Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Réagir - Blog militant de joseph coutant
  • : Réagir : S'opposer activement à l'action de qqch, résister. La devise issue de la révolution française "Liberté, Egalité, Fraternité" étant de plus en plus mise à mal, ce blog est un moyen pour moi de faire partager mes réactions sur l'actualité politique, sociale, etc.
  • Contact

Rechercher

Tags

28 février 2017 2 28 /02 /février /2017 06:45

Marine Le Pen s'en prend aux fonctionnaires de la Justice, brandissant des menaces pour l'avenir si elle était élue. En 1940, Pétain s'en prenait lui aussi aux fonctionnaires.

 

Lisez, et vous ne pourrez plus dire, je ne savais pas.

 

 

Marine Le Pen à Nantes le 26 février 2017

 

« Je veux dire publiquement, ici, aux fonctionnaires à qui un personnel politique aux abois demande d'utiliser les pouvoirs d'État pour surveiller les opposants ou organiser à leur encontre des persécutions, des coups tordus ou des cabales d'État, de se garder de participer à de telles dérives. Dans quelques semaines, ce pouvoir politique qui n'a plus rien à perdre, ni de comptes à rendre, aura été balayé par l'élection. Mais ces fonctionnaires, eux, devront assumer le poids de ces méthodes illégales car elles sont totalement illégales. Et ils mettent en jeu leur propre responsabilité. »

 

 

Pétain le 13 aout 1940

Quand Marine Le Pen s'en prend aux fonctionnaires, des similitudes avec des propos de Pétain
Partager cet article
Repost0
25 février 2017 6 25 /02 /février /2017 06:48

Cette cérémonie des César se déroulait le jour-même où un candidat nommé Macron dévoilait quelques aspects de son programme économique. Quel lien me direz-vous ? Eh bien tout simplement la purge annoncée parmi les fonctionnaires, même si Macron va moins loin que Fillon, cette purge étant accompagnée de l'introduction de contrat de droit privé au sein du service public.

 

Eh bien, je vous invite à relire ce que j'écrivais au sujet de ce film lorsque je suis allé le voir début novembre 2016. C'est exactement ce que nous promettent les candidats libéraux, de Macron à Fillon sans omettre la Le Pen. Pour ceux qui ont vu la dernière de L'Emission politique sur France 2 avec J-L Mélenchon, c'est le seul système qui parait crédible aux yeux des Pujadas, Lenglet, Salamé, au point de maltraiter le candidat de la France Insoumise. Et c'est ce système déjà appliqué en Grande Bretagne qui est dénoncé dans le film de Ken Loach.

 

Dans un message lu sur scène, le réalisateur Ken Loach a appelé les Français à «  rejeter l'amertume de la droite et voter en faveur de l'espace suscité par la gauche  » à la présidentielle, dans un message lu sur scène. Cette gauche, c'est celle qui refuse la casse des services publics à laquelle s'est livrée le gouvernement Sarkozy et poursuivie sous Hollande, c'est la politique de gauche défendue par le candidat J-L Mélenchon. 

 

C'est le message de Ken Loach aux français pour éviter que nous ne connaissions dans notre pays la situation de l'ouvrier Daniel Blake.

Partager cet article
Repost0
22 février 2017 3 22 /02 /février /2017 18:32

 

Communiqué de presse de la France Insoumise 79

Bassines en Deux-Sèvres : Stopper les projets et changer de modèle agricole
Bassines en Deux-Sèvres : Stopper les projets et changer de modèle agricole
Partager cet article
Repost0
22 février 2017 3 22 /02 /février /2017 17:41

Adresse du Parti communiste au peuple de France

 

Vous êtes des millions à vouloir tourner la page d’un système politique réduit à l’impuissance et rongé par les forces de l’argent. Vous êtes des millions à être en colère contre des politiques dures pour les faibles et faibles contre les puissants, contre toutes les discriminations, contre une finance qui détruit tout dans notre pays, de l’emploi aux relations humaines les plus précieuses.

 

Vous voulez pouvoir intervenir et décider sur tout ce qui concerne votre vie, votre travail. Une victoire de la droite ou de l’extrême droite aux élections de 2017 précipiterait le pays vers plus de misère, d’arbitraire et de division. Marine Le Pen veut faire régresser la France en l’entraînant dans le sillage du sinistre Donald Trump. François Fillon veut liquider la Sécurité sociale et tous nos services publics. Emmanuel Macron veut étendre la logique de l’ubérisation libérale à tous les domaines de la vie et du travail. Nous ne voulons pas de ces années noires pour notre pays.

C’est pour éviter ce désastre que nous les communistes, nous voulons lors des élections présidentielle et législatives de mai et juin prochains, faire gagner la gauche : une gauche qui reconstruise une grande politique de justice, d’égalité et de paix. Une gauche qui engage une politique de lutte efficace contre le chômage, les inégalités et la pauvreté, de sécurisation de nos vies, de droits nouveaux pour les salariés et les citoyens.

Nous ne voulons pas de la politique qui nous a tourné le dos ces cinq dernières années en emboîtant le pas aux forces libérales. La gauche que nous voulons, c’est celle qui s’est battue contre la loi Travail, contre le projet de déchéance de nationalité, qui se bat pour l’avenir des services publics, qui peut ouvrir un nouvel avenir de progrès à la jeunesse.

Il y a quelques mois, cela paraissait irréaliste. Aujourd’hui, la présence au second tour de l’élection présidentielle d’une candidature porteuse de ces combats et la constitution en juin d’une majorité de gauche et écologiste paraissent à nouveau possibles. C’est ce pourquoi nous nous battons depuis un an : nous n’avons pas présenté de candidat communiste à l’élection présidentielle pour le permettre. Nous soutenons Jean-Luc Mélenchon, dont le programme est le plus proche du nôtre, avec cet objectif.

Ce qui doit être au cœur de tout, c’est un pacte de majorité, clair et transparent qui se donne les moyens du changement.

Voilà pourquoi nous appelons les candidats et les forces de gauche à intensifier leurs discussions jusqu’à conclure ensemble un pacte de majorité pour gouverner la France. Nous voulons élire en mai un président de gauche, en juin une majorité de députés de gauche à l’Assemblée nationale, qui appliquera une politique de rupture avec l’austérité. Au sein de cette majorité, élire des députés communistes et du Front de gauche bien plus nombreux qu’en 2012. Et surtout, il faudra rester mobilisés et vigilants avant, pendant et après les élections, comme lors du Front populaire face au grand patronat, à la droite et à l’extrême droite.

Nous communistes, nous proposons que ce pacte comporte :

- Une VIe République qui nous sorte du régime présidentiel, avec notamment la proportionnelle à toutes les élections et un statut de l’élu-e, des droits nouveaux pour les salariés dans les entreprises, le droit de vote des étrangers résidant en France, le récépissé contre les contrôles de police au faciès ; la constitutionnalisation du droit à l’avortement.

- Un programme de relance sociale avec l’abrogation de la loi El Khomri et son remplacement par une loi de sécurité de l’emploi et de la formation, l’augmentation des salaires, des minimas sociaux et des pensions, la diminution du temps de travail, la retraite à 60 ans, une nouvelle ambition pour la Sécurité sociale, avec un retour progressif vers un remboursement de tous les soins à 100 %.

- Un plan global d’action pour l’autonomie et l’émancipation de la jeunesse dans tous les domaines : petite enfance, éducation, culture, sports, santé, logement, emploi.

- La création d’un ministère de plein droit pour l’égalité femmes-hommes et le renforcement des dispositifs contraignants pour l’égalité salariale et professionnelle.

- La lutte contre toutes les discriminations, qu’elles soient liées à l’origine, à la confession, à l’orientation ou l’identité sexuelle, la maladie ou le handicap.

- La lutte contre la finance avec un plan d’action contre l’évasion fiscale, une COP fiscale mondiale, la création d’un pôle public bancaire pour changer le rôle du crédit, avec la nationalisation de BNP-Paribas et de la Société générale.

- Un plan de bataille pour la France en Europe avec la remise en cause du traité budgétaire européen et un plan d’investissement financé par la BCE. Il servirait en France à la lutte contre l’exclusion et la pauvreté, à l’investissement massif pour les services publics, au logement pour tous et aux collectivités locales.

- Un plan cohérent de nouvelle industrialisation créant un million d’emplois dans toutes les filières utiles au développement humain s’appuyant sur un développement conséquent de la recherche, de transition écologique avec un mix énergétique renouvelables-nucléaire sous contrôle public, de développement d’un nouveau modèle agricole.

Nous proposons à tous les candidats et toutes les forces de gauche de discuter ces propositions. Le Parti communiste demande pour cela à les rencontrer.

Dans le même mouvement, nous vous proposons donc à tous, sans attendre le jour ultime du vote, de multiplier les luttes sociales, les rencontres publiques de terrain, les débats sur les réseaux sociaux, de lever un immense forum citoyen pour faire entendre de toutes les manières possibles cette exigence d’union et d’engagement autour d’un pacte capable de changer vraiment la vie.

Nous ouvrirons à toutes les forces de gauche notre prochaine rencontre nationale le 28 février à la Bellevilloise à Paris sur le thème : « L’ennemi, c’est toujours la finance ».

Nous proposons que se tienne dans les plus brefs délais une grande rencontre de débat public pour un pacte de majorité à gauche avec les candidats et les forces qui les soutiennent. De nombreux citoyens le souhaitent. Pour notre part nous y sommes prêts.

À l’heure du dépôt des parrainages pour l’élection présidentielle, il faut avancer vite. Nous appelons également tous nos concitoyens à se mêler sans attendre des élections législatives. L’heure est à la mobilisation partout. Là aussi, les communistes et leurs candidats appellent au rassemblement pour garantir les moyens du changement espéré par nos concitoyens.

 

Partager cet article
Repost0
21 février 2017 2 21 /02 /février /2017 18:24
L'économie de la mer est présente dans le programme de la France insoumise et de son candidat Jean-Luc Mélenchon

« L'économie de la mer, grande absente de la présidentielle »  d'après la Fondation de la mer. Cette phrase est reprise en boucle par nombre de sites d'informations (?) sur le net. Je mets un point d'interrogation après "informations" car sur ce sujet, c'est carrément de la désinformation.

 

Que la présidente de cette Fondation tienne ce propos, c'est son choix, mais les sites d'informations pourraient pour le moins apporter un rectificatif quand il y a erreur.

 

Car parmi les candidats à la présidentielle, l'économie de la mer est très présente dans le programme de J-L Mélenchon. Déjà lors de sa campagne de 2012, la « croissance bleue » était un thème très présent. Par ailleurs J-L Mélenchon est assidu des Assises de la mer. Il a déjà débattu sur l'éolien offshore, comme sur les abandons de souveraineté du quinquennat Hollande avec les ventes de la branche énergies marines d'Alsthom à l'américain General Electric.

 

Dans le programme de la France insoumise intitulé L'Avenir en Commun, le chapitre 81 a pour titre « Engager la France dans un « plan Mer » et créer 300 000 emplois maritimes » et indique « La France est une puissance maritime qui s'ignore. C'est pourtant une question de souveraineté essentielle pour notre pays, présent dans toutes les mers du globe. Et une source formidable pour une relance écologique de l'activité en France. 300 000 emplois existent pourtant déjà dans ce domaine et autant pourraient être créés très rapidement. Énergie, alimentation, médecine, transport, tant de ressources sont à notre portée, pour peu qu'on sache les utiliser avec intelligence et conscience de l'enjeu écologique. » Suivent les propositions de mesures à réaliser que vous pouvez trouver sur ce lien vers le programme.

 

Sur son site, dans le septième épisode de «Pas vu à la télé», Jean-Luc Mélenchon reçoit Jean-Marie Biette, journaliste chez Le Marin et auteur de La mer est l’avenir de la France, pour parler de l’économie de la mer. Un échange d'un peu plus d'une heure que vous pouvez visionner ici

 

Pour la France insoumise et son candidat Jean-Luc Mélenchon, l'économie de la mer est donc bien présente.

 

Peut-être que la présidente de la Fondation de la mer était mal informée ? Sachant qu'elle s'appelle Sabine Roux de Bézieux et qu'elle est l'épouse du vice-président du Medef, peut-être que rien que le nom de Mélenchon lui donne de l'urticaire et qu'elle n'a pas voulu lire le programme de la France insoumise. Il est encore temps pour elle de se rattraper pour ne plus dire des âneries. Programme complet

 

Partager cet article
Repost0
15 février 2017 3 15 /02 /février /2017 08:59

Quand le mardi 14 février, devant l'Assemblée nationale, le ministre de l'Intérieur Bruno Le Roux parle de « tragique accident » à propos du viol dont a été victime le jeune Théo à Aulnay sous Bois, c'est inacceptable. Car même si l'entourage du ministre a dit ensuite que "c'est une maladresse qui ne reflète absolument pas sa pensée" et que le ministre lui-même a regretté un terme "inapproprié", la première réaction tend à démontrer qu'il y aurait plus d'indulgence avec les violences policières.

 

Il y a pourtant ce troublant passé du commissaire d'Aulnay sous Bois. Vient s'ajouter le témoignage d'un jeune, victime des mêmes policiers quelques jours plutôt. Comme le déclarait la sociologue Marie-Hélène Bacqué au journal L'Humanité, ce qui se passe à Aulnay n’est pas un épiphénomène et montre la permanence des tensions avec la police. Il y a eu les morts de Zyed et Bouna il y a une dizaine d'années, celle d'Adama Traoré l'été dernier dans un commissariat. Aujourd'hui, les quatre policiers accusés dans l'affaire Théo sont en liberté quand deux jeunes qui ont lancé des pierres sont eux emprisonnés. Il y a quand même un décalage dans la façon dont est rendue la justice.

 

En 2012, le candidat Hollande avait promis la mise en place d'un récépissé de contrôle d'identité pour lutter contre le contrôle au faciès. Autre promesse non tenue.

 

Les habitants des quartiers populaires sont des citoyens à part entière et doivent être considérés et traités comme tels.

 

Partager cet article
Repost0
13 février 2017 1 13 /02 /février /2017 09:31

Dès le soir de l'élection de Hamon à la primaire socialiste, les intentions de vote pour ce dernier sont étrangement passées de 9 à 15%, alors que celles en faveur de Jean-Luc Mélenchon passaient de 15% à 10%. Même si l'opinion peut être versatile, cela paraît quand même gros. Suffirait-il d'avoir des incantations socialement progressistes pour que Hamon gomme son label social-démocrate ? D'ailleurs aussitôt élu, il a rendu visite au 1er ministre Cazeneuve et au président de la république F Hollande. Parmi les porte-parole de son équipe de campagne figurent deux proches de F. Hollande et dans son équipe de campagne un sénateur proche de Valls, en finalité on retrouvera les sensibilités du PS.

 

Alors y aurait-il eu un réel changement de l'opinion ? Ce que ne disent pas les instituts, c'est que dès le soir de l’élection de Hamon à la primaire des socialistes, les intentions de vote en faveur de celui-ci ont été corrigées. Et contrairement à ce que tentent de faire croire les sondages « corrigés » des instituts traditionnels, le candidat de la France Insoumise n’a pas reculé dans les intentions de vote comme le souligne la société « Filteris Euromédiations (1)» .

 

Mais certainement que les instituts de sondage ont intérêt à satisfaire leurs commanditaires ou donneurs d'ordres qui préfèrent un Hamon au candidat de la France insoumise et de ses soutiens, et tentent par là-même d'influencer l'opinion en orientant vers un vote utile.

 

Voilà pourquoi les sondages "traditionnels" estiment que Jean-Luc Mélenchon stagne autour de 10 % d'estimations de vote au premier tour de la Présidentielle. Or, selon la société Filteris EuroMediations, l'analyse des perceptions et des valeurs qui sont associées à chacun des dix candidats déclarés aujourd'hui indique que Jean-Luc Mélenchon se situe bien plus haut : (18%).

 

(1) « Ce sont des millions de données exprimées qui sont récoltées et analysées par Filteris-Euromédiations grâce à une méthode axiologique qui a fait ses preuves depuis maintenant dix ans. Il s’agit d’une expertise scientifique développée à l’Université Laval de Québec, basée sur des calculs différents de ceux qu'utilisent habituellement les sondeurs. »

Ci-dessous :

1 - la mesure selon Filteris EuroMediations

2 - le résultat en données brutes Ifop et les données diffusées après correction.

 

Présidentielle 2017 - Quand les sondages veulent influencer l'opinion
Présidentielle 2017 - Quand les sondages veulent influencer l'opinion
Partager cet article
Repost0
2 février 2017 4 02 /02 /février /2017 07:47

Pour cause d'absence, pas de publication de billet pendant une semaine.

Suivi possible compte twitter @jmreagir

 

Il est fort possible que durant ce temps-là, la situation du "chevalier blanc" connaisse quelque rebondissement. Celui qui pourfendait régulièrement l'assistanat et promettait une cure d'austérité aura t-il été contraint de jeter l'éponge  dans la course à l'Elysée ?

 

En attendant, un petit jeu proposé par le dessinateur Babouse, un autre par les auteurs du film La Sociale et des tweets récents de F Fillon qui se voulaient sans aucun doute humoristiques.

 

A bientôt.

Maxime Fillonesque : "Charité bien ordonnée commence par soi-même"
Maxime Fillonesque : "Charité bien ordonnée commence par soi-même"
Maxime Fillonesque : "Charité bien ordonnée commence par soi-même"
Partager cet article
Repost0
31 janvier 2017 2 31 /01 /janvier /2017 19:09

Dans la perspective de l'élection présidentielle, Marine Le Pen peaufine son image. Comme la nièce ainsi que d'autres élus et membres du FN sont présents dans les meetings de « la manif pour tous » ou de « sens commun », Marine Le Pen semble faire évoluer son discours.

 

Dans un entretien à Causeur , voici ce qu'elle dit par rapport à l'IVG :

« Nous ne sommes plus en 2012 ! À l’époque, je venais d’être élue à la tête du Front national, après quarante ans de présidence de Jean-Marie Le Pen ! Certes, j’avais obtenu 68 % des suffrages mais un tiers du FN avait néanmoins voté pour Bruno Gollnisch. C’est pourquoi j’avais démarré ma campagne présidentielle en me tournant vers le Front national, dans une démarche de légitimité dans le mouvement qui venait de m’élire. C’est dans ce contexte que j’ai proposé de dérembourser certaines IVG, tout en rappelant la nécessité d’aides aux jeunes femmes qui souhaitent garder leur enfant. Mais j’ai vite réalisé que cette proposition créait de l’incompréhension et une grande inquiétude chez les femmes. Dès qu’on touche à ce sujet, certaines ont le sentiment qu’on menace l’accès au droit. J’ai donc décidé de renoncer à cette mesure anxiogène, et je l’ai fait d’autant plus tranquillement que ma situation n’a plus rien à voir avec ce qu’elle était en 2011-2012. Aujourd’hui, je suis complètement libre de mon projet présidentiel. A fortiori depuis qu’un sondage effectué en plein milieu du débat Florian-Marion atteste que 75 % des sympathisants du FN sont d’accord pour rembourser l’IVG. »

 

Je disais bien en introduction "semble faire évoluer son discours", car les actes eux sont là pour témoigner de l'inverse. Elle dit que nous ne sommes plus en 2012, mais alors, que signifient ces votes au parlement européen en mars 2015 qui sont à l'inverse de ses propos ? Il ne suffit pas de dire « Je ferai campagne sur la défense des droits des femmes contre ceux qui menacent ces droits. » Car c'est bien le FN et ses amis qui les menacent. Voir dans le tableau ci-dessous les votes FN sur les droits des femmes.

 

Ne vous laisser pas duper par ses discours.

Au FN, c'est le grand écart entre les paroles et les actes
Partager cet article
Repost0
30 janvier 2017 1 30 /01 /janvier /2017 18:04

Dans son meeting de la Villette hier, Fillon a déclaré « avec tous les français qui veulent réussir, je fonce pour une France du plein emploi ». Pour lui « La meilleure politique sociale, c'est celle qui donne du boulot ».

 

Il est clair que socialement, avoir un travail peut être un gage d'une vie plus sereine ; encore faut-il que ce travail ne soit pas précaire, que ce ne soit pas un temps partiel imposé, et plus encore qu'il soit correctement rémunéré.  

 

Dans ce domaine, F Fillon a fait preuve d'efficacité quant au job de son épouse Pénélope, au moins en ce qui concerne sa rémunération. Celle-ci aurait en effet perçu 500.000 euros comme attachée parlementaire de son mari pendant huit ans pour un montant de 6.900 à 7.900 euros mensuels selon Le Canard. Tâches minimes ou fictives ? De gros doutes pèsent. C'est le même Fillon qui déclarait en septembre 2012 « qu'il y a injustice sociale entre ceux qui travaillent dur pour peu et ceux qui ne travaillent pas et reçoivent de l'argent public ». Parlait-il de son épouse ?

 

« La meilleure politique sociale, c'est celle qui donne du boulot ». Mais F Fillon a quand même été 1er ministre du 17 mai 2007 au 10 mai 2012. Sur ces cinq années où il a été aux manettes, Pôle Emploi a enregistré 747.000 chômeurs de plus en métropole, un chiffre en  hausse de 35%. Si on cumule les catégories A, B et C, le nombre de chômeurs supplémentaires est monté à 1,078 million.

 

Mais alors, sa politique sociale qui donne du boulot, pourquoi ne l'a t-il pas mise en œuvre quand il était chef du gouvernement ?

 

Partager cet article
Repost0