Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Réagir - Blog militant de joseph coutant
  • : Réagir : S'opposer activement à l'action de qqch, résister. La devise issue de la révolution française "Liberté, Egalité, Fraternité" étant de plus en plus mise à mal, ce blog est un moyen pour moi de faire partager mes réactions sur l'actualité politique, sociale, etc.
  • Contact

Rechercher

Tags

12 décembre 2013 4 12 /12 /décembre /2013 21:17

En appelant à une révolution fiscale, le Front de Gauche pose la question non pas du ras le bol fiscal, mais du ras le bol de l’injustice fiscale. C'est poser la justice sociale au cœur de la contribution de tous, de chacun selon ses moyens au fonctionnement de la société. L'impôt est nécessaire mais à condition qu'il soit juste. Les plus chauds partisans du moins d’impôts sont aussi les promoteurs du moins d’État, du moins de dépenses sociales et de services publics, en d’autre termes, de la régression sociale. Ce qui ne les empêche pas de réclamer des aides publiques à cor et à cri. Pour rappel, les 20 milliards du CICE (Crédit d'impôt pour la compétitivité et l'emploi) qui seront financés pour partie par l'augmentation de la TVA, l'impôt le plus injuste puisqu'il ne tient pas compte des revenus. (voir article sur l'injustice fiscale et sociale)

 

Imagine t-on une société dans laquelle la moindre de nos activités se traduirait par l’obligation de sortir notre porte monnaie, où nous serions soumis à l’obligation de payer tout ce qui aujourd’hui relève du bien commun (emprunter une route goudronnée, emmener nos enfants à l’école, avoir accès aux services publics, etc.), parce que tout relèverait du privé, que la puissance publique serait dépourvue de tout moyen d’intervention. C’est ça, une société sans impôts, une société d’une plus grande injustice encore, où la loi de la jungle s’impose au profit des plus puissants, où l’activité la plus banale de la vie quotidienne serait considérée comme une marchandise et une source de revenu.

 

A Niort aussi la question de savoir qui finance les infrastructures est posée. La CAN avait pris la décision d’appliquer aux entreprises un taux de cotisation de 1.8% pour le versement transport, permettant de financer les transports publics locaux, voire d’assurer leur gratuité. Pour mémoire, cela remplace pour partie la taxe professionnelle supprimée sous Sarkozy. Mais au travers d’un collectif derrière lequel se dissimulent à grand peine le MEDEF et la droite, une opération de lobbying s'est mise en place. Le PS s’apprête à céder face à cette pression puisqu’une délibération sera présentée au prochain conseil communautaire proposant de ramener ce taux à 1,2%, soit une reculade de un tiers.

 

 

Le Front de Gauche appelle à un rassemblement le lundi 16 décembre à 17 heures à Noron devant le dôme où se réuniront les élus communautaires afin de les sensibiliser sur cette question et leur demander de ne pas revenir en arrière. Les élus communistes et républicains du territoire de la CAN voteront contre cette délibération visant à la réduction du versement transport des entreprises.

Partager cet article
Repost0
10 octobre 2013 4 10 /10 /octobre /2013 23:08

L’Association pour la Reconnaissance des droits et la Défense des Immigrés (ARDDI) appelle à un rassemblement

 

Mercredi 16 octobre 2013 à 18 heures

en bas de la place de la Brèche

à NIORT

 

- Contre les discours xénophobes

 

- Contre les brimades, les discriminations, les humiliations à l’encontre de la populations des Roms en France.

 

- Contre les propos extravagants et intolérables de Manuel Valls ministre de l’Intérieur d’un gouvernement socialiste.

 

- Contre la montée de l’extrême droite entrainée par les réformes libérales.

 

Le FRONT DE GAUCHE dans toutes ses composantes appelle à rejoindre ce rassemblement

Partager cet article
Repost0
11 septembre 2013 3 11 /09 /septembre /2013 23:08

La fête de rentrée où le PCF des Deux-Sèvres avait invité ses partenaires du Front de Gauche a vu défiler plus de monde le dimanche que le samedi. Est-ce le soleil qui était au rendez-vous la seconde journée ou bien l'annonce de la conférence de presse du dimanche où le Front de Gauche devait faire connaître ses intentions pour les prochaines municipales à Niort ? Eh bien c'est chose faite puisque le Front de Gauche, composé à Niort du Parti Communiste, du Parti de Gauche et de la Gauche anticapitaliste -et non groupe anticapitaliste comme l'a écrit à plusieurs reprises dans son article le journaliste de la NR – constituera sa propre liste pour les municipales de 2014. Et pour ceux qui cherchent à créer des brèches au sein du Front de Gauche arguant que les communistes seront à la remorque des socialistes, qu'ils sachent que les militants niortais du parti communiste se sont prononcés à 91% pour créer une liste du Front de Gauche.

 

Au-delà de ce sujet, d'autres thèmes étaient à la Une de la fête, celui des retraites notamment avec la perspective de la journée de lutte du 10 septembre. Le débat du dimanche après-midi avec Bernard Friot qui traitait de cette question des retraites a d'ailleurs rassemblé près de 200 personnes. (voir article NR du 9 septembre sur Bernard Friot). Et pendant toute la fête, les participants ont pu échanger sur les différents stands des invités de la fête, des partis politiques membres du Front de Gauche aux associations (France-Palestine Solidarité, Confédération Nationale du Logement, collectif contre l'aéroport Notre Dame des Landes, Ligue des Droits de l'Homme, GARD HP, ARDDI, ATTAC …

 

Le samedi soir, dans la fraîcheur, plusieurs groupes se sont succédés dont le Bolchoï Karma Experience qui portait un propos résolument contestataire, contre l'ordre établi et la pensée unique, contre le pouvoir du fric. Ils avaient toute leur place dans cette fête. Et comme ils disent, continuons le combat.

 

Et le dimanche, après le moment convivial du repas républicain (vraiment excellent et préparé par des militant(e)s), on a pu apprécier « Le grand étendoir », fresque sur la travail des femmes, spectacle interprété là aussi par des militant(e)s.

 

Rendez-vous l'an prochain pour la prochaine fête de la liberté, mais d'ici là, on se retrouvera dans les moments de lutte et dans le cadre des campagnes pour les élections municipales et européennes programmées pour 2014. Et d'ici là, on ne lâche rien !

 

Les photos qui suivent sont du camarade Alain Van Gindertael. Merci à lui une nouvelle fois.

 

  

Débat du samedi avec Lydia Samarbakhsh, responsable des relations internationales du PCF, sur le thème « Dictature économique / Dictature politique / L'Amérique du sud s'en sort, L'Europe y plonge ? »

Débat du samedi avec Lydia Samarbakhsh, responsable des relations internationales du PCF, sur le thème « Dictature économique / Dictature politique / L'Amérique du sud s'en sort, L'Europe y plonge ? »

Débat du dimanche avec Bernard Friot, à droite sur la photo

Débat du dimanche avec Bernard Friot, à droite sur la photo

Une des tables rondes du samedi sur la vie municipale

Une des tables rondes du samedi sur la vie municipale

Le repas républicain

Le repas républicain

La représentation "Le grand étendoir"

La représentation "Le grand étendoir"

L'espace librairie, toujours incontournable sur la fête

L'espace librairie, toujours incontournable sur la fête

Lecture de poèmesLecture de poèmes

Lecture de poèmes

Concerts du samedi
Concerts du samedi

Concerts du samedi

Partager cet article
Repost0
3 septembre 2013 2 03 /09 /septembre /2013 21:43

« Une lettre de mission de quatre pages reçue devant ses pairs des mains d'un représentant de l'évêque lors d'une célébration à la cathédrale de Poitiers : C'est dans le plus grand respect des traditions catholiques, que Cécile Dargelos est officiellement depuis une semaine, à la tête du lycée Saint-André et de son institut d'études supérieures (Icssa). » (Nouvelle-République édition Deux-Sèvres du 3 septembre 2013).

 

En tant que citoyen, les conditions de cette nomination à la tête du lycée privé St André à Niort me font réagir. Bien sûr, on pourra me rétorquer qu'il s'agit d'un établissement privé catholique et que ce procédé de nomination est prévu dans les textes. D'ailleurs j'ai découvert à cette occasion que de nouveaux statuts pour les établissements privés catholiques ont été votés en avril dernier par l'assemblée des évêques (!), renforçant les pouvoirs des prélats sur une structure jugée trop autonome. Le cardinal Vingt-Trois déclarait à ce sujet «Nous n'avons pas fait la réforme des statuts de l'enseignement privé, mais la réforme de l'enseignement catholique. Il est d'abord confessionnel. Il a donc un caractère ecclésial.»

 

Mais ces établissements ne sont-ils pas dépendant avant tout de l’Éducation Nationale puisqu'ils sont sous contrat d'association avec ce même Ministère.

 

Je trouve que cette nomination dans le cadre d'une célébration dans une cathédrale est une provocation à l'égard de l'enseignement public. Imaginez la même nomination d'un chef d'établissement d'enseignement dans une mosquée par un immam ! Je crois que ça susciterait un tollé.

 

Une république digne de ce nom ne peut galvauder l’idéal de laïcité qui lui est constitutive.

 

Partager cet article
Repost0
21 juin 2013 5 21 /06 /juin /2013 23:23

Pour les lecteurs qui ne connaissent pas Rodolphe Challet, c'est le premier socialiste à s'être déclaré pour les primaires de son parti sur Niort en vue des municipales. J'ai déjà évoqué cette candidature dans un billet du 19 mars par rapport au cumul des mandats.

 

Même si ces primaires ne sont prévues qu'à l'automne et ne concerne que les socialistes, l'ambitieux Rodolphe Challet occupe le terrain. Et ce sont des propos tenus dans une interview à un quotidien local ( Nouvelle République du 19 juin) qui m'amènent à réagir.

 

A la question du journaliste : « Premier secrétaire du PS, même si vous vous êtes mis en retrait, vous critiquez la municipalité PS : comment le grand public peut-il s'y retrouver ? », Rodolphe Challet répond : « Je ne conteste pas l'action de la municipalité, je n'attaque pas sur le bilan. Je fais des propositions pour l'avenir. J'ai des choses à dire, sinon, je ne serais pas candidat à la primaire. Par ailleurs, il faut rééquilibrer l'équipe municipale pour une meilleure représentation des socialistes. L'équipe s'est trop déportée sur la gauche. C'est le PS qui est majoritaire à Niort, pas le Front de gauche. »

 

Bigre, l'équipe municipale serait déséquilibrée en faveur du Front de Gauche au détriment du Parti Socialiste ? Sur 17 adjoints, il n'y en a que 3 du Front de Gauche, où est le déséquilibre ? Surtout au regard du résultat des dernières élections représentatives sur Niort, à savoir les législatives où la candidate du PS (Geneviève Gaillard, maire) a fait 42,92 % des voix au 1er tour et la candidate du Front de Gauche (Nathalie Seguin) 11,45%.

 

A moins que les propos ne soient que la manifestation d'une volonté hégémonique du candidat Challet.

Partager cet article
Repost0
11 juillet 2011 1 11 /07 /juillet /2011 17:21

Le samedi 9 juillet 2011, le mouvement citoyen "De l'eau pour tous" lançait une campagne d'information concernant les bassines et l'usage agricole de la ressource en eau en Poitou-Charentes et Vendée.

 

Devant les Halles de Niort, pour attirer l’attention, le mouvement avait apporté un enrouleur servant à l’irrigation qui portait la mention « Je crache 60 à 80 m3 en une heure, ce que consomme une famille de  quatre personnes en une année ».

 

Photo0069.jpg

 

L’agriculture irrigante dit avoir réduit les quantités d’eau utilisées en été : c’est oublier que l’irrigation s’est accaparée, sans débat public ni étude d’impact, l’eau des nappes et rivières, entraînant l’assèchement artificiel de plusieurs centaines de kilomètres de cours d’eau par département !

 

En réponse au contexte actuel de sécheresse, le gouvernement sous la pression d’une minorité d’agriculteurs (les agri managers) , des grosses firmes semencières et des syndicats agricoles majoritaires, encourage la multiplication des réserves de substitution, dites « bassines ». Une bassine est un ouvrage destiné au stockage de centaines de milliers de m3 d’eau prélevés l’hiver pour irriguer l’été. L’eau utilisée pour remplir les bassines est majoritairement pompée dans les nappes phréatiques qui ont donc du mal à se reconstituer avec les hivers secs que l’on connaît. Les principaux bénéficiaires de ces bassines représentent moins de 10% de la population agricole. En France, l’irrigation utilise 68% de l’eau consommée, en grande partie pour le maïs destiné à l’exportation.

 

Avec des arrosages intempestifs, les réserves d’eau ne seront pas durables.

 

Soutenez le mouvement citoyen « de l’eau pour tous » en signant leur pétition en ligne sur


http://www.deleaupourtous.blogspot.com/

 


Partager cet article
Repost0
27 juin 2010 7 27 /06 /juin /2010 23:21

" De l'eau pour tous, mais pour combien de temps ? Avant l’été où un tiers des rivières des Deux-Sèvres seront à sec, à la veille de possibles restrictions d’eau pour les usagers, appelons les pouvoirs publics à faire respecter la réglementation sur le partage de l’eau. "


C'était l'appel qui avait été lancé à l'initiative d'une citoyenne soutenue dans sa démarche par de nombreuses associations (*). Et nous étions quelque 200 participants samedi matin pour réclamer un juste partage de l'eau. Il faut savoir par exemple qu'un canon à eau  pour l'irrigation utilise en une heure et demi autant d'eau qu'une famille de 4 personnes en une année. 

 

L'eau est un bien précieux, les pouvoirs publics doivent agir avant qu'il ne soit trop tard.


Le rassemblement est parti de la place de la Brèche en direction de la préfecture, puis au pied du donjon.

 

 

(*) Agrobio Poitou-Charentes, AMAP  « Les quatre saisons », APIEEE (Association de Protection, d’Information et d’Etude de  l’Eau et de son Environnement), Colibris 79, collectif vigilance OGM, Confédération  Paysanne 17 et 79, Coordination pour la défense du Marais Poitevin, Deux-Sèvres Nature Environnement, Enclos des quatre saisons, GODS (Groupement Ornithologique  des Deux-Sèvres), Groupement des producteurs d’intérêt apicole, ainsi que de nombreux citoyennes et citoyens désireux de préserver la biodiversité.

 


 

 

P1120360

 

 

Diaporama

 

 

comboost photo site
Partager cet article
Repost0
6 septembre 2009 7 06 /09 /septembre /2009 22:08
Débats et spectacles ont été au programme de cette fête de rentrée, à l'invitation des communistes Deux-Sévriens. Quelques photos de cette journée en bord de Sèvre au Moulin de Comporté.




























Théâtre avec Stéphane Kéruel (Compagnie du chant de la carpe) avec la pièce « Et donc je m’acharne ! ».








Théâtre avec Francis Lebarbier et Guy Denize (Les Matapeste) sur un texte de Georges Perec : « L’art et la manière d’aborder son chef de service pour lui demander une augmentation ».





Et jusqu'au bout de la nuit ...
Partager cet article
Repost0
5 septembre 2009 6 05 /09 /septembre /2009 00:02

Samedi 5 septembre à Niort, fête de rentrée du PCF


Sur les bords de la Sèvre, sur l’aire du Moulin de Comporté, au bout du quai Métayer.

- 14h30 : Théâtre avec Stéphane Kéruel (Compagnie du chant de la carpe) avec la pièce « Et donc je m’acharne ! ».
- 15h30/17h30 : Débat animé par Jean-Pierre Gelot, secrétaire fédéral du PCF, sur le thème : « Les Régionales en 2010 et l’avenir du Front de gauche ».
- 17h45/18h45 : Théâtre avec Francis Lebarbier et Guy Denize (Les Matapeste) sur un texte de Georges Perec : « L’art et la manière d’aborder son chef de service pour lui demander une augmentation ».
- 19 heures : apéritif concert (gratuit).
- 20 heures/21 heures : repas fermier. Le tarif du repas est de 10 euros (possibilité de demi-tarif pour les personnes à faibles ressources).
- 21 heures : concert avec le groupe « Son de bouc » (Trad à danser).

Entrée gratuite

Partager cet article
Repost0
10 mars 2009 2 10 /03 /mars /2009 18:19

La décision de fermeture de la résidence pour personnes âgées « Les Nymphéas » fait débat, notamment parmi les familles des résidents.


Quelles que soient les raisons qui ont amené Madame le Maire (PS) à prendre cette décision de fermeture, il n'est pas normal qu'elle n'accède pas à la demande des familles de résidents pour qu’ait lieu un "dialogue public" sur le sujet, dans la plus grande transparence.


D’ailleurs, pour les élections municipales de 2007, l’équipe de « Solidarité capitale » ne s’était-elle pas engagée dans ce sens ?

« Faire une ville solidaire et citoyenne, cela passe inéluctablement par de nouvelles pratiques démocratiques … Nous estimons que la relation avec nos concitoyens doit aussi s’envisager de manière simple, directe, démocratique . » Dans le cas présent, les actes ne confirment pas.


A l’heure où l’on cherche à privilégier le maintien des personnes âgées à domicile le plus longtemps possible, cette structure était un palliatif entre le domicile et la maison de retraite. Ces personnes demeuraient dans leur environnement habituel, avec un lien intergénérationnel fort avec le centre socio-culturel du quartier notamment.


Par ailleurs, le programme de « Solidarité capitale » parlait de mise à l’étude « d’établissement d’accueil temporaire pour personnes âgées », ainsi que de « développer le principe d’immeubles d’entraide intergénérationnelle ». La fermeture des Nymphéas ne va-t-elle pas à contre-sens de  ce programme ?


Probablement y a-t-il lieu d’examiner les solutions pour remédier au déficit actuel, mais un dialogue avec toutes les parties concernées n'est-il pas prioritaire avant toute décision définitive.





Partager cet article
Repost0