Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Réagir - Blog militant de joseph coutant
  • : Réagir : S'opposer activement à l'action de qqch, résister. La devise issue de la révolution française "Liberté, Egalité, Fraternité" étant de plus en plus mise à mal, ce blog est un moyen pour moi de faire partager mes réactions sur l'actualité politique, sociale, etc.
  • Contact

Rechercher

Tags

2 novembre 2015 1 02 /11 /novembre /2015 08:45

Les deux pilotes français qui étaient placés sous contrôle judiciaire, et qui devaient être jugés en appel en République dominicaine pour un trafic de drogue présumé, ont fuit pour regagner le territoire français. Le procureur général de la République dominicaine a annoncé l'émission d'un mandat d'arrêt international à l'encontre des deux pilotes.

 

Stéphane Le Foll; le porte-parole du gouvernement français,  a tenu à préciser que le gouvernement n'avait rien à voir dans cette rocambolesque exfiltration. Et quant à l'émission d'un mandat d'arrêt international de la République dominicaine, Stéphane Le Foll a été catégorique : " La France appliquera les règles de droit, nous n'extradons pas des citoyens français lorsqu'ils sont sur notre sol ".

 

Il est regrettable que ce même gouvernement n'ait pas tenu le même langage il y a tout juste trois ans lorsqu'il a extradé vers l'Espagne la citoyenne française Aurore Martin, militante du parti basque indépendantiste Batasuna. Voir mon billet du 3 novembre 2012.

 

Les paroles et les actes sont parfois à géométrie variable.

 

Partager cet article
Repost0
10 octobre 2015 6 10 /10 /octobre /2015 14:14

Mehdi Meklat et Badroudine Saïd Abdallah, auteurs et journalistes, se promenaient sur les Champs-Elysées lorsque six policiers ont procédé à un contrôle d'identité, comme ça. Ils racontent.

Ça arrive tous les jours, ce genre de choses. Mais aujourd’hui, ça nous est arrivé à nous. Ce n’est pourtant pas la première fois et on arrive jamais à s’habituer à ça.

Six policiers errent sur les Champs Elysées à 18H49. On sort tous les deux du cinéma. Le film s’appelait « Lamb ». Un film éthiopien, plongée enivrante dans les paysages verts, les familles disloquées et un petit garçon qui court avec son mouton au bout d’une corde.

Dehors, le temps est moisi. Les Champs Elysées dégoulinent d’eau. On a chacun un sac : un sac H&M et un sac en bandoulière bleu. L’un est au téléphone, l’autre au bout de ses tweets. Six policiers nous encerclent d’un coup. Ils portent des gilets pare-balles, des casquettes, des armes et des matraques. L’un demande de raccrocher le téléphone. On demande ce qui se passe.

Pourquoi nous ? Pourquoi maintenant ? « Parce que vous portez une casquette », rigole l’un des malins. Un autre reprend : « Vous savez, vous auriez pu être des voyous qu’on recherche ». « On a pourtant rien fait », on répond.

Et puis, on demande « une réquisition qui justifie ce contrôle ». Ils n’en ont pas. « On va aller au commissariat et je vais vous la faire lire », répond un des six policiers. On est d’accord. On veut bien aller au commissariat pour lire la réquisition.

Rapidement, ils se rétractent. Ils passent à autre chose. Ils fouillent nos sacs. Dans l’un d’eux, il y a six exemplaires du roman qu’on a écrit et qu’on a donné un peu plus tôt dans la journée. « Ça, c’est notre livre ». Ils répondent pas. Allument nos téléphones. Ouvrent nos porte-feuilles. On insiste. On réclame une raison. « Tu parles trop ». On leur dit que ce contrôle est injustifié. L’un de nous deux est plaqué contre la vitrine Tiffany’s. Les passants regardent.

« Ça s’appelle un contrôle au faciès, messieurs », on dit. Et un des policiers, yeux dans les yeux, répond : « Ce n’est quand même pas de notre faute si vous faites plus de conneries que les nôtres ».

Donc il y a eux et nous ? Et par cette phrase, de qui parle-t-il vraiment ? Qui sont « les nôtres » ? Et qui sont « les siens » ? On réagit, on lui demande « qui sont les vôtres ? ». Il répond juste : « C’est parce que vous êtes arabe et noir qu’on a pas le droit de vous arrêter ? ».

Ils nous séparent l’un de l’autre. L’un commence à dire que « les méthodes sont honteuses ». Il est coupé par un « Ta gueule ».

Et puis un deuxième policier reprend, en tendant sa joue : « Tape-moi, vas-y si t’es un homme ». Réponse calme : « Je n’ai jamais tapé personne, c’est pas vous que je vais taper maintenant ». Il rigole : « Ça se voit que t’as jamais tapé personne, toi ».

Il prend le poignet et serre très fort : « Essaye de fuir le contrôle maintenant, vas-y ». Il veut que ça dérape. « On s’est pas trompés, les gars » clame l’un des six policiers. Ils rigolent ensemble.

Évidemment, ils ne trouvent rien. Ils piaffent dans nos dos quand ils nous relâchent. On leur promet qu’il y aura une suite.

 

Mehdi MEKLAT et Badroudine SAID ABDALLAH

 

Qu'en disent Valls ou son Ministre de l'Intérieur ?

Partager cet article
Repost0
4 octobre 2015 7 04 /10 /octobre /2015 16:47

Qualité empêchée, souffrance au travail, perte de sens pour les salariés...

Retards, annulations de trains, accidents pour les usagers...

Tous les travers de la privatisation du rail anglais, que le réalisateur britannique Ken Loach dénonçait en 2001 dans son film The Navigators, deviennent une réalité quotidienne en France.

Il y a un an, la réforme ferroviaire votée à l’Assemblée Nationale (4 août 2014) avait été l’occasion d’une vaste campagne de manipulation de l’opinion publique orchestrée par le gouvernement de Manuel Valls, la direction de la SNCF et les médias réunis main dans la main.

Face à ce qu’on peut bien appeler une opération de propagande, les milliers de grévistes et les syndicats opposés à cette réforme ont eu bien du mal à exposer et à faire connaître leurs arguments.

Mais force est de constater que l’emploi du mot propagande ne va pas de soi pour un grand nombre de citoyens, voire de cheminots soumis régulièrement à une communication dont les moyens sont considérables. La petite musique libérale et dérégulatrice conditionne à force d’être martelée.

C’est dans ce contexte que le cabinet Emergences et le comité d’établissement régional SNCF Nord-pas-de-Calais m’ont proposé de réaliser un film qui renverse ces logiques de communication. Car les représentants syndicaux et les salariés savent de quoi ils parlent, mais ont du mal à exposer une autre parole dans un espace public cadenassé.

De cette rencontre est né le documentaire Vérités et mensonges à la SNCF qui redonne justement la parole à ceux qui se battent pour le maintien d’un réel service public ferroviaire.

 

Gilles Balbastre, journaliste et réalisateur

Le film accablant sur le déclin organisé de la SNCF

Partager cet article
Repost0
24 septembre 2015 4 24 /09 /septembre /2015 22:50

Une quinquagénaire de Lunéville, bien que diagnostiquée kleptomane, a été condamnée à 4 mois de prison ferme pour le vol d'un soutien-gorge dans un supermarché. La kleptomanie est une maladie avant d'être un délit. Le procureur réclamait 2 mois ferme avec mandat de dépôt et le jugement rendu est de 4 mois sans mandat de dépôt; la prévenue a rendez-vous avec un juge pour un aménagement de la peine.

 

Le tribunal correctionnel de Paris a condamné Yamina Benguigui, mercredi 23 septembre, pour une série de mensonges ou d’omissions dans ses déclarations de patrimoine et d’intérêts. Yamina Benguigui était accusée d’avoir dissimulé, alors qu'elle était ministre, des parts qu’elle possédait dans une société belge, achetées certes un euro mais très bien valorisées par la suite. Pour les juges, « l’intention frauduleuse » est démontrée. Ils ont pourtant choisi de dispenser de peine l’actuelle conseillère de Paris pour « tenir compte de l’absence de toute condamnation figurant au bulletin N°1 du casier judiciaire », « du dépôt (d’une) déclaration (de patrimoine) rectificative, même tardivement », et « de son parcours professionnel et politique ».

 

Dans l’enquête sur l’arbitrage controversé à plus de 400 millions d’euros (l'argent du contribuable) dont a bénéficié Bernard Tapie en 2008 au titre de préjudice moral dans l'affaire du Crédit Lyonnais, Jean-Claude Marin, procureur général de la Cour de cassation près de la Cour de justice de la République, a requis un non-lieu pour Christine Lagarde. L'ancienne ministre de l'Economie et des Finances avait été mise en examen le 26 août 2014 pour "négligence", les magistrats lui reprochant de ne pas s'être opposée à l'arbitrage et de ne pas avoir formé de recours contre la sentence du 7 juillet 2008 "en négligeant" certains aspects du contentieux.

 

Dans l'affaire des pénalités imposées à Nicolas Sarkozy, mais payées par l'UMP, pour le dépassement de son plafond de dépenses de campagne en 2012, un non-lieu général a été prononcé mardi 8 septembre.

 

Et ce ne sont que quelques exemples récents.

 

On peut constater que la condamnation de la voleuse de soutien-gorge se mesure bien à l'aune de cette morale de La Fontaine : « Selon que vous serez puissant ou misérable, les jugements de cour vous rendront blanc ou noir »

 

Partager cet article
Repost0
30 août 2015 7 30 /08 /août /2015 16:57

Bien sûr, le 1er septembre, c'est le retour des élèves dans les écoles, les collèges, les lycées.

 

Me concernant, ce sera la reprise des publications qui ont été rares durant la période estivale comme je l'avais annoncé. Certains ont déjà repris le travail, pour d'autres c'est imminent. 

 

Bon courage à tous, et à mardi sur le blog Réagir

Partager cet article
Repost0
23 juin 2015 2 23 /06 /juin /2015 22:44

Bientôt, les journalistes et leurs sources pourraient être attaqués en justice par les entreprises s’ils révèlent ce que ces mêmes entreprises veulent garder secret. A moins que nous ne réagissions pour défendre le travail d’enquête des journalistes et, par ricochet, l’information éclairée du citoyen. 

Sous couvert de lutte contre l’espionnage industriel, le législateur européen prépare une nouvelle arme de dissuasion massive contre le journalisme, le "secret des affaires", dont la définition autorise ni plus ni moins une censure inédite en Europe.

Avec la directive qui sera bientôt discutée au Parlement, toute entreprise pourra arbitrairement décider si une information ayant pour elle une valeur économique pourra ou non être divulguée. Autrement dit, avec la directive "Secret des Affaires", vous n’auriez jamais entendu parler du scandale financier de Luxleaks, des pesticides de Monsanto, du scandale du vaccin Gardasil... Et j’en passe.

Notre métier consistant à révéler des informations d’intérêt public, il nous sera désormais impossible de vous informer sur des pans entiers de la vie économique, sociale et politique de nos pays. Les reportages de "Cash Investigation", mais aussi d’autres émissions d’enquête, ne pourraient certainement plus être diffusés.

Avec ce texte, un juge saisi par l’entreprise sera appelé à devenir le rédacteur en chef de la Nation qui décide de l’intérêt ou non d’une information. Au prétexte de protéger les intérêts économiques des entreprises, c’est une véritable légitimation de l’opacité qui s’organise.

Si une source ou un journaliste "viole" ce "secret des affaires", des sommes colossales pourraient lui être réclamées, pouvant atteindre des millions voire des milliards d’euros, puisqu’il faudra que les "dommages-intérêts correspond(ent) au préjudice que celui-ci a réellement subi". On pourrait même assister à des peines de prison dans certains pays.

Face à une telle menace financière et judiciaire, qui acceptera de prendre de tels risques ? Quel employé - comme Antoine Deltour à  l’origine des révélations sur le  le scandale Luxleaks - osera dénoncer les malversations d’une entreprise? Les sources seront les premières victimes d’un tel système, mais  pas un mot ne figure dans le texte pour assurer leur protection.

Les défenseurs du texte nous affirment vouloir défendre les intérêts économiques des entreprises européennes, principalement des "PME". Étonnamment, parmi  celles qui ont été en contact très tôt avec la Commission, on ne relève pas beaucoup de petites PME, mais plutôt des multinationales rôdées au lobbying : Air Liquide, Alstom, DuPont, General Electric, Intel, Michelin, Nestlé et Safran, entre autres.

Ces entreprises vont utiliser ce nouveau moyen offert sur un plateau pour faire pression et nous empêcher de sortir des affaires …

Vu l’actualité Luxleaks, nous ne tolérons pas que nos élus se prononcent sur un texte aussi grave pour la liberté d'expression sans la moindre concertation avec les représentants de la presse, les lanceurs d'alertes et les ONG.  Seuls les lobbies industriels ont été consultés.

Nous, journalistes, refusons de nous contenter de recopier des communiqués de presse pour que vous, citoyens, restiez informés. Et comme disait George Orwell : "Le journalisme consiste à publier ce que d’autres ne voudraient pas voir publié : tout le reste n’est que relations publiques".

C’est pourquoi je demande, avec l’ensemble des signataires ci-dessous, la suppression de cette directive liberticide.

 

Elise LUCET

 

Signez cette pétition

Partager cet article
Repost0
31 mai 2015 7 31 /05 /mai /2015 06:00

L’organisation de la Coupe du monde 2022 au Qatar a révélé au grand public le véritable « visage » du pays. En plus des accusations de corruption en vue d’avoir l’organisation de la compétition, un autre problème grave concerne les conditions de travail sur les chantiers des futurs stades prévus pour l’événement. Les travailleurs sont pour la plupart des immigrés d’origine asiatique. Ils viennent notamment de pays comme l’Inde, le Pakistan, le 
Bangladesh, le Népal ou les Philippines, et sont sous le joug d’employeurs 
tyranniques.

 

Mais pire encore, après les deux séismes qu'a subi le Népal, les autorités du Qatar ont interdit aux ouvriers népalais de quitter le Qatar, même pour assister aux enterrements dans leur pays. 400 000 ouvriers népalais sont présents sur le sol qatari. Le gouvernement népalais a demandé aux entreprises du Golfe d’accorder un congé exceptionnel à ces ouvriers népalais pour l’enterrement des victimes, mais cette demande a essuyé un refus catégorique selon le ministre népalais du Travail, Tek Bahadur Gurung : Ils ont perdu des proches, leurs maisons et sont en train de subir des conditions très difficiles au Qatar. Cela ajoute à leur souffrance.

 

Le gouvernement de Katmandu a essayé de contacter la Fifa afin d’être plus ferme avec le Qatar. Malheureusement, cette tentative a échoué. Quoi d'étonnant lorsqu'on sait la corruption qui touche la FIFA. Alors, pensez donc ce que représente le poids du Népal, pays pauvre, face aux pétrodollars de cette monarchie qatarienne.

 

Une véritable honte, mais le brave monde du football s'en moque. Comme la France qui refuse de livrer les mistral à la Russie mais n'a pas de scrupule à vendre des Rafales au Qatar, sans doute une belle démocratie pour Hollande.

Partager cet article
Repost0
26 avril 2015 7 26 /04 /avril /2015 11:29
Quelques jours de repos
Partager cet article
Repost0
11 avril 2015 6 11 /04 /avril /2015 08:14

Les quelques tweets de différentes sources regroupés ci-dessous, résument l'actualité de la dernière période pendant laquelle mon blog était en pause. Mais dès lundi je retrouve mes lecteurs habituels ... et les autres.

Blog "Réagir", dès lundi ça redémarre
Partager cet article
Repost0
25 mars 2015 3 25 /03 /mars /2015 15:53

Bien sûr, les causes premières de cette montée du FN sont principalement liées aux difficultés économiques, à la paupérisation d’une grande partie du salariat, à l’absence d’espoir de changements suite aux renoncements du gouvernement, tout cela contribuant au rejet de la classe politique qui dirige en alternance le pays et favorisant ainsi les idées d'extrême droite.

 

Mais force est de constater que le FN bénéficie d’une couverture médiatique impressionnante. Le Lab d’Europe 1, qui a recensé chaque mois les interviews matinales télé et radio des politiques depuis septembre 2013, révèle que Marine Le Pen et Florian Philippot sont les deux personnalités les plus présentes sur les antennes. Et comme la politique à ces occasions est traitée en stigmati­sant les immigrés, les chômeurs, les assistés, les fonction­naires nantis bien entendu ou les musulmans, il ne faut pas être étonné que cela contribue à banaliser les idées du FN.

 

Concernant Florian Philippot, vice-président du FN, en comptant les réactions en direct, invitations et débats, les décodeurs du Monde.fr ont recendé 69 passages en 72 jours.

 

La pluralité des opinions s'exprime t-elle dans les médias ? Hélas, trois fois hélas !!! C'est bien là le problème.

 

Le PCF qui porte une parole opposée à celle du FN n'a pas été invité dans l'émission Tous Politiques de France Inter depuis 127 semaines, ni dans la matinale de Patrick Cohen de la même station depuis 8 mois et 2 semaines, ni au micro de J M Apathie sur RTL depuis 27 mois, ni dans l'émission hebdo de LCP Parlons-en depuis sa création soit 5 ans, et la liste est longue.

 

Voilà le pluralisme ! Les médias ont donc bien une part de responsabilité.

Source Les décodeurs Le Monde.fr

Source Les décodeurs Le Monde.fr

Partager cet article
Repost0