. Le secrétaire fédéral du PC considère sans détour que « nous sommes confrontés à une situation où les décisions nécessaires ne sont pas prises ». Et les « premiers signaux » sont loin de rassurer, entre la réévaluation du Smic « à minima » et le défilé ministériel à l'université du Medef.


Autre cible d'un front du refus à gauche, le Traité pour la stabilité, la coordination et la gouvernance, connu sous l'intitulé Pacte budgétaire, que François Hollande veut faire ratifier par le Parlement : « C'est le corset définitif que l'on tente de nous imposer », martèle Jean-Pierre Gelot, redoutant les coupes drastiques dans les dépenses publiques pour parvenir à un « déficit structurel » qui soit inférieur à 0,5 %. Adjointe communiste niortaise et ancienne candidate Front de gauche aux législatives, Nathalie Seguin pointe à son tour la stratégie européenne du Président de la République : « Il a fait la démonstration qu'il n'y arrivait pas tout seul avec la chancelière allemande Merkel. Tout au plus, dit-elle, il n'a obtenu que des mesurettes. »

 


Partager cet article
Repost0
7 septembre 2012 5 07 /09 /septembre /2012 22:35

A la fête de rentrée du PCF (voir programme complet) vous pourrez assister le samedi 8 septembre à 21 heures au concert de « El Comunero ». L'entrée sur la fête est gratuite et vous trouverez sur place de quoi vous restaurer.

 

« El Comunero » c’est le projet de Thomas Jimenez, auteur compositeur et membre fondateur du groupe L’AIR DE RIEN L’année de la commémoration des 70 ans de la guerre civile espagnole, ce petit fils de républicain espagnol a décidé de faire revivre l’histoire de son grand-père… Dans les récits qu’il lui faisait, dans les chansons que lui apprenait ce « Comunero » engagé a dix huit ans dans l’armée républicaine puis exilé en France, évadé du camp d’Argelès et résistant, Thomas a puisé ses racines et trouve son engagement . C’est pour faire revivre et rendre hommage a ce grand-père communiste, fidèle jusqu’au bout a ses idéaux, qu’ils se sont ré appropriés des chants de luttes de la guerre civile, de Paco Ibanes, de Luis Llach en y mêlant des compostions et des chansons d’Atahualpa Yupanqui évoquant la solitude et l’exil… Deux formations musicales sont proposées pour ce projet : Un duo intimiste ou Thomas est accompagné par Frank Marty, poly instrumentiste talentueux membre fondateur des groupes LA VARDA et LES CROQUANTS… Un sextet plus rock dans lequel Thomas et Frank se sont entourés de Laulo Kebous (les hurlements d’léo), à la guitare et au chant, Pascal Rolando (Serge Lopez, cent pour cent collègues…) à la batterie et aux percussions, Stephane Blanc à la basse et à la contrebasse et pierre Bertaud du Chazaud (l’air de rien, anakronik elektro orkestra) à la clarinette et à la clarinette basse.

 

 

elcomunero-2b.jpg

Partager cet article
Repost0
5 septembre 2012 3 05 /09 /septembre /2012 06:15

Le programme de la fête s'est étoffé.

 

Le thème du Travail sera à l'honneur avec le samedi la projection du film de Jean-Michel Carré "J'ai très mal au travail" et le dimanche, le débat sur le thème "Le travail dans tous ses états" avec Gérard FILOCHE, cet inspecteur du travail qu'il n'est plus besoin de présenter, et Daniella SCHWENDENER, médiatrice pénale, de la consultation Souffrance et Travail de Genevilliers, et également consultante travail auprès de l'UNESCO.

 

programme fête rentrée 2012 MAJ

Partager cet article
Repost0
4 septembre 2012 2 04 /09 /septembre /2012 05:45

 

Une huma référendumFrançois Hollande s’était engagé à renégocier le traité pour la stabilité, la coordination et la gouvernance (TSCG), appelé aussi pacte budgétaire, signé par N. Sarkozy et A. Merkel. il n’en est rien. Pire, il a choisi la voie parlementaire pour l'adoption de ce nouveau traité européen. Or, ce texte durcit encore les traités de Maastricht et de Lisbonne et prône à la fois l’austérité à perpétuité, et le contrôle des budgets par la Commission de Bruxelles. L’expérience montre que cette orientation n’a fait qu’enfoncer les pays européens dans la crise et les peuples dans la souffrance. N. Sarkozy battu, son traité ne doit pas être appliqué. Il faut aujourd’hui un débat public sur les orientations européennes et un référendum sur le nouveau traité. Seul le peuple souverain peut décider de son avenir. C’est une question de démocratie.

 

Dans un sondage réalisé par CSA pour le compte de l'Humanité, 72% des personnes interrogées se prononcent pour l'organisation d'un référendum sur ce traité.

 

Signez la pétition pour que vive la démocratie, pour que notre pays garde la possibilité de mener une politique de gauche.

 

Signez la pétition pour demander la tenue d'un référendum sur le Pacte budgétaire européen.

 

signez-petition.jpg

 

Partager cet article
Repost0
3 septembre 2012 1 03 /09 /septembre /2012 16:50

Une idée sortie pour les 8 et 9 septembre 2012, dans le parc du Pré-Leroy à NIORT, fête de rentrée du PCF des Deux-Sèvres, ouverte à tous, l'entrée est gratuite.

 

fête rentrée 2012

programme fête rentrée 2012


Partager cet article
Repost0
30 août 2012 4 30 /08 /août /2012 00:04

 

Les Roms vivent depuis plusieurs siècles en Europe et la langue Romani y est parlée depuis plus longtemps que bien des langages Européens. Tous ceux qu'on englobe sous le terme de Roms rencontrent aujourd’hui des discriminations partout en Europe, et notamment dans leurs pays d'origine, Roumanie ou Bulgarie. Mais la France, soit disant « pays des droits de l’Homme », n'a pas à être fière de la façon dont elle les traite, encore moins à présent avec un gouvernement social-démocrate. Ils n'ont pas les mêmes droits et devoirs que tout citoyen européen.

 

Dans un article publié en janvier de cette année, j'épinglais Manuel Valls suite à un arrêté d'expulsion qu'il venait de prendre dans sa ville d'Evry au sujet d'une évacuation de camp Roms. Eh bien en tant que ministre de l'Intérieur, rien n'a changé. Ces derniers jours, il y a eu les expulsions d'un bidonville d'Evry, d'un autre à St Priest, à Villeneuve d'Ascq, etc. Les familles n'ont que quelques minutes pour rassembler leurs affaires et ensuite sans attendre, les bulldozers cassent tout. Et les familles attendent des heures un relogement qui ne vient pas, et finissent par s’installer sur un autre terrain, plus loin, plus insalubre, plus dangereux.

 

Quelle différence avec l'attitude du gouvernement précédent ?

 

Reconnaitre le droit au travail, le droit de circulation, ainsi que leur statut européen implique que l’on cesse de les chasser, de les expulser des bidonvilles et des squats. Qu'on les prenne pour ce qu'ils sont, des êtres humains.

 

Comme l'écrit Marie Barbier journaliste à l'Humanité, « 15 000 Roms vivent en France depuis des dizaines d’années - un chiffre constant - l’État a les moyens de mettre en place une vraie politique d’aide pour ces familles. En laissant de côté les effets d’annonce, au profit d'annonces ayant (enfin) des effets. »

 


 


Partager cet article
Repost0
3 août 2012 5 03 /08 /août /2012 23:14

 

Il paraît que Henri Guaino, la plume de l'ex-président Sarkozy, était celui qui faisait la balance avec Patrick Buisson le conseiller spécial de l'Elysée. Ce dernier avait pour idée de chasser sur les terres du Front National pour rallier les électeurs frontistes à la cause de l’UMP. Guaino parait-il n'y était pas favorable, considérant que cela entraînerait vers la défaite pour la simple raison que les extrêmes divisent et le centre rassemble. Ce n'étaient que des propos de façade car cela n'a pas empêché Guaino d'alimenter Sarkozy de discours droitiers entre les deux tours de la présidentielle.

 

Toujours est-il qu'on a appris dernièrement par le le Canard que Guaino avait choisi le 4 décembre dernier une certaine Charlotte Soula pour être la marraine de son fiston. Où est le rapport direz-vous ?

 

Eh bien Charlotte Soula est une femme de 43 ans, militante et candidate du FN au premier tour des législatives dans la 12e circonscription du Pas-de-Calais. Avant de se prénommer Charlotte, cette militante du FN s'appelait Tamou Soula. Ce changement étant lié à sa conversion au catholicisme. Elle était alors membre du RPR (ex UMP) conduit à l'époque par Philippe Seguin et membre de plusieurs cabinets ministériels. . Son changement de camp s'est fait en 2011. Pour elle, Marine Le Pen avait « un vrai discours républicain prônant l’assimilation pour les étrangers et pas l’intégration ».

 

Avec une marraine pareille, le fiston Guaino devra marcher droit dans ses bottes. Au pas de l'oie ?

 


Partager cet article
Repost0