Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Réagir - Blog militant de joseph coutant
  • : Réagir : S'opposer activement à l'action de qqch, résister. La devise issue de la révolution française "Liberté, Egalité, Fraternité" étant de plus en plus mise à mal, ce blog est un moyen pour moi de faire partager mes réactions sur l'actualité politique, sociale, etc.
  • Contact

Rechercher

Tags

22 octobre 2014 3 22 /10 /octobre /2014 15:20

Dans notre société, le pouvoir est capable de faire des milliards de cadeaux au patronat sans contrepartie pour les emplois, d'exonérer de cotisations sociales (et non pas de "charges" patronales comme ceux-ci aiment le dire) les entreprises, de toucher à l'universalité des allocations familiales ou de supprimer la part des cotisations familiales versées par les entreprises, mais il n'est pas capable de permettre à chaque citoyen de bénéficier d'un travail et d'un toit. Pire, il en permet l'expulsion.

 

C'est ce qui est arrivé à une jeune locataire d'Habitat Sud Deux-Sèvres. Cette jeune femme au chômage avec un enfant avait des loyers impayés. Elle avait récemment entrepris des démarches pour trouver des solutions à son endettement. Toujours est-il que jeudi dernier, elle quitte son logement le matin pour conduire son fils de 6 ans à l'école, et à son retour, c'est une situation scandaleuse qui se présente à ses yeux. La serrure de son appartement a été changée,  un avis d'huissiers de justice placardé sur la porte, avec en gros "Expulsion" et la mention « Défense de pénétrer sous peine de poursuites pénales » avec dessous le nom de l'occupante expulsée. Quelle violence ! Quel mépris pour ces personnes dans la précarité qu'on jette à la rue avant le 1er novembre parce qu'avec la période hivernale, les expulsions seront ensuite momentanément interdites. Ces personnes qui ont déjà la tête sous l'eau, on ne fait que leur enfoncer un peu plus. Eh oui, cette société n'a aucun scrupule à mettre à la rue une maman avec son fils de 6 ans.

 

Par contre, un Thévenoud qui ne payait ni ne faisait sa déclaration de revenus siège toujours à l'Assemblée Nationale. Et le Canard Enchaîné révèle aujourd'hui qu'une soixantaine de députés et de sénateurs seraient potentiellement « en délicatesse avec le fisc ». Et que dire de la fraude aux cotisations sociales des employeurs qui atteind près de 25 milliards.  Mais pour les pauvres, pas de sentiments !

 

Une trentaine de personnes dont des résidents et des militants du Front de Gauche sont venus apporter leur soutien à cette jeune femme à qui le bailleur à ouvert mardi l'appartement pour quelques heures afin qu'elle puisse récupérer ses vêtements et autres affaires personnelles.

 

Il est clair que la défense des plus fragiles n'est pas une préoccupation du gouvernement. Mais nous citoyens ne devons pas accepter l'idée qui voudrait nous faire croire que les plus précaires et les plus pauvres sont responsables de leur situation. "Chacun a le devoir de travailler et le droit d’obtenir un emploi", ce droit est inscrit dans notre constitution. S'il était mis en oeuvre, les familles connaîtraient déjà un peu moins de difficultés.

 

Ci-dessous, l'article paru dans le quotidien local le Courrier de l'Ouest. Par contre, pas une ligne dans l'autre quotidien la Nouvelle République

 

A Niort, une mère et son enfant expulsés de leur logement
Des militants venus témoigner leur solidarité

Des militants venus témoigner leur solidarité

Partager cet article
Repost0
21 octobre 2014 2 21 /10 /octobre /2014 18:10

« Les dizaines de milliers d’employés de Total sont orphelins de leur président... La France perd un grand capitaine d’industrie... Christophe de Margerie était un ami et un grand chef d’entreprise... » Ce sont quelques unes des phrases prononcées par le 1er ministre Manuel Valls suite au décès du PDG de Total.

 

J'allais oublier, il a également dit que Gérard Filoche ne mérite pas d’être au PS. Pourquoi ? A cause de son tweet. « De Margerie est mort. famille Taittinger en deuil. Les grands féodaux sont touchés. Ils sont fragiles. Le successeur nous volera t il moins ». Il a aussi complété par un autre tweet « Un hommage à l’humain ? Oui ! Au suceur de sang ? Non. »  

 

« Les morts sont tous des braves types », chantait Brassens. Mais on n'est pas obligé de pleurer pour autant sur le décès d'un grand patron payé 1140 années de smic sur les 5 dernières années.

 

Les 541 morts et les 39 000 handicapés à vie à cause d'accidents du travail en 2013, qui en a parlé ???

Mardi noir pour le CAC 40  -  larevuedessinee.fr

Mardi noir pour le CAC 40 - larevuedessinee.fr

Partager cet article
Repost0
24 septembre 2014 3 24 /09 /septembre /2014 04:04

Nul doute que le paysans bretons, comme ceux du reste de la France, sont victimes de la chute de leurs revenus due essentiellement à la pression de la grande distribution, à l'absence de prix garantis, et à la mise en concurrence avec d'autres pays producteurs. La violence organisée de certains agriculteurs a occasionné des milliers d'euros de dégâts qui vont être à la charge du contribuable.

 

Le responsable de la FDSEA du Finistère (par ailleurs porte-parole des bonnets rouges) parlait des « producteurs payés 7 centimes pour un produit vendu 7 euros en grande surface ». Mais dans ce cas, c'est bien la grande distribution qui garde ses marges et répercute la baisse des prix sur les producteurs. Alors pourquoi ne s'en sont ils pas pris aux Leclerc ou autre Casino ? Et comment peut-il « tirer un coup de chapeau à ceux qui ont osé faire ce qu'ils ont fait vendredi ».
 

On entend sur les médias nationaux qu'une enquête est en cours pour retrouver les coupables. C'est vrai que des dizaines de tracteurs qui déversent des artichauts, qui enfoncent l'accès aux bâtiments, y mettent le feu, bloquent le passage des pompiers, pas facile de les identifier … Par contre, pas de problème pour les mêmes médias qui trouvent eux à interviewer des agriculteurs ayant participé à ces événements et qui témoignent à visage caché. Mais que fait la police !

 

Pour les médias, ça fait de l'info, du sensationnel. La vente solidaire organisée chaque année conjointement par le PCF et le MODEF (Confédération syndicale agricole des exploitants familiaux) et qui permet de vendre à prix coûtant sur Paris et de nombreuses villes de banlieue pas moins de 50 tonnes de fruits et légumes en une journée et de soulever les problèmes de leur profession est moins spectaculaire pour les médias.

 

A la libération avait été mis en place un coefficient multiplicateur afin de protéger les paysans et les consommateurs des pratiques abusives des intermédiaires notamment en matière de marges. L’État fixait un taux légal à ne pas dépasser entre le prix d’achat au fournisseur et le prix de vente au consommateur, taux qui s’appliquait à la chaîne des différents intermédiaires prise dans son ensemble. C’est suite à la demande des représentants de la grande distribution que le coefficient multiplicateur instauré à la libération a été supprimé par le gouvernement Chirac issu des urnes en 1986. C’est le ministre de l’Agriculture de l’époque, François GUILLAUME, ex président de la FNSEA, qui a pris la décision de répondre positivement à la grande distribution.

 

Cette grande distribution, véritable monopole, tue non seulement les petits commerces mais tue également les producteurs.

 

 

Voir la déclaration du Front de Gauche de Morlaix

 

 

Partager cet article
Repost0
6 septembre 2014 6 06 /09 /septembre /2014 09:09

France Télévision va devoir se serrer la ceinture. La Loi de finances rectificative ampute les ressources du groupe public de 7 millions d'euros, les rentrées publicitaires accusent une baisse de 3,5% soit 5 millions d'euros, un nouveau plan de départs volontaires touchant 340 postes est mis en œuvre en 2014. « Dans un contexte difficile, avec une crise amplifiée d'une année sur l'autre, il nous faudra faire des choix » a prévenu le PDG de France Télévisions Rémy Pfimlin.

 

On a déjà un aperçu de certains choix. Les téléspectateurs du 20 heures de France 2 ont pu constater que le petit pape du 20 heures était installé dans un studio flambant neuf pour la présentation du journal. Comme le révèle le Canard enchaîné, Pujadas a exigé et obtenu un changement de décor. Le lifting a coûté la bagatelle d'environ 200 000 euros. France Télévisions s'est adressé à un constructeur basé au Portugal, Cenycet qui fabrique des décors d'émissions à bas coût en faisant turbiner des ouvriers au tarif portugais (560 euros par mois).

 

Dans un reportage du magazine « Envoyé spécial » de janvier 2013 intitulé « Les nouveaux forçats du BTP » France 2 montrait comment certaines boîtes font travailler en France des salariés d'autres pays européens pour une misère. Avec la nouvelle rubrique intitulée « l'oeil du 20 heures » nul doute que Pujadas, qui a eu besoin d'un nouveau décor pour son journal, présentera ces travailleurs low-coast qui contribuent au nivellement par le bas du droit social nen Europe, pour le plus grand bonheur des actionnaires.

 

Merci d'avance à Pujadas.

 

Partager cet article
Repost0
21 août 2014 4 21 /08 /août /2014 23:54

Aujourd'hui, près de 50 tonnes de fruits et légumes ont été vendues à prix coûtant en quelques heures à Paris et dans 34 villes franciliennes. C'était l'occasion de débattre de la crise agricole et des alternatives à mettre en place pour défendre le pouvoir d’achat des consommateurs et le revenu des producteurs.

 

Concurrence déloyale, dumping social, marges abusives de la grande distribution, les producteurs de fruits et de légumes français subissent de plein fouet une crise profonde à laquelle s’ajoute, particulièrement cette année, celle du pouvoir d’achat des ménages. D’un côté, les maraîchers écoulent leurs récoltes en dessous de leur coût de production, et de l’autre, les consommateurs voient les prix exploser. Entre les deux : les marges scandaleuses de la grande distribution.

 

Vous aurez pu entendre que cette vente était organisée par un syndicat paysan dont le sigle a parfois été cité, mais sans en donner la signification. Et stop.

 

Les présentateurs de journaux (peut-on les appeler journalistes?) ont pratiqué la censure. Car en effet, ces ventes solidaires sont organisées chaque année par le PCF avec l'appui du Modef (Confédération syndicale agricole des exploitants familiaux) , et cela depuis plus de 15 ans.

 

Cela doit leur écorcher la gueule à ces présentateurs que de prononcer le mot PCF. Ça été le cas sur France-Inter, France 2, France 3. Voilà comment le service public s'érige en censeur.

 

Voir article Humanité :

Pour que manger cinq fruits et légumes ne soit plus un luxe

 

Vente de fruits et légumes à prix coûtant en Ile de France : Quand le service public de l'information pratique la censure
Partager cet article
Repost0
20 août 2014 3 20 /08 /août /2014 23:09

Dans le cadre du chantier international de Rochard à Béceleuf (79), un bal traditionnel se tiendra au pied du pigeonnier de Pouzay le vendredi 22 aout 2014 à partir de 20h30. Entrée à prix libre, buvette sur place.

Bal en plein air au Pigeonnier de Pouzay le vendredi 22 août 2014
Partager cet article
Repost0
19 août 2014 2 19 /08 /août /2014 21:27

Fin juillet, OverBlog prévenait par mail ses blogueurs qu'il allait y avoir une évolution importante. En effet, cette plateforme gratuite dans sa version basique impose à présent des espaces publicitaires. C'est ce que vous avez vu apparaître courant août sur mon blog. Je n'ai pas choisi de vanter telle marque de parfums ou de vêtements, ni de vous alerter sur les performances de votre PC.

 

Si pour Overblog c'est une évolution, pour ma part, j'appelle ça une régression. Je ne supporte pas d'imposer à mes lecteurs des encarts publicitaires qui viennent polluer le contenu de mon blog. Je vais donc être amené à changer d'hébergeur. Dès que ce sera le cas (pas avant début septembre), je communiquerai sur ce blog le nouveau lien de connexion. Désolé pour ce contre-temps.

 

 

 

La plateforme Overblog impose la pub, non merci.
Partager cet article
Repost0
5 juillet 2014 6 05 /07 /juillet /2014 17:39

C'est dans le quotidien local « La Nouvelle République du Centre-Ouest » que je lisais récemment les propos du président de la Fédération Française du Bâtiment des Deux-Sèvres. Suite à l’assemblée générale il rappelait les difficultés du secteur. « La période que nous traversons s'avère parmi les plus difficiles que nos entreprises aient eu à affronter » Il en veut pour preuve une enquête réalisée auprès des chefs d'entreprise : 64 % se disent pessimistes pour l'avenir du secteur du Bâtiment Travaux Publics, 58 % ne voient pas leurs devis se transformer en commandes, 79 % n'envisagent pas de recrutement d'ici la fin de l'année. « Nous avons un besoin urgent de stabilité », plaide le président qui, concrètement, aspire à « une pause réglementaire, sociale et fiscale »

 

Trois jours plus tôt, dans le même quotidien, la Fédération des Travaux Publics de la région Poitou-Charentes s'inquiète de la politique de rigueur menée par le gouvernement. « La profession des TP veut sauver des centaines d'emplois et défendre les entreprises en plein désarroi », souligne la fédération. Elle rappelle qu'elle a la particularité de dépendre à plus de 70 % de la commande publique. « Or, les orientations prises en termes de rigueur budgétaire ont d'ores et déjà un impact sur l'état d'esprit des collectivités locales et sur leurs décisions d'investissements », insiste le président de la fédération régionale. Il estime qu'en Poitou-Charentes, ce sont plusieurs centaines d'emplois qui pourraient disparaître sur les 8.000 que compte le secteur, si la situation n'évolue pas favorablement. Les professionnels des travaux publics demandent à l'État et aux collectivités locales de « ne plus négliger l'entretien et les investissements ».

 

Ce sont ces même chefs d’entreprise qui hurlent au loup contre l’impôt qui demandent à la collectivité de passer des commandes payées par l’impôt…

Partager cet article
Repost0
30 juin 2014 1 30 /06 /juin /2014 15:39

On savait le commerce adepte des prix juste au-dessous des seuils psychologiques. Et depuis la mise en circulation de l'euro, c'est au centime près que ça se joue. Combien de prix se terminent à 99 centimes ! Les experts en tarifications doivent redoubler de vigilance …

 

Le fait qui m'interpelle est lié justement à une histoire de centime d'euro. Je n'en ai pas été le témoin direct mais c'est une personne très proche qui me l'a rapporté. Lors de son passage à la caisse, un jeune la précédait. Ce dernier venait d'acheter une canette d'une boisson énergisante. Il a sorti toute sa monnaie pour régler et manifestement il en manquait. Il avait beau faire ses poches, plus rien. L'hôtesse de caisse (débutante ?) sonne alors la caisse centrale pour procéder à l'annulation de la vente. La personne de ma connaissance est intervenue et a proposé au jeune homme de donner ce qui manquait pour faire son achat. Et il manquait … 1 centime ! Il a ainsi pu se désaltérer.

 

Serait-ce la crise pour la grande distribution ? C'est plutôt que pour leurs profits, chaque centime doit compter !

 

Partager cet article
Repost0
12 mai 2014 1 12 /05 /mai /2014 15:47

« Les hausses de salaire ne doivent pas s'éloigner de 1% », c'est la modération salariale prônée par le patron des patrons. L'entreprise France ne va pas bien, il faut faire des efforts dit-il. Il avait déjà prôné un sous-smic. Mais cette modération ne le concerne pas puisque son salaire est en hausse de 29%.

 

Aux reproches qui lui sont faits sur cette revalorisation, il répond dans l'interview donné au JDD « On peut faire dire n'importe quoi aux chiffres. Mon salaire fixe a été augmenté de 3 % … C'est ma rémunération variable qui a augmenté. »

 

Peut-être, mais au final, c'est quand même lui qui encaisse. Et puis ces 3% ont fait passer son fixe de 309 120 euros en 2012 à 318 230 euros l'an passé (426 092 euros brut avec la part variable). Rien que cette augmentation représente plusieurs SMIC.

 

Et quand la question lui est posée de savoir s'il faut fixer un plafond pour les hauts revenus du privé, pour lui ça n'a pas de sens. « Laissons, le mécanisme du say on pay [qui permet aux actionnaires de donner leur avis] se mettre en place. Mais fixer un plafond pour tous n'aurait aucun sens. »

 

Vraiment aucun sens quand la rémunération de Denis Kessler, ancienne éminence grise du Medef et patron du réassureur Scor est en hausse de 10% à plus de 5 millions d'euros, quand celle du PDG de Carrefour croît de quasiment 40% à 3,73 millions d'euros, quand celle du président exécutif d'Airbus est en augmentation de 37% pour 2,87 millions d'euros de revenus, ou quand le directeur général du Crédit Agricole, Jean-Paul Chifflet, perçoit une augmentation de 45% pour arriver à 1,97 millions d'euros de revenus en 2013 ? Et la palme revient au président du directoire de Vivendi qui a gagné plus de 1,72 millions d'euros en 2013, soit une progression de plus de 190%.

 

C'est pas la crise pour tout le monde M Gattaz !

Partager cet article
Repost0