Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Réagir - Blog militant de joseph coutant
  • : Réagir : S'opposer activement à l'action de qqch, résister. La devise issue de la révolution française "Liberté, Egalité, Fraternité" étant de plus en plus mise à mal, ce blog est un moyen pour moi de faire partager mes réactions sur l'actualité politique, sociale, etc.
  • Contact

Rechercher

Tags

14 mai 2014 3 14 /05 /mai /2014 21:59

Le Président de la République, le gouvernement et certains élus locaux, tous à la recherche d’économies, sont prêts, au nom de l’austérité, à brader les politiques culturelles, la fonction publique et la protection sociale.

Plusieurs municipalités récemment élues, dont celles dirigées par le Front National, envisagent déjà de remettre en cause leurs engagements et financements culturels, ou simplement la liberté de création et de programmation. Les conséquences sont violentes pour l’emploi dans les professions du spectacle vivant, des arts plastiques, du cinéma, de l’audiovisuel, de la presse et de l’information, dans l’administration du Ministère de la Culture, comme dans les réseaux associatifs.

Les négociations sur l’assurance chômage qui s’achèvent mettent à mal les droits sociaux, en particulier pour les intermittents du spectacle, sacrifiés comme les intérimaires et les travailleurs précaires.

Les missions de service public sont en danger partout dans l’archéologie et les musées, les bibliothèques, les arts plastiques, le spectacle vivant, l’enseignement...

Un nouvel acte de décentralisation va fragiliser les services de l’État et des collectivités territoriales, non pas pour une meilleure complémentarité des politiques mais dans le sens d’un recentrage déséquilibré sur les régions et les métropoles.

La marchandisation de la Culture s’accélère au service de la concentration de groupes multinationaux entendant échapper à la réglementation et à la fiscalité nationales voire européennes.

Que reste-t-il des politiques publiques des arts, de la culture et de la communication ?

 

L’État est-il toujours garant de l’équité territoriale, de l’égal accès de tous à la Culture dans le cadre d’une véritable décentralisation ? A quand l’ambition d’une Europe de la Culture ?


La Culture est notre bien commun, au cœur d’un projet de société ouvert à toutes et tous !

 

Appel régional le 15 mai en Poitou-Charentes



« JE MARCHE POUR LA CULTURE ET POUR MES DROITS SOCIAUX »
Rendez-vous 11H Place de la Brèche
à NIORT

Partager cet article
Repost0
13 mai 2014 2 13 /05 /mai /2014 14:47
Partager cet article
Repost0
5 mai 2014 1 05 /05 /mai /2014 22:57

François Hollande l'a annoncé au JDD, le "retournement économique" arrive. Et toujours selon Hollande, cette nouvelle phase permettra une redistribution de pouvoir d’achat.

 

Bien sûr qu'on va le croire, surtout que cette déclaration arrive après que M Valls ait fait voter son plan d'austérité, ah non de stabilité, pas plus tard que mardi dernier. Ce programme de réduction des dépenses publiques de 50 milliards d’euros sur trois ans, c'est nous qui en faisons les frais. Car ce plan n'est rien d'autre qu'une perte de pouvoir d'achat pour des millions de salariés du public ou du privé, pour les retraités.

 

Le retournement dont parle Hollande, c'est celui qui lui permet de nous faire les poches !

Après "le changement c'est maintenant" voilà "le retournement c'est maintenant".
Partager cet article
Repost0
2 mai 2014 5 02 /05 /mai /2014 23:22

Le 1er ministre l'appelle « pacte de stabilité » mais c'est bien un plan d'austérité. L’État devra économiser 18 milliards, les budgets des collectivités locales seront amputés de 11 milliards, ceux de l'assurance-maladie de 10 milliards et 10 milliards également de coupes dans la gestion du système social. Les prestations sociales ne seront pas revalorisées avant fin 2015. Le point d'indice servant de base au calcul de la rémunération des fonctionnaires sera gelé, alors qu'il l'est déjà depuis 3 ans.

 

Que sont-ils devenus les députés frondeurs du PS qui avant le vote de confiance à l’Assemblée nationale se gargarisaient d’un manifeste paraphé par une centaines de députés socialistes (sur 291) demandant « un nouveau contrat de majorité » et un changement de cap politique .

 

Toutes les propositions alternatives, pourtant bien timides, ont été écartées. Le gouvernement a simplement concédé le maintien du pouvoir d’achat pour les pensions de retraites inférieures à 1.200 euros et une petite revalorisation des salaires pour les fonctionnaires de catégorie C.

 

En totalisant 265 voix sur 497, (232 contre et 67 abstentions dont 41 socialistes), Manuel Valls réussit à faire voter son plan de rigueur mais perd la majorité absolue. Le résultat du vote a donc dépendu de l’attitude d’une partie de la droite.

 

Mais force est de constater qu'une majorité des députés signataires de l'appel au changement de cap ont quand même voté ce plan d'austérité. Ils sont rentrés sagement dans le rang. Parmi eux, la députée de ma circonscription Geneviève Gaillard ainsi que le député PS Jean Grellier de la 3ème circonscription des Deux-Sèvres. Il n'y a eu que Delphine Batho pour s'abstenir.

 

Une volée d’austérité supplémentaire sur la gueule du peuple, et des cadeaux en veux-tu en voilà pour Gattaz et ses amis du patronat.

 

Merci le PS !

 

Deux députés PS des Deux-Sèvres ont voté le plan d'austérité de Valls
Partager cet article
Repost0
1 mai 2014 4 01 /05 /mai /2014 22:51
Hollande va finir par atteindre les 3%
Partager cet article
Repost0
28 avril 2014 1 28 /04 /avril /2014 17:11

L'éditorial de Maud Vergnol dans l'Humanité du lundi 28 avril

 

... Encore un peu et Alstom, le père du TGV, serait passé dans le giron de la pieuvre américaine General Electric, sans que l’on entende une mouche voler. Il aura fallu attendre plusieurs jours pour que Bercy se réveille et qu’Arnaud Montebourg, devenu le ministre du déclin productif « made in France », appelle à la « vigilance patriotique ». Qu’a fait pour Alstom « l’État-stratège » dont les sociaux-libéraux nous rebattent les oreilles ? Rien. Le résultat de la politique de l’offre alliée à l’austérité est là, sous nos yeux. Le gouvernement, qui compte jouer la montre, en est rendu aujourd’hui à présenter la vente à la découpe proposée par le groupe allemand Siemens comme une alternative. Mais l’exécutif aurait tort de prendre ce dossier à la légère.

 

L’Élysée n’y joue-t-il pas le peu de crédibilité qu’il lui reste ? Les socialistes braderaient aux Américains la pépite industrielle que même la droite avait consenti à conserver ? Car, en 2003, l’État français avait engagé un bras de fer avec Bruxelles pour éviter le dépeçage du groupe en imposant une nationalisation temporaire... pour mieux reprivatiser quelques années plus tard. Alors bien sûr, l’on songe à Florange. À la capitulation en rase campagne de François Hollande. À Jospin, et son « État qui ne peut pas tout », repris à son compte par Jean-Marc Ayrault devant le funeste spectacle de la fermeture des hauts-fourneaux : « Une nationalisation ? Cela passe par une loi, c’est un processus long et semé d’obstacles juridiques »… Revenu de son pèlerinage au Vatican, le premier ministre devra prendre ses responsabilités et priver les patrons d’Alstom de leur droit divin. Car l’OPA du géant américain sonne comme le début d’une grande braderie. Comme un avant-goût du fameux traité transatlantique, concocté depuis un an en catimini par les libéraux américains et européens, sous la férule des multinationales. S’il était adopté, il permettrait d’attaquer en justice tout État qui ne se plierait pas aux normes du libéralisme. Jouer la montre… jusqu’aux élections européennes ?

 

Lire par ailleurs l'entretien avec Christian Garnier, représentant CGT au comité de groupe et délégué syndical central de la branche Transport d’Alstom. "On est sacrifié pour la finance"

Partager cet article
Repost0
27 avril 2014 7 27 /04 /avril /2014 15:34

 

Manuel Valls, en qualité de Premier ministre, a assisté ce dimanche au Vatican à la cérémonie de canonisation de Jean XXIII et de Jean-Paul II.

 

« Cette décision rompt avec une tradition diplomatique établie et respectée par tous ses prédécesseurs qui veut que notre pays ne se fasse représenter à ce type de manifestation que lorsqu'elle concerne un Français ».

 

« La France n’est pas la fille aînée de l’Église, c’est une République laïque »

 

Qui a bien pu faire une telle critique avec ces propos ?

 

Eh bien c'est le Parti Socialiste, mais pas concernant le déplacement de Valls. C'était en 2011 quand Sarkozy avait envoyé son 1er ministre d'alors, François Fillon, pour représenter la France à la béatification de Jean-Paul II.

 

On se demande pourquoi F Hollande indiquait dans ses 60 engagements pour la France, vouloir « défendre et promouvoir la laïcité ». C'est l'engagement n° 46 qui stipule « Je proposerai d'inscrire les principes fondamentaux de la loi de 1905 sur la laïcité dans la Constitution... »

 

Mais ça c'était avant. Dans le catalogue des promesses reniées.

 

Et Manuel Valls n'en est pas à sa première quand il s'agit de piétiner la laïcité. (Voir articles 3 octobre 2012 et 24 octobre 2012)

 

 

Le 1er ministre au Vatican, ça choque le PS, mais ça c'était avant
Partager cet article
Repost0
25 avril 2014 5 25 /04 /avril /2014 23:42

Ce médecin de formation a été la plume de Jospin à Matignon de 1997 à 2002. Il a été le directeur de campagne d'Arnaud Montebourg lors des primaires socialistes en 2011. Il proposait la « démondialisation » et conceptualisait « les idées et les rêves » de son patron. En 2012 il a été chargé au côté de Michel Sapin du projet présidentiel dans l'équipe de campagne de Hollande. C'est lui l'auteur de la célèbre phrase prononcée lors du discours du meeting du Bourget « Mon adversaire, c'est le monde de la finance ». En 2011 il dénonçait « le rôle central d'une certaine élite de la gauche française, incarnée par Jacques Delors, dans la conception et la promotion de la mondialisation ».

 

Devenu conseiller spécial de F Hollande à l’Élysée, on aurait pu l'imaginer mal à l'aise avec la politique libérale de son nouveau chef. Mais pas du tout. Il était très heureux à l’Élysée où il se faisait cirer ses pompes de luxe dans les salons dorés de la République. Et à son tour, il cirait celles de Hollande qui pourtant mène une politique qu'il honnissait deux ans auparavant. Évoquer Manuel Valls, ce qui se fait de mieux à droite au PS, il assure que c’est avant tout "son ami".

 

Mais comme l'a révélé Mediapart, alors qu'il travaillait à l’Inspection générale des affaires sociales, il conseillait contre rémunération les laboratoires pharmaceutiques qu'il était censé contrôler.

 

L'affaire mise à jour a entraîné sa démission de son poste de conseiller et Aquilino Morelle a automatiquement réintégré son corps d’origine l'Igas. Il s'y était construit parait-il une image de « chevalier blanc ». Un chevalier blanc comme Cahuzac.

Partager cet article
Repost0
25 avril 2014 5 25 /04 /avril /2014 00:06

F Hollande pensait-il se refaire une virginité en se rendant dans la ville de Carmaux, fief de Jean Jaurès, le jour même où son gouvernement entérinait un plan d’économies et de rigueur qui contredit tout esprit véritablement de gauche. En marge de l'hommage au député du Tarn, dont on célèbre le centenaire de la mort cette année, le président de la République a été accueilli par des huées et sifflets.

 

Comme le soulignait le secrétaire général de la CGT du Tarn, « Hollande veut un rapprochement avec Jaurès mais fuit la rencontre avec le peuple » puisque les citoyens de la ville ont été tenus bien à l’écart des cérémonies d’hommage, derrière les barrières de sécurité et le dispositif protocolaire.

 

Une habitante l'a ainsi interpellé « Vous êtes venu à Carmaux, il y a deux ans, et vous ne tenez pas vos promesses. Pensez à nous, pensez à nous. Jaurès, il ne parlait pas comme vous et vous venez le saluer aujourd'hui !»

 

Qu'avait-il dit deux ans plus tôt dans son discours ? Il y était question que « les revenus du capital soient frappés », le président Sarkozy se voyait conspué pour son « projet caché », et F Hollande condamnait tour à tour « la remise en cause du droit à la retraite, du droit à la santé (…), la fiscalité ». Et, point d’orgue de son envolée, « cette TVA qui arrive. Non, elle n’arrivera pas, nous l’empêcherons, nous l’arrêterons ». Il l'a tellement arrêté que son gouvernement l’augmentera dès janvier 2013.

 

Et qu’a répondu le chef de l’État lors de son discours, à deux pas de la statue de Jaurès ? Ceci : « On m’avait dit : si vous voulez gagner l’élection présidentielle, vous devez venir à Carmaux. Je n’avais pas le choix. »

 

Ses envolées de campagne sur le monde de la finance, tous ses engagements, ce n'était que des mots pour s'attirer les voix du peuple de gauche. C’était donc ça ? Gagner pour gagner. Qu’importe ensuite la politique mise en oeuvre !

 

Et lorsqu'il ajoute « sans doute Jaurès ferait-il aujourd’hui ce que je fais moi-même », c'est une insulte à l'homme qui fut le défenseur des mineurs de Carmaux, des verriers d'Albi, contrairement à Hollande qui se couche aux pieds du capital et oublie le peuple qui souffre.

 

 

Partager cet article
Repost0
23 avril 2014 3 23 /04 /avril /2014 18:45

Dans mon précédent billet, je relevais le fait que le gouvernement dont le chef de file (Hollande) avait déclaré que « son ennemi c'était la finance » ne recherche pas de ce côté là les 50 milliards dont le budget de l’État a besoin, suite aux cadeaux insolents au patronat.

 

Sur les restrictions budgétaires, il y a 10 milliards d'euros d'envisagés sur les dépenses de l'assurance maladie. A ce sujet, combien de fois a t-on entendu parler dans les médias des abus, des arrêts de travail de complaisance et que sais-je encore. Mais avez vous entendu souvent parler de la ROSP ?

 

C'est quoi ça ? La ROSP (Rémunération sur Objectif de Santé Publique) est un dispositif qui permet ainsi à un médecin généraliste de toucher une rémunération pouvant aller jusqu'à 9100 euros/an s’il atteint l’ensemble des objectifs dits de « santé » « publique » parmi lesquels la vaccination antigrippale chez 80% des personnes âgées, le dépistage mammographique du cancer du sein pour 80% des femmes éligibles, l’observance de certains traitements ... Moins d'arrêts de travail délivrés, moins de bons de transports délivrés, tout cela contribue à augmenter la prime.

 

Concernant 2013, le verdict vient de tomber. La Caisse nationale d’assurance-maladie (CNAM) a annoncé le montant de la prime moyenne octroyée aux médecins libéraux au titre de l’exercice 2013. Les médecins généralistes (sans distinction de taille de la patientèle) toucheront un bonus moyen de 5 774 euros. Cela correspond à un montant total de 341 millions €.

 

Pourquoi ne touche t-on pas à cette ROSP ? Les sommes ne sont pas négligeables. Les médecins signataires de la ROSP seront donc très prochainement les petites mains de l’industrie pharmaceutique pour vacciner à tout vent et répondre ainsi aux objectifs du contrat qu’ils ont accepté de cautionner.

 

Est-ce vraiment au bénéfice de la santé publique ou bien de l'industrie pharmaceutique ? Pourquoi n'est-elle pas mise à contribution d'ailleurs ? Non elle bénéficiera même des mesures gouvernementales. Par exemple, le laboratoire Sanofi qui a réalisé 8,8 milliards d’euros de profits en 2011 va pouvoir gonfler sa trésorerie de 47 millions d’euros avec le crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi (CICE).

 

Partager cet article
Repost0