Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Réagir - Blog militant de joseph coutant
  • : Réagir : S'opposer activement à l'action de qqch, résister. La devise issue de la révolution française "Liberté, Egalité, Fraternité" étant de plus en plus mise à mal, ce blog est un moyen pour moi de faire partager mes réactions sur l'actualité politique, sociale, etc.
  • Contact

Rechercher

Tags

11 février 2014 2 11 /02 /février /2014 00:07

Au fil des lois votées, les deux premières années du quinquennat Hollande témoignent d'une dérive libérale après avoir affiché une posture de gauche durant sa campagne électorale.

 

La liste est longue. Il a renié son engagement de renégocier le traité austéritaire Sarkozy-Merkel. Alors que le PS s'était prononcé pour la retraite à 60 ans quand Sarkozy la remettait en cause en 2010, son gouvernement a porté l'allongement de la durée de cotisation à 43 ans. Pour les Banques, il devait y avoir séparation de l'activité de dépôt de celle du financement; il n'y a qu'une loi minimale qui permet aux banques de continuer comme avant selon l'aveu même de ses dirigeants. Le PS s'était prononcé contre la TVA sociale de Sarkozy et le gouvernement vient de la faire passer à 20% pour participer au financement des 20 milliards de crédit d'impôt aux entreprises. S'ajoute le vote de la loi sur la sécurisation de l'emploi qui remet en cause le droit du travail; il y a le refus malgré son engagement de faire voter une loi d'amnistie pour des salariés sanctionnés sous Sarkozy pour avoir défendu leurs usines et leurs emplois. Il y a aussi le report sine die du droit de vote des étrangers non communautaires aux élections locales. La dernière reculade en date concerne le report de l'ensemble du projet de loi sur la famille suite à la manifestation d'intégristes et de réactionnaires.

 

Et cette liste n'est  pas exhaustive.

 

Mais pourquoi ce gouvernement PS-Verts-Radicaux va t-il de renoncement en renoncement ? Parce qu'il ne semble entendre que le patronat et la droite et surtout pas son électorat de gauche.

 

Alors pour les élections à venir, municipales puis européennes, le vote clairement à gauche sera le vote Front de Gauche. Une manière de vous faire entendre !

 

Pourquoi Hollande va t-il de renoncement en renoncement ?
Partager cet article
Repost0
9 février 2014 7 09 /02 /février /2014 10:16

Le 1er meeting de campagne du Front de Gauche des élections municipales 2014 à Niort aura lieu mardi 11 février à 20 heures à la maison de quartier du Clou-Bouchet (derrière la Poste, entre la crèche et le centre socio-culturel).

 

Ce sera l'occasion pour la liste " A Niort L'humain d'abord ! " de présenter l'ensemble des colistiers et son programme.

 

 

Meeting Front de Gauche le mardi 11 février à Niort
Partager cet article
Repost0
6 février 2014 4 06 /02 /février /2014 22:35

C'est donc que tout ne va pas si mal me direz-vous. En effet, mais pour les millionnaires seulement, puisque ce classement les concerne. La France s'est en effet hissée à la tête du classement européen du nombre de millionnaires en dollars; ils sont 2,2 millions.

 

Mais il y a une contrepartie à cette situation. Selon l'INSEE, entre 2008 et 2011, neuf cent mille personnes supplémentaires sont devenues pauvres, le taux de pauvreté étant à 977 euros par mois. Ils sont à présent 8,7 millions en France, le taux passant de 13% en 2008 à 14,3%.

 

Pendant ce temps les actionnaires se gavent puisque entre dividendes et rachats d'action,  ceux du CAC40 ont empoché 42,6 milliards d'euros en 2013, soit 4% de plus qu'en 2012.

 

Jean Jaurès disait « Nous savons très bien que le capitalisme est la terre de l’iniquité et que nous ne sortirons de l’iniquité qu’en sortant du capitalisme ».

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
5 février 2014 3 05 /02 /février /2014 22:42

J'ai déjà eu l'occasion de parler de ce cadeau fait par le gouvernement socialiste aux entreprises et sans contrepartie, le CICE. Voir cet article du 8 janvier 2014 : Le gouvernement socialiste fait la poche des français pour financer y compris des entreprises qui licencient

 

C'est une entreprise de la grande distribution, le groupe Auchan, qui à son tour supprime des emplois tout en percevant des aides de l'état au travers du CICE, ce qui prouve une fois de plus toute la nocivité de ce dispositif d'aides publiques. Sur le montant total des interventions économiques en faveur des entreprises, 14 % seulement des sommes sont réservées au secteur industriel alors que l’objectif de la ré-industrialisation devrait être prioritaire.

 

Dans le cas d'Auchan, le groupe va supprimer 800 postes de cadres alors que sur 2013-2014 il va toucher 120 millions d’euros d’aides de l’Etat. Le groupe se défend en annonçant la création de 500 postes d’«employés commerciaux», n'empêche qu'au final, il y a bien un solde négatif en terme d'emplois.

 

Voilà à quoi mènent ces aides sans contreparties. Ce n'est pas ainsi que ce gouvernement résoudra la question de l'emploi.

 

Et puis il est bon de rappeler que Auchan n'est pas un groupe en difficulté, d'ailleurs ses patrons, la famille Mulliez, figurent au 3ème rang des grandes fortunes françaises selon le classement de Challenges.fr. La holding du groupe (CA : 60 milliards) chapeaute entre autres les enseignes Auchan, Leroy Merlin, Décathlon, Saint Maclou, Kiloutou, Kiabi, Norauto.

 

Non seulement Auchan, comme toutes les enseignes de la grande distribution, continue à faire des profits, mais en plus, ils vont empocher des millions d'aides publiques. Merci le gouvernement socialiste.

Partager cet article
Repost0
29 janvier 2014 3 29 /01 /janvier /2014 16:23

En titrant ainsi, je fais allusion à un précédent billet où De Closets considérait que « les Français pleurent la bouche pleine ». De Closets se posait en défenseur de sa classe sociale car ce sont bien les actionnaires qui ont la bouche pleine et en réclament toujours plus.

 

Après les 20 milliards d'euros du crédit d'impôt compétitivité emploi (Cice), F Hollande a annoncé dans sa dernière conférence de presse l'allègement des charges des entreprises avec notamment la suppression des cotisations de la branche famille pour une valeur de 30 à 35 milliards. Que croyez-vous que dit le patronat aujourd'hui ? Insuffisant ! Le Medef par la voix de Pierre Gattaz réclame désormais 60 milliards d'euros de baisse des prélèvements obligatoires, tout en ajoutant « N'attendons pas des mesures presse-bouton pour créer de l'emploi demain matin. »

 

Il n'y a bien que ce gouvernement social-libéral et la droite pour croire et faire croire qu'en accordant toujours plus d’allègements pour les entreprises on résoudra le problème de l'emploi.

 

Hollande voulait inverser la courbe du chômage fin 2013. C'est raté ! Le nombre de demandeurs d'emploi a augmenté de 6% en 2013. Pourtant, les diverses aides publiques versées aux entreprises au nom de l'emploi atteignent un chiffre record avec 230 milliards d'euros. Ça suffit ! Cette politique qui consiste avec des allègements de cotisations à remettre l'avenir économique de notre pays entre les mains des entreprises ne mène à rien. Le coût du travail n'est pas la cause du chômage, c'est le coût du capital.

 

Mais Hollande poursuit sur le même voie et satisfait les ambitions du Medef qui, malgré ses poches pleines, en réclame encore plus.

Partager cet article
Repost0
24 janvier 2014 5 24 /01 /janvier /2014 18:47

À une majorité absolue, les élus de l’Assemblée nationale ont enfin adopté la loi sur le non-cumul des mandats par 313 voix pour (PS, Verts, PCF) et 225 contre (UMP, UDI, PRG). Mais cette loi ne sera applicable qu'en 2017. Pourtant,  pendant la campagne de la primaire PS, le candidat François Hollande avait fait la promesse d’une interdiction du cumul dès 2012. Mais on sait ce que sont les promesses du « socialiste » Hollande. Par exemple la promesse du droit de vote des étrangers aux élections locales, enterrée.

 

Toujours est-il que les cumulards ont un sursis de trois ans. Cela représente tout de même pas moins de 240 députés et 123 sénateurs. Parmi ceux-ci, la députée-maire de Niort, Geneviève Gaillard, a fait la déclaration suivante selon un quotidien local (Nouvelle République du Centre-Ouest):
 
«   L'Assemblée Nationale a fait un nouveau pas pour la vitalité démocratique de notre République en adoptant définitivement la fin du cumul des mandats... » « Depuis le début de ce débat, j'ai soutenu et voté cette loi (contrairement à d'autres élus) qui me semble moderniser pour tous les pratiques politiques et contribue au renouvellement du monde politique, ajoute la parlementaire. J'ai toujours défendu un changement de système par la loi et c'est donc une grande fierté pour moi que la représentation nationale ait eu le courage de voter ce texte. J'ai d'ailleurs anticipé ce mouvement de modernisation en renonçant à la présidence de l'agglomération dès cette année 2014 pour aller vers le mandat unique en 2017. »

 

Il n'est pas inutile de rappeler à Geneviève Gaillard qu'elle s'était engagée à mettre fin à son cumul dès septembre 2012, sans attendre le vote d'une loi. (cf. article sur ce même blog). Elle a été réélue député en 2012 mais postule à un nouveau mandat de maire en 2014.

 

Puisqu'elle était selon ses déclarations si impatiente de voir cette loi entrer en application pour notamment contribuer au renouvellement politique, eh bien aidons là à soulager sa mauvaise conscience en participant à ce renouvellement dès 2014 en ne votant pas pour la liste PS menée par Geneviève Gaillard lors des prochaines municipales à Niort, mais en votant pour la liste Front de Gauche menée par Nathalie Seguin qui elle n'aura aucun autre mandat.

Partager cet article
Repost0
23 janvier 2014 4 23 /01 /janvier /2014 15:00

La banque Dexia a été sauvée de la faillite par les États belge et français à l'automne 2008 avec un second sauvetage en octobre 2011. Coût de l'opération pour la France selon la cour des comptes: 6,6 milliards d'euros. La France pour 44% et la Belgique pour 50% sont actionnaires de Dexia qui avait été nationalisée en 2008.

 

Cela n'a pas empêché la banque d'augmenter les salaires des trois nouveaux dirigeants nommés mi-décembre 2013 de 30%. Ainsi, le directeur financier, le responsable des risques et le secrétaire général ont vu leur rémunération annuelle passer de 340 000 € à 450 000 €. Il est vrai que le patron émarge déjà à 600 000 €. C'est grotesque, encore plus pour un groupe en cours de démantèlement. Déjà en pleine crise, un joli pactole était prévu pour le président du directoire.

 

Le ministre de l'économie et des finances a jugé ces hausses de salaire « inappropriées ». Je trouve que le mot est faible. C'est proprement scandaleux ! Mais n'est-ce pas le même ministre Moscovici qui vient de retirer de la liste noire des paradis fiscaux Jersey et les Bermudes, deux champions de l'évasion fiscale. Il préfère faire la poche des français alors qu'il y a des milliards à récupérer dans l'évasion fiscale.

 

« Mon ennemi c'est la finance » clamait le candidat Hollande. Il a été élu et rien n'a changé. Voilà le vrai visage de la social-démocratie.

 

Partager cet article
Repost0
20 janvier 2014 1 20 /01 /janvier /2014 06:10
Municipales Niort, l'humain d'abord
Partager cet article
Repost0
17 janvier 2014 5 17 /01 /janvier /2014 08:15
Partager cet article
Repost0
16 janvier 2014 4 16 /01 /janvier /2014 00:15

Le candidat Hollande qui s'affichait avec le slogan « Le changement c'est maintenant » et qui proclamait dans son discours du Bourget « mon adversaire, c'est le monde de la finance » vient de balayer lors de ses vœux du 31 décembre et de sa conférence de presse d'hier, toute notion de politique sociale.

 

Pour beaucoup d'électeurs qui, comme je l'ai fait, ont donné leur voix en 2012 pour faire barrage à la droite et se débarrasser de Sarkozy et de sa politique antisociale, quelle trahison ! On se retrouve avec la même politique, voire pire. Hollande, le candidat du PS revendique à présent son orientation libérale en se disant sans détour « social-démocrate ». Lors de la précédente conférence de presse en mai 2013 il se disait socialiste. A la prochaine il se dira carrément libéral ?

 

Sa conférence de presse d'hier était clairement une réponse aux inquiétudes du Medef. Après avoir mis en place le Cice (Crédit d'impôt compétitivité et emploi) financé pour partie par les hausses de TVA, cet impôt si injuste qu'il dénonçait durant sa campagne, il a précisé le cadre du « pacte de responsabilité ». D'ici 2017, il va supprimer les cotisations familiales payées par les entreprises, soit 30 à 35 milliards d’euros. Il a annoncé un nouveau programme de réduction des dépenses de l’État, des collectivités locales et de la Sécurité sociale : au total, il s’agira d’une baisse sur trois ans de 50 milliards d’euros. Une somme très importante, qui vient s’ajouter aux 15 milliards déjà décidés pour 2014. Le patronat en rêvait, Hollande l'a fait.

 

Quant aux contreparties, des représentants du Medef se sont déjà exprimés après cette conférence. « Les entreprises ont besoin de charges moins élevées pour embaucher. Mais imposer des contreparties précises en termes d'emplois serait illusoire... Les baisses de charges ne se transforment pas mécaniquement en emplois ». Ça signifiait quoi alors le badge orangé barré de la mention "un million d'emplois" porté par la direction du Medef ?

 

Ancien conseiller social de Nicolas Sarkozy, Raymond Soubie a jugé positivement les annonces faites par François Hollande. L'ancien Premier ministre Jean-Pierre Raffarin a estimé "bienvenu" son "changement de discours". Même chose pour la CDU, le parti d'Angela Merkel, pour qui il s'agit d'un "clair changement de paradigme" qui rappelle le tournant de la rigueur de François Mitterrand en 1983. Moi aussi je m'en souviens de cette trahison du PS. Quant à la Commission européenne, elle a parlé d'une "bonne nouvelle" et d'un pas "dans la bonne direction".

 

Un socialiste historique, l’Allemand August Bebel (1840-1913), avait coutume de dire « chaque fois que mes adversaires de classe m’applaudissent, je me demande quelle bêtise j’ai pu dire ».

 

 

Partager cet article
Repost0