Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Réagir - Blog militant de joseph coutant
  • : Réagir : S'opposer activement à l'action de qqch, résister. La devise issue de la révolution française "Liberté, Egalité, Fraternité" étant de plus en plus mise à mal, ce blog est un moyen pour moi de faire partager mes réactions sur l'actualité politique, sociale, etc.
  • Contact

Rechercher

Tags

9 octobre 2012 2 09 /10 /octobre /2012 15:44

 

Alors que le gouvernement grec s'apprête à annoncer un nouveau tour de vis austéritaire de 13 milliards d'euros pour 2013-2014, Angela Merkel vient transmettre un message de solidarité au dirigeant conservateur du gouvernement de coalition, Antonis Samaras, mais aussi au peuple grec parait-il.

 

Durée prévue de la visite, 6 heures chrono, et elle ne risque pas de se mêler au peuple puisque les manifestants étaient tenus bien à l'écart.

 

Le centre d'Athènes était bouclé, deux hélicoptères, des navires de la police portuaire et 7000 policiers et membres des forces anti-émeutes avec cinq canons à eau étaient mobilisés pour la venue de la chancelière allemande dans la capitale grecque.

 

Combien coûte cette provocation à l'égard d'un peuple qui va entrer dans une sixième année de récession consécutive ?

 

2012-10-08police-grece.jpg   merkelout.jpg

Partager cet article
Repost0
21 juin 2011 2 21 /06 /juin /2011 21:53

La Commission européenne a annoncé une coupe radicale dans le budget de l'aide alimentaire européenne qui sera ramené de 500 à 113 millions d'euros. Cette aide apportait un financement aux 240 banques alimentaires européennes qui viennent en aide aux Européens les plus démunis. Ce programme qui concerne 13 millions de personnes dépendantes de cette aide ne représente que 1% du budget de la Politique agricole commune. En France, d'après plusieurs associations caritatives, cette aide bénéficiait à 2 millions de personnes.

 

Mais le gouvernement allemand, soutenu par 6 autres Etats européens qui ne participaient pas à ce programme, a décidé d'introduire une plainte devant la Cour européenne de Justice, arguant que cette aide ne pouvait être soutenue par le Budget de la Politique agricole commune (PAC), prétextant qu’elle était avant tout sociale et ne rentrait pas dans les missions de la PAC. La Cour européenne de justice leur a donné raison en avril.

 

Comment accepter que la Commission de Bruxelles puisse ignorer froidement ces millions de personnes, menacées par la pauvreté alimentaire ?

 

C’est bien la même Europe qui est venue sans contrepartie au secours des banquiers ?

 

Il faut que cette décision soit annulée.

 

Honte à cette Europe libérale !

Partager cet article
Repost0
9 juin 2009 2 09 /06 /juin /2009 07:52

Avec l’UMP, c’est la garantie que les engagements ne sont pas tenus. Sarkozy nous y avait déjà habitué, lui le « président du pouvoir d’achat ».

 

Dans les engagements de campagne de l’UMP, figurait celui-ci :

 

Les candidats de la Majorité Présidentielle s’engagent à être présents au Parlement européen à Strasbourg et à Bruxelles. Ils s’engagent aussi à être présents dans leur région où ils tiendront des permanences régulières.

 

Dès lundi matin, le secrétaire général de l’UMP Xavier Bertrand annonçait « qu’on a besoin de Brice Hortefeux au gouvernement. »   Et même son de cloche à l’Elysée qui fait savoir que « Brice Hortefeux n’avait pas pris l’engagement d’être sur les listes pour être élu. Il s’était inscrit pour pousser la liste. Sinon, il se serait mis en premier »

 

Mais si c’était clair qu’il ne siégerait pas, pourquoi être candidat ? Pour attirer l’électeur ? C’est vraiment prendre les électeurs pour des gogos.


 

 

Partager cet article
Repost0
9 juin 2009 2 09 /06 /juin /2009 07:45
Contrairement à ce qui est encore indiqué par les médias, le score national obtenu par le Front de gauche est de 6,47% (6,17% en métropole) soit un résultat en progression de 0,6 points par rapport aux européennes de 2004. Les scores progressent dans l'ensemble des circonscriptions.

Le Front de gauche dispose depuis hier de 5 élus :


Jacky Hénin est élu dans la circonscription du Nord-Ouest (6,84%)

Patrick Le Hyaric est élu dans la circonscription d'Ile de France (6,32%)

Marie-Christine Vergiat est élue dans la circonscription du Sud-Est (5,90%)

Jean-Luc Mélenchon est élu dans la circonscription du Sud-Ouest (8,15%)

Elie Hoareau est élu dans la circonscription des DOM


Ne sont pas élus :

Marie-France Beaufils dans le Centre malgré son bon score (8,07%)

Jacques Généreux dans l'Ouest (4,62%)

Hélène Franco dans l'Est (3,89%)

Partager cet article
Repost0
6 juin 2009 6 06 /06 /juin /2009 23:46

Faut-il s’étonner d’un taux d’abstention qui s’annonce très important pour les élections européennes ?

 

Nicolas Sarkozy a beau jeu de demander aux Français de défendre leurs "convictions" en allant "voter" dimanche.


"Il faut que chacun comprenne que l'Europe, c'est très important pour la vie quotidienne des Français, que la France joue un rôle de premier plan dans l'Europe, que l'Europe doit changer, que l'Europe doit protéger".


Mais alors, pourquoi n’y-a-t-il quasiment pas eu de débats ou très peu, contrairement à ce qui s’était passé pour le traité constitutionnel dont le taux de participation avait atteint les 70% ? Comme si les tenants de cette Europe libérale voulait éviter que ressurgisse le débat suite à la trahison des députés et sénateurs qui en adoptant le traité de Lisbonne ont bafoué le suffrage universel qui avait rejeté le traité constitutionnel en 2005.

 

Et que dire de la non distribution  des professions de foi. Dans nombre d’endroits, elles n’ont été distribuées que très tardivement, ou bien pas du tout. C’est le cas pour ce qui concerne  mon quartier à Niort. Est-ce pareil dans toute la ville, dans tout le département, puisque c’est du ressort de la préfecture.

 

Après cela, les gouvernants s’étonnent que les électeurs boudent les européennes. Mais n’en sont-ils pas les premiers responsables après avoir affiché autant de mépris vis à vis des électeurs ?

 

Partager cet article
Repost0
4 juin 2009 4 04 /06 /juin /2009 23:15

Partager cet article
Repost0
4 juin 2009 4 04 /06 /juin /2009 22:38

Parmi les nombreux soutiens aux listes du Front de gauche, j'ai relevé :

 

ASCARIDE Ariane, Comédienne

BEDOS Guy, humoriste

BENEDETTI Christian, metteur en scène

CASSEN Bernard, Universitaire et journaliste, fondateur et ancien président d’Attac, initiateur du Forum social mondial de Porto Alegre

CHAMOISEAU Patrick, écrivain

CHARB, Dessinateur

CHARLES-ROUX Edmonde, écrivain, présidente de la société des Amis de l’Humanité

DAENINCKX Didier, écrivain

DEBRAY Régis, philosophe

FERRAT Jean, auteur, chanteur, compositeur  

GUEDIGIAN Robert, Créateur, cinéaste

DE LA ROCHEFOUCAULT Sophie, Comédienne

HADJI LAZARRO, musicien, chanteur, acteur

MORDILLAT Gérard, écrivain

ONFRAY Michel, philosophe

SOLO Bruno, acteur, metteur en scène

TRILLAT Marcel, réalisateur

VOVELLE Michel, historien

ZIEGLER Jean, membre consultatif du conseil des droits de l’homme des Nations- Unies

Partager cet article
Repost0
3 juin 2009 3 03 /06 /juin /2009 23:37


Partager cet article
Repost0
3 juin 2009 3 03 /06 /juin /2009 22:31

Qui a voté le Traité de Lisbonne, la directive Bolkenstein, la privatisation de la Poste, de l’électricité : décryptage de quelques votes emblématiques au sein du Parlement européen, à quelques jours des européennes. Avec quelques surprises dénichées dans les votes enregistrés, à comparer aux discours d’estrades tenus durant la campagne.


Comment les groupes politiques du Parlement européen se sont prononcés sur cinq dossiers d’importance ?

 

Traité de Lisbonne


Le Parlement européen a adopté, le 20 février 2008, une résolution sur le traité de Lisbonne. « Le Parlement conclut que, pris dans son ensemble, le traité de Lisbonne constitue une amélioration substantielle par rapport aux traités existants », explique la résolution qui se garde de faire mention des dispositions de libéralisation et de déréglementation contenues dans le traité.


Le vote 525 voix pour, 115 contre et 29 abstentions.


Aux voix des eurodéputés de l’UMP et du Modem pour l’adoption de la résolution s’ajoutent celles du PS, à l’exception d’André Laignel (contre) et d’Henri Weber (abstention). Les Verts votent pour. Les eurodéputés communistes de la GUE-GVN votent contre.


L’amendement (32) proposé en février 2008, soit quatre mois avant le référendum en Irlande, par la GUE visant à engager le Parlement à « respecter le résultat du référendum irlandais » (où le « non » au traité l’a finalement emporté) sera rejeté à l’époque par le Modem, les Verts et le PS, à l’exception de deux socialistes qui le soutiennent (Françoise Castex et André Laignel) et de deux Verts qui s’abstiennent (Gérard Onesta et Hélène Flautre).

 

 

Rapport sur les services dans le marché intérieur (directive Bolkestein)


La directive Bolkestein visant à libéraliser les prestations de services au sein de l’UE ouvrait la porte à un dumping social sans équivalent entre pays membres. Une pluie d’amendements pour minimiser la portée de la directive, jusqu’à la proposition de son rejet pur et simple (GUE-GVN), a été déposée.


Amendement 321 (déposé par la GUE-GVN). Il met en avant le principe selon lequel ce sont bien les règles du pays qui accueille l’activité et non celles du pays d’origine qui doivent être respectées.


La droite et le Parti socialiste européen (PSE) votent contre l’amendement, les socialistes français le soutiennent. Les Verts européens le rejettent (à l’exception de Jean-Luc Bennahmias). En deuxième lecture alors que les Verts s’abstiennent, Daniel Cohn-Bendit vote contre l’amendement. (amendement 25 reprenant le contenu de l’amendement 321)

Amendement 252 (déposé par le PSE). Il concerne l’exclusion des services sociaux du champ d’application de la directive service. Il est adopté avec le soutien de la GUE-GVN, du groupe des Verts, ainsi que des élus du Modem.


Le vote En première lecture, le 16 février 2006 : 394 pour, 215 contre, 33 abstentions.


La GUE-GVN, le PS français (Gilles Savary s’abstient) et les Verts votent contre la directive en première lecture. Le Modem et l’UMP ainsi que leurs groupes respectifs (ALDE et PPE-DE) votent pour la directive Bolkestein, avec le soutien du Parti socialiste européen.


En deuxième lecture, le 15 novembre 2006, un amendement (38 et 39 GUE-GVN et Verts) propose de rejeter in fine la directive Bolkestein 105 pour, 405 contre et 12 abstentions.


Les Verts et le PS français (sauf Michel Rocard) soutiennent l’amendement de rejet de la directive. La droite et le reste du PSE votent contre cet amendement de rejet.


Bien qu’amendée, la directive sera adoptée pour une entrée en vigueur le 28 décembre 2008, et une obligation de transposition dans les législations nationales le 28 décembre 2009.



Ouverture à la concurrence



Le choix politique d’ouvrir à la concurrence l’ensemble des activités humaines n’a pas épargné les services publics. L’énergie, les services postaux, les chemins de fer font tous l’objet de directives qui passent par le Parlement européen sous forme de résolutions.


1. Achèvement de la libéralisation du marché postal (rapport Ferber)


Le vote En première lecture, le 22 avril 2009 : 512 pour, 155 contre et 13 abstentions.

Les eurodéputés socialistes français, Verts et la GUE-GVN votent contre la résolution, ceux du Modem pour.


En deuxième lecture, un amendement de rejet de la résolution est déposé par la GUE-GVN.


Seulement 4 socialistes français et un Vert soutiennent l’amendement de rejet.


2. Libéralisation de secteur de l’énergie


a) Marché intérieur de l’électricité (rapport Morgan)


Résultat final en deuxième lecture, le 22 avril 2009 : 588 pour, 81 contre et 9 abstentions.


La GUE-GVN ainsi que les Verts rejettent le texte (Jean-Luc Bennahmias s’abstient, les Verts avaient été les seuls eurodéputés français à soutenir le texte en première lecture), alors que les socialistes français soutiennent le compromis, à l’exception de Marie-Noëlle Lienemann qui le rejette. Harlem Désir et Benoît Hamon s’abstiennent.


b) Marché intérieur du gaz naturel (rapport La Russa puis Mussa) Résultat final du vote en deuxième lecture, le 22 avril 2009 : 596 pour, 45 contre et 45 abstentions.


Les Verts s’abstiennent, le GUE-GVN vote contre, et le reste du Parlement vote le compromis de résolution (à l’exception de deux socialistes, Marie-Noëlle Lienemann qui vote contre, et Harlem Désir qui s’abstient).


Droit des migrants


La « directive retour » (rapport Weber)


Appelé également « directive de la honte », le texte visait à « harmoniser » les conditions dans lesquelles les migrants irréguliers sur le territoire de l’Union européenne doivent être détenus et « reconduits ». Il aboutit à un raidissement inédit en la matière et fixe à dix-huit mois d’emprisonnement la peine encourue par les sans-papiers et une interdiction de séjour de cinq ans dans l’UE.


Sur le vote de la résolution, les Verts et le PS français (le PSE est divisé sur la question) rejettent la directive avec la GUE-GVN. Le Modem est divisé : Nathalie Griesbeck, Anne La Perrouze et Bernard Lehideux sont contre ; Marielle de Sarnez, Jean-Marie Beaupuy et Philippe Morillon s’abstiennent.


Résultat final du vote en première lecture, le 18 juin 2008 : 369 pour, 197 contre, 106 abstentions.



Politique extérieure


Le rôle de l’OTAN dans l’architecture de sécurité de l’UE (rapport Vatanen) Le rapporteur du PPE, Ari Vatanen, indique que « le Parlement se félicite vivement de l’initiative française visant à réintégrer officiellement les structures militaires de l’OTAN et salue les efforts déployés par la présidence française au sein du Conseil pour rapprocher l’UE et l’OTAN, en réponse aux nouveaux enjeux sécuritaires ». La mise sous tutelle américaine de l’UE provoque un débat au Parlement, clos par un vote extrêmement serré.


Le vote Résultat final du vote du Parlement européen en première lecture le 19 février 2009 : 293 pour, 283 contre, 60 abstentions.


La GUE-GVN et les Verts se retrouvent sur le thème du désarmement. La position du Modem est plus ambiguë dans la mesure où il rejette la résolution (sauf Jean-Marie Cavada et Janelly Fourtou qui la soutiennent) mais vote contre la plupart des amendements de la GUE-GVN dont le nº 26 qui « souligne que toutes les politiques de l’Union européenne doivent être pleinement compatibles avec le droit international » (soutien du PSE et des Verts, abstention de Jean-Luc Bennahmias).


Le résultat du vote sur l’amendement 27 (GUE-GVN) qui remet en cause les structures dites « Berlin Plus » qui encadrent la coopération UE-OTAN est éclairant : GUE-GVN et Marie-Anne Isler-Béguin (Verts) votent pour, Marie-Noëlle Lienemann (PS) s’abstient et le reste du Parlement vote contre.

 


Avec les députés du groupe GUE-GVN, pas de mauvaises surprises lors des votes au parlement européen, mais un engagement clair pour obtenir des avancées pour les droits des salariés, les services publics et pour la paix.

 

Voilà pourquoi le 7 juin je voterai

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
15 mai 2009 5 15 /05 /mai /2009 16:16

C’est en participant hier soir à une réunion publique du Front de Gauche que j’ai appris que l’éducation nationale (du moins le ministère) avait une vue particulière sur la construction européenne. 


Au mois de mars, dans tous les établissements de l’enseignement secondaire, les professeurs d’histoire et géographie ont reçu dans leur casier une grosse enveloppe. A l’intérieur, d’étonnants documents pédagogiques élaborés par le Ministère de l’Education Nationale et deux associations, « Les Euronautes » et « Toute l’Europe ».


Dans l’enveloppe : une carte de l’Union Européenne et une frise historique de la construction européenne depuis 1945. Curieusement, aucune circulaire d’accompagnement... donc aucune explication sur ce qui justifie - à deux mois des élections européennes - l’envoi de ce matériel. Le professeur - confiant dans son Institution - en déduit donc qu’il s’agit d’une initiative s’inscrivant dans une pure démarche d’instruction civique, l’incitant à afficher sur les murs de sa classe ces documents pour provoquer auprès des jeunes citoyens en formation une séance de sensibilisation sur les enjeux européens. Quoi de plus louable ?


Sauf qu’à y regarder de plus près...


Sur la carte, pas grand-chose à dire : on y retrouve les 27 pays membres de l’UE, leur date d’adhésion et quelques informations géographiques... En revanche, c’est en découvrant la frise chronologique que n’importe quel professeur un tant soit peu attentif en réalise rapidement le caractère très orienté.


Dès le premier coup d’œil, on peut facilement discerner la tonalité très atlantiste de l’ensemble du document qui présente la construction européenne, depuis la conférence de La Haye en 1948, dans le cadre d’une alliance avec les Etats-Unis face à l’Union Soviétique, et en constant parallèle avec l’Otan. Malheureusement, on retrouve cette tonalité générale dans la quasi-totalité des manuels d’histoire...


Ensuite, on s’aperçoit que pour les concepteurs de cette chronologie, les professeurs d’histoire et géographie n’ont certainement pas la mission de sensibiliser leurs élèves sur l’éventuelle implication du peuple européen dans ce processus de construction : là encore, on retrouve le penchant assez habituel des documents réduisant l’Histoire à l’action des grands hommes (et de quelques femmes tout de même...) et la démocratie au fonctionnement de grandes Institutions totalement désincarnées.


Bref, un document tendancieux, mais finalement rien de très nouveau... Mais c’est à la fin de la frise chronologique que le scandale se révèle.


Eh, M’sieur Darcos, y s’est passé quoi en 2005 ? Rien mon petit... rien du tout...


Entre les portraits de Jacques Santer (ex premier ministre Luxembourgeois, ex président de la Commission Européenne et co-rédacteur en 2003-2004 du Traité établissant une Constitution pour l’Europe) et de Nicolas Sarkozy, il y a l’année 2005... vide !


Dans une chronologie sur la construction de l’Union Européenne dont les concepteurs ont jugé indispensable de rappeler la victoire de l’Allemagne à la coupe du Monde de football le 4 juillet 1954,celle de la France le 12 juillet 1998, la naissance de la brebis Dolly le 5 juillet 1996, il est stupéfiant de découvrir qu’en 2005... rien. Il ne s’est rien passé.


Il est pourtant bien signalé que le 29 octobre 2004, le Traité établissant une Constitution pour l’Europe a été signé. Et que le 13 décembre 2007, ça a été le tour du Traité de Lisbonne. Deux traités en 3 ans, ça mériterait une explication, non ? Mais non : en 2005, il ne s’est rien passé... pas plus qu’en 2008 du reste !


Ainsi, le vote des peules français et hollandais des mois de mai et juin 2005 repoussant par référendum le Traité établissant une Constitution pour l’Europe, et celui du peuple irlandais refusant de ratifier en juin 2008 le Traité de Lisbonne, sont des événements indignes de figurer dans des documents pédagogiques diffusés par le Ministère de l’Education Nationale et ne sauraient être enseignés par les professeurs d’Histoire et Géographie.


 

 

 

Moralité, pour tous ceux qui ont voté NON en 2005, et face au mépris affiché par ce gouvernement, un vote pour le Front de Gauche sera la meilleure façon de confirmer votre NON de 2005, de sanctionner la politique de Sarkozy et de son gouvernement, d’exiger d’autres choix en Europe que ceux du Traité de Lisbonne, de défendre une autre politique au service du peuple.

Partager cet article
Repost0