Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Réagir - Blog militant de joseph coutant
  • : Réagir : S'opposer activement à l'action de qqch, résister. La devise issue de la révolution française "Liberté, Egalité, Fraternité" étant de plus en plus mise à mal, ce blog est un moyen pour moi de faire partager mes réactions sur l'actualité politique, sociale, etc.
  • Contact

Rechercher

Tags

18 janvier 2013 5 18 /01 /janvier /2013 16:50

 

Les nominations d'anciens dirigeants de la CFDT par des membres du gouvernement socialiste vont bon train. Est-ce une façon de remercier les dirigeants de cette centrale réformiste qui font une partie du sale boulot du gouvernement ? Je veux parler de l'accord signé avec le Medef dont la caractéristique principale est de faciliter les licenciements et de rendre plus difficiles les recours des salariés. Tout ce qu’il y a dans l’accord va contre les salariés et pour les employeurs. Ce n'est pas moi qui le dit, mais Gérard Filoche, inspecteur du travail et militant du PS.

 

Toujours est-il que la CFDT a ratifié cet accord, ce dont se réjouissent et le Medef et le gouvernement. Hollande a d'ailleurs téléphoné à Parisot à l'issue de ces négociations pour la remercier. (Info Canard enchaîné 16/1/2013)

 

François Chérèque pestait contre Bernard Thibault, lors des dernières élections présidentielles, pour avoir rompu la sacro-sainte neutralité syndicale. (NDLR – Le secrétaire de la CGT avait appelé clairement à battre le candidat Sarkozy au vu de son bilan et de ses projets) Eh bien François Chérèque qui a quitté ses fonctions de secrétaire général de la CFDT a été nommé en Conseil des ministres inspecteur général des affaires sociales, sur proposition des ministres Marisol Touraine (Affaires sociales) et Michel Sapin (Travail), et ce à compter du 7 janvier, selon un communiqué du gouvernement. Et à cela viennent s'ajouter d'autres missions puisqu'il est désormais président de Terra Nova – think tank (laboratoire d'idées) très proche du PS idéologiquement – fondé par Olivier Ferrand, élu socialiste décédé fin juin 2012. Dernière mission en date, il vient d'être chargé du suivi du plan gouvernemental sur la pauvreté que doit présenter Jean-Marc Ayrault. Il sera bien placé pour mesurer les conséquences des accords signés par sa centrale syndicale avec le Medef, qui ne feront qu’accroître la pauvreté.

 

Mais il n'y a pas que Chérèque à être récompensé. Laurence Laigo, secrétaire nationale depuis 2006, a quitté ses fonctions pour rejoindre comme conseillère le cabinet de la ministre des Droits des femmes, Najat Vallaud-Belkacem. Jacky Bontems, ex-numéro deux de la centrale et ex-conseiller social du candidat François Hollande, officiellement chargé de mission auprès de Matignon, va intégrer le Commissariat général à la stratégie et à la prospective. Enfin Nicole Notat, l'ex-secrétaire de la centrale cédédiste avant Chérèque, membre du Siècle, PDG de Vigeo, a été nommée chef de file d’un groupe de travail pour les assises de l’entrepreneuriat, organisées par la ministre Fleur Pellerin.

 

La CFDT affirme régulièrement son autonomie vis à vis du politique, de crainte de la récupération. Heureusement !


 

Partager cet article
Repost0
17 janvier 2013 4 17 /01 /janvier /2013 21:47

 

Fin septembre 2012, se rendant à Florange pour rencontrer l'intersyndicale du site d'ArcelorMittal, Arnaud Montebourg refuse d'être vu comme"le ministre des plans sociaux", préférant se présenter comme celui"des solutions économiques". En novembre il hausse le ton face au groupe Mittal et le ministre menace à mots couverts de nationaliser. Il confirme même qu'il travaille sur un "projet de nationalisation transitoire"de Florange. Aujourd'hui, il est clair que les hauts-fourneaux ne redémarreront pas.

 

Sur le dossier Petroplus, en novembre, le ministre imaginait un scénario avec un fonds souverain lybien. Cette piste a été démenti et le sort de la raffinerie pourrait être scellé début février par le tribunal de commerce de Rouen. Sur ce dossier, le président de la République a déclaré que " l'État ferait son devoir mais l'État ne peut pas être le repreneur et ça, les salariés le savent parfaitement."

 

Concernant PSA avec 11 000 suppressions de postes en France et la fermeture envisagée du site d'Aulnay sous Bois, le gouvernement et son ministre du redressement productif sont les grands absents des négociations sur le plan de restructuration. Puisque des aides publiques sont versées au constructeur, le gouvernement dispose de moyens de pression.

 

Le dernier dossier sur le devant de l'actualité est celui de Renault qui veut supprimer 7500 emplois d'ici 2016, soit 17% des effectifs. Quelle est la réaction de Montebourg ? Selon lui, il n'y aurait pas de plan social, pas de licenciement, pas de fermeture d’usine, tout cela se déroulerait même dans le « cadre normal » de la gestion des effectifs. Puisqu'il n'y a pas de franchissement de lignes rouges, c'est « acceptable ». Voilà donc l'Etat, actionnaire à 15% de Renault qui considère cela comme acceptable.

 

Ne pas remplacer des départs en retraite, c'est pourtant au final des suppressions de postes, des jeunes qui ne seront pas embauchés.

 

Du terme « nationalisation » utilisé au début de son mandat, Montebourg en est rendu à considérer comme acceptable plusieurs milliers de licenciements. Finalement, il se dégonfle comme une baudruche.

 

Ce n'est plus un ministre du redressement productif, mais du déclin industriel.


Tout ça n'est pas acceptable !

 


 

 

Partager cet article
Repost0
14 janvier 2013 1 14 /01 /janvier /2013 15:53

 

Lorsque se déroulent des manifestations syndicales, les médias en général, et la presse de droite en particulier n'ont pas l'habitude de gonfler le chiffre des manifestants. Déjà ce matin, sur France-Inter, c'était 800 000 manifestants annoncés, même pas la précaution de rajouter selon les organisateurs. Mais il y a plus fort, puisque le Figaro titre « Le raz de marée » annonçant même 1 million de participants. Les chiffres selon la police seraient de 340 000.figaro 14-01 Forcément, ils n'ont pas compté ceux qui se cachaient sous les soutanes des intégristes. Toujours est-il que la droite et son extrême étaient présents pour manifester contre une mesure figurant dans le programme du candidat élude-g-a-d-les-frontistes-gilbert-collard-louis-alliot-bruno.jpeg.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

manif élus ump

 

 

 

 

 

priereafpLes élus de droite ne réagissaient pas de la même manière, et le Figaro non plus entre autres dans un passé récent, alors que des millions de personnes avaient manifesté à plusieurs reprises dans toute la France contre la réforme des retraites par exemple, puisque le gouvernement UMP reniait un engagement du candidat Sarkozy qui s'était engagé à ne pas revenir sur la retraite à 60 ans, sans compter d'autres reculs sociaux.

 

En 2005, alors que le résultat du référendum sur le Traité Constitutionnel Européen était rejeté très majoritairement, 55% pour le NON, le gouvernement Sarkozy le faisait ratifier quatre ans plus tard.

 

Les élus UMP déclaraient à l'époque « la rue doit s’exprimer mais ce n’est pas la rue qui gouverne ». Ces mêmes élus aujourd'hui dans l'opposition étaient présents en nombre dans les défilés, pour obtenir du chef de l'Etat l'organisation d'un référendum sur la question du mariage pour tous. « Je suis dans la rue aujourd'hui pour que la parole soit donnée au peuple », s'est ainsi justifié Henri Guaino, député UMP des Yvelines. Même son de cloche chez Christian Jacob, président du groupe UMP à l'Assemblée : « Les Français sont dans la rue, on est à leurs côtés pour qu'il y ait ce grand débat national et on peut l'avoir par un référendum. »

 

Pourtant là, il ne s'agit pas d'une mesure sortie d'on ne sait où. C'est la promesse n° 31 du candidat Hollande. Alors ceux qui n'ont pas même pas respecté le résultat du référendum de 2005 sont mal venus d'en réclamer un sur un sujet prévu dans le programme du candidat élu.

 

Ce sera au moins un engagement de tenu.


Partager cet article
Repost0
11 janvier 2013 5 11 /01 /janvier /2013 22:53

 

 

Gagner d'un coup plus de 600 années de SMIC, c'est possible, mais ce n'est pas à la portée de tout le monde. C'est le jackpot décroché par Antonio Belloni, directeur général délégué de LVMH, le bras droit de Bernard Arnault, celui qui veut devenir belge.

 

Juste avant la fin de l'année 2012, le bras droit de Bernard Arnault, patron du groupe de luxe, a fait une opération financière extrêmement juteuse. 11 millions d'euros de gains. Pas avec la cagnotte du Loto, mais en revendant une partie de ses stock-options. Il ne lui a pas fallu plus de 24 heures. Les besoins chez ces gens-là doivent être énormes puisqu'il avait réalisé une opération similaire en 2010 pour un montant de plus-values de 18 millions d'euros.

 

Pendant un temps, il était surnommé «  le salarié le mieux payé de France » parce qu'il avait gagné en salaire 5,5 millions d'euros, c'était il y a quatre ans.

 

Vous trouvez ça normal de gagner autant d'argent sans le moindre effort alors que plus de 8,5 millions de français vivent en dessous du seuil de pauvreté ?

 

Ce n'est pas ça qui choque Mme Parisot, la patronne du Medef. Concernant les polémiques et commentaires sur l'exil de certaines personnalités à haut revenu, elle y voit des relents de « guerre civile », ajoutant même « nous avons le sentiment aujourd'hui qu'on cherche à recréer quelque chose qui s'apparente à 1789, il faut bien mesurer à quel point c'est insupportable. »

 

Je ne trouve pas insupportable ces députés de l'Assemblée nationale constituante de 1789, qui dans un bel élan d'unanimité, ont proclamé l'abolition des droits féodaux et de divers privilèges dans la nuit du 4 août 1789.  En 2013, le Front de gauche y est prêt si les socialistes veulent bien se joindre à eux.




Partager cet article
Repost0
7 janvier 2013 1 07 /01 /janvier /2013 17:45

Harlem Désir, 1er secrétaire du PS a considéré que « ce clip était de mauvaise foi, mensonger et caricatural; il est une faute contre la gauche (…) il est une honte pour ses auteurs » . 

 

Ah ! Peut-être ne faudrait-il pas rappeler les promesses du candidat Hollande ?  Une faute contre la gauche ? S'il y en a une, c'est de la part de ce gouvernement qui renonce aux engagements du candidat Hollande et trahit l'espoir du peuple de gauche.

 

 


Partager cet article
Repost0
3 janvier 2013 4 03 /01 /janvier /2013 17:11

Dans un précédent article, "Conseil constitutionnel : Mesures retoquées, au nom de l'égalité ?" je dénonçais la conception d'égalité qu'avaient les "sages" du Conseil Constitutionnel.

 

Cela se confirme avec leur décision de valider le "crédit d'impôt compétitivité-emploi" (CICE) contenu dans la loi de finances rectificative pour 2012. Celui-ci prévoi une gratification fiscale de 20 milliards d'euros accordée aux entreprises, et financée par une hausse de la TVA pour un montant de 10 milliards d'euros et des mesures d'économies de dépenses publiques pour 2013 pour une même somme.

 

C'est sans doute au nom de l'égalité que ce dadeau fait aux entreprises sera compensé par la TVA, impôt injuste puisqu'il pèse davantage sur les ménages à faibles ressources.


Les députés du Front de gauche avaient voté contre cette mesure, refusant d’entériner un dispositif qui concrétise un transfert d’argent des ménages au profit des entreprises et des actionnaires.

 

Mais à l'arrivée, ce dispositif est validé. Cette inégalité ne dérange pas le Conseil Constitutionnel.

 


Partager cet article
Repost0
30 décembre 2012 7 30 /12 /décembre /2012 22:32

 

Le Conseil constitutionnel a décidé le samedi 29 décembre d'annuler plusieurs mesures phares du budget 2013, notamment celle concernant la taxation à 75% des revenus supérieurs à 1 million d'euros, considérant que le législateur avait piétiné un principe essentiel : « l’égalité devant les charges publiques ».

 

Les « sages » (on les appelle ainsi parait-il), avaient été saisis par les parlementaires UMP. Ils ont retoqué également les modalités de calcul du plafonnement de l'impôt sur la fortune (ISF), en particulier l'intégration des revenus ou bénéfices capitalisés, "que le contribuable n'a pas réalisés". Retoqué également la taxation des "retraites-chapeau" considérant que la taxation particulière à 75,04% en 2012 et 75,34% en 2013 était "confiscatoire".

 

Il faut savoir que les sages actuellement au Conseil Constitutionnel sont tous classés à droite ou bien ont été nommés par des Présidents de droite.

 

Si j'ai bien compris, leur rôle est devérifier la conformité de la loi à la Constitution. J'ai lu aussi le préambule de la constitution qui indique que « Chacun a le devoir de travailler et le droit d’obtenir un emploi » que « La Nation assure à l’individu et à la famille les conditions nécessaires à leur développement », qu'elle « garantit à tous, notamment à l’enfant, à la mère et aux vieux travailleurs, la protection de la santé, la sécurité matérielle, le repos et les loisirs » etc.

 

Mais aujourd'hui, ces principes énoncés dès le préambule de la constitution sont bafoués. Alors que font ces « sages » par rapport à leur souci d'égalité ? Le droit au travail, le droit de se nourrir (voir l'appel du Secours Populaire, celui des Restos du coeur), le droit de se soigner etc. quand des millions de personnes en France n'y ont pas accès, n'est-ce pas confiscatoire ? Au nom de l'égalité, que disent ces « sages » ? Rien !

 

La citation de Coluche trouve ici tout son sens :« Les hommes naissent libres et égaux, mais certains sont plus égaux que d'autres », surtout s'ils ont des revenus supérieurs à 1 million d'euros. Et on dit merci au Conseil Constitutionnel.

 

Partager cet article
Repost0
23 novembre 2012 5 23 /11 /novembre /2012 08:18

C'est la déclaration d'un élu socialiste conseiller général de Niort-Ouest. Il est vrai que ça doit être difficile quand on est socialiste, d'assumer les renoncements de Hollande.


capitaine-de-pedalo.jpg J-L Mélenchon était réaliste quand il avait comparé Hollande à un capitaine de pédalo dans la tempête, lui reprochant d'avoir choisi une ligne centriste. Aujourd'hui, ce n'est même pas une ligne centriste mais encore plus à droite. Cette fois-ci, c'est pour calmer des opposants au mariage des homosexuels, des catholiques intégristes notamment. François Hollande a déclaré devant le Congrès des maires que «  la loi s'applique pour tous dans le respect néammoins de la liberté de conscience. » Voilà que celui qui a en charge de faire respecter la loi devient le premier à la bafouer en considérant qu'elle pourrait s'appliquer au gré de ses convictions intimes ou de sa foi.

 

Cette dernière sortie fait tousser jusque dans son propre camp. C'est ce qui a amené un élu socialiste des Deux-Sèvres, Gérard Zabatta, a faire la déclaration suivante : « Si François Mitterrand et Robert Badinter avaient écouté les bruits de la rue, vous croyez que la peine de mort aurait été abolie et l'homosexualité dépénalisée ? Si Jacques Chirac et Simone Veil avaient écouté leur propre camp, vous pensez que la loi autorisant l'IVG aurait été votée ? Si Lionel Jospin et Élisabeth Guigou avaient cédé aux pressions de la droite et des catholiques intégristes, le PACS aurait-il été adopté ? »

 

Et d'appeler le Président à un peu de courage en parodiant le slogan de campagne « Monsieur le Président de la République, le courage c'est Maintenant  ! » Si en plus c'est un élu socialiste qui le dit. 


 

Partager cet article
Repost0
10 novembre 2012 6 10 /11 /novembre /2012 17:12

J'ai trouvé très intéressant le billet de Maurice Ulrich dans L'Humanité du 8 novembre, à une petite nuance près que j'ajoute en post-scriptum de ce billet.

 

Copernic

 

Interviewé par 
le Figaro, le ministre 
de l’Économie, Pierre Moscovici, rend d’abord un hommage appuyé à Louis Gallois, « qui connaît admirablement bien le tissu industriel français ». Cela va de soi, semble-t-il, puisque c’est un grand patron. 
Il le connaît donc mieux sans doute, dans l’esprit du ministre, que tous les syndicats et syndicalistes de France, ou les salariés eux-mêmes qui ignorent comment, pourquoi et où ils travaillent. Et ils auraient quelque chose à dire ? Interrogé ensuite sur le pacte de compétitivité annoncé par le gouvernement (« C’est aussi une révolution pour le Parti socialiste », dit le Figaro), le ministre confirme : « Cela peut paraître comme une révolution copernicienne. » Copernic, si l’on se souvient bien, avait démontré à ses risques et périls que ce n’était pas le Soleil qui tournait autour de la Terre mais l’inverse. En d’autres termes, la révolution pour Pierre Moscovici c’est quand la gauche, qui tournait dans 
le sens des salariés 
et des travailleurs, 
se met à tourner dans le sens du Medef et du patronat. On peut aussi appeler cela plus sûrement une révolution à l’envers.

 

 

PS - Complètement d'accord avec le billet de Maurice Ulrich à un détail près. C'est quand il écrit "la révolution pour Pierre Moscovici c’est quand la gauche, qui tournait dans 
le sens des salariés 
et des travailleurs, 
se met à tourner dans le sens du Medef et du patronat".

 

Pour moi la gauche englobe également le PCF et le Front de Gauche. Il aurait été plus juste que le camarade Ulrich remplace "la gauche" par le "parti socialiste", car sinon, on rajoute de la confusion dans la tête des gens.

 


Partager cet article
Repost0
8 novembre 2012 4 08 /11 /novembre /2012 22:50

Le président des députés socialistes, Bruno Le Roux, a manifesté son agacement après que les sénateurs communistes aient voté contre le projet de programmation budgétaire 2012-2017. Il soulignait sur France 2 que  « les élus communistes devraient s'inspirer de ce que nous faisons aujourd'hui pour discuter, pour essayer d'amender, pour essayer de travailler avec nous plutôt que d'être dans une opposition qui est en train de se marquer trop fortement ». Sur une autre chaîne, il a même ajouté  « Ils n'ont plus de boussole. » 

 

Quelques rappels sont nécessaires. Essayez d'amender avec les socialistes déclarent Bruno Le Roux. A t'il oublié que pas moins de 40 amendements budgétaires ont été proposés par les députés du Front de gauche lors de l'examen du volet recette de la loi de financement et qu'aucun n'a été retenu ! 

 

Quand il dit que les communistes se situent dans l'opposition, c'est pour les assimiler avec la droite. La ficelle est trop grosse, les raisons ne sont pas les mêmes. Si les communistes sont dans une opposition, c'est dans celle d'une opposition à une politique d'austérité comme le pacte de compétitivité qui fait des cadeaux en milliards aux entreprises et qui va faire payer tous les français y compris les plus modestes. C'est dans une opposition au traité budgétaire européen rédigé par Merkel et Sarkozy, le fameux traité Merkozy, dont pas une virgule n'a changé alors qu'Hollande s'était engagé à le renégocier. Et Bruno Le Roux a dû oublier qu'il l'a voté avec ses amis socialistes associé à la droite.

 

Comme l'a dit M.G Buffet, « Nous sommes à gauche, et nous voulons que la gauche réussisse. Or, aujourd'hui, cette loi de programmation nous inscrit dans une politique d'austérité qui va nous mener à la récession ».  

 

Ce sont les socialistes qui auraient besoin de retrouver leur boussole, celle qui les orientera vers une politique de gauche, et non celle qu'il mette en place au point de recevoir l'approbation du Medef.

 

Partager cet article
Repost0