Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Réagir - Blog militant de joseph coutant
  • : Réagir : S'opposer activement à l'action de qqch, résister. La devise issue de la révolution française "Liberté, Egalité, Fraternité" étant de plus en plus mise à mal, ce blog est un moyen pour moi de faire partager mes réactions sur l'actualité politique, sociale, etc.
  • Contact

Rechercher

Tags

1 octobre 2015 4 01 /10 /octobre /2015 18:11

Le gouvernement Valls a déjà eu recours trois fois à l'article 49-3 de la constitution pour faire passer le texte sur la croissance et l'activité plus connu comme loi Macron. Le 49-3 permet de faire adopter une loi sans vote de l'assemblée nationale. Beau mépris de la démocratie.

 

Cette fois-ci, c'est la démocratie sociale qui est piétinée. La loi du 5 juillet 2010 relative à la rénovation du dialogue social précise notamment les critères déterminant les conditions de validité d’un accord (nombre et niveau de représentativité des organisations signataires, absence d’opposition provenant d’organisations ayant recueilli la majorité des suffrages aux dernières élections professionnelles, etc.). Mais Valls et la ministre de la fonction publique M Lebranchu n'en ont cure manifestement puisqu'ils ont décrété que l'accord sur les parcours professionnels , carrières et rémunérations des fonctionnaires (PPCR) s'appliquerait. Les syndicats signataires ne représentent pourtant que 46,7% des agents, alors que la CGT, première organisation syndicale de la Fonction publique, FO et Solidaires sont à elles trois majoritaires et non signataires.

 

Valls comme Hollande ont souvent à la bouche ces mots de « dialogue social ». Là, ils piétinent la démocratie sociale ne respectant même pas la Loi de juillet 2010 qui prévoit la validité d'un accord si les organisations signataires ont recueilli la majorité des suffrages aux dernières élections professionnelles, ce qui n'est pas le cas. Et le coup de grâce est donné par la ministre de la Fonction publique qui non seulement ose se qualifier de « ministre du dialogue social », mais qui décrète que le comité de suivi de cet accord ne sera constitué que par les syndicats signataires. Elle exclut ainsi d'office les syndicats majoritaires de la fonction publique.

 

Belle leçon de démocratie ! C'est le PS qui veut organiser bientôt un référendum ?

Partager cet article
Repost0
23 septembre 2015 3 23 /09 /septembre /2015 14:34

Jean-Christophe Cambadélis a annoncé samedi dernier l'organisation par le PS d'un référendum du "peuple de gauche", du 16 au 18 octobre, pour demander s'il est favorable à l'unité entre le PS et les autres partis de gauche aux régionales de décembre.

 

Après les déconvenues des différents scrutins nationaux ou partiels, plombé par un gouvernement discrédité dans l'opinion publique, c'est jusqu'à présent en vain que le PS a lancé des appels au rassemblement en direction des forces de gauche pour les régionales. Il envisage donc d'en appeller aux électeurs en disposant des urnes sur les marchés. Selon Cambadelis, si la gauche est divisée, ce n’est pas sur des questions de contenu (« Une inflexion de la politique du gouvernement ne changerait rien ») mais plutôt pour des raisons de tactique politicienne.

 

Il imagine peut-être que les 41 milliards offerts par le gouvernement au patronat sans contrepartie, la réforme du Code du travail, la mise au placard de la réforme fiscale, le détricotage de la loi Duflot sur le logement, le refus d’un coup de pouce au pouvoir d’achat, l'attaque portée par Macron contre le temps de travail et à présent contre le statut des fonctionnaires, sans parler d'autres engagements de campagne promis mais non tenus, tout cela ne seraient que des broutilles qui ne changeraient rien ?

 

Martine Aubry vient de donner une réponse assez claire. Plutôt qu'un référendum, pour " réunir la gauche ", il faut " faire une politique qui réponde aux attentes des Français ".

 

Le PS n'aurait-il pas compris qu'en soutenant un gouvernement qui mène une politique de droite, il s'éloigne de lui-même des autres partis de gauche. Quant au "peuple de gauche" qu'il souhaite voir s'exprimer, celui-ci se déterminera les 6 et 13 décembre lors des élections régionales. 

 

 

Le PS veut organiser un référendum du "peuple de gauche" ???
Partager cet article
Repost0
22 septembre 2015 2 22 /09 /septembre /2015 00:48

A partir d'aujourd'hui, l’ambassadeur de l’Arabie saoudite à Genève, Faisal Trad, a été choisi pour présider le panel du Conseil des droits de l’Homme de l'ONU.

 

Ce n'est pas cela qui va crédibiliser davantage l'ONU.

 

Le but principal du panel du Conseil des droits de l’Homme est de nommer les cinq hauts fonctionnaires qui édictent les standards internationaux, de choisir les personnes qui vont occuper plus de 77 postes relatifs à la défense des droits de l’homme dans différentes régions du monde et d’informer sur les violations perpétrées en matière de droits de l’Homme.

 

Il fallait oser mettre à la tête de la plus importante organisation de défense des droits de l’homme dans le monde, l’ambassadeur du pays le plus critiqué pour le statut qu’il reconnaît aux femmes, aux minorités et aux dissidents et la barbarie des exécutions qui n'ont rien à envier à Daesch. Il faut savoir aussi que violer et assassiner sa fille n'est pas un crime dans la monarchie d’Arabie saoudite.

 

 

Entre janvier et mai 2015, le régime avait déjà exécuté 79 personnes, soit presque autant que l'année 2014 en entier. Il y a eu en 2012 l’arrestation de l’écrivain et bloggeur Raif Badawi dont les déclarations ont provoqué son arrestation et sa condamnation à recevoir 1 000 coups de fouet pour avoir «insulté l’islam». Sa femme tente toujours d’obtenir sa libération mais en vain. Il y a le cas de ce jeune chiite, emprisonné en 2012 à l'âge de 17 ans, neveu d'un haut dignitaire opposé au régime, condamné à mort le 27 mai 2014 et qui devrait être exécuté jeudi puisqu'il vient d'épuiser ses voies de recours. Selon l'International Business Times, Il est aujourd'hui sur le point d'être «décapité puis son corps attaché à une croix et laissé [jusqu'à] pourrissement».

 

L'ambassadeur va t-il commencer par informer sur les violations perpétrées en matière de droits de l’Homme dans son propre pays ?

Partager cet article
Repost0
18 septembre 2015 5 18 /09 /septembre /2015 15:42

Après une visite au roi du Maroc en avril 2013 où François Hollande avait préféré se taire face au système répressif, il rend à nouveau visite ce week-end au monarque marocain. Va t-il rester silencieux alors que les atteintes au droit de l'Homme se poursuivent ? Il y a à peine plus d'un an, un militant de l’Union Nationale des Etudiants du Maroc succombait après 72 jours de grève de la faim pour protester contre sa détention. Il y a moins d'un an, Wafaa Charaf, militante syndicaliste et politique et aussi vice-présidente de l'association marocaine des Droits de l'homme était condamnée à un an de prison ferme pour avoir dénoncé la brutalité de la police marocaine.

 

A propos de cette visite, le PCF vient de publier le communiqué suivant :

 
 

La visite de François Hollande au Maroc ce week-end suscite de nombreuses questions.

 

Dans un pays où la corruption et l'impunité règnent en maîtres, où les inégalités sociales et la pauvreté s'aggravent, où la répression policière et les emprisonnements s'abattent sur les démocrates et les syndicalistes, cette visite « d'amitié » et de « travail » du Président de la République ne peut que provoquer indignation et consternation chez les progressistes des deux rives.

 

Les autorités françaises par cette visite donnent une nouvelle fois un blanc-seing à un régime et à son chef qui nient les droits sociaux et humains du peuple marocain.

 

L'abstention massive aux dernières élections locales et régionales ont montré le fossé grandissant entre les Marocains et les institutions et partis politiques. Seul le parti islamique tire profit de ce discrédit.

 

Par ailleurs, rien ne peut justifier l'accord judiciaire adopté par le Parlement en septembre contre l'avis des élus du Front de Gauche et d'EELV.

 

Ce protocole porte gravement atteinte aux prérogatives internationales de la justice française comme l'ont dénoncé les associations Amnesty International-France, la FIDH, la LDH, l'ACAT et HRW.

 

La remise de la Légion d'honneur à Abdellatif Hammouchi, chef du contre-espionnage marocain, et poursuivi pour actes de torture, est une insulte pour toutes les victimes.

 

Enfin, les autorités françaises s'acharnent à soutenir, à l'encontre des résolutions du Conseil de Sécurité de l'ONU, la position marocaine sur le Sahara occidental, en refusant le droit à l'auto-détermination du peuple sahraoui.

 

La politique française en direction du Maroc, comme celle vers les monarchies du Golfe, fait peu de cas des droits de ces peuples et des principes de justice, de vérité, de solidarité, de paix et de liberté d'expression qui devraient guider notre politique extérieure.

 

Le PCF se place résolument aux côtés des progressistes marocains, des syndicalistes, des militants des droits humains, dont le combat courageux pour un état de droit et un Maroc démocratique a tout son soutien.

 

 
Partager cet article
Repost0
17 septembre 2015 4 17 /09 /septembre /2015 19:00

Sur ce même blog, dans un billet ayant pour titre « Le mur de la honte », j'évoquais les médias qui n'en finissaient pas en novembre 2009 de célébrer la chute du mur de Berlin. Et j'ajoutais que tous ces bien-pensants du monde « dit » libre ne s’émouvaient guère de tous ces autres murs qui se construisent dans le monde. A l'occasion des célébrations qui s'étaient tenues à Berlin, toute l'Europe s'était donnée rendez-vous, y compris la secrétaire d’État Hillary Clinton qui représentait les États-Unis. Parmi tous les dirigeants européens présent à ces cérémonies, l'ancien dirigeant hongrois Miklos Nemeth, qui avant la chute du mur avait autorisé les Allemands de l'Est à passer la frontière austro-hongroise, déclenchant un exode qui encouragea les manifestations anti-régime dans toute la RDA.

 

Ce rappel parce qu'aujourd'hui, ce même pays la Hongrie vient d'ériger un mur de barbelés avec lames de rasoir d'une longueur de 175 km le long de sa frontière avec la Serbie et le gouvernement ultra-nationaliste de Viktor Orban prévoit de construire une nouvelle clôture, cette fois-ci à sa frontière avec la Roumanie et en envisage également une avec la Croatie.

 

La mondialisation a aboli bien des frontières, pour les marchandises et la finance qui peuvent circuler, mais pas pour les humains. Il y a un quart de siècle, à la chute du mur de Berlin, il y avait 16 murs défendant des frontières dans le monde. Il y en a aujourd'hui 65, terminés ou en voie de l'être.

 

Les murs et les barrières sont de plus en plus prisés par certains politiques désireux de paraître fermes sur les questions de migrations et de sécurité. Mais les murs ne changent rien aux causes profondes de l'insécurité ou de l'immigration. Les barricades n'ont en rien enrayé la hausse des demandes d'asile. La fermeture des frontières ne fait que déplacer le problème, conduisant les migrants à travers de terribles déserts ou sur des bateaux de fortune en Méditerranée. Cela ne fait qu'augmenter le nombre des victimes.

 

Des dizaines de milliers de personnes prennent le chemin migratoire pour fuir les guerres, les persécutions et les famines. Ce ne sont pas les murs qui résoudront le problème. Il faut s'attaquer aux causes, et ne pas oublier les ravages causés par l'impérialisme occidental dans les régions d'où fuient toutes ces personnes.

 

« Le monde est trop petit pour avoir des murs », pouvait-on sur le béton du mur de Berlin ... Il serait bon de s'en souvenir !

Dessin de Chappatte dans Le Temps (Suisse)

Dessin de Chappatte dans Le Temps (Suisse)

Partager cet article
Repost0
15 septembre 2015 2 15 /09 /septembre /2015 17:25

« Avec le rapport Combrexelle, la France socialiste va s’attaquer au code du travail.... La France s’attaque, veut-on espérer, au sujet comme l’ont fait toutes les social-démocraties apaisées de la vieille Europe. En passant en force. Courageusement....Las, si Combrexelle (auteur du rapport sur la réforme du Code du travail) se rêve en Hartz (ancien directeur des ressources humaines de Volkswagen qui avait accompagné le chancelier social-démocrate allemand Schröder qui lança en 2003 ses réformes du marché du travail) Hollande ne sera jamais Schröder. L’objectif n’est pas de traiter de front les «chiffons rouges » sociaux français : un SMIC trop élevé, des salaires qui progressent trop, des prud’hommes lents et imprévisibles, une Cour de cassation «rouge», une formation professionnelle gaspillée, des indemnités de chômage trop longues. Il faudrait que le marché du travail redevienne un marché, où l’on peut embaucher, licencier et retrouver un emploi rapidement »

 

On pourrait croire du Gattaz, du Kessler, du Macron ou du Valls. Mais non, cette saillie est due à un digne représentant de l'idéologie dominante. Il appartient à cette caste de journalistes qui se considèrent comme arbitres-experts-compétents, ces fameux chiens de garde du capitalisme. Lui s'appelle Arnaud Leparmentier du journal Le Monde ; après avoir été en poste à Bruxelles, il est depuis le 1er septembre directeur éditorial. Il a tellement défendu la position de Bruxelles et insulté Tsipras et les Grecs que sa ligne néo-libérale est dans l'air du temps.

 

Et ce larbin au service du patronat d'en appeler « à des syndicalistes courageux pour signer des accords de dérogation au SMIC par accord de branche étendu ». Et sur quelle base ? Pour cela il appelle en renfort Patrick Artus, économiste en chef chez Natixis  pour lui faire dire « le SMIC est à 63% du salaire médian. S’il était à 43%, ce qui correspond à la moyenne internationale, on augmenterait de moitié l’emploi non qualifié ». Le salaire net payé au SMIC est d’environ 1.137€ par mois, le ramener à 1/3 du revenu moyen le mettrait à 691€ !!! Leparmentier ignorerait-il que le seuil de pauvreté se situe à 823 euros par mois ?

 

Dans la surenchère au moins-disant social, Gattaz et Macron ont un sérieux concurrent avec Arnaud Leparmentier.

 

Dessin de Babouse dans l'Humanité

Dessin de Babouse dans l'Humanité

Partager cet article
Repost0
14 septembre 2015 1 14 /09 /septembre /2015 14:46

Ce week-end à la fête de l'Huma, si des frondeurs du PS sont venus sur la fête, pas un ministre du gouvernement Valls ne s'est déplacé à la rencontre de ceux qui en 2012 ont contribué par leur vote à permettre à Hollande d'accéder à la présidence de la République. S'il y avait des ministres présents, ils étaient … grecs.

 

Dans une réponse à la question d'un journaliste du journal Le Parisien, un ministre aurait répondu par rapport à la fête de l'huma « le truc avec les bières ? ». Et comme le relève le journaliste, « Cinq ministres devant le Medef, zéro à la Fête de l'Huma cette année. »

 

Pourtant, c'est à quelques pas du rassemblement de la Courneuve que le candidat Hollande en campagne s'en était pris à la finance lors du fameux discours du Bourget. Oui mais à l'université d'été du Medef, c'était plus probablement champagne et caviar et des thèmes en débat probablement plus en accord avec l'orientation politique du gouvernement. Tout l'inverse des idées en discussion dans les centaines de débats de ce week-end à la fête de l'Huma où étaient par contre présents les autres mouvements et organisations de la gauche anti-austérité. Choisis ton camp camarade !

Partager cet article
Repost0
14 septembre 2015 1 14 /09 /septembre /2015 06:48

Débordante. La Fête de l’Humanité a fait le plein, et pas seulement d’eau, sous des averses persistantes.

 

Une foule, plus nombreuse encore que lors des précédentes éditions, a envahi la pelouse de la grande scène, s’est pressée à l’agora pour écouter Yanis Varoufakis, a apporté sa solidarité aux migrants et au peuple grec, a débattu des enjeux climatiques ou du Code du travail, s’est interrogée sur les moyens de battre les politiques d’austérité en Europe en construisant une alternative à gauche. Ce peuple-là a du ressort et ressemble à celui qui, aujourd’hui, a repris le chemin des usines, des universités, des hôpitaux ou des grandes cités populaires. Notre sondage Ifop, publié vendredi, montre l’attachement massif du peuple de gauche à ses vraies valeurs, celles que s’attache à dévaluer le pouvoir. Dommage qu’un certain journalisme de caserne n’en ait pas tâté le pouls plutôt que de polycopier des lieux communs et de se polariser sur des à-côtés politiciens. Les mêmes qui n’attendaient pas Syriza, qui tombent de l’armoire avec l’arrivée de Jeremy Corbyn (qui enterre le blairisme dans le sol britannique) ou n’en reviennent pas des mobilisations espagnoles, ferment les yeux sur les colères et les espérances de notre pays. Ils sont, écrivait le poète René Char, de « ceux qui attendent que l’écueil les soulève, que le but les franchisse, pour se définir ».

 

« Hommes, soyez humains », intimait Jean-Jacques Rousseau. Le peuple de la Fête sait l’être, tout en appétit de rencontres, de plaisirs, d’échanges, de partage, de culture. La Courneuve n’est pas une cité idéale promise au destin des éphémères. Elle exprime, trois jours durant, ce qui court, parfois en souterrain, de meilleur parmi nous. Ensemble, demandons et construisons la suite.

 

Editorial Patrick Apel Muller dans l'Humanité

Fête de l'Humanité : Échanges et partage
Partager cet article
Repost0
9 septembre 2015 3 09 /09 /septembre /2015 18:00

Gattaz peut avoir le sourire. Il y avait eu la déclaration d'amour aux entreprises de Manuel Valls l'an passé à l'université d'été du Medef, il y a eu cette année Emmanuel Macron qui a profité de cette université des patrons pour taper sur les 35 heures, et voilà Hollande qui dans sa conférence de presse de rentrée annonce la réforme du Code du travail pour bien adapter la loi « à la réalité des entreprises ».

 

Gattaz se plaignait des charges trop importantes pour les entreprises qui pénalisaient l'emploi. Les 41 milliards d'euros accordés par le gouvernement aux entreprises dans le cadre du pacte de responsabilité n'auront pas eu d'incidence sur la création d'emplois. Ils ne seront pas rendus pour autant. Comme ça n'a pas eu d'effet, il faut trouver une autre raison, et c'est la lourdeur du Code du travail qui pénaliserait l'emploi ! Et demain, ce sera quoi ?

 

Toujours est-il que Jean-Denis Combrexelle, le haut fonctionnaire chargé du projet de réforme du Code du travail a déjà montré au poste de directeur général du travail comment il envisageait de « déverrouiller » le droit du travail pour satisfaire les employeurs. Parmi ses faits d'armes, le contrat de nouvelles embauches (CNE) qui permettait de licencier sans motif pendant deux ans et qui sera invalidé en justice pour non-conformité au droit européen. Pour le secteur de la distribution non adressée (Adrexo, Mediapost), Combrexelle a concocté un décret permettant aux entreprises de « préquantifier » le temps de travail (et de voler ainsi des heures de travail aux salariés), décret qui sera annulé à deux reprises par le Conseil d’État. À la même époque, il a tenté de fermer les portes de La Poste aux agents de l’inspection du travail, par deux notes qui ont été là encore été annulées. La défiance envers ses propres services s’est manifestée de façon spectaculaire en 2010  quand un petit patron de Normandie s’était mis en grève de la faim en contestant en des termes violents le refus décidé par l’inspecteur du travail du licenciement d’un délégué. Combrexelle avait donné son autorisation en quarante-huit heures. Décision qui sera elle aussi annulée en justice !

 

C'est donc à ce personnage, qui a toujours manifesté ses options pro-patronales, qu'a été confié le projet de laminage du Code du travail.

 

Quand on veut tuer son chien, on dit qu'il a la rage. Pour le Code du travail il en est de même. En quoi serait-il « illisible » ? Alors quid du code des impôts, du code du commerce, du code des affaires maritimes, du code de la construction, du code de la sécurité sociale ?

 

Comme le dit Gérard Filoche ancien inspecteur du travail, le code du travail est le plus petit de nos codes. Il fait 675 pages de lois, pas plus. Mais il est édité par Dalloz avec 3300 pages de commentaires. C’est le plus simple de nos codes. 10 articles servent aux prud’hommes ! Et la France est un des pays européens ou il y a le moins de saisines des tribunaux.

 

Une nouvelle fois, ce n'était pas ça le changement attendu ! Et voilà que ce gouvernement qui n'a plus rien de gauche veut adapter le droit du travail aux entreprises et non plus qu'il serve à protéger égalitairement les êtres humains que sont les salariés. Quant aux négociations dans l'entreprise, on sait quel peut-être le chantage, je voulais dire le rapport de force ...

Hollande : « Il faut adapter le droit du travail à la réalité des entreprises » Et les êtres humains ?
Partager cet article
Repost0
3 septembre 2015 4 03 /09 /septembre /2015 23:54

"N’est-ce pas à la portée de l’Europe d’accueillir dignement ces hommes et ces femmes, naufragés des guerres et de la mondialisation capitaliste ?"

 

C’est une photo qui va hanter l’Europe. De celles qui frappent les esprits, réveillent les consciences endormies. Celle du corps d’un petit garçon, échoué sur une plage turque. Ce cliché terrible d’un petit Syrien de 3 ans, couché face contre terre sur le sable, a fait le tour des réseaux sociaux et suscite une vague d’indignation inédite. Cela fait pourtant des années que la Méditerranée est devenue le vaste charnier d’une Europe forteresse en plein naufrage, étrange eldorado où l’on construit des murs, où l’on inscrit des numéros sur les mains des migrants… Alors la compassion ne suffit plus. Les larmes de crocodile des dirigeants européens masquent mal leur responsabilité dans ce qui s’annonce être le plus grand drame humain de ce début de siècle. Et, sur ce dossier encore, François Hollande n’aura pas brillé par son courage, lui qui a attendu l’autorisation d’Angela Merkel pour sonner le tocsin et commencer à envisager une réponse politique qui ne soit pas que sécuritaire. On a froid dans le dos en imaginant l’avenir que nous préparerait le maintien durable des surenchères autoritaires, à l’instar du cousin autrichien de Marine Le Pen, qui voit dans les survivants des barbelés une « menace pour les racines chrétiennes de l’Europe ». Car, en dépit des contrevérités démagogiques du FN, la France est en réalité bien pingre en matière d’accueil de réfugiés. En 2014, elle a reçu 6 2 735 demandes d’asile, ce qui représente un demandeur pour un millier d’habitants. Les migrants qui arrivent illégalement en Europe chaque année ne représentent que 0,05 % de la population.

N’est-ce pas à la portée de l’Europe d’accueillir dignement ces hommes et ces femmes, naufragés des guerres et de la mondialisation capitaliste ? Il est grand temps que les pays européens se montrent à la hauteur d’une démocratie moderne, qu’ils ouvrent des accès sûrs et légaux pour que les migrants ne perdent plus la vie à vouloir survivre. Cet été, de nombreux citoyens d’Europe se sont soulevés dans un bel élan de solidarité, organisant eux-mêmes l’aide aux migrants. Voilà le visage de l’Europe qu’il faut construire. Une humanité partagée.

 

Maud Vergnol dans L'Humanité

Partager cet article
Repost0