Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Réagir - Blog militant de joseph coutant
  • : Réagir : S'opposer activement à l'action de qqch, résister. La devise issue de la révolution française "Liberté, Egalité, Fraternité" étant de plus en plus mise à mal, ce blog est un moyen pour moi de faire partager mes réactions sur l'actualité politique, sociale, etc.
  • Contact

Rechercher

Tags

7 mars 2014 5 07 /03 /mars /2014 23:14

« Patrick est celui à qui 
je dois plus qu’à tout autre. 
Il y a très peu de personnes dont je puisse dire : si je suis là, c’est grâce à eux. Patrick Buisson est de ceux-là », déclarait Nicolas Sarkozy en septembre 2007, en remettant la Légion d’honneur à « un journaliste de conviction, ce qui est rare. Un journaliste de grande culture, ce qui est très rare ».

Partager cet article
Repost0
5 mars 2014 3 05 /03 /mars /2014 23:54

Vous qui avez du mal à boucler les fins de mois quand ce n'est pas le mois complet, vous que le gouvernement ponctionne toujours plus en augmentant l'impôt le plus injuste qui soit, la TVA, vous à qui on demande d'être raisonnable et de faire des efforts pour aider le pays à sortir de la crise (imposée par le monde la finance, mais ça on ne vous le dit pas), eh bien ce ne serait pas encore assez.

 

Les technocrates de Bruxelles, des gens que vous n'avez pas élus, viennent de placer l'économie française sous surveillance renforcée en raison parait-il des déséquilibres persistants et insuffisamment corrigés. C'est un peu comme les experts dans les médias, ces gens savent ce qui est bon. Et quels sont les griefs ? Un manque de compétitivité, un coût du travail trop élevé, une dette publique qui ne cesserait d'enfler. Et ils donnent les solutions, les mêmes que celles qu'ils ont dictées à la Grèce par exemple : réduction des dépenses publiques, améliorer l'environnement des entreprises et renforcer la concurrence dans les services (sous-entendu, faire entrer le privé là où il n'est pas). On sait pour quel résultat.

 

Cette crise, ce n'est pas à nous d'en payer les conséquences, nous n'en sommes pas responsables.

 

Ces technocrates si "brillants" sont-ils capables d'expliquer pourquoi les plus grandes fortunes de la planète qui accumulent 6 400 milliards de dollars ont vu leur fortune croître de 1 000 milliards en un an alors que c'est la crise ? Une fortune qui correspond à un peu moins de la moitié du PIB de l'Union européenne. Sur les 1000 premiers milliardaires, la France en compte 28 qui ont vu leur fortune passer de 29 à 33,5 milliards.

 

La crise permettrait-elle aux plus riches de s'enrichir encore plus ? Absolument ! Alors à tous ceux qui de la droite au PS demandent toujours plus d'effort en prônant l'austérité, répondons leur NON ! L'argent existe. Faut-il vouloir aller le prendre là où il est.

Partager cet article
Repost0
3 mars 2014 1 03 /03 /mars /2014 23:13

Ce qui est arrivé à un militant d'Ensemble (une des composantes du Front de gauche), également militant de la CGT Educ’action 95 et aussi militant de longue date pour la cause palestinienne, porte à le croire.

 

La semaine passée, alors qu'il venait de se stationner devant son domicile, deux policiers sont venus l'arrêter, il est menotté sans en connaître les raisons. Il aura été placé en garde à vue pendant 8 heures et une perquisition de son véhicule sera effectuée à la demande du Procureur de la République.

 

Mais quel crime a donc commis ce militant pour être ainsi interpellé ?

 

Il lui est reproché d’avoir apposé des affichettes sur des panneaux d’affichage libre, dénonçant la politique de l’État israélien à l'égard du peuple palestinien. Il apprendra durant sa garde à vue que le candidat PS à Montmagny (95) et accessoirement responsable du CRIF (Conseil représentatif des institutions juives de France) du département, a déposé plainte pour dégradation de ses affiches, sur les panneaux dédiés à la libre expression publique.

 

La liberté d'affichage est une liberté fondamentale, qui plus est sur des panneaux de libre expression publique.

Partager cet article
Repost0
2 mars 2014 7 02 /03 /mars /2014 23:35

Pendant la campagne présidentielle de 2012, le candidat Hollande avait annoncé "quand une grande firme ne veut plus d'une unité de production et ne veut pas non plus la céder", elle aurait l'"obligation" de la vendre.

 

Pour gagner des électeurs sensibilisés par le vote Front de Gauche, Hollande cherchait à se donner une image de candidat de gauche; souvenez vous par exemple du discours du Bourget " mon ennemi c'est la finance". On voit ce qu'il en est depuis.

 

Sur les fermetures d'entreprises, il s'était engagé à ce qu'une loi soit votée avant fin 2012 pour obliger un industriel à céder un site rentable qu'il souhaite fermer si un repreneur se manifeste. Au Sénat le groupe Front de Gauche avait préalablement déposé une proposition de loi contre les licenciements boursiers. Les socialistes, alors dans l’opposition, l’avaient votée. Mais alors que ce texte allait revenir pour un vote à l'Assemblée où le PS était devenu majoritaire, celui-ci a déposé un texte qui hélas à l'arrivée est bien éloigné des promesses.

 

La loi qui vient d’être votée a été vidée de sa substance. Le candidat Hollande promettait que lorsqu'une grande firme ne veut plus d'une unité de production, elle aurait obligation de la vendre. Mais le texte qui vient d'être voté prévoit seulement l'obligation pour les entreprises de plus de 1000 salariés de « rechercher » un repreneur pendant 3 mois et de transmettre les éventuelles offres de reprise au Comité d’Entreprise. Libre à elle de ne pas en trouver. Dans ce cas, les pénalités peuvent aller jusqu'à 20 fois le SMIC par emploi supprimé (28 000 euros). A Florange, cela aurait coûté environ 700 000 euros à Arcelor Mittal soit … 0,1% de ses bénéfices annuels. Le total des pénalités a été plafonné à 2% du chiffre d'affaires.

 

« C’est bien de voter une loi, mais servira-t-elle à quelque chose ? Je ne sais même pas si elle conserve encore un peu de l’esprit de l’origine. (…) On ne parle même plus de sites rentables ni d’obligation de céder au repreneur. Je sais que des pénalités financières sont prévues mais, compte tenu de la puissance des groupes en question, ils s’adapteront et provisionneront l’argent nécessaire. Exemple : avant même la fermeture de Gandrange, Mittal avait provisionné les 35 M€ dont il avait besoin pour le plan social. »

 

Réquisitoire amusant quand on sait qu'il a été prononcé par Edouard Martin alors qu'il était responsable CFDT de Florange. Depuis, il est devenu la tête de liste du PS dans la circonscription européenne du grand est...

 

L'UMP quant à elle évoque cette loi comme un « Waterloo économique » qui porte atteinte au sacro-saint droit de propriété. Les patrons peuvent dormir tranquille. Un rapport souligne que le dispositif ne porterait que sur 15 % des plans de sauvegarde de l’emploi (PSE) et sur 30 % seulement des salariés touchés par ces PSE

 

Encore une preuve d'un renoncement politique du PS.

 

Partager cet article
Repost0
24 février 2014 1 24 /02 /février /2014 23:51

 

Bien que la presse locale n'ait pas trouvé le moyen d'annoncer cette réunion, une soixantaine de personnes se sont retrouvées lundi soir à la maison de quartier Nord pour débattre de culture, d'école et d'éducation populaire. Les échanges furent très enrichissants et il en ressort clairement que l'Humain est bien au centre du projet de la liste Front de Gauche. Ces sujets seront à découvrir parmi tant d'autres dans le document final de 29 pages vers lequel je ne manquerai pas de faire le lien.

Ecole, culture, éducation populaire en débat avec la liste du Front de Gauche à Niort
Ecole, culture, éducation populaire en débat avec la liste du Front de Gauche à Niort
Ecole, culture, éducation populaire en débat avec la liste du Front de Gauche à Niort
Partager cet article
Repost0
23 février 2014 7 23 /02 /février /2014 16:28
Réunion publique de la liste Front de Gauche lundi 24 février à Niort
Partager cet article
Repost0
21 février 2014 5 21 /02 /février /2014 17:00

Le 20 décembre dernier, l'Autorité des marchés financiers (AMF) avait annoncé le renouvellement de six des douze membres de sa Commission des sanctions, l'organe qui instruit les dossiers sur les fraudes et manipulations du secteur financier.

 

Et parmi les nouvelles nominations, il en est une qui ne manque pas d'interpeller. C'est d'ailleurs ce qu'a fait le sénateur communiste du Nord Eric Bocquet (rapporteur de la commission d'enquête sur la fraude fiscale, voir article) le 23 janvier au Sénat en interrogeant le ministre du Budget Bernard Cazeneuve. « Votre gouvernement installe à la commission des sanctions de l'AMF, le gendarme des marchés financiers, Françoise Bonfante, un haut cadre d'UBS ! Cette banque suisse mise en examen par la justice française pour l'organisation illégale d'une évasion fiscale massive ! Un comble ! » « Quels sont les critères qui ont présidé à la désignation de la représentante de la banque UBS au sein de la commission des sanctions de l’Autorité des marchés financiers ? » « Une ancienne de la banque UBS qui a maille à partir avec la justice pour blanchiment de fraude fiscale en bande organisée ! C’est incroyable ! Déconnecter le politique des financiers et particulièrement des banques est une absolue nécessité. On ne nous fera pas croire qu’il n’y a de compétences que chez les banquiers ! ».

 

Cette nomination dans un organe aussi stratégique que la Commission des sanctions de l’AMF a de quoi surprendre. UBS France a en effet été condamnée en juin 2013 à une amende de 10 millions d’euros, pour « laxisme » dans le contrôle de pratiques commerciales susceptibles de relever du blanchiment de fraude fiscale. Françoise Bonfante était en effet responsable du contrôle des risques chez UBS France.

 

A la question du sénateur communiste, le ministre n'a rien à déclarer. « La banque que vous avez mentionnée fait l’objet de procédures à caractère judiciaire. Les obligations qui sont les miennes m’interdisent de faire des commentaires, de manière à ne pas obérer l’efficacité des procédures en question », a répondu, dans une déconcertante langue de bois, Bernard Cazeneuve, ministre délégué au Budget.

 

Comme le demande le Front de Gauche, pour trouver les milliards qui manquent sur les retraites, sur les allocations familiales, sur les services publics, sur les taxes, le gouvernement doit cesser de ponctionner ceux qui n'ont que leur travail pour vivre. Les milliards qui lui manquent, il peut les trouver sans problème en s'attaquant à l'évasion fiscale à condition de s'en donner les moyens. Comme l'affirme sans être démenti ni contredit Antoine Peillon auteur du livre « Ces 600 milliards qui manquent à la France », « les avoirs dissimulés au fisc français sont presque de l’ordre de toute la recette fiscale annuelle du pays ».

 

Mais quand on nomme à l'Autorité des marchés financiers une personne qui a contribué à la mise en place de la fraude fiscale, que peut-on attendre ? Rien.

 

Moi président … mon véritable adversaire ... c'est le monde de la finance. Du bla bla bla ! Ils auraient pu nommer Cahuzac tant qu'à faire !

Partager cet article
Repost0
20 février 2014 4 20 /02 /février /2014 23:36

Pour la presse économique, le Portugal va mieux. Il a réussi à refinancer une petite partie de sa dette publique sur les marchés financiers (les banques) en empruntant sur 10 ans à 5%. Il est utile de rappeler que ces mêmes banques bénéficient elles d'un taux à 0,25% auprès de la Banque Centrale Européenne. L'argent public fait le bonheur des banques puisque le traité européen interdit aux États de se financer directement auprès de la BCE.

 

Et la même presse constate que le Portugal serait sorti de la récession puisqu'il semble bénéficier des faveurs des investisseurs. Mais à quel prix ? Les réformes 
du marché du travail avec plus de flexibilité, les baisses de salaires, les suppressions 
de semaines de vacances et de jours 
de congés en réponse aux injonctions 
de la troïka (Union européenne, BCE 
et FMI) ont amélioré 
la productivité 
en attirant 
les investissements étrangers. Un ingénieur portugais coûte deux fois moins cher qu’un Espagnol et trois fois moins cher qu’un français. Et le quotidien des Portugais est marqué 
par les hausses d’impôts, les baisses de salaires, les coupes sociales et le chômage reste difficile. Pour les jeunes de moins de 25 ans, il dépasse les 35%.

 

Mais à part ça, pour la presse économique et la Troïka, le Portugal va mieux. Forcément, quand on place la finance avant l'humain.

 

Partager cet article
Repost0
14 février 2014 5 14 /02 /février /2014 23:09

En voyage aux Etats-Unis cette semaine, François Hollande était accompagné d'une délégation avec la présence du patron du Medef, Pierre Gattaz. Je ne sais pas si dernier arborait toujours son pin's annonçant 1 million d'emplois, toujours est-il que ce voyage aux frais de la République ne l'a pas freiné dans ses déclarations. Le patron des patrons a déclaré à la presse qu'il rejetait toute idée de contreparties aux 30 milliards d'euros d'allègements de charges proposés dans le cadre du pacte de responsabilité. Pierre Gattaz a ensuite précisé ses propos, indiquant qu'il pourrait accepter des objectifs chiffrés à la condition qu'ils ne soient pas contraignants. Des cadeaux , des cadeaux, mais surtout pas de contraintes. Et il sait qu'il peut compter sur le social-libéral Hollande. Pourquoi dis-je social d'ailleurs, je pourrais me contenter de libéral.

 

Durant ce déplacement, Hollande a fait les yeux doux aux entrepreneurs. N'a t-il pas fait une accolade affectueuse à Carlos Diaz, le fondateur du mouvement des pigeons en France qui avait fait reculer le gouvernement sur l'application d'une taxe sur les revenus de cession des actifs. A présent implanté dans la Silicon Valley, ce patron de start-up a délivré un message tout ce qu'il y a de plus libéral, vantant la flexibilité. « Le jour où les français comprendront qu'être capable de débaucher les gens ça permet de les embaucher très très vite … Ici je peux embaucher 15 personnes demain parce que je peux les débaucher le lendemain. » Tout ça méritait bien une accolade.

 

Comme l'écrivait un lecteur dans le courrier de Télérama, « Financiers, entrepreneurs, libéraux … vous qui désirez tant " faire baisser le coût du travail ", la solution existe et elle a fait ses preuves : au diable la timidité, osez l'esclavage ! »

 

Partager cet article
Repost0
12 février 2014 3 12 /02 /février /2014 21:55

Ce sont près de 200 personnes qui se sont retrouvées mardi soir dans la salle du centre socio-culturel du Clou-Bouchet, pour la réunion de présentation de la liste du Front de Gauche pour les élections municipales et des grandes lignes de son projet.

 

Comme l'a souligné Nathalie Seguin, tête de liste du Front de Gauche, dans l'introduction du document de présentation du projet, « De nos jours, les belles histoires ne commencent pas nécessairement par "Il était une fois" ... Avec plus d'un niortais sur cinq vivant en-dessous du seuil de pauvreté, les temps ne sont plus aux contes de fées...

 

Face à la société du chacun pour soi prônée par la droite et l'extrême droite, face à la cure d'austérité imposée par un gouvernement PS-EELV plus soucieux de la santé des marchés financiers que des difficultés des Français-es, nous opposerons notre liberté gagnée dans les urnes et nos propositions forgées dans l'intérêt général, car nous sommes parfaitement conscients qu'un point de TVA en plus ou qu'une dotation d'Etat en moins impactent immédiatement les collectivités locales et donc leurs habitants... Prétendre le contraire, c'est réduire tout programme municipal à un divertissement de science-fiction...

 

Le fil rouge de cette histoire collective sera donc l'accès de tous aux biens communs. Forts des expériences militantes, du bilan de nos élu-es et de la diversité des sensibilités qui composent le Front de Gauche, nous souhaitons faire rimer responsabilité avec égalité.


Lutter au présent pour construire l'avenir avec les Niortais-es et pour les Niortais-es, c'est l'histoire que nous voulons partager avec vous, une histoire laïque et républicaine, une histoire pour construire ensemble un territoire résolument redistributif et attractif où l'intérêt général primera toujours sur l'intérêt particulier.

 

Vous pourrez retrouver dans les prochains jours sur le site Niort l'Humain D'abord les grandes lignes du projet.

 


 

 

Merci à Alain Van Gindertael pour les photos

Merci à Alain Van Gindertael pour les photos


BlogReagir sur ComBoost
Partager cet article
Repost0