Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Réagir - Blog militant de joseph coutant
  • : Réagir : S'opposer activement à l'action de qqch, résister. La devise issue de la révolution française "Liberté, Egalité, Fraternité" étant de plus en plus mise à mal, ce blog est un moyen pour moi de faire partager mes réactions sur l'actualité politique, sociale, etc.
  • Contact

Rechercher

Tags

23 septembre 2013 1 23 /09 /septembre /2013 08:09

« On avait déjà des chroniqueurs issus des groupes de presse du pouvoir et de l'argent qui interviennent en tant qu'experts de la presse bien pensante. On retrouve ainsi Le Nouvel Obs, le Point, l’Express, le Figaro, le Figaro Magazine, Valeurs actuelles, Les Echos etc. avec les Barbier, Joffrin, Domenach, Seux et bien d'autres, qui viennent, pour certains quotidiennement, justifier l’austérité pour le peuple et défendre les privilèges pour les riches.

 

Mais ce n'était pas encore suffisant. Voilà que les médias reconvertissent à présent les politiques. On avait déjà eu droit à Bachelot (voir billet à son sujet du 17 juillet), mais avec la rentrée, on aura droit à de nouvelles têtes, enfin pas si nouvelles que ça. »

 

C'est ainsi que débutait mon billet du 27 août dernier. Et cela se poursuit puisque la dame Parisot, celle qui voulait rempiler à la tête du Medef, quitte à en modifier les statuts pour le lui permettre, va être recyclée en chroniqueuse à la radio.

 

Elle va sévir sur RTL de 19h15 à 20 heures dans l'émission de Fogiel « On refait le monde ». On sait de quelle manière l'ex patronne des patrons veut refaire le monde, à la sauce ultra-libérale comme elle l'a défendu à la tête du Medef. C'est elle qui déclarait « La vie, la santé, l'amour sont précaires, pourquoi le travail échapperait-il à cette loi ? » C'est ainsi qu'elle a réussi à obtenir la rupture conventionnelle du contrat de travail qui correspond au final à un licenciement déguisé. Pour elle refaire le monde, c'est vers toujours plus de capitalisme.

 

Mais elle ne va pas prêcher sa « bonne parole » que sur RTL. Elle va également tenir une chronique sur Europe 1 lors du journal de la mi-journée. Elle interpellera l'invité du jour sur l’actualité politique, économique ou sociale « sans a priori ni tabou » promet-elle. Vous imaginez qu'elle puisse parler du monde du travail « sans a priori » ?

 

Voilà donc qu'après le « révolutionnaire » Cohn-Bendit converti au libéralisme, également recruté sur cette même radio, voilà donc Parisot qui va nous éclairer sur les bienfaits du capitalisme. A quand une émission en direct de Pôle emploi pour parler du chômage « sans a priori » ?

 

On nous prend vraiment pour des cons.

Partager cet article
Repost0
18 septembre 2013 3 18 /09 /septembre /2013 22:57

S'il est une rupture qui s'est confirmée à la Fête de l'Humanité, c'est bien celle entre le peuple de gauche et la politique du gouvernement. L'écho dominant de la fête, c'était celui des luttes..

Pas étonnant que les ténors du PS aient été absents et qu'il n'y ait eu de présents que des membres de l'aile gauche du PS. Quant aux ministres invités dans les débats, ils ont brillé par leur absence.

La France qui a voulu le changement et qui a porté Hollande au pouvoir ne se reconnait pas dans la politique du gouvernement.

Les jeunes qui dessinent pour Libre échanges (page supplémentaire de l'Huma faite par des jeunes) l'ont fort bien traduit.

Pas facile sous Hollande d'être au PS
Partager cet article
Repost0
17 septembre 2013 2 17 /09 /septembre /2013 23:02

Est-il utile de rappeler que le président de la Cour des comptes est Didier Migaud, ancien président de de la Commission des finances de l'Assemblée nationale, et qu'il fut nommé à la tête de la Cour des comptes en 2010 par Nicolas Sarkozy. C'est alors qu'il abandonne l'ensemble de ses mandats électifs et quitte le Parti socialiste. En même temps, il a dû également abandonner toute idée de justice sociale.

 

En effet, la dernière proposition de la Cour des comptes et de son président n'est pas faite au nom de la solidarité. Alors que l’optique correctrice est déjà très mal remboursée par la Sécurité sociale (j'en sais quelque chose, je porte des lunettes depuis 56 ans) la Cour des comptes propose l’arrêt des remboursements « dès lors que l’assurance maladie complémentaire serait généralisée »

 

Cela signifie clairement que pour la Cour des comptes, ce serait supprimer les remboursements pour les confier entièrement aux mutuelles. Peu à peu, la sécurité sociale se désengage de toujours plus de traitements, mais les mutuelles se frottent les mains puisqu'elles vont déjà bénéficier de l'assurance complémentaire obligatoire en 2016. On passe d'une logique de prise en charge solidaire pour tous par la sécurité sociale à une logique d’assistance pour les plus pauvres et d’assurance pour les plus riches avec les mutuelles. Cette question a fait l'objet de la publication d'un précédent billet pour un large débat citoyen dur la santé. Il ne faut pas perdre de vue que les assurances complémentaires ne sont pas égalitaires dans les prises en charge, celles-ci dépendent des formules souscrites avec des tarifs très variables.

 

Que ce soit un ancien membre du PS qui au travers d'une telle proposition sonne le glas de notre sécurité sociale universelle et solidaire montre bien qu'il est temps de donner plus de poids à la vraie gauche, celle qui prône l'humain d'abord. Est-ce pour cela que d'aucuns qualifie cette gauche d'extrême ?

Partager cet article
Repost0
16 septembre 2013 1 16 /09 /septembre /2013 22:37

La rédaction de France 2 n'aurait-elle pas trouvé de sujet intéressant à la fête de l'Huma ce week-end puisque les 20 heures de samedi et dimanche n'ont pas trouvé le moyen d'en parler. Il en a été de même pour la radio, du moins les principaux journaux de France-Inter du week-end. C'est le service public de l'information ? Par contre, on nous a abreuvé de l'université du FN à Marseille avec Marine le Pen.

 

La fête de l'Huma, événement le plus populaire de la rentrée (470 000 participants), en aura été réduite, pour ceux qui ont daigné aborder le sujet, aux questions et divergences stratégiques internes au Front de Gauche pour les municipales.

 

Par contre, rien sur les très nombreux débats avec des milliers de participants qui se sont tenus ce week-end, sur le thème des retraites, de l'Europe, du budget, de la politique d'austérité du gouvernement, du travail à l'heure de la mondialisation, de la culture, des élections municipales, etc. Plus de 100 débats sur 3 jours.

 

Rien non plus sur les salariés des nombreuses entreprises en lutte qui sont venus témoigner au parc de la Courneuve, les Fralib de Gemenos, les Pilpa de Carcassonne, les Petroplus, les Arcelor-Mittal, les Sanofi, les Kem One etc.

 

Pas davantage sur la partie spectacle avec les nombreux concerts dont le concert spécial de Zebda qui rendait hommage au chanteur chilien Victor Jara assassiné par le régime de Pinochet le 16 septembre 1973. Quarante ans après le coup d'Etat de Pinochet, le Chili d'Allende était l'une des grandes thématiques de la Fête.

 

Ce week-end, quelle que soit la chaîne regardée il n'y en avait que pour le FN !!! C'est ça l'information ? En tout cas pas équitable.

Fête de l'Humanité. HK et les Saltimbanks invitent des salariés en lutte sur la Grande scène et un grand moment de fraternité surgit à La Courneuve.

Partager cet article
Repost0
11 septembre 2013 3 11 /09 /septembre /2013 23:08

La fête de rentrée où le PCF des Deux-Sèvres avait invité ses partenaires du Front de Gauche a vu défiler plus de monde le dimanche que le samedi. Est-ce le soleil qui était au rendez-vous la seconde journée ou bien l'annonce de la conférence de presse du dimanche où le Front de Gauche devait faire connaître ses intentions pour les prochaines municipales à Niort ? Eh bien c'est chose faite puisque le Front de Gauche, composé à Niort du Parti Communiste, du Parti de Gauche et de la Gauche anticapitaliste -et non groupe anticapitaliste comme l'a écrit à plusieurs reprises dans son article le journaliste de la NR – constituera sa propre liste pour les municipales de 2014. Et pour ceux qui cherchent à créer des brèches au sein du Front de Gauche arguant que les communistes seront à la remorque des socialistes, qu'ils sachent que les militants niortais du parti communiste se sont prononcés à 91% pour créer une liste du Front de Gauche.

 

Au-delà de ce sujet, d'autres thèmes étaient à la Une de la fête, celui des retraites notamment avec la perspective de la journée de lutte du 10 septembre. Le débat du dimanche après-midi avec Bernard Friot qui traitait de cette question des retraites a d'ailleurs rassemblé près de 200 personnes. (voir article NR du 9 septembre sur Bernard Friot). Et pendant toute la fête, les participants ont pu échanger sur les différents stands des invités de la fête, des partis politiques membres du Front de Gauche aux associations (France-Palestine Solidarité, Confédération Nationale du Logement, collectif contre l'aéroport Notre Dame des Landes, Ligue des Droits de l'Homme, GARD HP, ARDDI, ATTAC …

 

Le samedi soir, dans la fraîcheur, plusieurs groupes se sont succédés dont le Bolchoï Karma Experience qui portait un propos résolument contestataire, contre l'ordre établi et la pensée unique, contre le pouvoir du fric. Ils avaient toute leur place dans cette fête. Et comme ils disent, continuons le combat.

 

Et le dimanche, après le moment convivial du repas républicain (vraiment excellent et préparé par des militant(e)s), on a pu apprécier « Le grand étendoir », fresque sur la travail des femmes, spectacle interprété là aussi par des militant(e)s.

 

Rendez-vous l'an prochain pour la prochaine fête de la liberté, mais d'ici là, on se retrouvera dans les moments de lutte et dans le cadre des campagnes pour les élections municipales et européennes programmées pour 2014. Et d'ici là, on ne lâche rien !

 

Les photos qui suivent sont du camarade Alain Van Gindertael. Merci à lui une nouvelle fois.

 

  

Débat du samedi avec Lydia Samarbakhsh, responsable des relations internationales du PCF, sur le thème « Dictature économique / Dictature politique / L'Amérique du sud s'en sort, L'Europe y plonge ? »

Débat du samedi avec Lydia Samarbakhsh, responsable des relations internationales du PCF, sur le thème « Dictature économique / Dictature politique / L'Amérique du sud s'en sort, L'Europe y plonge ? »

Débat du dimanche avec Bernard Friot, à droite sur la photo

Débat du dimanche avec Bernard Friot, à droite sur la photo

Une des tables rondes du samedi sur la vie municipale

Une des tables rondes du samedi sur la vie municipale

Le repas républicain

Le repas républicain

La représentation "Le grand étendoir"

La représentation "Le grand étendoir"

L'espace librairie, toujours incontournable sur la fête

L'espace librairie, toujours incontournable sur la fête

Lecture de poèmesLecture de poèmes

Lecture de poèmes

Concerts du samedi
Concerts du samedi

Concerts du samedi

Partager cet article
Repost0
3 septembre 2013 2 03 /09 /septembre /2013 21:43

« Une lettre de mission de quatre pages reçue devant ses pairs des mains d'un représentant de l'évêque lors d'une célébration à la cathédrale de Poitiers : C'est dans le plus grand respect des traditions catholiques, que Cécile Dargelos est officiellement depuis une semaine, à la tête du lycée Saint-André et de son institut d'études supérieures (Icssa). » (Nouvelle-République édition Deux-Sèvres du 3 septembre 2013).

 

En tant que citoyen, les conditions de cette nomination à la tête du lycée privé St André à Niort me font réagir. Bien sûr, on pourra me rétorquer qu'il s'agit d'un établissement privé catholique et que ce procédé de nomination est prévu dans les textes. D'ailleurs j'ai découvert à cette occasion que de nouveaux statuts pour les établissements privés catholiques ont été votés en avril dernier par l'assemblée des évêques (!), renforçant les pouvoirs des prélats sur une structure jugée trop autonome. Le cardinal Vingt-Trois déclarait à ce sujet «Nous n'avons pas fait la réforme des statuts de l'enseignement privé, mais la réforme de l'enseignement catholique. Il est d'abord confessionnel. Il a donc un caractère ecclésial.»

 

Mais ces établissements ne sont-ils pas dépendant avant tout de l’Éducation Nationale puisqu'ils sont sous contrat d'association avec ce même Ministère.

 

Je trouve que cette nomination dans le cadre d'une célébration dans une cathédrale est une provocation à l'égard de l'enseignement public. Imaginez la même nomination d'un chef d'établissement d'enseignement dans une mosquée par un immam ! Je crois que ça susciterait un tollé.

 

Une république digne de ce nom ne peut galvauder l’idéal de laïcité qui lui est constitutive.

 

Partager cet article
Repost0
28 août 2013 3 28 /08 /août /2013 22:27

Entendu ce matin sur France-Inter par rapport à la Syrie : « L'opinion publique se prépare à une intervention militaire en Syrie ... ». Ne serait-ce pas plutôt les médias qui préparent l'opinion publique à une intervention ?

 

Alors qu'une mission de l'ONU mène l'enquête sur l’utilisation des armes chimiques, et bien qu'aucune conclusion n'ait été déposée, la France, la Grande-Bretagne et les USA déclarent avoir des certitudes et envisagent une intervention militaire. Envisager une intervention en dehors des Nations Unies consiste à se poser en « juges et gendarmes du monde ».

 

On peut constater aujourd'hui quel est le résultat de ces interventions militaires, que ce soit en Afghanistan, en Irak ou en Lybie. Alors que ces pays sont toujours ravagés et en proie à des affrontements ethnico-religieux, dans des guerres de tribus, certains ne voient à nouveau la solution pour la Syrie que par l'intervention militaire. Et malheureusement, les médias se font les relais du pouvoir pour préparer l'opinion à cette intervention militaire.

 

Comme le souligne le Mouvement de la Paix, « L’indispensable pour la population est de vivre en sécurité, de se nourrir, de s’instruire, d’être soigné dans de bonnes conditions et de pouvoir s’exprimer en toute liberté. Or tout cela, la guerre l’interdit. Loin d’être la solution, elle ne bénéficierait qu’aux marchands d’armes. » « En Syrie comme ailleurs, ce qui est nécessaire c’est la Paix comme socle d’une société humaine se conformant aux engagements pris en 1998 par la communauté internationale dans le cadre de l’adoption de la culture de paix et de la non-violence. »

 

 

Partager cet article
Repost0
27 août 2013 2 27 /08 /août /2013 18:25

On avait déjà des chroniqueurs issus des groupes de presse du pouvoir et de l'argent qui interviennent en tant qu'experts de la presse bien pensante. On retrouve ainsi Le Nouvel Obs, le Point, l’Express, le Figaro, le Figaro Magazine, Valeurs actuelles, Les Echos etc. avec les Barbier, Joffrin, Domenach, Seux et bien d'autres, qui viennent, pour certains quotidiennement, justifier l’austérité pour le peuple et défendre les privilèges pour les riches.

 

Mais ce n'était pas encore suffisant. Voilà que les médias reconvertissent à présent les politiques. On avait déjà eu droit à Bachelot (voir billet à son sujet du 17 juillet), mais avec la rentrée, on aura droit à de nouvelles têtes, enfin pas si nouvelles que ça.

 

L'ex-secrétaire d'Etat à la Jeunesse et ex-présidente de la Halde, Jeannette Bougrab, va faire partie de l'équipe du Grand Journal sur Canal +.

 

Frédéric Mitterrand, l'ancien ministre de la Culture et de la Communication de Nicolas Sarkozy animera une émission quotidienne sur France Inter à partir du 26 août.

 

Le vice-président du groupe des Verts au parlement européen, Daniel Cohn-Bendit, va rejoindre la matinale d'Europe 1. C'est vrai que ce révolutionnaire” de 68 prône à présent le libéralisme.

 

Et il y a fort à parier que dans les débats sur les différentes chaînes, on invitera les mêmes ou ceux issus de la même pensée. Ainsi, il n'y aura pas d'entrave à la dictature médiatique.

 

Partager cet article
Repost0
26 août 2013 1 26 /08 /août /2013 18:37

C'est ce qu'a annoncé le 1er ministre Jean-Marc Ayrault hier soir dans le 20 heures de France 2. Comment le croire alors que parallèlement, le gouvernement considère comme une piste «cohérente» une augmentation de la CSG pour combler une partie du déficit des retraites.

 

Pendant ce temps, l'argent de la spéculation se porte bien. La bourse de Paris clôturait vendredi dernier une huitième semaine de hausse consécutive. Le monde de la finance est tranquille, il profite de la crise pour augmenter ses prélèvements de richesses sur la production nationale.

 

Ce n'est pas pour faire la même politique que Sarkozy que ce gouvernement a été élu. Si la pression fiscale doit être allégée, que ce soit sur les revenus du travail, et qu'a contrario, elle n'épargne pas les revenus de la spéculation et du capital.

 

Si certains évoquent un déficit cumulé des caisses de retraite qui s'élèverait de 20 à 25 milliards d'euros en 2020 et qu'il est nécessaire d'y remédier, il est bon de rappeler que si la grande majorité des Français souffre de la crise économique, les catégories les plus aisées n’ont jamais été aussi riches. En effet, les 500 premières fortunes de France ont vu leur richesse globale croître de plus de 25% en 2012. Celle-ci s’établit désormais à 330 milliards d’euros et n’a jamais été aussi élevée. Ainsi, 0,000001% de la population possède 10% de la richesse nationale, autrement dit, 1/10e de la richesse nationale se trouve entre les mains d’1/100 000e de la population.

 

Ce gouvernement se dit de « gauche », eh bien qu'il le prouve, en prenant l'argent là où il est !

 

Pression fiscale moins forte … en 2014, pour qui ?
Partager cet article
Repost0
22 août 2013 4 22 /08 /août /2013 23:02

Aujourd'hui à Paris, mais également dans 25 villes de banlieue, à l'initiative du PCF et grâce à l'approvisionnement des producteurs du syndicat paysan Modef du Lot et Garonne, une vente directe de 50 tonnes de fruits et légumes au prix juste a été organisée pour le bonheur des citoyens et des producteurs rançonnés par la grande distribution.

 

Une délégation du PCF s'est également rendue à l'Hôtel Matignon à 10h30 pour livrer un panier de fruits et de légumes à l'attention du Premier ministre pour démontrer, produits de la vente à l'appui, qu'il est possible d'avoir des fruits et légumes de qualité et au meilleur prix, et pour lui rappeler un grand nombre de propositions agricoles comme la régulation du marché ou la préservation de l'importation abusive.

 

De tout cela, pas un mot au 20 heures de France 2. Il aurait été trop compliqué d'expliquer que les prix des fruits et légumes ont bondi respectivement de 14% et 17% en un an (étude récente de Familles rurales de France) et que ce ne sont pas les producteurs qui en ont bénéficié puisque la tomate par exemple leur est payée 10% moins cher sur la même période. Le journaliste économique de la chaîne François Lenglet aurait pu montrer de jolis graphiques expliquant que la grande distribution qui représente 80% du marché et les grossistes sont ceux qui s'en mettent plein les poches dans ces cas-là. Et s'ils avaient invité un organisateur de cette vente solidaire, il aurait pu expliquer que les syndicalistes paysans du Modef revendiquent un meilleur encadrement des marges de la grande distribution, avec la mise en place d'un coefficient multiplicateur entre le prix d'achat et le prix de vente. Ce dispositif figure toujours dans le code rural a rappelé le député André Chassaigne, mais n'est pas appliqué.

 

Une radio du service public a brièvement parlé de cette vente dans le cadre du journal de 8 heures de Bruno Duvic ce matin sur France Inter.

 

« Les marges de la grande distribution sont excessives, des agriculteurs du Lot et Garonne comptent bien le prouver. Arrivés ce matin à Paris, ils vont vendre 50 tonnes de fruits et légumes au juste prix ; marché improvisé place de la Bastille mais aussi dans 25 villes de banlieue avec le kilogramme de tomates fraîches à 1,70 € contre 3€ en grande surface. »

 

C'est vraiment le service minimum comme information ! Vous ne saurez pas qui sont les organisateurs de cette vente solidaire qui permet en plus de faire se rencontrer des producteurs et des habitants qui ne peuvent souvent de fois pas s'offrir ces produits, faute d'argent dans le porte-monnaie. Ces derniers peuvent ainsi mieux comprendre l'injustice de cette organisation capitaliste du système commercial.

 

Quant aux téléspectateurs ou auditeurs, le service public continuera de les "informer" de cette façon. Une information honnête pourrait les amener à se poser des questions sur le système, voire le remettre en cause, alors surtout pas !

Partager cet article
Repost0