Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Réagir - Blog militant de joseph coutant
  • : Réagir : S'opposer activement à l'action de qqch, résister. La devise issue de la révolution française "Liberté, Egalité, Fraternité" étant de plus en plus mise à mal, ce blog est un moyen pour moi de faire partager mes réactions sur l'actualité politique, sociale, etc.
  • Contact

Rechercher

Tags

5 avril 2013 5 05 /04 /avril /2013 23:45

Selon le réseau Tax Justice Network, un réseau pour la justice fiscale qui rassemble des organisations, des mouvements sociaux et des individus qui œuvrent pour la coopération fiscale internationale, 21 000 milliards de dollars (soit plus de 15 800 milliards d’euros) de fortune étaient abrités dans les paradis fiscaux en 2011. Sept fois plus que le déficit budgétaire de tous les Etats du monde !

 

Concernant la France, Jérôme Cahuzac, le ministre en charge du budget, cherchait 6 milliards d'euros de recettes, en même temps qu'il annonçait une réduction de un milliard et demi d'euros des dépenses dans le budget, et des économies à hauteur de trois milliards et demi d'euros sur l'enveloppe des différents ministères. Tout cela pour satisfaire au dogme des 3%.

 

 

Dans sa récente enquête sur l’évasion fiscale en France, Antoine Peillon auteur du livre « Ces 600 milliards qui manquent à la France » affirme, sans être démenti ni contredit, que « les avoirs dissimulés au fisc français sont presque de l’ordre de toute la recette fiscale annuelle du pays » et que l’évasion fiscale, individus et entreprises confondus, « s’élève au minimum à 590 milliards d’euros, dont 108 milliards rien qu’en Suisse ». Cette fuite vers les paradis fiscaux provoque chaque année un manque à gagner d'au moins 40, voire 50 milliards pour le budget de la France selon un rapport sénatorial. Voir ci-dessous l'entretien avec Eric Bocquet, député PCF et rapporteur de la commission d'enquête.

 

 


 

 

Comme le demande le PCF, ce gouvernement doit cesser de chercher les milliards qui manquent sur les retraites, sur les allocations familiales, sur les services publics, sur les taxes, il doit cesser de ponctionner toujours plus ceux qui n'ont que leur travail pour vivre.

 

Les milliards qui lui manquent, il y a en a plus qu'il lui en faut dans cette fraude. Alors qu'il mette tout en œuvre pour les récupérer. Il est temps de changer de politique ! 

 


Partager cet article
Repost0
4 avril 2013 4 04 /04 /avril /2013 18:24

 

Après la publication par Mediapart de l'information sur la détention par Jérôme Cahuzac d'un compte bancaire non déclaré à l’Union des banques suisses (UBS) de Genève, les déclarations faites par certains devraient les inciter à se faire discrets.

 

C'est la porte-parole du gouvernement, Najat Vallaud-Belkacem, qui à l'issue d'un conseil des ministres avait déclaré « Jérôme Cahuzac se défend parfaitement en présentant la vérité des faits(...) Il a fourni des éléments suffisamment objectifs pour faire tomber les allégations de Mediapart. » On voit la vérité aujourd'hui !

 

Ou bien Jean-François Copé qui avait exprimé son «estime personnelle» pour le ministre. «Dans cet ensemble gouvernemental tellement amateur et chaotique, il est un des rares ministres dont on peut dire d'une manière unanime qu'il connaît vraiment bien les sujets dont il parle ».

 

Tout cela donnait l'impression que le ministre du budget chargé en plus de la lutte contre la fraude fiscale était au-dessus de tout soupçon. Si ce n'était aussi grave, on pourrait faire de l'humour sur la déclaration de Copé, car aujourd'hui, on sait en effet que Cahuzac connaissait bien au moins un des sujets dont il parlait, celui de la fraude fiscale. Et c'est le même qui prônait la rigueur et l'austérité.

 

Mais tout cela vient s'ajouter à bien d'autres histoires financières pas encore toutes élucidées. Les affaires Bettencourt, Woerth, Sarkozy, Tapie - Lagarde, Takieddine, Karachi, aujourd'hui Guerini, Cahuzac dont le compte a été ouvert à l'époque par un conseiller actuel de Marine Le Pen, en attendant d'en savoir plus sur les investissements réalisés par le trésorier de campagne de F Hollande aux îles Caïmans, un paradis fiscal.

 

Le pouvoir politique, qu'il soit libéral ou social-libéral, s'est livré à la finance et c'est le peuple qu'il voudrait faire payer . Il faut en finir avec cette soumission, en donnant la priorité à  « l'Humain d'abord » comme le proclame le programme du Front de Gauche.

 


 

 

Partager cet article
Repost0
2 avril 2013 2 02 /04 /avril /2013 23:41

"On a donné 20 milliards aux patrons sans contre partie,  et maintenant, on leur donne une loi transcrite de l’ANI. Depuis 80 ans, quand on regarde ce qu’a fait la gauche en 1936, en 1945, en 1981, en 1997, cette loi est la première et pire loi réactionnaire contre le droit du travail… Jamais vu ça ! "

 

La pire loi réactionnaire contre le droit du travail, c'est à dire contre le code du travail. Quel est le gauchiste qui s'exprime ainsi ? Eh bien ne cherchez pas de ce côté là. C'est un socialiste, qui plus est ancien inspecteur du travail. Il s'agit de Gérard Filoche. C'est un extrait de sa déclaration devant le bureau national du PS le 26 mars.

 

Et il ajoute " L’ANI ne fera pas reculer le chômage, les patrons se jetteront sur les pires aspects de la nouvelle loi avant la fin de l’année pour multiplier les plans sociaux et nous couler. Nous n’inverserons pas la courbe du chômage avec cette politique, la flexibilité, ça augmente le chômage, ça ne le diminue pas."

 

Il est encore temps de stopper les choses, sauf si les députés socialistes associés à la droite préfèrent donner satisfaction au Medef.

 

 

Partager cet article
Repost0
29 mars 2013 5 29 /03 /mars /2013 14:58

Le grain de sel de Gérard Mordillat (écrivain) dans Cactus L'Humanité du jeudi 28 mars

 

Comme le bac philo approche, je me permets de proposer à Vincent Peillon un sujet à soumettre aux candidats. La question est celle-ci : les socialistes (les dirigeants socialistes passés et présents, ceux qui occupent des postes gouvernementaux, pas les militants bien entendu) trahissent-ils en fonction des circonstances ou trahissent-ils par nature ? Peut-on parler d’une ontologie de la trahison socialiste ? Il sera bon d’évoquer les souvenirs douloureux du passé : 1914-1918 où, Jaurès à peine enterré, les responsables socialistes votent les crédits de la guerre, l’abandon des républicains espagnols par le gouvernement de Léon Blum, Munich, Pétain, à qui ils accordent les pleins pouvoirs, Jules Moch, qui fait tirer sur les grévistes en 1947, Guy Mollet et Mitterrand pendant la guerre d’Algérie… et de relier cette histoire à aujourd’hui. La lecture du livre récent de Bertrand Rothé, De l’abandon au mépris (Seuil), peut éclairer fortement le propos pour la période 1981-2013…


Il y a beaucoup de choses à reprocher à Nicolas Sarkozy mais il faut lui reconnaître de la constance et de l’endurance. Élu par la droite, sur un programme de droite, il n’a jamais dévié de cette perspective droitière, gouvernant à droite toute, voire à l’extrême droite, pour satisfaire les désirs et les revendications de ceux qui l’avaient élu. Sans attendre une révolution, les électeurs de François Hollande et de son gouvernement pouvaient espérer au minimum qu’ils aient la même constance et la même endurance à gouverner à gauche, voire au rose pâle, au centre gauche. Eh bien non, ils gouvernent à droite, et bien à droite ! Ils mettent cyniquement leurs pas dans les pas de leurs prédécesseurs au rythme de Tina chantant le refrain bien connu : « Il n’y a pas d’alternative ! » Sur le plan économique, c’est du pareil au même, voire du pareil au Medef ; sur le plan social, c’est la reprise d’un alexandrin goguenard de Frédéric Lordon vendu comme une vérité révélée : « La rigueur aujourd’hui, la croissance demain » ; sur le plan politique, c’est le mépris ou l’injure, critiquer les choix du gouvernement fait de vous aussitôt un « populiste », un incompétent, un irresponsable ; sur le plan démocratique, c’est « circulez, il n’y a rien à voter ! » ; sur le plan moral, c’est Iago *, Manuel Valls réussissant une synthèse idéale entre Messieurs Guéant, Besson, Hortefeux, une brillante réussite digne du prix « Jules Moch » du plus grand traître à l’idéal socialiste. Philosophie ou politique, paraphrasant Jaurès, la question est désormais : « La trahison est-elle la condition suprême du pouvoir ? »


 

* Iago, personnage de Othello, la figure du traître

 


Partager cet article
Repost0
27 mars 2013 3 27 /03 /mars /2013 22:34

 

Lors de la réforme Fillon de 2003 sur les retraites, avec l'allongement des durées de cotisations, il y a eu une mobilisation générale contre le recul social. A cette occasion, le Premier ministre Raffarin prononce alors cette phrase : « la rue doit s’exprimer mais ce n’est pas la rue qui gouverne ».

 

 

Quand en 2010 Nicolas Sarkozy décide de revenir sur une promesse de campagne, et remet en cause la retraite à 60 ans, un nouveau mouvement social se déclenche, il y aura plus de 3 millions de manifestants sur tout le territoire. Dominique Paillé, porte-parole de l’UMP et secrétaire national chargé des relations avec les organisations syndicales déclare que « ce n’est pas la rue qui gouverne ». François Fillon reprendra quasiment les mots de son prédécesseur Jean-Pierre Raffarin : « il faut répondre calmement à la rue (...) mais gouverner la France c’est aussi parfois savoir dire non ».

 

 

Aujourd'hui, face au projet du mariage pour tous, les opposants demandent le retrait du texte et la tenue d'un référendum. Et parmi les manifestants, on retrouve toute la classe politique de l'UMP. Les mêmes qui déclaraient il n'y a pas si longtemps « ce n’est pas la rue qui gouverne » ...

 

En effet on l'a vu pour les retraites, alors, encore moins quand le texte de loi est celui qui figurait dans le programme du candidat élu !


Partager cet article
Repost0
22 mars 2013 5 22 /03 /mars /2013 17:37

 

En décembre dernier, Yanick Paternotte, connu pour avoir présidé l’éphémère « Conar », la commission nationale des recours de l’UMP, s’est fait lourdement condamner par le tribunal correctionnel de Nanterre. Quinze mois de prison avec sursis, 10 000 euros d’amende et deux ans d’inéligibilité pour « abus de faiblesse » envers une vieille dame de quatre-vingt-onze ans... Une vieille dame avec qui il avait dû se montrer suffisamment aimable – trop, selon la justice – pour obtenir d’elle une donation immobilière d’une valeur de plus de 200 000 euros. Un verdict dont il a fait appel.

 

Et à présent, c'est Nicolas Sarkozy est soupçonné d’avoir abusé de l’état de faiblesse de la richissime Liliane Bettencourt pour financer sa campagne électorale de 2007. A l'issue d'une confrontation avec plusieurs membres du personnel de la milliardaire dans le bureau bordelais du juge d’instruction Gentil, l'ancien chef de l'Etat est mis en examen pour des abus de faiblesse. L'enquête a mis au jour de nombreux abus de la fortune de la milliardaire avec notamment des retraits en espèces de plusieurs millions d'euros sur ses comptes suisses en 2007-2009. Ces retraits, notamment deux de 400.000 euros en 2007, pourraient avoir servi à financer la campagne de Nicolas Sarkozy.

 

Affaires à suivre. Sarkozy ne doit pas trouver le juge très Gentil.

Partager cet article
Repost0
20 mars 2013 3 20 /03 /mars /2013 23:01
Partager cet article
Repost0
19 mars 2013 2 19 /03 /mars /2013 17:16

 

Je me suis posé la question à la lecture de la presse locale (NR du 14 mars 2013) ou Rodolphe Challet (PS) annonce sa candidature aux primaires pour les prochaines municipales de 2014. Voir billet des élus cocos sur ce sujet. 

 

Le conseiller général du canton de Niort-Est, 9ème vice-président du conseil général, mais également premier secrétaire de la fédération du PS des Deux-Sèvres, reproche à Geneviève Gaillard, députée-maire PS, de bafouer la promesse faite aux militants de mettre fin à son cumul dès septembre 2012, sans attendre le vote d'une loi. La presse s'est également fait l'écho de socialistes apportant leur soutien à Rodolphe Challet et qui mettent en avant cette notion de non-cumul.

 

Vaste sujet. Dans ses 60 engagements pour la France, François Hollande s'est engagé à faire voter une loi sur le non-cumul des mandats. Mais probablement qu'au PS, la notion de cumul ne doit pas avoir la même signification pour tout le monde. Pourtant, il n'y a pas d’ambiguïté pour le Petit Larousse. Cumul : « action d'exercer simultanément plusieurs emplois ou fonctions ».

 

Être conseiller général, secrétaire fédéral, postuler pour un mandat de maire, cela correspond à plusieurs fonctions si je ne m'abuse. Mais ce ne serait pas cumuler ?



Partager cet article
Repost0
25 février 2013 1 25 /02 /février /2013 23:20

 

Cette semaine, la proposition de loi d’amnistie, pour des faits commis à l’occasion de mouvements sociaux et d’activités syndicales et revendicatives, déposée par le groupe communiste, républicain et citoyen sera à nouveau à l’ordre 
du jour. Elle doit être débattue au Sénat ce mercredi 27 février.

 

Pour l'instant, cette proposition a été rejetée par la commission des Lois du Sénat, faute du soutien d’une partie de la majorité gouvernementale.

 

Mercredi, cette loi pourra cependant être votée en séance, si l'ensemble des sénateurs socialistes, PRG, EELV joignent leurs voix à celles des élus du Front de Gauche.

 

La majorité de gauche au Sénat ne tenant qu’à six voix, ceux qui mercredi ne voteraient pas cette loi d'amnistie sociale s'identifieront clairement comme n'étant pas de gauche !

 


 

Partager cet article
Repost0
22 janvier 2013 2 22 /01 /janvier /2013 15:36

 

 

Des mobilisations décentralisées se sont tenues dans une vingtaine de villes de province le 19 janvier en faveur du droit au mariage et à l’adoption pour toutes et tous, avant la manifestation nationale prévue le dimanche 27 janvier à Paris, soit deux jours avant le débat au parlement.

 

J'ai lu dans la presse locale (NR du 22 janvier 2013) que les sections des Deux-Sèvres du parti socialiste et du parti radical de gauche appelaient à un rassemblement pour soutenir le projet de loi du mariage pour tous le dimanche 27 janvier à 11h devant l'hôtel de ville de Niort.

 

Pourquoi le même jour que la manifestation nationale alors que les manifestations décentralisées avaient lieu le 19 janvier ? L'appel au rassemblement Deux-Sévrien dit s'inscrire dans le cadre de la manifestation parisienne pour soutenir le mariage pour tous. La manifestation nationale va plus loin dans ses revendications, et le projet de loi qui institue le mariage pour tou-te-s est encore  discriminant actuellement.

 

François Hollande était allé jusqu'à plaider pour « une clause de conscience » en faveur des maires qui refuseraient de célébrer des mariages de couples de même sexe... avant de faire marche arrière. Les députés socialistes viennent de retirer l'amendement pour la procréation médicale assistée pour les couples de femmes. C'est tout simplement désolant !

 

Les débats sur la « loi ouvrant le mariage aux couples de même sexe » offrent en effet l’occasion historique de supprimer les inégalités en droits qui légitiment les discriminations envers les personnes LGBT.

 

Comme l’affirme le programme du Front de Gauche « L’Humain d’abord » : « Nous adopterons une loi pour l’égalité qui éradiquera toute discrimination. Les droits du PACS seront renforcés. Le droit au mariage et à l’adoption sera reconnu aux couples homosexuels. Les femmes lesbiennes auront accès à la procréation médicalement assistée. »

 

C’est le sens et le contenu de la proposition de loi N°119 déposée notamment par Marie-George Buffet « tendant à lever les discriminations reposant sur le sexe, le genre et l'orientation sexuelle en matière de filiation ».

 

On est en droit d'attendre du gouvernement qu’il s’engage fermement et publiquement sur ces revendications légitimes et demande à la majorité parlementaire de les voter.

 

Partager cet article
Repost0