Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Réagir - Blog militant de joseph coutant
  • : Réagir : S'opposer activement à l'action de qqch, résister. La devise issue de la révolution française "Liberté, Egalité, Fraternité" étant de plus en plus mise à mal, ce blog est un moyen pour moi de faire partager mes réactions sur l'actualité politique, sociale, etc.
  • Contact

Rechercher

Tags

23 juin 2016 4 23 /06 /juin /2016 23:14

Le lieu choisi pour le rassemblement niortais du 23 juin contre la Loi travail était symbolique, le parvis des Droits de l'Homme. En effet, c'était aussi pour rappeler à ce gouvernement socialiste qui ne cesse de trahir les engagements pris durant la campagne de 2012, que le droit de manifester est un droit constitutionnel. Comment les Hollande-Valls-Cazeneuve ont-ils pu décider d'interdire la manifestation intersyndicale parisienne avant de faire volte-face suite au tollé qui a suivi cette décision. En se rassemblant ainsi sur le parvis des Droits de l'Homme, les 400 manifestants ont voulu signifier à ce pouvoir que non seulement ils demandaient toujours le retrait de la Loi travail, mais qu'ils n'acceptaient pas que soit remis en cause le droit de manifester.

 

Avec ce gouvernement de sociaux-traitres, on croit à chaque fois avoir touché le fond, mais non.

 

C'était pourtant le candidat Hollande qui clamait « Moi président de la République, je ferai en sorte que les partenaires sociaux puissent être considérés, aussi bien les organisations professionnelles que les syndicats, et que nous puissions avoir régulièrement une discussion pour savoir ce qui relève de la loi, ce qui relève de la négociation ». On voit toute sa considération pour ceux qui ne sont pas d'accord avec sa ligne politique, comme vis à vis des parlementaires auxquels ils imposent le 49-3 alors qu'une de ses promesses de campagne était d'augmenter leurs pouvoirs d'initiative (promesse 48). En 2012, on avait voulu chasser la droite du pouvoir, eh bien on la retrouve avec Hollande puisqu'il se charge de mettre en oeuvre sa politique.

 

On ne doit pas lâcher. Rendez-vous est pris pour le mardi 28 juin pour une nouvelle journée nationale d'action contre cette loi rétrograde. A Niort, le rendez-vous est fixé à 11h30 dans le bas de la place de la Brèche.

Contre la Loi travail, nous manifestions à Niort ce 23 juin
Contre la Loi travail, nous manifestions à Niort ce 23 juin
Partager cet article
Repost0
22 juin 2016 3 22 /06 /juin /2016 15:21

Après la déchéance de nationalité, l'utilisation du 49-3 à l'assemblée nationale pour tout débat sur la Loi travail, voilà que ce mercredi matin, la préfecture de police de Paris annonçait l'interdiction de la manifestation prévue jeudi 23 à l'appel des organisations syndicales opposées à la Loi travail.

 

Au cas où certaines âmes charitables seraient tentées d'en faire porter la responsabilité seulement sur le préfet de police, S Le Foll porte-parole du gouvernement s'est évertué à ne pas dire qui a décidé de l'interdiction tout en précisant que les décisions sont prises de manière collective. Valls avait fait peser depuis plusieurs jours cette interdiction. En interdisant une manifestation syndicale, il rejoint un certain Maurice Papon qui avait interdit une manifestation organisée par la CGT en février 1962 à la fin de la guerre d'Algérie. La manifestation s'était quand même tenue et Papon avait fait donner la troupe. Refoulés dans les escaliers du métro Charonne, certains manifestants avaient été pris dans une bousculade et visés par les coups de matraque et le jet de grilles émanant des forces de l'ordre. Bilan du drame: 9 morts, 9 militants CGT.

 

Est-ce à cela que Valls veut arriver ? Est-ce sa part de l'héritage du franquisme ?

 

Toujours est-il qu'aussitôt cette décision connue, P Martinez (CGT) et JC Mailly (FO) ont demandé à être reçus par le ministre de l'intérieur. Les réseaux sociaux se sont enflammés. Pour la première fois depuis 1962 un gouvernement utilise cette arme administrative contre un mouvement social porté par des organisations de salariés. Ce pouvoir élu par la gauche en 2012 perd son sang-froid car la politique libérale qu’il met en œuvre est massivement rejetée par la population.

 

En fin de matinée, après les nombreuses protestations, on apprenait que le pouvoir faisait marche arrière. La manifestation est autorisée mais sur un périmètre réduit, de la place de la République au bassin de l'Arsenal. Comme l'a résumé JL Mélenchon dans un tweet, « La manifestation officiellement interdite est officiellement autorisée à tourner en rond de façon statique. Valls obtus et confus ».

 

Notre réponse à ce gouvernement discrédité, c'est d'être tous dans les manifestations Jeudi 23 juin ! A Paris place de la République à 14 heures et sinon dans les villes de province. A Niort c'est à 12h place de la mairie.

 

NON à cette loi travail !

 

 

Partager cet article
Repost0
20 juin 2016 1 20 /06 /juin /2016 00:39

Dès 2009, M-G Buffet, députée communiste, déposait avec André Chassaigne, une proposition de loi visant à mettre en œuvre le droit à l’eau. Elle avait pour ambition de traduire dans la vie quotidienne les objectifs de la loi sur l’eau et les milieux aquatiques, dite Lema, qui prévoit que « chaque personne physique, pour son alimentation et son hygiène, a le droit d’accéder à l’eau potable, dans des conditions économiquement acceptables par tous ». Or, dix ans après, aucune loi n’a été adoptée dans notre pays permettant que ces « conditions acceptables » deviennent la réalité pour le plus grand nombre. Il existe encore de nombreuses villes sans points d’eau, ou toilettes, publics ou avec un nombre dérisoire. De fortes inégalités persistent devant le droit à l’eau liées à la dégradation du pouvoir d’achat des familles et au prix de l’eau.

 

La mise en œuvre d’un véritable droit à l’eau continue de poser avec force la nécessité que l’eau relève du service. L’eau ne devrait pas être une marchandise, ni non plus une source de profit. La garantie du droit à l’eau passe par l’égalité de tous et de toutes à l’accès à l’eau, que l’on ait ou non une grande famille et que l’on soit riche ou pauvre.

 

Une nouvelle proposition de loi à nouveau déposée par M-G Buffet avec d'autres parlementaires était débattue la semaine dernière, fixant un seuil de 3 % du revenu des ménages que la facture d’eau et d’assainissement ne doit pas dépasser.

 

Eh bien ce gouvernement socialiste, qui ose se dire de gauche, a enterré cette proposition par une manœuvre de dernière minute, avec le soutien de la secrétaire d’État à la Biodiversité, Barbara Pompili. « Le gouvernement l’a torpillée en faisant voter par la droite et une partie de sa majorité la suppression de l’article 5 instituant un fonds de solidarité pour le droit à l’eau au sein du Fonds national d’aide au logement et les conditions de son financement » déplorait la députée Marie-George Buffet (PCF). « Que représentaient les 50 millions nécessaires à ce progrès par rapport aux 40 milliards de cadeau aux entreprises du CICE ? » s’est offusqué Joël Josso (Coordination Eau Île-de-France).

 

Riccardo Petrella, président de l’Institut européen de recherche sur la politique de l’eau a déclaré : « Pourquoi le principe du financement par la fiscalité générale et spécifique est-il accepté par tous les Français concernant le financement des coûts de la défense française – pour couvrir, par exemple, ceux du porte-avions Charles-de-Gaulle – et non pas pour le droit à l’eau ? »

 

En juillet 2010, l'Assemblée générale de l'ONU reconnaissait l'accès à une eau de qualité et à des installations sanitaires comme un droit humain.

 

 

Partager cet article
Repost0
13 juin 2016 1 13 /06 /juin /2016 07:50

Fans de football, sans vouloir jouer les rabat-joie, j'espère que vous avez conscience que ce que l'on vous présente comme une grande fête est avant tout la fête du fric. Et c'est pour cela que plus approchait la date de démarrage de cet Euro 2016, plus les médias et les politiques au service du système capitaliste blâmaient les grévistes, manifestants et syndicats en lutte contre la Loi travail. Pas question quand même que soit gâchée la fête qui doit remplir les poches de l'UEFA et de ses sponsors.

 

Il est prévu que l'organisateur de l'événement, l'UEFA, réalise environ deux milliards de recettes dont un milliard d'euros de bénéfices sur l'ensemble de la compétition. Il faut dire que les pouvoirs publics soignent cet organisme aux petits oignons. L’UEFA bénéficie en effet d’une exonération fiscale quasi totale, hormis la TVA, et ne s’acquittera d’aucune taxe ni impôt sur ses activités dans l’Hexagone. Il en est de même pour les entreprises partenaires de l'UEFA. Cette mesure a été décidée par le gouvernement actuel, mais résulte d’une promesse de 2010, lors du dépôt de candidature. Comme la plupart des frais de sécurité, mais aussi la rénovation des stades, sont aussi à la charge de l’État ou des collectivités, c'est tout bénéfice pour l'organisme européen du ballon rond.

 

Mais c'est bien connu que dans le système capitaliste, il faut toujours plus de gains. C'est ainsi que les commerces situés autour des stades devront payer une redevance de 600 euros par jour pour pouvoir ouvrir les jours de match. Hors de question, également, de vendre des produits de marques venant concurrencer les sponsors officiels. Ben oui, la libre concurrence défendue par le système a quand même ses limites. Les collectivités qui voudront installer un écran géant en ville ou qui utilisent la marque Euro 2016 devront passer à la caisse. Par contre, pour les frais de nettoyage ou la gestion de la circulation, conséquences des rencontres de l'Euro 2016, ça c'est pour leur pomme. L'UEFA ne veut voir que les gains.

 

Juste un petit rappel, l'UEFA est une association à but non lucratif.

 

Et si vous vous offrez un maillot officiel, n'oubliez pas que derrière il y a de la main d’œuvre exploitée à outrance, toujours pour plus de profits au service du système capitaliste.

 

On comprend pourquoi Hollande, Valls et consorts ne voulaient pas que cette fête de l'Euro 2016 soit gâchée par des grévistes et manifestants contre la Loi travail. Elle a été rédigée pour être au service du sytème capitaliste.

 

Bons matchs !!!

 

Euro 2016, le règne du sytème capitaliste
Partager cet article
Repost0
10 juin 2016 5 10 /06 /juin /2016 17:58

 

La liberté d’expression existe-t-elle encore pour le ministère de l’intérieur ?

 

C’est avec stupéfaction que la CGT vient de découvrir les consignes de sécurité publiées par le ministère de l’intérieur pour l’Euro. Dans le chapitre intitulé « Bien se comporter au sein et aux abords des stades », le ministère de l’intérieur recommande de « ne pas tenir de propos politiques, idéologiques, injurieux, racistes ou xénophobes ». Ces consignes remettent en cause le fondement de la démocratie, la liberté d’expression. En mettant sur le même plan propos diffamatoires, racistes ou xénophobes - qui relèvent de l’infraction pénale - et propos politiques et idéologiques - qui fondent les libertés constitutionnelles et le débat démocratique - elles génèrent un scandaleux mélange des genres. Notons au passage que le ministère de l’intérieur s’inquiète davantage des propos politiques que du sexisme et de l’homophobie, oubliés de ces consignes alors qu’ils sont malheureusement bien présents dans les stades.

 

Le gouvernement a-t-il peur que les supporters, qui sont aussi salarié-es, privé-es d’emplois, jeunes… ne débattent de la loi travail ? La ficelle est grosse et démontre que la stratégie visant à opposer supporters et grévistes ne fonctionne pas. Une large majorité de français-es refusent la loi travail, c’est donc aussi le cas des supporters ! De telles consignes sont en tout cas la preuve de la fébrilité du gouvernement, qui depuis 4 mois, en empêchant la négociation et le débat parlementaire, refuse tout débat sur la loi travail. La CGT exige des clarifications rapides de la part du ministère de l’intérieur et la modification de ces consignes, manifestement contradictoires avec les libertés constitutionnelles.

 

La CGT continuera sa campagne d’information massive sur la loi travail et ses dangers, sur les lieux de travail, les lieux publics et aux abords des stades. La CGT Ile de France organise d’ailleurs dès cette après-midi une opération « Carton rouge à la loi Travail ». Des initiatives de votation et débats avec les supporters sont prévues partout en France.

 

Pour que les supporters passent un bel Euro et que ce grand évènement sportif valorise la France, la CGT réitère son appel à l’ouverture de discussions. L’intersyndicale attend toujours la réponse du Président de la République à son courrier du 20 mai dernier, dans lequel les organisations syndicales demandaient à être reçues. Par son refus de négocier le gouvernement est responsable du blocage. La loi travail est minoritaire dans l’opinion, minoritaire chez les syndicats, minoritaire chez les parlementaires, elle doit être retirée !

 

Montreuil, le 10 juin 2016

Euro football : les consignes honteuses du ministère de l'intérieur
Euro football : les consignes honteuses du ministère de l'intérieur
Partager cet article
Repost0
5 juin 2016 7 05 /06 /juin /2016 10:29

Faudrait pas prendre les gens pour des cons !!!

N'aurait-il pas compris que la majorité des français disent #Loitravailnonmerci

Loi travail, le PS voudrait faire oublier sa responsabilité
Partager cet article
Repost0
2 juin 2016 4 02 /06 /juin /2016 22:38

Une proposition de loi du Front de gauche (Groupe de la gauche démocrate et républicaine) visant à imposer un écart maximum de salaire de 1 à 20 a été rejetée à seulement une voix près, dans une Assemblée quasi vide. 18 députés ont refusé de légiférer malgré les scandales provoqués par les rémunérations indécentes des PDG du Cac 40.

« Comment un dirigeant d'entreprise, tel que le PDG de Renault-Nissan ou celui de SANOFI,  peut-il percevoir, quelles que soient ses qualités, une rémunération totale de 43 000 euros par jour, 365 jours par an ! Plus de 15 millions d’euros. Cela représente une échelle de salaire de 1 à 860 » expliquait mercredi à l’Assemblée Gaby Charroux, député communiste. « Tandis que le SMIC a augmenté de seulement 68 euros en 4 ans, les rémunérations des plus hauts dirigeants d'entreprises n'ont cessé de croître dans des proportions inacceptables alors qu'ils mènent souvent des politiques sociales et salariales qui ne cessent de réduire l’emploi et de contenir les salaires. »

En conséquence, le groupe front de gauche proposait au vote ce jeudi un texte de loi visant à limiter l’écart des salaires dans une même entreprise de 1 à 20. Cette proposition a été supprimée en commission et de nouveau rejetée dans un hémicycle quasiment vide, par 18 voix contre 17. Une autre version du texte proposant simplement de limiter cet écart de 1 à 100 a également été rejetée. Pourtant, quarante personnalités de gauche, dont des responsables politiques parmi lesquels le premier secrétaire du Parti socialiste Jean-Christophe Cambadélis et le président PS de l'Assemblée nationale Claude Bartolone avait signé il y a tout juste une semaine un texte allant dans ce sens…  Quand il s'agit de passer aux actes, ils ne sont plus là.

 

 

L'Assemblée nationale refuse de limiter la rémunération des grands patrons
Partager cet article
Repost0
31 mai 2016 2 31 /05 /mai /2016 10:41

Ils sont nombreux ceux qui ces derniers temps s'en prennent honteusement à la CGT. Ils ne supportent pas que la CGT et ses militants, au côté d'autres organisations syndicales, puissent dire NON et lutter contre la Loi travail. Certains vont même jusqu'à les traiter, entre autres propos insultants, de voyous-terroristes.

 

A tous ceux-là, Camille Senon, 93 ans, rescapée du massacre d'Oradour-sur-Glane en 1944, vient de donner une belle réponse. Elle vient de refuser la proposition du premier ministre de l'élever au rang de commandeur de l'ordre national du mérite. Dans une lettre adressée à Manuel Valls il y a quelques jours elle motive son refus.

 

Accepter cette distinction aujourd'hui serait, explique-t-elle, « renier toute ma vie militante pour plus de justice et de solidarité, de liberté, de fraternité et de paix ». « Dans le contexte actuel il m'est impossible d'accepter de votre part cette distinction (...) alors que je suis totalement solidaire des luttes menées depuis deux mois par les salariés, les jeunes, une majorité de députés et de Français contre la Loi travail que vous venez d'imposer par le 49-3 » Pour elle « pas question d'accepter une décoration venant d'un gouvernement qui ne respecte pas les salariés ».

 

Camille Senon est restée jusqu’à l’aube des années 80, une militante et dirigeante importante de la CGT et du PCF aux Chèques postaux dans le 15ème arrondissement à Paris et à la fédération CGT des PTT. Cette rescapée du tramway d'Oradour-sur-Glane, qui a perdu sa famille dans la massacre des habitants par le détachement de la Waffen-SS Das Reich le 10 juin 1944, est une infatigable militante syndicaliste et féministe. Voir son témoignage : "Nous voyions le village brûler devant nous". Elle continue d'accompagner des groupes à Oradour-sur-Glane, notamment des jeunes.

 

Lorsqu'elle motive son refus par le fait qu'« accepter d'être décorée ce serait renier les engagements de toute ma vie » c'est une belle leçon qu'elle donne à ce gouvernement qui lui n'hésite pas à renier ses engagements.

Camille Senon toujours fidèle au journal l'Humanité © Radio France - Françoise Ravanne

Camille Senon toujours fidèle au journal l'Humanité © Radio France - Françoise Ravanne

Partager cet article
Repost0
29 mai 2016 7 29 /05 /mai /2016 22:23

Dans le courrier des lecteurs du Télérama n° 3463 du 25 mai, la mère de Stéphanie Gibaud, lanceuse d'alerte, fait part du choc qu'elle a eu en parcourant dans le Télérama précédent l'article « Seuls au monde » relatif aux lanceurs d'alerte.

 

Pour rappel, Stéphanie Gibaud était directrice marketing de la société de services financiers UBS France. Avec documents à l'appui mettant au jour un système d'évasion fiscale massif organisé par la banque, elle a dénoncé les pratiques illégales de son employeur UBS et porté plainte contre lui. Elle a permis à l'état de retrouver 12 milliards d'euros que la banque avait caché au fisc.

 

Sa fille licenciée par la banque vivant à présent dans une situation de précarité avec les minima sociaux, sa mère indique avoir écrit au président de la République après sa récente déclaration sur la protection des lanceurs d'alerte qui doivent être protégés. Le président lui a répondu qu'il a pris bonne note et demande à M. Sapin de recevoir sa fille, sans résultat pour l'instant. Elle dit qu'elle n'en peut plus des promesses, qu'elle est désespérée.

 

On la comprend et on ne peut qu'être solidaire. Dans le Cash investigation diffusé le 5 avril sur France 2, le ministre Michel Sapin déclarait qu'il "ne peut s'engager à rien" et "ne peut rien promettre". La loi anti-corruption "Sapin II" actuellement en préparation, devrait donner à l'avenir un statut protecteur aux lanceurs d'alerte.

 

Attendre, toujours attendre, mais que deviennent ces lanceurs d'alerte en attendant ? On ne peut manquer de rapprocher cette situation des propos tenus par F. Hollande lors de sa campagne électorale.

 

Il y avait eu le discours du Bourget en janvier 2012 avec son ennemi la finance. Aujourd'hui on peut parler de foutage de gueule. Mais il y a eu aussi ces petites phrases :

 

« Nous demanderons à l'Europe de lutter contre la spéculation, de lutter contre la finance! » Le 19 avril 2012

 

« Qu'est ce qu'on préfère? Protéger les plus riches ou protéger nos enfants? Moi, j'ai fait le choix de protéger nos enfants! » Le 24 avril 2012

 

« La colère est là par rapport à une mondialisation sans règles, par rapport à la finance qui veut nous dominer. » Le 24 avril 2012

 

« Je veux en terminer avec l'arrogance, avec les privilèges, avec la brutalité, avec les injustices! » Le 29 avril 2012.

 

Je dirai qu'on partage la colère de la famille Gibaud et que nous sommes nombreux à être en colère également contre ce gouvernement qui fait le contraire des engagements de campagne. D'ailleurs c'est toujours le même qui déclarait le 24 avril 2012 à Hirson devant des salariés en lutte « La colère est là par rapport à une mondialisation sans règles, par rapport à la finance qui veut nous dominer … La colère est là par rapport à des promesses qui n'ont pas été tenues. »

 

A propos de promesses non tenues, Hollande et les siens en connaissent un rayon et nous avons mille raisons d'être en colère.

 

 

 

Partager cet article
Repost0
24 mai 2016 2 24 /05 /mai /2016 23:30

Depuis plusieurs jours, c'est haro sur la CGT dans la plupart des médias à propos de la lutte menée contre la Loi travail. Ce  mardi soir le journal de 19h de France Inter titrait « Le bras de fer continue entre le gouvernement et la CGT à propos de la loi travail » ; sur France 2 on a eu droit en titre principal du 20 heures à « Le conflit se durcit entre la CGT et le gouvernement » après avoir entendu la veille Nathalie Saint-Cricq aux côtés de Pujadas vomir littéralement sur la CGT et ses dirigeants en dénonçant « une radicalisation tous azimuts » ajoutant « la CGT a décidé de tout faire sauter ».

 

Ces idéologues de service relaient les propos du 1er ministre qui s'en prend à la CGT, l'accusant entre autres de prendre en otage les français ou bien de F Hollande dénonçant un blocage décidé par une minorité. Ils sont plutôt mal placés pour parler de minorité, alors que, ne disposant pas d'une majorité dans ses propres rangs pour faire voter la Loi travail, ils utilisent le 49-3.

 

Mais pourquoi cette stigmatisation de la CGT alors que le mouvement contre la loi travail est un mouvement intersyndical qui regroupe outre la CGT, FO, la FSU, Sud, Solidaires concernant les syndicats de salariés. Et concernant la grève dans les raffineries, celle-ci « se vote à la majorité des salariés avec des scores sans appel » et est également un mouvement intersyndical. Ce mouvement contre la Loi travail fait tâche d'huile puisque d'autres corporations rejoignent la lutte (cheminots, RATP, syndicats de l'aviation civile).

 

En refusant d'écouter le mouvement de contestation sur la Loi travail (70% de la population est contre cette loi), en essayant d'opposer la CGT aux citoyens et d'opposer la CGT aux salariés, ce gouvernement montre une fois de plus son vrai visage. Comme l'a dit après sa palme d'or le cinéaste Ken Loach, « les sociaux-démocrates n’ont jamais été de gauche ! Pour les sociaux-démocrates, la première priorité est que le patron fasse des profits. Ils estiment qu’être de gauche, c’est se mettre au service des entreprises pour qu’ils fassent des profits. »

 

On se souvient du discours de Hollande sur la finance au Bourget, discours qu'il a oublié une fois au pouvoir. Il est d'autres propos tenus début avril 2012 alors qu'il était candidat qu'il est bon de lui rappeler ainsi qu'à son gouvernement. « Quand un président de la République attaque des syndicats qui sont représentatifs, il n’attaque pas tel ou tel dirigeant, tel ou tel permanent, il attaque l’ensemble du monde salarié », lance le candidat PS, qui regrette que les représentants syndicaux soient « méprisés, montrés du doigt ... Je souhaite qu’à partir du mois de mai, il y ait un Président qui réconcilie, qui apaise, qui rassemble »

 

Eh bien dans ce domaine également, le quinquennat de Hollande est un échec.

Partager cet article
Repost0