Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Réagir - Blog militant de joseph coutant
  • : Réagir : S'opposer activement à l'action de qqch, résister. La devise issue de la révolution française "Liberté, Egalité, Fraternité" étant de plus en plus mise à mal, ce blog est un moyen pour moi de faire partager mes réactions sur l'actualité politique, sociale, etc.
  • Contact

Rechercher

Tags

13 février 2017 1 13 /02 /février /2017 09:31

Dès le soir de l'élection de Hamon à la primaire socialiste, les intentions de vote pour ce dernier sont étrangement passées de 9 à 15%, alors que celles en faveur de Jean-Luc Mélenchon passaient de 15% à 10%. Même si l'opinion peut être versatile, cela paraît quand même gros. Suffirait-il d'avoir des incantations socialement progressistes pour que Hamon gomme son label social-démocrate ? D'ailleurs aussitôt élu, il a rendu visite au 1er ministre Cazeneuve et au président de la république F Hollande. Parmi les porte-parole de son équipe de campagne figurent deux proches de F. Hollande et dans son équipe de campagne un sénateur proche de Valls, en finalité on retrouvera les sensibilités du PS.

 

Alors y aurait-il eu un réel changement de l'opinion ? Ce que ne disent pas les instituts, c'est que dès le soir de l’élection de Hamon à la primaire des socialistes, les intentions de vote en faveur de celui-ci ont été corrigées. Et contrairement à ce que tentent de faire croire les sondages « corrigés » des instituts traditionnels, le candidat de la France Insoumise n’a pas reculé dans les intentions de vote comme le souligne la société « Filteris Euromédiations (1)» .

 

Mais certainement que les instituts de sondage ont intérêt à satisfaire leurs commanditaires ou donneurs d'ordres qui préfèrent un Hamon au candidat de la France insoumise et de ses soutiens, et tentent par là-même d'influencer l'opinion en orientant vers un vote utile.

 

Voilà pourquoi les sondages "traditionnels" estiment que Jean-Luc Mélenchon stagne autour de 10 % d'estimations de vote au premier tour de la Présidentielle. Or, selon la société Filteris EuroMediations, l'analyse des perceptions et des valeurs qui sont associées à chacun des dix candidats déclarés aujourd'hui indique que Jean-Luc Mélenchon se situe bien plus haut : (18%).

 

(1) « Ce sont des millions de données exprimées qui sont récoltées et analysées par Filteris-Euromédiations grâce à une méthode axiologique qui a fait ses preuves depuis maintenant dix ans. Il s’agit d’une expertise scientifique développée à l’Université Laval de Québec, basée sur des calculs différents de ceux qu'utilisent habituellement les sondeurs. »

Ci-dessous :

1 - la mesure selon Filteris EuroMediations

2 - le résultat en données brutes Ifop et les données diffusées après correction.

 

Présidentielle 2017 - Quand les sondages veulent influencer l'opinion
Présidentielle 2017 - Quand les sondages veulent influencer l'opinion
Partager cet article
Repost0
2 février 2017 4 02 /02 /février /2017 07:47

Pour cause d'absence, pas de publication de billet pendant une semaine.

Suivi possible compte twitter @jmreagir

 

Il est fort possible que durant ce temps-là, la situation du "chevalier blanc" connaisse quelque rebondissement. Celui qui pourfendait régulièrement l'assistanat et promettait une cure d'austérité aura t-il été contraint de jeter l'éponge  dans la course à l'Elysée ?

 

En attendant, un petit jeu proposé par le dessinateur Babouse, un autre par les auteurs du film La Sociale et des tweets récents de F Fillon qui se voulaient sans aucun doute humoristiques.

 

A bientôt.

Maxime Fillonesque : "Charité bien ordonnée commence par soi-même"
Maxime Fillonesque : "Charité bien ordonnée commence par soi-même"
Maxime Fillonesque : "Charité bien ordonnée commence par soi-même"
Partager cet article
Repost0
31 janvier 2017 2 31 /01 /janvier /2017 19:09

Dans la perspective de l'élection présidentielle, Marine Le Pen peaufine son image. Comme la nièce ainsi que d'autres élus et membres du FN sont présents dans les meetings de « la manif pour tous » ou de « sens commun », Marine Le Pen semble faire évoluer son discours.

 

Dans un entretien à Causeur , voici ce qu'elle dit par rapport à l'IVG :

« Nous ne sommes plus en 2012 ! À l’époque, je venais d’être élue à la tête du Front national, après quarante ans de présidence de Jean-Marie Le Pen ! Certes, j’avais obtenu 68 % des suffrages mais un tiers du FN avait néanmoins voté pour Bruno Gollnisch. C’est pourquoi j’avais démarré ma campagne présidentielle en me tournant vers le Front national, dans une démarche de légitimité dans le mouvement qui venait de m’élire. C’est dans ce contexte que j’ai proposé de dérembourser certaines IVG, tout en rappelant la nécessité d’aides aux jeunes femmes qui souhaitent garder leur enfant. Mais j’ai vite réalisé que cette proposition créait de l’incompréhension et une grande inquiétude chez les femmes. Dès qu’on touche à ce sujet, certaines ont le sentiment qu’on menace l’accès au droit. J’ai donc décidé de renoncer à cette mesure anxiogène, et je l’ai fait d’autant plus tranquillement que ma situation n’a plus rien à voir avec ce qu’elle était en 2011-2012. Aujourd’hui, je suis complètement libre de mon projet présidentiel. A fortiori depuis qu’un sondage effectué en plein milieu du débat Florian-Marion atteste que 75 % des sympathisants du FN sont d’accord pour rembourser l’IVG. »

 

Je disais bien en introduction "semble faire évoluer son discours", car les actes eux sont là pour témoigner de l'inverse. Elle dit que nous ne sommes plus en 2012, mais alors, que signifient ces votes au parlement européen en mars 2015 qui sont à l'inverse de ses propos ? Il ne suffit pas de dire « Je ferai campagne sur la défense des droits des femmes contre ceux qui menacent ces droits. » Car c'est bien le FN et ses amis qui les menacent. Voir dans le tableau ci-dessous les votes FN sur les droits des femmes.

 

Ne vous laisser pas duper par ses discours.

Au FN, c'est le grand écart entre les paroles et les actes
Partager cet article
Repost0
30 janvier 2017 1 30 /01 /janvier /2017 18:04

Dans son meeting de la Villette hier, Fillon a déclaré « avec tous les français qui veulent réussir, je fonce pour une France du plein emploi ». Pour lui « La meilleure politique sociale, c'est celle qui donne du boulot ».

 

Il est clair que socialement, avoir un travail peut être un gage d'une vie plus sereine ; encore faut-il que ce travail ne soit pas précaire, que ce ne soit pas un temps partiel imposé, et plus encore qu'il soit correctement rémunéré.  

 

Dans ce domaine, F Fillon a fait preuve d'efficacité quant au job de son épouse Pénélope, au moins en ce qui concerne sa rémunération. Celle-ci aurait en effet perçu 500.000 euros comme attachée parlementaire de son mari pendant huit ans pour un montant de 6.900 à 7.900 euros mensuels selon Le Canard. Tâches minimes ou fictives ? De gros doutes pèsent. C'est le même Fillon qui déclarait en septembre 2012 « qu'il y a injustice sociale entre ceux qui travaillent dur pour peu et ceux qui ne travaillent pas et reçoivent de l'argent public ». Parlait-il de son épouse ?

 

« La meilleure politique sociale, c'est celle qui donne du boulot ». Mais F Fillon a quand même été 1er ministre du 17 mai 2007 au 10 mai 2012. Sur ces cinq années où il a été aux manettes, Pôle Emploi a enregistré 747.000 chômeurs de plus en métropole, un chiffre en  hausse de 35%. Si on cumule les catégories A, B et C, le nombre de chômeurs supplémentaires est monté à 1,078 million.

 

Mais alors, sa politique sociale qui donne du boulot, pourquoi ne l'a t-il pas mise en œuvre quand il était chef du gouvernement ?

 

Partager cet article
Repost0
27 janvier 2017 5 27 /01 /janvier /2017 06:59

De toutes les personnalités politiques françaises, la seule qui ait publiquement salué avec enthousiasme l’élection Donald Trump à la Maison-Blanche est Marine Le Pen. 

 

Les électeurs tentés par le Front national devraient s’interroger. Comment expliquer que celle qui prétend dans notre pays défendre la Sécurité sociale, soutienne Trump dont le premier acte, à peine installé à la Maison blanche, a été de s’attaquer à l’Obamacare, la sécurité sociale difficilement mise en place par Obama pour 20 millions d’Américains ?

 

Et concernant les bas salaires, la candidate du Front national à l'élection présidentielle n'est pas pour une augmentation du SMIC car "cela entraîne une charge supplémentaire pour les entreprises."

 

Ne vous laissez pas abuser. Marine Le Pen avance masquée, mais quand le masque tombe, c’est bien à Trump qu’elle ressemble.

Partager cet article
Repost0
25 janvier 2017 3 25 /01 /janvier /2017 18:09

Dans son édition du mercredi 25 janvier, le Canard enchaîné accuse Pénélope Fillon, femme de François Fillon, d’avoir touché en huit ans près de 500 000 euros en tant qu’assistante parlementaire de son mari, puis du suppléant de celui-ci. Le Canard enchaîné affirme que Pénélope Fillon n’a laissé aucune trace de son passage à ces postes.

 

Finalement, François Fillon a inventé un revenu universel à usage unique pour Pénélope. Chapeau pour celui qui reproche aux chômeurs de chômer et qui embauche sa femme à ne rien faire (pour 5000 euros mensuels avec l'argent public)...

 

C'est tellement clair cette histoire que même ses amis du Figaro s'emmêlent les pinceaux à deux mois d'intervalle.

Fillon, l'homme "intègre" qui voulait donner des leçons de respectabilité

 

 

Quant à ces quelques tweets émanant de Fillon lui-même, je vous laisse juges

 

 

Fillon, l'homme "intègre" qui voulait donner des leçons de respectabilité
Partager cet article
Repost0
23 janvier 2017 1 23 /01 /janvier /2017 15:56

Pour ma part, le choix pour le 1er tour de la présidentielle de 2017 est fait depuis longtemps. En tant que militant communiste, dès le mois de juin 2016, j'ai appuyé la candidature de JLM2017 , considérant qu'ayant été notre candidat lors de la présidentielle de 2012, avec le programme l'Humain d'abord qui est la base pour 2017, il avait toute légitimité à porter à nouveau cette candidature. Et le changement radical qui prend notamment en compte les grandes questions sociales et environnementales, J-L Mélenchon le porte dans son programme.

 

Au crépuscule de ce quinquennat qui aura vu un président et son gouvernement trahir le peuple de gauche qui les a mis au pouvoir, le PS ne peut pas prétendre à présent rassembler cet électorat de gauche.

 

C'est donc en spectateur que j'ai suivi cette primaire. J'ai regardé deux des trois débats pour voir ce qui allait être dit par les uns et les autres. Mais je n'avais nullement l'intention d'aller voter à cette primaire, pas plus qu'à celle de 2011.

 

Alors, certains lecteurs peuvent par conséquent se demander pourquoi je fais un billet sur ce sujet. Tout simplement parce que j'ai une interrogation par rapport au nombre de votants. J-C Cambadelis avait répété dans les médias que pour que ce scrutin soit un succès, il fallait au minimum un million et demi" de votants.

 

On avait constaté que le PS au gouvernement avait été capable de faire croître la courbe du chômage, croître les sommes (des milliards) versés aux entreprises, mais pas le coup de pouce attendu par les smicards par contre. Pour les primaires, il a manifestement été capable de faire croître le nombre de votants. Les chiffres communiqués par leur haute autorité ont en effet varié à la hausse de 350.000 ce lundi entre 00h45 et 10h00. A ceux qui pensent qu'il n'y a rien d'anormal, c'est qu'en intégrant ces 350.000 votants de plus, les pourcentages des candidats n'ont pas bougé d'une virgule (voir tableau ci-dessous).

 

Comme l'a dit A Montebourg lors du dernier débat sur un autre sujet, reprenant la phrase de M Aubry à la primaire de 2011, "Si c'est flou, c'est qu'il y a un loup". Il semblerait, d'autant que les bureaux fermaient à 19 heures. 

Primaire socialiste : La fermeture des bureaux n'était pas prévue à 19 heures ?
Partager cet article
Repost0
12 janvier 2017 4 12 /01 /janvier /2017 17:34

Le groupe CRC ( Communiste Républicain et Citoyen ) au Sénat avait déposé une proposition d'abrogation de la loi Travail. La présidente du groupe a rappelé que cette proposition est un appel à refuser la résignation, à poursuivre la lutte pour placer la question de l'abrogation au cœur des élections présidentielle et législatives. En effet, cette loi imposée par le 49-3 comporte des mesures régressives concernant par exemple les règles du licenciement économique.

 

« Quel sens y aurait-il à abroger aujourd’hui une loi qui vient tout juste d’entrer en vigueur ? » a demandé dans son intervention la ministre El Khomry. Elle a rappelé que le gouvernement « croyait plus que jamais au bien-fondé et à l’utilité de cette loi ». « Ce texte renforcera nos syndicats, ce texte renforcera les protections des salariés et ce texte renforcera nos entreprises », martèle-t-elle, avant de conclure, droite dans ses bottes : « C’est un choix que le gouvernement assume pleinement : celui d’avancées sociales réelles, inscrites dans le temps long, plutôt que la défense du statu quo et le vacarme parfois vain du temps présent ».

 

Bel exemple d'avancées avec le quotidien La Voix du Nord : son plan social retoqué l'an dernier, est désormais autorisé. La Voix du Nord a annoncé la mise en place d'un plan social prévoyant la suppression de 178 postes, soit 25% des effectifs, qui devait être présenté le 10 janvier lors d'un comité d'entreprise extraordinaire. Pourtant, l'entreprise est bénéficiaire, avec 5 millions d'euros de résultats net d'exploitation en 2016. L'entreprise utilise donc la réforme des plans sociaux prévue dans la loi Travail, qui permet désormais de licencier en cas de baisse du chiffre d'affaire, même si l'entreprise est bénéficiaire. Merci El Khomry, Macron, Valls qui ont porté cette loi Travail.

 

Le vote du Sénat, malheureusement pas surprenant, n'a pas adopté cette abrogation de loi proposée par les communistes. Voir ci-dessous le détail des votes. La droite n'a pas participé au scrutin, à l'exception du milliardaire Dassault qui a apporté son soutien à El Khomry en votant contre l'abrogation. Les élus FN qui prétendent défendre les salariés étaient absents. Les écologistes se sont abstenus. Quant au groupe PS, à l'exception de 4 d'entre eux, ils ont été 99 à voter contre la proposition communiste.

 

Le vote à gauche pour la présidentielle, c'est le vote Jean-Luc Mélenchon qui s'est engagé à abroger la loi Travail. Et pour les législatives, plus il y aura d'élus communistes au parlement, plus les intérêts des salariés seront défendus.


 

Abrogation de la Loi travail –  Quels élus étaient favorables à l'abrogation ?
Abrogation de la Loi travail –  Quels élus étaient favorables à l'abrogation ?
Partager cet article
Repost0
9 janvier 2017 1 09 /01 /janvier /2017 17:34

Si la France est bien le pays de la déclaration des Droits de l'homme et du citoyen, il y a longtemps qu'elle n'est plus la patrie de ces mêmes droits de l'homme.

 

Et ceux qui ont l'outrance de dénoncer des agissements des forces de l'ordre allant à l'encontre de ces droits, s'attirent les critiques du ministre de l'Intérieur. C'était le cas de Manuel Valls quand il prenait la défense des forces de l’ordre face aux violences policières lors des manifestations des opposants à la loi travail, c'est le cas ces derniers jours avec son successeur Bruno Le Roux par rapport aux pratiques inacceptables des forces de l'ordre à l'encontre des migrants dans la capitale.

 

Comme a témoigné Médecins sans frontières, « Les policiers harcèlent les migrants en leur confisquant leurs couvertures, utilisant parfois des gaz lacrymogènes pour les disperser, allant jusqu'à leur interdire de s'asseoir dans la file d'attente du centre humanitaire de La Chapelle où ils attendent une place d'hébergement ». L'ONG précise que ses équipes ont pris en charge 8 personnes proches de l'hypothermie.

 

Alors que les températures étaient négatives, confisquer les couvertures qui leur ont été fournies par des associations humanitaires est tout simplement inhumain, même si le but est de les empêcher de reconstituer un campement.

 

La réponse de B Le Roux ressemble étrangement aux propos que pouvaient tenir son prédécesseur : « Il faut arrêter ce sport national de mise en cause des policiers ». «  Ce que font aujourd'hui les forces de police, c'est de la mise à l'abri de personnes qui sont vulnérables. » Ajoutant « c'est vrai, quelquefois, il peut y avoir une forme de contrainte à mettre à l'abri quelqu'un ».

 

Sauf que le centre d'hébergement affiche complet, le nombre de places étant sous-dimensionné. Pour la coordinatrice de programmes à MSF, « en plein cœur de l'hiver, les pouvoirs publics devraient être en mesure de fournir des places d'hébergement à tous les migrants, en urgence ». Les forces de l'ordre se livrent à l'inverse à « une tentative dérisoire de soustraire cette population en détresse à la vue du public », a-t-elle accusé, jugeant que « ce déni de réalité par la violence doit cesser ».

 

C'est ce qu'est devenue la patrie des Droits de l'homme ?

 

Partager cet article
Repost0
6 janvier 2017 5 06 /01 /janvier /2017 18:03

Hier soir, Valls était l'invité sur France 2 de « L’Émission politique ». Peu probable que les gens dégoûtés de la politique aient trouvé matière à réconciliation avec l'émission d'hier soir. Valls a fait une démonstration de ce qu'est la politique politicienne. Valls candidat à la primaire socialiste était en opposition avec Valls encore premier ministre il y a quelques semaines.

 

Après avoir utilisé six fois le 49-3 durant ses trois ans à Matignon pour faire passer les lois Macron et El Khomri, l'entendre dire qu’on lui a « imposé le 49-3 » est risible. Comme lui a rappelé le secrétaire de la CGT Philippe Martinez , invité surprise de l'émission, c’est bien qui lui a voulu le recours au 49.3 car il n’avait pas de majorité à l’Assemblée Nationale. Et aujourd'hui il veut en supprimer l'usage.

 

Il a contesté son libéralisme. Interrogé sur le fait de savoir pourquoi il avait pu défendre la suppression de l’impôt sur la fortune lorsqu’il était candidat à la primaire socialiste de 2011, pour désormais y être opposé, il déclare n’avoir « jamais été un libéral ». « La social-démocratie est en crise, aux Etats-Unis, en Italie, un peu partout en Europe, et donc en France, peut-être que cette gauche a trop cédé, à la puissance du marché, à des forces de l’argent, au libéralisme », a déclaré l’ancien Premier ministre.

 

Mais quelle gauche a trop cédé à la puissance du marché, aux forces de l'argent si ce n'est la gauche socialiste. Et qui dirigeait le gouvernement ? Et qu'avait déclaré Hollande par rapport à la finance ? Qui a permis le versement de milliards d‘euros aux grandes entreprises sans contrepartie, celles-ci versant même des dividendes aux actionnaires. Et le « travailler plus pour gagner plus » que Valls a emprunté à Sarkozy ? Qui s'est toujours refusé à donner un coup de pouce au SMIC ? Qui depuis cinq ans a gelé le point d'indice des fonctionnaires ? Etc.

 

C'est à croire que Valls n'a jamais été premier ministre.

 

C'est pourtant bien cette gauche socialiste qui était au pouvoir depuis cinq ans et qui aujourd'hui veut solliciter nos suffrages, en nous promettant comme Valls l'inverse de ce qu'ils ont appliqué.

Partager cet article
Repost0