Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Réagir - Blog militant de joseph coutant
  • : Réagir : S'opposer activement à l'action de qqch, résister. La devise issue de la révolution française "Liberté, Egalité, Fraternité" étant de plus en plus mise à mal, ce blog est un moyen pour moi de faire partager mes réactions sur l'actualité politique, sociale, etc.
  • Contact

Rechercher

Tags

18 août 2012 6 18 /08 /août /2012 14:19

Prendre un peu congé d'internet, c'est ce qui m'arrive au mois d'août, même si j'envisageais de publier 2 à 3 articles par semaine. Mais se consacrer aux petits-enfants, aux amis de passage, c'est prenant, et c'est bien normal de leur accorder ma priorité. Encore une semaine et je reviendrai de manière assidue sur mon blog. 

 

Que mes fidèles lecteurs veuillent bien m'excuser de cette absence momentanée. J'espère que je vous retrouverai aussi fidèles dès la fin août.

 

Et pour vous faire patienter, voici une photo prise par un ami breton (merci Henri) avec qui on effectuait une balade en barque dans le marais poitevin le 11 août. Vous avez reconnu cet oiseau ? Pour ceux qui s'interrogent, je délivre la réponse dès mon retour.

 

A très bientôt.

 

 

repertoire-5-3820-2.jpg

 

 


Partager cet article
Repost0
5 juillet 2012 4 05 /07 /juillet /2012 07:07

 

Il y a quelques mois, la mairie de La Crau (Var) faisait la Une de l’actualité pour avoir mis en place un système de « vigilance citoyenne » avec délateurs anonymes, faisant remonter de façon discrète des informations pouvant intéresser la mairie.

 

On apprend aujourd’hui que la principale du collège était un de ces délateurs. Elle transmettait copie des sanctions disciplinaires à la mairie et à la gendarmerie ! Les exclusions temporaires étaient concernées ainsi que les avertissements liés parfois à des faits anodins comme un vol de trousse ou une rixe entre élèves… Cette « brillante idée » est, en fait, une initiative du « conseil local de sécurité et de prévention de la délinquance », dirigée par la femme du sous-préfet, ex-collaborateur de Nicolas Sarkozy.

 

Bien entendu, la municipalité UMP assume complètement. L’adjointe en charge de ce secteur n’y voit pas trace de délation mais déclare benoîtement qu’il s’agit de « prévenir et désamorcer des situations à risque ».

 

L’inspection académique qui n'était pas au courant a demandé à la principale du collège de cesser immédiatement ces pratiques.

 

Des sanctions seront-elles prises à l'encontre de cette principale zélée ? Guéant ou Hortefeux se feront des ardents défenseurs.

 

 

Partager cet article
Repost0
21 juin 2012 4 21 /06 /juin /2012 23:04

 

Après un premier semestre chargé en activités, être militant ce n'est pas de tout repos, les vacances vont faire que la publication sur mon blog sera un peu ralentie, mais pas à l'arrêt, car comme on l'a dit et répété durant ces campagnes, on ne lâche rien !

 

 

 

blogralenti.jpg

 

 

Partager cet article
Repost0
30 avril 2012 1 30 /04 /avril /2012 15:06

Le « vrai » travail ? celui des 650 accidents mortels, des 4500 mutilés du travail ? Celui des droits violés et des heures supp' impayées ?

Le « vrai travail » ?
Celui des maladies professionnelles, amiante, TMS, surdité, cancers, qui augmentent, sont sous-déclarées, sous réparées.

Le
« vrai » travail ? 150 000 accidents cardiaques et 100 000 accidents vasculaires par an dont entre 1/3 et 50 % liés au travail...

Le
« vrai » travail ? Ce jeune ascensoriste de 26 ans écrasé par l'engin qu'il réparait, à cause de la compétition sauvage entre OTIS et KONE

Le
« vrai » travail ? Et les milliers d’ouvriers désamianteurs qu'il laisse en ce moment mourir sans protection par refus d'un moratoire ?

Le
« vrai » travail ? Celui des mini-jobs, des stages, des emplois saisonniers atypiques, des 3 X 8, des 4 X 8, des intérims et CDD répétés ?

Le
« vrai » travail ? Celui des millions de travailleurs pauvres qui n'arrivent pas à vivre avec leurs salaires ?

Le
« vrai » travail ? Celui du milliard d'heures supplémentaires non déclarées, non majorées, non payées attribuées à ceux qui ont un boulot au détriment de ceux qui n'en ont pas ?

Le « vrai » travail ? Celui des femmes qui gagnent 27 % de moins que les hommes ?

Le « vrai » travail ? Celui des jeunes à 25 % au chômage et à 80 % en CDD ?

Le « vrai » travail ? Celui des immigrés, forcés à bosser sans droits et sans papiers par des esclavagistes et marchands de sommeil franchouillards ?

Le « vrai » travail ? Celui des seniors licenciés, 2 sur 3 a partir de 55 ans et qui ne peuvent cotiser que 35 annuités alors que 42 sont exigés dorénavant pour une retraite décente ?

Le
« vrai » travail" ? Celui des restaurateurs dont 1 sur 4 utilisent des clandestins, non déclarés dans le fond de leur cuisine ?

Le
« vrai » travail ? Celui des exploitants agricoles qui tuent des inspecteurs du travail pour pouvoir abuser d'immigrés clandestins ?

Le
« vrai » travail ? Celui des beaufs de la CG-PME, des cadres casques oranges de chez Bouygues, des marchands de manœuvre appelés «viande» ?

Le
« vrai » travail ? "La vie, la santé, l'amour sont précaires pourquoi le travail ne le serait-il pas?" (Parisot/Sarkozy)

Le
« vrai » travail contre le droit du travail ? Le pauvre exploité qui sue et se tait, la dinde qui vote pour Noël !

Le
« vrai » travail "sans statut" ? "La liberté de penser s'arrête là où commence le Code du travail" selon Mme Parisot et... M Sarkozy
`
Le
« vrai » travail sans syndicat ? Sans syndicat pas de Smic, pas de durée légale, pas de congés payés, pas de sécurité sociale, pas de droit

Le
« vrai » travail ? Celui qui ne fait jamais grève, qu'on ne voit jamais manifester, qui n'est pas syndiqué, qui piétine son collègue ?

Le « vrai » travail ? Celui sans délégué du personnel, sans comité d’entreprise, sans CHSCT, sans institution représentative du personnel ?

Le
« vrai » travail ? à France Télécoms, des dizaines de suicides, faute inexcusable du patron de combat qui licencie, stresse, vole, tue

Le
« vrai » travail ? Parlons en ! Stress, risques psychosociaux, harcèlement, suicides, chantage à l'emploi, heures supp' impayées ?

Le
« vrai » travail ? Les travaux les plus durs sont les plus mal payés, bâtiment, restauration, nettoyage, transports, entretien, industries

Le
« vrai » travail ? Qu'est ce qu'il y connaît ? Dans le bâtiment, 1,1 million bossent surexploités, maltraités, mal payés, accidentés, meurent sans retraite

Le « vrai » travail ? Celui des 900 000 foutus dehors par « rupture conventionnelle » de gré à gré sans motif et sans mesure sociale ?

Le « vrai » travail ? Celui des auto-entrepreneurs, un million en théorie, la moitié en réalité, qui se font exploiter comme faux salariés, à bas prix et sans protection sociale ?

Le
« vrai » travail ? celui qui bosse dur pour survivre misérablement ou celui qui exploite dur les autres pour vivre dans des palais dorés ?

Le
« vrai » travail ? celui des actionnaires, des rentiers, des riches, des banksters du Fouquet's qui gagnent 600 SMIC par an en dormant ?

Le « vrai » travail, celui de Maurice Levy patron qui se ramasse 16 millions d’euros d’argent de stocks option de poche pillés sur les richesses produites par les salariés.

Le « vrai » travail ? celui de Molex, de Sea France, de Gandrange et Florange, de Continental, de Lejaby, de Pétroplus, des Fonderies du Poitou, de toutes celles et ceux qui ont dû se battre pour le garder ?

Le
« vrai » travail ? Qu'est ce qu'il y connaît ce cul doré de Sarkozy ? N'a jamais passé la serpillière dans une cantine ni poussé un chariot.

 

Texte de Gérard Filoche (Inspecteur du Travail).

 

Partager cet article
Repost0
24 avril 2012 2 24 /04 /avril /2012 23:13

Jean,

 

J'aimerais te laisser tranquille, au repos dans cette terre choisie. J'aurais aimé que ta voix chaude ne serve maintenant qu'à faire éclore les jeunes pousses plus tôt au printemps, la preuve, j'étais à Entraigues il n'y a pas si longtemps et je n'ai pas souhaité faire le pèlerinage. Le repos c'est sacré ! 

 

Pardon te t'emmerder, mais l'heure est grave, Jean. Je ne sais pas si là où tu es tu ne reçois que le Figaro comme dans les hôtels qui ne connaissent pas le débat d'idées , je ne sais pas si tu vois tout, de là haut, ou si tu n'as que les titres d'une presse vendue aux argentiers proche du pouvoir pour te tenir au parfum, mais l'heure est grave!

 

Jean, écoute-moi, écoute-nous, écoute cette France que tu as si bien chantée, écoute-la craquer, écoute la gémir, cette France qui travaille dur et rentre crevée le soir, celle qui paye et répare sans cesse les erreurs des puissants par son sang et ses petites économies, celle qui meurt au travail, qui s'abîme les poumons, celle qui se blesse, qui subit les méthodes de management, celle qui s'immole devant ses collègues de bureau, celle qui se shoote aux psychotropes, celle à qui on demande sans cesse de faire des efforts alors que ses nerfs sont déjà élimés comme une maigre ficelle, celle qui se fait virer à coups de charters, celle que l'on traque comme d'autres en d'autres temps que tu as chantés, celle qu'on fait circuler à coups de circulaires, celle de ces étudiants affamés ou prostitués, celle de ceux-là qui savent déjà que le meilleur n'est pas pour eux, celle à qui on demande plusieurs fois par jour ses papiers, celle de ces vieux pauvres alors que leurs corps témoignent encore du labeur, celles de ces réfugiés dans leurs propre pays qui vivent dehors et à qui l'on demande par grand froid de ne pas sortir de chez eux, de cette France qui a mal aux dents, qui se réinvente le scorbut et la rougeole, cette France de bigleux trop pauvres pour changer de lunettes, cette France qui pleure quand le ticket de métro augmente, celle qui par manque de superflu arrête l'essentiel...

 

Jean, rechante quelque chose je t'en prie, toi, qui en voulais à D'Ormesson de déclarer, déjà dans le Figaro, qu'un air de liberté flottait sur Saigon, entends-tu dans cette campagne mugir ce sinistre Guéant qui ose déclarer que toutes les civilisations ne se valent pas? Qui pourrait le chanter maintenant ? Pas le rock français qui s'est vendu à la Première dame de France.Ecris nous quelque chose à la gloire de Serge Letchimy qui a osé dire devant le peuple français à quelle famille de pensée appartenait Guéant et tout ceux qui le soutiennent !

 

Jean, l'huma ne se vend plus aux bouches des métro, c'est Bolloré qui a remporté le marché avec ses gratuits. Maintenant, pour avoir l'info juste, on fait comme les poilus de 14/18 qui ne croyaient plus la propagande, il faut remonter aux sources soi-même, il nous faut fouiller dans les blogs... Tu l'aurais chanté même chez Drucker cette presse insipide, ces journalistes fantoches qui se font mandater par l'Elysée pour avoir l'honneur de poser des questions préparées au Président, tu leurs aurais trouvé des rimes sévères et grivoises avec vendu...

 

Jean, l'argent est sale, toujours, tu le sais, il est taché entre autre du sang de ces ingénieurs français. Lajustice avance péniblement grâce au courage de quelques uns, et l'on ose donner des leçons de civilisation au monde...

 

Jean, l'Allemagne n'est plus qu'à un euro de l'heure du STO, et le chômeur est visé, insulté, soupçonné. La Hongrie retourne en arrière ses voiles noires gonflées par l'haleine fétide des renvois populistes de cette droite "décomplexée".

 

Jean, les montagnes saignent, son or blanc dégouline en torrents de boue, l'homme meurt de sa fiente carbonée et irradiée, le poulet n'est plus aux hormones mais aux antibiotiques et nourri au maïs transgénique. Et les écologistes nen finissent tellement pas de ne pas savoir faire de la politique. Le paysan est mort et ce nest pas les numéros de cirque du Salon de lAgriculture qui vont nous prouver le contraire.

 

Les cowboys aussi faisaient tourner les derniers indiens dans les cirques. Le paysan est un employé de maison chargé de refaire les jardins de l'industrie agroalimentaire. On lui dit de couper il coupe, on lui dit de tuer son cheptel il le tue, on lui dit de s'endetter il s'endette, on lui dit de pulvériser il pulvérise, on lui dit de voter à droite il vote à droite... Finies les jacqueries!

 

Jean, la Commune n'en finit pas de se faire massacrer chaque jour qui passe. Quand chanterons-nous "le Temps des Cerises" ? Elle voulait le peuple instruit, ici et maintenant on le veut soumis, corvéable, vilipendé quand il perd son emploi, bafoué quand il veut prendre sa retraite, carencé quand il tombe malade... Ici on massacre l'Ecole laïque, on lui préfère le curé, on cherche l'excellence comme on chercherait des pépites de hasards, on traque la délinquance dès la petite enfance mais on se moque du savoir et de la culture partagés...

 

Jean, je te quitte, pardon de t'avoir dérangé, mais mon pays se perd et comme toi j'aime cette France, je l'aime ruisselante de rage et de fatigue, j'aime sa voix rauque de trop de luttes, je l'aime intransigeante, exigeante, je l'aime quand elle prend la rue ou les armes, quand elle se rend compte de son exploitation, quand elle sent la vérité comme on sent la sueur, quand elle passe les Pyrénées pour soutenir son frère ibérique, quand elle donne d'elle même pour le plus pauvre qu'elle, quand elle s'appelle en 54 par temps d'hiver, ou en 40 à l'approche de l'été. Je l'aime quand elle devient universelle, quand elle bouge avant tout le monde sans savoir si les autres suivront, quand elle ne se compare qu'à elle même et puise sa morale et ses valeurs dans le sacrifice de ses morts...

 

Jean, je voudrais tellement t'annoncer de bonnes nouvelles au mois de mai...

 

Je t'embrasse.


Philippe Torreton


Partager cet article
Repost0
19 avril 2012 4 19 /04 /avril /2012 18:27

 

 

 

Magnifique chanson de Dominique Grange, chanteuse militante et compagne du dessinateur Jacques Tardi (Le cri du Peuple en collaboration avec Jean Vautrin)

Partager cet article
Repost0
9 mars 2012 5 09 /03 /mars /2012 23:48

En programmant un enregistrement sur France 5, je me suis trouvé à voir un passage de l’émission C à vous. J’étais assis, cela m’a évité de tomber à la renverse en entendant Carla Bruni-Sarkozy déclarer à propos de son couple : « Nous sommes des gens modestes ».

 

Modeste ? A en lire la définition du Larousse, j’ai l’impression que c’est tout l’inverse les concernant.

   

      Qui est retenu, réservé, pudique : Un air modeste.

    Qui est modéré dans l'appréciation de soi-même, exempt d'orgueil, de vanité : Un homme modeste qui ne cherche pas à se mettre en avant.

   Qui dénote une absence de richesse, d'éclat, de luxe ; qui a ces conditions de vie : Un appartement modeste. Il est issu d'un milieu modeste.

 

Appartement modeste, comme celui de la villa Montmorency dans le 16 ème arrondissement, cette « cité interdite » où vit une partie du gratin de la finance, de l’industrie ou des médias et accessoirement le couple Sarkozy-Bruni lorsqu’il n’est ni à l’Élysée ni au Pavillon de la Lanterne, ni à la villa du Cap Nègre.

 

L’air modeste, c’est certainement celui que son bientôt ex-président (du moins je l'espère) utilisait pour traiter un quidam avec le « casse toi pov’ con » ou bien le « descends si t'es un homme » adressé à un marin pêcheur du Guilvinec.

 

Quant à l’homme modeste qui ne chercherait pas à se mettre en avant, c’est probablement celui qui s’est autoproclamé sauveur du Monde.

 

Je ne sais pas si la déclaration tient plus de la connerie ou du cynisme, mais ce n’est certainement pas la modestie qui est de mise chez les Sarkozy !

 

Partager cet article
Repost0
11 février 2012 6 11 /02 /février /2012 19:51

Comment peut-on imaginer qu’en février 2012, des sans-abri meurent de froid parce qu’ils dorment dehors ou dans des toiles de tente, voire dans des baraquements de fortune sans chauffage, et ça par des températures négatives. Et pendant ce temps-là, dans de nombreux stades en France, de foot ou de rugby, les pelouses sont recouvertes et chauffées pour permettre que se déroulent des rencontres sportives !

 

Pour la rencontre de rugby France-Irlande de ce soir, la Fédération Française de Rugby a publié un communiqué disant : « Comme pour le match contre l'Italie, le Stade de France a mis en place un dispositif technique spécifique afin de protéger au mieux la pelouse des conditions climatiques. »  

 

Comme c’est beau de mettre un dispositif spécifique pour qu’une pelouse ne souffre pas et permette surtout le déroulement de la rencontre ! Et à quelques kilomètres de-là, dans le bois de Vincennes par exemple, des sans-abri sont sous des toiles sans chauffage, s’ils meurent, ça n’empêchera pas les supporteurs de vibrer.

 

Permettre que les « jeux du cirque » puissent se dérouler dans de bonnes conditions importe plus dans notre société que la vie d’êtres humains.

 

On marche vraiment sur la tête.

 

 

Partager cet article
Repost0
8 janvier 2012 7 08 /01 /janvier /2012 22:30

 

legion-dhonneur1La promotion du Nouvel An de l’Ordre national de la Légion d’Honneur a fait des vagues. Deux anciens ministres qui y figuraient ont signifié leur refus de recevoir cette distinction. Ce n’est pas la première fois, mais c’est tout à leur honneur. Ce qu’ils dénoncent, c’est une attribution un peu trop systématique de cette distinction y compris aux copains des coquins

 

Les deux anciens ministres sont Henri Torre qui fut ministre du gouvernement gaulliste de Pierre Messmer en 1973, et par ailleurs ancien sénateur, et Jack Ralite, ministre communiste dans le gouvernement de Pierre Mauroy et ancien sénateur également.

 

Henri Torre a annoncé le lundi 2 janvier qu’il allait refuser cette distinction « attribuée à n’importe qui et n’importe comment », ajoutant « J'ai refusé la légion d'honneur une première fois déjà, en décembre 2008. Je pensais que le débat était clos. Décider de me l’octroyer une seconde fois sans m’en avertir alors que je m’étais déjà expliqué sur les raisons de mon refus est à mes yeux un manque de respect. »

 

Il n’a pas manqué par ailleurs d’égratigner au passage le chef de l’Etat. « J’ai voulu en profiter pour dire que cette haute distinction provenant de la plus haute personnalité de l’Etat, à laquelle je ne fais plus qu’une confiance très limitée, que je souhaitais ne pas donner suite ; je dis qu’il commence à me fatiguer et j’ai tenu à marquer le coup ».

 

Quant à Jack Ralite, il a annoncé mercredi pourquoi il refusait cette Légion d'Honneur. « Je n'ai pas refusé trois fois la Légion d'Honneur sous la gauche pour l'accepter une fois sous la droite », écrit-il dans un communiqué. « Je n’ai pas été prévenu. Je suis seul de gauche au milieu d’un lot de la majorité(...) Je ne serai pas de la fermeture de 2011 pas plus que je n’ai été de l’ouverture de 2007(...) Je ne suis pas un élu qu’on porte à la boutonnière...Ma Légion d’honneur consiste à retrouver les artistes croisés au cours de mon engagement en faveur de la culture ».

 

Finalement, ces refus sont ceux de la dignité, cela leur fait honneur.


Partager cet article
Repost0
5 janvier 2012 4 05 /01 /janvier /2012 22:13

Elle est de plus en plus loin l’époque du service public.

 

Aujourd’hui je constate que ma ligne téléphonique est en rade ; pas de téléphone et pas d’internet. Merci le téléphone portable qui me permet d’appeler mon agence France-Télécom (je suis resté à la notion de service public, je devrais plutôt dire Orange). Là on m’indique le n° d’appel 3970. Je tombe sur une boîte vocale qui ne répond pas à mon besoin puisque concernant les téléphones mobiles. J’avais bien précisé un problème pour ma ligne fixe. Heureusement, il me restait le bon vieil annuaire papier pour trouver le bon n° d’appel, le 1013 pour l’assistance technique ligne fixe. Et là encore, je suis sur une boîte vocale où on m’invite à saisir mon n° de fixe puis à dire l’objet de mon appel. Assez rapidement il m’est confirmé qu’il y a bien un problème concernant la ligne France-Télécom et qu’il va être pris en compte. Au revoir.

 

Pour toutes questions complémentaires, je suis de la revue, le serveur ne va pas plus loin. Il aura quand même déclenché dans la foulée l’envoi d’un sms sur mon téléphone mobile m’invitant à suivre le dossier SAV sur orange.fr / infos incidents avec un n° de dossier.

 

Mais là, impossible de répondre au serveur, « Et vous faites comment pour suivre un dossier SAV sur internet quand votre liaison ne fonctionne justement pas puisque je viens d’appeler pour cela ?» La technique a ses limites et pour le libéralisme, l'humain importe peu.

 

L’époque de l’interlocuteur en chair et en os au bout du fil est révolue. Mais puisque le libéralisme a programmé la mort du service public, voilà à quoi on sera confronté de plus en plus dans l’avenir.

 

A 22 heures, ma liaison n’est toujours pas rétablie *. J’imagine une personne âgée confrontée à cette situation.

 

* J’ai branché une clé 3G pour ouvrir une connexion afin de publier cet article.

Partager cet article
Repost0