Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Réagir - Blog militant de joseph coutant
  • Réagir - Blog militant de joseph coutant
  • : Réagir : S'opposer activement à l'action de qqch, résister. La devise issue de la révolution française "Liberté, Egalité, Fraternité" étant de plus en plus mise à mal, ce blog est un moyen pour moi de faire partager mes réactions sur l'actualité politique, sociale, etc.
  • Contact

Rechercher

Tags

18 juin 2015 4 18 /06 /juin /2015 15:53

Des économistes du FMI viennent de publier une étude appelant à la redistribution des richesses. Selon leur calcul, si les 20 % les plus riches augmentent leur fortune de 1 %, le PIB global lui baisse de 0,08%. « Cela semble suggérer que les bénéfices ne retombent pas » sur les plus pauvres, écrit le FMI qu’on peut croire gêné aux entournures, car depuis 1714 et la fable des abeilles de Bernard Mandeville, tous les économistes libéraux assurent que l’enrichissement des plus riches bénéficie in fine à tous, soit par le biais de leur consommation, soit par celui de l'investissement, profitant ainsi à l'activité économique générale et à l'emploi dans le reste de la société. C’est la « théorie du ruissellement » brandie depuis 3 siècles par tous les détracteurs de la redistribution et de la régulation économique.

 

A l’inverse, une hausse similaire des revenus des 20% les plus pauvres doperait la croissance de près de 0,4 point explique ainsi l’étude. Ces chercheurs du FMI ne s’arrêtent pas à ces formules mathématiques. « Des règles plus souples d'embauche et de licenciement, des salaires minimums plus bas (...) et des syndicats moins puissants sont associées à de plus grandes inégalités », explique cette étude, qui prend ainsi le contre-pied total de la politique du FMI, en particulier ses positions dans le cadre de la Grèce…

 

Il est grand temps que nos dirigeants se penchent sur cette étude. Mais la loi Macron passée en force avec le 49-3 n'est pas un signe positif. Alors, attelons nous à convaincre les citoyens qu'il est nécessaire d'en finir avec les politiques d'austérité et qu'une alternative existe à gauche, mais pas avec ceux ( la motion A du PS ) qui soutiennent la politique des Hollande, Valls et autres Macron !

 

Partager cet article

Repost 0
13 juin 2013 4 13 /06 /juin /2013 11:25

Voilà à quoi mène l'austérité dictée par la Troïka (FMI, UE, BCE). Quand il ne reste plus rien, les financiers considèrent le pays sur la bonne voie.

C'est le résultat de la grande braderie réclamée par le FMI et la Commission Européenne des emplois publics, et qu'ont mis en oeuvre sans sourciller le Pasok (Parti socialiste Grec)  et Nea Demokratia (droite). C'est un véritable coup d'état.

A qui le tour, si nous laissons faire ? Certains en France paraissent aujourd'hui s'indigner, mais n'ont-ils pas approuvé et même appuyé les recommandations des dirigeants de la zone euro ? C'est bien François Hollande qui affirmait dans sa dernière conférence de presse " l'Europe a sauvé la Grèce " ?

Dessin de Charb dans l'Humanité Dimanche

Dessin de Charb dans l'Humanité Dimanche

Partager cet article

Repost 0
11 juin 2013 2 11 /06 /juin /2013 23:12

Entre le FMI et la Commission Européenne, il y a de l'eau dans le gaz, mais au final, c'est toujours le peuple grec qui trinque.

Dans un rapport publié la semaine dernière, le FMI reconnaît que le premier plan de sauvetage de la Grèce mené en 2010 sous l'égide de la troïka (FMI, Union européenne, Banque centrale européenne), s'était soldé par des « échecs notables ». Le rapport critique les institutions européennes. La Commission et la BCE sont épinglées pour leur supposé manque de "compétence".

Au moment où le plan d’aide a été élaboré, les prévisions tablaient sur une chute du PIB de 5,5% entre 2009 et 2012, la chute effective a été de 17%. Idem pour les prévisions du chômage : au lieu de 15%, il a été de 25% en 2012.

« Il aurait fallu être prêt à renégocier la dette au départ, à donner un peu plus d'air à la Grèce de manière à ce qu'elle puisse s'en sortir plus facilement, mais dans le contexte européen de l'époque, les conditions n'étaient pas prêtes. »

Ces propos ont été tenus par Olivier Blanchard, économiste du FMI.

Le commissaire européen chargé des Affaires économiques et monétaires a eu des mots très durs à l'encontre du Fonds monétaire international, qui avait critiqué mercredi dans un rapport la gestion du sauvetage de la Grèce par la Commission européenne. « Je ne crois pas qu'il soit juste ni correct de la part du FMI d'essayer de se blanchir et de rejeter la faute sur l'Europe », a t'il rétorqué.

Toujours est-il que le résultat des mesures dictées par ces économistes libéraux est le suivant : la dette est passée de 115% du PIB en 2008 à 170%, le PIB est passé de 211 milliards d’euros en 2009 à 171 milliards en 2012, 60% des jeunes sont au chômage. Tout va de mal en pis. Et tout aussi inquiétant, la troïka pilote non seulement le plan de sauvetage de la Grèce, mais également ceux de l'Irlande, du Portugal et de Chypre.

C'est le système capitaliste qui est la cause de tous ces malheurs ainsi que la troïka dont le seul objectif est de sauver ce système.

Alors, FMI ou Commission Européenne, ils sont donc tous coupables !

 

*********************************

 

Au moment où je terminais la rédaction de ce billet, j'apprends que le gouvernement grec vient de décider par décret la fermeture des chaînes de radio-télévision publique, la diffusion s'arrêtant à la fin des programmes de la soirée. Les 2656 salariés se retrouvent privés d'emplois, cette mesure radicale et sans précédent ayant été annoncée sans préavis. Ils viendront grossir la cohorte des chômeurs grecs. Et c'est le pluralisme de l'information qui est en danger.

Les créanciers de la Grèce demandaient la suppression de 2000 emplois publics d'ici la fin juin. A quand la fermeture des hôpitaux publics alors que le système de santé est déjà mis à mal ?

N'oublions pas que Bruxelles et le FMI nous assignent les mêmes recommandations.

Partager cet article

Repost 0