Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Réagir - Blog militant de joseph coutant
  • : Réagir : S'opposer activement à l'action de qqch, résister. La devise issue de la révolution française "Liberté, Egalité, Fraternité" étant de plus en plus mise à mal, ce blog est un moyen pour moi de faire partager mes réactions sur l'actualité politique, sociale, etc.
  • Contact

Rechercher

Tags

8 avril 2009 3 08 /04 /avril /2009 18:15

Denise Hamouri est la mère du jeune Franco-Palestinien Salah Hamouri, emprisonné illégalement en Israël. Elle est l’invitée cette semaine du journal l’Humanité. Je reprendrai chaque jour son témoignage, car il faut faire connaître la situation de ce jeune Franco-Palestinien oublié par les autorités françaises et les médias.

Le « plaider coupable » made in Israël

« S’il est en prison, c’est qu’il a dû faire quelque chose. » Ceci est la réaction normale de toute personne quand elle entend que quelqu’un est derrière les barreaux. Et si on lui dit que le prisonnier a choisi de « plaider coupable », c’est donc qu’il est coupable… C’est clair comme de l’eau de roche. En Palestine, la situation est très différente et peut paraître parfois compliquée vue de l’extérieur.


Voici tout d’abord un extrait de l’acte d’accusation contre Salah : « Le 10 avril 2008, les parties ont présenté un accord négocié (sic) aux termes duquel l’accusé reconnaissait l’arrêté d’inculpation modifié et les parties sont tombées d’accord (sic) sur une peine incluant un emprisonnement effectif d’une durée de sept ans. » Comment un tel « accord » est-il possible ? C’est incroyable pour quiconque vit dans un État de droit, même en apparence…


C’est que Salah, comme 95 % des prisonniers politiques palestiniens, a suivi les conseils de son avocate. Il a « accepté » cet « accord négocié » pour éviter d’avoir une peine plus sévère pouvant aller jusqu’à quinze ans de prison comme cela lui a été clairement présenté.

Ou tu « plaides coupable et c’est sept ans, ou bien ce sera le double ». Cela, en bon français, s’appelle un chantage.


Il faut ajouter que cet « accord » a été proposé après trois années passées devant les tribunaux militaires sans qu’aucun jugement ne soit rendu puisqu’il n’y avait aucune preuve. Pour faire bonne mesure, la France s’est contentée de demander que Salah soit jugé « rapidement », reconnaissant de facto une juridiction illégale d’occupation, sans demander aucunement qu’il soit libéré à la différence notable de Shalit et d’autres.


Quand, le jour de la dernière audience, le juge militaire lui a demandé ce qu’il avait à dire, Salah a simplement déclaré être d’accord avec son avocate. Il n’a rien dit de plus. Il n’a présenté ni excuses ni regrets au juge, ce qui a un peu « dérangé » madame Rama Yade, qui a écrit dans un courrier : « Le juge a relevé que monsieur Hamouri n’a exprimé aucun regret et l’a condamné a une peine de sept ans de réclusion. »


Madame Rama Yade n’a pas été troublée par l’injustice, la méthode israélienne utilisée et la sévérité de cette peine de sept ans. Mais elle aurait trouvé normal et nécessaire que Salah, en plus de s’accuser faussement, baisse la tête devant un représentant de l’occupation ! « Excusez-moi de ne pas accepter votre occupation ! », en somme. Salah et les autres prisonniers politiques palestiniens ne s’inclineront pas devant l’occupant, madame la secrétaire d’État aux Droits de l’homme ! Résister est un droit humain, fondamental et imprescriptible. Dois-je vous le rappeler ? Eh bien, c’est fait !


 

Précédent témoignage

 

Témoignage suivant

Partager cet article
Repost0
7 avril 2009 2 07 /04 /avril /2009 23:54

Denise Hamouri est la mère du jeune Franco-Palestinien Salah Hamouri, emprisonné illégalement en Israël. Elle est l’invitée cette semaine du journal l’Humanité. Je reprendrai chaque jour son témoignage, car il faut faire connaître la situation de ce jeune Franco-Palestinien oublié par les autorités françaises et les médias.

 

L’arrestation de Salah


« Aujourd’hui, 3 avril 2009, mon fils,  Salah Hamouri, est en prison en Israël depuis 1 485 jours. Tout a commencé le 13 mars 2005. Salah a été kidnappé par les forces d’occupation israéliennes (FO), en plein après-midi, alors qu’il se rendait à Ramallah. J’ai été prévenue par le coup de fil d’un ami qui avait vu Salah menotté, les yeux bandés, monter dans une voiture de l’armée. Avec mon mari, nous avons pensé de suite : "Ils vont l’emmener au Moskobieh", la vieille prison sinistre de Jérusalem où se déroulent les interrogatoires. C’est là qu’il avait déjà passé deux mois, en isolement, alors qu’il avait à peine dix-sept ans, parce qu’il avait collé des affiches. Deux heures après son arrestation, le quartier où nous habitons, à Jérusalem-Est, a été bouclé et notre appartement fouillé de fond en comble, jusqu’aux toilettes, sans oublier le disque dur de l’ordinateur. Malgré cette mise à sac de notre appartement par des soldats israéliens, ceux-ci n’ont rien trouvé. Et moins ils trouvaient, plus ils s’énervaient… Mais il est vrai que nous avions affaire à l’armée "la plus morale du monde"… Ils sont partis, finalement, en emportant des posters du Che ! La période la plus difficile de cette détention, qui dure depuis plus de quatre ans, a commencé. Pendant les premières semaines, personne ne pouvait voir le prisonnier, ni sa famille ni l’avocat. Il était au secret, on ne savait pas ce qu’il se passait… on n’osait pas imaginer… les jours sont comme des années et les nuits sont blanches. Salah a toujours été très discret sur les interrogatoires subis lors de sa première détention. Beaucoup d’anciens prisonniers palestiniens n’aiment pas parler de ces moments insupportables, de mauvais et humiliants traitements. Une fois ou deux, un représentant du consulat a pu rentrer le voir très vite et me donner quelques nouvelles. Puis, interdiction d’y aller… par mesure de sécurité. Nous avons réussi à le voir une fois, pendant une audience, quinze jours après sa détention. Je n’oublierai jamais cette image de Salah, pieds et poings liés, hirsute, la mine défaite, entouré de soldats prêts à lui sauter dessus au moindre geste. Nous avons eu la permission de le voir de loin, une seule minute, sans parler, ni faire de signes. Puis, nous avons dû sortir, avec l’avocate, en le laissant là. Le 17 avril 2005, nous avons appris, par la presse israélienne, que Salah était accusé d’avoir comploté contre le rabbin Ovadia Yossef, avec deux autres complices soi-disant membres du FPLP. À partir de ce jour, nous avons dû faire des allers-retours au tribunal militaire israélien d’Ofer, où Salah a été condamné, le 17 avril 2008, à sept ans de prison. Ofer, qui se trouve en plein coeur de la Cisjordanie… Il était aux mains d’un tribunal militaire israélien on ne peut plus clairement d’occupation. »

Témoignage suivant

 


 

Partager cet article
Repost0
27 mars 2009 5 27 /03 /mars /2009 22:45

Du 1er au 5 avril prochains, l’OTAN fête son 60ème anniversaire à Strasbourg, avec un sommet prévu les 3 et 4 avril.


Mais depuis quelques jours, des pacifistes de la métropole alsacienne qui arboraient le drapeau de la paix à leur fenêtre reçoivent la visite de policiers ou gendarmes leur intimant l’ordre de les retirer.


C’est ce qui est arrivé à Christian Grosse, militant communiste et un des principaux animateurs du collectif qui prépare le contre-sommet citoyen prévu du 1er au 5 avril pendant le sommet de l’OTAN. Il avait accroché à sa fenêtre un drapeau portant les inscriptions « Peace » (Paix) et « No to Nato » (Non à l’Otan). Absent de son domicile, c'est son fils qui a ouvert aux policiers ceux-ci lui demanadant de l'enlever. Il l’a fait non sans prévenir les policiers que ses parents le remettraient en place dès le lendemain. Ce qui a été fait évidemment.


Au nom de quoi des drapeaux pacifistes deviendraient des objets de délit ? Le gouvernement de Sarkozy, après avoir décidé le retour de la France dans les instances militaires intégrées de l’OTAN, voudrait interdire que s’affiche le mot PAIX ? Avec ce pouvoir, la liberté d’expression est de plus en plus menacée.


Et si partout en France nous affichions des drapeaux "Paix" avant le sommet de Strasbourg ?





Partager cet article
Repost0
18 mars 2009 3 18 /03 /mars /2009 23:48

Alors que le Sida aura bientôt tué près de 30 mlillions d'être humains, Benoit XVI a affirmé qu'on ne peut pas régler le problème du sida avec la distribution de préservatifs et que, au contraire, leur utilisation aggrave le problème.


Une telle déclaration met en péril les actions de prévention menées depuis des années par les organismes humanitaires. Elle va à l'encontre des recommandations unanimes du monde scientifique en la matière.


Et dire que ce sont les mêmes qui ont déclaré récemment que "le viol était moins grave que l'avortement.


Cela vient s'ajouter à la levée de l'excommunication d'un évêque révisionniste par ce même Benoit XVI .


La voie de Benoit XVI est toute tracée, « Qu'il aille au diable ! »




Partager cet article
Repost0
8 mars 2009 7 08 /03 /mars /2009 08:24

Comme toutes les dates symboliques, la journée internationale de la femme n'a pas ses origines dans un seul fait historique.

La référence principale remonte aux grèves ouvrières déclenchées en 1857 et 1911 à New York alors que les travailleuses du textile protestaient contre leurs piètres conditions de travail. Un événement aurait marqué fortement les manifestations : le 25 mars 1911, un groupe de travailleuses qui manifestait dans une usine de textile à New York, trouve la mort lors d'un incendie. Elles n'ont pas pu s’échapper à temps. Les portes étaient fermées pour que les travailleurs ne sortent pas avant la fin de la journée de travail.

Une autre référence historique importante est la 2ème Conférence Internationale des femmes socialistes, en 1910, à Copenhague. La leader communiste allemande Clara Zetkin a proposé la création d'une journée internationale de la femme, afin de reconnaître les luttes menées par les femmes partout dans le monde.

C’est à partir de 1917, avec la grève des ouvrières de Saint Pétersbourg, et l’impulsion de Lénine en 1921, que la tradition du 8 mars se met en place.

En 1977, les Nations Unies officialisent la « Journée Internationale des Femmes ».

Et pourtant en 2009, les inégalités faites aux femmes se creusent dans beaucoup de domaines.

En cette journée du 8 mars, comment ne pas penser à cette phrase d’Aragon « La femme est l’avenir de l’homme » dont Jean Ferrat a fait le titre d’une de ses chansons.



Le femme est l'avenir de l'homme

Le poète a toujours raison
Qui voit plus haut que l'horizon
Et le futur est son royaume
Face à notre génération
Je déclare avec Aragon
La femme est l'avenir de l'homme


Entre l'ancien et le nouveau
Votre lutte à tous les niveaux
De la nôtre est indivisible
Dans les hommes qui font les lois
Si les uns chantent par ma voix
D'autres décrètent par la bible


Le poète a toujours raison
Qui détruit l'ancienne oraison
L'image d'Eve et de la pomme
Face aux vieilles malédictions
Je déclare avec Aragon
La femme est l'avenir de l'homme


Pour accoucher sans la souffrance
Pour le contrôle des naissances
Il a fallu des millénaires
Si nous sortons du moyen âge
Vos siècles d'infini servage
Pèsent encore lourd sur la terre


Le poète a toujours raison
Qui annonce la floraison
D'autres amours en son royaume
Remet à l'endroit la chanson
Et déclare avec Aragon
La femme est l'avenir de l'homme


Il faudra réapprendre à vivre
Ensemble écrire un nouveau livre
Redécouvrir tous les possibles
Chaque chose enfin partagée
Tout dans le couple va changer
D'une manière irréversible


Le poète a toujours raison
Qui voit plus haut que l'horizon
Et le futur est son royaume
Face aux autres générations
Je déclare avec Aragon
La femme est l'avenir de l'homme

 


 


Partager cet article
Repost0
5 mars 2009 4 05 /03 /mars /2009 13:29
Vous n'êtes pas les seuls. Regardez jusqu'au bout même si ça prend un peu de temps. 



Partager cet article
Repost0
25 février 2009 3 25 /02 /février /2009 22:12

 A la suite de son arrestation en Palestine en mars 2005, Salah Hamouri, franco-palestinien qui aura 24 ans en avril prochain, va entamer sa 5e année d'emprisonnement en Israël. Condamné à 7 ans de prison par un tribunal militaire israélien le 17 avril 2008, il a été jugé et condamné sans preuves ni aveux, et sans que sa défense puisse être assurée selon les règles fondamentales du droit de la défense.

 

Son arrestation, comme sa condamnation et son emprisonnement, sont illégaux au regard du droit international (car réalisés en territoire occupé par une puissance occupante).   

 

Notre président Sarkozy ne cesse d'intervenir, à tous niveaux, pour la libération de Guilad Shalit (franco-israélien, caporal dans l'armée israélienne et capturé par une faction palestinienne à Gaza en juin 2006).

Il a reçu la famille Shalit à plusieurs reprises, et notamment le 27 janvier dernier. Lors d'une réunion à l'Élysée le 30 janvier dernier avec le CRIF, il a déclaré : "Je considère Guilad Shalit comme un Français. Toucher à lui, c'est toucher à la France".

 

Notre président Sarkozy n'a toutefois jamais accepté de recevoir la famille Hamouri, et a rejeté les demandes d'audience de Denise Hamouri, la mère de Salah, qui est française, originaire de Bourg-en-Bresse. Il a refusé toute rencontre avec des membres éminents (parlementaires, intellectuels, universitaires, journalistes, ...) du "Comité national de soutien pour la libération de Salah".

 

Il y a donc deux poids-deux mesures dans notre République, selon les origines des uns ou des autres, et selon que l'on appartienne à l'armée israélienne ou à la population palestinienne sous occupation.  

 

Nous ne pouvons laisser cela perdurer plus longtemps !



Envoyez des courriels, et sans délai, via un copier-coller du texte ci-dessous à

jean-david.levitte@elysee.fr  ou/et à claude.gueant@elysee.fr (Respectivement conseiller diplomatique et secrétaire général de l'Elysée).

 

Texte proposé 

Monsieur le Président de la République,

 

Je vous écris pour vous demander d'intervenir enfin pour obtenir sans plus de délai la libération de Salah Hamouri, citoyen français et parfait francophone, qui a été arrêté par les autorités israéliennes en Palestine occupée en mars 2005. Il a ensuite été illégalement condamné (sans preuves ni aveux, après plus de 20 renvois de son procès, et au vu d'une procédure de "plaider-coupable" expéditrice s'apparentant à un chantage, pur et simple) en avril 2008 à 7 ans de prison par le tribunal militaire israélien d'Ofer illégalement situé en Palestine occupée.

 

Je note que vous avez reçu par trois fois à l'Élysée la famille du soldat franco-israélien Guilad Shalit, fait prisonnier à Gaza en juin 2006, mais que vous n'avez jamais dénié recevoir la famille de Salah Hamouri (dont la mère est originaire de Bourg-en-Bresse) ni les membres éminents (parlementaires, universitaires, intellectuels, journalistes, etc.) du « Comité national de soutien » pour sa libération. Je note aussi que, dans le même temps, lors d'une réunion à l'Élysée avec le CRIF le 30 janvier dernier, vous avez déclaré : "Je considère Guilad Shalit comme un Français. Toucher à lui, c'est toucher à la France".

Je vous demande donc d'étendre ce même principe à notre compatriote Salah Hamouri.

 

A Jérusalem, le 18 janvier dernier, vous avez déclaré : "Prenons les risques pour la paix. Un mot, vraiment, enfin. Nous voulons que le caporal Shalit soit libéré. Pas simplement, Monsieur le Premier Ministre, parce qu’il est moitié Français, parce qu’il le faut. Parce qu’il y a eu trop de souffrance. Et nous souhaitons qu’Israël soit prêt aussi à libérer des prisonniers. Pour que, là aussi, on en finisse avec la douleur de centaines de familles qui maintenant doivent aspirer à la paix".

 

Je vous demande donc de prendre ces mêmes "risques" pour que notre compatriote Salah Hamouri, Français prisonnier des autorités israéliennes, soit enfin libéré.

 

Avec mes remerciements anticipés et ma considération distinguée,

 

Prénom Nom

Ville

 

Partager cet article
Repost0
18 février 2009 3 18 /02 /février /2009 23:50

Drôle de comportement de nos médias par rapport au référendum qui se déroulait ce week-end au Vénézuela.


Au cours des jours qui ont précédé le référendum qui portait sur un amendement constitutionnel permettant de ne plus limiter le nombre de mandats présidentiels, ils n’ont eu de cesse de présenter cela comme un amendement permettant à Hugo Chavez d’être président à vie, et pour tout dire, d’avoir un comportement de dictateur.

 


Bien entendu, quand dans nos « démocraties » occidentales la limitation des mandats n’existe pas, cela n’a rien de dictatorial.

 


Tant pis pour ces médias à la solde des puissants. En votant majoritairement pour cet amendement, les électeurs favorables à Chavez rappellent qu’il a nourri les pauvres en maintenant bas les prix alimentaires, permis leur éducation et leur a donné accès aux soins médicaux. Hugo Chavez pourra se représenter, et s’il recueille à nouveau le soutien de son peuple, continuer les réformes de la révolution bolivarienne, et c’est tant mieux.

 


« Si va » (ça roule) lui ont dit les électeurs.

 


Partager cet article
Repost0
16 janvier 2009 5 16 /01 /janvier /2009 13:41

André Nouschi , grand historien et universitaire juif français (86 ans), une icône dans le monde des historiens, réputé mondialement, Professeur honoraire de l’université de NICE, a écrit cette lettre à l’adresse de l’ambassadeur d’Israel à Paris.



Jeudi 15 janvier 2009


Monsieur l’Ambassadeur,


Pour vous c’est shabat, qui devait être un jour de paix mais qui est celui de la guerre. Pour moi, depuis plusieurs années, la colonisation et le vol israélien des terres palestiniennes m’exaspère. Je vous écris donc à plusieurs titres : comme Français, comme Juif de naissance et comme artisan des accords entre l’Université de Nice et celle de Haiffa ..


Il n’est plus possible de se taire devant la politique d’assassinats et d’expansion impérialiste d’Israël. Vous vous conduisez exactement comme Hitler s’est conduit en Europe avec l’Autriche, la Tchécoslovaquie .Vous méprisez les résolutions de l’ONU comme lui celles de la SDN et vous assassinez impunément des femmes, des enfants ; n’invoquez pas les attentats, l’Intifada.


Tout cela résulte de la colonisation ILLEGITIME et ILLEGALE. QUI EST UN VOL.


Vous vous conduisez comme des voleurs de terres et vous tournez le dos aux règles de la morale juive. Honte à vous : Honte à Israël ! Vous creusez votre tombe sans vous en rendre compte. Car vous êtes condamné à vivre avec les Palestiniens et les états arabes. Si vous manquez de cette intelligence politique, alors vous êtes indigne de faire de la politique et vos dirigeants devraient prendre leur retraite. Un pays qui assassine Rabin, qui glorifie son assassin est un pays sans morale et sans honneur. Que le ciel et que votre Dieu mette à mort Sharon l’assassin. Vous avez subi une défaite au Liban en 2006.Vous en subirez d’autres, j’espère, et vous allez envoyer à la mort de jeunes Israéliens parce que vous n’avez pas le courage de faire la paix


Comment les Juifs qui ont tant souffert peuvent ils imiter leurs bourreaux hitlériens ? Pour moi, depuis 1975, la colonisation me rappelle de vieux souvenirs, eux de l’hitlérisme. Je ne vois pas de différence entre vos dirigeants et ceux de l’Allemagne nazie ?


Personnellement, je vous combattrai de toutes mes forces comme je l’ai fait entre 1938 et 1945 jusqu’à ce que la justice des hommes détruise l’hitlérisme qui est au cœur de votre pays. Honte à Israël. J’espère que votre Dieu lancera contre ses dirigeants la vengeance qu’ils méritent. J’ai honte comme Juif, ancien combattant de la 2ème guerre mondiale, pour vous. Que votre Dieu vous maudisse jusqu’à la fin des siècles ! J’espère que vous serez punis.


André Nouschi
Professeur honoraire de l’Université de Nice


Partager cet article
Repost0
10 janvier 2009 6 10 /01 /janvier /2009 18:30
Comme dans de nombreuses villes de France, une manifestation pour protester contre l'offensive meurtrière israélienne à Gaza s'est également déroulée  à Niort (79).

Article publié par Rezo Citoyen

Ce samedi 10 janvier, trois cent cinquante personnes se sont réunies devant le parvis des halles pour protester contre l’offensive meurtrière de l’armée israélienne à Gaza. Ils sont de plus en plus nombreux nos concitoyens qui ne supportent plus la barbarie de l’armée israélienne à Gaza. Leur nombre avait doublé ce samedi pour se rendre à la manifestation organisée par l’AFPS (Association France-Palestine Solidarité) des Deux-Sèvres.

 

Le cortège a parcouru les rues commerçantes en scandant des slogans tels que "Etat d’Israël, état criminel !" ; "Israël assassin, Europe complice !" ; "arrêtez de tuer les enfants" ou encore "Gaza vivra, Palestine sera !". Plusieurs pancartes brandies par les manifestants demandaient l’arrêt des massacres.


La manifestation s’est enfin regroupée face aux halles de Niort vers midi puis s’est disloquée.



Partager cet article
Repost0